Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Code de la route


Chaber

Messages recommandés

 

 

 

 

 

 

Dans le prolongement des décisions du comité interministériel de la Sécurité Routière (CISR) de février 2008, le décret dit " code de la rue " du 30 juillet 2008 a introduit dans le Code de la route la généralisation des doubles sens cyclables dans les " zones 30 " et les " zones de rencontre " pour les cyclistes, avec un délai de mise en conformité fixé au 1er juillet 2010 pour les zones 30 qui existaient avant la publication de ce décret.

 

Dans ces zones de circulation apaisée, les rues à sens unique pour les véhicules motorisés seront autorisées à double sens aux vélos, sauf arrêté municipal interdisant le double sens cyclable dans la rue considérée.

Avant sa généralisation, le double sens cyclable a été expérimenté dans plusieurs villes (Paris, Strasbourg, Bordeaux...)

Dans une zone 30 les voies en sens unique sont autorisées aux cyclistes dans les deux sens sauf arrêté motivé du Maire.

Deux cas se présentent :

cas 1 : la zone 30 existe au 30 juillet 2008.

 

Le Maire a jusqu’au 1er juillet 2010 pour prendre un arrêté introduisant cette règle et mettre en place la signalisation réglementaire.

À partir de ce moment là les cyclistes sont autorisés à circuler effectivement à contresens dans les rues concernées.

Le même arrêté doit définir les cas échéant les rues qui ne sont pas autorisées à contresens. Cette décision doit être motivée. Cela signifie que la mesure ne peut être générale.

Cas 2 la zone 30 est créée aujourd’hui

 

Dans ce cas l’arrêté qui la crée doit prévoir que les voies en sens unique sont autorisées à contresens pour les cyclistes et la signalisation mise en place.

Cet arrêté peut aussi prévoir des exceptions mais celles-ci ne peuvent pas être générales (toutes les rues en sens unique de la Z30).

 

Ceci peut entrainer une responsabilité pénale pour l'automobiliste pour infraction au code de la route, coups et blessures

 

Il faudra réapprendre regarder à des deux côtés avant de franchir une balise ou un stop dans les zones 30

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 33
  • Création
  • Dernière réponse

La suprématie des "politiquement corrects" deux-roues à encore frappée (comme tu le dit si bien Tobias).

 

Attendons de voir combien de morts cela entraine:rolleyes:

Je connais au moins deux villes où ces doubles sens n'ont eu de cesse de créer des victimes, non pas dues aux voitures (pas de chance, rue sous vidéo surveillance:D), mais bien au grand n'importe quoi du comportement des cyclistes-victimes:rolleyes:

 

Et hélas, à chaque fois, un/une conducteur/trice est à chaque fois mis en avant, alors que la preuve par vidéo démontra que les automobilistes n'ont rien à voir avec ces morts ou blessés, mis à part qu'ils deviennent des objets contre lesquels les "politiquement corrects" deux-roues viennent s'écraser/fracasser...

 

Les vélos et pistes cyclables, font tellement de bien.... pour les élections:rolleyes:

 

Tobias, nous qui sommes de la même ville, je ne saurais que trop citer "place d'arme" (centre-ville), angle commissariat et arcades / rue du minage...:rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme vous le dites, le double sens pour les bicyclettes a été testé en plusieurs villes et l'analyse de l'expérience a conclu favorablement à la généralisation de cette mesures. Pourquoi douter du résultat des études menées ?

Beaucoup de cyclistes n'hésitent pas à s'affranchir de certaines règles du code de la route, telle que circulation en sens interdit dans les petites rues, passage au feu rouge pour tourner à droite etc. Je ne sache pas que de telles pratiques, quoique répréhensibles, présentent des risques sérieux pour la sécurité routière. Un cycliste n'est guère plus dangereux qu'un piéton. S'il en allait autrement, les compagnies d'assurances refuseraient d'inclure le risque d'accident à bicyclette dans les contrats ordinaires d'assurances multirisques et une assurance spécifique serait obligatoire pour se déplacer à bicyclette. De plus le code de la route imposerait une limite d'âge.

Dans les zones 30 les automobilistes sont censés ne pas dépasser 30 km/h et à cette allure le risque d'accident est minime si l'on est un minimum vigilant. On est d'ailleurs en permanence censé maîtriser son véhicule et il ne faut pas confondre voie en zone 30 avec artère à grande circulation.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un cycliste n'est guère plus dangereux qu'un piéton.

 

dans une zone où des voitures sont en circulation, j'ai souvent vu des cyclistes donner "un grand coup de rein" à fond la caisse, histoire de passer devant le véhicule qui va va le frôler dans une ou deux secondes, parce que l'automobiliste, c'est sa route, qu'il suit, sans avoir changé d'allure depuis un moment, en faisant attention... en ayant déjà ralenti sa vitesse parce qu'il y a un cycliste devant lui, et qui est pratiquement obligé de piler à cause du cycliste qui décroche devant lui sans prévenir...

