Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Agressions multiples avec intimidation


Mantalo13
 Partager

Messages recommandés

Bonjour Mesdames et Messieurs,

En désespoir de cause, je me tourne vers vous, ne sachant plus ou crier mon malheur. 

Je vais essayer d’être factuel au possible. 

Ma mère et moi vivons dans deux maisons distancées dans le même lotissement. 

En 2013, se sont installés des voisins à côté de chez ma mère (je vivais chez elle) avec lesquels les relations étaient normales, même amicales. 

 

Il s’agit d’un couple, Monsieur et Madame X. 

En 2015, le père de Monsieur X se rend chez son fils. En stationnant son VTM, il heurte le mien, lui créant un dommage. Désireux d’établir un constat, j’en suis empêché par Madame X qui sort sur le trottoir et me dit que “C’est bon, y’a rien” (je vous assure qu’elle parle comme ça). 

Pris de vexation, je me tais et rentre. Je prends la décision de ne plus leur parler. 

 

Les années passent et quelques petites provocations ont lieu mais rien de fou non plus. En 2016, j’achète une maison dans le lotissement cité en amont et pars également dans la foulée m’installer à 7°00 kilomètres de là pour fuir aussi ces provocations. 

A mon retour, la vie reprend son rythme. J’évite ces gens tant que je peux. 

 

En 2020, Octobre, ma mère me téléphone et me demande de venir chez elle. Elle vient de recevoir un message de Madame X lui demandant de la rencontrer, elle et moi. Ne comprenant que peu, je me rends chez ma mère. 

Madame X entre sans que ma mère lui donne son consentement et me dit immédiatement “qu’elle vient me voir car moi, auteur de ce post, ai des problèmes avec tout le monde”. Elle me tend un papier sur lequel sont écrits deux paragraphes faisant état de doléances anonymisées émises par un tiers. 

Je lis le papier et lui demande pourquoi elle me le montre. De là, elle entreprend de me regarder dans les yeux et émet une gestuelle de sa main droite symbolisant une claque. Je lui demande de faire attention à son attitude. 

 

Suite à ça, elle me tient des propos très pénibilisants, soutenant presque que j’aurais des attitudes pédophiles. Je la recadre et lui conseille de se calmer immédiatement sinon, ce sera autrechose. 

Elle prétend aussi avoir reçu des oeufs sur sa maison et que “j’en suis l’auteur”. 

 

La discussion prend un ton musclé. Elle s’en va, je rentre chez moi. 

Je laisse passer trois semaines et entreprends de lui écrire une mise en demeure par LRAR pour lui faire comprendre que je ne suis pas son petit ami et qu’à la moindre incartade, ce sera dépôt de plainte avec avocatS. Je laisse passer deux semaines et préfère déposer plainte immédiatement. Je m’y exerce par un dépot en ligne et vais signer ma plainte quatre jours en suivant à la gendarmerie de ma commune. 

 

Le temps passe, pas de nouvelles de la brigade. Je téléphone, on me répond que c’est “en cours”.

Au mois de Février 21, alors que je cheminais dans ma commune, son mari se dissimule derrière des arbustes et m’attaque par surprise. Il me dit que si “j’envoie encore un recommandé à sa femme, il me crèvera”, “qu’on verrait aussi si ma mère est à la mairie” (conseillère municipale) et autrechose dont je ne me souviens plus. Il me pousse aussi sur la chaussée routière à une heure de grand trafic. Fort heureusement, j’avais téléphoné à la gendarmerie 30 minutes avant pour demander l’état d’avancement de la plainte. Dans la foulée de l’agression, choqué, je rappelle et tombe sur la même préposée en lui expliquant. Elle me répond “Rentrez chez vous en sécurité”. 

 

Le lendemain, j’entreprends de déposer une main courante. Le lieu de mon agression est visé par une caméra de surveillance de la ville. A la gendarmerie, le gendarme (...) me dit qu’il connait cet individu car il a déjà fait parler de lui. Je dépose ma MC et m’en vais. 

