Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

ma mere veut un droit de visite pour mon fils


jeunefemme

Messages recommandés

bonjour a tous

je ne parle plus avec ma mere et celle si veut demander le droit de visite de mon fils( il et pas encore né) mais moi ses hors de question je ne veut.

Je sais qu'elle a le droit si elle va voir un avocat mais j'aimerai une solution pour l'en empecher.

Aidez moi svp

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 13
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour, la seule solution est un accord amiable afin d'éviter qu'elle saisisse le juge pour essayer d'obtenir ce droit de visite surtout si vous n'avez pas de "vraies raisons" pour ce refus. commencez par lui envoyer une LRAR pour lui indiquer que la question ne se pose pas pour le moment puisque l'enfant n'est pas né et que vous réfléchirez à une solution en son temps . Profitez de ce temps pour prévoir une solution qui peut passer par 2 ou 3 visites par an en votre présence. Envisagez de la laisser venir le voir à la maternité par exemple et tachez d'avoir des témoins de sa visite, cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bjr,

sur le plan purement juridique votre mère devra faire une procédure devant un tribunal pour obtenir un droit de voir son fils.

si vous avez des arguments pertinents à lui opposer, il n'est pas certain que le juge lui accorde ce droit.

vous pouvez prendre une position plus souple comme proposez par cocotte1003, du style que vous ne l'empéchez de le voir si elle vient chez vous ou dans un autre lieu.

le code civil précise simplement qu'en un enfant a le droit d'entretenir des relations avec ses ascendants dans l'intérêt de l'enfant.

cdt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

attendez ... votre fils n'est pas encore né que sa grand-mere (avec qui vous n'avez plus de contacts) vous fait dire qu'elle veut le voir ? :eek:

deja comment est elle au courant si vous n'avez plus de contacts ?

et puis, pour le moment, laissez la dire ou penser ce qu'elle veut .... occupez vous de la naissance, du bebé quand il sera là.

 

le code civil précise simplement qu'en un enfant a le droit d'entretenir des relations avec ses ascendants dans l'intérêt de l'enfant.

d'ici que le BB puisse s'exprimer et dire qu'il a envie de voir sa GM, y'aura de l'eau qui aura coulé sous les ponts.

 

vous n'avez pas besoin de repondre à ses sollicitations.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bjr

D'accord avec Golfy.

Il y a plus important pour l'instant.

 

Sachez en outre que votre mère pourrait aussi demander à avoir votre enfants en partage de vacances.....par jugement et après sa naissance, bien sûr.

 

Pourquoi ne pas profiter de la naissance pour reconstruire les ponts? C'est et ce sera toujours votre mère.

Cela vous éviterait bien des tracas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

de l'avis des intervenants ci dessus : organisez la "rencontre" de votre fils et votre mère régulièrement (mais pas forcément très souvent), avec la présence de personnes extérieures et neutres pour eviter le psychodrame. A la limite vous n'avez pas besoin d'être dans la pièce en permanence

même si ça vous parait un peu compliqué, ce n'est rien par rapport au cauchemar que serait une procédure entre elle et vous

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je me suis pris la tete y'a pas tres longtemp et a dit clairement que elle n'avait plus de fille donc pour moi si elle a plus de fille elle a plus de petits fils et pour se qu'elle ma fait je lui pardonnerais jamais. Je lui et deja pardonner 1 fois mais la 2 eme fois ses pas possible .Elle fait trop de mal autour d'elle.

Elle et menteuse manipulatrice et fausse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon vous êtes en pleine brouille pour l'instant et vous ne voulez plus la voir, ce qui est parfaitement votre droit.

Et vous avez parfaitement le droit d'attendre la naissance tranquillement sans qu'elle se mêle de vos affaires et vous pourrisse la vie.

Vous mettez des distances, c'est votre choix et c'est comme ça, elle est bien obligée de s'y plier.

