Aller au contenu
Le forum juridique de Juritravail
FlyingSurfer

Forme des pouvoirs (procurations de vote en AG) et processus de remise aux mandataires

Messages recommandés

Bonjour,

 

Quelques petites subtilités relatives aux procurations de vote en AG :

 

I.

1. Un copropriétaire A peut-il établir valablement un pouvoir au nom d'un employé du syndic?(gardien ou autre). Apriori non.

 

2. s'il le fait néanmoins, l'employé en question peut-il valablement se décharger du pouvoir en subdéléguant directement à un copropriétaire C de son choix ou doit-il remettre le pouvoir au syndic ou au Président du Conseil syndical?

S'il transmet le pouvoir à C, la participation de C à l'AG en tant que mandataire de A est-elle valable?

 

II. un copropriétaire B qui fait gérer son lot de copropriété par un administrateur de biens ou agence immobilière (dans une perspective de location ou vente du bien) peut-il mandater l'agence immobilière à l'assemblée générale de copropriété et ladite agence immobilière peut-elle, si elle n'assiste pas à l'AG, subdéléguer à un copropriétaire de son choix?

 

Quid si le ou la représentant(e) de l'agence immobilière à l'AG est lui-même ou elle-même copropriétaire mais que le copropriétaire a établi la procuration au nom de l'agence (qui évidemment n'est pas juridiquement copropriétaire?)

 

III. Un syndic peut-il porter de sa main sur un pouvoir le nom d'un copropriétaire sur simple avis du Président Conseil syndical avant l'AG ou avant la nomination du Président de séance ou ce pouvoir doit-il faire obligatoirement l'objet d'une remise formelle par le Président de séance (qui peut être le PCS ou pas) au copropriétaire qui portera le pouvoir pendant l'AG?

 

IV.

a) Un pouvoir sur lequel manque la mention manuscrite "Bon pour pouvoir" est-il valable?

b) Un pouvoir sur lequel existe la mention manuscrite "Bon pour pouvoir" de la main du mandant mais son signé par le mandant est-il valable?

c) un pouvoir sur lequel manque la mention manuscrite "Bon pour acceptation de pouvoir" mais signé du mandataire est-il valable?

 

V. Un pouvoir ainsi rédigé :

 

"A défaut d'avoir porté le nom d'un mandataire, j'autorise expressément la remise de ce pouvoir à tout participant à l'Assemblée générale"

peut-il être remis avant l'AG à n'importe quel participant au choix du syndic ou du Président du Conseil syndical qui a reçu le pouvoir?

 

Merci de votre éclairage.

Modifié par FlyingSurfer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

I.

1. Un copropriétaire A peut-il établir valablement un pouvoir au nom d'un employé du syndic?(gardien ou autre). Apriori non.

 

NON? formellement interdit !!!

 

2. s'il le fait néanmoins, l'employé en question peut-il valablement se décharger du pouvoir en subdéléguant directement à un copropriétaire C de son choix ou doit-il remettre le pouvoir au syndic ou au Président du Conseil syndical?

S'il transmet le pouvoir à C, la participation de C à l'AG en tant que mandataire de A est-elle valable?

S'il n'y a que son nom, il ne peut pas subdéléguer quelque chose dont il n'a pas la délégation ;)

 

II. un copropriétaire B qui fait gérer son lot de copropriété par un administrateur de biens ou agence immobilière (dans une perspective de location ou vente du bien) peut-il mandater l'agence immobilière à l'assemblée générale de copropriété et ladite agence immobilière peut-elle, si elle n'assiste pas à l'AG, subdéléguer à un copropriétaire de son choix?

 

Quid si le ou la représentant(e) de l'agence immobilière à l'AG est lui-même ou elle-même copropriétaire mais que le copropriétaire a établi la procuration au nom de l'agence (qui évidemment n'est pas juridiquement copropriétaire?)

 

Pas d'illégalité, puisque le mandat peut être donné à n'importe qui (ou presque...). Dans ce cas, si la subdélégation n'est pas citée comme interdite par le mandat, alors le mandataire peut subdéléguer à qui il veut (ou presque...)

 

III. Un syndic peut-il porter de sa main sur un pouvoir le nom d'un copropriétaire sur simple avis du Président Conseil syndical avant l'AG ou avant la nomination du Président de séance ou ce pouvoir doit-il faire obligatoirement l'objet d'une remise formelle par le Président de séance (qui peut être le PCS ou pas) au copropriétaire qui portera le pouvoir pendant l'AG?

