Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Refus de récupérer une LRAR, car connaissant l'expéditeur


Michel D'oc

Messages recommandés

Bonsoir,

 

Lors de l'envoi d'une lettre recommandé avec AR, le facteur, à défaut de remettre la dite lettre au destinataire puisqu'absent ce jour là, laisse donc un avis de passage invitant l'intéressé à venir réclamer cette lettre dans un délai de deux semaines.

 

Or l'intéressé ne va pas chercher ce courrier car sachant de qui il émane.

 

Question :

 

Les services postaux, ont-ils le droit de renseigner le destinataire sur l'origine de l'expéditeur ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 64
  • Création
  • Dernière réponse

j'ai deja eu ce problème et il y a un post a ce sujet

 

en fait la poste n'a pas le droit mais suivant les lieux cela se fait quand meme( petit village, facteur connu etc...)

 

pour resoudre ce problème vous inscrivez ce que vous voulez comme expéditeur.

bien entendu l'accusé ne vous reviendra pas mais comme vous pouvez suivre la lettre par internet, vous pourrez bien entendu imprimer le fait qu'elle a été distribuée ou pas

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Petit village, oui…, et leurs petites habitudes du genre humain.

Mais si la poste n'a pas le droit, que l'on soit résidant à la campagne, dans un petit village, dans un gros, ou dans une ville, il ne peut y avoir trente six lois tout de même.

Donc si la poste n'a pas de droit de divulguer (peut-être le mot est gros) le nom de l'expéditeur, au destinataire…….quel est le texte de loi qui prévoirait cette interdiction ?

 

Pour résoudre ce problème vous inscrivez ce que vous voulez comme expéditeur.

 

C'est peut-être une astuce, mais lorsqu'on imagine une suite qui pourrait devenir judiciaire, je ne pense pas que les juges de fond acceptent ce comportement.

 

Quant à suivre une LRAR sur internet, c'est bien un avantage, mais cela ne répond pas à la question.

 

Cordialement.

 

---------- Message ajouté à 21h09 ---------- Précédent message à 20h51 ----------

 

j'ai deja eu ce problème et il y a un post a ce sujet.

 

J'ai cherché sur le forum. J'ai trouvé des fils au sujet de lettres recommandées avec ou sans AR, certains fils très intéressants par ailleurs, mais n'ai pas trouvé réponse à ma question...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Vous avez eu votre réponse, les services habilités ne peuvent divulguer le nom de l'expéditeur. Mais rien n'est perdu. Conserver le RAR revenu non réclamé intact. Ne pas aller chercher un RAR n'est jamais une bonne idée. En cas de procédure, cela pourrait vous servir.

 

CDT

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

S'il s'agit d'un congé donné à un locataire à l'échéance de son bail, le congé ne sera pas donné si le RAR n'est pas retiré. Il faut au plus vite et dans les délais légaux renouveler le congé par l'intermédiaire d'un huissier.

Pour tous les autres motifs, le RAR est juridiquement considéré distribué à la date de présentation par les services postaux. S'il n'est pas retiré, il faut que l'expéditeur conserve SANS L'OUVRIR le courrier en retour.

 

Cordialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Vous avez eu votre réponse, les services habilités ne peuvent divulguer le nom de l'expéditeur. Mais rien n'est perdu. Conserver le RAR revenu non réclamé intact. Ne pas aller chercher un RAR n'est jamais une bonne idée. En cas de procédure, cela pourrait vous servir.

CDT

 

 

Bonjour Anissa,

 

Oui, normalement les agents de ces services ne sont pas habilités à divulguer à qui que ce soit, sauf cas spéciaux, le nom de l'expéditeur d'une lettre recommandée avec AR.

Dans le cas présent, si l'agent de ces services a usé de zèle pour satisfaire un client connu de par sa notoriété, il ne se doute pas que son comportement peut avoir des conséquences graves, dans les deux sens, expéditeur et destinataire.

En effet si l'expéditeur adresse un courrier recommandé avec AR, c'est qu'il en juge la nécessité d'être assuré que ce courrier arrivera à destination, peu importe le motif.

Donc l'agent de ces services pourrait, éventuellement, être impliqué pour détournement du cours d'une petite histoire certes banale, mais d'une histoire tout de même…

 

Bonsoir,

 

S'il s'agit d'un congé donné à un locataire à l'échéance de son bail, le congé ne sera pas donné si le RAR n'est pas retiré. Il faut au plus vite et dans les délais légaux renouveler le congé par l'intermédiaire d'un huissier.

