Affichage des résultats 1 à 24 sur 24

Discussion : Reprise de travail

  1. #1
    Membre Junior

    Infos >

    [Bonjour]

    Ma fille 45 ans, veuve depuis 4 ans (suicide de son mari), ayant 2 enfants à charge dont une handicapée, ayant aussi un problème de thyroïde, a été mise en arrêt de travail depuis janvier suite à un burn-out, elle travaille en ITEP (enfants ayant des trouble du comportement). Le médecin de la CPAM lui dit de reprendre le travail mi avril, et de voir avant son médecin du travail. Elle est suivie médicalement et par un psychiatre. Elle a encore du mal à "refaire surface". Que se passera t'il si le médecin du travail refuse qu'elle reprenne de suite ? Perdra t'elle ses indemnités journalières ? En clair que peut-il se passer ? Elle souhaite bien sûr reprendre, d'ailleurs elle n'a pas le choix, elle est seule pour élever ses filles, mais si c'est encore trop tôt, quelle sera la marche à suivre. Merci de bien vouloir me donner votre avis.
    Je précise toutefois que le médecin de la CPAM l'a vue environ 20 mn, et il a jugé qu'il faudrait qu'elle reprenne mi avril.... Comment peut-il juger de son état de santé en la voyant 20 mn, curieux quand même.

    [Merci de vos réponses]
    Dernière modification par Modérateur 01 ; 23/03/2014 à 10h04. Motif: ajout d'oublis

  2. #2
    Pilier Sénior

    Infos >

    Bonjour,

    Que votre fille suive les indications du médecin conseil et demande un RdV auprès du MdT dans le cadre d'une visite de pré reprise.
    La suite découlera de ce que dira le MdT
    Cordialement,
    Jean-Louis

    "Il n'y a ni richesse ni force que d'hommes" Jean Bodin

  3. #3
    Membre Junior

    Infos >

    Merci pour votre réponse. Le Médecin du travail, lui a dit qu'il allait lui enoyer un courrier pour lui dire quand elle devra reprendre, car il réfléchit...

    Donc elle va attendre ce courrier et prendra RV avec le médecin du travail. Elle lui a bien dit qu'elle était suivie par un psychiatre et entamait une psychothérapie, il lui a dit que c'était bien, mais sa réponse n'a pas été définitive le jour de cet entretien. Ce que je voulais savoir, c'est si la médecine du travail lui dit que son état ne lui permet pas de reprendre de suite, est-ce que la CPAM continuera de lui verser ses indemnités journalières ? Et si, malgré le refus de la médecine du travail, (au cas où la CPAM ne lui paie plus ses indemnités journalières), pourra t'elle reprendre son travail ? Son employeur risque de ne pas l'autoriser aussi à reprendre ? Que se passera t'il ? Merci.

  4. #4
    Pilier Sénior

    Infos >

    Son employeur n'autorisera pas la reprise si le MdT ne la met pas apte

    C'est à son médecin traitant (psychiatre) de faire le certificat médical pouvant convaincre le médecin conseil et/ou le MdT que la reprise est prématurée.

    Si le médecin conseil persiste dan son appréciation, votre fille pourra contester...
    Cordialement,
    Jean-Louis

    "Il n'y a ni richesse ni force que d'hommes" Jean Bodin

  5. #5
    Membre Junior

    Infos >

    MERCI pour votre réponse.
    Le médecin généraliste de ma fille a reçu le courrier du médecin de la CPAM qui lui confirme de reprendre le travail le 13 avril.
    Le médecin de la CPAM est un retraité de l'armée.... Sans commentaires.