 

NON? le syndic ne peut pas désigner le copro qui sera mandataire, il ne peut que déposer sur la table ce pouvoir en blanc. Rappelons que le pouvoir en blanc n'existe pas dans la loi......

 

---------- Message ajouté à 17h54 ---------- Précédent message à 17h50 ----------

 

IV.

a) Un pouvoir sur lequel manque la mention manuscrite "Bon pour pouvoir" est-il valable?

b) Un pouvoir sur lequel existe la mention manuscrite "Bon pour pouvoir" de la main du mandant mais son signé par le mandant est-il valable?

c) un pouvoir sur lequel manque la mention manuscrite "Bon pour acceptation de pouvoir" mais signé du mandataire est-il valable?

 

Ces formalismes n'existent pas dans la loi.... il faut qu'il y ait au moins la signature du mandant

 

V. Un pouvoir ainsi rédigé :

 

"A défaut d'avoir porté le nom d'un mandataire, j'autorise expressément la remise de ce pouvoir à tout participant à l'Assemblée générale"

 

peut-il être remis avant l'AG à n'importe quel participant au choix du syndic ou du Président du Conseil syndical qui a reçu le pouvoir?

Le syndic n'a pas à intervenir dans distribution, le président du conseil syndical, oui, mais aussi n'importe quel présent peut participer à cette distribution. Il n'existe pas de règles !!! le pouvoir en blanc n'existe pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il faut qu'il y ait au moins la signature du mandant

Et du mandataire;)

 

Bref, en gros, on a besoin de savoir

Qui mandate

Qui est mandaté

Pour quelle AG.

 

Tout le reste, c'est de la littérature sauf

- si le mandataire interdit la subdélégation, le syndicat ne peut pas l'admettre

- si en revanche le mandataire donne des instructions de vote, ça ne regarde pas le syndicat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

à ma connaissance, aucune obligation de la signature du mandataire, car il ne s'engage pas .... Seul le mandant s'engage....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca m'étonne.

Un mandat, on n'est pas obligé de l'accepter. Mais si on l'accepte, si, on s'engage. Il faut donc bien une formalité attestant que Untel accepte le pouvoir.

Vous me direz, si le pouvoir 'ne comporte pas la signature du mandataire, elle sera sur la feuille de présence, donc il est possible qu'effectivement elle ne soit pas obligatoire sur le mandat. Mais y est la plupart du temps.

Modifié par Ermeline

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Pas d'illégalité, puisque le mandat peut être donné à n'importe qui (ou presque...). Dans ce cas, si la subdélégation n'est pas citée comme interdite par le mandat, alors le mandataire peut subdéléguer à qui il veut (ou presque...)

 

 

Bonjour Rambouillet.

Merci de vos multiples réponses

Je ne suis pas sûr de vous suivre lorsque vous dites que le pouvoir peut-être donné à n'importe qui : il faut au moins que le mandataire soit être copropriétaire, et comment justifiez-vous que le gardien ne pourrait subdéléguer et qu'une agence immobilière externe le pourrait, elle.

Rattachez-vous cela au fait que le gardien est un employé du syndicat dans un certain lien de subordination par rapport au syndic?

 

Pour traiter le problème plus généralement, est-il légal que les mandataires successifs qui se transmettent le pouvoir ne soient pas copropriétaires? la transmission du pouvoir est-elle alors valable si le pouvoir aboutit in fine dans les mains d'un copropriétaire choisi par eux?

Cas tordu mais que j'ai chez moi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, le mandataire peut être n'importe qui ou presque, mais le mandant doit être obligatoirement le ou l'un des copros du lot considéré (peut-être une petite erreur entre mandant et mandataire... ;) )

 

Le gardien, employé du syndicat ne peut recevoir un mandat, donc il ne peut subdéléguer quelque chose qu'il n'a pas le droit d'avoir.....

 

L'agence immobilière qui n'a rien à voir avec le syndic, peut subdéléguer quelque chose qu'il a le droit d'avoir et que l'on n'a pas interdit expressément de mandater.

 

est-il légal que les mandataires successifs qui se transmettent le pouvoir ne soient pas copropriétaires?