 

c'est simple : dans ce cas de figure, un certain nombre de cyclistes, par prudence, restent dans leur trajectoire en laissant passer les voitures, le temps de retrouver une route moins fréquentée, mais il y en a un certain nombre à qui la route appartient et qui, pour les automobilistes, sont de vrais dangers !

 

ça faisait une éternité que ça ne m'était pas arrivé, mais dimanche matin, j'ai traversé une partie de la vallée de Chevreuse, en voiture... vallée bien connue des cyclistes le week-end... entre le gus tout seul qui zizagait en sifflotant et les groupes qui roulaient à 3 de front... sur une route à 2 voies pas très larges... routes limitées à 90.... j'ai pas souvent atteint le 50, à part quand j'arrivais à les doubler.... passke sur l'autre voie, y'avait les mêmes cyclistes, et les mêmes automobilistes qui n'attendaient que de pouvoir les doubler...

 

et entre nous, quand une voiture va les frôler dans quelques secondes, je n'ai jamais vu un piéton se mettre à courir pour passer devant malgré tout...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aime beaucoup votre sens critique Nihilscio... quoi que un peu négationiste...

 

Le risque majeur est le fait que justement, rien ne règlemente la circulation en deux roues non motorisés...:rolleyes:

 

Un deux roues non motorisé contre une voiture qui roule à 30 Km/h... vous avez, vous, déjà vu les résultats?

 

Lorsque vous aurez constaté par vous-même les résultats, on en recausera:o

 

La maitrise du véhicule, dans les cas dont je parlais à été affranchie du "défaut", car justement, le carrefour dont je fais allusion (une simple carte de la ville de La rochelle n'est pas compliqué à trouver:mad:), est non pas sous surveillance vidéo, mais bien sous la surveillance vidéo du commissariat:D

Vidéos conservées, et dont il a été à maintes reprises écarté le "manquement de maitrise du dit véhicule motorisé"... et que les dits vélos était eux la cause-même des accidents se traduisant soit par blessures corporelles, soit mort....:rolleyes:

 

Les études.... on en recausera également lorsque vous aurez intégré que cette mesure vise au prochaines élections.... dans à peu près un an:cool:

 

Un vélo en sens interdit est dangereux pour lui, mais également pour les autres.

Un vélo qui grille un feu tricolore au rouge, ou un stop, et même un cédez le passage est dangereux pour lui-même ainsi que pour tout les autre usagers.

 

Dès lors qu'il est possible d'apporter la preuve que c'est le deux-roues non motorisé qui à créé l'accident, ou qui en est à l'origine (faites votre choix) le défaut de maitrise du véhicule motorisé est de fait écarté, car la responsabilité de tout véhicule, qu'il soit motorisé ou non, est imposable sur toute voie de circulation.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le gros problème vient du fait qu'en même temps qu'on crée toutes ces "facilités" pour les deux-roues, on leur inculque le sentiment qu'ils sont prioritaires, que ce sera toujours AUX AUTRES (piétons y compris) de faire attention à eux et donc de fait, qu'ils peuvent se permettre n'importe quoi, en toute impunité !!!

 

Je vois maintenant des cyclistes rouler sur des trottoirs, forcer le passage à des piétons avec des poussettes sur des passages protégés en leur faisant un doigt d'honneur s'ils protestent, j'en vois tous les jours rouler avec un casque sur les oreilles, prendre des ronds-points à contre-sens pour éviter d'avoir à le parcourir en entier juste pour prendre la rue immédiatement à leur gauche, couper la route d'une voiture au démarrage d'un feu vert....et que dire des feux rouges brûlés...

 

Ce discours sacralisateur des deux-roues est suicidaire pour eux. J'ai même entendu le "responsable" d'une association de deux-roues parisienne déclarer qu'il était inadmissible de mettre des amendes aux cyclistes et qu'elles devraient être réservées aux véhicules à moteur, vu que c'est toujours eux les responsables !!!

 

Mais où va t'on ????? :mad:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'accord avec l'ensemble. Je rajouterais juste que "faut bien vendre des abonnements au Vélib et autre système...".

Roulant régulièrement dans Paris, j'ai déjà été témoin de plusieurs accidents dont au moins un mortel avec des Velib. J'aimerais bien connaitre la statistique officielle sur les accidents mettant en cause ces dangers publics...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous savez Lag0, et Tobias pourrait également vous en parler, mais ma ville est la pionnière dans le prêt de vélos (jaunes pour ne pas les citer:D), qui s'est transformé en location, et je puis assurer que depuis quelques années où l'impunité est le mot d'ordre pour les cyclistes, les accidents d'eux-mêmes ou contre les piétons se sont démultipliés, et que les statistiques "officielles" ne reflètent absolument pas la réalité.

