Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion : Refus rupture conventionnelle à un an de la retraite, délai de carence pôle emploi trop important.

  1. #1
    Membre

    Infos >

    Bonjour,
    Je viens vers vous pour la raison suivante.
    Mon employeur m'a proposé une rupture conventionnelle car il n’a plus de poste pour moi, ou plus exactement il a donné mon poste à quelqu'un d'autre, plus jeune. Mon employeur ne me reproche rien (et pour cause tous mes entretiens annuels sont positifs voire plus) mais veut passer à autre chose. Depuis que je n'ai plus de poste, je n'ai d'ailleurs aucun travail, aucune tâche à faire et ce depuis des mois. Je suis même autorisée à rester chez moi. J’ai envoyé un mail afin de dire que j’étais toujours à leur disposition mais rien, à part de vagues promesses (non écrites) de futur poste.
    Je vais avoir 61 ans dans 2 mois et je pourrai partir à la retraite dans 1 an car j'aurai tous mes trimestres à 62 ans. Sauf que je n'avais pas envisagé de prendre la prendre car celle-ci reste modeste (ce sont les trimestres pour enfants (3) qui m'ont apporté les trimestres manquants) et surtout j'ai encore un enfant à charge.
    L’autre souci est que je ne toucherai aucune indemnité de pôle emploi car j'ai l'équivalent d'un an de congé dans mon compte épargne temps (car je n'ai pas compté mon temps pendant mes 30 années de travail dans cette entreprise). Le délai de carence est en conséquence si long que je n'aurai aucun droit. Mais mon employeur considère qu'en cumulant l'indemnité de rupture conventionnelle plus le paiement de mon CET j'aurai de quoi attendre mes 62 ans sereinement et aurait même un reliquat.
    Tout cela me perturbe et pour tout dire me blesse énormément.
    J'ai très envie de refuser mais je ne sais pas quelles pourraient être les conséquences.
    Je n'imagine pas de licenciement pour faute (laquelle ?) mais on peut sans doute me proposer un poste "dégradé" dans le but de me "punir" (Je sais bien qu'il n'y a pas de sot travail !) ou me positionner sous la responsabilité de la personne qui me remplace, qui soit dit en passant était mon bras droit au sein de l'équipe que j'encadrai. Mes anciens subordonnés deviendraient mes collègues.
    J’ai déjà perdu toute estime pour moi, mes supérieurs et l’entreprise. Là ce serait sans doute la goutte de trop. Je suis trop fatiguée pour bien réfléchir et bien trop angoissée.
    J’ai trop de mal à m'imaginer un an dans un espèce de "no man's land" : être personne, pas chômeur, pas salarié, pas rentier non plus, et j'ai quelque part l'impression de financer mon départ avec mon compte épargne temps.
    J’ai envie de mettre tout ça par écrit (la partie factuelle seulement et non mon ressenti) et envoyer le tout par mail à mon supérieur pour marquer chaque point. Mais est-ce une bonne idée ?
    Quelqu'un peut il me donner une piste ?
    A vous lire
    Bien cordialement

  2. #2
    Membre Junior

    Infos >

    Bonsoir Demelato,

    Je vous déconseille de faire part à l'employeur de vos intentions.
    Une rupture conventionnelle se fait à deux, comme la valse, vous pouvez refuser la RC de l'employeur.
    Faites assez vite le calcul de ce que vous rapporterait le fait de prolonger le travail au-delà du nombre de trimestres requis. Je doute que cela vaille la peine de prolonger votre présence au bureau! (vous pouvez vous adresser à votre caisse de retraite pour vous aider à faire le calcul )
    C'est curieux cette RC proposée si proche de votre départ, car d'après ce que vous dites, dans deux mois vous pouvez quitter l'entreprise puisque vous avez un an de jours à solder! (et peut-être plus, à mon avis... )
    Tenez le coup et ne lâchez pas le bureau. occupez vous d'une manière ou d'une autre.
    L'employeur est d'ailleurs tenu de vous fournir du travail, vous pouvez le lui rappeler poliment mais fermement ( avec copie cachée mail pour votre adresse perso ). Il lui serait préjudiciable aussi de vous fournir un poste "dégradé".

    Avez vous des I.R.P dans votre entreprise? Si oui, parlez dès que possible avec le délégué du personnel.

    Etes vous nombreux? Une mobilité est-elle envisageable? (quoique... à deux mois du départ)

    Bon courage,

    A.
    Dernière modification par Ampez ; 25/06/2019 à 22h48.

  3. #3
    Membre

    Infos >

    Bonsoir et merci d'avoir fait part de votre analyse.
    Et pour répondre à vos interrogations, je suis un cas isolé (isolée régionalement car je travaille dans une succursale en région et le siège est à Paris).
    On m'a bien proposé de rejoindre le siège mais je n'en ai pas les moyens (payer 2 loyers - l'appartement de mon fils, ses études, ses frais + un studio en banlieue , double charges etc.) et c'est vrai, je n'en ai pas envie.
    J ai fait des simulations pour ma retraite et c'est vrai que rester 2 ans de plus change la donne. Et finalement 2 ans de salaire rapportent plus qu'une indemnité de rupture conventionnelle. j'ai encore quelques jours pour réfléchir.
    En tout cas merci pour votre point de vue.

Discussions similaires

  1. [Organismes Sociaux] Duree d'emploi salarié Attestation pole emploi et refus pole emploi
    Par lelfe dans le forum Travail
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/02/2019, 07h28
  2. [Organismes Sociaux] fin de Cdd et indemnité pole emploi avec délai de carence
    Par carlotta28 dans le forum Travail
    Réponses: 5
    Dernier message: 15/11/2016, 21h43
  3. [Organismes Sociaux] délai de carence indemnité pole emploi après CDD FONGECIF
    Par dondiegodelavega dans le forum Travail
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/04/2013, 21h02
  4. [Organismes Sociaux] Calcul délai de carence - Pole emploi
    Par Ber92 dans le forum Travail
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/02/2013, 20h09
  5. [Organismes Sociaux] Delai de carence pole emploi; 12
    Par Albizzia dans le forum Travail
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/12/2011, 18h14