Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Témoigner en faveur de l'employeur contre un collègue.


Eric03

Messages recommandés

Bonjour à tous,

 

Je vous explique ce qui m'amène à vous demander vos avis aujourd'hui :

 

Mon employeur est entré en conflit avec un de mes collègues. Dans le cadre du règlement de ce conflit, notre patron a reçu l'ensemble des salariés en entretien individuel. Il nous demande de compléter un document dans lequel nous devons attester des différents faits reprochés à ce collaborateur auxquels nous avons assisté et personnellement constatés.

 

Le document devra lui être retourné accompagné de la photocopie d'une pièce d'identité. Il s'agit d'une attestation basée sur les art 200 à 203 du code de procédure civile.

 

Ce témoignage n'a aucun caractère obligatoire, et notre employeur insiste sur le fait que nous devons nous en tenir strictement à des éléments factuels et témoigner en toute honnêteté.

 

Je me pose cependant une question : étant donné que l'individu en question est de nature contestataire et procédurier, pourrait il par la suite se servir des témoignages portés contre lui et se retourner contre les personnes qui ont témoigné en faveur de notre patron ?

 

Au moment des entretiens individuels, beaucoup de monde avait des choses à dire, mais depuis que notre patron nous demande de le consigner par écrit, on sent qu'il y a moins de monde. Les collègues ont peur de se mouiller par peur de représailles. Pourtant tout le monde n'arrête pas de se plaindre de se collègue.

 

Je suis personnellement déterminé à témoigner, mais avant de m'engager je préfère avoir vos avis.

 

Par avance merci de vos réponses.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 11
  • Création
  • Dernière réponse

Bonsoir,

 

Merci de vos réponses.

 

Il y a dejà eu des prises de bec avec des collègues qui ont failli mal tourner.

 

Les faits que je compte relater sont simples :

 

- j'ai du réaliser ou reprendre du travail non fait ou mal fait par le collègue ;

- je l'ai vu jouer à des jeux vidéo sur son ordinateur portable personnel durant les heures de travail, en laissant du travail non réalisé ;

- a plusieurs reprises, en prenant mon poste à 06h00 je l'ai réveillé alors qu'il dormait sur le sol dans le bureau (il avait apporté un sac de couchage et un oreiller) ;

- j'ai eu une explication avec lui concernant du travail mal fait que j'ai du reprendre. Il s'est fait réprimender par celà par le chef de service, ne l'a pas apprécié et m'a fait savoir qu'il aurait rêvé la nuit qu'il me "cassait la figure" ;

- son attitude contribue a semer une mauvaise ambiance dans l'équipe de travail et démotiver les collaborateurs. En effet, on ne parle que de lui à longueur de journée.

 

Comme vous pouvez le constater, rien de bien méchant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir

Les attestations avec le formalisme rappelé servent aux prud'h par exemple

Il y a aussi une case qui demande s'il y a un lien de subordination, ou qui peut être soulevé par la partie adverse, en procédure.

Le "jeu" du défenseur sera de demander aux juges d'écarter ces pièces en procédure.

Mais vous ne risquez rien comme rappelé, et selon les "consignes" données par l'employeur, que vous avez aussi rappelé.

bonne chance...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a aussi une case qui demande s'il y a un lien de subordination, ou qui peut être soulevé par la partie adverse, en procédure.

Effectivement, il y a une phrase à compléter sur la déclaration : "Atteste être (ou) ne pas être parent, allié, subordonné, collaborateur, et avoir (ou) ne pas avoir une communauté d’intérêt avec M......"

 

J'attends la réponse de mon patron pour savoir comment compléter cette phrase.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

>>Il nous demande de compléter un document dans lequel nous devons attester des différents faits reprochés à ce collaborateur

>>auxquels nous avons assisté et personnellement constatés

>>..

>>- j'ai du réaliser ou reprendre du travail non fait ou mal fait par le collègue ;

>>- je l'ai vu jouer à des jeux vidéo sur son ordinateur portable personnel durant les heures de travail, en laissant du travail non réalisé ;

Votre patron voudrait sans équivoque le licencier pour faute grave ou lourde.

 

>>a plusieurs reprises, en prenant mon poste à 06h00 je l'ai réveillé alors qu'il dormait sur le sol dans le bureau (il avait apporté un sac de couchage et un oreiller)

Votre collègue a de sérieux problèmes de logement. Il doit être "SDF". Je dis cela car un ami proche l'a lui-même vécu il y a 5 ans quand il travaillait à Paris et qu'il n'avait pas pu trouver de logement. Il s'arrangeait par contre de me réveiller avant que les collègues arrivent et ses affaires de couchage étaient soigneusement rangées dans son casier. Lui était très motivé dans son travail. Mais il s'est donné la mort lors d'un licenciement. Sans doute cette expérience l'avait marqué.

