Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Nouvelles techniques de recrutement


Messages recommandés

  • Moderateurs

Bonjour,

 

Il n'aura bien entendu échappé à personne que depuis maintenant de nombreux mois le taux de chômage est à la hausse. Un article de la Veille Juridique par Net-iris évoque les différents outils utilisés pour les besoins du recrutement et force est de constater qu'ils sont en pleine ®évolution si on devait les comparer à ceux utilisés il y a ne serait-ce que quelque 10 ans.

 

Que pensez-vous de ces changements ? En aviez-vous personnellement conscience ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 25
  • Création
  • Dernière réponse

J'ai vu 2 reportages qui montraient comme certaines antennes de Pole Emploi recrutaient des personnes, non pas sur une lettre ou sur un CV, mais en les mettant dans la situation de l'emploi recherché.

 

Par exemple, pour un emploi de démineur, après 1 jour de formation, ils étaient mis en condition de travail, avec un cas concret à régler, comprenant bien sûr quelques "surprises" à gérer. Cela permettait de repérer ceux qui semblent avoir le profil technique et psychologique nécessaire. Ensuite, les "qualifiés" passaient devant un recruteur pour finaliser les résultats.

 

Je trouve cette méthode prometteuse, tant sur le plan humain que sur le plan professionnel.....

 

Par contre, réaliser un profil selon les "traces" laissées sur le net, me semble proche de la supercherie, voire de l'illégalité !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une petite remarque un peu provocatrice pour commencer l’année (si vous le permettez). :)

 

Doit-on en conclure que, si on n’a pas ouvert un compte sur face de bouc (ou autre), c’est qu’on est un asocial et qu’on n’a aucune chance de trouver du travail ?

 

---------- Message ajouté à 16h30 ---------- Précédent message à 16h29 ----------

 

Par contre, réaliser un profil selon les "traces" laissées sur le net, me semble proche de la supercherie, voire de l'illégalité !!!

Je partage cette opinion et je dirais : raison de plus pour ne pas laisser de traces partout. :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La remarque que vous faites est effectivement une vraie question: quelles conclusions sont tirées d'une absence des réseaux sociaux (voire d'une protection de l'accès au compte) ?

Oui, c’est une vraie question car j’ai lu dans la presse que l’auteur d’une récente tuerie aux États-Unis "n’avait même pas de compte sur face de bouc" ce qui, selon certains journalistes, ferait de cette personne… un gars bizarre.

Si l’on transpose cette appréciation au monde du travail, ne pas être inscrit sur les réseaux sociaux, ferait du candidat potentiel un ringard vivant au temps des cavernes.

 

Je trouve cela évidemment très grave. Si les compétences d’une personne sont jugées à l’aune de sa facilité à dévoiler sa vie privée sur net, je ne donne pas cher des embauches à venir. Mais n’oublions pas que les recruteurs recrutent à leur image…

 

Je ne suis pas salariée mais il n’est pas rare que je sois sollicitée par des personnes dont je connais toute la vie (ou presque) avant de les rencontrer (CV intégral sur le net + photos des enfants et du chien, par exemple) qui s’avouent fort surprises de ne pas avoir trouvé mon compte X ou Y sur les réseaux sociaux.

 

J'ose espérer que, comme toutes les modes, celle-ci passera... et tant pis pour ceux qui se seront déshabillés.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

traces laissées par un individu sur le web pour établir des bases de données géantes. Ces dernières vont ensuite être intégrées dans des logiciels de recrutement.

Quelle hérésie... quel danger....

 

D'un côté, la protection de la vie privée impose de limiter les informations que l'on laisse sur la toile, afin de maitriser les informations que l'on donne et qui peuvent être utilisées (un exemple de cas typique réel et concret: Amende RATP) et d'un autre côté, pour trouver un travail, il faudrait tout dévoiler, ou à tout du moins, dévoiler sur la toile toutes ses compétences...???

 

Autant dire que si une personne sans emploi, veut trouver un travail, il lui faut alors créer spécialement un profile sur les réseaux sociaux concernés, et y apposer ce que les employeurs veulent trouver...

Où est la réalité de la supercherie, de la tricherie?

