Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

J'ai dit : "ferme ta gueule" à un collègue :-(


Steve56

Messages recommandés

Un collègue de travail (employé) a critiqué mon travail et m’a critiqué tout haut devant tout le monde. Ses critiques n’étaient pas absolument pas justifiées (critiques complètement gratuites).

 

C'est la 2e fois qu’il me fait ce genre de chose.

 

J’ai eu un mauvais réflexe et je lui ai dit « ferme ta gueule ».

 

 

 

C’était vendredi soir dernier.

 

Je lui ai dit cela devant son supérieur hiérarchique et d'autres personnes.

 

Personne n’a rien dit après.

 

 

 

Est-ce que je risque quelque chose ?

 

 

 

 

 

Merci de vos réponses et bonne fin de WE.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 22
  • Création
  • Dernière réponse
Invité Véga Lyre

Bonjour,

Vous risquez un blâme, voire un avertissement, dans le meilleur des cas.

Après, il faut voir le contexte.

Cordialement

PS: un petit truc, pour la prochaine fois : comptez jusqu'à 5 dans votre tête, avant de lui répondre "Et que proposes tu pour améliorer les choses, maintenant?"

Ca a le même effet, en général, mais c'est plus poli.:p

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je sais bien que la mode est au laissez-aller, laissez-dire, je voulais simplement rappeler que ce n'est jamais la bonne solution.

 

Je sais bien que ça fait du bien sur le moment, mais vous savez tous, que cela ne sert pas à grand chose et que cela envenime toujours les situations. Maintenant, on n'est pas là pour rappeler des leçons de morale évidentes, quoique...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas une mode, mais ça existe depuis que le monde est monde.

 

Je ne connais personne qui sous pression n'a jamais laissé échapper de tels mots, même les plus réservés ou les mieux élevés.

 

C'est aussi une soupape, quelque fois c'est mieux que de passer par la fenêtre ou prendre une école en otage.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 months later...

Bonsoir,

 

Une suite sur ce thème...

 

Suite à ce malheureusement évènement d'il y a quelques mois, personne ne m'en avait trop reparlé et je pensais que l'affaire était classée.

Mais le supérieur hiéarchique de mon collègue en avait parlé à l'époque - ce qui est logique - au PDG.

 

Mon PDG me demande de réaliser une tâche la semaine dernière assez compliquée.

Je lui dit : "ok mais je ne pourrai pas rendre ce travail demain à 14 heures comme vous me le demandez mais plutôt à 16 heures". (ce petit décalage ne met bien évidemmen pas en péril l'entreprise...)

 

Et là il me dit : "après avoir insulté un de vos collègues il y a quelques mois, vous feriez mieux d'obéir".

 

 

J'ai donc l'impression qu'il me fait une sorte de chantage.

 

 

Ma question est double :

- dire "ferme ta gueule" à un collègue, est-ce considéré comme une insulte à un collègue ?

- peut-on être licencié pour ce motif ?

 

 

Merci de votre aide et bonne soirée,

 

 

S.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je epnse que de se faire critiquer injustement devant un superieur et ses collègues peut largement exuser un tel debordement , je trouve surtout que ce'la prouve que l'ambiance au travail doit etre difficile et que c'est peut etre cela qui est à corriger plus que de blamer ce debordement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Merci pour ces commentaires et vos réponses.

 

Quelques interrogation suite à cela.

 

 

Je ne savais pas qu'il y avait une sorte de "prescription" concernant les insultes.

C'est donc 2 mois à partir de la connaissance des faits par ma Direction, c'est intéressant à savoir.

 

 

Ensuite, entre quelqu'un qui dit "ferme ta gueule" à un collègue, ce qui est grossier, mais pas injurieux pour moi. (cas 1)

 

Et un collègue qui critique ou méprise ouvertement mon travail, parfois par écrit (par mail) avec en copie plusieurs personnes de l'encadrement, dont mon supérieur hiérarchique.

En me disant par exemple, "Steeve, va jouer avec les gamins de ta rue, plutôt que de t'obstiner à améliorer tes ventes". (cas 2)

C'est certain, dans ce dernier cas il n'y a pas de gros mots, donc c'est a priorri moins choquant.

 

Ce collègue n'a de plus aucune compétences pour pouvoir juger de mon travail, ni le statut pour me critiquer car il est hiérarchiquement égal à moi.

Je peux argumenter, c'est vrai, mais si j'argumente, cela signifie que je reconnais les faits, c'est à dire être jugé et décrédibilisé par un collègue qui fait plus qu'outrepasser ses fonctions.

 

 

Quel est le plus grave ?

Où est le mépris ?

Si ça doit finir au tribunal, le cas 1 contre le cas 2, qui serait condamné au final ?

 

 

 

Merci de votre aide,

 

S.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On estime que si deux mois plus tard ce n'est pas sanctionné c'est que la faute n'est pas grave, mais il n'y a pas vraiment de prescription car si vous recommencez, ce fait même plus ancien ressortira et ajouté à un nouveau permettra la sanction.

 

Quand à l'attitude de votre collègue, l'employeur n'est pas obligé de le sanctionner, de plus je ne vois pas pour quelle raison vous voudriez aller au tribunal pour régler vos comptes, je ne saisis pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mashinotsu

Pourquoi ne pas demander à votre employeur de faire cesser le harcèlement dont vous êtes victime, en faisant valoir que celui-ci vous a déjà fait sortir de vos gonds une fois et que vous n'avez pas à subir ça ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, et je n'en démords pas, les termes que vous avez employés sont injurieux !! Avec toute la raison du monde, en tant qu'employeur, je ne vous pardonne pas d'avoir utilisé ces termes-là envers un collègue.

 

J'espère pour vous que votre direction est plus cool.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas aussi évident, Fabermorcar, la situation, le statut des salariés concernés, les conditions du moment, la différence hiérarchique, la tension du moment, l'historique des salariés concernés, leur ancienneté, les habitudes dans l'entreprise etc sont autant d'éléments qui peuvent faire dire que c'est absolument sans gravité ou au contraire particulièrement grave. Donc difficile de prendre une position tranchée sans un dossier bien ficelé à étudier.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi ne pas demander à votre employeur de faire cesser le harcèlement dont vous êtes victime, en faisant valoir que celui-ci vous a déjà fait sortir de vos gonds une fois et que vous n'avez pas à subir ça ?

 

Je pense que c'est la meilleure stratégie ici. Ça mettrait l'employeur face à ses responsabilités.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...