Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

retraites des enfants de l assistance public annees 1954 2013


kamaline

Messages recommandés

Bonsoir,

Je me pose une interrogation étant une enfant de l'assistance public née en 1954, j'arrive à ma retraite bientot et les caisses de retraite décompte à partir du travail déclaré comme tout un chacun, mais pour beaucoup d'entres nous de ma génération nous travaillons en exterieur comme à la maison pour les filles depuis nos âges des 11/12 ans donc pas le temps pour apprendre bien nos leçons et avoir un bon métier, pas d'enfance et d'adolescence comme les enfants de bonnes familles. Aurons nous droit à une reconnaissance particulière pour toutes ces années de sacrifices.

Pour ma part je suis usée et je n'ai que 59 ans il faut donc encore et encore travailler.

J'aimerais bien avoir une réponse car personne ne peut me renseigner sur ce délicat problème.

 

Respectueuses salutations

 

Kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 40
  • Création
  • Dernière réponse
Bonsoir,

Je me pose une interrogation étant une enfant de l'assistance public née en 1954, j'arrive à ma retraite bientot et les caisses de retraite décompte à partir du travail déclaré comme tout un chacun, mais pour beaucoup d'entres nous de ma génération nous travaillons en exterieur comme à la maison pour les filles depuis nos âges des 11/12 ans donc pas le temps pour apprendre bien nos leçons et avoir un bon métier, pas d'enfance et d'adolescence comme les enfants de bonnes familles. Aurons nous droit à une reconnaissance particulière pour toutes ces années de sacrifices.

Pour ma part je suis usée et je n'ai que 59 ans il faut donc encore et encore travailler.

J'aimerais bien avoir une réponse car personne ne peut me renseigner sur ce délicat problème.

 

Respectueuses salutations

 

Kamaline

 

11 /12 ans en étant née en 54 il ne faut pas exagérer non plus! ce n'était pas non plus le moyen age et vous etiez en France pas dans les pays sous developpés

la scolarité dans les années 65/70 était obligatoire jusqu'a 16 ans ou en apprentissage a 14 si je ne m'abuse

des enfants de votre génération ont pour certains de tres bons revenus et de tres bonnes situations avec pourtant aucun diplome

je ne dis pas que votre situation est facile, je dis simplement que ce n'est pas parce que vous etiez placée que vous avez des droits particuliers

si vous etes une enfant abandonnée je ne suis pas certaine que vous ayez des avantages particuliers mais si vous etes pupille de l'état c'est différent il me semble

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

11 /12 ans en étant née en 54 il ne faut pas exagérer non plus! ce n'était pas non plus le moyen age et vous etiez en France pas dans les pays sous developpés

L’âge de la scolarité obligatoire est sans incidence sur le possible travail non déclaré des enfants après la classe, en fin de semaine ou pendant les congés scolaires… même encore aujourd’hui (hélas).

Il est évident que Kamaline n’a pas été déclarée à la sécurité sociale pour les travaux qu’elle a effectués quand elle avait un âge inférieur à celui de la scolarité obligatoire.

 

 

Sur la question posée par Kamaline, je n'ai pas de réponse. Désolée. Il faut attendre qu'un spécialiste passe par là.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

rebonsoir

 

Merci de votre réponse , le travail des enfants de l assistance public a bien existé j'entends par travail dans les familles d'accueil en campagne ou il n'y avait pas l'eau sur l'évier, pas de toilette à la maison mais dehors,

et à 11 ans et 12 ans nous allions chercher l'eau au puits avec des sceaux, par tous les temps, lavage du linge et draps à la main, rinçage a l'eau froide c'était très lourd pou soulever les draps, corvée de bois etc...nous participions à toutes les tâches, pas le temps de s'amuser. Nous ne sommes pas très nombreux à avoir bien réussi comme vous dites, temps mieux pour ceux ci ils ont rencontré certaiement les bonnes personnes au bon moment car pour nous personne ne s'occupait de nous ni directeur d'agence, ni professeurs, ni directeur de lycées, il fallait être en mesure de bien apprendre pour réussir.

voyez c'était pas le moyen âge en 1954 mais dans les campagnes reculées la vie était très difficile, et les hivers très longs beaucoup de neige et faire 2k500 à pieds pour aller à l'école.