 

Notre circuit cyclable ne déplore lui aucun accident impliquant des blessures graves ou mortelles, mais hélas, tout circuit devenu légal sur la voie publique par des bandes cyclable (non légal au regard des directives Européennes, mais légal au regard de notre législation territorial) a vu les accidents exploser.

 

Avant, sur la voie publique, les vélos étaient contraints aux même règles que les véhicules motorisés, au titre du code de la route.

Chaque jour passe une nouvelle loi qui déroge pour les deux-roues au code de la route...

cherchez l'erreur...

 

Il est très facile, en effet, de remettre la faute sur les véhicules motorisés, dû au fait de l'obligation de maitrise du dit véhicule.

Mais la réalité est que le comportement anarchique des cyclistes (tout autant que des scooter 50Cc;)) crée bien plus d'accident aujourd'hui qu'hier, alors que, et je parlerais pour ma ville, le nombre de vélos n'a que très légèrement augmenté, alors que le nombre de véhicules motorisés en ville à baissé.

Donc, présumer que ce serait dû à l'évolution démographique de la population de l'un ou l'autre des véhicules (car le vélo est un véhicule!), serait purement fallacieux.

 

Je le rappel, le code de la route s'applique toujours aux vélos, et doubler par la droite est strictement interdit, passer au feu rouge est strictement interdit, griller une priorité (Cédez-le passage, stop) est strictement interdit, remonter à contre-sens une voie de circulation est strictement interdit, zigzaguer entre les véhicules est strictement interdit, traverser au passages protégés en étant dessus son vélo est strictement interdit... etc...etc..

 

Les discours moralisateur des pro-cyclistes est dangereux pour eux-même, et surtout met la vie des autres en danger, et cela n'est pas admissible.

Tout véhicule qui circule sur voie publique doit se plier aux règles établies justement pour que la cohabitation puisse être possible, et éviter des situations que nous rencontrons désormais que des lois exonèrent ces cyclistes de ces règles élémentaires.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne pensais pas qu'il y aurait des réactions sur cette information destinée à tous sur le site, car moi-meme j'étais ignorant de la nouvelle mesure alors que j'en suis concerné (ville de 10000 habitants, zone 30, sens unique)

 

Le cycliste est toujours soumis aux régles du code de la route, mais peu à peu il est dégagé de toute responsabilité.

 

Jusqu'à présent, au titre de la loi Badinter, il était indemnisé de ses préjudices corporels quelque soit l'infraction commise par lui-même.

 

Mais il faut aller plus loin en punissant pénalement le vilain automobiliste, responsable de tous les maux alors qu'il est déjà une très bonne vache à lait.

 

Un nouveau pas a donc été franchi. Le prochain ne sera-t-il pas d'étendre cette mesure à toute la circulation en ville ou d'exonérer le cycliste de l'observation d'un panneau Stop par exemple, ou de créer un code de la route bis pour les cyclistes???

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un deux roues non motorisé contre une voiture qui roule à 30 Km/h... vous avez, vous, déjà vu les résultats?

 

Personnellement, j'ai déjà vu le résultat d'un deux roues non motorisé contre une voiture à l'arrêt (sans personne dedans...) : commotion cérébrale, avec perte de connaissance prolongée, plusieurs contusions et fractures...

 

Je ne parle même pas de l'état du vélo :cool: ... et de la voiture ! :(

 

NB : le cycliste était alcoolisé...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Barbiej;), c'est bien ce dont je parlais...

 

Personne casquée (vélo), se jetant en pleine course sur un véhicule qui passait à 25 Km/h dans une zone à 30, dont il est impossible de faire un écart à cause de bites tout le long de la rue.

Le vélo pensait certainement qu'en roulant à fond de course il pourrait passer... il arrivait d'un trottoir (roulait sur un trottoir à fond de course...^^)...

 

Deux membres à fractures ouvertes, casque éjecté, fracture ouverte de la boite crânienne (région Lobe Frontal), perte de matière grise (:rolleyes:), voiture avec des dégâts que l'on aurait jamais crus voire pour un choc avec un vélo...

 

Le cycliste inconscient est décédé.

 

C'est cela la sécurité des vélo?

C'est cela la responsabilité des cyclistes...?

 

Facile de toujours tout remettre sur le dos de ces tueurs d'automobilistes, de ces assassins de motards fous...

 

Autant je suis contre la vidéo surveillance sur la voie publique, supprimant tout droit à la vie privée, la liberté et confidentialité de mouvement, autant je rigolerais bien volontiers lorsque cela sera généralisé dans les centre-ville (qui seront tous (plus ou moins) soumis à la limitation de 30Km/h, et qu'alors, pour les besoins de l'enquête, on se servira des bandes vidéos pour déterminer la responsabilité dans un accident entre vélo et véhicule motorisé... et on en recausera de la responsabilité de présomption de culpabilité imposée à tout conducteur de véhicule motorisé:mad:

 

Chez-nous, cela à déjà eu son petit effet, et la considération du défaut de maitrise du véhicule motorisé lors d'accident contre un vélo n'est absolument plus du tout systématique...:rolleyes:

 

Mais c'est bien, on peut constater que plus ça va, plus nos chers gouvernants nous déresponsabilisent, et ce, quel que soit le domaine incriminé: Internet, tenu vestimentaire, circulation routière, liberté d'expression...etc

 

Le libre arbitre, la liberté créant de facto la responsabilisation des individus.

