Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

réintégration à mon poste ou accord à l'amiable


nd13

Messages recommandés

Bonjour à tous,

 

Je travail à l'étranger mais j'aimerai avoir votre avis sur ma situation.

 

Suite à un surmenage, je suis en arrêt maladie depuis trois mois.

 

Mon travail consiste à développer un nouveau marché ( prospection, vente, marketing, SAV, traduction....) avec pour but l'ouverture d'une filiale en France. J'ai commencé depuis zéro.

Autant dire que lorsque vous n'êtes que deux pour accomplir cela, il y a de quoi être en surmenage. Depuis janvier 2010, je suis seule à porter à bout de bras ce projet car ma collègue a démissionné.

 

En plus de la charge de travail inacceptable, j'ai vécu tout au long de ces trois années:

- de la discrimination au salaire ( mon employeur n'a pas respecté la grille des salaires valable pour tous les employés), lorsque je m'en suis aperçue, il n'a pas voulu me rembourser la différence, il a prétexté que mon master français n'avait peut être pas la même valeur dans son pays (européen) je précise.

- nombreuses "insultes" de collègues ( stupid woman, camembert...) mais selon mon directeur il ne peut pas changer les gens et de toute manière ils auraient trouvé un autre moyen de m'atteindre. Voilà comment mon directeur explique sa passivité.

- rétrogradation: Après deux années de travail, on m'a attribué un coach ( qui ne parle pas français ni ne le comprend) soit disant pour m'aider mais il s'est avéré que suite à cela mes responsabilités ont été réduites, je devais obligatoirement passer par mon coach pour ne serait-ce qu'envoyer une proposition commerciale. Chose que je faisais librement jusqu'alors (et que tous les commerciaux de la boîte font d'ailleurs). Je n'étais plus invité à mes propres rendez-vous, le coach étant devenu mon porte parole. Il s'est complètement attribué tous le mérite de mes ventes. J'ai fait part de ma frustration à mon employeur mais il n'a rien voulu faire.

- Mon employeur s'est permis de dire en parlant d'un client "stupid french" et après cela cela est devenu mon surnom dans la boîte.

- Isolement, une sorte de mise au placard, personne ne m'adressait plus la parole.

au passage: je suis la seule étrangère de la boîte.

Promesse non tenue: Dernièrement j'ai appris par mon employeur que puisque les gens ne m'aimaient pas dans le département vente, mes chances d'être responsable de la filiale France n'ont fait que s'amoindrir pour être quasi nulle aujourd'hui. Depuis trois ans, mon directeur me fait donc miroiter et espérer un poste qu'il ne voulait plus me donner et cela depuis plusieurs années.

Je tiens à préciser que je suis restée dans ce pays car on m'a promis un poste de responsable de la filiale France. Je ne peux pas prouvé cela car ce n'est pas écrit dans mon contrat de travail. Je peux juste apporter le témoignage de mon ancienne collègue car elle fût embaucher en même temps que moi avec les mêmes promesses d'évolution.

 

Le médecin du travail a proposé une médiation pour régler le conflit. Suite à mon deuxième entretien de médiation, mon directeur me propose 2 solutions:

 

Soit je réintègre mon poste et il essaye d'améliorer les choses mais il ne pense pas que cela puisse marcher.Il pense que je vais soit retomber malade ou soit faire du mauvais boulot. Cependant il précise qu'il n'a rien à me reprocher et que je travail dur donc que si je n'accepte pas de reprendre le travail il est d'accord pour me verser trois mois de salaire, il précise que si je vais devant le juge, c'est de toute manière la somme maximale que je pourrais toucher.

 

Je suis dans l'impasse. Je ne sais pas quoi faire???? trouvez-vous normal ce que j'ai vécu??