Quid de la question soulevée par Vanille.... pas de compte sur ces réseaux sociaux, sous sa propre identité, afin de maitriser les informations laissées sur sa propre vie privée, et de suite, on est associable, paranoïaque, ou que sais-je encore...??

 

Mettre en condition de travail le candidat au poste concerné, afin de voir si cette personne est capable, non pas théoriquement, par des diplômes ou formation théorique, mais concrètement, c'est très bien, mais fut-il à rappeler qu'il n'y a là aucune nouveauté, ni avancée, mais un simple retour à ce qui se pratiquait avant l'avènement du "tout diplôme" et du tout "expérience requise", ne laissant ainsi plus de place aux personnes plus désireuses à travailler qu'à rester sur les bancs scolaires ou formateurs.

Faut-il y voir là un retour à la raison, cette même raison qui faisait qu'il y a 30 à 40 ans, un patron préférait prendre un apprentis, le former correctement, car il avait la volonté de conserver cette personne ainsi formée, pour non pas du profit, mais pour son entreprise et la pérennité des capacités de son/ses employés...?

 

N'oublions pas que ce que l'on nomme "réseaux sociaux" ne sont en réalité que des journaux intimes qui n'ont strictement rien d'intime, et que nombre de personnes malveillantes savent où et comment y récupérer des informations essentielles pour l'usurpation d'identité, et hélas pour black-lister nombre de demandeurs d'emplois...

Cela, je l'ai connu, par un candidat à un poste de travail, qui malheureusement est également un grand amateur de sport extrême... et qu'à ce titre, il s'est vu purement et simplement refuser le poste au motif qu'il était un individu à risque, puisque les activité extra-professionnelles pratiquées étaient eux-même à risques, et que la sté n'avait pas à subir des absences causées par des accidents subis lors de la pratique de ces activités...

Faut le voir, pour le croire!

 

Et quid d'une personne un peu limitée dans l'écriture, la conjugaison (...) qui se voit ainsi sanctionnée pour un travail qui ne demande que des capacités de travail à la chaine...

Là également, il faut le voir, pour le croire!

 

Que les recruteurs évoluent et se servent des outils désormais à leur disposition, c'est bien, mais ne se baser que sur cela, tout comme ne se baser que sur un diplôme ou de prétendues expériences indiquées dans un CV, sans même prendre la peine de savoir si la personne est capable ou non, je ne crois pas que ce soit une avancée en soi.

C'est un danger et un appauvrissement pour le marché de l'emploi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vanille, votre question est particulièrement percutante, car effectivement, celui ou celle qui se présente à un entretien en disant qu'il n'a aucun compte sur les réseaux sociaux est aussitôt rangé dans la catégorie sinon des "asociaux", du moins dans les gens "suspects", puisque, c'est bien connu, "quand on n'a rien à cacher, il est normal de tout dévoiler !!!"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il m'arrive de "googliser" les candidats, histoire de voir .... mais généralement, être sur FB me donne trop d'informations, rarement flateuses (messages postés pendant les heures de travail , par ex, photos de beuverie, "like" de sites parfois extremistres.

 

je vais aussi sur les réseaux professionnels , qui eux me donnent une vision + pro et il m'arrive ainsi de vérifier des informations (si les pages sont tenues à jour, il peut parfois y avoir des incohérences,)

 

mais être introuvables sur ces réseaux, pour moi, n'est ni un mauvais signe, ni un bon, c'est plus une aide pour moi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hélas Theflo, tous les recruteurs ne sont pas comme vous.

 

Il suffit de penser deux secondes, d'une manière différente:

Si un recruteur va sur la face du mari de la chèvre, voit que le candidat aime à exprimer son opinion sans retenue, ni réserves, que cette personne à déjà critiquée ouvertement son précédent employeur, ou à tout du moins celui qu'il prétend être son ancien employeur...

Croyez-vous deux secondes que ce recruteur privilégiera ce candidat qui à tout pour plaire sur son CV, mais qui peut devenir très vitre une gène pour la sté qui recrute? Je ne le pense pas.

L'exemple donné concernant la pratique de sport extrême, et un exemple assez frappant, puisque nombre de ces pratiquants, lorsqu'ils recherchent un emploi, se voient bloqués à cause de leur passion trop à risque.

