Aller au contenu
Le forum juridique de Juritravail
Dura

hausse spectaculaire des demandeurs d'emploi

Messages recommandés

Bonjour,

Cette très mauvaise nouvelle vient de tomber. :sad:

Cela permettra de mettre en perspective nos discussions à venir, notamment quant aux limites du principe de précaution, érigé en vérité absolue...

 

"Une augmentation vertigineuse, liée au confinement décrété pour lutter contre le coronavirus. Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A en France (hors Mayotte) enregistre sa plus forte hausse (+843 000 par rapport à mars, soit +22,6 %), en avril, selon les données publiées jeudi 28 mai par le ministère du Travail et Pôle emploi.

Le nombre de chômeurs de cette catégorie atteint ainsi son plus haut niveau depuis le début de la série en 1996, soit plus de 4,5 millions (4 575 500). Sur trois mois, 1 065 200 demandeurs d’emploi supplémentaires sont enregistrés dans cette catégorie, qui regroupe les personnes n'ayant aucune activité".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour,

Cette très mauvaise nouvelle vient de tomber. :sad:

Cela permettra de mettre en perspective nos discussions à venir, notamment quant aux limites du principe de précaution, érigé en vérité absolue...

Oops, allez savoir pourquoi, Cher Dura, je me sens visé par rapport au principe de précaution érigé en vérité absolue ;)

Maintenant, parmi nos discussions à venir, peut-être pourrions-nous insérer un type de discussion qui faisait fureur quand j'étais moi-même un agent de contrôle : vaut-il mieux être responsable d'un chômeur que d'un mort ou d'un salarié victime d'une maladie professionnelle ?

Peut-être que ce thème, intéressera les membres de ce forum ?

En tout cas, en tant qu'intervenant en prévention des risques professionnels, je suis preneur de vos avis :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A propos de la recherche de l’éventuelle responsabilité pénale de l’employeur, il est intéressant de noter que parmi ceux qui considèrent que l’application « Stopcovid » (qui permet de retracer la chaîne de contamination) serait une atteinte aux libertés individuelles, on en retrouve pour se féliciter qu’elle puisse constituer un élément de preuve appréciable, à charge de l’employeur…

La recherche de responsabilité pénale de l’employeur dans le cas de la contamination d’un salarié par le Covid-19 est un tel sujet d’inquiétude que la loi du 11 mai 2020 ajoute un article (L 3136-2) au code de la santé publique.

 

Il précise que, pour appliquer l’article 121-3 du code pénal relatif à la négligence, il faut tenir compte «… des compétences, du pouvoir et des moyens dont disposait l’auteur des faits dans la situation de crise ayant justifié l’état d’urgence sanitaire, ainsi que de la nature de ses missions ou de ses fonctions, notamment en tant qu’autorité locale ou employeur ».

 

Cette précaution ne bouleverse pas le fond des débats portant sur la mise en danger de la vie d’autrui, homicides et blessures involontaires. Le juge pénal vérifiera toujours les mesures mises en place dans l’entreprise et leur réactualisation régulière au gré de l’évolution des données scientifiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre post #3 ne me semble pas exactement dans le fil de discussion que vous aviez ouvert en #1.

Il est vrai que ce rajout a été mis en place par la commission mixte députés/sénateurs (malgré l'opposition du gouvernement) pour calmer les craintes des maires par rapport à l'ouverture des écoles et par la même occasion des employeurs pour la reprise à compter du 11 mai ; je suis d'accord avec vous sur le process suivi par le juge pénal et je passe mon temps à expliquer aux entreprises de bien dater les différentes versions des mesures de prévention afin de justifier de leur réactivité en ces temps plus que compliqués

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La hausse spectaculaire du nombre d'emploi ayant été présentée comme en lien direct avec le Covid-19 en général, et le confinement en particulier, il s'agit bien du délicat équilibre entre les enjeux sanitaires et économiques.

 

Car, comme je l'écrivais naguère, la meilleur façon de supprimer tout risque de contamination dans l'entreprise pourrait bien être sa fermeture, cette fois définitive...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Car, comme je l'écrivais naguère, la meilleur façon de supprimer tout risque de contamination dans l'entreprise pourrait bien être sa fermeture, cette fois définitive…

Hélas, oui…! Mais il y en aura toujours, même dans ces conditions, qui rechercheront la responsabilité de l'employeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La hausse spectaculaire du nombre d'emploi ayant été présentée comme en lien direct avec le Covid-19 en général, et le confinement en particulier, il s'agit bien du délicat équilibre entre les enjeux sanitaires et économiques.

 

Car, comme je l'écrivais naguère, la meilleur façon de supprimer tout risque de contamination dans l'entreprise pourrait bien être sa fermeture, cette fois définitive...

