Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Defiscalisation en statut LMNP


Hecate S

Messages recommandés

Bonjour,

 

Ma question concerne la location ( revenus locatifs) mais principalement la fiscalité de cette location, c'est pourquoi je pense qu'il vaut mieux que j'affiche ma question dans la rubrique "fiscalité".

 

Ma question est la suivante: sachant que pour être en "LMNP" ( loueur en meublé non professionnel) il faut avoir un revenu locatif inférieur ou égal à 23.000€/an OU ( ou bien "et": rien n'est vraiment clair là-dessus) que ces revenus ne dépassent pas 50% des revenus globaux,

j'aimerai savoir si avec des revenus locatifs supérieur à 23.000€ et qui représentent plus de 50% des revenus globaux, on peut tout de même rester en LMNP, ou bien si l'on est obligé de passer en LMP ( loueur meublé professionnel).

 

 

Merci d'avance pour vos réponses et vos lumières, car en parcourant de nombreux blogs, il n'y à jamais de réponses précises.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 11
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour Veronik,

 

Un grand merci pour votre réponse si rapide !

Auriez-vous par hasard le texte juridique ( ou le lien où je peux trouver ce texte) qui mentionnerait ces détails ?

 

J'ai une dernière petite question: faut-il remplir les deux conditions ( 23.000€ "et" ou bien "ou" pas plus de 50% des revenus globaux) ou bien une seule suffit.

Cela change aussi la donne.

 

Encore merci pour vos réponses.

Hecate S

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

j'aimerai savoir si avec des revenus locatifs supérieur à 23.000€ et qui représentent plus de 50% des revenus globaux, on peut tout de même rester en LMNP, ou bien si l'on est obligé de passer en LMP ( loueur meublé professionnel).
C'est une question de fiscalité professionnelle, même pous un LMNP.

Depuis 2009, les recettes de location meublée doivent être supérieurs aux revenus autres que patrimoniaux (foncier et revenus de capitaux mobiliers) pour permettre l'accès au statut de LMP. La loi de finance 2009 est sans ambiguité sur le sujet.

 

Par contre, pour être LMP, il faut en plus être enregistré auprès d"une chambre consulaire (en général celle du commerce, mais depuis la loi de finace 2009, celle des metiers ne peut plus être exclue) Toutefois, en cas de refus d'inscription par la chambre du commerce, et sur présentation de ce refus, les impôts ne peuvent pas vous refuser le statut de LMP. C'est donc le contraire.

 

Chaque fois que vous cotisez à la sécu pour d'autres revenus, un revenu, normalement professionnel, peut être déclaré en tant que revenu non professionnel. Vous devez cependant respecter toutes les obligations d'une professionnel face à vos clients.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup Maria C pour cette réponse bien précise.

 

Je peux donc rester en statut LMNP ( car c'est ce que j'aimerai) avec des revenus locatifs supérieur à 23.000€ (même si je passe tout juste la barre) et que ceux-ci représentent plus de 50% de mes revenus. C'est bien cela ?

 

Et j'essaie toujours de trouver l'article juridique qui stipule que le plafond des revenus en LMNP est de 78.000€, sauriez-vous où je peux le trouver ?

 

Un grand merci pour vos réponses et votre "savoir" en la matière : c'est vraiment bien utile!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De toute façon, si vos revenus provenant de l'activité de location meublés, même s'ils dépassent 23.000 euros sont inférieurs à vos revenus professionnels (salaires, BNC, autres BIC,...) vous ne pouvez pas prétendre au statut LMP.

 

Vous serez donc de facto LMNP

 

Ps : Pour moi la limite de 76.300 euros est relative à l'application du micro BIC non ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci beaucoup pour cette information!

Je dois avouer que cela me laisse perplexe, puisque dans un poste précédent on parle d'un plafond de 78.000€.

Mais, ici, on peut s'appuyer sur un texte juridique et je vous en remercie.

 

Un point m'intrigue pourtant, ce sont les lignes suivantes:

 

à l'exclusion de la location directe ou indirecte de locaux d'habitation meublés ou destinés à être loués meublés, autres que ceux mentionnés aux 1° à 3° du III de l'article 1407, ou 32 100 euros (1) hors taxes s'il s'agit d'autres entreprises, sont soumises au régime défini au présent article pour l'imposition de leurs bénéfices.

s'agit-il donc ici de location meublée ? ce n'est pas mentionné.

