Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Fiscalité sur vente d'un appartement ayant fait l'objet d'une donation


perussonne

Messages recommandés

Bonjour à tous,

 

Ma mère a effectué il y a quelques années une donation de son appartement avec réserve d'usufruit, à ses 2 filles (dont moi).

 

Agée de 95 ans, elle vit désormais depuis peu en maison de retraite. Compte tenu du coût associé, nous pensons que nous serons amenées assez rapidement à vendre l'appartement ayant fait l'objet de la donation pour payer les frais de la maison de retraite.

 

Nous nous interrogeons sur les éventuelles conséquences fiscales en cas de vente de l'appartement, notamment en matière de plus-values éventuelles, alors que nous allons devoir à coup sûr utiliser tout ou partie de notre part de la vente pour subvenir aux besoins financiers de notre mère, ce que nous admettons totalement et sans réserve.

 

Merci d'avance pour votre aide.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 5
  • Création
  • Dernière réponse

DEJA LA VENTE METTRA FIN AU DEMEMBREMENT DE PROPRIETE puisqu'il faudra l'accord entre les enfants nue-propriétaires et votre mère usufruitère

Si la vente se répartit selon le barème fiscal, voilà les valeurs de l'usufruit et de la nue propriété en fonction de l'âge

 

Article 669 du code general des impots

 

I. - Pour la liquidation des droits d'enregistrement et de la taxe de publicité foncière, la valeur de la nue-propriété et de l'usufruit est déterminée par une quotité de la valeur de la propriété entière, conformément au barème ci-après :

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

21 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

90 %

VALEUR de la nue-propriété

10 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

31 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

80 %

VALEUR de la nue-propriété

20 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

41 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

70 %

VALEUR de la nue-propriété

30 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

51 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

60 %

VALEUR de la nue-propriété

40 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

61 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

50 %

VALEUR de la nue-propriété

50 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

71 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

40 %

VALEUR de la nue-propriété

60 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

81 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

30 %

VALEUR de la nue-propriété

70 %

 

AGE de l'usufruitier

Moins de :

91 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

20 %

VALEUR de la nue-propriété

80 %

 

AGE de l'usufruitier

Plus de 91 ans révolus

VALEUR de l'usufruit

10 %

VALEUR de la nue-propriété

90 %

 

Pour déterminer la valeur de la nue-propriété, il n'est tenu compte que des usufruits ouverts au jour de la mutation de cette nue-propriété"

 

 

Apparemment, d'après ce que je comprends, cet appartement était la résidence principale de votre mère

donc selon l'extrait de documentation, il pourrait y avoir une exonération de la + value....

 

"..L'instruction fiscale 8M-1-09 du 31 mars 2009 allonge à deux ans le délai normal de revente de la résidence principale pour bénéficier de l'exonération de l'impôt sur les plus-values.

 

La législation fiscale exclut l'exonération d'impôt sur les plus-values quand les cessions portant sur des immeubles qui, bien qu'ayant constitué antérieurement la résidence principale du propriétaire, n'ont plus cette affectation au moment de la vente. Ainsi, l’exonération ne s’applique notamment pas aux cessions portant sur des immeubles qui, au jour de la cession, sont donnés en location, sont occupés gratuitement par des membres de la famille du propriétaire ou des tiers ou sont devenus vacants.

Cela étant, lorsque l’immeuble a été occupé par le cédant jusqu’à sa mise en vente, l’exonération reste acquise si la cession intervient dans des délais normaux et sous réserve que le logement n’ait pas, pendant cette période, été donné en location ou occupé gratuitement par des membres de la famille du propriétaire ou des tiers.

Aucun délai maximum pour la réalisation de la cession ne peut être fixé a priori. Il convient donc sur ce point de faire une appréciation circonstanciée de chaque situation, y compris au vu des raisons conjoncturelles qui peuvent retarder la vente, pour déterminer si le délai de vente peut ou non être considéré comme normal.

Dans un contexte économique normal, un délai d'une année constitue en principe le délai maximal.

Cependant, l’appréciation du délai normal de vente est une question de fait qui s’apprécie au regard de l'ensemble des circonstances de l'opération, notamment des conditions locales du marché immobilier, du prix demandé, des caractéristiques particulières du bien cédé et des diligences effectuées par le contribuable pour la mise en vente de ce bien (annonces dans la presse, démarches auprès d'agences immobilières, etc.).

