Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Abandon de poste/Faute grave/Licenciement


MaîtreYoda

Messages recommandés

Bonsoir,

 

J'ai une affaire plutôt mal barrée à soumettre aux plus avertis d'entre ceux qui lirons ce texte.

 

Profession concernée: Chauffeur/Livreur (Utilitaire)

Entreprise 12 salariés

13 mois d'ancienneté

 

La difficulté réside dans un abandon de poste, ou prise de congé sans préavis, qui n'a pas fait l'objet d'un courrier.

 

Mes Atouts:

 

  • · Incidents liés au véhicule ou la sécurité.

 

  • · Incidents liés aux « papiers » du véhicule.

 

  • Incidents liés à l’organisation, aux moyens, carte carburants, etc...

 

  • · Incidents sur la comptabilisation des heures, primes, remboursements divers…

 

  • · Incidents sur le paiement de ce qui devrait être normalement due, depuis 11 mois.

 

  • Incident sur les conditions d’exécution du contrat sachant qu'il est inscrit sur celui-ci: 11h30=>15h / 18h=>23h (Horaires réels: 12h=>14h / 20h=> 1h, 2h, 3h...), et une réorganisation de mes horaires sans avenant au contrat: 20h=>3h, 4h, 5h...

 

  • Incidents sur l'engagement contractuel de la société à compter mes heures par moyen électronique et l’utilisation de ce système pour ma rémunération.

 

  • 11 Mois de travail sans un plantage ni retard, sans 1 jour de congé posé.

 

  • Des amendes à répétition liées à l'organisation et au véhicule, adressées à mon nom et que l'entreprise refuse de payer, donc majorées.

 

 

Possibles défauts de procédure sur la lettre de convocation:

 

  • Courrier envoyé à une adresse où je ne réside plus, et qui a pourtant fait l'objet d'une information par courrier AR. de ma nouvelle adresse.

 

  • Lieu de convocation qui m'est inconnu(93), et qui n'est ni mon lieu de travail(77) ni le siège de la société(95) et (69). Rien n'est justifié dans le choix de ce lieu éloigné et contraignant.

 

  • Adresse du lieu de convocation faussée, de type "postale" et surtout très incomplète "géographiquement". Sans nom, ni N° de bâtiment, ni étage...

 

  • Adresse de la liste départementale préétablie fausse, ne tenant pas compte du département du lieu de convocation(93), mais de mon domicile(77) et mon lieu de travail(77).
  • ( Par conséquent, je n'ai pas pu me faire assister)

 

 

Possibles défauts de procédure sur la lettre de Licenciement:

 

  • Courrier envoyé à une adresse où je ne réside plus, et qui a pourtant fait l'objet d'une information par courrier AR. de ma nouvelle adresse + Rappel verbal lors de l'entretien.

 

  • Courrier daté de 2 jours avant la limite de 1 mois imposé dans le cadre d'une faute grave, mais envoyé avec 9 jours de retard selon ce délai imposé, cachet de la poste faisant foi.

 

  • Date de mon retrait début novembre, lettre de licenciement 29 janvier, 3 mois à 0€/mois sans pouvoir m'inscrire aux Assedics

 

  • Ni une absence ni un arrêt maladie ne saurait de quelque manière que ce soit retarder une procédure de licenciement, malgré tout, les responsabilités de ce contretemps n’ont pas manqué de m’être rejetées dans la lettre de licenciement.

Malgré l'aspect malheureux et non procédurier de ma démarche au départ, pensez-vous que ces points de procédures aient une chance de donner matière au CPH?

 

 

Merci d'avance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 14
  • Création
  • Dernière réponse
Invité Véga Lyre

Bin, c'est à dire que Maître Yoda, il se comprend, lui.

Moi, j'avais attentivement lu, mais ai été subitement prise d'une irrépressible envie de café... Et vu qu'il fallait aussi préparer celui du Patron, hein...

M'enfin, à la relecture, je n'y comprends toujours rien.

Le Patron non plus, d'ailleurs, ce qui me rassure un peu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour, Je vois que la nuit a porté conseil!^^

 

" La vérité c 'est comme le beurre, moins on en a, plus on l'étale".

 

Si j'ai tartiné ma page, ce n'est pas par manque d'argument, au contraire je n'en manque pas, cela dit à la relecture c'est un peu balancé en paquet.

 

En quelques mots: Je suis contraint d'abandonner mon poste, et je suis licencié.