Certes il faut un minimum de lois pour encadrer les libertés, mais lorsqu'on en arrive à des passages à outrances de lois supprimant toute libertés, quel qu'elles soient (dont les fondamentales, inscrite dans notre constitution, dans la DUDHC), ce n'est absolument pas aller dans le sens de la responsabilisation des individus:rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

un véhicule qui passait à 25 Km/h dans une zone à 30, dont il est impossible de faire un écart à cause de bites tout le long de la rue.

Ah, c'était dans le bois de Boulogne ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah, c'était dans le bois de Boulogne ?

 

A peu près 500 Km de là:p

 

Blague mise à part, c'était pour "planter" le décor d'un accident où le défaut de maitrise du véhicule motorisé avait été écarté, et où la pleine responsabilité du cycliste (très nombreux témoins à l'appui, soit dit en passant:cool:) avait été à l'origine d'un spectacle peu envieux...

 

Tout ceci pour dire que lorsque je lis, que j'entends de tels propos, comme tenus par Nihilscio, où à 30 Km/h si accident il y a, il ne peut qu'être rare (ce qui atteste de sa méconnaissance du sujet par ailleurs), et n'entrainant que peu de dégât, et que de toute façon, ça ne peut être que du à un défaut de maitrise du véhicule motorisé... c'est non seulement archi-faux, mais de surcroit fait d'une complète abstraction de la réalité.

 

La plupart des accident contre des deux-roues non motorisée et motorisés à hauteur de 50Cc, sont principalement dus au non respect du code de la route (règles élémentaires), de leur propre part, que de la part des véhicules motorisés.

Ce n'est pas rien si des directives européennes prévoient de créer des espaces écartés/séparés des voies de circulation, pour les pistes cyclables, et que les bandes cyclables sont proscrite par ces dernières:rolleyes:

 

D'ailleurs, je met au défit quiconque ici-même de dire qu'il/elle n'a jamais vu de vélos, de scooter doubler sur la droite, zigzaguer entre les voitures, doubler sur la droite à fond de train (pognée coin.. comme on dit chez les motard:D), ou remonter en sens interdit une voie de circulation, ou bien griller des stops, cédez le passage et autres feux rouges...

ou alors traverser sur les passages protégés à cheval sur leurs véhicules au lieu d'être à pied, à côté...:rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout ceci pour dire que lorsque je lis, que j'entends de tels propos, comme tenus par Nihilscio, où à 30 Km/h si accident il y a, il ne peut qu'être rare (ce qui atteste de sa méconnaissance du sujet par ailleurs), et n'entrainant que peu de dégât, et que de toute façon, ça ne peut être que du à un défaut de maitrise du véhicule motorisé... c'est non seulement archi-faux, mais de surcroit fait d'une complète abstraction de la réalité.
Il me semble avoir affaire à un lobby de la bagnole mobilisé contre une population sur deux roues présumée irresponsable et je vais probablement vous faire bondir.

Olivier, j'aimerais connaître vos qualifications d'expert en risques de la circulation vous permettant de dénoncer ma méconnaissance du sujet.

Je suis moi-même automobiliste, souvent aussi piéton, très occasionnellement cycliste et je ne circule jamais en deux roues à moteur. Je ne suis donc pas naturellement porté à défendre les deux-roues contre les automobiles.

Je rappelle que le sujet initial porte sur l'ouverture de certaines zones 30 à la circulation des bicyclettes dans les deux sens et non à accorder toute licence aux cyclistes pour s'affranchir des règles du code de la route où que ce soit.

J'ai la naïveté de penser que les urbanistes sont suffisamment compétents pour que je puisse donner foi aux études qu'ils ont faites et aux expériences qui ont été menées.

J'ai écrit ceci et je maintiens :

Dans les zones 30 les automobilistes sont censés ne pas dépasser 30 km/h et à cette allure le risque d'accident est minime si l'on est un minimum vigilant. On est d'ailleurs en permanence censé maîtriser son véhicule et il ne faut pas confondre voie en zone 30 avec artère à grande circulation.

Personnellement, il m'arrive de traverser une zone 30 en voiture et c'est un lieu où je me sens particulièrement en sécurité, vis à vis de moi-même comme des autres. A cette allure, à part le cycliste ou le piéton qui viendrait sciemment se jeter sous mes roues, je ne vois pas ce qui pourrait arriver. Et, dans cette hypothèse, c'est lui qui en pâtirait bien plus que moi. Evidemment, lorsqu'on se met à traverser la zone à 50 km/h, voire plus, ce que je constate de la part de certains automobilistes, les conditions de sécurité ne sont plus les mêmes.

