Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

La guerre de la rentrée aura-t-elle lieu ?


Messages recommandés

  • Moderateurs

Bonjour,

 

Sous un titre un peu provocateur, j'attire votre attention sur un article de la Veille Juridique par Net-iris concernant la réforme des rythmes scolaires.

 

En effet, cette réforme est supposée commencer à entrer en vigueur dès septembre prochain et pourtant, elle est largement contestée.

 

L'actualité générale ainsi que la Veille Juridique par Net-iris vous ont tenu informés des évolutions et du projet. Mais qu'en pensez-vous ? Ce sujet est ouvert pour cela !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 77
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

 

Mais, cela fait combien de décades que l'on change l'école : que ce soit les méthodes d'enseignement ou les rythmes... sans que jamais il y ait consensus !

 

Mieux vaut je croit un système médiocre stable que ces changements incessants.

En effet, devant un système médiocre, des organismes et activités "satellites" vont apparaître, pour compenser (partiellement) les faiblesses.

En changeant sans cesse, ces mécanismes d'ajustement n'ont pas le temps de se stabiliser.

 

Pour l'enseignement des langues, par exemple, la France est TRES mauvaise.

On le sait depuis des décennies. Et est-ce que cela change ?

Non ! On n'arrive pas à comprendre pourquoi nos voisins ont de meilleurs résultats ni même simplement COPIER ce qui marche ailleurs.

 

On continue à tourner en rond en croyant aller de l'avant !

 

Ciron :-)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ciron... vous n'avez pas tord...

Hélas, aux vues justement de ce qu'il se passe déjà actuellement, concernant les langues, ou d'autres matières plus scientifiques telles que les maths, la physique (...), on voit également que ces organismes et activités que vous nommez satellites ne sont pas accessibles à tous, et que la sélection se fait par l'argent.

Et au final, cela ne permet pas l'accroissement de l'apprentissage des langes (ou autres matières) de manière générale pour tous, mais uniquement pour certains.

Je ne pense donc pas que ce soit un bienfait pour l'ensemble.

Certes, c'est bien que ça existe, mon propos n'est pas là.

 

 

Mon avis sur le sujet, je l'ai déjà exprimé.... et maintenant, les activités tiers extra-scolaires se posent désormais la question de l'organisation...

Les activités physiques

Les activités musicales

théâtrales

...etc...

sont dans l'incapacité d'accueil sur le mercredi après-midi uniquement.

De cela, découlera in finé un manque dans les capitaux qui circulent autour de ces activités.

Car même si un club sportif (ce n'est qu'un exemple) est une association type 1901, derrière, cela brasse de l'argent: Location de salle, assurances -lieux, adhérant, consommation énergétique et d'eau...etc, etc...

 

L'école avec le mercredi matin, ou le samedi matin, ça a déjà été testé, et très vite abandonné, car les résultats n'y étaient absolument pas, et que cela causa des dommages financier pour ces activités annexes...

Les méthodes d'apprentissage scolaire n'ont toujours pas changés, et on en reviens à remettre l'école le mercredi matin... cycle et méthode qui n'ont rien donnés -> le chat se mord la queue...

 

Ça me fait penser qu'il est toujours préférable de refuser de voir la vérité en face, afin de ne pas se remettre en question, et faire des va et viens incessants, plutôt qu'une bonne foi pour toute remettre en question la méthodologie d'apprentissage scolaire, et rester sur une semaine de 4 jours...

.... surtout au regard de ce qu'il se fait à l'étranger, qui eux ont de meilleurs résultats (par exemple en langues étrangères), alors que les enfants finissent au plus tard leur journée scolaire entre 12h30 et 15h, que seuls 4 jours par semaine existent d'un point de vu scolaire, et que l'accent est mis sur les activités extra-scolaires...

L'épanouissement permet-il un meilleur apprentissage scolaire?

Voilà la question que devraient se poser tout ces technocrates coupés de la société et de ses réalités. Et ce, quel que soit la couleur politique du pouvoir en place.

On a les élèves qui par année passent le plus de temps devant un tableau noir (désormais) blanc, on a les élèves les plus fatigués et abrutis par le travail à la journée... et rien n'y fait. (et je ne parle pas du non respect de la circulaire du 29/12/56, concernant les devoirs à la maison....^^ la journée est longue, et encore plus longue lorsqu'on réclame aux enfants des devoirs écrits qui prennent facilement 1 heure.... dans certaines écoles primaires)

Faut-il n'être qu'un simple citoyen pour s'en rendre compte?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Wizz,

 

S'il n'y avait que la sélection par l'argent dans notre système scolaire, ce serait déja une belle performance...

Les gens qui ne sentent pas "le terroir" sont discriminés à tout bout de champ.

 

Les sentiments d'injustice et d'humiliation sont trop présents en France, pour beaucoup de jeunes, comme cela l'a d'ailleurs été pour leurs parents... Je me souviens de cet étudiant brillant au sortir de son école d'ingénieur. Il n'a pu obtenir que très peu d'interviews alors que les copains de promotion avaient déja des promesses de CDI... Il avait contre lui un faciès typé et un nom à rallonge "à coucher dehors" (pour reprendre une antique expression qui n'a toujours pas perdu son usage)... Et il a trouvé facilement un job en UK... quelque temps plus tard, il intervenait sur le marché français pour le compte d'une boite anglo-saxone... et j'ai pensé à l'époque que la France venait de se tirer une nouvelle balle dans le pied !