  6. #6
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par ettelaup Voir le message
    MERCI pour votre réponse.
    Le médecin généraliste de ma fille a reçu le courrier du médecin de la CPAM qui lui confirme de reprendre le travail le 13 avril.
    Le médecin de la CPAM est un retraité de l'armée.... Sans commentaires.
    Bonjour,

    Quelle incidence sur le traitement par la CPAM de ce dossier ?
    Cordialement,
    Jean-Louis

    "Il n'y a ni richesse ni force que d'hommes" Jean Bodin

  7. #7
    Membre Junior

    Infos >

    Bonjour et merci de vous être exprimé. L'incidence, d'une part, un retraité de l'armée, pour moi c'est "marche ou crève" et d'autre part, je trouve écoeurant que ces retraités dès l'âge de 45 à 50 ans puissent être BIEN recasés, alors qu'il y a des milliers de jeunes en recherche d'emploi. Et ma fille va reprendre le travail alors qu'elle est encore très fatiguée. Seulement lorsqu'on est veuve avec 2 enfants très jeunes, dont un handicapé, on a pas le choix. Le médecin de la CPAM qui l'a vue 20 mn, a jugé qu'elle pouvait reprendre. C'est vrai qu'il n'est pas fatigué lui...

  8. #8
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par ettelaup Voir le message
    Bonjour et merci de vous être exprimé. L'incidence, d'une part, un retraité de l'armée, pour moi c'est "marche ou crève" et d'autre part, je trouve écoeurant que ces retraités dès l'âge de 45 à 50 ans puissent être BIEN recasés, alors qu'il y a des milliers de jeunes en recherche d'emploi. Et ma fille va reprendre le travail alors qu'elle est encore très fatiguée. Seulement lorsqu'on est veuve avec 2 enfants très jeunes, dont un handicapé, on a pas le choix. Le médecin de la CPAM qui l'a vue 20 mn, a jugé qu'elle pouvait reprendre. C'est vrai qu'il n'est pas fatigué lui...
    Bonjour,

    Bon, on va un peu sortir du juridique...

    Le "marche ou crève" est une appréciation stéréotypée qui, de mon point de vue, ne doit pas être appliquée à tous les membres de cette institution. Vous seriez certainement surprise, si vous connaissiez bien ce milieu, du nombre d'humanistes qui y propospèrent (comme chez les policiers d'ailleurs, pour évoquer une autre profession qu'on a tendance à stigmatiser).

    Les retraités de 45 à 50 ans (parfois plus jeunes...) ont une retraite qui est proportionnelle au nombre de leurs années de service....Quand ils partent à 17 ans de service, ils touchent 34% de leur solde de base...à 25 ans de service 50%.....
    Et n'oubliez pas qu'à l'armée, nombre de militaires sont rayés des cadres au bout de cinq ans, dix ans ou par limite d'âge de leur grade (35 - 40 ans...) car l'armée ne peut "sanctuariser" tous ses effectifs, compte tenu des besoins en jeunes en parfaite condition physique dont elle a besoin pour accomplir ses missions..

    Donc leur "recasement" est indispensable pour continuer à faire vivre leur famille.... et les entreprises qui les embauchent le font sur des critères différents que pour les milliers de jeunes en recherche d'emploi...
    Cordialement,
    Jean-Louis

    "Il n'y a ni richesse ni force que d'hommes" Jean Bodin

  9. #9
    Membre Junior

    Infos >

    OK, il y a des "bons" et des "mauvais" et pas que dans l'armée. Je sais, j'en ai dans ma famille et des amis, donc inutile de me faire la morale. Or, ce médecin dont je parle est bien connu. Dans une petite ville, tout se sait. Que ces gens qui recherchent un emploi pour arrondir sa retraite, ok. Mais pourquoi ont-ils des emplois aussi "planqués". Car, je regrette ils sont bien lotis / SS, Banques et autres administrations, ils ne vont pas dans le privé !! Je suppose que vous faites partie de cette catégorie bien sûr et que vous prêchez pour votre saint. Pouvez-vous me dire, comment en 20 minutes on peut juger qu'une personne peut ou non reprendre son travail ? Ce ne sont pas les médecins qui la soignent qui peuvent le déterminer ? Les médecins de ma fille, traitant ou psy, ne sont pas ses copains.
    Inutile de revenir la-dessus on ne sera pas d'accord, votre opinion est faite, la mienne aussi.
    Merci, toutefois d'avoir exprimé votre point de vue.
    Dernière modification par ettelaup ; 20/03/2014 à 17h02. Motif: non terminé

  10. #10
    Pilier Sénior

    Infos >

    Bonsoir,

    Jean-Louis a fait un aparté non juridique eu égard à votre remarque pour ma part, je vous réponds sur le rôle du médecin conseil.