Pour tous les autres motifs, le RAR est juridiquement considéré distribué à la date de présentation par les services postaux. S'il n'est pas retiré, il faut que l'expéditeur conserve SANS L'OUVRIR le courrier en retour.

Cordialement.

 

Bonjour Yooyoo,

 

Il ne s'agit pas d'un congé concernant un bail d'habitation.

Mais, si vous dites que la LRAR est juridiquement considérée dès sa présentation et ce même en l'absence du destinataire, LRAR exprimant un délai d'un certain nombre de jours, soit une mise en demeure, je ne dois donc pas tenir compte du délai de deux semaines proposé par les services de la poste, lequel délai permettant au destinataire de récupérer ce courrier lui étant destiné.

Donc qu'il y délai ou pas, à se déplacer vers la poste pour y retirer le courrier destiné, importe peu finalement…

 

---------- Message ajouté à 10h23 ---------- Précédent message à 10h18 ----------

 

J'oubliais !

Bien évidemment, lors du retour à l'expéditeur de la LRAR non réclamée, il ne faut jamais l'ouvrir !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Tobias,

 

Tout à fait exact !

Tout bien réfléchi, le fait que le destinataire de la LRAR n'aille pas récupérer ce courrier, toutefois important même très important, peut porter argument supplémentaire à l'expéditeur à l'encontre du destinataire qui risque de devenir l'adversaire devant une juridiction...

Dans le fond, si l'expéditeur de cette LRAR, connaissait l'auteur du zèle, je crois qu'il lui payera un pot !

Mais s'il doit y avoir, "avant la bagarre juridique", à nouveau nécessité d'adresser à ce même destinataire un courrier recommandé, je pense que je lui conseillerai d'adresser plutôt un pli recommandé !!

Deux précautions valant mieux qu'une ! ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Oui, normalement les agents de ces services ne sont pas habilités à divulguer à qui que ce soit, sauf cas spéciaux, le nom de l'expéditeur d'une lettre recommandée avec AR.

Dans le cas présent, si l'agent de ces services a usé de zèle pour satisfaire un client connu de par sa notoriété, il ne se doute pas que son comportement peut avoir des conséquences graves, dans les deux sens, expéditeur et destinataire.

En effet si l'expéditeur adresse un courrier recommandé avec AR, c'est qu'il en juge la nécessité d'être assuré que ce courrier arrivera à destination, peu importe le motif.

Donc l'agent de ces services pourrait, éventuellement, être impliqué pour détournement du cours d'une petite histoire certes banale, mais d'une histoire tout de même…

 

 

Le cours de l'histoire serait détourné aussi dans le scénario suivant :

 

Un postier est destinataire du courrier. Il apprend dans l'exercice correct de son métier

qui est l'expéditeur. Il ne le divulgue à personne. Mais du coup il ne va pas chercher son

recommandé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dans le cas présent, mise en demeure avant action judiciaire, peu importe que le destinataire aille chercher ou non la LRAR. La mise en demeure est considérée comme remise et vous pouvez passer au stade suivant de la procédure dès le délai donné dans la mise en demeure écoulé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a à boire et à manger.

Pour le plus récent post, celui de Lago, il est de bon augure...

Pour ce qui est de l'agent distributeur qui pourrait être poursuivi pour détournement... il y a un manque certain de connaissance de la part de celui qui émet ces propos.

Il s'agit du secret professionnel, en vertu du du règlement postal, et non d'une loi!

Donc, cela relèverait d'une faute professionnel... mais encore faut-il le prouver, et la charge de la preuve revenant à celui qui porte les accusations, cela risque fort de lui être mission impossible.

 

Cela étant, comme ça a été précédemment dit, sauf rapport bailleur/locataire, où dans ce cas il faut suivre ce que nous dit lago ci-dessus, sinon, tout courrier recoAR est réputé distribué à sa première présentation (sous entend par là, si le destinataire est absent le jour de la présentation du recoAR).

D'autre part, tout courrier recoAR réputé distribué ou distribué, son destinataire est réputé avoir pris connaissance du contenu du dit courrier... même en cas de retour à l'expéditeur dans le cadre d'une mise en instance non réclamée au bout de deux semaines, où dans ce cas, il faut conserver soigneusement ledit courrier, ne pas l'ouvrir (ceci est important et impératif).