Pour tenir compte de la situation actuelle du marché immobilier, il est admis, pour les cessions intervenues en 2009 ou en 2010, qu’un délai de vente de deux ans constitue, dans tous les cas, un délai normal, sous réserve bien entendu que le logement n’ait pas, pendant cette période, été donné en location ou occupé gratuitement par des membres de la famille du propriétaire ou des tiers...."

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Sudmanche, a priori il semble bien que l'on soit dans le cadre de l'instruction fiscale.

 

Juste pour ma complète compréhension, cela signifie-t-il que l'exonération marche pour la totalité de la valeur de l'appartement (puisqu'il y a fin du démembrement à la vente), y compris la part qui revient aux nu-propriétaires (en l'occurrence 90% en ce qui nous concerne) ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a exonération de la plus value sur la nue propriété si la donation remonte à plus de 15 ans

 

Article 74 SE En savoir plus sur cet article...

Créé par Décret n°2003-1384 du 31 décembre 2003 - art. 1 JORF 1er janvier 2004

Si la cession a pour objet la nue-propriété, l'usufruit ou tout autre droit portant sur un bien acquis en pleine propriété, la plus-value imposable est déterminée en tenant compte, d'une part, du prix du droit cédé et, d'autre part, du prix d'acquisition afférent à ce droit. Ce prix d'acquisition est réputé égal à une fraction, appréciée au jour de la cession, du prix d'acquisition de la pleine propriété du bien. En cas d'usufruit ou de nue-propriété, cette fraction est déterminée en appliquant le barème institué par l'article 669 du code général des impôts.

et BOI 8M1-04 fiche 2, point 13

13. Lorsque la cession porte sur un immeuble dont la nue-propriété et l’usufruit appartiennent à des personnes différentes, il convient d’examiner chaque situation :

- le logement constitue la résidence principale du seul usufruitier : seule la quote-part de plus-value correspondant aux droits de l’usufruitier est susceptible de bénéficier de l’exonération ;

- le logement constitue la résidence principale de l’usufruitier et du nu-propriétaire : la plus-value réalisée lors de la cession du logement peut, en principe, bénéficier de l’exonération. Toutefois, dans le cas où la jouissance des locaux est répartie entre l’usufruitier et le nu-propriétaire, l’exonération est limitée aux locaux effectivement utilisés par leurs titulaires à titre de résidence principale.

Accessoirement, nous sommes en septembre 2010. Attention au termes exacts du BOI 8M109

5. Pour tenir compte de la situation actuelle du marché immobilier, il est admis, pour les cessions intervenues en 2009 ou en 2010, qu’un délai de vente de deux ans constitue, dans tous les cas, un délai normal, sous réserve bien entendu que le logement n’ait pas, pendant cette période, été donné en location ou occupé gratuitement par des membres de la famille du propriétaire ou des tiers.

 

Remarque complémentaire, a moins que vous ne désiriez utiliser le capital issu de votre nue propriété pour payer la maison de retraite, ne serait-il pas plus judicieux de louer ce bien ? Votre mère récupérera rapidement plus que les 10% que lui laisserait la vente, sauf s'il faut faire de gros travaux avant de pouvoir louer.

 

Il faut aussi réfléchir au conséquences des diagnostiques de consommation énergétiques qui, en 2011, diminueront encore les prix de beaucoup de logements anciens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Maria, effectivement je pense que nous aurons du mal à le vendre d'ici la fin de l'année 2010. Mais, si je comprends bien, nous avons en fait jusqu'au 31/08/2011 pour le vendre, soit un an après le dernier jour de l'occupation de l'appartement par notre mère.

 

Par contre, en admettant que la donation date de moins de 15 ans (ce que je crois, il faut que je recherche l'acte) ET que la vente se fasse avant le 31/08/2011, les nus-propriétaires auront-ils quand même à payer d'éventuels impôts sur les plus-values ?

 

Enfin, pouvez-vous m'en dire un peu plus (ou m'indiquer un lien sur internet) sur les diagnostics de consommation énergétique en 2011 ?

 

Merci d'avance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, sauf prorogation toujours possible, mais pas dans l'air du temps, de cette mesure, il faut revenir au délai d'un an pour 2011.

Par contre, pour votre mère, le délai par de la date où elle a acquis ce bien. Donc, vous faites partir pour elle le délai de 15 ans de la date où elle a acquis ce bien.