 

Donc faites attention avec votre collègue. Il est probablement fragilisé au niveau social et aussi plus fortement au niveau psychologique. S'il vous a dit qu'il avait rêvé de vous casser la figure dans un rêve, je vous conseillerai de faire une main courante. Les faits que vous rapportez montreraient qu'il n'est plus très motivé pour travailler. et cela influence fortement votre équipe de travail.

 

Il y auraient plusieurs alternatives.:

Soit vous obéissez à votre employeur et votre collègue sera licencié rapidement et espérons qu'il ne fasse pas un coup de folie (fragilisé psychologiquement)

Soit essayez de vous rapprocher de lui en essayant de comprendre ce qui ne va pas sans le juger ou bien à tour de rôle vous vous rapprochez de lui pour le comprendre.

Alertez la médecine du travail sans tarder s'il dort la nuit au travail.

 

Attention je ne suis pas sûr mais si votre témoignage relate le fait qu'il dorme au travail la nuit pourrait nuire votre employeur. Par exemple s'il lui arrivait un accident pendant la nuit ou pire ...

Cordialement,

 

TS

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Votre collègue a de sérieux problèmes de logement. Il doit être "SDF". Je dis cela car un ami proche l'a lui-même vécu il y a 5 ans quand il travaillait à Paris et qu'il n'avait pas pu trouver de logement. Il s'arrangeait par contre de me réveiller avant que les collègues arrivent et ses affaires de couchage étaient soigneusement rangées dans son casier. Lui était très motivé dans son travail. Mais il s'est donné la mort lors d'un licenciement. Sans doute cette expérience l'avait marqué.

Ce n'est pas le cas, il est locataire d'un appartement. Il dormait délibérément durant les postes de nuit, il nous arrive à nous aussi d'avoir des coups de pompe durant les nuits, mais de là à apporter un oreiller et un sac de couchage...

Donc faites attention avec votre collègue. Il est probablement fragilisé au niveau social et aussi plus fortement au niveau psychologique. S'il vous a dit qu'il avait rêvé de vous casser la figure dans un rêve, je vous conseillerai de faire une main courante. Les faits que vous rapportez montreraient qu'il n'est plus très motivé pour travailler. et cela influence fortement votre équipe de travail.

Nous sommes d'accord, j'avais effectivement pensé à déposer une main courante. Je me pose également des questions concernant l'état psychologique de cette personne.

Soit vous obéissez à votre employeur et votre collègue sera licencié rapidement et espérons qu'il ne fasse pas un coup de folie (fragilisé psychologiquement)

C'est effectivement l'objectif de notre employeur de le licencier.

Soit essayez de vous rapprocher de lui en essayant de comprendre ce qui ne va pas sans le juger ou bien à tour de rôle vous vous rapprochez de lui pour le comprendre.

Nous avons tous essayé de dialoguer avec lui, mais c'est devenu impossible, il n'hésite pas a arranger les choses à sa façon, et impliquer les personnes dans des choses pour lesquelles elles ne sont pour rien. Si par malheur vous le soutenez, il va vous impliquer au maximum à sa cause, et les choses se retournent contre vous. Il faut savoir que l'ensemble de l'équipe a fait preuve de beaucoup de tolérance vis à vis de lui en acceptant des arrangements divers (sur les horaires de nuit par exemple), et notre employeur de beaucoup d'indulgence, en ne sanctionnant pas d'autres fautes qui auraient pu justifier une faute lourde. Si notre employeur avait voulu, il y aurait déjà longtemps qu'il ne ferait plus partie de la société. Nous nous sommes vite aperçus qu'il n'a aucune considération à l'égard des services qui lui ont été rendus. Nous sommes tous arrivés au point de non-retour.

Alertez la médecine du travail sans tarder s'il dort la nuit au travail.

 

Attention je ne suis pas sûr mais si votre témoignage relate le fait qu'il dorme au travail la nuit pourrait nuire votre employeur. Par exemple s'il lui arrivait un accident pendant la nuit ou pire ...