 

Renseignements pris auprès de Pôle Emploi, il ne s'agit pas exactement d'une simple hausse des demandeurs d'emploi de catégorie A mais plutôt d'un changement de catégorie pour les demandeurs d'emploi qui travaillaient plus ou moins de 78 heures dans le mois et qui au mois d'avril n'ont pas pu travailler car les entreprises étaient fermées du fait du confinement.

Quant à la meilleure façon de supprimer tout risque de contamination, c'est de modifier les process de fabrication et j'ai cru comprendre en regardant les émissions politiques de la 5 et de la 7 que le déconfinement s'est en général bien passé, à part 2/3 abattoirs et l'on sait pourquoi et la quasi totalité de la France redevient verte (à part Paris et sa région) ; les 100 km tombent, les HCR rouvrent la semaine prochaine (Pour Paris je ne sais pas mais en Province c'est sur...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

Vous avez sans doute un accès privilégié à certaines informations cachées au grand public.;)

 

Pour ma part, je dois me contenter des données officielles communiquées par le ministère du travail, et des échanges presque quotidiens avec des salariés.

 

L'augmentation de 843 000 demandeurs d'emploi, en avril, concerne les chômeurs de catégorie A, c'est-à-dire n'ayant pas du tout travaillé.

Le ministère explique cette hausse historique par la suppression quasi-totale des embauches (surtout en intérim et en CDD) plus que par des licenciements économiques.

 

Compte tenu du chômage partiel massif et des délais de procédure, ces licenciements seront effectifs et comptabilisés dès septembre 2020.

Modifié par Dura

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vous avez sans doute un accès privilégié à certaines informations cachées au grand public.;)

.

Eh oui, le fait de connaître des Directeurs d'Agence permet de décrypter certains chiffres. L'explication du ministère n'est pas incompatible avec l'explication qui m'a été donnée hier : basculement des personnes inscrites mais exerçant une activité partielle par mois vers les chômeurs de catégorie A n'exerçant aucune activité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca me rappelle un devoir de philo que j'avais eu à traiter : "Doit-on humainement empêcher quelqu'un mourant de soif de boire l'eau d'un puits empoisonné ?"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La grande majorité des salariés à temps partiel, qu'ils soient en CDD ou en CDI, ont pu bénéficier comme ceux :eek:à temps plein du chômage partiel.

Leur contrat n'ayant par définition pas été rompu, ils n'ont pas pu s'inscrire à Pôle Emploi.

 

Mais où voulez-vous en venir ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La grande majorité des salariés à temps partiel, qu'ils soient en CDD ou en CDI, ont pu bénéficier comme ceux :eek:à temps plein du chômage partiel.

Leur contrat n'ayant par définition pas été rompu, ils n'ont pas pu s'inscrire à Pôle Emploi.

 

Mais où voulez-vous en venir ?

 

Pas bien loin ; simplement au fait que les personnes qui habituellement avaient de petits boulots précaires n'en ont pas trouvé pendant les mois de confinement et ont basculé de demandeurs d'emploi exerçant une activité très partielle à demandeurs d'emploi sans aucune activité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Pas bien loin

 

Et, pour aller un peu plus loin, ce décryptage de la DARES (sur mars 2020, mais il reste valable pour le mois suivant) service du Ministère du Travail en charge des statistiques :

 

En mars 2020, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A en France (hors Mayotte) enregistre sa plus forte hausse depuis le début de la série en 1996 (+246 100, soit +7,1 %), pour s’établir à 3 732 500. Le nombre de demandeurs d’emploi en activité réduite (catégories B, C) diminue fortement (-68 600, soit -3,1 %). L’effectif des catégories A, B, C augmente ainsi de 177 500 personnes (soit +3,1 %), la seconde plus forte hausse remontant à avril 2009 (+86 300).

 

L’accroissement des effectifs inscrits en catégories A, B, C en mars 2020 provient à la fois d’une nette augmentation des entrées à Pôle emploi (+5,5 %) et d’une très forte baisse des sorties (-29,0 %). Les entrées pour fins de mission d’intérim et fins de contrats courts sont en hausse, la mise en place du confinement ayant conduit à des non-renouvellements ainsi qu’à de moindres nouvelles embauches de courte durée. La plupart des motifs de sorties se replient, notamment les défauts d’actualisation, qui recouvrent généralement pour partie des reprises d’emploi non déclarées à Pôle emploi, mais aussi les reprises d’emploi déclarées, les entrées en stage ou en formation, ainsi que les radiations administratives.

