Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Locataires ne pouvant relouer


Letarmo

Messages recommandés

Bonsoir

Ha les enfants ! Les miens, une de mes filles et mon gendre, ont enfin trouvé la maison qui leur convenait et signé le compromis puis donné congé de leur location actuelle.

Evidemment, ils ont pris un crédit et ont cherché un locataire pour les remplacer et ne pas avoir double charge entre leur crédit à venir et leur loyer.

Habitant Colomiers où Airbus booste l' immobilier, ils ont trouvé sans problême un successeur potentiel...et voila que le propriétaire de leur logement actuel annonce qu' il va peut-être vendre...et du coup la relocation de leur maison actuelle est suspendue par l' Agence.

 

Ma question serait la suivante: Dans quelle mesure leur propriétaire peut-il réclamer le paiement du loyer jusqu' au terme des trois mois de préavis alors que c' est de son fait qu' ils ne peuvent trouver un remplaçant ?

S' il faut, il faut mais ça me semble curieux...:confused:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 45
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

 

Malheureusement, le propriétaire n'a aucune obligation d'accepter le locataire que lui propose le locataire sortant.

Il est libre de disposer de son logement: de le vendre, de le louer ou d'y faire des travaux....

 

Légalement, le préavis du cogé sera dû.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, vos enfants doivent un préavis de trois mois et le propriétaire est libre de relouer ou ne pas relouer.

 

Dites vous que peut être, vos enfants béniront cette circonstance si, comme il est quasi de coutume, il ne peuvent signer leur achat et prendre possession de leur maison à la date prévue.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n' est effectivement pas illogique...et du coup, s' ils sont sûrs de signer car les notaires sont en train d' établir les actes, ils n' on aucun intérêt à hâter quoique ce soit.

Reste qu' ils ne maitrisent pas le début de leur crédit et que pour ça comme pour beaucoup de choses, ça devient difficile pour les jeunes d' acheter (tracasseries incluses)...mais c' est une autre histoire ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n' est effectivement pas illogique...et du coup, s' ils sont sûrs de signer car les notaires sont en train d' établir les actes, ils n' on aucun intérêt à hâter quoique ce soit.

Reste qu' ils ne maitrisent pas le début de leur crédit et que pour ça comme pour beaucoup de choses, ça devient difficile pour les jeunes d' acheter (tracasseries incluses)...mais c' est une autre histoire ;)

 

Surs de signer, oui mais à deux ou plusieurs semaines près, impossible de dire. D'où l'ntérêt de disposer encore de sa location.

 

A part ça, je ne crois pas qu'il ait jamais été simple d'acheter lorsqu'on est jeune.

Sauf si l'on est héritier, mais pour l'être il faut d'abord être orphelin et ce n'est pas drôle non plus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hé bien disons qu' à 64 ans ce n' est pas mon vécu !:)

Et mon père est toujours de ce monde...

Pour l' anecdote, nous avons quitté Paris en 1971: première maison achetée en 1972 (une ferme dans le Poitou), 70 000 F et c' est l' ancien proprio qui m' a fait le crédit. 8 ans de travaux (beaucoup perso) mais revente en 1980 pour 450 000 F, et construction d' une autre maison avec les (tristement) célèbres prêts PAP pour compléter (à 12 %, prix d' ami) mais dossiers faciles à monter. Sans bilans de ceci, sans visites médicales de cela...sans conditions draconiennes pour les prêts spéciaux.

Aujourd'hui...que de galères pour les jeunes compte tenu de la flambée des prix: il faut deux bons salaires de cadres dans tous les endroits un peu recherchés, là où il y a du travail correctement payé ,sans parler des prix à Paris où proche banlieue...

Je pense cher ami que le logement par accession à la propriété est tout simplement en train de devenir inaccessible au commun des mortels qui démarrent dans la vie, ce qui n' était pas le cas il y a 40 ans. Et par exemple, en 1980 encore le dégrèvement d' impôt foncier était sur 15 ans. Aujourd'hui l' impôt a flambé et l' exonération a cramé !

Non sincèrement c' est devenu très compliqué et difficile.

Quand nous nous sommes mis en ménage en 1968, rue de Flandre à paris, on payait 70f par trimestre pour un studio de 13 m2...ne le répétez pas ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Nous voilà donc contemporaines pour quelques jours encore.

