Vos question à l'Avocat
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 DébutDébut 1 2
Résultats 26 à 46 sur 46
Arborescence des messages utiles43Message(s) Utile(s)

LoiTravail : Quelle est l'opinion des français

Question postée dans le thème Mon Salarié sur le forum Travail.

  1. #26
    Pilier Junior Avatar de Dura
    Ancienneté
    novembre 2006
    Messages
    3 700
    Citation Envoyé par Enpassant Voir le message
    c'est une question de logique juridique : l'entreprise cause un tort au salarié, le salarié a droit à la réparation intégrale de son préjudice, point.
    Euh...Sauf que même si la jurisprudence évolue à ce sujet, en droit du travail, l'indemnisation sans préjudice démontré, ça existe...
    "Il n'y a pas de passagers sur le vaisseau spatial Terre. Nous sommes tous l'équipage. Mac Luhan

  2. #27
    Pilier Sénior Avatar de Halias
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    27 670
    Citation Envoyé par Dura Voir le message
    Au préalable, comme cela a été fort bien dit, on peut rappeler que les participants actifs sur ce forum font réellement œuvre utile ; peu importe au final les sensibilités de chacun...
    la je suis complètement d'accord

    ---------- Message ajouté à 17h34 ---------- Précédent message à 17h33 ----------

    Citation Envoyé par Dura Voir le message
    - que pour les ruptures conventionnelles (qui continuent à être plébiscitées, on verra ensuite avec la démission ouvrant droit au chômage) les indemnités sont souvent plus importantes ;

    .
    ici moyennement

    ---------- Message ajouté à 17h34 ---------- Précédent message à 17h34 ----------

    Citation Envoyé par Dura Voir le message
    - que les plafonds des dommages-intérêts sont assez conformes à ce qui se pratiquait, en moyenne, dans les tribunaux ;

    .
    la !!!! pas du tout

    Par principe, on ne doit pas limiter,encadrer le rôle d'un juge, c'est limiter son expression et son équité

    et permettez moi de vous faire part de mes constats suivants


    voici la réalité du moment

    "il est vrai que sans employeur nous n’aurions pas de travail "

    Préambule

    67 millions d’habitants en France
    Environ 14,2 millions de retraités
    23 810 788, c’est le nombre exact de salariés total en France
    Environ 5,5 millions d’emplois de la fonction publique (soit environ 20 % du total des emplois) dont 3,8 millions de fonctionnaires
    Environ 18 millions de salariés de droit privé en France

    Institués en 1806, les conseils de prud’hommes sont les « juges du travail »
    Représentants les salariés et les employeurs, les conseillers prud’hommes sont eux-mêmes issus du monde du travail.
    Les conseillers prud’homaux ne sont pas des juges professionnels mais des professionnels des relations sociales et du travail, et sont des magistrats à part entière.
    Un peu plus de 18 millions de salariés de droit privé, dépendent donc de cette juridiction de première instance, dans les conflits opposant les salariés et employeurs à l’occasion d’un litige individuel née à l’occasion d’un contrat de travail ou d’apprentissage.
    14512 conseillers prud’hommes (employeurs et salariés, désignés depuis la dernière mandature (début 2018), exercent leurs fonctions dans 210 conseils de prud’hommes métropolitains et ultramarins et traitent environ 200 000 affaires par an.
    La mission essentielle des prud’hommes est de concilier les parties et, à défaut, de trancher les litiges qui les opposent.

    Point sur les ruptures de contrats de travail en France

    L’AGIRC indique que les cadres sont au nombre de 3,5 millions
    Reste donc 14,5 millions de non cadres

    Il y a environ 10 ans (avant la mise en place des ruptures conventionnelles en 2008) il y avait environ 230 000 saisines en France dont 40 000 référés.
    Les référés sont là pour juger de l’évidence et de l’urgence sans pour autant traiter au fond.

