Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Comment faire valoir une donation au décès de ma mère


Hypoccampe

Messages recommandés

Bonjour,

 

au décès de mon père, ma mère à bénéficié de 3 assurances vie que mon père avait souscrit à son profit, 73.500 euros, elle a utilisé cette somme pour souscrire une assurance vie à son fils d'une union précédente , moi je n'ai rien eu, d'autant plus que l'héritage de mon père s'est volatilisé.

je dispose de courriers de ces 73.500 Euros qui ont été virés sur un compte en banque non porté à la déclaration de succession de mon père, ce compte à été vidé puis clôturé. j'ai la preuve de ce compte, mais pas le détail des écritures ( trop tard 12 ans). cette banque a servi à dissimulé l'heritage de mon père et en partie l'héritage de ma mère.

Faut-il porter 2 affaires au TGI au décès de ma mère Où cela se regroupe en 1 seule affaire. et dois-je attendre le décès de ma mère ? avant d'aller voir à nouveau un avocat, j'aimerai, savoir si j'ai des chances de récupérer quelque chose, sachant qu'il reste à ma mère en propre une petite maison d'une valeur de 90.000 euros environ grand maximum qui sera, cette fois partagée avec mon demi-frère.

Merci, de m'aider à y voir plus clair. je m'embrouille

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 8
  • Création
  • Dernière réponse

Article L132-11 du code des assurances

 

Lorsque l'assurance en cas de décès a été conclue sans désignation d'un bénéficiaire, le capital ou la rente garantis font partie du patrimoine ou de la succession du contractant.

 

 

 

Article L132-12 Le capital ou la rente stipulés payables lors du décès de l'assuré à un bénéficiaire déterminé ou à ses héritiers ne font pas partie de la succession de l'assuré. Le bénéficiaire, quelles que soient la forme et la date de sa désignation, est réputé y avoir eu seul droit à partir du jour du contrat, même si son acceptation est postérieure à la mort de l'assuré.

 

 

 

Article L132-13

Le capital ou la rente payables au décès du contractant à un bénéficiaire déterminé ne sont soumis ni aux règles du rapport à succession, ni à celles de la réduction pour atteinte à la réserve des héritiers du contractant.

 

 

Ces règles ne s'appliquent pas non plus aux sommes versées par le contractant à titre de primes, à moins que celles-ci n'aient été manifestement exagérées eu égard à ses facultés. "

 

DONC SOYEZ VIGILENTE AVANT D EN GAGER UNE ACTION ET ENTOUREZ VOUS DES CONSEILS D UN AVOCAT PUISQUE LE CAPITAL N EST PAS SOUMIS A RAPPORT A SUCCESSION....dans le cadre de l'assurance vie et cela est normal que les sommes n'aient pas été portées dans la déclaration de su ccession suite au décès de votre père

 

Par ailleurs, je ne vois pas comment vous pourriez en l'état engager une action contre votre mère sur la souscription d'une assurance vie

 

Pour le reste de l'héritage de votre père, que vous dites dilapidé, tout dépend des éléments de votre dossier et de la qualité de chacun des héritiers es qualité d'usufruitier et nue propriétaire....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si vous pensez que les primes dont a bénéficié votre mère étaient manifestement exagérées, c'est bien dans le cadre de la succession de votre père qu'il faut agir, et dès maintenant, sans attendre le décès de votre mère.

Il y a deux successions, donc deux litiges potentiels, deux affaires potentielles, qui ne sont pas corrélées dans le temps pour leur traitement.

Voir toutefois les délais de prescription.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Dans la succession de mon père ( biens propres ce capital est issu d'une succession d'appartements de ma gd mère paternel qui ont été vendus), il y a 2 héritiers ma mère pour 1/2 de 210.000 euros et moi dont ma mère bénéficie de 100% de l'usufruit. les 2 comptes bancaires figurant sur l'état de la succession en divers placements) ma mère bénéficie également de 3 assurances vie d'une valeur de 73.500 euros.

au décès de mon père en 1994, ma mère donne la gestion à son petit fils (fils de mon demi-frère) courtier en assurances

en 2007, lorsque je reprends la gestion, étant donné que son fils et petit fils, ne viennent plus la voir, à ce moment là, ma mère me donne procuration des 2 comptes, je découvre que ceux-ci ont été vidés,

Mes recherches d'après les relevés bancaire que je trouve chez ma mère, il manque entièrement l'annèe 1995 et 1996. par contre une feuille volante m'indique qu'il existe des assurances vie.

et par l'intermèdiaire de cette assurance qui me réponds que ces 3 ont été virés sur un compte bancaire ( appelé Z) que je ne connais pas au nom de mr et mme ...en 1997.