 

Une très grosse proportion des populations pauvres en France sont issues de l'immigration.

Pour pouvoir résoudre le "problème de l'argent" à l'école, les français devront d'abord virer leur cuti sur le plan de la discrimination.

Et sur ce point -comme souvent sur d'autres sujets- les français sont à la traîne ! C'est un problème de mentalité.

 

En fait, pour pouvoir adopter et vivre en harmonie avec de nouvelles méthodes scolaires, c'est une autre manière d'aborder la vie qu'il faut avoir préalablement acquis.

En UK, par exemple, on a des gens dans des postes de direction opérationnelle qui ont une formation littéraire ! En France, c'est plus rare : les maths tiennent le haut du pavé.

En UK, il y a une plus grande variété de formations et d'origines dans le business, même si rien n'est jamais parfait.

 

 

Ciron :-)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous savez, me faire ainsi l'article est vain... vous tentez de prêcher un convaincu........................

 

Somme toute, avant tout, non, ce n'est pas une mentalité qui empêche toute remise en question de l'éducation nationale, mais bien un protectionnisme outrancier d'une institution d’État, comme l’État sait si bien le faire.

Opérer un changement, impliquerait la reconnaissance d'une erreur à un moment donné, or l’État et ses institutions, vous le savez aussi bien que moi, ne sont pas capables de se tromper.

L'exemple type étant les procès en révision...

L'affaire Outreau le démontre également tout aussi bien...

Le CNE et le CPE dont il a fallu que l'UE s'en mêle afin de déclarer tant la loi que ses dispositions que les contrats eux-mêmes contrevenant au droit.

etc...etc

 

Ce qui me gêne énormément dans vos propos, qui pourtant, vous le constatez, j'en acquiesce volontiers une bonne partie, c'est que vous êtes toujours à cracher du venin (c'est une expression, ne vous emballez pas) sur l'ensemble des Français, alors qu'à chaque fois, il n'est pas compliqué de vous démontrer que ce n'est qu'une très infime partie des Français qui son concernés.

 

La mentalité à changer, comme vous le dites, ici, dans ce sujet n'est autre que celui des dirigeants, qu'ils soient du Pays (les technocrates, les Énarques), ou les employeurs --certains-- (et leurs chasseurs de tête --certains--... les recruteurs).

 

Les Français, eux, ont compris que le monde ne tournait pas qu'autour du blanc....

Les noms de la majorité des Français ne sont pas gaulois, et ce, depuis fort longtemps !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je rejoins WIZZ, les français ont beaucoup évolué face à la couleur de peau, au nom, etc.

je le vois en recrutement tous les jours, les nouvelles générations ont été élevées ensemble contrairement à mes "papis" de 60 ans qui ont du mal à accepter des collaborateurs issus de l'immigration.

aprés on aura toujours des apriori (j'ai eu le cas, pour un jeune homme blanc avec un nom de famille type "Martin" pour un poste de Directeur Financier (pas une femme, hein, pas noir ou basané, hein) MAIS , ........ ses parents l'avaient appelé KEVIN .. et là, gros blocage de la direction, qui a eu du mal à avoir un directeur s'appelant KEVIN, car pour eux, = milieu défavorisé, prénom américain débile, etc

 

pour l'école , j'avoue que je suis passée dans le privé, où les équipes sont stables et investies (en IDF, on nous colle tous les débutants, qui partent au bout de 2 ans max).

c'est une école sans confession mais qui demande aux parents un investissement personnel (et fnancier bien entendu ;-) )

les enfants apprennent différement, sont soutenus par les parents, et non pas laché le matin avec le messgae : que la maitresse se débrouille pour t'enseigner les bases des maths et du français, t'éduquer, te cultuver, t'ouvrir vers d'autres cultures, etc

 

on a voulu que l'école fasse tout : bah non désolée. pour moi l'école est là pour donner les bases en français et maths, un peu d'Histoire Géographie . je ne sais pas si franchement c'est primordial qu'un enfant de 6 ans connaisse par coeur le vie de Picasso et la géographie de la Chine (parait que c'est au programme )mais ne sache toujours pas ses tables de multiplications et conjuguer un verbe du 1er groupe au présent.

de mon temps, on faisait la géographie de la France (ces cartes plastiques pour dessiner les fleuves) , on apprenait les départements, on parlait de l'histoire en prenant les grandes dates !

mon fils en primaire, a appris des choses originales et pas faciles à utiliser au quotidien (il connait par coeur l'architecture du chateau de Vaux le Vicomte, mais n'y est jamais allé )

 

il y aura toujours des discriminations par l'argent, mais franchement, si on se concentrait sur l'essentiel et qu'on arretait el superflux (car parfois; la culture, c'est superflux si on ne peut l'expliquer correctement dans le texte !)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je rejoins WIZZ, les français ont beaucoup évolué face à la couleur de peau, au nom, etc.