 

Cela étant. Toute prétention du droit d'indication de n'importe quel expéditeur, ou adresse d'expédition, sous l'excuse que vous pouvez suivre ledit courrier recoAR via internet, et prouver qu'il a bien été distribué en imprimant le traçage numérique est totalement faux.

Seul un traçage postal, établi par la société postal à force de preuve.

Le fait de tromper sciemment est illégal. Cela vaut également pour l'indication d'un faux expéditeur. Cela aurait fort risque de se retourner contre-vous.

 

Maintenant, il faut savoir que le courrier recoAR à une valeur légale, ou juridique si vous préférez. Dès lors qu'on refuse un tel courrier, ou qu'on ne va pas le chercher, on ne démontre pas sa bonne foi, et sa volonté de résoudre une situation donnée, et cela peut peser lourdement devant un tribunal.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bjr,

à lire vos différents messages je reste dubitatif.

en effet l'article 669 du code de procédure civile indique:

"la date de réception d'une notification faite par LRAR est celle qui est apposée par l'administration des postes lors de la remise de la lettre à son destinataire"

à contrario cela signifie qu'en l'absence de remise de la lettre à son destinataire la réception de la lettre ne peut être prouvée.

à mon avis l'utilisation d'un huissier même si cela est cher reste pour moi la solution la plus fiable.

cdt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le cours de l'histoire serait détourné aussi dans le scénario suivant :

 

Un postier est destinataire du courrier. Il apprend dans l'exercice correct de son métier qui est l'expéditeur. Il ne le divulgue à personne. Mais du coup il ne va pas chercher son recommandé.

 

Bonjour Nikola,

 

Judicieux ! :D

Idem pour le douanier exerçant quelque part dans les Pyrénées Orientales, qui lors du passage aux douanes, en profite pour faire le "plein" !

Idem pour d'autres professions ! Ainsi va donc la vie ! ;)

 

Mais..., si le postier exerçant correctement, ne va pas chercher la LRAR qui lui est destinée, il s'expose beaucoup plus que les "autres"..., car sensé connaître les lois du Code de la Poste.

 

Lequel Code de la Poste, doit se conformer quelque part, je ne sais où, à un autre Code de Loi, ce dernier ayant très certainement un autre "poids" !

 

 

Dans le cas présent, mise en demeure avant action judiciaire, peu importe que le destinataire aille chercher ou non la LRAR. La mise en demeure est considérée comme remise et vous pouvez passer au stade suivant de la procédure dès le délai donné dans la mise en demeure écoulé.

 

Bonjour LagO,

 

Oui, c'est inscrit quelque part dans la Loi.

Mais…, le destinataire…, sait-il si l'expéditeur de la LRAC lui a imposé, ou proposé, une mise en demeure sous dizaine, puisque c'est le cas ?

Il est possible que le destinataire, dans le cas de sa connaissance de la qualité et nom de l'expéditeur, puisse ne pas imaginer que justement, cette LRAC fait état d'une mise en demeure…

A mon avis, puisque la lettre recommandée + AR devient, et par la force de l'habitude, devient donc un moyen, sinon un outil juridique pour faire valoir ses droits, il serait intéressant que l'avis de passage du facteur, dans le cas d'absence du destinataire, puisse porter la mention "Mise en demeure"..à condition bien évidemment que l'enveloppe porte cette même mention, cela va de soi !

Enfin, je le pense ainsi !

 

Bonjour Olivier,

 

Pour ce qui est de l'agent distributeur qui pourrait être poursuivi pour détournement... il y a un manque certain de connaissance de la part de celui qui émet ces propos.

Il s'agit du secret professionnel, en vertu du règlement postal, et non d'une loi!

 

Il ne s'agit pas d'un manque certain de connaissance, mais plutôt d'une certaine expérience qui me permet justement de différencier Lois et Règlements, mais pour faire court…...ne jouons pas sur les mots, nous ne sommes pas devant un Juge de Fond.

Il s'agit bien entendu d'une entorse au secret professionnel en vertu d'un règlement et non d'une infraction à une Loi.

 

Donc, cela relèverait d'une faute professionnel... mais encore faut-il le prouver, et la charge de la preuve revenant à celui qui porte les accusations, cela risque fort de lui être mission impossible.