    Ex : salaires impayés, congés payés non payés, en substance tout ce qui concerne les émoluments de salaires non payés etc……….
    Depuis 2008 la donne a changée
    Ainsi le nombre de saisine en France du conseil de prud’hommes (y compris référés) a largement chuté.
    2014 = 187 651 saisines dont 33 311 référés
    2015 = 184 096 saisines dont 33 277 référés
    2016 = 149 815 saisines dont 26 866 référés

    Pour 99 % les saisines au fond (en dehors des référés), viennent des salariés, le 1% restant est à la demande de l’employeur principalement pour une clause de non concurrence non respectée.

    Ruptures conventionnelles 2014 = 361 981 en 2015 = 386 190 soit une augmentation de 7%
    En 2016 389.744 homologations de ruptures conventionnelles
    Au total, sur l’année 2017, près de 421 000 ruptures conventionnelles ont été homologuées, soit une hausse de 7,8 % par rapport au nombre recensé en 2016 (390 000)
    Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi à fin 2015 sont de 6 111 300 (toutes catégories confondues dont 3 547 800 de catégorie A)
    Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi à fin 2016 sont de 6 560 300 (toutes catégories confondues dont 3 722 500 de catégorie A)
    Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi à fin 2017 sont de 6 614 400 (toutes catégories confondues dont 3 709 700 de catégorie A)

    Nombres de licenciements :

    En 2013 il y a eu 672 000 licenciements

    Depuis, chaque année environ un peu moins de 700 000 licenciements ont lieu en France, auquel il faut additionner près de 400 000 homologations de ruptures conventionnelles
    Ce qui fait un peu plus de 1 000 000 de ruptures de contrat de travail par an pour 18 millions de salariés de droit privé, soit un salarié sur 18 voit la rupture de son contrat de travail chaque année

    A ce jour 23 % des licenciements sont donc contestés aux Prud’hommes, et 22 % des chômeurs sont issus des licenciements, et 46 % des fins de CDD.

    Mais nous voyons bien que le mode de rupture préféré en France revient à la rupture conventionnelle, rupture correspondant à un « divorce amiable » entre employeur et salarié, permettant de fait de solder presque toujours définitivement un futur conflit, sans en passer par un tribunal, et qui concoure fortement à régler des litiges, à désencombrer la juridiction prud’homale.

    Chutes des conflits ??

    Aux vues de ces chiffres, l’on pourrait en tirer la conclusion suivante : il y a beaucoup.moins de conflits en France

    Mais à ce jour Il n’en est rien, du moins pas encore.

    En effet certaines modifications du code du travail, les ruptures conventionnelles collectives apporteront à n’en point douter un allègement des conflits portés devant les tribunaux.

    Néanmoins, étant un acteur privilégié des conflits, il est intéressant de poser le constat suivant :
    Un conflit prud’homal que je nommerai classique coute en moyenne environ 2 500 € pour la partie fixe.

    Nous constatons une chute importante des saisines en référé (voir plus haut)
    Or en référé, les saisines sont très souvent liées à des demandes faites par les salariés les plus démunis, ceux payés au smic, qui plus est peuvent être des temps partiel.

    Jusqu’au 25 Mai 2016 et par le Décret n°2016-660 relatif à la justice prud’homale et au traitement judiciaire du contentieux du travail l’approche de la juridiction prud’homale était relativement simple
    Force est de constater qu’il était temps d’encadrer cette procédure.
    Mais alors que la procédure est orale, ce décret la rend beaucoup plus écrite et moins simple.
    Saisir le Conseil de Prud’hommes ne se fait plus par simple formulaire, une procédure devra être respectée.
    Les salariés devront prendre conseil avant d’agir.
    Par contre, il est évident que pour les salariés précarisés, prendre conseil auprès d’un professionnel pour solliciter un arriéré de salaire, un manquement sur les congés payés, risque de leur couter plus cher que les sommes réclamées, et tenter de remplir, seul, le Cerfa n°15586*02 et quasi mission impossible.
    Quand bien même, il pourrait obtenir l’aide juridictionnelle, ils se rendent compte de la difficulté actuelle qu’ils ont à venir au conseil de prud’hommes et deviennent fatalistes.

    Sur ce point nous nous devons d’intervenir et ne pas laisser cette classe de salariés sans moyens
    Que des personnes réclamant leur juste dus ne puissent faute de moyen intellectuel ou financier saisir la justice n’est pas concevable et ce sont de ceux-là que les votes extrémistes profitent.