J'ai tenté d'exposer les causes de mon geste, et la manière dont je m'y suis pris : Par téléphone, sans préavis ni courrier.

 

A la lumière de ces éléments, je crains ne pas pouvoir obtenir gain de cause devant le CPH. Peut-on me le confirmer?

 

 

En revanche, j'ai pu noter certain points pouvant faire apparaître une "Procédure irrégulière", la question est :

Est-ce que les points que j'ai exposé peuvent effectivement faire l'objet d'une procédure irrégulière si je me tourne vers le CPH?

 

Dans le cadre d'un licenciement pour faute grave, le simple fait que je reçoive ma lettre de licenciement au bout de 39 jours au lieu des 30 ou 31 imposés par les délais légaux, cela ne constitue-il pas une faute de l'employeur?

 

J'espère avoir illuminé votre journée.

 

Que la force soit avec vous.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjor à tous

Bonjour, Je vois que la nuit a porté conseil!^^

 

" La vérité c 'est comme le beurre, moins on en a, plus on l'étale".

 

Si j'ai tartiné ma page, ce n'est pas par manque d'argument, au contraire je n'en manque pas, cela dit à la relecture c'est un peu balancé en paquet.

 

En quelques mots: Je suis contraint d'abandonner mon poste, et je suis licencié.

J'ai tenté d'exposer les causes de mon geste, et la manière dont je m'y suis pris : Par téléphone, sans préavis ni courrier.

 

A la lumière de ces éléments, je crains ne pas pouvoir obtenir gain de cause devant le CPH. Peut-on me le confirmer?

 

 

En revanche, j'ai pu noter certain points pouvant faire apparaître une "Procédure irrégulière", la question est :

Est-ce que les points que j'ai exposé peuvent effectivement faire l'objet d'une procédure irrégulière si je me tourne vers le CPH?

 

Dans le cadre d'un licenciement pour faute grave, le simple fait que je reçoive ma lettre de licenciement au bout de 39 jours au lieu des 30 ou 31 imposés par les délais légaux, cela ne constitue-il pas une faute de l'employeur?

 

J'espère avoir illuminé votre journée.

 

Que la force soit avec vous.

 

Peut-être pourriez vous faire l'historique de votre affaire afin d'y voir plus clair....

Avez vous subi une mise à pied conservatoire ?

Etiez vous accompagné par un représentant syndical lors de l'entretien préalable ?

Quelles sont les fautes reprochées dans la lettre de licenciement ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjor à tous

 

Peut-être pourriez vous faire l'historique de votre affaire afin d'y voir plus clair....

Avez vous subi une mise à pied conservatoire ?

Etiez vous accompagné par un représentant syndical lors de l'entretien préalable ?

Quelles sont les fautes reprochées dans la lettre de licenciement ?

 

Bonjour,

 

06 Novembre 2012: Abandon de poste sans procédure ni préavis, hormis des contacts téléphonique.

 

11 Décembre 2012: Lancement de la procédure avec mise à pied conservatoire/Convocation.

 

20 Décembre 2012: Entretien préalable sans représentant syndical ni conseiller du salarié.

 

29 Janvier 2013: Lettre de licenciement pour faute grave, au motif d'un abandon de poste.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

re re

Bonjour,

 

06 Novembre 2012: Abandon de poste sans procédure ni préavis, hormis des contacts téléphonique.

 

11 Décembre 2012: Lancement de la procédure avec mise à pied conservatoire/Convocation.

 

20 Décembre 2012: Entretien préalable sans représentant syndical ni conseiller du salarié.

 

29 Janvier 2013: Lettre de licenciement pour faute grave, au motif d'un abandon de poste.

merci pour la synthèse .... La effectivement c'est pas gagné ....

Comment pouvez vous justifier le licenciement abusif ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Etiez vous accompagné par un représentant syndical lors de l'entretien préalable ?

 

c'est interdit

 

au pire ou au mieux en fonction du nombre de salariés c'est un "conseiller du salarié" qui peut assister

 

---------- Message ajouté à 16h30 ---------- Précédent message à 16h29 ----------

 

Dans le cadre d'un licenciement pour faute grave, le simple fait que je reçoive ma lettre de licenciement au bout de 39 jours au lieu des 30 ou 31 imposés par les délais légaux, cela ne constitue-il pas une faute de l'employeur?

 

.

 

bien sur

!!!

 

---------- Message ajouté à 16h31 ---------- Précédent message à 16h30 ----------

 

J'espère avoir illuminé votre journée.