Il me semblerait normal d'avoir une petite compensation !.. merci d'une autre réponse plus encouragente et bonne soirée kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est évident que Kamaline n’a pas été déclarée à la sécurité sociale pour les travaux qu’elle a effectués quand elle avait un âge inférieur à celui de la scolarité obligatoire.

 

 

peut etre mais cela n'avait pas de lien direct avec le fait d'etre placé c'est peut etre aussi le cas d'enfants qui vivaient avec leurs parents

 

---------- Message ajouté à 18h33 ---------- Précédent message à 18h31 ----------

 

rebonsoir

 

Merci de votre réponse , le travail des enfants de l assistance public a bien existé j'entends par travail dans les familles d'accueil en campagne ou il n'y avait pas l'eau sur l'évier, pas de toilette à la maison mais dehors,

et à 11 ans et 12 ans nous allions chercher l'eau au puits avec des sceaux, par tous les temps, lavage du linge et draps à la main, rinçage a l'eau froide c'était très lourd pou soulever les draps, corvée de bois etc...nous participions à toutes les tâches, pas le temps de s'amuser. Nous ne sommes pas très nombreux à avoir bien réussi comme vous dites, temps mieux pour ceux ci ils ont rencontré certaiement les bonnes personnes au bon moment car pour nous personne ne s'occupait de nous ni directeur d'agence, ni professeurs, ni directeur de lycées, il fallait être en mesure de bien apprendre pour réussir.

voyez c'était pas le moyen âge en 1954 mais dans les campagnes reculées la vie était très difficile, et les hivers très longs beaucoup de neige et faire 2k500 à pieds pour aller à l'école.

Il me semblerait normal d'avoir une petite compensation !.. merci d'une autre réponse plus encouragente et bonne soirée kamaline

je suis desolée si ce n'est pas encourageant mais a la campagne comme vous dites le sort des enfants était le meme pour ceux qui vivaient dans leurs familles?

tout comme les enfants placés en ville avaient probablement une vie plus facile

votre vie n'a pas été facile mais a vous lire on a l'impression d'etre pendant la guerre de 39/45 ( et pourtant vous parlez des années 65/70).

Votre cas certes tres malheureux ne peut pas etre généralisé au point de donner un avantage aux enfants placés au niveau de la retraite, d'autant plus que votre situation semble quand meme assez extreme et je le conçois pas facile du tout

si vous etes epuisée pourquoi ne pas demander une mise en invalidité ou une reconnaissance de travailleur handicapé?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonsoir

 

NON les enfants de la DDASS placés dans des familles d'accueil ne subissaient pas du tout le même sort que les enfants de la famille. Nous faisions le travail INGRAT pas les enfants de la famille.

Connaissez vous la vie réelle de ces enfants de la DDASS ?les colis de vêtements et les souliers une fois dans l'année qui ne correspondaient pas à notre taille? etc.. Les médias n'en parlent que très rarement, les enfants de la DDASS étaient LES INVICIBLES de la société. surtout ceux qui n'avaient pas du tout de famille.

desolée de vous contredire mais vous êtes loin de la vérité kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonsoir

 

NON les enfants de la DDASS placés dans des familles d'accueil ne subissaient pas du tout le même sort que les enfants de la famille. Nous faisions le travail INGRAT pas les enfants de la famille.

je ne parlais pas des enfants de VOTRE FAMILLE d'accueuil mais des enfants des autres familles, votre situation a certainement été plus dure que certains autres enfants placés ou legitimes mais je ne trouve pas de motif ( au niveau de la société )a un avantage au niveau de la retraite

 

---------- Message ajouté à 18h52 ---------- Précédent message à 18h48 ----------

 

desolée de vous contredire mais vous êtes loin de la vérité kamaline

pourtant 3 enfants placés dans ma famille 10 ans après vous certes!!! mais 3 enfants qui ont des metiers, 3 enfants qui sont partis en vacances, qui étaient habillés comme ceux de la famille

j'avoue effectivement que j'ai du mal à comprendre cette grande différence en 10 ans

en fait dans toutes les familles accueuil ou legitimes il y a et avait des différence et c'est pour cela que je ne trouve pas de raison a un avantage au niveau de la retraite, car pourquoi les enfants dont les parents legitimes n'ont pas pu payer d'études ne demanderaient pas la meme chose

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je n'avais aucune connaissance de ce fait, et j'en suis attristée pour tous les enfants concernés.

