Affichage des résultats 1 à 25 sur 25

Discussion : Grande distribution : Heures sup et abus

  1. #1
    Membre Benjamin

    Infos >

    Bonjour tout le monde ,

    Mon amie est actuellement Manager Caisse en CDI dans la grande distribution , et sort à peine d'un congé maladie pour cause de dépression . La cause : un rythme de travail imposé par la direction, proche , selon moi , de l'esclavage .

    Je vous explique .

    Son contrat de travail stipule qu'elle est remunérée pour 43.25 heures par semaine , hors il lui arrive de faire 60 heures voir plus pdt la semaine . Ces heures sup la , ne lui sont bien entendu pas payées , et c'est la que le bât blesse ...

    La direction bloque directement à la compta les heures supplémentaires des managers , et interdis à ceux -ci d'éditer des planning avecs leurs vraies heures de travail , pas bete hein ? Comme çà pas de preuves des heures sup , ni vu ni connu ...

    Le systeme de pression qu'exerce la direction sur les managers est le suivant : " Vous etes censé réaliser vos objectifs en 43.25 heures par semaine , si les objectifs ne sont pas réalisés , vous aurez droits à une serie d'avertissement , puis une mise à pied, et enfin un licenciement , et blablabla ..."

    Or , il est clairement impossible d'assurer ces objectifs en restant dans les heures du contrat , et çà tout le monde le sait au sein du magasin , y compris la direction.Ce magasin en question , avant que mon amie arrive , etait dans le colimateur du groupe et devait etre fermé tellement ses resultats etaient à la dérive . Ils ont finallement décider de le laisser ouvert et ,tres intelligemment, ont embauché une vague de manager jeune , devant faire leur preuves , et ne risquant pas de faire de vagues si les limites de la légalité etaient franchies. Personne , en effet , n'ose broncher , avec cette épée de Damocles "objectifs non-respectés = licenciement" au dessus de la tete .

    Ajoutez à cela des conditions excécrables au sein du magasin ( lumiere artificielle de sous sol , caissières toujours absentes , clientèle irrespectueuse etc etc ..) ,et vous comprendrez dans quelle situation de stress et de pression psychologique se trouve mon amie actuellement . De plus , elle a appris hier qu'on lui avait sucré un jour de RTT soit disant pour qu'elle honore sa journée de solidarité , sans lui demander son avis à aucun moment . C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase , et elle est sur le point de recraquer nerveusement .

    Je fais donc appel à la communauté du forum pour l'aider à trouver des solutions à son probleme .

    Je lui ai conseillé de travailler dans un tout autre état d'esprit , et de respecter scrupuleusement ses heures de boulot , de moins prendre sur elle , et que de toute façon les menaces de la direction ne pourraient jamais etre mises à execution.

    De plus , je lui ai conseillé de faire appel à un inspecteur du travail , pour qu'il vienne constater tout cela par lui meme et prendre les dispositions nécessaires . Cependant, elle n'a pour l'instant aucunes preuves de ses heures supplémentaires effectuées , car comme je l'ai ecrit plus haut , il lui est interdit de faire des planning avec ses heures réelles . Est ce que marquer ses heures sup sur un petit carnet à part constituerait une preuve tangible ? L'inspecteur du travail a-t-il des moyens de vérifier les heures réelles effectuées par les employés ?

    Quels seraient les conseils que vous donneriez à mon amie , afin quel retrouve un équilibre au sein de son travail et de sa santé ?

    Je vous remercie par avance de l'attention que vous porterez à notre problème .

    Cordialement
    Dernière modification par JNG Net-iris ; 13/08/2008 à 12h20. Motif: typo

  2. #2
    Pilier Sénior

    Infos >

    Scénario habituel de la grande distribution bien connu des inspecteurs du travail ....
    Son carnet, qu'elle le fasse. C'est loin d'être une preuve parfaite, évidemment puisque c'est un document unilatéral du salarié; mais elle pourrait aussi obtenir des témoignages de clients attestant qu'à telle heure elle était encore au magasin ( c'est rare mais je connais des cas où des clients l'ont fait )
    Deuxio,faire venir l'inspection du travail, oui bonne idée
    Tertio, un licenciement pour non réalisation d'objectifs et uniquement pour ça, c'est le mur assuré pour l'employeur donc licenciement abusif. D'une part parce qu'il doit prouver que les objectifs ont été élaborés avec le salarié , d'autre part parce qu'il doit prouver que ces objectifs étaient réalisables, ensuite parce qu'il doit prouver que seule une faute , sérieuse, réelle, est à l'origine de cette non réalisation d'objectifs
    Suite à une plinthe, le menuisier avait saisi le parquet ....

