Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

témoin de brutalités policières.. que faire?


pseudo83

Messages recommandés

Bonjour,

 

en rentrant des courses aujourd'hui, j'ai été le témoin d'une scène un peu particulière.

Trois policiers finissaient de rentrer (rapidement) dans une voiture, et l'un d'eux (celui qui était à l'arrière) s'agitait vivement.

En focalisant mon attention (vue d'une dizaine ou quinzaine de mètres), j'ai d'abord cru que le policier était en train de ranimer quelqu'un à la façon dont il avait sa tête très proche de la sienne et une main tenant son menton, la tête de la personne complètement penchée vers l'arrière. Puis je l'ai vu faire d'autres mouvements brusques et notamment lui mettre des coups toujours appuyé sur lui.

L'autre ne se défendait pas, je n'ai jamais vu ses mains... à l'arrière d'une voiture de policiers, je suppose qu'il avait les mains dans le dos...

Cela a duré une vingtaine de secondes, j'étais stupéfait et je réfléchissais à ce que je pouvais faire..

L'un des policiers a alors vu qu'on les observait et la voiture a démarré rapidement puis a mis son gyrophare.

On a quand même pu relever la plaque... on a l'heure et le lieu...

Que peut-on faire??

A qui signaler cet incident??

Notre témoignage changera-t-il quelque chose (ma compagne et moi, inconnus vs 3 agents assermentés)?

Je suis dégouté par ce que j'ai vu..

 

La dernière fois que j'ai eu un souci du même genre, c'était pour assister à un procès. Les policiers à l'entrée nous en ont interdit l'accès.. je n'ai déja pas sû quoi faire...

A qui se plaindre? Où témoigner?

 

On se sent vraiment impuissant devant des comportements policiers de ce genre...

Merci de nous aider à (mieux) réagir devant ce genre de situation..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 3
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

 

Une simple lettre au Directeur Départemental de la Sécurité Publique dont dépend le Commissariat du lieu des faits

 

ou encore

 

Une simple lettre au service de L'inspection générale de la Police Nationale (IGPN/police des polices communément appelée Boeuf carotte) dont dépend également le Commissariat du lieu des faits

 

Mais attention, vous allez mettre le projecteur sur le comportement des policiers et cela n'aura aucune incidence sur le sort de l'individu malmené.

 

J'entends par là que, même victime de "violences illégitimes", il n'en sera pas pour autant dédouaner des faits qu'il a commis et ont conduit à son interpellation ("musclée" au delà de ce que la loi autorise, la coercition pour interpeller l'auteur d'un délit flagrant étant autorisée par le loi, mais pas une fois celui ci maitrisé et menotté )

 

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

Merci de votre réponse,

j'étais en vacances et viens de rentrer et d'en prendre connaissance.

J'ai un peu cherché, et il apparait que seules les autorités administratives et judiciaires peuvent saisir l'IGPN. De plus, le Directeur Départemental de la Sécurité Publique est lui-même un commissaire divisionnaire de la Police Nationale. Or, si j'ai eu un jour confiance en la police, la partialité dont ils font parfois preuve m'a fait renoncer à cette confiance.

Je vais donc m'adresser au maire de ma commune qui semble faire partie de la très longue liste des autorités administratives et judiciaires, pour qu'éventuellement, il saisisse l'IGPN...

Je vous remercie une nouvelle fois pour votre réponse, même si je ne sais pas trop si mon témoignage sera pris en compte et si il changera quelque chose à ces dérives actuelles dans le fonctionnement de la police.

 

Cordialement

 

 

Bonjour,

 

Une simple lettre au Directeur Départemental de la Sécurité Publique dont dépend le Commissariat du lieu des faits

 

ou encore

 

Une simple lettre au service de L'inspection générale de la Police Nationale (IGPN/police des polices communément appelée Boeuf carotte) dont dépend également le Commissariat du lieu des faits

 

Mais attention, vous allez mettre le projecteur sur le comportement des policiers et cela n'aura aucune incidence sur le sort de l'individu malmené.

 

J'entends par là que, même victime de "violences illégitimes", il n'en sera pas pour autant dédouaner des faits qu'il a commis et ont conduit à son interpellation ("musclée" au delà de ce que la loi autorise, la coercition pour interpeller l'auteur d'un délit flagrant étant autorisée par le loi, mais pas une fois celui ci maitrisé et menotté )

 

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...