    Voici donc la première cause, et nous le constatons hélas chaque semaine, de la chute très importante des saisines en référés
    Dans la majorité des conseils de prud'hommes depuis quelques longs mois, le nombre d’affaires en référé est divisé par 3 et le nombre d’affaire en Bureau de conciliation et d’orientation également. C’est donc bien la difficulté d’approche de la juridiction prud’homale qui provoque une chute libre du nombre des demandes et non pas une accalmie des litiges, et qui plus est, cela frappe de plein fouet les petits salaires.

    Un autre exemple viendra mettre en exergue une différence fondamentale entre une personne licenciée à 50 ans avec 29 ans d’ancienneté et un employé de 30 ans avec 3 d’ancienneté
    Ces deux personnes étant toutes deux dans des conditions similaires de poste, de fonction et de salaire (excepté l’ancienneté).

    Pour le premier, en cas de requalification d’un licenciement sans cause réelle ni sérieuse, il pourrait prétendre à un maximum de 20 mois de salaire pour dommages et interets
    Ce montant est à peu près identique à ce que les prud’hommes avaient pour habitude de donner dans un tel cas de figure
    Pour le deuxième en cas de requalification d’un licenciement sans cause réelle ni sérieuse, il pourrait prétendre à un maximum de 5 mois de salaire pour dommages et interets.
    Dans ce cas précis, si l’exemple est d’une personne au SMIC, il pourrait prétendre à 4 smic mais avec une mise de fond pour le conseil qui le défendrai de plus de 2500 € plus la partie variable (en général 10 % ht du montant des DI) ? Ce qui dans cet exemple représente 750 €
    Ce qui représente un investissement de l’ordre de plus de 3250€ pour un hypothétique gain prud’homal de l’ordre de 4300 € net.
    Le tout agrémenté d’un durée de procédure d’environ 17 mois, hors éventuel départage (20 mois en moyenne) et appel (environ 13 mois).
    La désaffection des saisines au fond est liée en grande partie à cette situation.
    On nous interpelle souvent pour voir l’intérêt de tenter de contester et le constat est toujours le même = c’est en fonction de l’ancienneté du salaire etc.


    En conclusion.

    la complexité de la saisine en fait chuter le nombre

    Les petits salaires n’ont que peu de chances de tenter une « aventure prud’homale »

    Les saisines actuelles qui persistent concernent surtout les salaires plus élevés lié à un enjeu très différent.
    L’application de la loi travail et des ordonnances dites « Macron » sont trop strictes pour les anciennetés en dessous de 10 ans.

    Plus les salaires sont petits et moins un salarié (persuadé de son injuste licenciement) saisira la justice.
    Dernière modification par Halias ; 27/03/2018 à 18h29.
    Animateur Communautaire, Qm11, 911 et 1 autres ont trouvé ce message utile.
    plaider c'est expliquer, juger c'est comprendre

  3. #28
    Pilier Sénior Avatar de Yuri
    Ancienneté
    novembre 2007
    Messages
    6 633
    Hé oui Halias, quand on Ubérise la société c'est toujours au profit des riches et des puissants (pléonasme ?) et en créant des intermédiaires qui s'enrichissent en faisant payer des conseils que la société d'avant (ça c'était avant) offrait gratuitement grâce au service public....!
    Halias a trouvé ce message utile.
    Dieu, prix Nobel de la guerre. (Cabu, Charlie Hebdo 2002)

  4. #29
    Pilier Sénior Avatar de Halias
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    27 670
    coucou Yuri
    plaider c'est expliquer, juger c'est comprendre

  5. #30
    Pilier Junior
    Ancienneté
    mai 2014
    Messages
    1 362
    Citation Envoyé par Dura Voir le message
    Euh...Sauf que même si la jurisprudence évolue à ce sujet, en droit du travail, l'indemnisation sans préjudice démontré, ça existe...
    C'est vrai, mais comme vous dites c'est en train de changer. Et entre nous je trouve qu'il est tout à fait normal, vu le rapport de subordination qui existe entre un salarié et un employeur, qu'il y ait des lois pour protéger la partie la plus faible, à savoir le salarié.
    Mais au train où cela va un salarié va être plus défavorisé par l'application du code du travail que par le code civil. Par exemple, au nom de quoi un délégué syndical véreux pourrait en signant un accord me modifier des éléments substantiels de mon contrat de travail en m'augmentant ma charge de travail (à salaire constant)? Si je prenais le Code civil, ce serait impossible, "Les contrats légalement formés tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faits."