  3. #3
    Membre Benjamin

    Infos >

    Merci Je rigole !

    d'autres conseils ? Des personnes sur le forum qui ont connu la grande distribution ?

  4. #4
    Pilier Junior

    Infos >

    pour la journée de solidarité, vérifiez le compte rendu des derniers CE, car comme la majorité des entreprises ayant des RTT, il a fallu rapidement mettre en place les nouvelles modalités de cette journée de solidarité, vu que le lundi de la pentecote est à nouveau un jour férié (je sais pour la grande distri, ça ne change pas grand chose)

    donc peut être pas une "faute" de l'employeur.

    bon courage, la grnade distri est un secteur tellement difficile

  5. #5
    Risako
    Visiteur
    Bonjour ,

    De parler du CE Theflo , me fait penser que vous pouvez également voir du côté des IRP et particulièrement le CE , s'il y en a un . Le CE est en charge de toutes les questions générales concernant l'organisation du travail : la question des heures supplémentaires à réaliser afin d'ateindre les objectifs peut être évoquée et il serait interessant de voir la réponse de l'employeur .
    Cela permettrait également d'en laisser une trace grâce au PV .
    Il y a également le médecin du travail en charge de la prévention des risques professionnels .
    Cordialement ,

  6. #6
    Membre Benjamin

    Infos >

    il n' y a pas de CE dans son magasin , et de plus il n'y a pas de medecin du travail , mon amie n'a passé aucune visite medicale à l'embauche ...

  7. #7
    Membre Benjamin

    Infos >

    Je rigole , pensez vous qu'il est possible de faire constater les heures de travail par les hotesses d'accueil du magasin , à la place des clients ?

    je ne pense pas vu que ce sont des personnes internes au magasin , et qu'elles voient tous les jours mon amie , mais je me pose la question quand meme .

    Au niveau juridique il vaut peut etre mieux des personnes exterieures sinon la preuve ne sera pas acceptée ?

  8. #8
    Pilier Sénior

    Infos >

    Les attestations d'autres salariés sont toujours acceptées mais loin d'être des preuves parfaites , tout comme l'employeur s'il se procure aussi des attestations de salariés à son avantage ( encore moins crédible car lien de subordination)
    Plus vous aurez de preuves ,mieux ce sera. Donc clients, autres salariés, etc ....
    Suite à une plinthe, le menuisier avait saisi le parquet ....

  9. #9
    Membre Junior

    Infos >

    Citation Envoyé par Madsen Voir le message

    Son contrat de travail stipule qu'elle est remunérée pour 43.25 heures par semaine , hors il lui arrive de faire 60 heures voir plus pdt la semaine . Ces heures sup la , ne lui sont bien entendu pas payées , et c'est la que le bât blesse ...


    Est ce que marquer ses heures sup sur un petit carnet à part constituerait une preuve tangible ? L'inspecteur du travail a-t-il des moyens de vérifier les heures réelles effectuées par les employés ?
    En plus du non-paiement des heures sup, l'employeur pourrait être poursuivi pour travail dissimulé.

    Dans le cadre d'un contentieux relatif au nombre d'heures de travail effectué, le salarié doit étayer sa demande c'est-à-dire produire son propre décompte d'heures (petit carnet par exemple). Il appartient ensuite à l'employeur de verser aux débats son propre décompte. Par ailleurs, l'employeur doit tenir à la disposition de l'inspecteur du travail le décompte des heures de travail de ses salariés.

  10. #10
    Pilier Junior

    Infos >

    Malheureusement ,la grande distribution est coutumière de ces pratiques ,on fait des économie sur le dos des salariés ,mais par contre on profite des clients par des supercheries et des arnaques en tout genre et ce toutes enseignes confondues.
    Dans le cas présent il faut envoyer une lettre AR à l'inspecteur du travail en relatant tout en détail et lui indiquant qu'il n'y a pas de Médecin Du Travail.
    IL FAUT FAIRE FAIRE LE MAXIMUM D'ATTESTATIONS POSSIBLES.
    Il faut également faire faire un certificat médical par le médecin traitant ,comme quoi ,il demande une visite médicale par le MDT de l'entreprise ;cela va coincer l'employeur et la salariée pourra faire une mise en demeure
    Mettre en route le processus de reconnaissance de la déprime ,comme liée à un harcèlement moral de la part de l'employeur ,c'est plus compliqué ,mais faisable .Il faut bien démontrer les mauvaises conditions de travail dans ce magasin ,afin de monter un dossier complet ,dans lequel l'employeur pourrait etre poursuivi pour travail dissimulé ,et harcèlement moral.
    Combien la salariée a d'ancienneté ?
    Tenez nous au courant .

