Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Informations préoccupantes


Dadou1405
 Partager

Messages recommandés

Bonsoir je me permets de venir sur le site car je cherche énormément de réponses et je suis littéralement perdu et affecté par la situation.

En juillet dernier l ex de mon conjoint avec qui il a eu des enfants à fait une dénonciation comme quoi j avais fait des bleues a l'une de ses enfants et que mes deux enfants en bas âges avaient également des bleues.

Ducou j'ai une assistance sociale et une puéricultrice qui est venu à mon domicile m expliquant qu'il y avait une enquête de 90 jours et ensuite un contrendu. Le premier rdv à mon domicile on m accuse d avoir fait des bleues ignobles sur l ensemble des enfants que je traine l'un de mes enfants etc. La puéricultrice a mis mes enfants nue et a palpé mon bébé de 1 mois jetais littéralement en larme .

Ses femmes ont constatés qu'il n'y avait aucun bleu ni maltraitance mais au premier rdv mon plus grand fils âgé de deux ans était paniqué,nous l étions tous... Ses femmes sont venu à mon domicile deux fois (juillet et août) en septembre à leur bureau. Le 1 octobre j'ai déménagé de région et une puéricultrice et assistance sociale a repris contact avec moi pour reprendre une enquête de 90 jours car le délai de la précédente était trop court en vue de mon départ. J'ai beau essayer de m explique sachant que j attend le rapport de la première enquête auquel c'est stipule qu'il n'y a pas de bleu ni rien j'ai des attestations de médecin etc mais personne veut m entendre. Mes enfants doivent voir un médecin de pmi imposé par l assistante sociale.je n'en peu plus de toutes ses accusations je suis dans la panique depuis des mois .l ex de mon conjoint fait d'une vengeance personnel et je n'en peu plus.

La semaine prochaine ses deux femmes viennent à mon domicile alors que j'ai déjà eu tout ça elles mon dit vous avez changer de département on repart à zéro donc les éléments,l enquête depuis juillet n'a abouti à rien alors qu'on m avait sertifie qu'il n'y aurait pas de suite à tout cela.

S'il vous plaît aider moi je n'en peu plus d être accusé à tort c'est tellement humiliant.

Merci par avance de vos réponses.

Cordialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous pouvez refuser une deuxième enquête. Si les deux parents son d'accord, normalement l'enquête ne peut pas être poursuite. Il y a personne qui peut entrer chez vous si vous ne le souhaitez pas. 

Peut-être tout cela va vous amener devant un juge des enfants, mais il vaut mieux expliquer les faits au juge que de s'exposer aux jugements des personnes que vous ne connaissez pas. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Citation

Vous pouvez refuser une deuxième enquête. Si les deux parents son d'accord, normalement l'enquête ne peut pas être poursuite. Il y a personne qui peut entrer chez vous si vous ne le souhaitez pas.

Merci de nous indiquer sur quoi repose cette affirmation, et surtout les conséquences ne peut pas vouloir collaborer au fait d'évaluer un potentiel danger, ou pas, pour les enfants .

Le problème c'est qu'ils n'ont pu analyser la situation par rapport à votre déménagement ( et par rapport à l'organisation administrative des services sociaux) : l'information est en toujours en cours, et ce n'est qu'à l'issue de l’enquête qu'il peut y avoir non lieu ou proposition de mesure éducatives .

Il n'y a pas de seconde enquête, il y a une enquête qui n'a pu aboutir de par votre décision de déménager avant l'aboutissement de celle ci .

Tant qu'il n'y a pas signalement officiel, c'est plutôt une bonne chose malgré vos impressions

Sans possibilité d'évaluation des risque, il faudra qu'ils mettent des mesures préventives en place ( et cela ne durera pas 90 jours)

Je ne peux que vous conseiller de bien faire faire les suivis médicaux et de scolarité de vos enfants pendant ce temps car effectivement, cela alimente la suspicion .

Modifié par kang74
  • Tout à fait (+1) 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Les services sociaux sont hélas contraints de vérifier ces accusations graves, et le mieux est de coopérer. Ces mesures sont pour le bien de vos enfants. Il faut absolument coopérer pour éviter la suspicion.