 

Il faut effectivement le prouver. Mais comment agir ?

Pour une petite histoire banale, mais une histoire toutefois, l'expéditeur ne va pas faire ou faire exécuter des investigations pour découvrir quel ou quelle est le personnel qui négligemment devient, par conséquent, complice de ce que l'on pourrait nommer "erreur" mais non erreur fatale !

 

Cordialement.

 

---------- Message ajouté à 15h03 ---------- Précédent message à 14h55 ----------

 

A mon avis, puisque la lettre recommandée + AR devient, et par la force de l'habitude, devient donc un moyen, sinon un outil juridique pour faire valoir ses droits, il serait intéressant que l'avis de passage du facteur, dans le cas d'absence du destinataire, puisse porter la mention "Mise en demeure"..à condition bien évidemment que l'enveloppe porte cette même mention, cela va de soi !

Enfin, je le pense ainsi !

 

Niet ! Ce serait permettre toutes les fantaisies possibles et imaginables !:mad:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le comment, il n'est pas de mes compétences d'en chercher des propositions.

Je réponds juridiquement, après...

 

Somme toute, il me semble qu'on s'égare avec le fait que le destinataire ait eu connaissance de l'expéditeur...

Je m'explique:

 

Bonsoir,

 

Lors de l'envoi d'une lettre recommandé avec AR, le facteur, à défaut de remettre la dite lettre au destinataire puisqu'absent ce jour là, laisse donc un avis de passage invitant l'intéressé à venir réclamer cette lettre dans un délai de deux semaines.

 

Or l'intéressé ne va pas chercher ce courrier car sachant de qui il émane.

 

Question :

 

Les services postaux, ont-ils le droit de renseigner le destinataire sur l'origine de l'expéditeur ?

 

Si la personne n'est pas là lors de la présentation du dit pli.

Et qu'un avis de passage lui a été laissé dans sa boite aux lettre...

 

Or un avis de passage contient:

 

nom et adresse du destinataire, date de présentation pour remise d'un objet décrit ci-après

Type du pli avec une coche dans une case déterminant qu'il s'agit d'un courrier (éventuellement en fonction de la vieillesse de l'avis de passage: si il est reco ou non)

motif de non remise du pli

date, et heure à partir de quand le pli sera disponible à être récupéré.

 

Au dos de cet avis de passage (cela peut varier en fonction de la vieillesse du document, mais globalement c'est ceci:), il a

L'indication du bureau de poste où aller chercher le pli

l'adresse du dit bureau de poste

numéro de tel

 

JE NE VOIS PAS COMMENT IL POURRAIT Y AVOIR DIVULGATION DU SECRET PROFESSIONNEL LÀ DEDANS!!

 

Comment le destinataire aurait-il pu être informé de l'expéditeur alors qu'il était absent au moment de la présentation du pli, et qu'un avis de passage lui à été donné?

 

Il faut qu'on m'explique...

Car toujours remettre tout sur le dos des postiers et de la société postale, au bout d'un moment, ça va bien hein:confused:

 

Là ce n'est ni logique, ni compréhensible, ni possible.

 

Donc, avant d'accuser, j'aimerais qu'on m'explique deux secondes, afin de mieux appréhender le tout...:p

 

---------- Message ajouté à 15h18 ---------- Précédent message à 15h11 ----------

 

Oups pardon, j'avais oublié que les nouveaux AR contiennent un avis de passage...

 

Je reprends.. car en en ayant un sous les yeux tout beau tout neuf:

il y a :

destinataire

bureau de poste

adresse

motif de non distribution

date à partir de quand il est possible de retirer le pli, et à parti de quelle heure

 

Et au dos, il s'agit d'une procuration dans le cas où vous ne pouvez vous déplacer... .

 

Cela étant... ça n'enlève rien à mon incompréhension...^^

avis de passage recoAR.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il faut qu'on m'explique...

Car toujours remettre tout sur le dos des postiers et de la société postale, au bout d'un moment, ça va bien hein:confused:

 

 

c'est tres simple, venez chez moi et vous comprendrez

 

mon fils joue au foot avec le facteur la guichetière est la soeur d'un ami.

dans les petits villages tout le monde connait tout le monde, je ne vais jamais chercher un pli recommandé avec une pièce d'identité, et je demande a chaque fois ( avec succès)de voir qui envoie la lettre

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Patoupaco, oui je sais, vous savez que je sais, mais là, dans le cas présent, il y a absence chez le destinataire.