  11. #11
    Membre Benjamin

    Infos >

    Merci à tous pour vos réponses rapides et constructives , ce forum est décidement tres actif et instructif ...

    Je vous fais parvenir les interrogations de mon amie aprés lecture de vos réponses :

    Réponse à Jaja :

    l’employeur à bien un décompte d’heure pour les salariés mais uniquement pour ceux qui ont le statut d’employé. Pour les agents de maîtrise il n’y en a pas. Dans mon cas à moi j’ai bien des heures écrites sur un planning avec ceux de mon équipe mais ces horaires sont pour ma part jamais respectés. C’est sur ce planning que normalement je devrais noter les heures « réellement » effectuées et c’est ce que nous interdit « implicitement » et qui de toute façon ne servirait à rien puisque nos heures sup sont bloqués à la compta. Ce relevé d’heure doit être signé par chaque employé y compris moi. Mais moi je ne l’ai jamais signé puisque ce relevé d’heure est faux. Est ce que j’ai eu tord ou pas ?

    Réponse à suji san :

    mon magasin était franchisé et vient d’être réintégré depuis janvier donc dans ce magasin les employés font encore parti de l’ancienne société (le personnel n’a pas encore été intégré mais le magasin est intégré comptablement) donc eux ils ont un médecin du travail. mais les managers font partis de l’intégré et n’ont pas de médecin du travail sur place. Le médecin du travail des employés ne peut pas nous recevoir car on ne fait pas parti « théoriquement » du magasin.

    J’ai un an d’ancienneté dans la société et 7 mois dans ce magasin, c’est mon premier poste à responsabilité dans le groupe. De plus j’ai été mutée dans un magasin très difficile où aucun managers expérimentés ne veut aller car ils savent très bien que c’est le "bordel". Ils ont donc muté une équipe de managers jeunes en premier poste avec comme objectif de faire leur preuve d’où la pression psychologique.


    Autre question : Est ce que si je démissionne je peux après aller au prud’homme pour dénoncer tout ces abus et les heures non payées ?

    Merci pour vos réponses

  12. #12
    Membre Junior

    Infos >

    Votre amie a tout à fait raison de ne pas signer le relevé d'heures. Dans le cas contraire, l'employeur pourrait lui opposer.

    Si elle a l'intention de s'en aller, plutôt que de démissionner elle prend acte de la rupture du contrat aux torts de l'employeur en exposant les motifs l'ayant conduite à cette rupture et elle saisit le CPH sauf si, bien évidemment, l'employeur lui paie ce qu'il lui doit après la réception de la lettre de rupture.

  13. #13
    Membre Benjamin

    Infos >

    Petite question encore , mais qui a son importantce : que risque mon amie si elle abandonne son poste une apres-midi , alors qu'elle a deja effectué
    depuis longtemps ses 43 . 25 heures de la semaine ?

    Licenciement pour abandon de poste et donc faute grave ?

    Et dans ce cas de licenciement pour faute grave , devra-t-elle payer quelque chose à l'entreprise ?

    merci

  14. #14
    Pilier Junior

    Infos >

    Bonjour Madsen,
    votre amie en temps que maitrise dans la grande distribution n'a t'elle pas à sa disposition un mail ?
    => envoyer un mail chez elle au début et à la fin de son travail
    elle doit certainement passer des commandes chez les fournisseurs et ne le fait que dès le début et à la fin de son poste.
    => enregistrer une copie de ces commandes.
    Les vigiles ne font pas partie de la socièté
    => bonnes personnes pour preuve des heures de départ et/ou d'arrivée !
    Certains magasins disposent d'un distributeur d'argent DANS le magasin
    => faire un retrait de 10€ en debut et fin de poste (1 ou 2 semaines).
    Si un planning lui est imposé
    => quelle "se torde" la cheville et déclare un accident de travail (avec l'heure)
    Slts,

  15. #15
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par Madsen Voir le message
    Petite question encore , mais qui a son importantce : que risque mon amie si elle abandonne son poste une apres-midi , alors qu'elle a deja effectué
    depuis longtemps ses 43 . 25 heures de la semaine ?

