Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Démission exigée


Messages recommandés

Bonjour,

Je suis employée Vrp salariée depuis début novembre. Aujourd’hui mon responsable régional me presse officieusement par le biais de la DRH, de quitter mon emploi, sans quoi je m’expose à un licenciement,

Le tort que j’ai, c’est de ne pas remplir les objectifs de vente contractuels.

 

Pour la même raison, une de mes collègue d’un autre point de vente, a été licenciée il y a peu, avec mise à pied immédiate. J’ignore le motif officiel du licenciement.

 

Depuis 4 mois, j’ai vu le nombre de mes clients baisser de façon alarmante. Les clients du point de vente sont répartis par mon chef, entre lui et moi.

La direction commerciale régionale (fils du responsable régional) n’a jamais réagit face a ce manque de clients, pas plus qu’à mes demandes de mailings de prospection.

 

Cette semaine, j’ai demandé quelques jours de congés, afin de me consacrer à la recherche d’un nouvel emploi; Des jours « offerts » m’ont été proposés, toujours verbalement, ainsi que le paiement d’un mois de préavis au lieu de 15 jours, à condition que je donne ma démission semaine 35 (la semaine prochaine), sinon, ce sera le licenciement.

 

Lundi, j’ai rendez vous avec la DRH régionale ; je pense qu’elle va exiger ma démission sur le champ et que si je refuse de la lui donner, je pense que, comme pour ma collègue, elle va me notifier une mise à pied immédiate.

J’avais pensé informer la direction nationale de ces pratiques, mais sans que je parle de cette intention, mon chef m’a averti à demi mots que ce ne serait pas une bonne idée…

Pour info, c'est sa fille de 19 ans qui va me remplacer. Elle m'a elle même annoncée son arrivée pour septembre, il y a... 4 mois.

 

J’appréhende, car je n’ai pas vraiment les moyens de me permettre de rester sans salaire.

 

La direction peut elle me licencier pour faute avec mise à pied conservatoire par rapport à mon manque de résultats ?

 

Dois je considérer ce rendez vous comme un entretien préalable ? Puis je me faire accompagner, et par qui ? Dois je contacter l’inspection du travail ou écrire au siège social malgré la menace déguisée de mon chef?

Le statut de VRP est tellement particulier et méconnu que je trouve peu d’info sur le net.

 

Merci de vos réponses!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 14
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

Bien que ma spécialité ne soit pas le Droit du travail, je peux, à partir de l'exposé de votre situation actuelle, vous conseiller de ne surtout pas démissionner car vous perdriez notamment le bénéfice de l'ARE (chomage), les indemnités de licenciement, de préavis... Toutes pressions visant à vous forcer à démissionner sont prescrites par la loi (assimilable à du harcelement) mais c'est difficile à démontrer (je ne pense pas que votre employeur fasse la "bétise" de vous demander cela par écrit). Il est fort probable que l'entretien prévu consiste à obtenir votre démission ou à négocier votre départ (ne rien signer et être fort).

Au niveau juridique, il ne s'agit pas d'un entretien préalable à licenciement car vous devez en être averti de façon précise par LRAR.

Lors de l'entretien préalable à licenciement, il y a possibilité de se faire accompagner (la LRAR doit même le préciser obligatoirement)

Concernant les objectifs que vous n'avait pas rempli, cela peut consister un motif de licenciement (insuffisance de résultats). Ce genre de sanctions est très fréquent dans le domaine commercial car facilement démontrable par l'employeur mais en aucun cas cela pourrait justifier une mise à pied.

Quelques questions sur vos objectifs : étaient-ils réalisables compte tenu de ceux de l'année passée, de ceux alloués aux autres VRP salariés, de la tendance de marché... ? est-ce la réaffectation des clienst entre votre responsable et vous même est la cause de la non atteinte de ces résultats ? Quelle est votre analyse de vos performances ?

Comment s'est faite l'annonce de l'arrivée de votre "remplacante" ?

Si à son arrivée, elle récupère tout ou partie de vos clients, il y a clairement mise à l'écart (sauf à vous proposez d'autres fonctions ou portefeuilles mais il faut avant cela votre accord écrit).