  6. #31
    Pilier Sénior Avatar de Halias
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    27 670
    Citation Envoyé par Enpassant Voir le message
    C'est vrai, mais comme vous dites c'est en train de changer. Et entre nous je trouve qu'il est tout à fait normal, vu le rapport de subordination qui existe entre un salarié et un employeur, qu'il y ait des lois pour protéger la partie la plus faible, à savoir le salarié.
    Mais au train où cela va un salarié va être plus défavorisé par l'application du code du travail que par le code civil. Par exemple, au nom de quoi un délégué syndical véreux pourrait en signant un accord me modifier des éléments substantiels de mon contrat de travail en m'augmentant ma charge de travail (à salaire constant)? Si je prenais le Code civil, ce serait impossible, "Les contrats légalement formés tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faits."
    Pourquoi véreux ?
    Expliquez svp
    plaider c'est expliquer, juger c'est comprendre

  7. #32
    Pilier Cadet
    Ancienneté
    novembre 2007
    Messages
    545
    Bonjour,

    Merci Halias pour ton article très éclairant.

    J'ai la double vue ... salariée et employeur.

    Du point de vue salariée : j'étais contre ces ordonnances pour la partie des indemnités CPH. Je suis pour la liberté du juge et la juste réparation du préjudice. Par contre, il est bien de travailler davantage sur le fond que la forme car j'ai aidé quelques amis à gagner du rab sur la forme. Et enfin je trouve que les indemnités de licenciement et cph sont beaucoup trop faibles notamment pour les grandes anciennetés.

    Du point de vue employeur : mon job est bien plus facile ... pour me séparer des salariés .... la gestion des risques et des budgets facilités car maintenant quand on se sépare d'un salarié la provision pour risque contentieux se calcule plus aisément. Finalement beaucoup moins de contentieux à gérer car cela se traite à l'amiable avant. La RC c'est facile :-) on doit juste gérer les salariés qui veulent tenter une RC plutôt que de démissionner pour récupérer un peu de sous au passage.

    voilà ma petite contribution ....

    bonne journée

  8. #33
    Pilier Junior Avatar de Dura
    Ancienneté
    novembre 2006
    Messages
    3 700
    Merci Halias pour ce développement chiffré et argumenté.
    On pourrait aussi rappeler que dans plus d'un tiers des cas, un jugement prud'homal est invalidé en appel. Cela vient quelque peu amoindrir l'éloge de cette juridiction non professionnelle, et accréditer l'idée que le législateur peut utilement rajouter quelques repères au souvent difficile discernement...

    Par ailleurs, je me suis souvent demandé pourquoi des affaires dont les enjeux n'étaient pas considérables (mais sans doute symboliques) étaient portées devant le justice, y compris parfois jusqu'à la cour de cassation.
    Jusqu'au jour où j'ai découvert que de plus en plus de salariés avaient souscrit une assurance d'assistance juridique.
    Gestion de risque pour gestion de risque, la démarche est assez logique !

    Et les métiers du droit se frottent les mains au fur et à mesure que les textes de loi se complexifient...
    "Il n'y a pas de passagers sur le vaisseau spatial Terre. Nous sommes tous l'équipage. Mac Luhan

  9. #34
    Pilier Junior
    Ancienneté
    mai 2014
    Messages
    1 362
    Citation Envoyé par Halias Voir le message
    Pourquoi véreux ?
    Expliquez svp
    Bonjour,

    Les "accords offensifs" permettent maintenant à un délégué syndical majoritaire de signer un accord ayant par exemple pour effet d'augmenter la durée du contrat de travail. Donc concrètement si je ne doute pas qu'une majorité de DS sont honnêtes, intègres et compétents, il suffit qu'il y en ait qui ait été plus ou moins acheté par la Direction (corruption), ou qui ait été pressuré et terrorisé (pression), ou encore qui n'y connaisse rien (ignorance), pour signer un texte permettant de dégrader significativement les conditions de travail.