 

Cela fait partie des choses sur lesquelles les pouvoirs publics ne s'étalent pas. Pourtant en effet, vous avez raison, quelque chose devrait être fait. A mon sens, la bataille, si elle est possible, ne sera pas aisée.

 

J'aurais une question : la situation est-elle bien reconnue par les pouvoirs publics, ou à tout le moins établie par l'histoire ? Pour votre part, en avez-vous des preuves ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour,

Merci pour votre réponse et cela ne fait du bien de voir quand même qu'il y quelques personnes qui s'interresse à ce sujet qui certe à toujours été bien caché par les institutons quand on était placé dans le famille d'accueil la porte se fermait et plus personne ne savait rien de notre vie car même entre nous enfants de la DDASS nous n'en parlions très peu nous étions tellement malheureux et cela nous mettait mal à l'aise d'être différents des autres, et les autres enfants qui n'en avaient rien à faire ce qui est logique à leur âge, ils s'amusaient, ils apprenaient leurs leçons, c'était pas leurs affaires. Oui en effet la bataille est très rude car cela remonte de loin et les gens ont du mal à accepter ce fait, bien sûr cela remonte de 60 ans en arrière, et le directeur de l'agence était très autoritaire, et nous le voyons que lorsqu'il y avait un problème de discipline avec l'école où la famille d'accueil. Dans ma famille d'accueil il est arrivé un drame épouventable, et nous n'avons reçu aucune aide de l'assistance public, aucun soutien. Le vie a continué tant bien que mal. Dans les campagnes ont étaient considérés comme des moins que rien, nous rappelant toujours d'où nous venions et qu'on avait bien de la chance d'avoir un toit. C'est tout, pas d'amour pas d'affection Je ne connais pas les situations en Ville et dans Pensionnats. kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour,

Merci pour votre réponse et cela ne fait du bien de voir quand même qu'il y quelques personnes qui s'interresse à ce sujet qui certe à toujours été bien caché par les institutons quand on était placé dans le famille d'accueil la porte se fermait et plus personne ne savait rien de notre vie car même entre nous enfants de la DDASS nous n'en parlions très peu nous étions tellement malheureux et cela nous mettait mal à l'aise d'être différents des autres, et les autres enfants qui n'en avaient rien à faire ce qui est logique à leur âge, ils s'amusaient, ils apprenaient leurs leçons, c'était pas leurs affaires. Oui en effet la bataille est très rude car cela remonte de loin et les gens ont du mal à accepter ce fait, bien sûr cela remonte de 60 ans en arrière, et le directeur de l'agence était très autoritaire, et nous le voyons que lorsqu'il y avait un problème de discipline avec l'école où la famille d'accueil. Dans ma famille d'accueil il est arrivé un drame épouventable, et nous n'avons reçu aucune aide de l'assistance public, aucun soutien. Le vie a continué tant bien que mal. Dans les campagnes ont étaient considérés comme des moins que rien, nous rappelant toujours d'où nous venions et qu'on avait bien de la chance d'avoir un toit. C'est tout, pas d'amour pas d'affection Je ne connais pas les situations en Ville et dans Pensionnats. kamaline

vous avez l'air de penser que je ne compatis pas, c'est faux, des drames humains et familiaux il y en a eu et il y en aura encore que ce soit des enfants placés ou pas, mais ce que je veux vous expliquer c'est que je ne comprends pas le lien avec un avantage pour la retraite car cela voudrait dire que des enfants "DDASS" qui ont été bien elevés auraient un avantage alors que des enfants elevés par leurs parents mais tres pauvres ou dans les campagnes n'en auraient pas.