Je vous conseille de prendre dès maintenant contact avec un avocat. Faites aussi constater votre état de détresse par un médecin. Dès que l'enquête sociale aura pris fin et que vous serez blanchie, vous pourrez voir avec votre avocat s'il est possible de déposer plainte et d'attaquer l'accusatrice en justice pour obtenir un dédommagement. Vous pouvez aussi vous faire soutenir par un thérapeute. Gardez bien trace de toutes les dépenses, afin de pouvoir demander, le cas échant, réparation.

  • Tout à fait (+1) 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

il y a 14 minutes, Isadore a dit :

Il faut absolument coopérer pour éviter la suspicion.

Tout à fait.... Mais il est malheureusement récurrent de constater le comportement indigne de certains agents des services sociaux qui se comportent comme des "justiciers accusateurs" et des "redresseurs de torts" envers les gens qu'ils sont censés contrôler.

Comme le dit Isadore, une fois blanchie, il faudra donc peut-être aussi envisager une action contre ces personnes (si vous pouvez avoir des témoignages en votre faveur), car elles méritent d'être sanctionnées et très lourdement....

  • Tout à fait (+1) 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour j engage un avocat dès aujourd'hui. Nous subissons des accusations calomnieuses .la précédente enquête ne montrait absolument rien j'ai coopéré avec eux mais la je n'en peu plus. Mon fils le plus grand a deux ans donc l âge un peu difficile car il dit non souvent petit caprice etc mais rien de grave ou méchant et vue qu'elles n'ont constaté aucune bleu maintenant c'est le comportement de mon fils c'est l'âge qui veut ça rien de plus . Ses femmes sont limite arrogante .a la première enquête la puéricultrice a mis mes enfants à mon domicile nu et a palpé mes enfants c'est traumatisant pour tout le monde

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce que je vais dire est dur, mais il est normal que l'enquêtrice ait examiné les enfants (tous deux très jeunes) intégralement. Et d'une manière ou d'une autre, il faut continuer à coopérer. Si les agents soupçonnent une maltraitance, dans le doute les enfants seront placés (et c'est au moins six mois). C'est hélas les agents des services sociaux qui seront crus, et pas vous, même dans les cas où ils abusent.

Faites vous soutenir par un psychologue si nécessaire, discutez avec votre avocat, votre médecin traitant, mais ne vous révoltez pas contre les agents sociaux. Vous êtes dans la position d'une personne accusée d'un délit extrêmement grave, il faut manœuvrer avec prudence.

Même si leur comportement est désagréable, pour l'instant ils inclinent en votre faveur, car ils n'ont pas pris les accusations assez au sérieux pour vous faire retirer les enfants le temps de l'enquête.

Suivez à la lettre les instructions de l'avocat, pas d'initiative sans son accord, et face aux services sociaux, calme et patience.

  • Tout à fait (+1) 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, kang74 a dit :

Bonjour

Merci de nous indiquer sur quoi repose cette affirmation, et surtout les conséquences ne peut pas vouloir collaborer au fait d'évaluer un potentiel danger, ou pas, pour les enfants .

Le problème c'est qu'ils n'ont pu analyser la situation par rapport à votre déménagement ( et par rapport à l'organisation administrative des services sociaux) : l'information est en toujours en cours, et ce n'est qu'à l'issue de l’enquête qu'il peut y avoir non lieu ou proposition de mesure éducatives .

Il n'y a pas de seconde enquête, il y a une enquête qui n'a pu aboutir de par votre décision de déménager avant l'aboutissement de celle ci .

Tant qu'il n'y a pas signalement officiel, c'est plutôt une bonne chose malgré vos impressions

Sans possibilité d'évaluation des risque, il faudra qu'ils mettent des mesures préventives en place ( et cela ne durera pas 90 jours)

Je ne peux que vous conseiller de bien faire faire les suivis médicaux et de scolarité de vos enfants pendant ce temps car effectivement, cela alimente la suspicion .