    Bonne journée
    Ampez a trouvé ce message utile.

  10. #35
    Membre Cadet
    Ancienneté
    mars 2017
    Messages
    28
    Bonjour à tous,
    Je suis 1 simple utilisateur du forum ayant eu besoin de votre aide. Une histoire de grue qui risquait de basculer, droit de retrait et proposition de rupture conventionnelle dans la foulée. Bref . . . Votre concours à tous avait été d’une aide inestimable, que vous en soyez infiniment remercié.
    Merci aussi pour l’eclairage sur ces dispositions évoquées dans ce tutoriel.
    Bon courage à vous tous et bravo pour vos investissements bénévoles. S’il vous plaît continuez, on a besoin de vous !
    Ketch17
    Ampez a trouvé ce message utile.

  11. #36
    Pilier Sénior Avatar de Halias
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    27 670
    Citation Envoyé par Ketch17 Voir le message
    Bonjour à tous,
    Je suis 1 simple utilisateur du forum ayant eu besoin de votre aide. Une histoire de grue qui risquait de basculer, droit de retrait et proposition de rupture conventionnelle dans la foulée. Bref . . . Votre concours à tous avait été d’une aide inestimable, que vous en soyez infiniment remercié.
    Merci aussi pour l’eclairage sur ces dispositions évoquées dans ce tutoriel.
    Bon courage à vous tous et bravo pour vos investissements bénévoles. S’il vous plaît continuez, on a besoin de vous !
    Ketch17
    c'est gentil un grand merci à vous

    c'est rare ce genre de message

    bon we
    Putzi et Ampez ont trouvé ce message utile.
    plaider c'est expliquer, juger c'est comprendre

  12. #37
    Membre Junior
    Ancienneté
    décembre 2008
    Localisation
    64
    Messages
    126
    Bonsoir,


    Je prends le fil de la discussion en cours moi, en ce qui me concerne je suis toujours sortie dans la rue pour dire non aux loi komrie macron et consorts. Je fais le constat suivant. Si les moutons Français étaient sortie aussi nombreux dans la rue pour proclamer leur désaccords sur les Ordonnances comme ils l'étaient pour le mondial en serions nous là ? Je ne pense pas.



    Désolé d'être aussi crue mais voilà moi aussi je ne suis pas content des ordonnances. Que faut t-il faire ? Une révolution ? Puis pensez-vous vraiment que les Français descendrons dans la rue ? Je ne pense pas. Tant qu'il y aura un semblant de social rien ne bougera. C'est malheureux à dire mais faut tombé encore plus bas pour que la populace sorte dans la rue. Autrefois pour moins que ça le Français descendé dans la rue.



    Moi aujourd'hui j'étais dans la rue dans le cortège de la # Syndicat salarié #.
    Dernière modification par Solvertune ; 09/10/2018 à 21h21.

  13. #38
    Pilier Sénior Avatar de VincentB_
    Ancienneté
    janvier 2013
    Localisation
    Poitou-Charentes
    Messages
    9 020
    Citation Envoyé par Solvertune Voir le message
    Si les moutons Français étaient sortie aussi nombreux dans la rue pour proclamer leur désaccords sur les Ordonnances comme ils l'étaient pour le mondial en serions nous là ? Je ne pense pas.
    Autre hypothèse : ils ne sont pas en désaccord.

    Citation Envoyé par Solvertune Voir le message
    la populace
    Pardon ?