Ledit destinataire ne rencontre pas ledit facteur lorsque ce dernier arrive pour le lui remettre...

Le recoAR est en instance au centre courrier (plus ou quasiment plus au bureau de la banque du nom de la sté postale), il n'est pas récupéré (donc ne prend pas non plus connaissance de l'expéditeur), et est retourné naturellement à son expéditeur.

 

Les guichetiers sont sous surveillance constante de caméras de sécurité (visibles ou non)

 

en la matière, c'est donc que le destinataire dont parle Michel D'oc, sait déjà qui lui envoi, probablement parce qu'il n'y a qu'une personne dont il sait qu'il risque fort de prendre contacte par recoAR...^^

 

Quoi qu'il en soit, sans preuve...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

JE NE VOIS PAS COMMENT IL POURRAIT Y AVOIR DIVULGATION DU SECRET PROFESSIONNEL LÀ DEDANS!!

 

Comment le destinataire aurait-il pu être informé de l'expéditeur alors qu'il était absent au moment de la présentation du pli, et qu'un avis de passage lui à été donné?

 

Il faut qu'on m'explique...

Car toujours remettre tout sur le dos des postiers et de la société postale, au bout d'un moment, ça va bien hein:confused:

 

Là ce n'est ni logique, ni compréhensible, ni possible.

 

Donc, avant d'accuser, j'aimerais qu'on m'explique deux secondes, afin de mieux appréhender le tout...:p

 

Olivier, personne ici dans ce fil n'a preuve de la nature du fil de cette discussion, personne n'accuse, mais...

 

Bonjour,

 

Excusez moi tout d'abord si je ne post pas ce message dans la bonne rubrique.

 

Voici ma question :

 

J'ai recu un avis de passage pour une lettre recommandee.

 

J'ai apeller[les services postaux] pour connaitre le nom de l'expediteur.

 

Il se trouve que c'est un nom que je ne connais absolument pas.

 

Est ce que je peux aller recuperer la lettre, l'ouvrir et la lire pour en connaitre se contenue devant le buraliste et la refuser ?

 

Merci

 

 

http://www.net-iris.fr/forum-juridique/rapports-a-societe/92899-lettre-recommandee.html

 

Alors forcément, on se pose des questions ! :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bjr,

à lire vos différents messages je reste dubitatif.

en effet l'article 669 du code de procédure civile indique:

"la date de réception d'une notification faite par LRAR est celle qui est apposée par l'administration des postes lors de la remise de la lettre à son destinataire"

à contrario cela signifie qu'en l'absence de remise de la lettre à son destinataire la réception de la lettre ne peut être prouvée.

à mon avis l'utilisation d'un huissier même si cela est cher reste pour moi la solution la plus fiable.

cdt

Vous êtes le destinataire d'une lettre recommandéefleche.gif Une lettre recommandée n'est pas un courrier ordinaire. Il peut créer des effets juridiques. Il convient donc de ne pas refuser un recommandé qui vous est adressé ou d'aller le réclamer le plus rapidement possible à votre bureau de poste si vous étiez absent lors de sa présentation.

Si vous êtes absent lors de la présentation d'une lettre recommandée à votre domicile, le facteur déposera dans votre boîte aux lettres un avis de passage vous invitant à la retirer dans un délai de 7 jours.

alert.gifLa lettre recommandée est présumée délivrée à la date de sa première présentation au domicile du destinataire et non au jour où elle a été retirée au bureau de poste.

Une exception : en matière de baux d'habitation, la Cour de cassation a considéré que le congé est valide et ne commence à courir que lorsque le destinataire l'a reçu en main propre.

Si vous refusez une lettre recommandée qui vous est adressée ou si vous n'allez pas la réclamée, vous prenez le risque de vous pénaliser.

 

  • La lettre sera retournée à son expéditeur avec la mention, selon le cas, "refusée" ou "non réclamée". L'expéditeur aura, en plus de la preuve de son envoi, une présomption de votre négligence.

 

  • Vous ne saurez pas ce qu'elle contient et légalement, vous êtes réputé l'avoir reçue.

alert.gif Les effets légaux de la lettre recomandée commencent à courir au jour de la première présentation qu'elle fut délivrée ou non en main propre.