Moi je me souviens de chambres de bonnes pas chères mais dont nos petits n'auraient pas voulu pour leur chat. Et les suivants exigent encore plus. Ça ne peut pas être loué le même prix, c'est sur.

Et puis, 13m2 à deux...ils trouvent déjà ça un peu juste en solo!

 

Ceci dit, je suis assez d'accord avec vous pour les emprunts...je me souviens d'un petit 14% en 79 mais l'inflation galopait. Un minuscule 10% en 87 et je n'ai même jamais rencontré le banquier.

La dernière fois, en 2004, face au front plissé du banquier, j'ai fini par dire : "bon, vous me vendez ça, ça et ça et je n'emprunte pas."

Comme je suis un peu sadique j'ai ajouté: "tant pis pour vous!"

 

Mais finalement, Paris a toujours été au double des meilleures villes de province. Le parisien a toujours vécu à l'étroit.

Pour un appartement familial, il faut un solide héritage et deux bons salaires. Mais le concept "une chambre un enfant" est assez récent au bout du compte. Mes cousins s'enfournaient à 5 dans une seule...

 

La sensation actuelle doit être un mélange de tout ça: exigences croissantes de confort, désir frénétique d'être propriétaire et sentiment éternel que tout était plus facile avant.

 

Et je n'imagine même pas qu'ils pourraient supporter 8ans de travaux, l'inconfort des premières années, rien que l'absence d'électroménager considéré comme de base alors que pour notre génération, ça pouvait attendre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui...je suis absolument d' accord sur le "tout, tout de suite", ayant 3 enfants adultes avec qui je m' entends d' ailleurs aussi bien que possible....et qui (par exemple) nous copient littéralement en achetant les mêmes appareils électroménagers que nous au lieu de prendre des entrées de gamme...mais il faut dire aussi qu' il subissent d' autres changements comme le fait que le matériel ne dure plus comme avant !

Reste, en ce qui concerne l' immobilier, que les prix sont bien plus élevés qu' il y a deux décennies eu égard aux revenus. Du coup, et c' est selon moi le plus gros point noir, les jeunes ménages s' endettent pour 25 ou 30 ans, ce qui semble "monstrueux", et génère justement des surcoûts conséquents en termes d' assurance et une grand frilosité des banques.

Autre réflexion: ils font ça dans un contexte d' absence d' inflation donc de hausse des salaires qui ne laisse plus espérer comme dans les années 70 que le coût du crédit se fera moins lourd au fil des ans.

Autre réflexion (enfin peut-être;)): ce qu' ils peuvent acheter en immobilier neuf est très, très loin en termes de qualité des matériaux et de durabilité de ce qui se faisait jusque dans les années 80-90. Le rapport qualité-prix n' est plus le même et plein de matériaux "pas chers" mais pas bons ont été inventés pour construire à moindre coût.

Et une petite dernière pour la route (désolé, je suis bavard): Le fait est que même avec de la bonne volonté, nos jeunes sont très souvent beaucoup moins bricoleurs que nos générations, pour une raison qui m' échappe un peu.

Alors l' entretien d' une maison n' est pas toujours simple...Enfin, des fois, on aide un peu :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'apporte ma pierre à l'édifice.

 

J'ai acheté une maison de 100m2 il y a 1 an à 150000€. Durée du crédit : 20 ans.

 

Je rembourse actuellement des mensualités de 850€. En location et pour un bien identique, je paierais des mensualités de 800€. Le calcul est vite fait : je préfère payer 50€ de plus par mois et dans 20 ans avoir un bien...

 

Et pour info, ma femme et moi : salaire net cumulé : 2700€/mois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout à fait d'accord. Les six premières années seront moins difficiles car le crédit d'impôt sur les intérêts viendra financer les taxes habitations + foncières, du moins s'il ne le supprime pas.

 

Une autre réflexion : il paraît que l'ancien redémarre et les prix avec... Quoi en dire?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

J'ai 25 ans (presque 26) et je viens de faire un crédit avec mon copain. Nous achetons une maison de 90m² à 130 000€. Notre remboursement sera de 924€ sur 15 ans et de pas tout à fait 300€ pendant les 16, 17 et 18è années de remboursement. Nous gagnons 3200€ net par mois à nous deux.