Focus sur les demandeurs d’emploi inscrits a Pole emploi en mars 2020 - Ministere du Travail

 

Itoo, vous êtes en activité sur le terrain, où vous passez des coups de fil à vos anciennes connaissances ? :D

 

- - - Mise à jour - - -

 

Ca me rappelle un devoir de philo que j'avais eu à traiter : "Doit-on humainement empêcher quelqu'un mourant de soif de boire l'eau d'un puits empoisonné ?"

 

1. L'assistance à personne en danger :

A. Une obligation légale, conditionnée aux capacités de l'intervenant

B. L'intervention ne doit pas causer un danger plus grave

 

2. La capacité de discernement du secouriste

A. "primum non nocere" : le devoir de prudence du soignant

B. Le principe de précaution ne doit pas dispenser d'agir.

 

Un beau sujet d'actualité, non ? ;)

Modifié par Dura

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Exactement Dura.... Vous avez 4 heures pour rendre votre copie :D

 

Pour le reste, j'ai vu à la télé récemment, un type qui expliquait comment et pourquoi la France prenait systématiquement du retard sur les sujets importants, à cause de ce fichu "principe de précaution" qui impose à chacun de "se couvrir" des fois qu'il y ait un souci plus tard....

 

Et là où d'autres pays prennent des décisions en 2 jours (c'est une image) , nous il nous faut 2 mois à cause des dizaines d'avis et d'autorisations émis par des "experts" siégeant dans des comités Théodule, où chacun se demande comment son nom pourra être cité en cas de réussite, mais comment cela pourra être celui du voisin en cas de pépin !!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais vous allez en rendre un furieux en écrivant ça :eek:

 

Et comme "perseverare diabolicum" (plutôt en forme ce matin, non ?) je rebondis sur la question à 1000 cesterces :

- Compte tenu de l'assouplissement des mesures générales de précaution covid-19 avec le passage au "stade 2" du déconfinement (ouverture des bars, piscines, salles de sport...) qu'en est-il pour les salariés vis-à-vis de leur environnement de travail : aménagement de certaines mesures particulièrement contraignantes, ou pas ?

 

( j'ai teste hier une heure de masque par 35 degrés au soleil) :unsure:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Itoo, vous êtes en activité sur le terrain, où vous passez des coups de fil à vos anciennes connaissances ?

:D"

 

Je fais jouer les réseaux rencontrés avant et maintenant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon fils aime bien aussi jouer en réseau ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je fais remonter le sujet pour y ajouter un avis perso.

Si l'on nous rassure quotidiennement concernant une seconde vague de moins moins probable de maladies liées au Covid-19, pour ce qui est de la hausse du chômage, j'ai bien peur que l'on ait une seconde vague pour ne pas dire un tsunami lors des prochains bilans comptables en début d'année 2021. Si bon nombre d'entreprise on encore un peu d'économie et redémarre avec, qu'en sera t-il quand les experts comptables diront stop vous êtes dans le rouge ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et je rebondis sur la récente victoire aux prud'hommes des ex-salariés d'un grand fabricant de pneumatiques.

Assez logique, à mon sens, au regard du droit alors applicable : Un groupe international ne pouvait valablement fermer un site français, dès lors qu'il dégage des bénéfices importants à l'étranger.

Sauf que depuis, la règle a changé, les difficultés économiques s'appréciant désormais au regard du secteur d'activité dudit groupe... mais seulement sur le territoire national.

 

Autrement dit, dès lors qu'un site apparaît comme structurellement déficitaire, les autres à l'étranger n'ont plus vocation à éponger ses pertes.

 

Mais il reste une autre question, assez sournoise : Quid des défauts d'investissement conduisant un site à ne plus être rentable ? :confused:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mais il reste une autre question, assez sournoise : Quid des défauts d'investissement conduisant un site à ne plus être rentable ?

Quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ca me rappelle un devoir de philo que j'avais eu à traiter : "Doit-on humainement empêcher quelqu'un mourant de soif de boire l'eau d'un puits empoisonné ?"

 

"Il faut boire l'eau empoisonnée, les études qui disent que c'est dangereux c'est de mayrde." (Didier RAOULT):bored:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
"Il faut boire l'eau empoisonnée, les études qui disent que c'est dangereux c'est de mayrde." (Didier RAOULT):bored:

Faudrait tester d'abord :proud:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si l'on nous rassure quotidiennement concernant une seconde vague de moins moins probable de maladies liées au Covid-19

Mon optimisme délirant :rolleyes: m'a fait dresser l'oreille quand j'ai entendu que la 2ème vague arriverait avec les brouillards de novembre.

 

"Mon fils aime bien aussi jouer en réseau;)" Oui, moi aussi avec mes grands petits enfants ;) quand je ne travaille pas avec les autres réseaux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


© 2000-2020 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...

Information importante

La navigation sur ce forum implique l'acceptation de sa charte d'utilisation, et merci de consulter : Politique de confidentialité