La plupart des accident contre des deux-roues non motorisée et motorisés à hauteur de 50Cc, sont principalement dus au non respect du code de la route (règles élémentaires), de leur propre part, que de la part des véhicules motorisés.
Avez-vous des références de rapports officiels ou des rapports de compagnies d'assurance ?

Je vais quand même faire une concession : on constate en effet à Paris une sinistralité inquiétante touchant les cyclistes et une propension de ceux-ci à prendre des libertés par rapport au code de la route.

Reconnaissons toutefois qu'il y a vingt ans il n'y avait pour ainsi dire aucun cycliste à Paris et que dans ces conditions la sinistralité ne pouvait qu'augmenter. Il y a des progrès à faire dans les deux sens : que les cyclistes se disciplinent, que les automobilistes apprennent qu'ils ne sont plus seuls en ville.

Les automobilistes ont tendance à considérer qu'ils ont le droit de circuler à la vitesse maximale autorisée par le code de la route et que tout autre véhicule, bicyclette, véhicule agricole, balayeuse etc, est un intrus l'empêchant d'exercer pleinement ses droits d'automobiliste. C'est une conception qu'il faut réviser. Le cycliste a autant le droit de rouler à 15 ou 20 km/h sur la route que l'automobiliste à 90.

Il m'est arriver de circuler dans quelques villes du tiers monde. Le code de la route y est peu respecté, la circulation totalement anarchique de sorte qu'on pourrait redouter que la circulation soit très dangereuse. Elle l'est en fait moins qu'on pourrait le croire parce que les automobilistes savent qu'à tout moment une autre voiture qui aura grillé le feu, un piéton, un cyclomoteur, voire un animal risque de surgir. Aussi, hors des grands axes de circulation, roulent-ils au pas et y a-t-il assez peu d'accident. Si l'on s'avise dans ces villes du tiers monde de se comporter comme à Paris ou à Marseille, l'accident est certain dans le quart d'heure : il faut s'adapter.

Ce n'est pas rien si des directives européennes prévoient de créer des espaces écartés/séparés des voies de circulation, pour les pistes cyclables, et que les bandes cyclables sont proscrite par ces dernières
Cela en vue d'ouvrir des voies nouvelles aux cyclistes sur les grands axes où ne s'aventurent actuellement que des téméraires. Dans les centre ville ces directives auraient plutôt pour effet d'interdire totalement la circulation automobile dans certaines rues. C'est la tendance. On n'est plus au temps de Pompidou où il fallait adapter la ville à l'automobile. L'alternative est donc soit la voiture et les bicyclettes, soit les bicyclettes seulement. Il faut savoir aussi que la tendance dans les PLU est d'imposer un maximum de places de stationnement dans les centres des grandes villes et non plus un minimum comme jusqu'à une période récente. Dans ce contexte, il ne s'agit moins de savoir comment admettre les cyclistes au milieu des automobiles que de savoir si l'on doit encore tolérer les automobiles.

 

D'ailleurs, je met au défit quiconque ici-même de dire qu'il/elle n'a jamais vu de vélos, de scooter doubler sur la droite, zigzaguer entre les voitures, doubler sur la droite à fond de train (pognée coin.. comme on dit chez les motard:D), ou remonter en sens interdit une voie de circulation, ou bien griller des stops, cédez le passage et autres feux rouges...

ou alors traverser sur les passages protégés à cheval sur leurs véhicules au lieu d'être à pied, à côté...:rolleyes:

Si, bien sûr. J'évite alors tout changement brusque d'allure ou de voie et je signale scrupuleusement tout changement de direction lorsque j'arrive à une intersection. Je sais que, si moi, je n'ai pas vu le deux-roues, celui-ci m'a vu, qu'il a calculé sa manoeuvre et qu'il convient donc de ne pas le surprendre.

Quant à traverser les clous, qu'on le fasse à vélo ou à pied, en matière de risque, c'est plutôt anodin. Tourner à droite à un stop ou à un feu, cela m'est arrivé à bicyclette : risque nul dans les conditions où je l'ai fait. En voiture, je ne me le permets pas : la largeur du véhicule n'est pas la même.