je le vois en recrutement tous les jours, les nouvelles générations ont été élevées ensemble contrairement à mes "papis" de 60 ans qui ont du mal à accepter des collaborateurs issus de l'immigration.

aprés on aura toujours des apriori (j'ai eu le cas, pour un jeune homme blanc avec un nom de famille type "Martin" pour un poste de Directeur Financier (pas une femme, hein, pas noir ou basané, hein) MAIS , ........ ses parents l'avaient appelé KEVIN .. et là, gros blocage de la direction, qui a eu du mal à avoir un directeur s'appelant KEVIN, car pour eux, = milieu défavorisé, prénom américain débile, etc

 

pour l'école , j'avoue que je suis passée dans le privé, où les équipes sont stables et investies (en IDF, on nous colle tous les débutants, qui partent au bout de 2 ans max).

c'est une école sans confession mais qui demande aux parents un investissement personnel (et fnancier bien entendu ;-) )

les enfants apprennent différement, sont soutenus par les parents, et non pas laché le matin avec le messgae : que la maitresse se débrouille pour t'enseigner les bases des maths et du français, t'éduquer, te cultuver, t'ouvrir vers d'autres cultures, etc

 

on a voulu que l'école fasse tout : bah non désolée. pour moi l'école est là pour donner les bases en français et maths, un peu d'Histoire Géographie . je ne sais pas si franchement c'est primordial qu'un enfant de 6 ans connaisse par coeur le vie de Picasso et la géographie de la Chine (parait que c'est au programme )mais ne sache toujours pas ses tables de multiplications et conjuguer un verbe du 1er groupe au présent.

de mon temps, on faisait la géographie de la France (ces cartes plastiques pour dessiner les fleuves) , on apprenait les départements, on parlait de l'histoire en prenant les grandes dates !

mon fils en primaire, a appris des choses originales et pas faciles à utiliser au quotidien (il connait par coeur l'architecture du chateau de Vaux le Vicomte, mais n'y est jamais allé )

 

il y aura toujours des discriminations par l'argent, mais franchement, si on se concentrait sur l'essentiel et qu'on arretait el superflu (car parfois; la culture, c'est superflu si on ne peut l'expliquer correctement dans le texte !)

 

ça changerait déjà énormément beaucoup "la donne", tout comme de faire coïncider les enseignements avec les capacités des enfants (quand les notions de temps et d'espace sont en train d'être acquises, aller leur parler de la différence entre l'homo sapiens et l'homo sapiens sapiens, qui ont vécu il y a tant de millions d'années (alors que les petiots concernés, en maths, sont loin d'être arrivés à cette échelle de grandeur des nombres), ça embrouille pas mal d'élèves).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ah c'est bien vrai : ces heures à tenter d'expliquer la différence entre sapiens et sapiens sapiens .... et le snotions de milliers d'années..

 

il suffit d'entendre mon cher fils demander à sa grand mère si elle a connu les dinosaures (à 5 ans) puis Louis XIV (à 8 ans) puis un ancêtre célébre de la famille qui a qq faits d'armes à la Révolution (10ans) et qui enfin, se met au calcul mental et trouve que je suis née en 1874 ....., pas mal, à 100 prêt :-)

 

 

bref les maths et la notion du temps ... pas facile

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De toutes façons, le "progressisme", surtout dans l'éducation nationale, consiste à jeter aux orties tout ce que les générations d'avant trouvaient important !!!!!..

 

Le prof n'a pas le DROIT de ceci ou de cela, mais que l'élève ait des DEVOIRS (je parle au sens légal du terme), c'est vu comme une atteinte intolérable à leur liberté individuelle fondamentale....

 

Quand j'entends, lors de reportages, des élèves dire qu'ils envoient des SMS ou qu'ils surfent en cours parce que la classe, ça les emm.....mais bon sang, dans quel monde on vit ?????

 

Et après, ce sont les mêmes imbéciles qui viendront geindre et pleurnicher qu'ils sont en "échec scolaire"....et dire qu'il y a des idiots qui les soutiennent !!!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ça changerait déjà énormément beaucoup "la donne", tout comme de faire coïncider les enseignements avec les capacités des enfants (quand les notions de temps et d'espace sont en train d'être acquises, aller leur parler de la différence entre l'homo sapiens et l'homo sapiens sapiens, qui ont vécu il y a tant de millions d'années (alors que les petiots concernés, en maths, sont loin d'être arrivés à cette échelle de grandeur des nombres), ça embrouille pas mal d'élèves).

 

Bon alors déjà il n'y a aucune différence entre Homo sapiens et Homo sapiens sapiens depuis qu'Homo neandertalensis est reconnu comme espèce à part entière. On ne parle plus que d'Homo sapiens tout court.

Ensuite Homo sapiens n'a pas vécu "il y a tant de millions d'années" puisqu'il s'agit de ... notre espèce, encore vivante pour le moment, et que cette espèce n'est âgée que de 200000 ans.