Que votre vie ait été dure et qu'une reconnaissance soit effective , certainement , mais pourquoi au niveau de la retraite?

puisque vous semblez bien connaitre cette situation, sachez qu'il y a 33 ans, c'est pas hier!! les enfants placés pouvaient avoir des cours particuliers , des vacances, des vetements comme les autres enfants!! les familles d'accueil en plus de "leur salaire" percevaient pour cela des sommes supplémentaires, et je ne parle pas là de choses que j'ai entendu, mais c'est bien du vécu.

Ces enfants aujourd'hui font partie( pour certains) intégrante de la famille, les parents d'accueil sont papa et maman et papy et mamy pour leurs enfants, ces memes familles d'accueil ont pris des dispositions pour leur succession.

Il y a donc certainement eu des abus je n'en doute pas mais ce ne peut pas etre une généralité donc ne pas engendrer un "avantage"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Je me pose une interrogation étant une enfant de l'assistance public née en 1954, j'arrive à ma retraite bientot et les caisses de retraite décompte à partir du travail déclaré comme tout un chacun, mais pour beaucoup d'entres nous de ma génération nous travaillons en exterieur comme à la maison pour les filles depuis nos âges des 11/12 ans donc pas le temps pour apprendre bien nos leçons et avoir un bon métier, pas d'enfance et d'adolescence comme les enfants de bonnes familles. Aurons nous droit à une reconnaissance particulière pour toutes ces années de sacrifices.

Pour ma part je suis usée et je n'ai que 59 ans il faut donc encore et encore travailler.

J'aimerais bien avoir une réponse car personne ne peut me renseigner sur ce délicat problème.

Kamaline

 

Bjr

Je ne nie pas votre malheur.

Je Suis de 54 aussi.

J'avais des parents normaux pour l'époque, dans la norme, j'ai vécu une enfance heureuse au regard de mes copains, eux aussi avec des parents.

Mais j'allais chercher l'eau au puits, les WC étaient à l'extérieur, nous n'avions pas de télé, je ne pouvais commencer mes devoirs qu'à 21h et je n'avais pas droit aux vacances.

 

La vie était ainsi à l'époque.

Je ne nie pas votre important manque affectif et vos "maltraitances" mais ce que vous évoquez était le lot de nombreux enfants, et c'était normal.

Heureusement, il y a eu Mai 68, mais notre enfance était passée.

 

Je ne réclame rien pour ma retraite, je suis cassé aussi, bourré d'arthrose....J'ai le même problème que vous et pourtant je juge que ma vie a été facile.....ou pas trop difficile. Vous jugez votre enfance avec votre regard d'aujourd'hui.

 

Il y a seulement encore quelques années, on pouvait sur attestation valider quelques trimestres d'aide familiale ou travail dans les fermes......mais c'est terminé, je crois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

petit témoignage n'ayant pas réellement un lien avec la question posée initialement et qui n'est pas juridique.

Nous étions 6 enfants dans une famille "normale" père et mère présents.

Mes parents étaient "famille d'accueil pour des enfants "du juge"" = DDASS (pays voisin de la France)

Donc 12 enfants qui rapportaient énormément à mes parents: les enfants du juge = allocations familiale + paie de l'état + travail de ses enfants (5 fille et 1 garçon) de vraies petites bonnes à tout faire. Le garçon moins docil (mais faisant partie de la même famille) a été rapidement renvoyé à l’orphelinat.

Quand ces enfants sont partis, grâce à la majorité de l’aînée qui a pu devenir "chef de famille" dans les année 1975, elles se sont barrées de cet enfer.

Nous les "vrais" enfants du couple, nous avons pris la relève, pour les 4 aînés( 12-11-10-8 ans)!

Maçons, ménage, bois à couper et fendre, ...notre travail et les alloc...ont payé une maison à mes parents: maison de 30 pièces (ex-ferme aménagée).

...là, ils me demandent de payer pour eux, afin de "garder un train de vie qu'ils ont toujours connu" pourtant cela fait 20 ans que j'ai coupé les ponts et que je suis le "mouton noir" les ayant abandonnés pour vivre ma vie à 1000 km de chez eux.