Gardez toutes pièces utiles chez vous (emails, courriers...) (il vaut mieux en avoir trop que pas assez)

Enfin, rien de vous interdit de demander un RV à l'inspection du travail (sans le dire à votre employeur après peut être s'il s'agit de négocier un départ).

 

Bonne chance pour lundi

 

Cordialement,

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas un entretien préalable - car celui-ci obéit à un formalisme précis et le terme "entretien préalable" doit figurer dans la convocation, ainsi que le droit de vous faire accompagner par un représentant du personnel. Voir ici formalisme du licenciement

 

D'après la situation que vous décrivez, votre employeur veut que vous partiez. Dans ce cas qu'il prenne ses responsabilités, mais ce n'est certainement pas à vous de présenter "librement" votre démission car cela vous priverait de toute allocation de chômage.

 

Surtout lundi ne vous engagez à rien, ne signez rien !

 

SI votre employeur insiste pour que vous partiez et que vous êtes d'accord pour partir (ce qui semble être le cas), proposez-lui une "rupture conventionnelle" - vous toucherez vos indemnités de rupture et conserverez vos droits à l'indemnisation chômage.

 

Bon courage, et revenez ici lundi suite à l'entretien. D'autres intervenants pourront vous aider selon la situation.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci de vos réponses!

 

Pour répondre à vos questions, débutante dans ce secteur d'activité, considérée comme vendeuse "junior", les objectifs sans êtres disproportionnés, sont difficilement atteignables; Sur d'autres points de vente, des vendeurs confirmés ne les atteignent pas, mais mon chef si. D'autres enseignes connaissent la même difficulté également, le marché est tendu.

 

Concernant l'analyse de mes "performances", durant la semaine de formation dont j'ai bénéficié à mon entrée dans l'entreprise, l'intervenant nous a indiqué qu'il fallait 16 contacts pour 1 vente. Aujourd'hui, ma moyenne est de 16 contacts utilisés pour 1 vente en tenant compte que je n'ai rien vendu depuis 4 mois.

Ensuite, je constate 28% de demandes en secteur primaire, contre 58 % en secteur tertiaire; La logique voudrait que ce soit l'inverse, mais impossible de trouver les ratios nationaux sur ce secteur d'activité. Mes ventes ont été réalisée en secteur primaire, ce qui parait logique.

Je tiens mon registre acquéreurs à jour, et connais parfaitement le taux de contacts par secteur et par origine, en revanche, la direction s'en fiche, elle ne regarde que les résultats, qui justifie à ses yeux mon départ, d'une manière ou d'une autre, et visiblement tous les moyens sont bons.

 

Oui je pense qu'il y a eu répartition non équitable de la qualité des contacts, mais ne peut le prouver faute d'accès au fichier client de mon chef et de ratios nationaux, c'est là la difficulté; Je n'ai aucun argument probant pour aller aux prud'hommes, même si je considère ce "licenciement" comme abusif.

 

Concernant l'arrivée de la petite, c'est elle même qui m'a informée de son arrivée prévue pour septembre; Aujourd'hui encore, personne de la direction ne m'a informée de quoi que ce soit;

 

Oui je suis d'accord pour partir, car 1.200 euros bruts par mois pour 200 heures de travail ce n'est pas rentable; j'aurai juste voulu qu'ils me permettent de trouver un autre emploi sans passer par la case assédics (40% de 1.200 euros, ça ne fait pas lourd pour faire tourner un foyer) d'où ma demande de cp, mais suite à vos conseils je vais m'accrocher et ne rien signer lundi, car j'ai vraiment besoin d'un revenu. En espérant éviter la mise à pied!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La mise à pied vous privera de salaire pendant le temps que l'employeur organise son licenciement pour faute grave.

Vous n'aurez ni préavis ni indemnités mais le paiement de vos congés payés. Les assedic commencent avec une semaine de carence + la durée des congés payés.

 

1200 euros pour 200 heures par mois, c'est illégal. Je vous invite à vous rapprocher d'un syndicat pour entamer une action en contestation du licenciement et en paiement des heures supplémentaires.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Une insuffisance de résultats n'a pas lieu d'être sanctionnée par un licenciement pour faute grave précédée d'une mise à pied conservatoire .

C'est du n'importe quoi !

au pire c'est une cause réelle et sérieuse de licenciement mais pas une faute. - je dis au pire car le manque de résultats peut résulter d'une insuffisance professionnelle à laquelle l'employeur se devait de chercher des solutions (formation etc...)