Voilà, vous pouvez continuer. ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ah bah, c'est pas encore au programme , car je confirme avoir tenté de faire ingurgiter cela à mon fils l'an passé , ou il y a 2 ans je ne sais plus, en toute cas la leçon suivante était le moyen age, car c'est bien connu, c'est juste aprés ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De toutes façons, le "progressisme", surtout dans l'éducation nationale, consiste à jeter aux orties tout ce que les générations d'avant trouvaient important !!!!!..

 

Le prof n'a pas le DROIT de ceci ou de cela, mais que l'élève ait des DEVOIRS (je parle au sens légal du terme), c'est vu comme une atteinte intolérable à leur liberté individuelle fondamentale....

 

Quand j'entends, lors de reportages, des élèves dire qu'ils envoient des SMS ou qu'ils surfent en cours parce que la classe, ça les emm.....mais bon sang, dans quel monde on vit ?????

 

Et après, ce sont les mêmes imbéciles qui viendront geindre et pleurnicher qu'ils sont en "échec scolaire"....et dire qu'il y a des idiots qui les soutiennent !!!!!

 

Oui.... enfin, à la fois, l'école en général, ça l'arrange bien aussi, non?

Car que je sache, dans les espaces de conférences, de cinéma, de spectacle.... on utilise les brouilleurs d'onde, afin que bloquer les téléphones portables (pas généralisé, çar ça a un cout en investissement)...

 

;)

 

Lorsqu'il y a un problème, il y a toujours une solution, viable qui plus est.

 

Quand aux matières, mon fils en CE1 voit l'essentiel....

 

Cela étant, leur apprendre qu'en Afrique, ils manquent d'eau par ce qu'il ne pleut pas assez... alors que si le manque d'eau existe, c'est dû au manque d'irrigation et de pompes.

Leur apprendre qu'en Australie, à cause de la sécheresse, dû au changement climatique, il y a des incendies .... alors que non, les incendies dans bush australien, ça a toujours existé, qu'un simple orage engendre des incendies sur plusieurs millier d'Ha, et que lorsqu'il y pleut, c'est jusqu'à plusieurs dizaines de cm d'eau qui qui se trouve au sol... et que l'eau y tombe très régulièrement (notamment dû aux orages fréquents), mais que ces incendies deviennent source de transmission aux informations, parce que l'homme est parti s'installer là où les Aborigènes d'Australie ne se sont jamais installés à cause de ces phénomènes naturels...

Leur apprendre qu'en chine, lorsqu'il pleut, ça inonde tout, à cause du changement climatique.... alors que cela se nomme la mousson, phénomène purement naturel, et n'oublions pas, nécessaire pour les récoltes, et amplifié par le fait du béton et du bitume à outrance dans les villes, donnant des images impressionnantes..

Leur apprendre qu'en Italie, lorsqu'il pleut, à cause du changement climatique, cela cause des écoulement de boue... alors que cela est dû principalement à cause de l'homme et de la déforestation à outrance.

 

Leur apprendre l’anglais, dès la troisième année de maternelle, alors-même qu'aucun effort n'est porté pour leur apprendre le Français, unique langue officielle du Pays, de la France, est d'un ridicule énorme...

Et pour les non convaincus.... suffit juste de voir comment écrivent et parlent les personnes âgées de 30 ans à 6 ans !

N'oublions pas par ailleurs, que si l'apprentissage de langue étrangère est à l'apogée dans certains pays, c'est par force d'obligation, puisque leur propre langue maternelle n'est pas parlée, ou très peu, ailleurs dans le monde (chine, japon, pays nordiques tels que suède, Norvège, Allemagne, pays composant l'ex URSS..Etc), alors qu'à contrario, le Français, lui, est parlé ailleurs dans le monde, et que la nécessité n'en fut pas la même, et ne l'est toujours pas.

D'ailleurs, la plupart des pays émergeant, ceux-là même qui aujourd'hui investissent dans les stés Français ou reprennent les sté Françaises, parlent très bien le Français, et le Français s'y trouve appris comme première langue après la langue maternelle....

Ensuite, lorsqu'on dit que les Français ne sont pas doués dans les langues étrangères... lorsqu'on sait que la langue la plus apprise en France, c'est l'Allemand, puis le chinois.... remettons les choses à leur place: Les Français n'apprennent pas l’anglais.... mais ce n'est pas pour autant qu'ils ne sont pas bon en langue étrangère. Par ailleurs, avec toute cette jeunesse issue de l’immigration (divers et variée), où à la maison, ce n'est pas le Français qui est parlé avec les parents, voir les grand-parents, mais bien la langue maternelle de leurs origines, cette jeunesse parle parfaitement bien des langues étrangères... certes, ce n'est pas de l’Anglais, mais ne pas savoir parler Anglais ne fait pas pour autant ne pas savoir de langue étrangère...

En France, les langues les plus connues sont l'Espagnole, le Portugais, l'Italien, le Roumain... donc, faut arrêter de faire croire n'importe quoi également....