 

.

honnetement !!! pas du tout

 

question : avez vous reçu une lrar apres votre abaondon de poste vous demandant de vous justifier ???

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

c'est interdit

 

au pire ou au mieux en fonction du nombre de salariés c'est un "conseiller du salarié" qui peut assister

 

---------- Message ajouté à 16h30 ---------- Précédent message à 16h29 ----------

 

 

bien sur

!!!

 

---------- Message ajouté à 16h31 ---------- Précédent message à 16h30 ----------

 

honnetement !!! pas du tout

 

question : avez vous reçu une lrar apres votre abaondon de poste vous demandant de vous justifier ???

 

Bonjour,

 

Non, aucune LRAR hormis celle apparaissant dans la chronologie.

 

Vous faites bien de signaler ce point car cela marque des incohérences dans leurs courriers, ainsi que dans les faits et la réalité qui les entourent.

 

======>

 

Dans la lettre de licenciement on peut lire: « Le 6 novembre 2012, vous avez abandonné votre poste ainsi que votre véhicule utilitaire avec une porte qui était tombée. »

 

En conclusion: "Puisque vous n'avez pas obtenu d'autorisation d'absence ni prévenu quiconque, nous considérons que vous avez abandonné votre poste. Votre absence a gravement désorganisé notre service ce qui est tout à fait inadmissible et rend impossible la poursuite de notre collaboration".

 

Nous avons les circonstances, la cause et l'effet produit. Le tableau est posé.

 

La lecture de ces extraits décrivent une personne qui aurait abandonné son poste pendant le travail puisqu'il est question d'un véhicule, qui à son tour aurait été abandonné avec une porte qui était tombée. Cela a justifié la qualification d'abandon de poste puisque "cette absence a été obtenu sans autorisation et sans prévenir quiconque".

==> On sous-entend donc que dans la nuit du 06 Nov. 2012(il était env.4h) je me serai rendu coupable d'avoir brutalement abandonné mon véhicule sans sa porte latérale qui était tombée, et mon poste par la même occasion, ceci en disparaissant dans la nature pour ainsi dire.

On peut également supposer un service arrêté en cours ou qui n'a pas été mené à son terme.

En effet c 'est GRAVE.

 

Le 06 Nov. 2012 dans la réalité :

 

  • Ma porte latérale s'est décrochée alors que je tentais de l'ouvrir devant un point de livraison(93).
  • j' appel un responsable de nuit car je ne suis qu'à mi-tournée, "on fait quoi?". Réponse: "je ne sais pas..."
  • Je prend l'initiative de vider tout mon chargement chez ce client, sauf deux points de livraison (94)&(77) qui se trouvaient être des trajets "urbain" et sur mon itinéraire de retour habituel. Le véhicule a donc été stationné sans sa porte et à vide.
  • La porte latérale est restée sur place(93), comme annoncé au responsable de nuit: " Elle est trop lourde et trop volumineuse pour être ramenée dans le véhicule".

=> Y a-t-il eu un abandon de véhicule, de poste, ou un acte grave commis lors de cette tournée courant du 05 au 06 Nov 2012?

NON

 

 

 

Le même jour dans l'après-midi du 06 Novembre, contact avec mon "petit" responsable du siège de la société en province pour évoquer cet incident et lui signaler que je refuse de reprendre ma tournée à 20H tant que le gérant ou le DRH ne me contact pas, dès lors que ça fait 25 fois que je le demande, et ceci en vue de remettre d'urgence à plat les conditions de notre collaboration car je subie de graves problèmes et incidents à répétition blablabla... "D'ici là je prend du repos après 11 mois de périple si vous me le permettez."

 

Le fait d'avoir mentionné dans la lettre de licenciement "ni prévenu quiconque" ne tiens pas car je n'ai pas disparu dans la nature soudainement, comme pourrait le laisser supposer la lettre de licenciement.

Cela est en parfait accord avec le fait de ne pas me demander par LRAR de regagner mon poste ou un justificatif d'absence.

Ces responsables ne peuvent pas nier avoir acté un incident le 06 Nov à 4h, ni ignorer les raisons de mon retrait sur le service suivant le, 06 Nov à 20H.

 

Ces responsables tenaient-ils vraiment à ce que je m'explique sur les raisons de mon retrait du 06 Nov à 20h et que cela fasse l'objet d'un roman:bored: par AR?