 

J'ai beaucoup réfléchi à la loi de 1985 sur la responsabilité civile dans les accidents de la route. Piétons et cyclistes sont pratiquement toujours considérés comme civilement responsables. Outre que cette loi règle la question de l'assurance - un piéton n'est pas forcément assuré alors qu'un automobiliste est censé n'être - elle prend en compte le fait que l'automobile constitue en soi un danger. Lorsque je vais faire une course en ville, je peux y aller à pied ou en voiture. A pied, même si je suis très étourdi, je risque fort peu de blesser qui que ce soit. Si je traverse la rue sans regarder, je risque de me faire renverser : c'est moi qui serais blessé, non l'automobiliste. Dans cette hypothèse, si cet automobiliste avait fait comme moi, se déplacer à pied, l'accident ne serait pas arrivé. Donc, même si la rsponsabilité de l'accident m'incombe principalement, l'automobiliste, même en ayant scrupuleusement respecté le code de la route, ne peut être pas totalement exonéré. S'il n'est pas coupable, il est néanmoins en partie responsable.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dans cette hypothèse, si cet automobiliste avait fait comme moi, se déplacer à pied, l'accident ne serait pas arrivé. Donc, même si la rsponsabilité de l'accident m'incombe principalement, l'automobiliste, même en ayant scrupuleusement respecté le code de la route, ne peut être pas totalement exonéré. S'il n'est pas coupable, il est néanmoins en partie responsable.

L'inverse fonctionne aussi... Non ?

 

"Dans cette hypothèse, si j'avais fait comme cet automibiliste, me déplacer en voiture, l'accident ne serait pas arrivé. Donc, la responsabilité de l'accident m'incombe principalement, et l'automobiliste, ayant scrupuleusement respecté le code de la route, ne peut pas être tenu pour responsable"

 

Tout est une question de comportement : on ne peut pas rendre responsables les automobilistes qui préfèrent prendre leur voiture plutôt que le vélo ou leur jambes (d'autant que certains n'ont pas le choix). On ne peut pas rendre responsables les autres de préférer rouler (vélo, rollers, deux-roues motorisés...) ou marcher.

 

Celui qui est responsable, c'est celui qui se croit seul et qui ne prend pas en compte les autres sur son chemin.

Sachant que si l'on était tous des gens civilisés, respectant le code de la route (aussi bien en voiture qu'en deux roues ou à pied...) et certains principes de sécurités pas forcément inscrits dans ce code, la quasi totalité des accidents de la route n'auraient pas lieux.

 

Il ne sert donc pas à grand chose de mettre en cause la responsabilité de tel conducteur de 2-roues, ou de tel automobiliste.

 

Le fait est que ce n'est pas le cas : de ce que je vois tous les jours, la majorité des cyclistes, piétons, automobilistes sont inconscients, irresponsables (dans l'autre sens du terme) et non respectueux du code.

Ce paramètre est une donnée qui apparemment n'a pas été prise en compte dans l'éventuelle autorisation de rouler en sens interdit donnée aux cyclistes...

 

Personnellement, je suis contre. Et je ne m'amuserai pas à le faire, même si c'est autorisé, le jour où je serai sur mon biclou.

De la même façon que je ne m'amuse pas à rouler sur les couloirs de bus dans Paris... Suicidaire !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hé hé, avec le genre de raisonnement de Nihilscio, on peut aussi dire que les parents de chaque assassin sont responsables des actes de leur enfant, car ils n'avaient qu'à pas lui donner naissance....:cool:

 

Plus sérieusement, la croisade anti-automobile menée par de braves bobos habitant en ville, à moins de 10mn de leur travail (à pied ou en 2 roues) est d'une noire stupidité, car pour eux, tout le monde devrait abandonner la voiture...et si on ne le fait pas, c'est forcément par mauvaise volonté....mais d'autre part, quand vous habitez à la campagne, où ne passe aucun bus, à cause de routes étroites et sinueuses, vous faites comment pour vous déplacer ???? Ah oui, en vélo, j'oubliais....en plein hiver, sur des routes verglacées et neigeuses, c'est facile...oui, il existe d'autres types de routes que les voies sur berges à Paris....

 

Et avec çà, vouloir faciliter la circulation des deux-roues, c'est très bien dans le principe, mais, en même temps, déclarer à qui mieux mieux que ce seront toujours les voitures les responsables et les coupables, c'est être d'une incompétence psychologique crasse (ceci est à l'attention des décideurs nationaux et associations vélocypédiques bien-pensantes, en aucun cas contre quelqu'un du forum, soyons clair !!) ....en plus, vous avez déjà vu des cyclistes porter des protections (casque, genouillères, etc ...) non bien sûr, ça ne va pas avec le costume truc ou la montre chose !!!!!

 

Perso, je m'adapte aux moyens mis à ma disposition. Quand je suis sur Paris, je prends le métro et surtout pas le vélo...à Lyon, oui, je prends le vélo, et à Nantes, bus et tramway. Et quand je vois les vélos circuler dans les couloirs bus, je me dis qu'il y a des crétins dangereux partout....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Perso, j'habite sur Paris mais je travaille à 60 bornes de Paris en banlieue. Comment je fais pour aller bosser en vélo ? 120 bornes par jour ? Tous les jours, été comme hiver ?

C'est vrai qu'ils me gonflent grave ces bobos/écolos. Et malheureusement, ils sont de plus en plus suivis par la population.