 

Je ne pense pas que l'accès au crédit soit soit si difficile que cela. J'ai un exemple concret : une amie étudiante (qui ne travaillait pas) vivait avec son ami qui gagnait le smic. Ils ont facilement construit et obtenu le prêt qu il voulait !!!

 

Je pense plutot que si les jeunes n ont pas accès à la propriété c est que certains ont des goûts de luxe. Ils ne se rendent pas compte du prix du terrain et des maisons. Quand je vois les maisons que certains veulent à 20 ans c est le genre de maison que je pourrais me payer à 50 ans. De plus, beaucoup veulent la maison, la belle voiture (ou 2 pour aller bosser), les enfants, le beau mariage, sortir avec les copains le week end !!

 

Perso je prépare mon mariage et je peux vous dire qu'on se le paye donc il sera à hauteur de nos moyens en sachant que cela fait un an que nous économisons sous par sous pour nous payer ce que nous souhaitons.

 

J'ai parfois l'impression d etre "vieille" à côté de certains de mes amis.

 

Telles est ma pensée ... Je ne juge personne !!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me reconnais en caro.

 

J'ai autour de moi des amis qui nous disent qu'ils veulent un bien neuf, en centre ville, près des commerces. Mais à quel coût???

 

L'avantage actuellement est que les taux d'intérêt sont bas et qu'il faut quand même le dire : dans notre secteur, les prix ont diminué de 10%.

 

Même avec notre prêt sur le dos, nous vivons bien... Mais c'est sûr qu'on ne va pas au resto tous les jours et on achète pas les dernières technologies...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est clair que les taux sont bas : 3,30 % pour mon pret plus une partie à taux zéro.

 

Avant d aller à la banque, nous avons calculé ce qu on payait comme charges (EDF, eau, taxe d habitation, essence, courses etc ) par mois.

Et à partir de là on a calculé jusqu à quel montant on pouvait rembourser par mois et ainsi voir le budget que la banque nous accorderai. A partir de là nous avons cherché un bien à un prix correspondant à nos objectifs et je peux vous dire qu on avait du choix !!

 

Beaucoup de couples font l inverse : Ils choississent un bien à 250 000€, vont à la banque sans savoir quelle est leur capacité d emprunt.

Et après beaucoup continue d'acheter des tas de trucs inutiles, des fringues, sortent à droite à gauche.

 

Moi pour ma maison, j'ai récupéré plein de trucs dont mes grands mères, parents, beaux parents n'avaient plus besoin du style vieille casserole ( que je péfère à celle de maintenant), draps, meubles etc ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me souviens d'une amie, nous avions plus de trente ans à l'époque.

Elle caressait rêveusement son premier lave vaisselle et m'avouait comme un péché:

"J'adore le vider et tout ranger...ça me rappelle tout ce que je n'ai pas lavé à la main..."

 

Nous faisions partie des happy few occupant des logements de fonction, souvent somptueux mais vaguement délabrés.

 

L'usine envoyait des peintres avec une sorte de frénésie, mais installer une douche EN PLUS de la baignoire, envisager le remplacement d'une chaudière à charbon bricolée fuel...là ça aurait été péché.

Quant aux chauffe eau à gaz...ils dataient de la LA rénovation de 1951. Tout neufs, pas touche! (vers 1980).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bah les gens font comme ils peuvent, mais le cas de mes enfants évoqué en début de topic est un peu similaire. Ils achètent à 215 000 € tout inclus et crédit sur 25 ans, donc mensualités de 1050 €...au lieu d' un loyer de 850 €.

Bon j' ai tendance à dire qu'ils ont raison, sachant que par ailleurs chez soi on aménage comme on veut alors que les locations, spécialement les maisons construites pour louer, sont faites pour empêcher les locataires d' agencer voire seulement de décorer à leur goût, par exemple tous les murs et les plafonds en crépi blanc d' intérieur ne permettant pas la pose d' un papier ou de couleurs.

Maintenant il est clair que si c' est pour remplacer le loyer par le loyer de l' argent...mais actuellement les taux sont assez attractifs pour que même au début on ne paye pas uniquement le loyer de l' argent dans les mensualités.