De là, je téléphone au notaire, qui lui-même écrit à cette banque afin de connaître le solde à la succession de mon père. réponse = compte clôturé en 2001 - prescription

sur les autres relevés des comptes déclarés à la succession, je découvre en 2005 un chèque de banque de 103.000 euros en faveur d'une assurance pour un placement à ma mère d'un montant initial 69.900, mon neveu me réponds que cela ne me regarde pas. j'écris à son cabinet une LRAR pour une explication entre les 103.000 et le placement de 69.900 soit une différence de 33.100 euros. pas de réponse plusieurs courriers, qui font suite à un remboursement sur le compte à ma mère de ces 33.000 euros et quelques mois plus tard les intérêts que je lui réclame.

sur le compte bancaire Z j'obtiens de la banque 1999.2000.2001 il y figure 2 chèques de frs 7.0000 et 5.0000 et un chèque de pharmacie à TIGNE ainsi que des agios de découvert.

PAS DE PROCURATION EXISTANTE, la banque rembourse ma mère de 1.874.13 euros. représentant les 12.000 Frs

Le notaire m'ayant donné une procuration pour faire débloquer les 69.900 euros placé, le neveu ayant fait un blocage (courrier de renonciation signé par ma mère, alors qu'elle avait la maladie de parkinson)

Je me demande, s'il ne lui a pas fait signé des feuilles en blanc auparavent, ou immitation de la signature.

J'utilise ces liquidités pour payer la maison de retraite, depuis 2006, ma mère dispose de 700 euros par mois.

C'est pourquoi, je doute que ma mère est avantagé mon demi-frère en lui reversant ces 73.500 euros, Mais bon !!!

par contre au décès de ma mère, il y aura cette maison lui appartenant par héritage de sa mère d'une valeur de 90.000 euros environ.

C'est pourquoi, je demandais dans mon 1er post = Comment faire pour récupérer quelque chose de mon père

d'après Rambotte, il faut agir de suite, donc, il me faut trouver un autre avocat (le précédent s'est trompé de tribunal) j'ai payé les frais de dépens. je n'ai plus du tout confiance. je ne sais pas comment je vais faire confiance en un autre avocat, d'autant plus que cela me coûte .mais par principe, je voudrais relancé l'affaire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Donc les biens de la succession de votre père, c'était de l'argent ?

Dont votre mère a recueilli la moitié en pleine propriété, et l'usufruit de l'autre moitié ? Donc un quasi-usufruit, s'agissant de sommes d'argent.

Il faudrait donc faire une convention de quasi-usufruit avec votre mère portant sur le capital dont vous êtes devenu nu-propriétaire au décès de votre père. Vous détiendrez alors une créance certaine contre la succession de votre mère (contre ses héritiers), peu importe comment votre mère a dépensé ou utilisé l'argent dont elle était quasi-usufruitière.

Vu le montant de la succession (210000), il est peu probable que les assurances-vie (73500) puissent être considérées comme manifestement exagérées, surtout si elles ont été souscrites en utilisant le produit de la vente des biens de la grand-mère paternelle : au moment de la souscription, le patrimoine détenu a été relativement modérément placé en assurances-vie.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci, Rambotte, enfin, vous me donnez une solution et je vous en remercie

Par contre pouvez-vous m'expliquez comment établir une convention de quasi-usufruit, ma mère à actuellement 97 ans, elle n'est plus en mesure de signer quoi que ce soit. Faut-il lancer une procédure pour la convention ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Rambotte, je pense que le notaire m'en aurait parlé, il connait la situation, par contre, il aurait dû conseillé une convention de quasi-usufruit au décès de mon père, mais bon, il connaissait bien mes parents.

Je lui en parlerai, mais je crois qu'il me faut faire à nouveau confiance à un avocat afin de récupérer ce qui reste, la maison de ma mère, qui en plus appartenait à ma gd mère qui m'a en partie élevé et que j'aimerais garder.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par alt
      Bonjour,
      le notaire d'où je sors pour une succession vient clairement de me dire "écoutez, c'est trop compliqué... j'ai pas envie de m'occuper du dossier, ça fait déjà 2 ans que je l'ai, j'ai que 25€ à y gagner (mais bien sur ^^) .... je pars à la retraite dans un mois."
       
      Je vous passe les détails les détails du genre
      "mais vous avez ce document [...]?
      Oui monsieur là dans ma pochette...
      ah oui mais non et celui ci, et celui là ... blablabla" J'ai tout il ne regarde rien !!!!
       