 

D'autre part, nombre de pays, ont de très grandes lacunes en diverses matières scolaires... la géographie, pour le parler que des pays Anglo-saxons, découlant du fait que les USA étant la puissance mondiale (ce qu'ils ne perdront pas tant que le baril de pétrole aura sa valeur en $... je dis cela pour les non économistes), il doit incomber au reste du monde de connaitre la langue Anglaise, et à leurs jeunesse de ne connaitre que la géographie et l'histoire de leur propre pays (à peine 200 ans d'histoire...en comparaison de l'ancien continent, le notre, on voit le ridicule!).

 

Bref... tout n'est pas si simple.

 

Apprendre à nos enfants les matières essentielles: Français (et tout ce qui entour, grammaire, conjugaison, vocabulaire...), maths, géographie, histoire......... et revenir au fondamental Éducation Civique !

 

Les langues étrangères, il y a tout le temps pour cela.... après!

Allez donc demander à un interprète de métier si il a appris en maternelle ou en primaire les fondements de son métier... l'apprentissage de la langue étrangère.... il vous répondra qu'il y a cursus pour tout, et que non, la maternelle et la primaire ce n'est pas fait pour cela.

 

Ensuite, il faut revoir la méthodologie d'apprentissage, qui est une catastrophe en France.... et pas seulement revoir en surface, tel que ce l'est depuis des décennies... mais bien en profondeur!

Et aucun besoin de rajouter une journée ou une demi-journée à la semaine scolaire....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

pourtant y'a pas si longtemps, mes enfants rentraient fin aout, quand justement cette semaine de 4.5 jours existait encore, et que eux étaient en semaine de 4 jours

 

ils se plaingenet, mais ils ont gagné qq jours à la Tousaint !

et je doute que rogner d'une semaine les congés d'été ravage l'insdustrie du tourisme : ils récupérent tous ceux qui n'ont pas d'enfants et qui trépignent de partir aprés ces fichues familles

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Puis-je me permettre, comme ça, en passant... de donner mon avis, en tant qu'enseignante ? (et pas toute neuve qui plus est, j'approche des 46 balais, ce qui, pour mes élèves, me fait dater de l'époque des dinosaures).

 

J'ai connu l'école avec "pause" le jeudi, la blouse obligatoire pour tous.... et j'en ai retenu que cela n'a jamais empêché les différences sociales de se voir et de se faire sentir aux plus mal lotis (mais ça, on dirait que je suis la seule à m'en souvenir, puisque beaucoup voudrait le retour à la blouse.

 

J'ai connu le collège et le lycée avec mercredi et samedi matins. Plus des devoirs à rallonge. Ca passait ou ça ne passait pas, mais il y avait à l'époque les classes de "transition", en gros, une sixième et demie pour ceux qui n'arrivaient pas à passer en cinquième directement, ou les CPPN (classes préprofessionnelles de niveau, rebaptisées de différents noms, jusqu'aux actuelles SEGPA, où j'enseigne depuis bientôt 9 ans). Et d'autres dispositifs existaient pour permettre à ceux qui ne pouvaient pas aller plus loin de décrocher au moins un CAP, et les CAP étaient assez considérés pour permettre de trouver un bon boulot.

 

J'ai connu les classes à 36 (l'année du bac), où on arrivait à bosser, et où tout le monde ou presque réussissait du premier coup le fameux bac.

 

Mais les conditions n'étaient pas les mêmes : les parents appuyaient les demandes des profs, et les élèves souhaitaient réussir.

Un des exemples que je donne le plus est mon vécu de ZEPienne (oui, j'ai grandi en zep, du primaire à la troisième) : TOUS les gamins ou presque rêvaient de décrocher un diplôme et un boulot, pour pouvoir "se tirer" de la ZEP et aller vivre ailleurs.

Depuis 15 ans que j'enseigne dans des ZEP, ce que je vois me laisse particulièrement sur mon c.... : les élèves passent le temps, cherchent à passer un diplôme le plus près de chez eux possible, et n'envisage même pas de quitter le quartier pour trouver un stage ou un boulot. Pourtant, le bus est gratuit. La majorité se voient entretenus à vie par leurs parents et le système.

Où est le problème ?

 

Pour ce qui est du métier lui même, je dirais qu'il faudrait revoir entièrement notre formation et le recrutement.

Certains collègues ne sont dans le métier que pour éviter de trop se fatiguer, ou n'admettent pas qu'il puisse y avoir plusieurs profils d'élèves différents dans leurs classe : ou tout le monde marche au même pas, ou ils se focalisent sur la moitié supérieure (j'ai même entendu dernièrement une collègue me sortir "moi, ceux qui se plaignent, je ne m'en occupe pas").

Les formateurs sont souvent décalés par rapport à la réalité du terrain. Combien n'ont plus eu de classe en charge depuis perpette ? Et les IUFM... je peux vous citer mon expérience, où des profs du domaine scientifique ont eu pour formateur dans le domaine de la pédagogie un formateur de sport ! (tout le monde sait que les TP et un match de foot, c'est pareil, pas vrai...)

 

Les programmes sont souvent surchargés (en primaire, les collègues sont obligés de faire le minimum vital, trop de choses à voir, pour des gamins qui n'en ont pas ou pas encore les moyens intellectuels).