    Citation Envoyé par Solvertune Voir le message
    Moi aujourd'hui j'étais dans la rue
    Vous feriez mieux de consacrer votre temps de cerveau disponible à la lecture d'un Bescherelle ; votre orthographe fait vraiment très "dernier de cordée".
    "Vous avez de mauvaises actions sur la conscience ? Vendez ! " (Michel Greg)

  14. #39
    Support Utilisateur et Modération Avatar de Animateur Communautaire
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    2 046
    Bonjour à tous
    J'ai ouvert ce sujet afin de provoquer un débat.
    Il est intéressant de donner des pistes de discussion.
    Si vous êtes effectivement contre ou en désaccords avec les ordonnances vous en avez le droit, mais détaillez votre point de vue.

    Le débat est toujours ouvert mais doit rester cordiale

    Bonne journée
    Membre du Conseil Communautaire du Forum de Net-iris

  15. #40
    Membre Junior
    Ancienneté
    décembre 2008
    Localisation
    64
    Messages
    126
    Bonsoir VincentB_,


    Je suis désolé que mon orthographe vous heurte. Je le reconnais je suis mauvais en orthographe mais cela ne vous dispense pas le respect. J'ai donné mon avis, il vaut ce qu'il vaut. Je suis en désaccord total avec la loi travail de MACRON, comme beaucoup de Français. Je rejoins les propos tenues par certaines personnes sur le fait de précarisé l'emploi ne résoudra pas le chômage bien au contraire.



    Tous les jours je côtoie la misère social de personne privé d'emploi ou licencié après une vie passé dans une entreprise. Vous trouvez cela normal vous que fragilise les travailleurs via des lois scélérates faite par un banquier pour des banquiers ou des multinationales ?



    Que l'on allège les charges sociales sur les petites entreprises je trouve cela légitime. Mais que des multinationales profitent des crédits d’impôts sur le dos des contribuables cela est inadmissible.



    Mon opinion vaut ce qu'elle vaut moi au moins j'en ai une je ne suis pas soumis a la toute puissance de l'état. Je milite dans les syndicats je fais grève lors de l'appel de l'intersyndical. Je peux me regardé dans une glace et dire a mes enfants j'ai lutté mais je n'ai pas gagner.



    Seuls les batailles non menées sont perdues.
    Dernière modification par Solvertune ; 11/10/2018 à 17h59.

  16. #41
    Pilier Sénior Avatar de Yuri
    Ancienneté
    novembre 2007
    Messages
    6 633
    Attention aux conditions d'allègement des "charges". En Macronie les salaires nets directs augmentent en baissant les cotisations pour la sécurité sociale ou pour l'assurance chômage, ce qui donne ensuite des arguments pour faire des économies au prétexte que ces organismes sont déficitaires.
    Actuellement il s'agit de supprimer les cotisations Assedic sur la part salariale, ce qui va déséquilibrer encore plus l'UNEDIC et justifier sa "nationalisation" avec la probable disparition du système actuel d'indemnisation proportionnel au salaire perdu....
    Dieu, prix Nobel de la guerre. (Cabu, Charlie Hebdo 2002)

  17. #42
    Membre Cadet
    Ancienneté
    novembre 2011
    Messages
    24
    Bonsoir à tous
    Grand dilemme que toutes ces lois
    Elles seront bonnes ou mauvaises, en fonction du coté de la barrière ou on se trouve socialement
    Ce qui me gênent surtout, c'est qu'il n'y ait pas assez de magistrats ( ils ont un "portefeuille" de plusieurs années devant eux ) pour les faire appliquer "rapidement" , mais également parce qu'elles sont votées par des gens ( parfois par une petite poignée de parlementaires tard la nuit) , qui se soucis plus de leurs intérêts et/ou des consignes de leurs formations politiques...
    Bref... on fait avec !!! on gueulent et on dit même qu'on ne se fera pas avoir aux prochaines élections
    Bonne soirée à tous sur cette avis tout à fait personnel