Certains avec qui je me suis fritté m'ont dit "et les transports en commun ?". Et bien désolé, mais quand je mets 3/4 d'heure en voiture ou 1/2 heure en moto (l'été) et 1h1/2 en transports pour aller bosser (et encore, les jours où il n'y a ni grève, ni incident), je choisis vite mon moyen de locomotion (sans même parler des métros et RER surchargés).

C'est promis, le jour où un RER passe me prendre devant chez moi et me laisse à ma boite, sans les 4 changements que j'ai actuellement, aux heures qui me conviennent et en mettant 3/4 d'heure, je le prends...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Lag0, il y a environ 5 ou 6 ans, j'avais tenu exactement le même discours sur le forum d'un "grand quotidien national", de gauche et très apprécié des bobos.

 

Je me suis alors fait traiter de tous les noms, et un forumeur m'avait alors dit que mes intérêts personnels devaient s'arrêter devant ceux de la société. Et que je me devais de choisir mon travail et mes amis de façon à pouvoir m'y rendre en transport en commun....texto !!! :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Barbiej, Tobias, Lag0, ne cherchez pas, où que je réponde, Nihilscio arrive tentant de discréditer mes propos:rolleyes:

 

La Rochelle est une ville d'essai de tout ce qui est transports (électrique, vélo... première ville à l'avoir fait adopter à ses citoyens^^... , solaires, GPL, gaz (bus)... etc..etc...).

 

Les rapports émis sont unanime concernant le devoir de respect stricte concernant le code de la route, et les directives européenne, afin que la sécurité de tous sur les voies de circulation soit assurée.

 

Lorsque je lis les propos de Nihilscio qui parle "d'urbanistes connaissant eux le sujet"... je ne répondrais qu'une chose: plan politique et non d'urbanisme:rolleyes:

 

Pas mieux pour les journées sans voitures (La Rochelle ayant elle, avant toute autre ville, quel que soit le pays, était la ville teste), où chaque année, le même rapport fait état non pas d'un abaissement de la pollution dans la zone sans voiture, mais bel et bien d'une augmentation de ladite pollution dans le circuit de contournement de la zone sans voiture, ne créant de fait qu'un déplacement de ladite pollution.

Des rapports parallèles concernant le chiffre d'affaire des commerces situés dans les zones sans voitures sont alarmant, faisant état de l'impossibilité de suppression total de la circulation routière motorisée en ville.

 

Bref...

Oui j'habite dans une ville où vous, Nihilscio, ce que vous découvrez, cela fait des années que c'est en test chez-nous, et que les rapports émis ne sont pas aussi favorables que ce que vous prétendez (ou ce que l'État politique prétend), et oui cela n'est que de la politique et non de l'urbanisme...

Un exemple, cela fait pratiquement 15 ans que nous avons des voitures électriques (les rouges Tobias;)) en libre service (sous abonnement)... alors que cela commence dans certaines grandes villes à arriver...

Mais ce qu'on ne dit pas, c'est le taux de pannes de ces véhicules électriques... bonjour la fiabilité de la voiture électique..

Voitures électriques dont on se demande où est l'écologie, puisque fonctionnant (à la recharge hein) à l'énergie nucléaire, dont les déchets sont des déchets durables, polluant sur des milliers d'années la plannete.. soit dit en passant.

Sans quoi on abattrait les bâtiments du centre-ville pour en faire des parcs, des zones arborées, de verdures en tout genre:mad:

 

Que croyez-vous... que le monde est tout jolis tout beau?

 

Le monde marche par l'argent et la politique, tout le reste n'est qu'excuses pour faire passer la pilule.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour,

ce message juste pour ajouter un témoignage.

j'habite une petite ville de province et là aussi les vélos sont/se croient les rois.

feux rouges et stops ignorés et traversées en pleine intersections dangereuses, sans regarder, jamais de bras tendu pour indiquer la direction, on doit la deviner à priori (tournera, tournera pas?), pas de feu la nuit (...), et surtout alternance de trottoirs, passages piéton, routes (à contresens si c'est plus pratique pour eux...), au gré de ce qui leur semble le plus simple pour arriver à destination. je ne parle même pas des pistes cyclables obligatoires (rond point par exemple) qui ne servent à rien apparemment puisqu'ils traversent encore une fois sans se soucier de ce qui se passe autour! et puis aussi les cyclistes qui se mettent à 2 ou trois à coté...

bref, je me retrouve dans vos histoires et franchement je crise!

la semaine dernière j'ai fait remarquer à un cycliste qu'il venait de commettre deux infractions graves (feu rouge grillé et dépassement par la droite à plus de 30km/h (puisque j'y étais, moi). résultat je me suis fait traiter de petite pet..sse :D

 

ce qui est pénible c'est qu'ils risquent leur vie mais aussi la notre et celle des piétons qui auraient le malheur de se retrouver au milieu de tout ça.

la responsabilité du conducteur automobile n'est rien si tous les acteurs ne prennent pas leur part de responsabilité sur la route. Nous devons tous respecter le code mais pas seulement, il faut impérativement faire attention aux autres. et non les cyclistes n'ont pas tous les droits sous prétexte qu'ils sont vulnérables.