Ceci dit, oui, l'entretien, surtout dans les maisons récentes aux matériaux médiocres est un problème. Au bout de 25 ans de remboursement, on peut se retrouver avec une "ruine", ce que je vois au quotidien chez certains voisins (charpentes affaissées, murs qui s' ouvrent, zinc qui rouille, etc...)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Beaucoup de couples font l inverse : Ils choississent un bien à 250 000€, vont à la banque sans savoir quelle est leur capacité d emprunt.

Et après beaucoup continue d'acheter des tas de trucs inutiles, des fringues, sortent à droite à gauche.

 

Ça existait déjà...j'ai eu une puéricultrice dont le mari était frénétique d'immobilier. Maison, puis maison juste limite de leurs capacités 3 ans après. Enfant inattendu, problèmes d'argent et divorce.

L'angoisse financière mène souvent aux scènes et aux séparations.

Vous agissez pour un futur riant, Caro.

 

---------- Message ajouté à 11h48 ---------- Précédent message à 11h44 ----------

 

Pour en revenir à votre question, oui ils doivent payer les trois mois de loyer.

Mais je ne comprends pas comment les faits se sont passés. Ils ont emménager dans leur maison avant de donner leur préavis ?

 

J'ai cru comprendre qu'ils se basent sur la date portée au compromis pour donner leur préavis.

D'où mon warning.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sardineb : Je vis sourtout avec quelqu un de très terre à terre. Il refuse d'acheter des choses s il n'en a pas les moyens. Par exemple, pour se payer sa voiture il a économisé très longtemps. Et je peux vous dire qu il a encore un sacré compte en banque par rapport aux jeunes de notre âge. De vivre comme ça m'a aussi permis de pouvoir racheter une voiture d'occas sans souci avec mes économies lorsque j'ai cassé ma 1è voiture.

 

En fait, j'aime me dire que je peux faire telle chose car j'ai les moyens de me le permettre

 

---------- Message ajouté à 11h53 ---------- Précédent message à 11h50 ----------

 

J'ai cru comprendre qu'ils se basent sur la date portée au compromis pour donner leur préavis.

D'où mon warning.

 

Ah je sais pas .

 

Moi je sais qu'avant de signer mon compromis je savais que la banque nous suivait. Etant donné que dans le compromis il était prévu que la vente soit signée dans les trois mois, j'ai donné mon préavis vu que sa durée est aussi de 3 mois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour mes enfants, ils ont procédé logiquement: Ils ont attendu que le dossier de crédit soit clean et les notaires en possession de toutes les pièces préludant à la vente pour déposer leur préavis de fin de location et se mettre en quête d' un éventuel locataire remplaçant afin de limiter la période de doubles frais (loyer plus crédit). Ils ont trouvé plusieurs candidats et c' est seulement cette semaine que le propriétaire a fait savoir à l' agence qu' il pensait peut-être vendre finalement...ce qui a suspendu les visites pour location.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ensemble: l' agence leur a indiqué qu' ils pouvaient chercher un locataire pour abréger la période de recouvrement, ils en ont trouvé un (habitant d' ailleurs la même résidence) puis l' agence leur a indiqué en avoir également un donc demandé de surseoir, et pour finir juste avant ce topic leur a expliqué qu' elle suspendait la recherche d' un locataire pour 15 jours et les visites, le temps que le propriétaire confirme ou pas son intention de vendre...

Ce qui m'a incité à poser la question de ce topic ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je viens de faire exactement la même chose, j'ai profité du congé d'un locataire pour mettre en vente un bien. Où est le problème ? Je trouve que c'est tout de même plus sympa d'attendre que le locataire parte que de ne pas renouveler son bail et l'obliger à partir avant qu'il n'y soit prêt lui-même, non ? Il a 3 mois de préavis, c'est normal, c'est la loi !

 

---------- Message ajouté à 13h47 ---------- Précédent message à 13h44 ----------

 

Perso je prépare mon mariage et je peux vous dire qu'on se le paye donc il sera à hauteur de nos moyens en sachant que cela fait un an que nous économisons sous par sous pour nous payer ce que nous souhaitons.

J'ai parfois l'impression d etre "vieille" à côté de certains de mes amis.

Telles est ma pensée ... Je ne juge personne !!!!

Plus simple pour ne rien dépenser pour le mariage, ne vous mariez pas !

(J'avoue que c'est un truc que j'ai du mal à comprendre, le mariage...)