 

A mon sens, le recrutement ne devrait que et uniquement passer par la disposition du candidat à pouvoir exécuter les taches qui lui seront assignées.

Cela ne peut que passer par un essai.

Les CV sont généralement non conformes à la réalité, à plus ou moins grande accommodation de la réalité par ledit candidat, et l'expérience théorique ne permet pas tout le temps et systématiquement à l'exercice de tout emploi.

Non pas que les diplômes ne valent rien, mais ils ne représentent que le résultat de connaissances théoriques.

 

Déjà que système actuel d'arrivée sur le monde du travail n'est pas des plus facilitant, si en sus, viennent se greffer de nouveaux outils de sélection, alors que nombre de citoyens n'ont pas été préalablement avertis sur les techniques utilisées pour ledit recrutement, alors que nombre de citoyens n'ont pas été formés à respecter eux-même leur propre vie privée sur la toile, je doute ça rende au final un joli gâteau... ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A mon sens, le recrutement ne devrait que et uniquement passer par la disposition du candidat à pouvoir exécuter les taches qui lui seront assignées.

Oui, ce serait bien… :D

 

Malheureusement, nous savons tous que les recruteurs ne disent pas où ils trouvent des informations ; ils ne donnent jamais non plus de motif précis au candidat évincé (le "d’autres candidatures étaient plus pertinentes que la vôtre" étant la formule consacrée).

 

En conséquence, c’est aux candidats potentiels de réagir et de s’organiser.

 

Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui des enquêtes faciles à réaliser mais la recherche d’informations sur les candidats est un "jeu" ancien.

Autrefois (quand internet n’existait pas), j’ai reçu des CV et ensuite des candidats ; je devais faire une présélection afin que mon patron n’ait un entretien qu’avec les personnes qui semblaient vraiment correspondre aux postes que nous proposions.

Avant de fixer un RDV, mon patron interrogeait deux fichiers bancaires bien connus afin de vérifier si nos candidats ne s’y trouvaient pas. Avouez que c’est encore bien pire…

 

Autrefois, il n’était pas rare de rencontrer des recruteurs qui posaient des questions fort indiscrètes (sur le souhait d’avoir un enfant, sur l’utilisation de contraceptifs,…). Nous n’hésitions pas à refuser de répondre à ces questions sans rapport avec les compétences nécessaires pour prendre le poste.

En conséquence, je crois que nous devons continuer à rester vigilants sur toutes ces dérives et ne surtout pas forger des bâtons pour se faire battre.

 

Rien n’oblige qui que ce soit à partager des éléments de sa vie privée avec la terre entière.

Quand on ne souhaite pas se dévoiler (mais qu’on a néanmoins le souhait de s’exprimer sur différents sujets), il n’est pas interdit d’utiliser des pseudos.

 

Tout le discours sur "Le Réseau" dont on nous rebat les oreilles finit par devenir assourdissant. On n’a pas attendu les réseaux sociaux pour disposer d’un groupe d’amis/collègues ou ex-collègues / camarades de d’école ou d’université,…

 

Sauf qu’aujourd’hui ce réseau est devenu un enjeu commercial gigantesque : une immense base de données dans laquelle il n’y a plus qu’à se servir pour tenter de vendre des produits et des services à des personnes dont on connaît tout (âge, SCP, centres d’intérêt,…).

 

Et puis, vous je ne sais pas mais, moi, je considère que les amis de mes amis… ne sont pas toujours mes amis. :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Malheureusement, nous savons tous que les recruteurs ne disent pas où ils trouvent des informations ; ils ne donnent jamais non plus de motif précis au candidat évincé (le "d’autres candidatures étaient plus pertinentes que la vôtre" étant la formule consacrée).

 

 

en même temps, tous les candidats n'acceptent pas les retours que nous leurs faisons

et, sincérement, quand nous avons 2 super finalistes, parfois, le choix sera purement subjectif : avec qui le manager se sent le + de travailler, avec une grosse part de feeling (mais en même temps on passe au moins 8 h par jour au bureau, c'est quand même important....