Le médecin du travail est au courant de la situation, le collègue a lancé en début d'année une procédure pour inaptitude. Notre employeur ne pouvant lui proposer de solution de reclassement a évoqué son licenciement pour inaptitude. Suite a cette procédure le médecin du travail, a mis le collègue apte à son poste, mais avec une contre-indication médicale aux horaires de nuit. Les faits que j'ai relatés avec l'oreiller et le sac de couchage sont antérieurs à cette procédure, du temps ou il réalisait les postes de nuit.

 

Pour l'instant, ce collègue est en arrêt maladie, et joue les prolongations de mois en mois. On verra bien comment tout ça va se terminer.

 

Merci de tous ces éclaircissements.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous,

 

En mon âme et conscience, j'ai completé le document, et l'ai posté.

 

Les dés sont jetés.

 

J'ai conscience qu'il est très délicat d'agir comme ça. Au final, je ne l'ai pas fait pour planter un collègue, même si j'ai conscience que les conséquences pour lui risquent d'être désastreuses. J'ai fait ça pour protéger une équipe et éviter la perte d'un contrat possible avec toutes les conséquences pour 12 personnes.

 

J'ai pris en compte dans ma décision que le collègue a eu plusieurs chances de redresser le cap et aurait pu éviter tout celà, il ne l'a pas fait.....

 

Je vous remercie encore de vos réponses, j'ai pu apprécier une fois de plus la qualité des interventions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 an plus tard...

Bonjour,

je travaille pour une entreprise privée:

nous avons depuis quelques mois des altercations avec un collaborateur, qui est un peu révolté de tout.

Toujours en opposition avc la hiérarchie,avec une tendance à nous influencer ... en amplifiant tout ce qui pourrait être relaté par notre employeur.

 

je me dirige vers vous, car ds une mm journée il y a eu un deux altercations avec deux collègues différents. Suite a cela notre employeur a pris une décision qui est la suivante: le faire quitter l'entreprise.

 

Ayant de forte chance qu'il n'accepte pas un départ avec rupture Conv. notre employeur nous demande de faire une lettre et de se porter témoin ... pour un éventuel passage au prud'homme.

 

ce comportement n'est pas acceptable dans le cadre pro, mais je suis partagé par l'affecte que j'ai pour mon collègue et les excès de colère qu'il a de manière ponctuel, mais qui sont certes a force plombante pr toute l'équipe!!!!!

 

j'ai peur pr la suite étant donné que je suis ds une branche professionnel, ou le réseau est très important.

 

Peur des représailles, peur de foutre en l'air l'entreprise qui est toute récente si le procès n'est pas concluant pr mon employeur ...

 

Plus simplement j'ai le cul entre deux chaises !!

 

 

HELP !!!

merci par avance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir alchel,

 

Je comprends votre désarroi, j'ai vécu la même chose.

 

En ce qui me concerne, et je pense que vous avez lu toute la discussion, j'ai apporté un témoignage écrit dans lequel j'ai relaté les faits dont j'avais été témoin. Je ne suis pas le seul, d'autres collègues avaient fait de même.

 

Au final, le collègue en question a été licencié pour faute grave (et encore le patron a été gentil, il aurait pu invoquer la faute lourde).

 

Il n'y a pas eu de représailles, il a tenté de m'appeler sur mon portable plusieurs fois a priori "pour discuter", mais je n'ai pas donné suite à ses appels, et je l'ai bloqué. Il m'a envoyé un mail plein de reproches, me demandant si j'avais ma conscience tranquille, etc... j'ai transmis le mail à mon patron et je n'ai pas donné suite.

 

On en est restés là, je n'ai plus de nouvelles depuis. Une affaires aux prud'hommes est en cours depuis plusieurs mois (il est allé jusqu'au bout), mais mon patron n'est pas inquiet à ce sujet.

 

Cette affaire m'a perturbé, à une époque je faisais des cauchemars où je rêvais que mon ancien collègue débarquait à la maison avec toute une bande de copains avec qui il avait monté une expédition punitive.

 

Au final tout ceci a fini par se tasser, et aujourd'hui il nous arrive d'en parler encore au bureau, mais bon la vie a repris ses droits.

 

Vous n'avez pas à avoir d'inquiétudes, dites vous que vous protégez votre entreprise, et votre emploi, votre patron sait ce qu'il fait, et il saura se faire épauler lors de la procédure.

 

Protégez vous du comportement de votre collègue, ne rentrez pas dans son jeu où il cherche à vous associer à lui contre votre direction, laissez le se débrouiller tout seul, de cette manière tout le monde finira par se rendre compte de son comportement.

 

Bon courage à vous.

 

PS : je reste disponible en message privé si besoin.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...