La lettre du huissier me demandant 400 euros par mois pour eux est restée lettre morte, et pour ça je suis heureuse de vivre actuellement des fins de mois difficiles

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une personne de ma famille, née en 34, a connu les familles d'accueil à la campagne, dans les conditions que vous décrivez, le travail de nuit à 14 ans, la guerre d'Algérie et son lot d'horreurs. Cela ne l'a pas empêchée, en bossant dur et par les cours du soir, une fois adulte, de progresser professionnellement, et d'avoir actuellement une retraite convenable.

D'autres personnes, nées dans les années 40, ont connu les tickets de rationnement, la lessive dans la cours de la maison, etc...

Chacun le vit avec son caractère :

Certains, et pas forcément ceux qui ont eu le plus de chance, en parlent en rigolant (les wc à se peler le popotin en plein hiver, et s'essuyer avec les nouvelles de la veille.... :rolleyes:, radotage classique des fêtes en famille),

D'autres, et pas forcément les plus mal lotis, ne savent pas en parler sans se lamenter et récriminer, voire nous reprocher de vivre plus confortablement que ce qu'ils ont connu.

 

Il est certes bien dommage que de telles conditions aient existé, et je plains très sincèrement ceux qui les ont connues. Mais c'était hélas très courant, banal, et malgré toute la débrouillardise des personnes que je connais, cela ne leur a rien rapporté de plus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je vois donc que je ne suis pas "un sans coeur" ouf je commençais a en douter

 

bon courage tout de meme pour votre avenir et un bon conseil que je vous ai deja donné, portez plutot votre attention sur le handicap ou l'invalidité

 

pour info quand meme j'ai 53 ans

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour a tous

 

JE redis que NON LES POUVOIRS PUBLICS NE SONT PAS AU COURANT OU NE VEULENT PAS L'ËTRE CAR COMME DIT PAR CERTAIN QUE DEVRAIent ils NOUS DONNER , ils nous connaissent pas

et veulent surtout pas nous connaitre c'était normal pour l'époque. Dans les campagnes que les bonnes familles s'en sortaient bien, mais pas les autres mais personne n'osaient se plaindre , et disaient il y a pire ailleurs !..

 

merci de m'avoir écouté kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je sais que votre vie a été difficile, que certains l'ont eu encore plus difficile que d'autres, mais je suis sûr que chez les SDF il y a aussi des gens issus de bonne famille comme vous dites. La vie est dure pour plus de la moitié des gens.

 

Un autre vécu: ma belle mère a élevé aussi des enfants de la DDASS. L'une d'elle vient de perdre son mari, elle nous a inscrit sur son faire part comme étant de SA famille à elle. Je l'ai toujours considérée comme ma belle-soeur.

Je ne parlerai pas de la motivation de ma belle mère......qui était sûrement financière et qui profitait bien des colis de vêtements.....

Il y a avait souvent des contrôles et ma femme vivait assez mal que les enfants de la DDASS étaient mieux habillés qu'elle.

Il faut le dire aussi.

 

Encore un, proche aussi: mon beau frère s'est marié avec une fille de la DDASS....elle est désormais cadre dans une caisse de retraite.

 

Toutes les deux ont été baladées de famille d'accueil en famille d'accueil, ont volé dans le poubelles pour se nourrir et s'en sont financièrement et moralement bien sorti.

 

Que vous demandiez une reconnaissance, soit, mais comment l'évaluer et la donner?

Et ce serait faire de la ségrégation vis à vis des autres ayant certes eu des parents mais ayant raté leur vie.

Et comment faire le tri avec ceux qui ont réussi?

Et le Conseil d'état juge dans un souci d'égalité.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour kamaline, je sais de quoi vous parlez.