OUI, un TIERS peut détenir un mandat, donc pas besoin d'être copro, ou alors le mandant écrit expressément qu'il n'y a pas possibilité de subdéléguer.

 

https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/troisieme_chambre_civile_572/295_16_19228.html

 

l'article 1994 du code civil, spécifie que cette subdélégation sera éventuellement un problème entre le mandat et son mandataire, et le syndicat n'a pas à se préoccuper de cela.... C'est comme lorsque le mandataire ne vote pas comme il est indiqué sur le mandat, le syndicat n'a pas à intervenir.... le mandataire fait ce qu'il veut avec son mandat, le syndicat n'a pas à s'en préoccuper !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord avec Rambouillet sur tout sauf ça

 

'article 1994 du code civil, spécifie que cette subdélégation sera éventuellement un problème entre le mandat et son mandataire, et le syndicat n'a pas à se préoccuper de cela....

 

Cet article ne dit pas que le syndicat n'a pas à se préoccuper de savoir si la subdélégation est autorisée.

Le syndicat ne peut accepter que les mandats valides donc :

- si la subdélégation n'est pas interdite par le mandant, la subdélégation est possible, et le mandat valide

- si, en revanche, la subdélégation est interdite par le mandant, le mandat subdélégué n'est plus valide. Je ne vois pas comment le syndicat pourrait l'accepter.

 

Bref, que le mandataire qui a subdélégué alors que le mandant le lui interdisait soit responsable n'ôte pas, à mon sens, la responsabilité qu'a le syndicat de n'accepter que les mandats valides.

 

Ca n'a rien à voir pour moi avec les instructions de vote éventuelles sur le mandat, qui restent une affaire strictement entre mandant et mandataire, comme cela a été moultes fois jugé

 

Et voici cet article du code civil

 

Article 1994

 

  • Créé par Loi 1804-03-10 promulguée le 20 mars 1804

 

Le mandataire répond de celui qu'il s'est substitué dans la gestion :

 

1° quand il n'a pas reçu le pouvoir de se substituer quelqu'un ;

 

2° quand ce pouvoir lui a été conféré sans désignation d'une personne, et que celle dont il a fait choix était notoirement incapable ou insolvable.

 

Dans tous les cas, le mandant peut agir directement contre la personne que le mandataire s'est substituée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vous n'avez pas bien compris ce que j'ai peut-être mal expliqué :

* si le mandat spécifie qu'il ne peut être délégué, il ne peut pas être délégué

* si le mandat ne spécifie rien, le mandataire peut le déléguer au poivrot du coin et le syndicat ne peut rien dire : ce sera une affaire entre le mandant et mandataire (art 1994 du CC)

* si le mandat spécifie des votes précis et que la mandataire ne vote pas de la même façon, ce n'est pas l’affaire du syndicat, c'est l'affaire du mandant et du mandataire (art 1994 du CC)

c'est mieux ainsi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et après recherches sur des sites dont je ne peux donner le lien ici, il semble que vous ayez raison et que la signature du mandataire sur le mandat ne soit pas obligatoire, la signature de la feuille de présence (avec nom et adresse du mandataire) valant acceptation du mandat.

 

Après, ça me semble quand même une bonne chose de le faire.;)

 

Par contre, le NOM du mandataire doit y figurer.

Modifié par Ermeline

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

FlyingSurfer vous avez écrit :

Je ne suis pas sûr de vous suivre lorsque vous dites que le pouvoir peut-être donné à n'importe qui : il faut au moins que le mandataire soit être copropriétaire,

 

NON, aucune obligation que le mandataire soit copropriétaire !!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

 

à la consultation des Pouvoirs de notre AG, je m'arrache les cheveux pour déceler les bons des mauvais.

Notamment sur l'identification du "mandataire" :

 

 

1/ Sur un pouvoir, il n'y a que le nom du mandataire, sans son prénom. Le pouvoir est-il valable ?

 

 

2/ Sur un autre pouvoir, il n'y a pas l'adresse du mandataire. Le pouvoir est-il valable ?

 

 

3/ Encore sur un autre pouvoir, il y a la signature (avec mention "Bon pour acceptation") du mandataire, mais pas le lieu ni la date de signature. Le pouvoir est-il valable ?

 

 

 

Merci pour votre attention.