    Licenciement pour abandon de poste et donc faute grave ?

    Et dans ce cas de licenciement pour faute grave , devra-t-elle payer quelque chose à l'entreprise ?

    merci
    Elle risque en effet un licenciement pour faute grave car abandon de poste ( je n'ai pas dit que le licenciement serait justifié, j'ai dit que ce serait sans doute ce que fera l'entreprise )
    Pas d'indemnité de départ ni de préavis, paiement des congés payés restant et droit au chomage si durée de cotisation suffisante
    Bien sûr que non que votre amie n'aura absolument rien à payer à son entreprise !
    Et ensuite, direct CPH pour elle avec
    - demande de requalification en licenciement sans cause réelle et sérieuse
    - demande de paiement des HS effectuées ( elle peut remonter jusqu'à 5 ans )
    Suite à une plinthe, le menuisier avait saisi le parquet ....

  16. #16
    Membre Benjamin

    Infos >

    bonjour à tous,
    je suis l'"amie" de Madsen et je vais prendre le relais sur le forum. Je vous remercie tous pour vos réponses qui m'ont permis d'y voir plus claire et à Madsen qui a pris le temps pour faire les posts.

    Pour répondre à Domi51 : je n'ai pas de mail perso dans l'entreprise, le seul point de connexion internet est dans le bureau de la direction donc difficilement accessible!

    En ce qui concerne les vigiles ils ne sont pas là à 6h00 du matin, de même pour le distributeur à billets il n'est pas encore en fonction à 6h00 du matin.

    Cependant j'ai trouvé un moyen de prouver mes heures... dans la journée j'édite certains documents au coffre, le jour et l'heure s'affiche et je dois les signer donc c'est une preuve de ma présence en magasin, je vais aussi les recouper avec d'autres documents de caisse qui peuvent prouver ma présence. Et à partir de maintenant dès que j'arrive je vais éditer un document du coffre, n'importe lequel, que je vais signer pour prouver ma présence. Mais pensez vous que c'est suffisant? Après tout on pourrait me dire que c'est une de mes filles d'accueil qui a édité le document et que je l'ai signé en arrivant... Qu'en pensez vous?

    Pour l'instant je vais éviter de demander des attestations à mes filles car j'ai peur des représailles pour elles par la suite...

    J'ai fait part de toutes mes remarques et de vos conseils à la DP et elle va essayer de m'obtenir un rdv avec l'inspecteur du travail. Pour l'instant je vais rester anonyme dans mes démarches (je n'ai pas envie que l'atmosphère se dégrade encore). je monte mon dossier que je garde précieusement. Je vais l'utiliser si je suis licenciée sans raisons valables ou dès que je trouve un autre emploi pour le paiement de mes heures sup.

    Pour info je vous donne un exemple des heures que j'ai effectué la semaine dernière :
    lundi : 7h00-16h soit 9h
    mardi : 6h00-15h45 soit 9h45
    mercredi: 11h00-20h30 soit 9h30
    jeudi : 6h00-19h30 soit 13h30
    vendredi : 7h30-14h30 soit 7h
    samedi: 6h00-15h15 soit 9h15
    total : 58h soit un dépassement de 14h45 par rapport à mon contrat et non payé
    certaines journées dépassent les 10h, l'emplitude horaire dépasse parfois les 12h et les repos de nuit sont inférieurs à 12h on ajoute à ça que je n'ai pas eu de journée de repos ni même de demi journée et on comprend pourquoi je suis fatiguée car cela fait 8 mois que ça dure à ce rythme!!!!

    En ce moment je fais donc les photocopies de ces documents petit à petit car ça prend du temps.

    Par contre des inventaires ont été organisés en magasin auxquels j'ai participé, j'ai donc travaillé de nuit et ces heures bien évidemment ne m'ont jamais été payées(ni heures sup ni heures de nuit). On a fini à minuit pour reprendre le lendemain à 6 ou 7h du mat. Mais là je n'ai aucune preuve de ma présence car la direction a pris soin de ne rien nous faire signer contrairement aux employés qui eux ont signé en partant. La seule possibilité est le témoignage de la DP, qu'en pensez vous ?