  18. #43
    Pilier Sénior Avatar de Halias
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    27 670
    Citation Envoyé par phil2776 Voir le message
    Ce qui me gênent surtout, c'est qu'il n'y ait pas assez de magistrats
    Bonjour

    si on se réfère au titre de la discussion "loi travail" on se réfère donc au conseil de prud'hommes et en France il y environ 15 000 conseillers ce qui est suffisant

    ou le bas blesse c'est le temps de procédure qui dépasse allègrement 18 mois en moyenne
    mais, ce n'est pas lié aux prud'hommes en eux même, mais lié aux demandes de renvois des affaires, lié à la profession des avocats qui, si cette demande est faite par les deux parties, ne peut etre que renvoyée par cette juridiction

    sinon en moyenne pour instruire un dossier les prud'hommes en moyenne mettent a peine 12 mois

    la mise en place des BCO (Bureau de conciliation et d'orientation) et surtout le BME (bureau de mise en état) finiront a terme, comme les autres juridiction à diminuer de façon drastique cette durée

    une vraie conséquence des lois travail et autre et la chute impressionnante des saisines qui de 250 000 il y 10 ans à environ 150 000 a ce jour
    pour autant, y a t il moins de conflit dans le monde du travail ? = non au contraire

    les chiffres : .

    2014 = 187 651 saisines dont 33 311 référés
    2015 = 184 096 saisines dont 33 277 référés
    2016 = 149 815 saisines dont 26 866 référés


    En 2013 il y a eu 672 000 licenciements

    Depuis, chaque année environ un peu moins de 700 000 licenciements ont lieu en France, auquel il faut additionner près de 400 000 homologations de ruptures conventionnelles

    67 millions d’habitants en France
    Environ 14,2 millions de retraités
    23 810 788, c’est le nombre exact de salariés total en France
    Environ 5,5 millions d’emplois de la fonction publique (soit environ 20 % du total des emplois) dont 3,8 millions de fonctionnaires
    Environ 18 millions de salariés de droit privé en France
    L’AGIRC indique que les cadres sont au nombre de 3,5 millions

    Ce qui fait un peu plus de 1 000 000 de ruptures de contrat de travail par an pour 18 millions de salariés de droit privé, soit un salarié sur 18 voit la rupture de son contrat de travail chaque année

    Nous constatons une chute importante des saisines en référé (voir plus haut)
    Or en référé, les saisines sont très souvent liées à des demandes faites par les salariés les plus démunis, ceux payés au smic, qui plus est peuvent être des temps partiel.
    Jusqu’au 25 Mai 2016 et par le Décret n°2016-660 relatif à la justice prud’homale et au traitement judiciaire du contentieux du travail l’approche de la juridiction prud’homale était relativement simple
    Force est de constater qu’il était temps d’encadrer malgré tout cette procédure.

    Quand bien même, il pourrait obtenir l’aide juridictionnelle, ils se rendent compte de la difficulté actuelle qu’ils ont à venir au conseil de prud’hommes et deviennent fatalistes.

    Sur ce point nous nous devons d’intervenir et ne pas laisser cette classe de salariés sans moyens
    Que des personnes réclamant leur juste dus ne puissent faute de moyen intellectuel ou financier saisir la justice n’est pas concevable et ce sont de ceux-là que les votes extrémistes profitent.

    Il y aussi plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, qui en dehors du coté excessif, encadre et limite dangereusement le pouvoir d'un juge

    Voici donc la première cause, et nous le constatons hélas chaque semaine, de la chute très importante des saisines en référés

    Mais alors que la procédure est orale, ce décret la rend beaucoup plus écrite et moins simple.
    Saisir le Conseil de Prud’hommes ne se fait plus par simple formulaire, une procédure devra être respectée.
    Les salariés devront prendre conseil avant d’agir.
    Par contre, il est évident que pour les salariés précarisés, prendre conseil auprès d’un professionnel pour solliciter un arriéré de salaire, un manquement sur les congés payés, risque de leur couter plus cher que les sommes réclamées, et tenter de remplir, seul, le Cerfa n°15586*02 est quasi mission impossible.

    Un autre exemple viendra mettre en exergue une différence fondamentale entre une personne licenciée à 50 ans avec 29 ans d’ancienneté et un employé de 30 ans avec 3 d’ancienneté
    Ces deux personnes étant toutes deux dans des conditions similaires de poste, de fonction et de salaire (excepté l’ancienneté).

