Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

conditions d'application de l’article 30-3 du code civil


coleturner42

Messages recommandés

Bonjour,

 

J'ouvre cette discussion car j'ai une question sur les conditions d'applications de l'art 30-3 du CC qui consiste a la perte de la nationalité Française.

 

Je vous explique mon cas ...

 

J'ai 22 ans, je suis Français et je vie en France depuis toujours, jusqu'à la aucun problème.

 

Cependant, ma maman (Algérienne) qui est actuellement seule en Algérie, a fait plusieurs fois une demande de visa pour venir passer quelques temps ici, et s'est vu rejeter toutes ses demandes.

 

Donc j'ai pensé a une solution : lui dire de demander la nationalité Française par filiation par rapport a son arrière arrière grand papa (ascendant donc). Il était Français de droit commun (on a son certificat de jugement délivré a l'époque par le tribunal qui était Français en Algérie).

L'article 32-2 du CC dit que «La nationalité française des personnes de statut civil de droit commun, nées en Algérie avant le 22 juillet 1962, sera tenue pour établie, dans les conditions de l’article 30-2, si ces personnes ont joui de façon constante de la possession d’état de français»

 

Est ce que l'art 30-3 du CC s'applique a mon cas? car bien évidement son arrière arrière grand papa est mort depuis plus de 50 ans et n'avait jamais mis les pied en France métropolitaine a son époque et n'a jamais possédé un bien ici.

 

Je vous remercie d'avance pour vos réponse.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 3
  • Création
  • Dernière réponse

Je viens de trouver une "question réponse" sur l'art 30-3 que Mme Hélène PONTVIANNE, membre élu de la circonscription électorale de Mexico a posé, mais la réponse est un peu confuse pour moi.

 

voici la question :

 

Une personne se serait vu refuser en 2011 la transcription de son acte de naissance parce que sa mère française aurait perdu la nationalité française par désuétude au motif que sa CNI, valable jusqu’en 1954, était périmée depuis plus de 50 ans (soit 2004). Pouvez-vous me préciser de nouveau les conditions d’application de ce délai de 50 ans dans le cadre de l’art 30-3 ? S’applique-t-il à : 1/ la date de validité d’une pièce d’identité française ou 2/ l’âge du demandeur ou 3/ la résidence hors de France 4/ la date du décès de l’ascendant français

 

réponse faite a l'assemblé national :

 

L’article du code civil auquel se réfère la question posée est un texte relatif à la preuve de la nationalité française devant les juridictions judiciaires. L’article 30-3 établit une fin de non recevoir à la preuve de la nationalité française par filiation faute pour l’intéressé et son ascendant direct (père ou mère) qui aurait pu lui transmettre la nationalité française d’avoir une possession d’état de Français.

 

Pour lui être opposée, cette fin de non recevoir suppose d’analyser la situation : par rapport au demandeur : trois conditions cumulatives s’attachent à sa personne :

 

être susceptible d’être français par filiation,

ne pas avoir de résidence habituelle en France,

ne pas bénéficier de la possession d’état de Français. et par rapport à l’ascendant : deux conditions cumulatives s’attachent à sa personne :

absence de résidence en France pendant un demi-siècle,

absence de possession d’état de Français. Ensuite, il convient de déterminer le point de départ du délai cinquantenaire qui s’applique uniquement à la résidence hors de France de l’ascendant (le délai de validité des CNI n’est pas de 50 ans) :

lorsque l’ascendant du demandeur est toujours vivant lors de la demande de délivrance du CNF, le délai cinquantenaire s’apprécie à compter de ladite demande,

lorsque l’ascendant est décédé antérieurement à la demande de CNF, le délai court à compter de la date du décès. En l’espèce, il pourrait être considéré que l’ascendant a bien eu un élément de possession d’état de Français (possession d’une ancienne CNI). Cependant, il appartient au greffier en chef du tribunal d’instance saisi d’une demande de certificat de nationalité française ou à une juridiction judiciaire saisie d’un contentieux d’apprécier si les conditions de la perte de la nationalité française sont remplies.

 

Dans la réponse il est question de "ne pas bénéficier de la possession d’état de Français"

Or l’ascendant a ma maman était bien Français de droit commun (certes il n'a jamais mis les pied en France M et est mort depuis plus de 50 ans mais n’empêche qu'il était Français) je ne comprends pas trop cette réponse et en particulier ce point.

 

Merci pour vos éclaircissements éventuels

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...