Je suis née en 54 dans une famille de la ville. L'été nous allions en vacances dans le Jura et je me souviens d'un gamin de mon âge (10 - 12 ans), placé en ville en famille d'accueil (DASS ?) mais qui pendant l'été travaillait dans une ferme comme berger - à l'époque les vaches allaient au pré le matin et revenaient le soir pour la traite. Il restait seul dans les champs toute la journée par tous les temps, nous allions lui tenir compagnie quand nous partions en promenades et on partageait notre pique-nique avec lui : ma mère faisait des gâteaux, il n'avait souvent que du pain et du fromage. Il voulait être instituteur, je ne sais pas s'il a réussi.

 

Bien sûr que les pouvoirs publics étaient et sont au courant ! Et la situation aujourd'hui n'est pas forcément meilleure dans certaines familles d'accueil, même si le confort a fait des progrès.

Je connais aussi, de la même génération, une fille de petit commerçant (boulanger) qui a travaillé dans le commerce familial de 14 ans à son mariage vers 20 ans sans être déclarée, et donc rien pour sa retraite aujourd’hui' hui ! Les paretns sont morts, la boulangerie a disparu depuis longtemps, impossible de faire valoir des droits. On ne parle pas ici du travail après l'école quand elle avait 10-12 ans mais d'un travail à plein temps.

 

Tout ça pour vous dire que ce que vous décrivez est une réalité, connue de beaucoup. De là à générer une reconnaissance de droits supplémentaires pour la retraite c'est une autre histoire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

rebonjour, j'ai envoyé un message mais je pense qu'il a été coupe.je disais que ENTIEREMENT d'accord pour que les enfants de familles pauvres aient aussi une reconnaissance pour leur courage pendant leur enfance. je crois qu'ils ont quand même recus de l'affection, tendresse, et que leurs parents faisaient le maximum avec le minimum.

Dans ma famille d'accueil il y a une personne ""différente"" depuis son armée en Algerie et j'ai de très bon rapport avec lui je le considère comme mon frère de lait. Je ressens de l'amertume auprès des institutions car j'aurais pu être adoptée mais l'Agence n'a pas donné son accord. J'ai réclamé mon dossier personnel à ma majorité 21 ans refus "motif le dossier n'en vaut pas le peine" ces mots sont blessants je viensi de découvrir ce fameux dossier qui est froid, vide de sens, quelques renseignements mais vraiment rien d'exaltant. excusez moi pour la coupure. Bonne soirée. kamaline On traine toute notre vie cette réflexion par des sous-entendus ENFANTS DE L'ASSISTANCE PUBLIC

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Hier au soir j'ai envoyé un petit message mais je ne l'ai pas vu sur le forum est ce normal.

Je disais que je comprenais et était entièrement d'accord que les pouvoirs publics réfléchissent pour trouver une solution pour le travail des enfants issus de familles non aisées, mais je pense que quand même ils avaient l'affection, la tendresse de leurs familles car elles faisaient le maximum avec le minimum.

bonne soirée. Kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour

je suis ok, les deux discussions sont bien fusionnése excusez moi bonne journée kamaline

 

---------- Message ajouté à 12h52 ---------- Précédent message à 12h36 ----------

 

Bonjour,

Je vous tiens au courant au sujet de cette interrogation, qui j'ai bien constaté que les personnes sont très divisées sur ce sujet? Je trouve cela Normal, tous débats méritent réflexions, mais les pouvoirs publics n'en parlent pas, et je crois mon sujet aussi intéressant que celui de l'adoption par deux personnes de même sexe qui est quand même une sacrée avancée dans notre société actuelle. Mon avis est que je suis persuadée que ces enfants trouveront un VRAI foyer, et leur histoire leur sera dite beaucoup plus tôt avec tendresse, attention etc.. ce qui n' est pas notre cas

bien que cela se soit aussi amélioré, mais nos dossiers sont que des formalités administratives. Par leur négligence je n'ai pas été adoptée alors que je devais l'être.