 

Merci d'avance pour vos réactions!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 5
  • Création
  • Dernière réponse

L'offre de mon employeur est ferme selon ses dires. J'ai bien peur qu'en refusant son offre ou en demandant plus, je doive retourner dans cette entreprise. A votre avis combien de mois puis-je demander sachant tous les préjudices causés ( psychologiques, perte de mon emploi...)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par kang74
      Bonjour
       
      Une personne souffrant d'une ALD est en arrêt depuis Novembre 2019 et mise en invalidité 2 en juillet 2020.
      Pendant son arrêt de travail elle reçoit un complément de salaire de son employeur, qui couvre donc le salaire qu'elle aurait du avoir sur cette période ; après vérification le total IJJS+complément était légèrement supérieur à son salaire habituel mais elle pensait que cela pouvait venir du 13 eme mois (?)
      Aujourd'hui elle reçoit l'information sur sa fiche de paie qu'elle a un indu de complément de salaire de 1600e au motif que l'indemnité journalière qu'ils avaient calculé n’était pas la même que celle versée par la CPAM ( elle avait envoyé le décompte de tout ces arrêts pour le calcul du complément invalidité sur leur demande)
      Aucun décompte n'a été demandé pendant l’arrêt de travail, et elle a eu plusieurs fois les personnes au bout du fil pour le suivi de son dossier prévoyance ( qui n'avance pas parce qu'il y a les congés annuels du courtier) et personne n'a pris soin de l'informer de cette anomalie.
      Elle va recevoir un courrier lui demandant donc ces 1600 e d’indu alors qu'à l'heure actuelle elle a moins de 600e de pension d'invalidité: aura t elle droit à un échéancier vu qu'elle ne recevra plus rien directement de l'entreprise? Je suppose que même si c'est un erreur de l'employeur, la somme est due (?)
      Elle avait aussi droit à la prime d'activité ou elle a donc déclaré des sommes qu'on lui réclame aujourd'hui .
      Elle a fait sa déclaration fiscale sur cette base là aussi.
      Il y a t'il moyen de rectification?
      Merci d'avance .
       
    • Par anthonykevv
      Bonjour, je suis actuellement en première année de BTS commerce International et j'effectue en ce moment même un stage.
      Je fais 40 heures par semaines... cependant, l'entreprise me fait remplir 8 heures par jour des formulaires sur Excel ce qui n'a rien a voir avec la convention ( depuis 9 jours) et aujourd'hui il m'ont carrement mis a la chaine de production pendant 8 heures avec une pause de 10 mn ... que puis-je faire ? et puis -je demander a réduire mes horaires vu mon traitement ?
       
      Je suis normalement censé prospecter de nouveaux clients ( marqué dans la convention)
      et avoir droit à deux heures de pause par jour....
    • Par camelion
      Bonjour
      j'ai déposé ma démission , une semaine après on m a mis a pied à titre conservatoire pour un moi avec suspension de salaire !
      3 semaines après je reçois une lettre disant qu'ils me convoquent et envisagent de mettre à terme pour motif disciplinaire au préavis actuellement en cours suite à ma démission.
      bien sure il me disent que jai le droit d'etre assisté par qq de l'entreprise .
      ma question est ? s'agit il de me licencier pour faute grave lourde sachant que j'ai démissionné avant ?
      ou juste arrêter le préavis unilatéralement ( sachant qu'il me reste encore 1 moi et demi des 3 mois prévue )?
      Merci
    • Par Asteroidblues
      Bonjour à Tous,
       
      Voilà je suis étudiant en école d'ingénieur et je suis actuellement en stage de fin d'études. J'aurais voulu savoir s'il vous plait s'il était possible (article de loi ou quelque chose y faisant référence) de demander en m'appuyant sur un article de décaler dans le temps la signature d'un contrat de travail proposé par une autre entreprise que celle où je fais mon stage.
       
      Est ce qu'en signant un contrat de travail (commençant après mon stage) pendant mon stage je perds mon statut de stagiaire?
       
      En réalité, j'ai envie de gagner un peu de temps pour faire le tour des propositions avant d'en accepter une définitivement et certaines entreprises se montrent pressantes.
       
      Merci d'avance.
    • Par beajer
      Bonjour,
       
      salarié dans une SSII, je suis sur la convention collective Syntec. D'après plusieurs recherches, la loi n'oblige aucun formalisme pour une démission. Mais la convention Syntec exige une lettre recommandée avec AR. Or, je croyais qu'une convention ne pouvait être plus restrictive que la loi ?
       
      J'ai démissionné en envoyant un email suivi d'une lettre de démission pour confirmer cet email (délai entre l'email et la réception de la lettre: 6 jours).
       
      Au cas où je rencontrerais des problèmes avec mon employeur concernant la date de fin de contrat, je voudrais savoir s'il vous semble normal que la convention Syntec exige une lettre AR là où la loi se contente visiblement d'une communication par email/lettre en main propre, voir par voie orale ?
       
      Merci d'avance.
       
      Cordialement.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...