 

Les mesures d'accompagnement pour élève en difficulté insuffisantes (cas connu, un établissement qui a obtenu en tout et pour tout 12h de financées pour l'aide aux élèves en difficulté sur toute une année scolaire. Avec ça, c'est sûr, ils vont faire des étincelles).

 

Les classes de transition, les 3ème Techno, qui laissaient une chance de rattrapage aux plus faibles ont disparu. A la place, il y a, depuis moins de dix ans, les 3DP, déjà rebaptisées 3ème Prépro par un gouvernement qui voulait donner l'impression d'avoir innové. Les SEGPA sont toujours menacées, leur capacité d'accueil en a sérieusement pâti. J'en connais plusieurs qui sont passées de 64 à 48 places (avec le rabiotage budgétaire et de personne qui va avec), et qui doivent fonctionner avec plus de 50 élèves. Les CAP sont de moins en moins nombreux, et donnent de moins en moins accès à un travail (excepté pour certaines carrières de prestige, comme le plombier, l'ébéniste, ou le joailler, mais là, les élèves les plus faibles n'y ont même pas accès).

 

Les parents fonctionnent sur le mode récriminatif, et souvent, soutiennent mordicus chéri chéri, quoi qu'il ait fait. J'en ai même vu se faire taper par leur gosse de 12 ans !

 

Les élèves sont éduqués dans l'idée qu'ils ont des droits, mais quand on leur parle de leurs devoirs (de respect, de politesse, d'effort, etc), ils sont scandalisés qu'on ose leur demander ce genre de chose. Par contre, eux n'hésitent pas à nous engueuler quand on leur fait des reproche, en exigeant qu'on les respecte.

 

L'enseignement lui même est après une question d'instinct, qui fait que le prof va savoir adapter ce qui a été prévu pour le faire coller à ce que les élèves sont en mesure de "digérer" au moment où il les a. Car contrairement à ce que serinent les IUFM et les syndicats, être prof, ce n'est pas seulement une question de connaissances ou de méthodologie, c'est aussi une question d'instinct, qu'on a ou pas. Nous sommes comme des présentateurs TV : ou notre "soupe" est bien présentée, et les élèves ouvrent le bec, ou elle est loupée, et là, on rame, et la classe la plus gentille peut partir en vrille.

 

Et les syndicats, me direz vous ? Ben ça fait longtemps que je n'y suis plus. Il y a plus de dix ans, avec des collègues, on avait trouvé que pour une fois, une idée ministérielle pouvait donner de bons résultats. Et quand on a demandé aux chefs de notre syndicat pourquoi ils nous demandaient de faire grève contre cette idée, la réponse avait été, en gros, "on vous dit de faire grève, vous faites grève, vous pouvez pas comprendre pourquoi". Il y a eu un retour de cartes à la maison mère. Beaucoup sont ou trop politisés à mon goût, ou complètement à l'ouest.

 

Je n'ai pas tout mis, j'en ai beaucoup oublié, je crois que si je devais "pondre" un bouquin sur ce que je pense de mon boulot et des multiples réformes qui nous mettent régulièrement dans la panade, il serait plus gros que le bottin d'Ile de France. M'enfin, on avance comme on peut.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mumuseb, le problème est que le respect des autres est vu, par ces élèves, comme une soumission....et quand il vous disent qu'il faut les respecter, en fait, ils veulent que vous vous soumettiez....ce qui est fondamentalement différent.

 

Respect et politesse sont vus comme des signes de faiblesse, surtout quand il y a des témoins.....un ado pourra très bien vous dire bonjour ou vous tenir la porte q'il est tout seul, mais en bande, il se comportera comme un sagouin, justement pour ne pas se faire chambrer par les autres....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je suis d'accord avec tout vos propos....

j'avais vu il y a qq mois un excellent reportage sur l'éducation nationale et le tournant pris justement à son changement de nom, car avant cela s'appelait l'enseignement public

je pense que les parents y ont vu un message clair : c'est maintenant le rôlede l'école que d'éduquer nos enfants .

 

votre passage sur les syndicats me rappelle la phrase sur le mamouth et malhreusement, les syndicats ne représentent plus qu'eux même

et Certains collègues ne sont dans le métier que pour éviter de trop se fatiguer, ou n'admettent pas qu'il puisse y avoir plusieurs profils d'élèves différents dans leurs classe

je l'ai vécu

moi j'ai un gamin précoce, profil feignant (c'est peu de le dire)

et bien plainte en CP de la maitresse qu'il passait son temps à regarder les pigeons dans la cours . je lui explique la situation , réponse : si je devais m'adapter à chacun... j'ai pas que ça à faire

en CE1 un maitresse qui l'a pris comme "bras droit", ne l'a pas laissé tranquille et l'a poussé pour lui permettre un saut de classe, envisagé 1 ans plus tard avec la psy de l'école car pas assez mûr (ne va à l'école que pour les copains)

arrivé en CE2-CM1 (double niveau pour se faire des nouveaux copains et le programme en 1 an), validé par la psy et la directrice de l'école. 2 instits , une le L-M-J et une autre le Vendredi