J'ai écrit mes mémoires de mon enfance et adolescence et un tout peu de ma vie adulte, je suis heureuse de l'avoir fait avant l'ouverture de ce fameux dossier soit à 59 ans, depuis ma très mauvaise réponse de l'agence je n'ai rien demandé aux institutions. C'est la maladie qui m'a poussé à le faire. Kamaline

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Nature07
      Bonjour,
       
      Je suis cadre dans une entreprise privée depuis plus de 25 ans.
      J'ai travaillé à temps complet jusqu'en 1996, puis en 4/5 depuis 1997.
      J'ai cotisé en 4/5 de 1997 en 2008 puis à l'initiative de mon employeur à temps complet depuis 2007.
      Je constate une incohérence dans le relevé des points :
      - 1994 à 1996 : ARRCO environ 120 point/an et AGIRC 450/an
      - 1997 à 2006 (base 4/5): ARRCO 115/an & AGIRC :398/an
      - 2007 à 2015 (base temps complet) : ARRCO environ 140/an & AGIRC : 120/an
      - 2016 : je retrouve une situation qui semble normale : ARRCO : 130/an & AGIRC : 395/an
      Comment analyser et rectifier la perte des points de 2007 à 2015 alors que mes contributions ont augmenté à temps complet?
      Merci d'avance pour votre aide
      Cordialement
    • Par Thibgab
      Bonjour
       
      Je dispose actuellement d'un certificat d'isolement, (étant personne à risques) valable jusqu'au 31/12/20.
      Cependant je serai en retraite le 01/10. Mon service RH étant peu explicite, je me retourne vers vous !
      Existe t il des dispositions particulières concernant cette situation notamment pour la réalisation de la période
      de préavis qui est égale à deux mois.
       
      Merci
    • Par jeanpaul
      Bonjour,
       
      Ma date de départ en retraite est fixée par mon employeur au 20 octobre 2020 date a laquelle j'aurai 66 ans et 7 mois. Je suis né le 20 mars 1954.
      Pouvez m'indiquer s'il vous plaît si ma pension de retraite me sera payée à compter du 21 octobre 2020 ou si je perd 10 jours ( entre le 21 octobre et le 31 octobre 2020)puisque les pensions sont prises en compte au 1er de chaque mois.
      Merci beaucoup.
      Cordialement
      Jean-paul
    • Par Hypoccampe
      Bonjour,
      tout d’abord merci de vos réponses
      j’ai perdu mon mari tout récemment après avoir vécu 53 ans ensemble
      je touche une pension de brut 1693¤ ce qui fait 5079¤ par trimestre, le plafond 2020 est de 5278¤ par trimestre
      j’ai un placement de 6000¤ LDD, je crois qu’il faut en prendre compte pour les intérêts à 0,75% mais je crois que ça a baissé.
      j’ai fait parvenir le dossier à la carsat, mais j’aimerais si possible connaître la somme qu’il me sera attribuée.
      encore merci aux personnes qui pourront me le faire savoir.
    • Par Flamme 1
      Bonjour
      Je m'appelle Michèle et suis d'origine anglaise .
      J'ai travaillé dans mon pays une vingtaine d'année.
      Depuis 2002 je réside et travaille en France et souhaite y rester pour ma retraite car j'y possède ma maison (naturalisation française en cours)
      J' aurais 62 ans en juin prochain.
      J' ai été licenciée en juin 2017 .
      J'ai retrouvé un emploi dans la foulée mais avec moins d'heures.
      Je me suis donc inscrite à Pole emploi en 2017 pour compléter ma recherche d'emploi afin de compléter ce manque d'heures .
      J'ai reçu récemment un courrier de Pole emploi qui me demande une notification de la CNAV qui stipulerait si ma retraite m'est accordée ou refusée faute de quoi sur non présentation du document ils me résilient au 30 juin prochain.
      Je précise que je n'ai pas effectué de demande de retraite puisque je veux continuer à travailler jusqu'à l'obtention du taux plein.
      J'ai acquis 62 trimestres en France fin 2019 hors majoration de trimestres pour enfants (4 enfants ).
      Comment m'y prendre étant donné que la retraite anglaise elle est à 65 ans et que je n'ai pas envie d'être résiliée de Pole emploi en France afin de continuer mes recherches pour travailler jusqu'à l 'obtention du taux plein et ainsi m'assurer une retraite décente .
      Je viens de demander un relevé de carrière en Angleterre en espérant le recevoir rapidement.
      Merci pour vos précieux renseignements.
      Michèle
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...