    Il lui appartient de faire un diagnostic sur les raisons d’un arrêt de travail et il détermine si seul le travail en est la cause.

    Pour la suite Jean-Louis a répondu

    Son employeur n'autorisera pas la reprise si le MdT ne la met pas apte

    C'est à son médecin traitant (psychiatre) de faire le certificat médical pouvant convaincre le médecin conseil et/ou le MdT que la reprise est prématurée.

    Si le médecin conseil persiste dan son appréciation, votre fille pourra contester...
    Pour critiquer les gens, il faut les connaître et pour les connaître, il faut les aimer. COLUCHE

  11. #11
    Membre Junior

    Infos >

    Oui, bien sûr, quand vous avez deux enfants de 15 et 12 ans dont une handicapée, que son mari s'est suicidé en 2004, qu'elle même a de graves problèmes de thyroïde, que son père a un cancer depuis fin 2011 et que dans son travail c'est de plus en plus difficile, (éducatrice spécialisée) où il est courant qu'il faille maîtriser des jeunes adolescents (5 éducateurs depuis Septembre 2013 ont été arrêtés suite à des doigts retournés ou cassés), c'est vrai qu'il faut être solide. Je pense que dans ces conditions là, on peut un jour ou l'autre être déprimé, voire épuisé. Malheureusement son travail devient de plus en plus difficile parce que certains de ces adolescents devraient être en psychiatrie, mais vu qu'il manque de la place on les met en ITEP, cela devient très très difficile pour les éducateurs de maîtriser cette situation. Pour tous ceux qui critiquent, qui jugent, elle va reprendre son travail, et puis, elle verra bien comment cela va se passer. C'est curieux comme les gens ont vite jugé sans connaître les tenants et les aboutissants. Ma question était : si le médecin du travail prétend qu'elle ne peut pas reprendre, que se passera t'il ? Continuera t'elle à percevoir ses indemnités journalières ? Eh ! bien je n'ai pas eu la réponse à cette question, par contre les critiques, il n'y a pas de problèmes. Je pense que tous ceux qui ont eu la critique facile n'ont pas de soucis particuliers. Quant à J. LOUIS, je comprends votre raisonnement, il y a un ensemble de choses qui ont fait que ma fille est en dépression et même en état d'épuisement. Mais si le médecin conseil a jugé que ce n'était pas dû à son travail, ce qui est tout de même faux, il n'empêche qu'elle est toujours fatigué, et que je crains qu'elle ne résiste pas longtemps. Nous verrons bien. QUI VIVRA VERRA. Merci de m'avoir répondu, au moins une réponse qui n'est pas partial et méchante.

  12. #12
    Pilier Sénior

    Infos >

    Bonjour,

    Je ne voulais pas continuer sur cette discussion, mais je me permets de ré-intervenir :

    * la situation personnelle de votre fille est très difficile, et il est compréhensible que vous en soyez affectée et que cela nourrisse ce que vous percevez comme étant un caractère inhumain du traitement administratif de ses difficultés...

    * mais il s'agit de vous donner réponse à des problèmes objectifs, en laissant de côté, autant que possible, les retentissements subjectifs.

    * les médecins conseils ont, entre autres, pour mission d'être objectifs sur la nécessité d'accepter au non les arrêts de travail des salariés. Ils décident donc dans certains cas d'annoncer aux salariés que leurs IJ seront suspendues à compter de telle date. Dans une très grande majorité des cas, les salariés reprennent le travail sans difficulté particulière. Quand les médecins traitants ou du travail justifient de la non possibilité pour le salarié de reprendre le travail, les IJ sont prolongées.