 

Il m'est aussi reproché de ne pas avoir formalisé ou justifié mon absence en plus de n'avoir prévenu personne, ce qui laisse supposer que pour ne pas laisser un employeur dans l'ignorance d'un problème, on doit formaliser tout ça sur un courrier AR.

 

En terme de message clair envoyé aux responsables de la société ce 06 Nov 2012, on ne peut pas faire moins procédurier c'est vrai, mais cela vaut bien un courrier AR partant du principe qu'à la date du 06 Nov 2012, il avait obligatoirement été acté de graves fait dont les responsables du siège ne pouvaient ignorer en temps réel la teneur. Ces faits on les retrouves sous la forme d'un incident d'exploitation survenu à 4h du matin d'une part, ensuite d'un abandon de poste le même jour à 20h.

 

Personne n'est resté dans l'ignorance, tout le monde est resté dans l'inaction,

 

En plus d'avoir à faire à des incompétents, je dois composer avec des escrocs ayant à la fois des soucis avec les chiffres lorsqu'ils sont suivis d'un €, et les lettres lorsqu'elle doivent être suivie de réalité dans les faits, du contrat à la lettre de licenciement.

 

Merci pour votre patience, j’essaie de poser mes idées, éventuellement je prend conseil et merci pour ça.

 

Sans prétentions.

Bonne nuit.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme déjà dit , Il y a au moins 1 motif pour faire requalifier votre licenciement pour faute grave en licenciement sans cause réelle et sérieuse :

 

2° L1332-2

Code du travail - Article L1332-2 | Legifrance

 

c'est la date d'envoi de la LRAR qui compte :

Je vous cite : Courrier daté de 2 jours avant la limite de 1 mois imposé dans le cadre d'une faute grave, mais envoyé avec 9 jours de retard selon ce délai imposé, cachet de la poste faisant foi.

 

de ce SEUL fait, le licenciement est requalifié en licenciement sans cause réelle et sérieuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme déjà dit , Il y a au moins 1 motif pour faire requalifier votre licenciement pour faute grave en licenciement sans cause réelle et sérieuse :

 

2° L1332-2

Code du travail - Article L1332-2 | Legifrance

 

c'est la date d'envoi de la LRAR qui compte :

Je vous cite : Courrier daté de 2 jours avant la limite de 1 mois imposé dans le cadre d'une faute grave, mais envoyé avec 9 jours de retard selon ce délai imposé, cachet de la poste faisant foi.

 

de ce SEUL fait, le licenciement est requalifié en licenciement sans cause réelle et sérieuse

 

Bonjour et Merci pour votre réponse, vous illuminez ma journée!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Veuillez-me pardonnez ce doublon, mais je me rend compte que ma situation est moins catastrophique "financièrement" que si j'avais formalisé mon "retrait" au moyen d'une Rupture pour cause de prise d'acte.

 

Cela correspond tout à fait à mon cas: "La prise d'acte de la rupture par le salarié en raison de faits qu'il reproche à son employeur entraîne la cessation immédiate du contrat de travail".

 

Effectivement, si j' avais signifié cette rupture pour cause de prise d'acte à mon employeur le 06 Nov 2012, celui-ci l'aurait qualifié comme une démission, et fatalement les ASSEDIC aussi.

 

C'est à dire que seulement au bout d'une procédure prudhommale, si la rupture a été reconnue aux torts de l'employeur et que l'on est pas mort de faim d'ici là, les ASSEDIC reconnaissent que la cause de la rupture n'est pas une Démission et accessoirement débloquent des droits.

 

 

J'argumente mon propos:

 

 

  • Par lawrence47

Cette histoire est une véritable abbération. J'ai pris acte de la rupture pour non paiement des heures supplémentaires entre autres. Les assedic refusent de m'indemniser considérant que c'est une démission. Mais si c'était une démission, j'aurais fait une démission et non une prise d'acte. En choisissant ce mode, je considère que la rupture se fait aux torts exclusifs de l'employeur.

 

1. Comment peut-on présumer le salarié démissionnaire alors que le procès est en cours pour justement se prononcer sur le caractère de démission ou de licenciement abusif ??

2. Dans le cas où la prise d'acte est requalifiée en licenciement abusif au bout de un an et demi de lutte, que feront les assedics ?

a - Un solde de tout compte de l'indemnité chomage que le salarié aurait dû percevoir majoré des intérêts de retards et de leurs plates excuses, une fois que le salarié sera mort de faim et aura perdu tous les biens dont il n'aura pas pu rembourser le crédit ainsi que son toit puisqu'il ne peut plus payer de loyer ?

b - Rien du tout puisque à ce moment-là, et on le lui souhaite, le salarié aura déja retrouvé un poste.