Bonjour l analyse a été effectué la première fois que ses dames sont venu et à l annonce des accusations j'étais sous le choc et en larmes car c'est grave ce jour la on a mis mes enfants nue alors que c'est un médecin de pmi qui doit faire ce genre de choses et non une puéricultrice.

Que ses personnes fassent leur travail je le comprends et quoi qu'il en soit nous n avions pas le choix mais nous avons eu 3 rdv deux à mon domicile et le dernier a leur bureau,elles m'ont dit clairement que pour elles il n'y avait absolument rien et qu'elles comprenait parfaitement que ça été un choc très brutal pour tout le monde et qu'elle envoyait même une enquête auprès de la personne qui nous a accusé. Et parce que je change de département pour me rapprocher de ma famille on me dit hier que l'on repart à zéro , je subit encore ses accusations comme si j'étais une mauvaise mère  alors que j attend le premier contrendu pour pouvoir attaquer au pénal toutes les personnes concernées.

Je n'ai absolument jamais la même version des choses et ce qui est ignoble ses qu on se sert du soit disant comportement de mon enfant alors qu'il a deux ans et qu'il est dans la période du " terrible two" .

Il y a énormément d exagération .elles ont plein pouvoir elles se sente puissante dernière leur bureau mais les lois existe pour tout le monde et il est hors de question que ses femmes perturbé d avantage mes enfants et nous adultes.car oui elles perturbe le cercle familial. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 55 minutes, Algoret a dit :

La protection des enfants passe avant vos états d'âme.  C'est certainement tres difficile à vivre mais tout a fait normal. Faites vous une raison.

Il ne s agit pas d état d âme .mes enfants vont bien et jusqu'à leur arrives je n'ai jamais eu aucun ,mon grand était à la halte garderie ya jamais eu de souci ni signalement le seul changement est que j'ai accouché en césarienne en mai dernier.je n'ai aucune raison à Me faire a partir du moment où cela est une vengeance personnel et que j'ai des droits comme tout le monde .dire tout et n importe quoi c'est puni par la lois et les assistantes sociales et puéricultrices sont parfaitement sereine dernier leur bureau mais il y a énormément d Abu sur beaucoup de dossier , quoi qu'il en soit la manière de faire entre avant et maintenant sont différentes.mon avocat fera le nécessaire à présent

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le problème c'est l'organisation de ces services, qui ne communiquent pas, entre départements .

Ce qui amènent des situations comme la vôtre, ou on est obligé de tout recommencer ( et non, ce n'est pas le personnel qui prend cette décision en étant  heureux de venir faire faire une évaluation du risque chez vous)

C'est pénible certes mais beaucoup moins malheureux comme conséquences que de passer à travers les mailles du filet de ce système imparfait, si un enfant coure un danger ... et déménage .

Dans tous les cas, vous n'avez pas d'autres choix ou il fallait planifier votre déménagement si tôt le rapport effectué ( ce qui n'aurait pas empêché l'ex de faire un autre signalement, dans l'autre département)

  • Tout à fait (+1) 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 1 minute, kang74 a dit :

Le problème c'est l'organisation de ces services, qui ne communiquent pas, entre départements .

Ce qui amènent des situations comme la vôtre, ou on est obligé de tout recommencer ( et non, ce n'est pas le personnel qui prend cette décision en étant  heureux de venir faire faire une évaluation du risque chez vous)

C'est pénible certes mais beaucoup moins malheureux comme conséquences que de passer à travers les mailles du filet de ce système imparfait, si un enfant coure un danger ... et déménage .

Dans tous les cas, vous n'avez pas d'autres choix ou il fallait planifier votre déménagement si tôt le rapport effectué ( ce qui n'aurait pas empêché l'ex de faire un autre signalement, dans l'autre département)

Ils le savaient depuis le début de l enquête qu'on devait partir car je me rapprochait de ma mère (500km) de distance et que nous avions plus de possibilités de travail nous attendions juste de trouve un logement.la puéricultrice ma même confirmé que c'était le mieux pour nous de nous rapprocher de notre famille.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Citation

Ils le savaient depuis le début de l enquête qu'on devait partir car je me rapprochait de ma mère (500km) de distance et que nous avions plus de possibilités de travail nous attendions juste de trouve un logement.la puéricultrice ma même confirmé que c'était le mieux pour nous de nous rapprocher de notre famille.