 

Envoyer un courrier en lettre recommandée - vos litiges

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

[quote=Olivier017;1004627

 

 

Les guichetiers sont sous surveillance constante de caméras de sécurité (visibles ou non)

 

 

et vous savez aussi que les enregistrements ne sont pas gardés longtemps donc passés le délai de 15 jours, a partir du moment ou les reclamations peuvent être faite, il y a longtemps que les enregistrements sont effacés

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Autant pour moi alors Michel D'oc.. mais vous remarquerez que c'est votre post que j'ai quoté, et auquel j'ai répondu...:o

 

Là le buraliste (? :eek: si c'est bien un bureau de tabac qui remplace le bureau postal ou le centre courrier, et est donc chargé de service public...), ce dernier à commis une faute qui pourrait peser gravement sur lui.

Contrairement à la société postale il ne bénéficie pas (dans les faits) des mêmes protections que la société postale, qui même en ayant changée de statut déclaré (SA en lieu et place de société d'Etat) reste toujours sous sin régime protecteur de société publique (ETAT).

 

Il faudrait donc rechercher vers la divulgation d'informations à caractères confidentielles.

 

Mais la charge de la preuve reste intacte.

 

---------- Message ajouté à 16h14 ---------- Précédent message à 16h05 ----------

 

et vous savez aussi que les enregistrements ne sont pas gardés longtemps donc passés le délai de 15 jours, a partir du moment ou les reclamations peuvent être faite, il y a longtemps que les enregistrements sont effacés

 

Un mois, pas 15 jours... c'est toujours 15 jrs de plus ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et vous savez aussi que les enregistrements ne sont pas gardés longtemps donc passés le délai de 15 jours, a partir du moment ou les reclamations peuvent être faite, il y a longtemps que les enregistrements sont effacés

 

L'AR sans signature n'a aucune valeur.

Il faut aller à la Poste avec l'AR non signé, après recherche auprès du bureau distributeur et vérification de la signature sur la preuve de distribution une attestation indiquant le jour de distribution te sera envoyé et aura la même valeur que l'AR…..

…..

La lettre recommandée est un service sérieux, il peut arriver hélas que la signature soit absente mais cet incident peut être vite réparé.

La POSTE se doit de conserver les preuves de distributions 2 ans.

Salut

Un postier consciencieux.

Pas si rare que vous semblez le croire.

Salut.

 

Ce n'est pas moi qui le dis !

Et toc ! :D

J'adore ce forum, mais là, je m'excuse je vais faire un tour dans le Loir et Cher, près de la forêt de Chambord....

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas moi qui le dis !

Et toc ! :D

J'adore ce forum, mais là, je m'excuse je vais faire un tour dans le Loir et Cher, près de la forêt de Chambord....

Rien compris là ???

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas moi qui le dis !

Et toc ! :D

J'adore ce forum, mais là, je m'excuse je vais faire un tour dans le Loir et Cher, près de la forêt de Chambord....

 

 

Heu... oui, et alors?

Qu'entendez-vous par là?

 

Je suis comme Lag0 et ne comprends pas le fondement de votre post (dont l'origine des informations est plus que douteux... trouvez la même information sur le site de la sté postale, et là je prends... m'ai n'enlève rien au fait de la non compréhension de votre réponse.... personne n'a jamais dit que la sté postale ne concervait pas trace des preuves de distribution...?!?:mellow:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Heu... oui, et alors?

Qu'entendez-vous par là?

Je suis comme Lag0 et ne comprends pas le fondement de votre post (dont l'origine des informations est plus que douteux...

 

Si l'origine de ces informations vous paraît plus que douteuse, je suis désolé, mais je l'ai "pesquée" sur ce forum.

D'une part !

 

 

D'autre part, vous dites :

personne n'a jamais dit que la sté postale ne concervait pas trace des preuves de distribution...?!?:mellow:)

 

Alors que :

 

quand il n'y a pas de problème( cambriolage etc..) les enregistrements ne sont pas conservés du tout

 

Je vous sens bien susceptible Olivier !

Bonne fin de soirée, je retourne dans la forêt de Chambord !

 

En ce qui me concerne, le sujet que j'ai posté, soit :

 

"Refus de récupérer une LRAR, car connaissant l'expéditeur"

 

…est résolu !

 

Merci pour vos contributions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...