Aller au contenu
Le forum juridique de Juritravail
Invité Mike

Tapage nocturne, pouvoirs du Maire ?

Messages recommandés

Invité Mike

Bonjour,

 

Je désirerais savoir quels sont les pouvoirs du Maire d'un village de 3000 habitants (avec Police Municipale) , dans le cas d'un tapage nocturne consécutif à une réception qui dure jusque tard dans la nuit, et qui empêche le voisinage de dormir.

Précision : cette réception s'est tenue sur le terrain d'une maison hors lotissement (et sans prévenir personne...)

Quelle est la meilleure attitude à adopter.

 

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si c'est ponctuel, vous ne pouvez pas dire grand chose.

Il aurait fallu faire constater un "flagrant délit".

Attendez la prochaine fois pour appeler la police municipale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour,

 

Je désirerais savoir quels sont les pouvoirs du Maire d'un village de 3000 habitants (avec Police Municipale) , dans le cas d'un tapage nocturne consécutif à une réception qui dure jusque tard dans la nuit, et qui empêche le voisinage de dormir.

Précision : cette réception s'est tenue sur le terrain d'une maison hors lotissement (et sans prévenir personne...)

Quelle est la meilleure attitude à adopter.

 

Merci

 

Bonjour,

Voici la réponse du Ministre de l'Intérieur à cette question parue au JO de 30/11/2004 (p 9483).

 

"La réglementation générale, à travers l'article R. 1336-7 du code de la santé publique (décret n° 95-408 du 18 avril 1995) et en application de la loi n° 92-1444 du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit, introduit pour la première fois la notion de tapage diurne, établissant un parallèle avec celle de tapage nocturne. Elle prévoit que tout bruit de voisinage lié au comportement d'une personne ou d'une chose dont elle a la garde ou d'un animal placé sous sa responsabilité pourra être constaté et sanctionné, sans qu'il soit besoin de procéder à des mesures acoustiques, dès lors que le bruit engendré est de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage par l'une des caractéristiques suivantes : la durée, la répétition ou l'intensité. Le décret précité a eu pour objet principal de simplifier la constatation des bruits aléatoires, c'est-à-dire des bruits liés au comportement qui causent un trouble excédant les inconvénients normaux du voisinage, en supprimant la mesure acoustique et la notion de faute. Le bruit des activités professionnelles reste, quant à lui, soumis à une mesure acoustique déterminée par l'émergence. L'article R. 623-2 du code pénal définit la notion de tapage nocturne et sanctionne tout bruit ou tapage injurieux, en principe entre 21 heures et 6 heures, perçu d'une habitation à l'autre ou en provenance de la voie publique. Le constat de l'infraction se fait également sans mesure acoustique. La lutte contre les bruits de voisinage est placée sous la responsabilité du maire de la commune (art. L. 2214-4 du code général des collectivités territoriales). Les mesures préventives se rattachent à l'exercice du pouvoir de police administrative et sont constituées au titre de ses pouvoirs de police spéciale lorsque les bruits sont de nature à porter atteinte à la santé de l'homme ou au titre de ses pouvoirs de police générale lorsque les bruits sont de nature à porter atteinte à la tranquillité publique. C'est ainsi que, dans le cadre de la prévention, le code de la santé publique (art. L. 1311-1 et L. 1311-2 du code de la santé publique) et le code général des collectivités territoriales (art. L. 2212-1 et suivants) permettent au maire de prendre des arrêtés ayant pour objet d'édicter des dispositions particulières pour réglementer certaines activités bruyantes en vue d'assurer le respect de la tranquillité publique. En ce qui concerne le volet répressif, le dispositif institué par la loi bruit de 1992 donne quant à lui au maire les moyens de traiter la plupart des plaintes puisqu'il peut commissionner des agents municipaux assermentés et agréés pour constater les infractions aux textes relatifs aux bruits de voisinage et pour dresser des procès-verbaux. Le maire dispose de rois3 modes d'action : la conciliation, l'arrêté individuel et la sanction. La conciliation est menée par une personne bénévole, présentant toutes les garanties d'impartialité et de discrétion, et nommée par le premier président de la cour d'appel. Son rôle est de favoriser le règlement amiable des conflits. Pour obliger le fauteur de bruit à respecter cet accord, le plaignant peut demander que le juge d'instance lui donne force exécutoire. En cas d'échec, le conciliateur (service communal de traitement des plaintes, agent de la police nationale ou expert juridique reconnu par les tribunaux) a la capacité de déclencher l'action judiciaire. Le maire peut aussi imposer par arrêté individuel des prescriptions de nature à faire cesser le trouble. Après mise en demeure du fauteur de bruit restée sans effet, le maire fait dresser un procès-verbal soit par un officier ou agent de police judiciaire (inspecteur de police, gendarme), soit par un agent de la commune commissionné, agréé et assermenté à cet effet (policier municipal, technicien territorial, le décret n° 95-409 du 18 avril 1995 ayant étendu la liste des agents habilités à constater ces infractions à tous les agents de la commune désignés par le maire à la condition qu'ils soient agréés par le procureur de la République). La personne coupable de l'infraction encourt une contravention de 3e classe, sanctionnée par une amende pouvant atteindre 450 euros ; de plus, une peine complémentaire de confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l'infraction pourra également être demandée à l'autorité judiciaire. Enfin, la responsabilité de la personne ayant sciemment facilité la préparation ou la consommation de l'infraction peut être engagée si elle n'a rien fait pour cesser la nuisance. Les pouvoirs qui appartiennent au maire en vertu des articles L. 2212-1 et L. 2212-2 ne font pas obstacle au droit du représentant de l'État dans le département de prendre, pour toutes les communes du département ou plusieurs d'entre elles, ou dans le cas où il n'y aurait pas été pourvu par les autorités municipales et après une mise en demeure de celles-ci, toutes mesures relatives au maintien de la salubrité, de la sûreté et de la tranquillité publiques. Il résulte de l'examen de ces différents textes que le dispositif juridique paraît suffisant et adapté. Il n'entre pas dans les projets du Gouvernement de modifier ou compléter à brève échéance les règles existantes."

 

Cordialement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mike

Merci Balder pour cette réponse très précise.

 

Je vais faire un courrier simple au Maire afin qu'une main courante soit faite (je suppose). Si je ne réagis pas c'est comme si rien ne s'était passé ...

 

:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


© 2000-2020 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...