Lorsque l'activité d'une entreprise se rattache aux deux catégories définies au premier alinéa, le régime défini au présent article n'est applicable que si son chiffre d'affaires hors taxes global annuel n'excède pas 80 300 euros (1) et si le chiffre d'affaires hors taxes annuel afférent aux activités de la 2e catégorie ne dépasse pas 32 100 euros (1). Je ne vois pas bien de quelle 2d catégorie il s'agit: font ils allusions à la location meublée ? le texte n'est pas trés clair.

 

Décidemment, cela est vraiment compliqué, je ne sais même pas si un fiscaliste peut s'y retrouver.

 

Quoi qu'il en soit, merci beaucoup pour votre aide.

Excellente journée!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cet article du CGI ne concerne pas que la location meublée, mais n'importe quelle activité exerçable en micro entreprise ou autoentrepreneur. Ou l'art de dire en trois lignes ce qui nécessite un commentaire d'au minimum 100 pages :)

Un point m'intrigue pourtant, ce sont les lignes suivantes:

 

à l'exclusion de la location directe ou indirecte de locaux d'habitation meublés ou destinés à être loués meublés, autres que ceux mentionnés aux 1° à 3° du III de l'article 1407.

Pour la limite de 80 100€, il s'agit de la location meublée parahotelière. Elle concerne essentiellement les résidences éstudiantine, estivales et les maisons de retraites.

Pour être en parahotelier il faut offrir au moins trois des quatre prestations suivantes (ce qui ne veut pas dire que le locataire veuille en user)

- accueil sur place

- fourniture de petit déjeuner

- fourniture de drap

- personnel de ménage

La location meublée sans fourniture au moins de 3 prestations, la limite du régime micro est de 32.100

Lorsque l'activité d'une entreprise se rattache aux deux catégories définies au premier alinéa, le régime défini au présent article n'est applicable que si son chiffre d'affaires hors taxes global annuel n'excède pas 80 300 euros (1) et si le chiffre d'affaires hors taxes annuel afférent aux activités de la 2e catégorie ne dépasse pas 32 100 euros (1). Je ne vois pas bien de quelle 2d catégorie il s'agit: font ils allusions à la location meublée ? le texte n'est pas trés clair.
Là, cela peut effectivement concerner aussi en partie une activité de location meublée, mais on va prendre un autre exemple.

Le cas le plus classique va être le plombier installateur de machine à laver. L'activité de plomberie est de la prestation de services, l'activité de vente des machine qu'il installe est une activité de vente. Il ne devra donc pas dépasser 32 100 pour l'installation des machines et pourra avoir un chiffre d'affaire global de 80 300€. Exemple, 25.000 en prestation de service et 55.000 en vente.

Par contre, le prof de musqiue des vend des flutes à bec n'ajoute pas une activité annexe à son activité libérale. Pour rentre dans le cadre des avantages du régime micro, il ne devra donc pas dépasser 32.100€.

Bref, si vous avez une hésitation et n'êtes pas bien sûr de vous, vous allez demander à votre service des impôts.

 

Décidemment, cela est vraiment compliqué, je ne sais même pas si un fiscaliste peut s'y retrouver.!
N'exagérons pas, ça reste encore assez simple...

A noter que, de toutes façons, depuis 2009, il faut se poser la question de savoir si la location meublée n'est pas plus intéressante en déclaration réelle qu'au régime micro:cool:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Alors, ça, ça s'appelle de l'explication Maria C!

Et un grand merci pour votre demonstration, voilà une réponse complète!

 

Mais en fait, je pensez déjà au régime réel simplifié....est-ce que dans ce cas là, les 23.000€ peuvent être dépassé tout en restant en LMNP ?

 

Bon, si je n'ai plus de réponses je comprendrai, déjà bien des experts de ce forum ce sont penchés sur mon cas, et je les en remercie grandement!