Et ?

Parce que vous déménagiez ils auraient dû attendre ?

C'est le premier département qui a été saisi, c'était leur devoir de réagir au plus vite .

C'était à vous d'évaluer si il y avait urgence à déménager avant d'avoir reçu un non lieu, par exemple.

On ne vous reproche rien si vous avez fait ce choix : mais le conseil général de votre nouveau département doit maintenant lui aussi faire faire cette évaluation .

Puisqu'un non lieu n'a pas pu être décidé .

  • Tout à fait (+1) 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Vous allez payer un avocat pour en arriver au même résultat.

Vous avez des droits, mais les assistantes sociales et les puéricultrices aussi : puisqu'il y a eu une dénonciation, elles sont obligées de vérifier si ces accusations sont fondées ou pas. Elles ne font pas d'abus de pouvoir, juste ce pourquoi elles sont payées et elles ne sont pas responsables si vous avez décidé de déménager avant la fin de l'enquête. Faire déshabiller un nourrisson et un enfant de deux ans n'a rien de perturbant ou traumatisant : il ne faut pas être choquée à ce point.

P.S. : cela n'a rien à voir avec vos enfants, mais en vous éloignant à 500 kms, cela veut-il dire que votre conjoint actuel ne pourra plus avoir ses enfants de sa première union en DVH ?

  • Tout à fait (+1) 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Partager


  • Contenu similaire

    • Par Ycf
      Bonsoir,
      J'ai une attestation à écrire concernant un jugement au JAF
      Malheureusement je me rend compte que l'encart prévu est trop petit. (Cerfa 11527*03)
       
      Puis je prendre une feuille vierge pour compléter ?
       
      Merci de vos réponses bonne soirée
       
    • Par Aurélienauvr38
      Bonjour ou bonsoir, 
      Pour vous expliquer ma situation, je vis chez mon père (nous sommes en France dans une petite ville à côté de Lyon) depuis le divorce de mes parents. Mon père habite avec une femme avec qui il est marié et qui a deux filles. Je suis un étudiant de 22 ans en biologie à Lyon et je viens de sortir il y a quelques mois d'un cancer du système lymphatique impliquant chimiothérapie et radiothérapie, et je suis suivi dans le cadre de ma rémission complète.
      Il y a quelques jours, nous avons eu comme à notre habitude une altercation violente avec mon père. Je reconnais ma part de ma responsabilité et conscientise sa part de responsabilité aussi. A la suite de cette altercation violente (n'ayant impliqué que des paroles) mon père et ma belle-mère ne m'ont infirmé que je ne devais plus revenir à la maison, que je devais vivre chez ma mère à Saint-Etienne, mais qu'ils ne voulaient plus que je mette un pied à la maison. 
      Il faut savoir que ma mère dispose d'un petit appartement social avec une chambre (qui est la sienne) et elle ne peut pas accueillir de personne sous son toit au risque de perdre son appartement et les aides sociales qui lui sont accordées. Je me retrouve donc à la rue, et je ne sais pas quoi faire. 
      Je ne peux pas trouver de travail afin de m'assurer un revenu compte tenu de mon état de santé qui est encore fragile et des études qui sont suffisamment effrénés pour ne pas permettre  de travail à côté. Je n'ai pas de revenu. 
      Si quelqu'un aurait une réponse, car j'aimerais appeler une assistance sociale afin d'expliquer ce qu'il en est de la situation, mais la mise en contact avec une assistance sociale présente un caractère irréversible et je ne veux voudrais pas impacter davantage la situation. 
       