 

Comme dit précedemment , vous pourriez proposer à l'employeur "une rupture conventionnelle" -

 

Ce n'est pas pour rien que l'employeur exerce une pression pour que vous demissionniez , il sait qu'en vous licenciant , il prendrait un risque de recours prud'homal .

 

L'indemnisation chomage pour 1.200 € bruts s'élève à 817 € (68% du salaire brut et non 40%)

LIEN : https://www.pole-emploi.fr/simulation/resultatdroits

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas un entretien préalable - car celui-ci obéit à un

....

SI votre employeur insiste pour que vous partiez et que vous êtes d'accord pour partir (ce qui semble être le cas), proposez-lui une "rupture conventionnelle" - vous toucherez vos indemnités de rupture et conserverez vos droits à l'indemnisation chômage.

 

 

+1 ,pas de démission, rupture conventionnelle est la solution la plus cool dans une telle situation : vous gardez vos droits, vous touchez autant que dans un licenciement ordinaire, et l'ambiance pendant votre dernier mois de travail sera détendue (en tout cas pas conflictuelle). Encore faut-il que votre DRH elle aussi préfére cette solution.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vous remercie infiniment de vos réponses. J'ai pris le temps de consulter chacun de vos liens, ce qui me permets d'avoir une vue beaucoup plus claire de la situation.

 

Suite à vos conseils, j'envisage de négocier une rupture conventionnelle.

Cependant, une question subsiste, à la vue de leurs méthodes; Ils ont donnés une mise à pied à ma collègue et visiblement, ils n'étaient pas "dans les clous", du coup je me peux m'empêcher de penser qu'ils risquent de faire de même avec moi.

Au cas où ils choisiraient cette option, la mise à pied est elle unilatérale, ou doit elle recevoir la signature des 2 parties pour être valable?

 

---------- Message ajouté à 12h49 ---------- Précédent message à 12h13 ----------

 

1200 euros pour 200 heures par mois, c'est illégal.

 

Il s'agit d'un "forfait sans référence horaire", (mention qui figure sur mon bulletin de salaire). Cela représente la partie fixe de la rémunération, à laquelle viennent s'ajouter les commissions sur les ventes, lorsqu'il y en a...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mitsuni
Je vous remercie infiniment de vos réponses. J'ai pris le temps de consulter chacun de vos liens, ce qui me permets d'avoir une vue beaucoup plus claire de la situation.

 

Suite à vos conseils, j'envisage de négocier une rupture conventionnelle.

Cependant, une question subsiste, à la vue de leurs méthodes; Ils ont donnés une mise à pied à ma collègue et visiblement, ils n'étaient pas "dans les clous", du coup je me peux m'empêcher de penser qu'ils risquent de faire de même avec moi.

Au cas où ils choisiraient cette option, la mise à pied est elle unilatérale, ou doit elle recevoir la signature des 2 parties pour être valable?

.

 

MISE A PIED = décision de l'employeur UNILATERALE , surtout ne signez rien , sauf l'Accusé de réception (si envoi par la poste ), ou un simple "Remis en mains propres" dans l'autre cas. Méfiez vous de signer un document qui pourrait etre interprété comme une reconnaissance de faits fautifs.

 

La mise a pied est une mesure conservatoire , qui , normalement , suppose que le salarié commet une faute ou un comportement suffisamment grave ou perturbant pour l'entreprise. C'est une mise a l'écart temporaire , le temps de vous appliquer une mesure disciplinaire , tel qu'un licenciement.

 

Telles que vous décrivez les choses, il s'agit pour vous de vous intimider, de vous déstabiliser, voire de vous pousser à commettre réellement une vraie faute.

 

Si votre employeur n'est pas un idiot, il acceptera la Rup.Conv (même si en bon stratège, il commencera par dire "niet" , et ensuite il campera sur le minimum règlementaire).

 

A vous d'etre un bon négociateur, habile mais ferme.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme convenu, j'ai proposé la rupture conventionnelle;

Elle m' a néanmoins proposé de signer une convocation à entretien préalable au licenciement anti datée qui fixait la date de celui ci à aujourd'hui.

Pour info, aucune faute ne m'a été reprochée.