 

j'ai la chance de travailler pour une entreprise qui recrute pas mal ces derniers temps, et franchement,

1- c'est dur de trouver des candidats (à tous les niveaux) même en période de crise (voire plus en période de crise)

2- beaucoup de candidats ne comprennent pas l'objet d'un entretien (et pourtant, je commence toujours par dire , l'obejectif c'est d'apprendre à se connaitre, que vous me donniez le maximum d'information et inversement) et sont souvent à coté de la plaque

3- malheureusement, les études proposées ne correspondent pas aux besoins de l'entreprise

.....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

1/ je n'ai pas de compte sur le mari de la chèvre : suis-je asociale ? Non, plutôt non narcissique je crois ....

2/ en ces temps de crise du travail, les rapports sont complètement déséquilibrés : les recruteurs ont beau jeu de prendre tout et n'importe quoi comme critères de recrutement lorsqu'ils ont pléthore de candidatures pour un poste .... ( quelques exceptions comme le rapporte Tobias, mais rares )

3/ Je n'ai aucune indulgence envers les gens qui tendent le bâton pour se faire battre: qui ne comprennent pas pourquoi on sait tout sur eux alors qu'ils s'étalent sur la toile, qui se font virer parce qu'ils ont insulté copieusement leur employeur sur un réseau, des minettes qui pleurent de se voir à poil sur un site étranger parce qu'elles ont largué le petit copain qui se venge, etc, etc . Il faut que les gens apprennent à se responsabiliser ....:cool:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi narcissique ?

 

Il n'y a pas de honte à ne pas dévoiler toute sa vie sur le net, le dernier repas qu'on n'a pas digéré, la dernière engueulade qu'on a lancée, les raisons pour lesquelles on va larguer son petit ami, etc....

 

Ben justement,on est d'accord alors. Si on dévoile tous les exemples que vous donnez, est-ce pour renseigner les autres ( qui pour la plupart n'ont ont rien à battre !) ou pour ne parler que de soi ?

J'ai écrit : NON narcissique .....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas du narcissisme, cela relève du journal intime.

Et malheureusement, nombreux sont ceux qui ne prennent pas la mesure que ces écrits, ces photos, et autres informations disponibles sur ces réseaux sociaux (terme qui m’insupporte au plus haut point^^) n'ont strictement rien d'intime, outre relevant de l'intimité de la personne, car tout peut aisément être accessible.

 

Doit-on dire d'une gamine de 13 ans, il y a 15 ans, qu'elle était narcissique, parce qu'elle tenait un journal intime?

Doit-on dire qu'une femme de 65 ans est narcissique, parce qu'elle note tout ce qui se passe dans sa vie, juste parce que sa mémoire est un peu défaillante dans ce flot de données à retenir?

 

L'évolution est tout simplement que désormais, cela ne se fait plus dans un cahier, mais numériquement.

Les blogs et autres réseaux sociaux comme la face du mari de le chèvre, ou l'oiseau, relèvent du journal intime, et de la même démarche que de prendre note ou résumer une journée, des sentiments dans un journal intime papier.

Cette évolution fait que désormais le plus grand nombre à accès à ces informations, et que "intime" n'est plus qu'un mot dénommant le caractère de ce qui s'y trouve écrit, alors qu'autre-fois, cela déterminait à la fois le support et ce qui y était porté.

 

Jusqu'à très récemment, d'ailleurs, merci la CNIL d'avoir fait évoluer les choses, les personnes qui y postaient leurs informations "intimes", ne savaient pas si cela était d'accès public ou privé.

Alors, depuis, oui, c'est un choix personnel que ce soit accessible, mais jusqu'à encore très récemment, cela ne relevait pas d'un choix personnel... pire, ledit site laissait croire que c'était privé, alors que c'était accessible à tout vent.

Et dans ces conditions, on ne peut reprocher à ces utilisateurs d'avoir mis leur vie sur la toile ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas du narcissisme, cela relève du journal intime.

Et malheureusement, nombreux sont ceux qui ne prennent pas la mesure que ces écrits, ces photos, et autres informations disponibles sur ces réseaux sociaux (terme qui m’insupporte au plus haut point^^) n'ont strictement rien d'intime, outre relevant de l'intimité de la personne, car tout peut aisément être accessible.