    * donc, il faut que votre fille aille voir son MdT (visite de pré reprise / à sa demande / rendez-vous à prendre par elle-même). En fonction de ce qu'il dira (et il pourra lui remettre un certificat qu'elle pourra transmettre au médecin conseil), et avec l'appui de son médecin traitant (le spécialiste), l'arrêt pourra être prolongé. Si le médecin conseil ne veut pas, sa décision pourra être contestée.
    Cordialement,
    Jean-Louis

    "Il n'y a ni richesse ni force que d'hommes" Jean Bodin

  13. #13
    Membre Junior

    Infos >

    A Jean Louis 52 : Je vois que vous avez compris la situation dans laquelle se trouve ma fille, et cela je ne le souhaite à personne, car, nous ses parents nous sommes très angoissés, comme tous bons parents qui se respectent et aiment leurs enfants. J'espère que si vous étiez dans cette situation, vous réagiriez de la même manière. Ceci dit, j'ai enfin une réponse à ma question. Merci. Oui, elle va prendre contact avec son médecin du travail. Mais depuis 4 ans qu'elle se bat, je ne sais pas si elle va avoir encore le courage de se battre pour ça. Elle va voir ce que le médecin du travail va dire. Ce qui m'inquiète, c'est qu'elle fait de la route et qu'elle est sous calmants, anti-dépresseurs, lévothyrox, et que je ne voudrais pas qu'à ce mal être, s'ajoute un accident de voiture.
    Quand je vois que certaines personnes en bonne santé, profitent et de la SS des AF, du chômage, permettez-moi d'être écoeurée, ceux qui travaillent sont toujours dans le viseur, et comme par hasard, l'administration ne voit pas (ne veut pas voir) les assistés. On peut polémiquer, ça ne change rien au problème, ma fille reprendra probablement son travail, et si d'ici quelques semaines elle n'est pas bien, sa psychiatre l'arrêtera à nouveau.

  14. #14
    Pilier Junior

    Infos >

    Bonsoir

    Je rebondis sur ce que dit Putzi : pourquoi le médecin conseil devrait il se prononcer sur le fait de savoir si seul le travail est la cause de l'arrêt ??
    Nous ne sommes pas, sauf si cela m' a échappé dans le cadre d'une maladie professionnelle ?

    merci

  15. #15
    Membre Junior

    Infos >

    A PATJER

    Merci pour votre réflexion, qui est tout à fait juste. Mais, comme je l'ai dit, comment en voyant 20 mn une personne, peut-on dire qu'elle peut ou non reprendre le travail ? Je ne voudrais pas être médisante, mais certaines personnes doivent connaître la bonne technique pour rester en maladie des mois et des mois sans être contrôlées. Mais voilà, ce sont toujours les mêmes qui paient pour les autres.

  16. #16
    Pilier Junior

    Infos >

    Ce qui rend la situation difficile, c'est que nous sommes sur 2 législations différentes :
    - Le médecin conseil qui se base sur une "aptitude" à un emploi quelconque même différent de son poste antérieur
    - Le médecin du travail qui se base sur une aptitude à SON poste.
    Vu la situation je serai étonné que le médecin conseil ne revienne pas sur son avis si médecin du travail et psychiatre interviennent.
    Sinon votre fille pourra demander une expertise médicale dans laquelle votre médecin traitant aura un rôle important à jour

  17. #17
    Membre Junior

    Infos >

    Oui bien sûr, je comprends, mais vous savez ma fille, avec ce qu'elle a subi, je pense qu'elle n'a pas le courage de se bagarrer encore pour cela. Quand on est seule avec tous les pépins qui vous accompagnent, c'est difficile. Mais je suis parfaitement d'accord avec votre point de vue.
    merci.

  18. #18
    Pilier Junior

    Infos >

    Je suis malgré tout assez confiant sur la suite.
    Si expertise, ses médecins traitant l'aideront à surmonter cette nouvelle étape, j'en suis certain.

  19. #19
    Membre Junior

    Infos >

    Oui, je sais qu'elle peut compter sur les médecins qui la soignent, elle est bien suivie, heureusement ! Nous verrons la suite. Merci encore de votre gentillesse.

  20. #20
    Pilier Sénior

    Infos >

    Bonsoir Patjer (contente de vous revoir)

    Je ne voulais plus revenir ce post mais je tenais à dire que vous avez parfaitement résumé la situation concernant les rôles de chaque professionnel de santé. Ma réponse avait été donnée purement dans ce sens pour celui du médecin conseil, je regrette qu'Ettelaup l'ait mal pris. Sur ce forum, nous donnons les réponses en faisant (c'est parfois très difficile) abstraction des faits relevant de la vie privée des personnes mais ce n'est pas autant que nous sommes insensibles. Si nous devions répondre avec notre sensibilité, les réponses ne serait pas fiables et ce n'est pas le but.