 

On à l'air de se diriger vers un divorce à l'amiable.

Merci encore de vos conseils!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On à l'air de se diriger vers un divorce à l'amiable.

Pourquoi l'employeur irait-il magouiller un licenciement si une rupture conventionnelle était possible aux mêmes conditions, elle, étant parfaitement légale ?

A mon avis, tout simplement parce que l'employeur trouve un avantage au licenciement par rapport à la RC...

Mais quel peut-il être ? A mon avis, le licenciement serait pour faute et permettrait à l'employeur de ne pas verser d'indemnités...

Sinon, je ne vois pas pourquoi il préfèrerait cette magouille...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mitsuni
Comme convenu, j'ai proposé la rupture conventionnelle;

Elle m' a néanmoins proposé de signer une convocation à entretien préalable au licenciement anti datée qui fixait la date de celui ci à aujourd'hui.

Pour info, aucune faute ne m'a été reprochée.

 

On à l'air de se diriger vers un divorce à l'amiable.

Merci encore de vos conseils!

 

Vous avez signé .... perso, je ne l'aurais pas fait, meme si à priori cela ne devrait pas porter à conséquence.

Vous DEVEZ en avoir obtenu un DOUBLE (copie ou original).

Maintenant, votre DRH a le choix entre deux formules :

* vous licencier, puisque officiellement vous avez été convoqué à un entretien préalable à une sanction (y compris licenciement). Elle dispose je crois de 1 mois pour prendre cette décision (de mémoire)

* négocier la RUPT CONV avec vous, sur des bases raisonnables. Car pour moi, la fameuse signature n'a pour but que d'avoir une 2eme issue au cas ou vous vous montreriez exagérément gourmand.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Désolée, je me suis mal exprimée, j'ai refusé de signer cette convocation;

 

Je viens de recevoir par mail, comme nous en étions convenues lors de l'entretien avec la DRH, une autorisation à m'absenter de mon travail pour faciliter ma recherche d'un nouvel emploi dans l'attente de l'établissement de la rupture conventionnelle.

 

Je pense que c'est une première victoire face à ce que je craignais initialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par M_elle
      Bonjour :),
       
      Je ne sais pas si je suis dans la bonne section du forum mais je ne vois pas trop où placer cette conversation :
       
      Souhaitant développer davantage des compétences dans le milieu du soin animalier, j'ai trouvé, [date]une formation [en médecine douce] mais je n'y connaissais absolument rien dans ce milieu de médecine douce. La formation me semblait sérieuse "sur le papier" comme on dit. Il a fallu payer des frais de dossier et d'inscription à hauteur [tarif] puis la formation se déroulait en week-end de séminaire payant. Il y avait normalement [plusieurs]week-end séminaires.
       
      Au bout de deux week-end de séminaire, je me suis très vite aperçue de ce que la formation était.... déjà[cette médecine douce ]reconnue par l'Etat mais il existe quand même une Fédération[...]qui réglemente la pratique et les écoles or ce soi-disant centre de formation n'en fait pas partie et la "formatrice" est une ancienne élève d'une de ses écoles qui s'est mise à son compte mais en aucun cas une "formatrice" qui s'avère être un vrai métier : les cours étaient dispensés de façon très aléatoire, rien de construit mais plutôt à l'image d'un puzzle dont la formatrice disait que nous rassemblerions les morceaux à la fin de l'année et que ça n'était qu'au dernier moment que nous comprendrions, la pratique était très approximative et rien de bien concret, les attestations de présence fournies avec un numéro de SIRET sont au nom de son mari -osthéopathe équin- ne correspondent en aucun cas à une école, ni à un centre de formation et n'ont donc aucune valeur.... plein d'autres détails mais je ne suis pas là pour tout exposer (sauf si nécessaire)
       
      Bref, j'ai décidé de cesser cette formation et comme j'ai appris que [cette médecine douce] en fait, issue de la médecine chinoise car c'était exactement le même principe transposé de l'humain à l'animal, je suis allée voir si l'herbe était plus verte ailleurs : je me suis donc rendue aux portes ouvertes d'une des écoles reconnues [...]qui dispense des cours sur l'humain (finalement, c'est mieux que je commence par moi-même et le mode de fonctionnement chez l'humain avant de vouloir soigner un animal...mais la finalité de mon projet restera l'animal, ça me prendra plus de temps mais ça n'est pas grave), entendre le discours qui s'y tenait et la philosophie qui allait avec et j'ai été conquise car là nous étions dans un discours (oral donc.. et non un "papier") plein de vie, très positif et qui correspondait tout à fait à ce que j'attendais d'une école bien cadrée, bien structurée avec un règlement intérieur....
      De ce fait, je me suis inscrite et j'ai commencé le premier week-end de formation récemment qui n'a strictement RIEN A VOIR avec le premier que j'avais fait dans ma précédente formation.
       