 

Doit-on dire d'une gamine de 13 ans, il y a 15 ans, qu'elle était narcissique, parce qu'elle tenait un journal intime?

Doit-on dire qu'une femme de 65 ans est narcissique, parce qu'elle note tout ce qui se passe dans sa vie, juste parce que sa mémoire est un peu défaillante dans ce flot de données à retenir?

 

L'évolution est tout simplement que désormais, cela ne se fait plus dans un cahier, mais numériquement.

Les blogs et autres réseaux sociaux comme la face du mari de le chèvre, ou l'oiseau, relèvent du journal intime, et de la même démarche que de prendre note ou résumer une journée, des sentiments dans un journal intime papier.

Cette évolution fait que désormais le plus grand nombre à accès à ces informations, et que "intime" n'est plus qu'un mot dénommant le caractère de ce qui s'y trouve écrit, alors qu'autre-fois, cela déterminait à la fois le support et ce qui y était porté.

 

Jusqu'à très récemment, d'ailleurs, merci la CNIL d'avoir fait évoluer les choses, les personnes qui y postaient leurs informations "intimes", ne savaient pas si cela était d'accès public ou privé.

Alors, depuis, oui, c'est un choix personnel que ce soit accessible, mais jusqu'à encore très récemment, cela ne relevait pas d'un choix personnel... pire, ledit site laissait croire que c'était privé, alors que c'était accessible à tout vent.

Et dans ces conditions, on ne peut reprocher à ces utilisateurs d'avoir mis leur vie sur la toile ;)

 

 

Je ne suis pas vraiment d'accord. Le mari de la chèvre ne peut s'assimiler à un journal intime. Lorsqu'une gamine de 13 ans, il y a 20 ans écrivait son journal intime, l'intérêt était bien que personne ne le lise ( d'où les cachettes ) sauf peut-être exceptionnellement une personne de son choix. Lorsqu'on poste ses états d'âme sur le site en question, on veut au contraire toucher un paquet de monde. Si ce n'est pas du narcissisme, c'est quoi ?

Quand à la dame âgée qui a peur de perdre la mémoire, j'aimerais bien savoir combien utilisent cette méthode pour améliorer leurs souvenirs ....

Le mari de la chèvre est au choix ou cumulé :

- un défouloir

- une façon de se créer un personnage

- entretenir son égo

Je sais, on me sortira toujours les exceptions. Mais bon, qui dit exception dit principe ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ajouterais que ceux qui disposent d'une page personnelle sur le mari de la chèvre ne prennent que rarement la peine de lire les indescriptibles CGU qui précisent, entre autres réjouissances, que les contenus publiés restent la propriété du mari de la chèvre, et que si vous voulez attaquer en justice le mari de la chèvre, vous devrez le faire dans son enclos, soit aux USA. Au final, peu d'utilisateurs se projettent vers l'avenir, celui où on veut nécessairement effacer certaines traces laissées sur le net.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ajouterais que ceux qui disposent d'une page personnelle sur le mari de la chèvre ne prennent que rarement la peine de lire les indescriptibles CGU qui précisent, entre autres réjouissances, que les contenus publiés restent la propriété du mari de la chèvre, et que si vous voulez attaquer en justice le mari de la chèvre, vous devrez le faire dans son enclos, soit aux USA. Au final, peu d'utilisateurs se projettent vers l'avenir, celui où on veut nécessairement effacer certaines traces laissées sur le net.

 

D'en un autre sens, peu de personnes ne lisent les CGU de tout...

L'exemple flagrant du site de vente aux enchères, et du moyen de paiement sur internet pseudo sécurisé en est l'exemple-même...

Très peu de personnes ne savent que qu'en cas de problème, c'est au Luxembourg qu'il faut s'adresser, qu'alors les dits sites (domiciliés à la même adresse^^) dépendent non pas du droit Français, mais du droit Luxembourgeois, pays avec lequel très peu d'accords politico-diplomatiques n'existent..

Pas plus qu'environ 2% des utilisateurs de Net-Iris ne prennent le temps de lire la charte qui régit les lieux... charte qu'ils acceptent pourtant en s'inscrivant.

 

Là n'est pas la question, à mon avis.