 

---------- Message ajouté à 13h50 ---------- Précédent message à 13h47 ----------

 

Beaucoup de couples font l inverse : Ils choississent un bien à 250 000€, vont à la banque sans savoir quelle est leur capacité d emprunt.

Euh, je ne sais pas exactement où vous vivez, mais chez moi (Paris), à 250000€ vous ne trouvez rien à acheter ! Alors un peu facile aussi de dire "y a qu'à acheter une maison à 150000€", faut déjà que ça existe une maison à 150000€ là où on vit !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Mimatile
      Bonjour,
      J'ai acheté [un bien immobilier][il n'y a pas si longtems]. Lors des visites nous avons vu des fissures intérieures et des fissures sur la façade arrières rebouchèes et une fissure horizontale en bas de la maison. Au vu des fissures lagance immobilière à fait venir l APAVE, qui a déclaré que les fissures arrières étaient en lien avec un ancien tassement de terrain mais que les fissures étaient passives étant donné que le ravalement de façade datè d'au moins 15ans et que les fissures intérieurs ne touchaient que le plâtre, en gros la structure de la maison n'était pas touchée. Nous avons donc fait confiance à l APAVE, à l'agence immobilière et au vendeur. Lors de la rénovation nous avons découvert une énorme fissure dans l'angle d'un mur comme si celui ci c'était décroché. Fissure invisible sans enlever le papier peint, le papier peint était ancien. Nous avons vérifier que la fissure n'était pas évolutive et nous l avons réparer avec des agraphes sous le conseil du maçon de l'entreprise de rénovation.
      Voilà nous nous sommes rendus compte que le sol de la maison n'était pas droit mais à ont mis ça sur l'ancien tassement de terrain.
      Seulement voilà, je viens dapprendre que la fameuse fissure horizontale en bas de la maison n'était pas la lorsque l APAVE est passé, cette fissure est arrivée après ! J'ai acheté la maison [il y a qques années], L'APAVE était passé[un an avant],pire en enlevant quelques plantes devant ma façade avant je viens de découvrir une fissure horizontale en bas de la maison très importante...
       
      Je suis désemparée, que puis je faire ?
    • Par enikay
      Bonjour,
       Existe pas d'organisation pour porter garent ?
      merci de  votre éponce d'avance .
    • Par anonyme2
      Mlle C. m’a loué un studio qui s’est révélé insalubre et refuse de me rendre ma caution malgré les deux mois légaux écoulés.
      Ayant obtenu un CDD de 2 mois, le 3 janvier 2011, je devais commencer le 11 janvier 2011 à [ville]. J’ai trouvé la location de Mlle C. sur internet, indiquant que la location pouvait se faire au mois, idéale dans ma situation.
      J’ai donc visité le dit studio le samedi 8 janvier 2011. Il était encore en travaux mais Mlle C. s’est engagée à finir les travaux pour le lundi 10 janvier 2011. J’ai donc consenti à la location le jour même. Or le samedi 8 janvier 2011, Mlle C. a exigé deux chèques de caution, correspondant à deux mois de loyer AVEC les charges, soit deux chèques de 650 euros, ainsi que le loyer pour le mois de janvier, sinon elle ne me louait pas le studio. Du fait de l’urgence de la date de mon début de contrat, je lui ai fourni les trois chèques. Elle m’a aussi fait signer un contrat de location en trois exemplaires mais qu’elle n’a pas signé.
      J’emménage et acquière les clefs le lundi 10 janvier 2011 au soir mais les travaux ne sont pas finis comme promis. Je lui demande de bien vouloir remplir l’état des lieux ainsi que de signer mon contrat de location et ma demande d’APL, mais elle préfère reporter à plus tard.
      Le jeudi 13 janvier 2011, Mlle C. encaisse mon loyer de janvier ainsi qu’un des deux chèques de caution.
       
      Aux fils des jours, je constate l’insalubrité du lieu : les travaux de tapisseries prévus ne sont pas effectués mais remplacés par de la peinture et je dors dans de très fortes odeurs incommodantes qui m’irritent les yeux. Suite à l’utilisation de l’eau, de nauséabondes odeurs d’égouts remontent la nuit dans ma salle de bain. Le chauffage ne fonctionne quasiment pas. Le matelas du clic clac est inconfortable m’empêchant de dormir et il n’y a plus d’eau chaude quand tous les locataires sont présents. La robinetterie est entartrée au maximum, et il y a des insectes morts qui jonchent le sol en permanence.
       