 

Une Hecate S reconnaissante!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par catox123
      Bonjour, l'échéance pour envoyer la déclaration d'impot approche et j'avoue que compte tenu de ma situation je suis un peu dans le flou quant à comment remplir cette déclaration!:sad:
      Voici mon cas: je suis masseur kinésithérapeute libéral, j'ai moins de 26 ans.
      En 2010 mon chiffre d'affaire s'élève a 29000 euros (donc régime micro BNC qui me permet un abattement fiscal de 40%?), de plus jusqu'en juin 2010 j'étais inscrite a l'université en tant quétudiante (donc 3*SMIC d'abatement?). Jusque la, ai-je raison? Ai-je le droit de cumuler ces 2 abatements?
      L'autre question est: comment dois je déclarer mes revenus:
      (29000-4000)*0,6=15000euros
      ou (29000*0,6)-4000=13400euros
       
      Merci beaucoup d'avance pour votre aide.:)
    • Par René De Provence
      Bonjour,
      je fais partie d'une petite association qui, sur un plan très local, quelques communes environ 5000 habitants, s'occupe de chats, proncipalement harets (sauvages), abandonnnés, etc...avec un budget à la mesure (env 9000€ annuels)
      Une personns de mes connaissances voudrait nous "coucher" sur son testament, c'est à dire en fait nous léguer une somme de son choix à son décès.
      Le problème est que nous sommes trop petits pour être d'utilité publique, nous pouvons recevoir des dons, mais pas de legs, à moins de payer des droits de succession importants.
      Un notaire consulté ne semblait pas être bien au courant.
      J'avais entendu dire que ces legs étaient possibles à travers la Fondation de France, mais un premier contact avec celle-ci m'a fait comprendre clairement qu'elle ne le ferait que si un leg substantiel ( bien sûr plus important) lui était fait en même temps... charité intéressée!
      Question donc: y-a-t-il d'autres moyens, d'autres Associations ou associations moins gourmandes. 30 Millions d'amis, consulté, ne peut pas.
      Je conçois tout à fait qu'il faille pour la collectivité s'assurer que l'Association bénéficiaire existe et remplit bien une mission d'intérêt général, ...
      Merci à ceux qui pourront me donner des pistes ou des infos.
      René de Provence (PS il pleut)
    • Par SuperBatman
      Bonjour,
       
      Alors voilà, cela fait maintenant quelques années que je travaille et je suis déclaré chez mes parents (mon adresse officielle, celle qui est connue de mon employeur, du service des impôts, etc.). Avant que je ne commence à avoir des revenus, on ne payait pas de taxe d'habitation (revenus trop faibles) mais à cause de mes nouveaux revenus, on la paie. Que se passe-t-il donc si je demande à un ami de m'héberger à titre gratuit dans un studio dont il est locataire ? Quelle taxe d'habitation vais-je devoir payer ?
       
      Merci pour vos réponses
    • Par galupo
      Bonjour,
       
      Je suis résident en Espagne depuis 2010 et dois déclarer mes revenus en Espagne avant le 30 juin 2011. Tous mes revenus proviennent d'une activité non salariée en France et sont donc imposé aussi en France. Je dois ainsi aussi déclarer ces revenus en France avant le 30/06.
       
      Je vais donc déduire l'impôt français payé en France sur ma déclaration espagnole. Je crois comprendre que je vais recevoir l'avis d'imposition en France fin 2011. Or, j'en ai besoin avant fin juin 2011 pour réaliser ma déclaration espagnole. Est-ce quelqu'un sait comment il faut procéder ? Comment ça se passe ce genre de situation dans les faits ?
    • Par Pascalc77
      Bonjour,
       
      Tout est dans le titre mais j'explicite un peu ma question :p
       
      Pourriez-vous m'indiquer les critères du fisc français pour déterminer le domicile fiscal d'un contribuable ?
       
      En l'occurrence, mes parents sont partis s'installer à l'étranger sans faire la moindre déclaration administrative en France.
       
      Mes parents sont propriétaires de leur ancien domicile principal et d'un appartement loué en France, ainsi que d'un appartement à l'étranger.
       
      Nous avons découvert, dans le cadre du règlement de la succession d'un de mes parents, que la valeurs des biens en France les rendaient théoriquement redevables de l'ISF.
       
      Compte tenu de leur lieu de résidence au moment du décès, quelle règle s'applique ?
       
      Dans l'attente de votre réponse,
      Cordialement.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...