Préciser que le droit américain n'a strictement rien à voir avec le droit Français, serait plus juste, puisqu'en effet, aucune possibilité n'existe quand à la suppression d'un compte, que les données entrées y restent, même si on les suppriment, et que seule la désactivation du compte n'est possible, et qu'on vous précise qu'à la moindre connexion par les identifiants de ce compte, ça réactivera ledit compte.

Et de mémoire, cela fait pas moins de deux ans que la CNIL se bat, sous saisie d'associations luttant pour le droit à l'oubli sur internet, afin que cela change.

Mais sans accord "diplomatique" entre la France et les USA, ça n'a aucun risque de changer...

 

Pepelle, vous savez tout aussi bien que moi, que peu nombreuses sont les personnes qui pensent à mal.

J'entends par là, que peu de personnes ne sont là se demander si les informations qu'elles donnent sont un risque pour elle-même ou une tiers personne, considérant (à tord, tout à fait) qu'internet est un lieu à part.

Il suffit de lire les propos homophobes sur l'oiseau bleu, dans les sujets concernant le mariage pour tous, de voir quels sont les personnes qui postent de tels propos, et de s’apercevoir, que ces gamins de 11 à 13 ans ne font qu'écrire bêtement ce qu'ils pourraient dire, sans même savoir qu'ils encourent tout simplement une peine pénale.

Et lorsqu'on leur dit, la réponse c'est "n'importenawak"...

C'est dire l'éducation de ce qu'est internet...

Et cela va de même avec des personnes de 15 ans à plus de 22 ans.

Or, à ces âges-là, on est réputé par la société, connaitre ce qu'est internet.... Ils ne connaissent ni le droit, les dangers de la vie, et ne se posent pas plus de questions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'en reviens toujours au même : qu'on arrête de materner, que les gens se responsabilisent. Dès le collège ( voire avant) les enseignants font des cours aux élèves sur les dangers d'internet ( très bien fait d'ailleurs, mon gamin de 12 ans à eu ça l'an dernier en 6ème). On en remet une louche au lycée, en post-bac, etc .... Donc qu'on ne vienne pas me dire qu'ils ne savaient pas . Ils s'en foutent, c'est tout. Et bien ils assument les conséquences.

J'ai fait récemment une formation à des conseillers prud'homaux et le thème était " les licenciements dûs aux réseaux sociaux" car les CPH sont débordés de ce type d'affaires. On médiatise certaines affaires, mais croyez moi, c'est l'iceberg .... Il faut avoir lu les messages postés par certains sur leurs supérieurs ( ou collègues) pour se rendre compte que certains sites sont des défouloirs de la pire espèce ......

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dans la continuité, la majorité pensent qu'internet est un monde virtuel de non droit, où on a peu de risque de se faire épingler. Bien au contraire, je pense qu'il n'y a aucune réflexion préalable sur les risques et conséquences.

Certains vont très loin d'ailleurs. Pour votre information personnelle :D, je vous suggère la lecture aussi instructive que distrayante de l'arrêt du 15 novembre TGI de Bobigny, 14ème chambre correctionnelle...:D

JURISPRUDENCES  | Tribunal de grande instance de Bobigny 14ème chambre correctionnelle Jugement du 15 novembre 2012  | Legalis.net

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

MDR. Cela me rappelle une plainte que j'ai déposé avec un répondeur de NI qui se reconnaîtra sur des insultes qu'on avait pris sur un autre forum. Je m'y faisais traiter de " grosse tanche" et d'autres choses ( grosse tanche étant le plus gentil!) mais si ma mémoire est bonne l'autre répondeur avait eu droit aussi à des remarques sur ses pratiques sexuelles supposées .....:D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

MDR. Cela me rappelle une plainte que j'ai déposé avec un répondeur de NI qui se reconnaîtra sur des insultes qu'on avait pris sur un autre forum. Je m'y faisais traiter de " grosse tanche" et d'autres choses ( grosse tanche étant le plus gentil!) mais si ma mémoire est bonne l'autre répondeur avait eu droit aussi à des remarques sur ses pratiques sexuelles supposées .....:D

Je n'aurais absolument pas toléré "grosse"....:mad:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...