      Par conséquent, j’ai sollicité un entretien avec Mlle C. afin de remplir les papiers et lui signaler l’insalubrité de mon logement, par mail le 17 janvier 2011 .
      Je rencontre Mlle C. le mercredi 26 janvier 2011 où je lui expose les faits et où je lui explique que je ne peux pas rester dans ce studio pour les raisons citées ci-dessus mais aussi pour des raisons financières. Mlle C. m’explique qu’elle comprend très bien ma situation et accepte de me faire visiter, le lendemain, le studio au dessus qui se libère le samedi 29 janvier 2011. Le lendemain, je constate que Mlle C. s’est introduite chez moi. Je visite le studio mais Mlle C. ne veut pas me le louer car les moisissures présentes dans le studio l’obligent à faire des travaux. Je lui explique que je ne peux rester. Nous décidons d’un commun accord, que je déménage vendredi 28 janvier 2011 et de venir lui rentre les clefs en échange de mes deux chèques de caution.
       
      Je déménage vendredi 28 janvier 2011 comme convenu mais Mlle C. ne se présente pas au rendez vous convenu. Faute de nouvelles de sa part, je lui envoie un recommandé le lundi 31 janvier 2011 exprimant les raisons de mon départ et lui proposant un rendez vous afin de lui rendre les clefs en échange de ma caution.
      Je n’ai, à ce jour, pas de nouvelle de Mlle C., qui a, par contre, encaissé tout mes chèques (le dernier chèque de caution a été encaissé le 1 février 2011), alors que je ne réside plus là bas depuis le vendredi 28 janvier 2011.
       
      Le préjudice financier et moral est certain. L’encaissement des chèques a manqué de me mettre à découvert mais m’a aussi empêchée de prendre un autre logement, m’obligeant à effectuer la route de l'Essonne en Picardie deux fois par jour en voiture. Ces longs trajets m’ont empêchée d’accepter le renouvellement de mon contrat.
       
      J’estime être victime d’une escroquerie. Je n’ai ni mon contrat de location signé par elle ni d’état des lieux d’entrée et de sortie de fait. De plus la loi du 8 février 2008 prévoit que le montant du dépôt de garantie, exigé par le propriétaire, ne peut être supérieur à un mois de loyer SANS les charges.
       
      Le 28 mars 2011, donc deux mois après mon départ, je l’ai recontacté par mail, lui rappelant que les deux mois légaux pour détenir ma caution se sont écoulés et lui demandant de me la restituer, mais ce mail est resté sans réponse.
      Merci pour votre aide.
    • Par Elyze182
      Bonjour,
      Je suis propriétaire d'un local commercial avec un grand parking qui est loué suivant bail de 9 ans à la société X.
      Il y a quelques temps, un publiciataire me propose de poser un panneau sur une partie du parking moyennant un loyer annuel.
      Le locataire en place m'a alors réclamé de lui verser la moitié du loyer perçu, ce que j'ai fait suite à une forte pression de sa part.
      J’apprends aujourd'hui que mon locataire a bénéficié d'un avantage en nature par le publicitaire, mais il me réclame toujours la moitié du loyer.
      Le droit à la jouissance du parking lui ouvre t'il le droit de percevoir la moitié du loyer ? Si non,quels arguments puis-je invoquer afin de ne plus lui verser ce loyer ?
      En vous remerciant pour vos réponses !
    • Par sténie
      bonjour à tous.
      J'ai vu sur le net que l'action pour lésion (règle des 7/12ème du prix de départ) doit:
      être entrepris dans un délai maximun de 2 ans suivant la date du compromis de vente (jurisprudence):
      1) Est-ce exacte ?
      2) Y a t'il des exceptions à cette règle ?
      3) Si dépassé de 1 mois, est-ce trop tard ?
      un grand merci à ce forum et à ceux qui prendrons le temps de me répondre ! :D
       
      ---------- Message ajouté à 14h49 ---------- Précédent message à 14h33 ----------
       
      je préscise que le litige porte sur un terrain à bâtir (dont la zone constructible s'est agrandie ensuite)
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...