      Meci à vous de votre compréhension et de votre aide.
    • Par Marie.Alary
      Bonjour, voici mon problème. J'ai la garde de mon fils de 15 ans depuis 5 ans. Le jugement prévoit un droit de visite et d'hébergement pour l'autre parent du vendredi 18h au dimanche 18h. Week-end 1,3 et 5. Pendant les 5 dernières années pas de soucis. Depuis quelques temps, il vient à 15h45, 18h30, 20h30 puis 21h30. Puis m'indique qu'il viendra certainement le samedi.. (le matin? Le midi? L'après-midi ?  Le soir? Je n'ai pas de détails). J'ai donc fais un courrier recommandé en lui rappelant le jugement que c'était le vendredi à 18h au dimanche 18h et que compte tenu de son organisation etc.. (bref être conciliante) je tolerai une marge à 20h le vendredi mais pas au delà. (Risque routier etc.. et surtout de l'organisation de la vie de mon fils etc..). Il m'indique alors venir ce week-end mais je n'ai pas d'information sur l'heure où le jour. . Que je dois être présente à mon domicile et mon fils aussi. Je lui indique qu'on sera présent jusqu'au vendredi 20h. Ensuite on fera ce que bon nous semble du week-end.. etc etc.. menace de dépôt de plainte de non présentation..  je me renseigne auprès du commissariat.. code pénal qui s'applique donc ils prendront la plainte... et ils m'indiquent ne pas être compétant juridiquement, qu'il peut venir quand il veut pendant le week-end.. quid ? ? L'avocate me dit que le droit ce ferme dans l'heure  donc ici normalement 19h et j'ai prolongé à l'amiable à 20h. Donc passé 20h voir 20h01 pas de problème. Merci pour vos réponses..  
    • Par Amandine.rcnt
      Bonjour, 
      Je suis en pleine procédure de divorce, nous sommes passés devant le juge pour la première fois le 17 novembre. Nous avions convenu d'une garde alternée de nos deux enfants (j'en ai deux grands d'une précédente union). Deux jours avant l'audience mon directeur qui m'offre une promotion m'informe que je peux aller vivre où je veux partout en France ayant mon nouveau compagnon à 600kms de chez moi je passe mon temps entre labas et chez moi quand j'ai mes enfants bref... A la suite de cette annonce j'ai contacté mon avocat afin de modifier ma demande et  demander la garde exclusive de mes enfants avec pour le papa un droit de visite et d'hébergement l'intégralité de chaque vacance hors été et noël... Celui-ci n'étant pas d'accord il s'est lancé déjà depuis bien longtemps dans une guerre (moi je n'entre pas la dedans) il m'a mis à dos  ma meilleure amie, ma petite soeur, son conjoint, mon petit frère et a tenté avec d'autres personnes qui avaient plus de caractère et ne se sont pas laissé amadouer par ses paroles monstrueuses envers moi... 
       
      Il va donc tout faire pour obtenir la garde exclusive de nos enfants à savoir, j'ai porté plainte pour violence conjugale et harcélement en juin une main courante en mai il a fait une garde à vu et est passé devant un procureur le 21 octobre dernier.
      Ma question est, d'après vous, a-t-il des chances de gagner malgré tout ce qu'il entreprend pour me nuir? Mon déménagement peut-il être refusé? sachant que c'est pour partir d'ici ou je ne supporte plus l'environnement, de plus nous travaillons au même endroit (puisqu'il ne travaillait pas je l'ai fait entrer dans ma boite ...) 
      C'est moi qui ai toujours ramené l'argent à la maison, j'ai toujours tout fait pour m'en sortir financièrement, il n'a pas travaillé pendant des années et c'est moi qui travaillait même enceinte ! 
      Merci d'avance pour vos réponses je suis angoissée à l'idée qu'après tout ce que j'ai fait pour lui et mes enfants il finisse par gagner.
       
       
    • Par Romaned
      Bonsoir nous vivons la même situation que  vous avec ma sœur qui travaille qui vit chez nous mais qui nous pourrit la vie avec ses parole blessante et le fait qu'elle ne fait rien dans la maison avec toujours de la provocation donc nous voulons la mettre dehors mais à 22ans nous ne savons pas si on a le droit 
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...