Se permettre de requalifier la prise d'acte en démission, c'est se substituer au juge d'une part et d'autre part, remettre en question le bien fondé de ce mode de rupture puisque seuls ceux qui ont les moyens financiers de l'assumer peuvent se permettre de la mettre en oeuvre.

Que fait-on dans l'attente de la décision, ce qui durera plusieurs mois ? On meurt ? Quel est l'intérêt d'indemniser quelq'un trois siècles après, c'est aujourd'hui qu'il a besoin de cette indemnité. Je ne veux pas recevoir de l'argent pour recevoir de l'argent, je veux avoir la possibilité légitime d'utiliser ce mode de rupture.

Y a t-il des personnes qui ont utilisé ce mode et qui ont obtenu une indemnisation des assedics PENDANT LA PROCEDURE ? Si oui, que faut-il faire ?

  • Par Jarry

Bonjour

je viens de vous envoyer un mail car je suis dans la même situation. De plus mon avocat ma dit de faire une prise d'acte et que je serais indemnisé par les assedic car j'ai un dossier en béton résultat rien. Elle me conseille de faire appel se que je vais faire. si quelqu'un a réussi a se faire indemniser il serait bon de le dire.De plus chez moi un peux plus compliqué car je suis membre titulaire du CE procédure plus compliqué.

Sources:Rupture pour cause de prise d'acte...http://avocats.fr/space/laurent.epailly/content/rupture-pour-cause-de-prise-d-acte---_4014B528-B0B7-44A2-92CA-8FDFF5764783

 

 

 

Quel aurait-été le titre de mon topic si j'avais été procédurier? => Démission aux torts de l'employeur/N'ouvre pas droit aux ASSEDICA votre bon cœur m'ssieurs dames

 

 

J'ai réussi à ouvrir mes droits aux ASSEDIC, et j'ai un nouvel argument pour justifier mon "omission" de l'envoi d'un courrier de démission ou de Rupture pour cause de prise d'acte.

 

 

 

La journée a bien commencé, qu'elle continu et qu'il en soit de même pour tout le monde.

 

Les commentaires sont toujours les bienvenus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par M_elle
      Bonjour :),
       
      Je ne sais pas si je suis dans la bonne section du forum mais je ne vois pas trop où placer cette conversation :
       
      Souhaitant développer davantage des compétences dans le milieu du soin animalier, j'ai trouvé, [date]une formation [en médecine douce] mais je n'y connaissais absolument rien dans ce milieu de médecine douce. La formation me semblait sérieuse "sur le papier" comme on dit. Il a fallu payer des frais de dossier et d'inscription à hauteur [tarif] puis la formation se déroulait en week-end de séminaire payant. Il y avait normalement [plusieurs]week-end séminaires.
       
      Au bout de deux week-end de séminaire, je me suis très vite aperçue de ce que la formation était.... déjà[cette médecine douce ]reconnue par l'Etat mais il existe quand même une Fédération[...]qui réglemente la pratique et les écoles or ce soi-disant centre de formation n'en fait pas partie et la "formatrice" est une ancienne élève d'une de ses écoles qui s'est mise à son compte mais en aucun cas une "formatrice" qui s'avère être un vrai métier : les cours étaient dispensés de façon très aléatoire, rien de construit mais plutôt à l'image d'un puzzle dont la formatrice disait que nous rassemblerions les morceaux à la fin de l'année et que ça n'était qu'au dernier moment que nous comprendrions, la pratique était très approximative et rien de bien concret, les attestations de présence fournies avec un numéro de SIRET sont au nom de son mari -osthéopathe équin- ne correspondent en aucun cas à une école, ni à un centre de formation et n'ont donc aucune valeur.... plein d'autres détails mais je ne suis pas là pour tout exposer (sauf si nécessaire)
       