      Bref, pour conclure, je souhaiterais savoir si je peux récupérer une partie [des frais d'inscription] et de dossier que j'ai payés sur la précédente formation étant donné que je ne suis allée qu'à deux séminaires de formation et que j'ai décidé d'abandonner cette formation sur des faits totalement justifiés.
       
      PS : Il faut aussi savoir qu'à un moment, la formatrice a choisi de m'exclure de la formation au motif que je me suis prise des remarques fortement désobligeantes (à chaque week-end de séminaire où j'étais présente) de la part d'un élève [plus âgé]que moi où j'ai demandé à la formatrice d'intervenir car j'estimais que c'était de son ressort, qu'elle a refusé en prétextant que ça n'était pas son rôle donc j'ai dû régler le problème directement avec lui et qu'ensuite il m'a été reprochée de perturber la bonne ambiance du cours et que je n'ai donc plus été admise en cours à la session suivante, de là j'ai protesté en disant que j'allais demandé à ma conseillère d'insertion professionnelle si c'était "normal" et savoir quel recours, je pouvais avoir et à partir de ce moment-là, la formatrice a décidé de me réintégrer..... uniquement après l'accord de l'élève qui initialement m'avait fait des remarques désobligeantes et pour lequel j'avais sollicité l'intervention de la formatrice qui, de ce fait, s'est transformé en victime (je parle toujours de l'élève) parce que la formatrice s'étant dédouanée de son rôle, j'avais dû régler le souci moi-même et ça s''est retourné contre moi.... mais étant donné tout ce contexte général, j'ai donc fini par choisir de partir.
       
      J'espère avoir été claire et compréhensible
       
      Merci de vos réponses.
    • Par Noyeb
      Mesdames, Messieurs,
       
      Ayant plusieurs sons de cloches concernant les temps de trajet, je me tourne vers vous.
       
      J'ai été employé en intérim pour une boîte de Télécom. Mon lieu de travail se situe sur Dijon (21) Et j'habite Sallanches (74). Le boîte me paie mes frais de transport via la SNCF. J'ai en gros le lundi 6h de train pour me rendre de chez moi sur mon lieu de travail et le vendredi 6h de mon travail à mon domicile.
      Est-ce que ce temps passé dans le train est comptabilisé comme temps de travail effectif ou pas? Cela dépend des conventions collectives?
       
      En vous remerciant par avance.
       
      [...]
    • Par Andromaque
      Bonjour,
       
      Et puisqu’il est encore temps, bonnes fêtes de Pâques.
       
      Je suis en appel contre mon ex employeur.
      Concernant mes demandes et suite à mes lectures est il possible de se référer et aux articles 565 et suivants du code de procédure civil? [EDIT de l'équipe de modération lien hors charte]
       
      Merci de votre aide.
    • Par rom_39
      Bonjour à tous,
      Je déterre le sujet, mais étant dans le même cas, j'aimerais savoir si @MRichard a eu une réponse précise de sa DRH ou de la DIRECCTE.
      Bonne journée à tous
       
      EDIT de l'équipe de modération : référence à cette discussion : Convention cadres de la métallurgie : Position et coefficient pour promotion d'un non diplômé - Travail et prestations sociales - Net-iris
    • Par Clarisse M
      Bonjour, ma responsable ma prévenu d'une réunion le mardi 27 avril à 19h30 mais voilà je fini ma journée à 13h30 et j'habite à 1h aller retour de mon lieu de travail de plus à la dernière réunion l'heure resté en plus ne nous à pas été payé se qui sera encore le cas.  La réunion étant à 19h30 il y en a pour au moins 1h se qui me fera rentré chez moi pas avant 21h ont t'ils ĺe droit de m'y obligé. Merci
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...