 

Pour les diagnotics de consommation énergétique, voici >> un lien sur le ministère de l'écologie

 

Attention, ce ne sont pas les même organismes qui sont agréés pour les uns et pour les autres....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Jeepsy
      Bonjour,
      Dans le cas d'une donation partage (trois donataires et 1 usufruitier) concernant un bien immobilier dont la valeur a été fixée à 800.000 F en 1995 et va être vendu par le donataire vivant pour une valeur avoisinant les 200.000 €, que devient la différence ? La jouissance en est-elle accordée à l'usufruitier, aux donataires ou aux trois en même temps ? Peut-on parler dans le cas présent, d'un excédent de la quotité disponible ?
      Merci pour vos réponses.
      Jeepsy
    • Par Mysstic
      Bonjour,
       
      Après une longue recherche sur le forum, je n'ai pas trouvé de discussion qui correspondait à mon problème donc je me suis décidée à vous exposer ma situation.
       
      Après le décès de mon père, il y a 6 ans, un dossier de succession a été ouvert auprès d'une agence notariale pour régler la succession.Celle ci a été réglée sauf pour l'appartement qui se trouve en indivision avec une demi-soeur maternelle décédée avant mon père et après ma mère.
      La succession de cette demi-soeur étant déficitaire, ses enfants et moi-même y avons renoncé. L'appartement est donc bloqué, il ne m'appartient pas entièrement et je ne peux pas en disposer comme bon me semble.
      Il y a 4 ans avec mon notaire nous avons saisi le Procureur de la République afin de déclarer la succession vacante pour pouvoir clôturer mon dossier.
      Depuis cette date je n'ai toujours pas eu de réponse malgré mes nombreuses relances.
       
      Je ne sais plus quoi faire, pourriez vous m'aider ? Comment puis je régler ce problème qui dure depuis trop longtemps ?
       
      Merci par avance de toutes vos réponses :)
    • Par fandango
      Je dois me défendre seule dans le cadre d'une assignation en référé. Il s'agit d'une action à l'encontre d'un notaire qui refuse de débloquer des fonds d'une succession dont je suis, avec d'autres, héritière réservataire.
       
      Le notaire a donné à la veuve sa part et son usufruit le lendemain de la vente d'un bien, sans consulter l'indivision. Sans consulter l'indivision, il a placé l'argent des héritiers réservataires, à la caisse des dépôts.
       
      L'assignation a été délivrée par mon frère, l'audience du 5 Mai a été reportée au 12 Mai. Je me défends seule.
       
      J'ai préparé un mémoire, récapitulant les faits me concernant. Je voudrais savoir si je peux aligner ma demande sur les mêmes textes de loi que l'avocat de mon frère :
       
      - art 815-11 alinéa 2, 835 et 1134 du code civil
      - décret du 8 Mars 1978 portant fixation du tarif des notaires
      - l'article 809 alinéa 2 du code de procédure civile
      - l'article 33 de la loi du 9 Juillet 1991 (non trouvé par moi)
       
      L'avocat de mon frère demande :
       
      - une provision correspondant à la quote part revenant à mon frère augmentée des intérêts capitalisés depuis le placement à la caisse des dépôts.
      - la communication, sous astreinte de 40 euros par jour de retard à compter de la signi-fication de l'ordonnance à intervenir, d'une copie du compte de consignation depuis le jour du placement des fonds par le notaire
      - le paiement de la somme de 2000 euros au titre de l'art 700 du code de procédure civile ainsi qu'aux entiers dépens.
       
      Puis-je reprendre les termes de l'assignation de mon frère en disant que je réclame la même chose pour moi ?
       
      Puis-je demander réparation pour les désagréments financiers que j'ai subis en raison de l'entêtement du notaire ?
       
      Puis-je demander dédommagement pour la période de 13 jours durant lesquels les fonds sont restés chez le notaire, alors qu'il n'a pas le droit de le faire plus de 2 jours ouvrables ?
       
      Merci de m'aider. C'est urgent.
    • Par fandango
      :oComment qualifier la conservation par un notaire de fonds appartenant à ses clients au-delà du délai de 2 jours ouvrables ? Peut-on parler d'abus de bien social tel qu'il est décrit dans l'article 314 du code pénal ?
       
      Si tel est le cas, quels dommages ou intérêts peut-on demander ?
    • Par LeGoeland
      Bonjour,
       
      Mes frères et sœurs et moi avons décidé d'un partage des biens dans une succession qui comprend des appartements et des liquidités.
       
      Comment se calculent les frais de partage ?
       
      Ceux qui auront des biens immobiliers et des liquidités auront-ils les mêmes frais de partage que ceux qui auront uniquement des liquidités ?
       
      Merci d'avance pour vos réponses.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...