      Bref, j'ai décidé de cesser cette formation et comme j'ai appris que [cette médecine douce] en fait, issue de la médecine chinoise car c'était exactement le même principe transposé de l'humain à l'animal, je suis allée voir si l'herbe était plus verte ailleurs : je me suis donc rendue aux portes ouvertes d'une des écoles reconnues [...]qui dispense des cours sur l'humain (finalement, c'est mieux que je commence par moi-même et le mode de fonctionnement chez l'humain avant de vouloir soigner un animal...mais la finalité de mon projet restera l'animal, ça me prendra plus de temps mais ça n'est pas grave), entendre le discours qui s'y tenait et la philosophie qui allait avec et j'ai été conquise car là nous étions dans un discours (oral donc.. et non un "papier") plein de vie, très positif et qui correspondait tout à fait à ce que j'attendais d'une école bien cadrée, bien structurée avec un règlement intérieur....
      De ce fait, je me suis inscrite et j'ai commencé le premier week-end de formation récemment qui n'a strictement RIEN A VOIR avec le premier que j'avais fait dans ma précédente formation.
       
      Bref, pour conclure, je souhaiterais savoir si je peux récupérer une partie [des frais d'inscription] et de dossier que j'ai payés sur la précédente formation étant donné que je ne suis allée qu'à deux séminaires de formation et que j'ai décidé d'abandonner cette formation sur des faits totalement justifiés.
       
      PS : Il faut aussi savoir qu'à un moment, la formatrice a choisi de m'exclure de la formation au motif que je me suis prise des remarques fortement désobligeantes (à chaque week-end de séminaire où j'étais présente) de la part d'un élève [plus âgé]que moi où j'ai demandé à la formatrice d'intervenir car j'estimais que c'était de son ressort, qu'elle a refusé en prétextant que ça n'était pas son rôle donc j'ai dû régler le problème directement avec lui et qu'ensuite il m'a été reprochée de perturber la bonne ambiance du cours et que je n'ai donc plus été admise en cours à la session suivante, de là j'ai protesté en disant que j'allais demandé à ma conseillère d'insertion professionnelle si c'était "normal" et savoir quel recours, je pouvais avoir et à partir de ce moment-là, la formatrice a décidé de me réintégrer..... uniquement après l'accord de l'élève qui initialement m'avait fait des remarques désobligeantes et pour lequel j'avais sollicité l'intervention de la formatrice qui, de ce fait, s'est transformé en victime (je parle toujours de l'élève) parce que la formatrice s'étant dédouanée de son rôle, j'avais dû régler le souci moi-même et ça s''est retourné contre moi.... mais étant donné tout ce contexte général, j'ai donc fini par choisir de partir.
       
      J'espère avoir été claire et compréhensible
       
      Merci de vos réponses.
    • Par Noyeb
      Mesdames, Messieurs,
       
      Ayant plusieurs sons de cloches concernant les temps de trajet, je me tourne vers vous.
       
      J'ai été employé en intérim pour une boîte de Télécom. Mon lieu de travail se situe sur Dijon (21) Et j'habite Sallanches (74). Le boîte me paie mes frais de transport via la SNCF. J'ai en gros le lundi 6h de train pour me rendre de chez moi sur mon lieu de travail et le vendredi 6h de mon travail à mon domicile.
      Est-ce que ce temps passé dans le train est comptabilisé comme temps de travail effectif ou pas? Cela dépend des conventions collectives?
       
      En vous remerciant par avance.
       
      [...]
    • Par Andromaque
      Bonjour,
       
      Et puisqu’il est encore temps, bonnes fêtes de Pâques.
       
      Je suis en appel contre mon ex employeur.
      Concernant mes demandes et suite à mes lectures est il possible de se référer et aux articles 565 et suivants du code de procédure civil? [EDIT de l'équipe de modération lien hors charte]
       
      Merci de votre aide.
    • Par rom_39
      Bonjour à tous,
      Je déterre le sujet, mais étant dans le même cas, j'aimerais savoir si @MRichard a eu une réponse précise de sa DRH ou de la DIRECCTE.
      Bonne journée à tous
       
      EDIT de l'équipe de modération : référence à cette discussion : Convention cadres de la métallurgie : Position et coefficient pour promotion d'un non diplômé - Travail et prestations sociales - Net-iris
    • Par Clarisse M
      Bonjour, ma responsable ma prévenu d'une réunion le mardi 27 avril à 19h30 mais voilà je fini ma journée à 13h30 et j'habite à 1h aller retour de mon lieu de travail de plus à la dernière réunion l'heure resté en plus ne nous à pas été payé se qui sera encore le cas.  La réunion étant à 19h30 il y en a pour au moins 1h se qui me fera rentré chez moi pas avant 21h ont t'ils ĺe droit de m'y obligé. Merci
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...