 

Pour l'enfant qui n'est pas encore né, c'est totalement prématuré de parler de droit de visite obligatoire signifié par voie de justice. Certes, plus tard, elle peut faire une demande au JAF, encore faut-il que l'enfant soit né et qu'elle constitue un dossier témoignant de ce qu'elle ne peut voir son petit-fils. Il faut pour cela une certaine durée qui se compte en années. Alors certes le JAF peut accorder un droit de visite s'il n'y a pas d'objection majeure indiquant que ce n'est pas dans l'intérêt de l'enfant qui est la seule règle en la matière (de l'ordre d'un risque de mauvais traitement) , ce qui demande du temps avant que la demande puisse être recevable et examinée (il faudrait d'abord qu'elle apporte les preuves qu'elle ne voit pas l'enfant depuis un temps significatif) et encore du temps avant que la demande aboutisse (un an environ pour traiter le dossier et avoir une décision du jge) et cela dépend du contexte. Si les relations avec vous sont inexistantes et que vous ne voulez pas la recevoir chez vous, un nouveau-né ou petit bébé ne peut lui être confié en le laissant seul sous sa garde. Donc le juge proposera un compromis qui devra être viable pour tous, compte tenu de l'âge de l'enfant, et pour vous également, qui lui permette de le voir sans pour autant que l'enfant soit seul avec elle ...

 

Tout ceci est de l'ordre de la spéculation abstraite et de la science-fiction, car la question est tout à fait prématurée et ne se posera concrètement que plus tard.

Peut-être que lorsque l'enfant aura deux ans ou x... peut-être serez vous alors en état de la supporter quelques heures chez vous de temps en temps pour qu'elle vienne voir l'enfant, peut-être aura-t-elle changé d'avis, peut-être ... peut-être...

 

Peut-être n'a-t-elle dit cela que pour vous créer du souci et histoire de vous menacer. Cela en a toutes les apparences. Peut-être...

En attendant elle ne peut absolument rien faire et ne pourra rien faire pendant un certain temps qui se compte en années et d'ici là... l'eau aura coulé sous les ponts.

 

A chaque jour suffit sa peine, comme dit la sagesse populaire, essayez de ne pas en tenir compte et d'oublier. C'est son problème, le besoin de vous créer des soucis, pas le vôtre. Actuellement ces propos, brandis comme une menace sont tout à fait déplacés, hors de propos. Laissez les de côté car ils n'ont pas de sens au vu du contexte. Une grand-mère ne peut réclamer par voie de justice un enfant au berceau. Il faudra de toute façon qu'elle attende, un temps respectable. Et si elle le fait dès la naissance de l'enfant, sa demande passera pour inconsidérée, car c'est n'importe quoi.

 

En attendant laissez cela de côté et préparez-vous à accueillir votre enfant tranquillement, en oubliant et votre mère et la question des visites, vous verrez bien plus tard, nul ne connaît l'avenir.

 

Pas de panique, et mettez des barrières protectrices.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Actuellement ces propos, brandis comme une menace sont tout à fait déplacés, hors de propos. Laissez les de côté car ils n'ont pas de sens au vu du contexte. Une grand-mère ne peut réclamer par voie de justice un enfant au berceau. Il faudra de toute façon qu'elle attende, un temps respectable. Et si elle le fait dès la naissance de l'enfant, sa demande passera pour inconsidérée, car c'est n'importe quoi.

.

 

Suputations....

Je n'en serais pas aussi sûr que vous Carmen

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui tout de même, il ne faut pas oublier qu'on parle de droits de l'enfant à entretenir des relations avec sa famille, et du désir de l'enfant à voir ses grands-parents, alors avant que l'enfant puisse s'exprimer ....

De plus la démarche entamée par les grands-parents n'a aucun caractère automatique et certainement pas immédiat. Comme toute affaire relevant du TGI elle est d'abord du ressort du Procureur qui estime s'il y a lieu ou non de poursuivre en transmettant l'affaire au juge aux affaires familiales (JAF). En effet le JAF ne peut être saisi directement par le demandeur du droit de visite et d'hébergement. Celui-ci doit d'abord adresser sa demande au Procureur de la République qui se prononcera sur l'opportunité de celle-ci et éventuellement saisira le juge.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non le principe des relations familiales à préserver, ce pour quoi le juge peut prescrire un droit de visite, est fondé sur les droits de l'enfant et se justifie du point de vue de l'intérêt de l'enfant.

 

C'est à tort qu'on parle de droit des grands-parents, parce que étant eux seuls les adultes dans l'histoire, ce sont eux qui demandent au juge de prescrire les conditions permettant des rencontres, avec droit de visite qui en est la conséquence, et qui alors devient impératif.

 

L'article 371-4 du Code civil est très clair , il est écrit entièrement du point de vue du droit de l'enfant et de l'intérêt de l'enfant :

 

" L'enfant a le droit d'entretenir des relations personnelles avec ses ascendants. Seul l'intérêt de l'enfant peut faire obstacle à l'exercice de ce droit.

 

Si tel est l'intérêt de l'enfant, le juge aux affaires familiales fixe les modalités des relations entre l'enfant et un tiers, parent ou non."

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...