celle qui était là 3 jours m'a gentiment expliqué (comme à une demeurée) que les précoces, ça existe pas, que les gamins ils sont tous pareils, que les parents c'est tous des emmedeurs à vouloir faire sauter une classe à leurs momes et qu'elle vivante, jamais il passerait en CM2 direct

moi un peu cruche, je respecte le corps enseignant et m'écrase

surprise en début d'année de voir un elève pas si bon que cela en classe passer en CM2 direct , et réponse : les parents l'ont demandé, on peut pas refuser . gloups

il fait un excellent CM1 si ce n'est qu'il compte de mieux en mieux les pigeons et qu'il est tombé sur une maitresse qui ne supportait pas la médiocrité (sic) donc elle adorait mon fils (re sic)

il fini en CM2 , sa maitresse me convoque et me demande ce que mon fils fait là, qu'il devrait être en 6eme, que je suis une mauvaise mére que ne s'est pas préoccupé de son fils

 

ls devaient pas beaucoup échanger

 

Le 2 eme, la psy m'a pris à part, et m'a dit qu'il maitrisait dés la rentrée de amternelle le collage de gomettes, et qu'il était temps de faire quelquechose (bah oui, un 2eme précoce)

--> vive le privé

 

 

bon j'ai dévié ...

 

---------- Message ajouté à 14h48 ---------- Précédent message à 14h47 ----------

 

Mumuseb, le problème est que le respect des autres est vu, par ces élèves, comme une soumission....et quand il vous disent qu'il faut les respecter, en fait, ils veulent que vous vous soumettiez....ce qui est fondamentalement différent.

 

Respect et politesse sont vus comme des signes de faiblesse, surtout quand il y a des témoins.....un ado pourra très bien vous dire bonjour ou vous tenir la porte q'il est tout seul, mais en bande, il se comportera comme un sagouin, justement pour ne pas se faire chambrer par les autres....

 

 

 

c'est bien vrai, et je les vois arriver avec leurs gros sabots en entreprise .... gloups

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je le sais. Un élève est totalement différent vu seul ou dans son groupe.

 

Le problème est que nous manquons d'armes pour leur faire comprendre leur erreur de raisonnement. Même quand on leur fait remarquer que les profs entre eux, les adultes au cinéma ou au supermarché, en général, ne se comportent pas comme eux, les plus obtus restent sur leurs positions. Les jeux de rôle ont leurs limites : sur le moment, ils voient l'erreur de raisonnement. Mais quand ils s'agit de transposer les conseils qu'ils ont eux même donnés dans la réalité, c'est un grand blocage.

 

A côté de ça, il faut arriver à rassurer, calmer, positiver les plus inhibés, qui sont à la limite de pleurer de trouille dès qu'on leur adresse la parole, ne serait ce que pour leur dire "bonjour".

 

Et les deux extrêmes doivent cohabiter dans les mêmes classes, avec un certain nombre d'intermédiaires de plus ou moins bonne volonté. Ce qui nous donne souvent l'impression de devoir passer nos journées à faire le grand écart.

 

Croyez moi, on est nombreux à penser qu'au lieu de nous baratiner avec la pédagogie ou la méthodologie, nos dirigeants feraient mieux de nous offrir une formation de psy. On s'en sortirait mieux.

Pour le moment, les formations les plus utiles que j'ai eu en "gestion de conflit de classe" nous ont donné des approches méthodologiques différentes, et souvent utiles.

Mais beaucoup de formateurs ne donnent des pistes utilisables qu'avec des classes à un ou deux élèves maxi (recommander de sortir discuter avec l'agité dans le couloir, en laissant la classe seule, c'est du suicide, mais ça aussi, c'est impossible de le leur faire comprendre).

 

Le privé, par chez moi... Bof ! J'y ai bossé, je n'ai pas eu envie d'y mettre mes filles. En plus, les établissements publics que je connais "récupèrent" régulièrement des élèves du privé poussés vers la sortie pour divers motifs (quand il n'y a pas brutalement une augmentation du tarif scolaire dès que les notes chutent).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Que voulez-vous....

 

Depuis des décennies, on nous assène que si les gamins ont des problèmes à l'école, c'est toujours la faute "à la société"....discrimination, stigmatisation, rejet, etc...ce n'est jamais la faute aux parents ou à l'enfant, mais aux profs trop sévères ou trop laxistes, aux programmes trop "copieux", aux classes éternellement surchargées....à titre d'exemple, nous étions 41 en classe d'allemand en terminale !!!!!!

 

Mais bon, à partir du moment où une société estime que ne pas savoir lire, écrire et compter parfaitement à l'entrée en sixième n'est pas bien grave, on peut tout imaginer...

 

J'ai vu des exercices de maths donnés en école de commerce qui étaient du niveau de mon CM2 L'ennui étant que n'ayant pas les fondamentaux, les "étudiants" ne savaient même pas poser correctement le problème sur leur calculatrice et en arrivaient à donner, le plus sérieusement du monde, de résultats effarants !!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon alors déjà il n'y a aucune différence entre Homo sapiens et Homo sapiens sapiens depuis qu'Homo neandertalensis est reconnu comme espèce à part entière. On ne parle plus que d'Homo sapiens tout court.