    Merci à tous.

  17. #17
    Pilier Junior

    Infos >

    Bonjour,

    Je suppose que le magasin est équipé d'un système d'alarme qui enregistre les heures d'ouverture et de fermeture tout comme un code d'accés individualisé qui permet de savoir qui est entré, qui a fermé , à telle heure..tel jour , retraçant ainsi les horaires de travail des personnes qui ont les clés.
    L'inspection du travail quand elle le veut ...peut se rendre sur place et faire un audit ... faire un rapport à la direction de l'enseigne et exiger le paiement des heures supp..... et la mise en place d'un cahier de présence.

  18. #18
    Membre Benjamin

    Infos >

    bonjour Milou27,

    j'ai pensé aux relevés du système d'alarme mais bien évidement je ne peux y avoir accès, j'ai prévu d'en parler à l'inspecteur du travail. D'autant plus qu'ils nous appellent aussi en cours de journée pour les problèmes de frigo dans le magasin et on doit leur donner un mot de passe qui est perso donc encore une preuve de notre présence en magasin.
    Pour le cahier de présence je crois que la DP veut le demander mais plutôt un cahier où on note les heures, car actuellement on a des feuilles où il est écrit si on est là ou en repos ce qui ne révèle pas si on a fait trop d'heure ou pas...

  19. #19
    Pilier Junior

    Infos >

    lundi : 7h00-16h soit 9h
    mardi : 6h00-15h45 soit 9h45
    mercredi: 11h00-20h30 soit 9h30
    jeudi : 6h00-19h30 soit 13h30
    vendredi : 7h30-14h30 soit 7h
    samedi: 6h00-15h15 soit 9h15


    je suppose que vous avez une pause déjeuner, quand même ??
    donc vous devez enlever cette pause de vos comptes, sinon, vous ne seriez pas crédible en cas de réclamation

    et au bout de 6 heures de travail vous devez avoir 20 minutes de pause (pas forcément rémunérée)

  20. #20
    Pilier Junior

    Infos >

    Il faut continuer à cumuler un maximum d'éléments constituant des preuves et surtout le faire discrètement ,c'est comme cela que l'on coince les employeurs malhonnètes.Bien entendu un témoignage de DP est toujours un document valable.
    Dés que Madsen a retrouvé un autre boulot ,il prend acte de la rupture du contrat de travail immédiatement ,sans préavis et engage dans la foulée une action devant le CPH d'abord en référé pour les heures sup. et sur le fond pour la rupture aux torts de l'employeur ,à moins que le référé ne juge les deux à la fois .Cela arrive dans certains cas.

  21. #21
    Pilier Junior

    Infos >

    Bonjour,

    Si Suji San le dit, je veux bien le croire mais pour ma part je suis étonné que les conseillers prud'homaux, en référé, peuvent condamner un employeur à la suite d'une prise d'acte de rupture, pour licenciement sans cause réelle et sérieuse si ce dernier ne paye pas ou partiellement les heures supplémentaires.
    C'est une procédure sur le fond ...à mon avis.

  22. #22
    Membre Benjamin

    Infos >

    bonjour,

    Il y a du nouveau et c'est peu dire. J'ai appris hier que je vais être mutée, la semaine prochaine!!!!

    J'avais fait une lettre de demande de mutation et j'ai eu hier un entretien à ce sujet, je vais donc partir de ce magasin si compliqué à tout niveau mais et il y a un gros MAIS.

    Après cet entretien j'ai appris qu'en réalité ils sont obligé de tous nous faire partir de ce magasin car notre présence n'est pas légitime. Je m'explique. Je fais partie d'un grand groupe de grande distribution j'ai été mutée en 1er poste dans ce magasin où personne ne voulait aller pour l'aider à passer de la franchise à l'intégré. Mais d'après ce que j'ai compris le personnel du groupe n'avait pas le droit d'être présent dans ce magasin où le perrsonnel fait encore partie de l'ancienne société (l'intégration sociale n'ayant pas encore eu lieu contrairement à l'intégration comptable).
    Donc ils sont obligés de nous trouver un autre poste ailleurs sauf qu'il n'y en a pas et donc ils ne savent pas quoi faire de nous!!!