 

Quatre semaines plus tard, voyant que ces individus se riaient de ma situation, je craque psychologiquement et en plein après-midi, je vais devant chez eux sachant que Madame X y était et j’applaudis en disant “Bravo ! Splendide ! Merci beaucoup”. Et là, j’hurle “Continue comme ça et c’est le pénal immédiatement”. Et je m’en vais. Je pars. 

 

Une heure plus tard, ma mère me téléphone et me dit en pleurant qu’elle vient de se faire hurler dessus par Monsieur X au dessus du grillage, il criait “Votre fils ! Vous le tenez ! Votre fils ! Vous le tenez !”. Ma mère, en émoi, se rend en gendarmerie d’elle-même mais ne fais pas même de MC. 

Le lendemain, moins de 24 heures après l’agression, je me rends chez ma mère. Un mur mitoyen sépare Mr et Mme X de ma mère. Mr X et le père de Mme X ont entrepris de monter une cloison PVC au dessus du mur. Ma mère, par acquis de respecter la règle syndicale demande à Mr X ce qu’il fait. Il ne répond pas mais ricane. Ma mère demande de nouveau, il commence à hurler. Suite à ça, je sors dans le jardin et lui demande de baisser d’un ton. Il devient menaçant et me dit de “sortir dans la rue sinon il sautera le mur”. 

Ayant pratiqué les sports de combat pendant quelques années, je sens très bien ce qui se profilera et lui dis calmement que “Non, je ne sortirai pas”. Bref, il commence à faire le guerrier derrière son mur mais je reste calme. 

Mme X déclare que je la harcèle tous les jours alors que je ne vis plus là bas depuis des années et que j’ai même vécu, comme dit plus haut, à 700 kilomètres autrefois.

Ma mère rentre en pleurant. Le père de Mme X vient taper à la porte et commence à me dire qu’il veut trouver une solution pour ramener le calme. Je lui indique que je suis d’accord mais qu’il faudra avant tout que ces gens là balayent devant leur porte. Il commence à me raconter que Mr et Mme X “ont reçu des oeufs dans leur jardin il y a quelques années” et me dit “qu’ils ont fait analyser ces oeufs et que mes empreintes digitales y figurent”. Je me demande à ce moment là si une caméra est cachée quelque part tant c’est odieux et grossier. Je réfléchis aussi que pour avoir des oeufs portant mes empreintes, c’est qu’il faut fouiller mes poubelles mais que tout ceci est impossible au motif qu’un oeuf lancé cassera en atterrissant.  

Par ailleurs, le père de Madame X met une petite pression à ma mère en lui évoquant des éléments qui lui sont privés (il a fouillé sur Internet et plus).

 

Il est donc convenu par rapport à l’histoire du panneau PVC au dessus du mur de faire un accord écrit pour montrer que ma mère donne son consentement. Or, en situation de choc, ma mère signe un document de m****. Bref. 

 

Je rentre chez moi, épuisé et agacé. 

 

Dès le lendemain (en Mars 21 donc), ma mère décompense. Elle est tellement choquée qu’elle raconte à mon entourage que comme j’ai écrit une mise en demeure par LRAR quatre mois plus tôt (je suis juriste à la base), Mr et Madame X vont porter plainte contre moi, que je vais être incarcéré, passer au tribunal aussi et donner 20 000 Euros d’indemnités à ce couple. Au départ, son entourage et le mien croient qu’elle divague un peu mais personne ne s’affole. Puis les semaines passent et tous les jours, j’ai le droit à des appels téléphoniques de ma mère me demandant si “la gendarmerie est venue me voir”, etc etc. Elle reste à ce moment persuadée que je vais partir en prison. Je prends la décision de la conduire chez un médecin qui l’examine. 2 jours d’ITT qu’elle voudra revoir à la hausse. 

 

Dans la foulée, ma mère sombre de plus en plus. Un soir, invité chez quelques uns de ses amis élus, elle apprend que le Maire a reçu une demande de rendez-vous de la part de Mr et Mme X. Ils feront le rendez-vous quelques semaines après. Officiellement, ils en avaient après moi uniquement et souhaitent trouver un arrangement, officieusement, ils vont exercer un déferlement de haine sur ma mère, ma soeur et ma fratrie. 