      Que faire à part lui demander le nom de la personne qui reprendra le dossier ?
    • Par Vesso
      Bonjour,
      Un éclaircissement  svp !
      Une donation  de  la nue propriété d'un bien immobilier avec réserve d'usufruit pour le donateur,  un don d'usufruit temporaire de10 ans d'un bien immobilier,  période aujourd'hui terminée,  une donation-partage de biens immobiliers sont bien rapportables  pour calculer l'actif successoral  ?
    • Par jac1980
      Bonjour
      le notaire chez qui ma mère avait deposé ses testaments m' a transmis par courrier leur contenu alors que je n' ai aucun bien légué : tout revient à mes 3 demi frères et soeur en l' occurrence des meubles et du linge .
      Avait il le droit de me transmettre ces documents puisque je ne suis pas concernée?et un testament ne doit il pas être ouvert en présence d' un des héritiers ou d' un des enfants et pas fait dans l intimité du cabinet notarial ?
      Merci de me répondre
      cordialement
      ****
    • Par dom-ctc
      Bonjour,
       
      - Suite à une enième réunion chez le notaire, les heritiers restent en désaccord sur le partage, qui devra donc se faire judicairement avec les délais que l'on connait actuellement.
      - Un bien (maison) est en indivision et un membre de la famille occupe cette maison.
      - Je demande la mise en place d'un "loyer" ou "indemnité d'occupation" et tout le monde est d'accord.
      - Je demande à mon avocat d'ecrire une LRAR à l'occupant afin de lui réclamer les loyers .
      - Mon avocat me demande (alors qu'on s'est vu plusieurs fois !!) à ce moment sur quel compte d'indivision le loyer doit être payé !
      - je contacte le notaire, on me répond "Ouvrez un compte en banque au nom de l'indivision" . Quand je mentionne que je n'ai aucun contact direct avec les autres indivisaires, on me dit "c 'est pas grave, ouvrez le compte" (Rien d'evoqué non plus par le notaire au moment de la réunion, ca aurait été trop simple !!!)
      - En attendant d'avoir un interlocuteur (plus ou moins) spécialiste de ces questions à la banque, je google un coup et je vois : "ce compte doit être ouvert par tous les indivisaires, chaque opération de rentrée ou sortie doit être validée par tous les indivisaires " (ce qui semble logique)
       
      Questions :
      - comment faire pour ouvrir ce compte si les autres indivisaires refusent , peut-on les contraindre ? comment ?
      - y-a-t-il une autre voie pour faire payer ce loyer ?
       
      merci et bonne année
    • Par Anadorirai
      Bonjour,
       
      Je vous expose un peu la situation, J'ai 2 [enfants] [je suis seul]
       
       
      J'ai acheté, [seul], [un bien immobilier il y a quelques années], c'est une résidence secondaire ,à l'aide d'un prêt sur [moins de 20 ans]
      J'ai un logement de fonction [...]) avec mon travail faisant donc office de résidence principale .
       
      [j'ai rencontré quelqu'un presque en même temps que l'achat immobilier]
      [nous avons eu un enfant 3 ans plus tard et nous sommes mariés,] sans contrat de mariage.
      [mon partenaire a un enfant adulte et tout se passe bien depuis le mariage]
       
      Mes interrogations sont donc:
       
      [mon bien] , [acheté et remboursé seul] , je souhaite que seuls mes 3 enfants en héritent, en bénéficient , Comment procéder ?
      J'ai fait un testament, dans lequel je lègue le droit d'habitation à mon époux mais je l'exherède de tout autre droit , il ne peut ni vendre, ni hériter du 1/4 en PP, car au final cela reviendrait à léguer indirectement une part à [son enfant], le jour où lui partira [son enfant] héritera donc forcément de sa part à lui (de ce bien], part divisée par 2 bien sûr avec notre [enfant]
      Je ne peux imaginer que [son enfant] récupère une part de ce que j'aurais payé moi toute ma vie et ainsi priver mes 3 enfants de ce qu'il leur revient légitimement.
       
      Malheureusement, Lors de la rédaction de mon testament, le notaire m'a signifié que sans contrat de mariage, [son enfant] pourra tout de même réclamer une part de[mon bien], en arguant que le prêt qui a remboursé pendant [toutes ces années] suivant la date de notre mariage aurait été payé par moitié par [mon patenaire] (la communauté),  alors qu'il n'en n'est rien du tout , je suis[seul] à payer [ce bien] et les charges , sur mon compte personnel avec mon salaire. Je devrai donc lui rembourser à elle la moitié des mensualités que j'ai pourtant payé [seul] ??
       
      Quels sont mes recours ,
       
      De plus nous n'avons aucun compte en commun, si demain mon[partenaire]venait à décéder comment se passe la succession sur ses comptes pour notre [enfant], et moi, étant donné que nous n'avons rien à nos deux noms, il a des comptes épargne, son père décédé depuis peu, va recevoir une certaine somme d'argent .....
       
      Je vais me retrouver à devoir de l'argent à [son enfant]sur un bien que j'ai payé [seul]et me retrouver moi sans rien de la succession ? j'ai beaucoup de mal là ....
       
      Bien cordialement,
       
      [...]
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...