    Bien évidement lors de l'entretien j'ignorais tous ça donc quand ils m'ont proposé d'être mutée j'ai accepté et après mes vacances de septembre je me retrouve à faire des réimplantations dans les magasins autour de mon département d'origine en attendant qu'une place se libère. Et ils ont bien insisté sur le fait que si une place se kibère à nîmes par exemple je devais l'accepter même si dans ma lettre j'ai précisé que je voulais être dans le 13.

    Ils sont donc en position de force car ils répondent simplement à ma demande de mutation en me proposant une solution à ma situation. Sauf que ça les arrange énormément. Moi j'ai certes demandé à être mutée mais pas du jour au lendemain je pouvais très bien attendre un peu qu'une place se libère mais eux ils étaient coïncés. Je trouve la méthode très hypocrite car maintenant je me retrouve hors magasin pour faire des mises en rayon ne sachant pas à quelle sauce je vais être mangée. Qu'en pensez vous ?

    Dans mon contrat, j'ai une clause de mobilité qui dit "la mobilité prof ou géographique est d'une donnée culturelle de xxx qui permet d'optimiser la gestion des ressources humaines et de privilégier le développement de carrière.
    ceci suppose que le lieu de travail ainsi que les fonctions du collaborateur pourront être amenés à changer en fonction des besoins de xxxsur le satellite de xxx
    cette mobilité reconnue et acceptée de la part du collaborateur est un élément déterminant de son embauche. tooute modification ultérieure de ses fonctions ou de son affectation constituera l'exécution normale du présent contrat de travail."
    Est ce que cela signifie que je ne pourrai pas dire non si ils décident de me muter à nîmes ?
    Est ce que cela signifie que je risque de régresser niveau

  23. #23
    Membre Benjamin

    Infos >

    désolé je viens de voir que ma dernière phrase a été coupée. Ma question était : est ce que cela signifie que je risque de régresser au niveau de ma fonction ?

  24. #24
    Pilier Sénior

    Infos >

    1: une clause de mobilité doit avoir un secteur précis et la mutation doit donc respecter ce secteur
    2/ une clause de mobilité ne peut en aucune manière baisser la rémunération du salarié ( il y a eu une JP là dessus très claire où une directrice de grande surface ayant donc une rémunération basée sur un fixe + commission sur le chiffre d'affaires avait eu une mutation respectant le secteur géographique prévu . Mais le magasin où elle était mutée étant beaucoup plus petit, cela forcément baissait sa rémunération . Le refus de mutation ayant entraîné licenciement pour faute, la cour de cassation a confirmé le tribunal et la cour d'appel estimant le licenciement abusif )
    Suite à une plinthe, le menuisier avait saisi le parquet ....

  25. #25
    Membre Benjamin

    Infos >

    bonjour,
    désolé de ne pas avoir donné de nouvelles mais les choses ont été très rapide!
    tout d'abord je ne suis plus à cannes comme je vous l'ai dit il m'ont mutée sur un autre poste car il n'y a toujours pas de place. Malheureusement j'ai eu un accident de travail donc pour l'instant je suis chez moi. J'ai demandé à mon DRH un poste adapté le temps de mes soins pour pouvoir reprendre le travail il m'a tout simplement dit qu'il n'y en avait pas (je rappelle que je travaille dans un très très grand groupe de grande distribution!!!!) et qu'il préfère que je reste chez moi !!!!!
    cette attitude est plus que surprenante, c'est la première fois qu'un patron me dit de rester chez moi plutôt que de reprendre le travail!!!
    En ce qui concerne les heures sup je garde mon dossier précieusement en cas de besoin, mais il faudra que je le montre à un spécialiste pour savoir s'il est assez solide. avez vous des conseils à me donner à ce sujet ? a qui dois je le montrer exactement ?
    merci

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 14/08/2017, 22h02
  2. Réponses: 45
    Dernier message: 17/01/2014, 16h01
  3. [Mon Employeur] Grande distribution, heures sup et stress au travail
    Par boudin dans le forum Travail
    Réponses: 2
    Dernier message: 14/05/2012, 00h54
  4. [Mon Employeur] Heures sup,Tps partiel ds enseignement sup
    Par Dagus dans le forum Travail
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/12/2007, 21h18
  5. [Consommation] Litiges avec SAV grande distribution
    Par Mat_lefebvre dans le forum Rapports à la société
    Réponses: 8
    Dernier message: 24/12/2005, 10h53