 

Suite à ça, ma mère allant de moins en moins bien perd contact avec toute réalité. Elle m’appelle un jour en me disant “Ouf, c’est bon, ils n’ont pas porté plainte”. N’en pouvant plus d’entendre ceci depuis deux mois, je lui réponds ironiquement “Ah oui, heureusement qu’ils n’ont pas porté plainte, tu imagines” (...). 

 

Et vint l’autre préjudice … la santé psychique. Depuis 7 mois, ma mère va très mal, a eu des envies de suicide, n’a plus osé sortir dans son jardin ni dans sa rue sans être accompagnée. Elle est prise de vertiges terribles, de problèmes différents. Plus de vingt professionnels de santé consultés qui disent tous la même chose: tout va bien neurologiquement mais le stress post-traumatique est là et c’est lui qui fait ça. Ma mère ne peut plus conduire ou presque, n’a plus goût à grand chose, passe ses journées “à attendre”, elle a perdu 10 kilogrammes.

 

Tout le monde la tanne à l’idée de faire une plainte mais elle ne veut pas aux motifs que:

  • ma soeur et son mari le lui ont déconseillé

  • sa deuxième psychologue lui a déconseillé

  • elle est élue (donc, il ne faut pas porter plainte)

  • ça va “faire rejaillir l’histoire” pour reprendre ses termes

  • Mme X attend un bébé

  • et plein d’autres arguments aussi incroyables les uns que les autres. 

 

Depuis 7 mois, je suis aidant de ma mère. J’assiste à son désarroi quasi quotidiennement. Elle ne mange plus vraiment. Elle croit avoir une grave maladie (j’ai du faire presque 1500 kilomètres en 7 mois pour qu’elle voye des médecins, passe un scanner, fasse une prise de sang, etc). Elle n’arrive même plus à marcher dans la rue car “tout tourne”. 

Qui plus est, les provocations de Mr et Mme X continuent. Mr X tient le regard et Mme X dit à ma mère “Vous n’avez pas l’air d’avoir une vie facile”. 

 

Tous les gens disent qu’il faut porter plainte, les médecins disent même que c’est en faisant ce cap qu’elle se rétablira mais rien n’y fait. Elle écoute uniquement ce qui va dans le sens de son envie.

 

Je suis dans une impasse car je ne sais plus quoi faire, je suis fatigué et épuisé, m’occupant aussi en tant qu’aidant d’une amie en situation de handicap depuis trois ans. 

Que puis-je faire ? Porter plainte contre Mr X en faisant valoir qu’à cause de ça, je m’épuise ?

 

Une amie du lycée, avocate, a pris le temps de me renseigner pour ma mère. J’ai mâché tout le travail pour ma mère mais rien n’y fait. 

 

Je vous remercie de vos renseignements, je suis à bout de forces.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

1/ Voyez un avocat

2/ Installez votre mère chez vous (puisque vous résidez dans le même lotissement), elle serai ainsi à une certaine distance de ces tortionnaires

3/ Portez plainte pour chaque délit, sans attendre, et avec des preuves (certificats médicaux, témoignages, etc)

  • Tout à fait (+1) 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour "Yapasdequoi", 

 

Merci de votre conseil. Je dois voir un médecin Jeudi matin. J'ai ensuite rendez-vous dans la ville voisine à la Maison de la Justice et du Droit pour rencontrer un juriste spécialisé dans l'aide aux victimes (j'ai été orienté par une association d'aide aux victimes). 

Je déposerai plainte Vendredi je pense. 

 

Merci de votre conseil très clair. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

il y a 24 minutes, yapasdequoi a dit :

2/ Installez votre mère chez vous (puisque vous résidez dans le même lotissement), elle serai ainsi à une certaine distance de ces tortionnaires

Elle changera peut-être d'avis en sortant de cette spirale infernale.

De votre côté oubliez les mains-courantes, et déposez plainte. Certains des faits que vous relatez sont des délits qui ne sont pas encore prescrits. Si votre mère n'est pas encore en état de réagir, ce n'est pas votre cas.

Voyez avec ses médecins si votre mère n'aurait pas besoin d'une mesure de protection du type curatelle le temps de se soigner... elle semble être dans un état particulièrement déplorable.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Partager

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...