    Pour le premier, en cas de requalification d’un licenciement sans cause réelle ni sérieuse, il pourrait prétendre à un maximum de 20 mois de salaire pour dommages et interets
    Ce montant est à peu près identique à ce que les prud’hommes avaient pour habitude de donner dans un tel cas de figure
    Pour le deuxième en cas de requalification d’un licenciement sans cause réelle ni sérieuse, il pourrait prétendre à un maximum de 5 mois de salaire pour dommages et interets.
    Dans ce cas précis, si l’exemple est d’une personne au SMIC, il pourrait prétendre à 4 smic mais avec une mise de fond pour le conseil qui le défendrai de plus de 2500 € plus la partie variable (en général 10 % ht du montant des DI) ? Ce qui dans cet exemple représente 750 €
    Ce qui représente un investissement de l’ordre de plus de 3250€ pour un hypothétique gain prud’homal de l’ordre de 4300 € net.
    Le tout agrémenté d’un durée de procédure d’environ 17 mois, hors éventuel départage (20 mois en moyenne) et appel (environ 13 mois).

    chute des conflits = non
    chute des saisines = oui
    la cause =l a difficulté de saisir cette juridiction et les difficultés financières qui sont liées = les plus démunis n'ont plus les moyens de se défendre

    voici le vrai constat des suites des "loi travail" et autres décrets

    Cordialement

    Halias
    Dernière modification par Halias ; 23/10/2018 à 07h14.
    Animateur Communautaire, shuppassant et xTGx ont trouvé ce message utile.
    plaider c'est expliquer, juger c'est comprendre

  19. #44
    Pilier Sénior Avatar de Yuri
    Ancienneté
    novembre 2007
    Messages
    6 633
    Merci Halias pour cet exposé précis des conséquences réelles des modifications législatives. Sous prétexte de ne pas "mettre en péril" les pôvres entrepreneurs, on empêche les salariés de faire valoir leurs droits.
    Double avantage, les procédures étant moins nombreuses elles coûtent moins cher au contribuable et surtout aux employeurs.
    De plus cela oblige à"professionnaliser" la défense au détriment des conseillers syndicaux gratuits et à l'avantage des avocats.

    Remarquons au passage que le jour où tous les emplois seront Ubérisés les prud'hommes disparaîtront.....
    Dieu, prix Nobel de la guerre. (Cabu, Charlie Hebdo 2002)

  20. #45
    Pilier Sénior Avatar de Halias
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    27 670
    Citation Envoyé par Yuri Voir le message

    Remarquons au passage que le jour où tous les emplois seront Ubérisés les prud'hommes disparaîtront.....
    merci Yuri

    mais pour ce qui est encadré, je pense qu'il n'est pas besoin d'attendre cela

    a priori ce sera la dernière mandature (4 ans) de "prud'hommes" ainsi constitué ou encore un autre mandat!!!!!!!!!!!!!!! pas sur

    ensuite échevinage? intégration au TGI?, sais pas trop
    plaider c'est expliquer, juger c'est comprendre

  21. #46
    Support Utilisateur et Modération Avatar de Animateur Communautaire
    Ancienneté
    décembre 2007
    Messages
    2 046
    Merci Halias ! merci à tous les participants !

    Passionnant ! je laisse ce sujet qui continue de faire débat et qui permet de voir clair dans les méandres de la Loi Travail !
    Membre du Conseil Communautaire du Forum de Net-iris

+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 DébutDébut 1 2
Interrogez un avocat via Wengo

Discussions similaires

  1. [Opinion] L'abus d'article 700 : vos réactions
    Par Olricht dans le forum Monde de la Justice
    Réponses: 247
    Dernier message: 13/08/2017, 14h39
  2. LoiTravail et 49.3
    Par Animateur Communautaire dans le forum Débats et interprétations
    Réponses: 26
    Dernier message: 29/09/2016, 09h32
  3. La Véme republique,une democratie d'opinion?
    Par Shems dans le forum Entraide aux étudiants en droit
    Réponses: 4
    Dernier message: 03/03/2008, 15h48
  4. liberté d'opinion
    Par Mintaka dans le forum Travail
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/04/2007, 21h52
  5. Réponses: 6
    Dernier message: 09/02/2005, 15h14

Règles de publication

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages

  • Règles du forum