    Je ne voudrais pas être médisante, mais certaines personnes doivent connaître la bonne technique pour rester en maladie des mois et des mois sans être contrôlées.
    Il y a toujours des personnes qui passent entre les mailles du filet mais je peux vous assurer qu'à l'heure actuelle les arrêts sont de plus en plus surveillés.
    Dernière modification par Putzi ; 22/03/2014 à 20h24.
    Pour critiquer les gens, il faut les connaître et pour les connaître, il faut les aimer. COLUCHE

  21. #21
    Pilier Junior

    Infos >

    Bonsoir Putzi

    En fait ce que je voulais dire c'est que sauf s'il s'agit d'une maladie pro , peu importe que l'arrêt soit dû au travail ou pas.C'est sur ce point que je n'étais pas OK avec vous.
    En maladie, le médecin conseil se prononce uniquement sur sa justification médicale avec les éléments du dossier dont il dispose, et il est susceptible de changer d'avis si les autres intervenants ( médecins traitants, médecin du W, etc) lui apportent d'autres éléments.

    Et quoiqu'il en soit et heureusement toute décision médicale peut être contestée selon cette procédure simple de l'expertise.

    Bonne soirée

  22. #22
    Membre Junior

    Infos >

    ¨C'est vrai, heureusement qu'on peut contester une décision, car ce serait la "gabgie". Ce n'est pas une maladie professionnelle, mais elle est éducatrice spécialisée et s'occupe d'enfants ayant des troubles du comportement, dont certains sont violents. Donc, il arrive un moment, où l'on craque. Quand vous pensez que 5 personnes depuis la rentrée scolaire ont été en arrêt, soit pour des fractures ou doigts retournés, c'est tout de même grave. Elle l'a dit au médecin conseil, mais sa réponse a été "de toute façon il faudra bien reprendre un jour !". Bien sûr, elle ne peut pas vivre de ses rentes, elle n'en a pas. Elle ne dispose que de son seul salaire pour élever ses 2 filles.
    BONNE SOIREE et merci.

  23. #23
    Pilier Sénior

    Infos >

    Citation Envoyé par Patjer Voir le message
    Bonsoir Putzi

    En fait ce que je voulais dire c'est que sauf s'il s'agit d'une maladie pro , peu importe que l'arrêt soit dû au travail ou pas.C'est sur ce point que je n'étais pas OK avec vous.
    En maladie, le médecin conseil se prononce uniquement sur sa justification médicale avec les éléments du dossier dont il dispose, et il est susceptible de changer d'avis si les autres intervenants ( médecins traitants, médecin du W, etc) lui apportent d'autres éléments.
    Je ne suis pas totalement convaincue mais ce post n'est pas le lieu pour en débattre.
    Pour critiquer les gens, il faut les connaître et pour les connaître, il faut les aimer. COLUCHE

  24. #24
    Pilier Junior

    Infos >

    je pense que nous devons mal nous comprendre sur ce point, mais probablement aurons nous l'occasion d'en discuter sur un autre post

    Bonne journée

Discussions similaires

  1. [Mon Employeur] reprise du travail après 2 ans de CLD sans visite de reprise URGENT
    Par signare dans le forum Travail
    Réponses: 9
    Dernier message: 26/06/2018, 07h02
  2. [Mon Salarié] Avertissement entre la reprise de travail et la visite de reprise
    Par agnes75 dans le forum Travail
    Réponses: 4
    Dernier message: 30/08/2017, 22h49
  3. [Mon Employeur] arrêt de travail pendant rdv reprise médecine du travail
    Par Kami59910 dans le forum Travail
    Réponses: 5
    Dernier message: 09/04/2009, 12h51
  4. [Mon Employeur] reprise de travail rdv medecine du travail
    Par Nanou26 dans le forum Travail
    Réponses: 23
    Dernier message: 27/07/2008, 21h42
  5. [Mon Employeur] visite de reprise avant reprise ?
    Par Bobos dans le forum Travail
    Réponses: 5
    Dernier message: 15/01/2007, 13h49