Modifié par Toto87

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui tous ces pouvoirs sont valables !!! Rien n'oblige à ce qu'un pouvoir précise l'état civil, le prénom, l'adresse ou une mention particulière pour le mandataire, il suffit du nom qui permet d'identifier la personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1/ Sur un pouvoir, il n'y a que le nom du mandataire, sans son prénom. Le pouvoir est-il valable ?

 

cela pourrait poser problème en cas d’homonymie, mais si le mandataire vient avec le pouvoir signé, il y a peu de chances qu'un autre du même nom vienne avec lui aussi un pouvoir, sauf en cas de présnece d'une famille. Dans ce cas, le premier qui signe a le pouvoir. Ensuite mandant et mandataires multiples se débrouillent entre eux, mais cela ne concerne pas le syndicat

 

2/ Sur un autre pouvoir, il n'y a pas l'adresse du mandataire. Le pouvoir est-il valable ?

Aucune obligation, le pouvoir peut être donné à un tiers majeur non sous tutelle ou curatelle, voir un SDF... (pour tutelle ou curatelle, impossible au syndicat de le savoir.... ;) )

 

3/ Encore sur un autre pouvoir, il y a la signature (avec mention "Bon pour acceptation") du mandataire, mais pas le lieu ni la date de signature. Le pouvoir est-il valable ?

Du moment qu'il est signé c'est le plus important, peu importe ou cela a été signé et quand .... car le lieu de résidence du mandataire n'a aucun intérêt, ....

 

Ce qui est important dans un mandat :

nom du mandant et les n° de ses lots et sa signature

"donne mandat pour le représenter"

ce pourquoi est donné le mandat : AG de ? , date et lieu

nom du mandataire et sa signature

et cela peut-être sur papier libre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour toutes ces précisions.

Effectivement, on s'affole vite pour beaucoup de pshiit en fait.

 

 

J'ai encore une question :

On a un pouvoir dont le nom du mandataire a été barré et remplacé par un autre nom.

Idem pour la signature.

Nota : le champ de la subdélégation est vierge sur le pouvoir

 

Comment peut-on définir en AG si ce pouvoir est conforme ou non ?

Modifié par Toto87

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sauf avis contraire express, un pouvoir est subdélégable..... le mandataire donne lui-même son mandat à un autre. En toute logique mais ce n'est jamais fait, la mandataire devrait contresigné à côté du mandant originel... et du dernier mandataire.

 

Là ,où cela pourrait être litigieux est la cas suivant :

un mandant envoie au syndic un mandat nominatif pour le représenter. Le mandataire ne se présente pas à l'AG, donc le mandat ne sert à rien, alors les présents (le syndic, le président du CS ou autre) distribue le dit mandat à un autre; là pourrait être déclaré illégal ce pouvoir. C'est pour cela que je dis que la premier mandataire devrait contre signer en tant que premier mandataire et nouveau mandant...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Décidément, une question en appelle d'autres :

 

 

1/ Combien de fois un mandat peut être subdélégué par les mandataires ? Pour un, il y a quatre mandataires qui se sont succédés (oui, certains apparemment ont du mal à se répartir leur quota de tantièmes)

 

 

 

2/ Par rapport à votre dernière réponse, Rambouillet : je pensais qu'un pouvoir qui transite par le biais du Syndic, entre un copropriétaire et un mandataire, était illicite car le syndic, ou le personnel qui gère les locations pour le syndic, n'a pas pouvoir de mandat ni de subdélégation ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1/ Combien de fois un mandat peut être subdélégué par les mandataires ? Pour un, il y a quatre mandataires qui se sont succédés (oui, certains apparemment ont du mal à se répartir leur quota de tantièmes)

C'est la pagaie ..... et pas très professionnel, mais si personne ne dit rien, alors....

 

2/ Par rapport à votre dernière réponse, Rambouillet : je pensais qu'un pouvoir qui transite par le biais du Syndic, entre un copropriétaire et un mandataire, était illicite car le syndic, ou le personnel qui gère les locations pour le syndic, n'a pas pouvoir de mandat ni de subdélégation ?

S'il ne fait que transiter par le syndic qui ne sert que de BAL, alors pas de soucis. Mais si effectivement le nom du syndic ou d'un de ses préposés apparait dessus c'est illicite et il ne peut pas subdéléguer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


© 2000-2020 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...