Ensuite Homo sapiens n'a pas vécu "il y a tant de millions d'années" puisqu'il s'agit de ... notre espèce, encore vivante pour le moment, et que cette espèce n'est âgée que de 200000 ans.

Voilà, vous pouvez continuer. ;)

C'est pour vous dire que même moi, j'ai du mal à suivre les cours de mon neveu de primaire...:p
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

reforme des rythmes scolaires????

je cite: " En effet, cette réforme est supposée commencer à entrer en vigueur dès septembre prochain et pourtant, elle est largement contestée."

 

LARGEMENT OUI MAIS par qui en priorité? et c'est là qu'il faut se poser les bonnes questions

 

par les parents et oui car pour certains l'école est aussi une garderie et que vont ils faire de leurs gentilles tetes blondes le soir a partir de 15h30, ils devront payer pour faire garder les enfants

par les parents qui ont choisi de ne pas travailler le mercredi car ils devront se lever ce jour là pour accompagner les enfants à l'école

par les professionnels du tourisme si on reduit les vacances scolaires

par les municipalités qui vont augmenter leurs depenses de cantine le mercredi ou de centre aéré et de frais periscolaires

 

et les principaux interessés: les enseignants ?? et bien non? dans la plus grande majorité ( pas uniquement en primaire car au collège beaucoup de 6 eme et de 5 eme ont la semaine de 4 jours) prefèreraient la nouvelle réforme

oui la semaine de 4,5 jours est positive pour les enfants, je dirai meme l'idéal serait 5 jours de 8/13 h comme en Italie je crois

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ah bah, c'est pas encore au programme , car je confirme avoir tenté de faire ingurgiter cela à mon fils l'an passé , ou il y a 2 ans je ne sais plus, en toute cas la leçon suivante était le moyen age, car c'est bien connu, c'est juste aprés ...
Oui, le manque de "continuité" me laisse parfois aussi assez rêveuse..

 

 

modif : j'ai bien aimé le "il compte de mieux en mieux les pigeons"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Que voulez-vous....

 

Depuis des décennies, on nous assène que si les gamins ont des problèmes à l'école, c'est toujours la faute "à la société"....discrimination, stigmatisation, rejet, etc...ce n'est jamais la faute aux parents ou à l'enfant, mais aux profs trop sévères ou trop laxistes, aux programmes trop "copieux", aux classes éternellement surchargées....à titre d'exemple, nous étions 41 en classe d'allemand en terminale !!!!!!

 

Mais bon, à partir du moment où une société estime que ne pas savoir lire, écrire et compter parfaitement à l'entrée en sixième n'est pas bien grave, on peut tout imaginer...

 

J'ai vu des exercices de maths donnés en école de commerce qui étaient du niveau de mon CM2 L'ennui étant que n'ayant pas les fondamentaux, les "étudiants" ne savaient même pas poser correctement le problème sur leur calculatrice et en arrivaient à donner, le plus sérieusement du monde, de résultats effarants !!!!

 

et vous n'avez je pense jamais lu un rapport d'inspecteur en collège vous seriez surpris ( et oui le referentiel bondissant de "scènes de ménages" n'est pas une invention!!)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le coup du référentiel bondissant, j'y ai eu droit en IUFM. Avec d'autres acronymes et néologismes qui ont fait qu'il m'a fallu un bon trimestre pour tout comprendre. Faut dire que j'avais un gros handicap : comme j'avais réussi le concours en candidate libre (et enceinte qui plus est, je ne vous raconte même pas les commentaires débiles à la rentrée sur le temps que j'allais leur faire perdre et les modif's d'emploi du temps à prévoir, pour les deux femmes enceintes de la session), je n'avais pas bénéficié d'une année de bourrage de crâne "pédagogo" avant d'arriver !

 

Pour info, j'ai eu le cas d'une inspectrice qui m'avait .... disons "sermonnée" parce que je prenais soin d'une élève : forte tendance au suicide, alors que je leur faisais manipuler des produits qui auraient pu lui faire réussir une "tentative" : "si elle se suicide dans votre cours, c'est pas votre problème". Ben voyons. Faut dire aussi que cette dame ne connaissait pas grand chose du domaine pédagogique qu'elle inspectait.

 

Heureusement que depuis, j'ai eu des inspecteurs et trices nettement plus compétents et humains.

 

L'idéal, de mon point de vue très personnel et tout à fait subjectif, ce serait de faire 8h-13h pour les fondamentaux, 5 jours par semaine.

Et le reste, toujours dans l'établissement, pour des activités sportives ou culturelles (revenir aux Itinéraires de découverte, par exemple, qui permettaient de mêler plusieurs disciplines de manière ludique, on avait fait des activités sur le chocolat et son histoire, son utilisation, sur la mosaïque, etc), qui favoriserait aussi l'apprentissage des comportements sociaux de base (respect, coopération, entraide, etc), ou du soutien à la demande.

 

Actuellement, il existe bien l'aide aux devoirs, mais c'est souvent de 15 à 18h, et quand les élèves sont fatigués, même avec de la bonne volonté, ils ont du mal à s'en sortir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...