 

bien à vous

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce dont il est question oppose le vélo du bobo libertaire à la bagnole en tant que droit fondamental de la franchouille. Deux conceptions difficilement conciliables.

 

On ne saurait de bonne foi contester que le cycliste, de plus en plus nombreux dans les grandes villes, a une propension certaine à prendre des libertés avec le code de la route et qu'il bénéficie d'un certain laxisme des forces de l'ordre auquel il serait bon de mettre fin.

 

Le vélo est un outil de liberté et on use et abuse de cette liberté. Le cycliste se sent à la fois conducteur d'un véhicule et piéton. Il conduit un véhicule parce qu'il se déplace sur la chaussée, mais il est proche du piéton par sa masse, sa mobilité et sa vitesse comparée à celle des voitures. Pour l'automobiliste, il est une sorte de piéton véloce se déplaçant sur la chaussée auquel l'automobiliste, maître de la chaussée depuis des décennies, n'est pas accoutumé. Aussi l'automobiliste est-il particulièrement agacé et inquiet de la présence du cycliste, agacé parce qu'il doit accepter un intrus, inquiet parce qu'il est conscient que le moindre incident peut se traduire par un accident corporel. Il est donc porté à dénoncer sans indulgence les infractions au code de la route trop souvent commises par le cycliste, et d'autant plus qu'il ne peut guère en commettre lui-même de semblables avec une telle aisance : se faufiler, griller des feux, des stop, rouler sur le trottoir etc.

 

L'automobiliste n'est cependant pas exempt de tout reproche. Car ce que fait le cycliste à son échelle de véhicule-piéton en centre-ville, l'automobiliste le fait à son échelle à lui là où il est le roi : sur les artères à plusieurs voies, les autoroutes, les boulevards périphériques. Là, on commet excès de vitesse, on se faufile, on tourne sans avertir, on se suit à vive allure sans respecter les distances de sécurité.

 

Les deux se partagent difficilement le même territoire, l'automobile présentant un fort danger pour les piétons et cyclistes de par sa masse et son encombrement dès lors qu'elle ne peut s'arrêter presqu'instantanément, soit au-delà de 20 ou 30 km/h. Au-dessus de cette allure, l'automobiliste domine et le cycliste, forcément téméraire, se range sur le côté. Or on ne peut astreindre un automobiliste à une allure aussi basse que 20 ou 30 km/h qu'en implantant des dispositifs qui l'y obligent. C'est alors que le cycliste domine, l'automobiliste étant paralysé par l'encombrement de son véhicule dans des voies qui lui ont été intentionnellement rendues inadaptées.

 

Pendant longtemps, priorité a été donnée à l'automobile. Le président Pompidou voulait y adapter Paris. Mais le sens de l'histoire a changé. On compte sur les transports structurants et véhicules légers pour se substituer aux voitures en centre ville. Pour ce faire, outre les dispositifs de limitation de vitesse, il y a un moyen efficace : l'insuffisance organisée des possibilités de stationnement. Les plans d'urbanisme évoluent en ce sens. L'autorisation que l'on prévoit de donner aux cyclistes, circuler dans les deux sens en zone 30 là où l'automobiliste ne peut s'engager que dans un sens, s'inscrit dans cette orientation politique d'exclusion de l'automobile. On peut essayer de protester mais il est difficile, et peut-être vain, de tenir front au vent de l'histoire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon, bon bon :D

 

Vivant à la campagne, à 12 km de la ville la plus proche avec boulanger, marché et supermarché, j'attends de pied ferme le 1er bobo avec son Vélib qui viendra me faire un discours sur le transport en commun :D

 

Plus sérieusement, j'ai fait récemment un voyage au Canada, et là, je peux vous dire que le cycliste, c'est pas le bobo parisien...Il existe un code, pour dire si le vélo tourne, de quel coté, et si on s'arrête...vi vi :p

 

Il y a beaucoup de pistes cyclabes même et surtout en banlieue où un lotissement n'est plus conçu sans sa piste dédiée aux vélos...J'ai même vu une dame en gros pick-up s'arrêter, sur une belle route, pour nous laisser passer, nous cyclistes sagement rangés sur le bas coté en attente de traverser là où on a le droit...C'est pas le même monde, c'est sur :rolleyes:

 

J'ajouterai que comme aux EU, il est parfois permis de tourner à droite au feu rouge, sans que cela ne pose de souci...ah ! et le pompon : dans un carrefour, il y a...4 stops ( pardon, "arrêt" !) ! et chacun passe en fonction de son ordre d'arrivée, si si ! Je vous laisse imaginer cela à Paris ou Marseille :D

 

Tout cela pour dire que tout est dans le respect de l'autre, qu'il soit en voiture ou sur un vélo, et qu'ici, on en est loin :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...