Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

préavis et réussite de concours


Girveremy

Messages recommandés

Bonjour,

 

Je suis actuellement en liste d'attente pour un concours (les IRA) qui me mènera a une école de la fonction publique. Je devrai donc déménager en septembre. Je voudrais faire jouer le préavis d'un mois. J'étais étudiante, je pense que cela peut passer pour un nouveau poste, un premier emploi, je serai attaché stagiaire dans la fonction publique, rémunérée.

 

Qu'en pensez-vous ? L'agance acceptera t'elle que ce soit un premier emploi? je suis actuellement étudiante et je ne peux absolument pas payer 2 loyers en septembre...

 

Merci beaucoup de vos réponses

 

---------- Message ajouté à 18h40 ---------- Précédent message à 18h33 ----------

 

je précise que je l'ai passé en externe, pour ceux qui sont interne (donc qui travaillaient déjà dans la fonction publique) cela vaut mutation professionnelle ! Cela me fait donc penser que pour les externes c'est valable aussi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 31
  • Création
  • Dernière réponse

Premier emploi oui pas une mutation ;)

Je suis d'ailleurs étonnée de ce que vous dites pour le concours interne

La réussite à un concours de la FP pour un autre corps (ou dans le même corps d'ailleurs) n'a jamais été une mutation !

C'est un reclassement

Un stagiaire qui participe au mouvement national de son corps pour attribution d'un poste oui est muté

Et pour eux ce n'est pas non plus le premier emploi car ils sont déjà salariés

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Réussir à un concours ne veut pas dire forcément emploi assuré. Vous serez sur liste d'aptitude, à vous de postuler

 

Uniquement pour un concours territorial.

Pour un concours national, le poste est assuré.

De toutes façons, un étudiant qui réussit un concours de la fonction publique devient fonctionnaire et cesse d'être étudiant.

Il est salarié, en attente de titularisation et cesse de pouvoir prétendre à la ss étudiante.

C'est donc bien un premier emploi, même s'il entre dans une école, type ENSIB ou ENM.

Lorsqu'il quittera cette école pour prendre son premier poste, il ne pourra par contre pas prétendre à un préavis de 3 mois. Ce sera la continuation d'une carrière commencée à l'école.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est donc bien un premier emploi, même s'il entre dans une école, type ENSIB ou ENM.

Lorsqu'il quittera cette école pour prendre son premier poste, il ne pourra par contre pas prétendre à un préavis de 3 mois. Ce sera la continuation d'une carrière commencée à l'école.

Il se faisait tard et il me semble que Sardineb a écrit autre chose que sa pensée.

 

Cela dit, pour moi, lorsque quelqu'un termine une école interne (fonction publique ou pas) et s'en va prendre un poste, il reste dans la même "entreprise" mais change de "fonction" donc il y a mutation. La loi indique "mutation" sans préciser si elle est fonctionnelle ou géographique. La loi inclut la mutation demandée et ne se limite pas à la mutation entièrement subie. Donc pour moi dans le cas cité par Sardineb il y aura encore droit à préavis réduit, pour mutation et non premier emploi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il se faisait tard et il me semble que Sardineb a écrit autre chose que sa pensée.

 

Non,non. Je suis une sardine noctambule!;)

 

Je relatais le parcours de ma fille ainée:

 

Ecole en province au 1er semestre. Etudiante. Concours réussi et départ à l'autre bout de la France comme fonctionnaire stagiaire et salariée, en école.

 

Préavis de un mois.

 

Dix huit mois plus tard, sortie d'école, premier poste à Paris:

 

Préavis de trois mois.

 

Bon, nous n'avons pas trop cherché dans les coins non plus. Son mari cessant d'être étudiant avait alors son premier travail et cela résolvait le pb du préavis.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non,non. Je suis une sardine noctambule!;)

 

Je relatais le parcours de ma fille ainée:

 

Ecole en province au 1er semestre. Etudiante. Concours réussi et départ à l'autre bout de la France comme fonctionnaire stagiaire et salariée, en école.

 

Préavis de un mois.

 

Dix huit mois plus tard, sortie d'école, premier poste à Paris:

 

Préavis de trois mois.

 

Bon, nous n'avons pas trop cherché dans les coins non plus. Son mari cessant d'être étudiant avait alors son premier travail et cela résolvait le pb du préavis.

Elle a participé à un mouvement au barème ou pas avec les autres titulaires ?

Pour les enseignants Certifiés stagiaires par exemple, ils passent au mouvement national pour leur premier poste à l'issue de l'année de stagiaire comme tous ceux qui demandent à bouger et c'est bien une mutation à ce moment là ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Elle a participé à un mouvement au barème ou pas avec les autres titulaires ?

Pour les enseignants Certifiés stagiaires par exemple, ils passent au mouvement national pour leur premier poste à l'issue de l'année de stagiaire comme tous ceux qui demandent à bouger et c'est bien une mutation à ce moment là ;)

 

Après l'école, ils font du speed dating avec les universités et trouvent leur poste par cooptation. Et ils gagnent plus de sous...il doit y avoir du barême sous cette poignée d'€.

Ce serait donc une mutation?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette réponse rapide, ca me rassure cette histoire de sécurité sociale, en effet je vais dans une école donc assurée d'avoir un travail, ce n'est une liste d'aptitude.

 

Pour la sortie de l'école, j'ai des amis qui ont eu ce préavis de un mois, donc c'est peut etre aussi selon le proprio, s'il est pointilleux ou procédurier il nous retient jusqu'au bout avec la loi, sinon certains proprios privés s'en fichent (heureusement pour nous pauvres étudiants, car 3 mois de préavis, c'est bien simple on ne peut parfois purement et simplement PAS les payer)

 

Bref, pour l'après je ne sais pas, et j'essaierai d'etre plus prévoyante, mais pour cet été, cette réponse me ravit, car je n'ai pas d'autres choix que d'attendre l'appel de l'école.

 

Merci donc !!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Perso je me contente d'une semaine de préavis parce que je sais retrouver un locataire dans la journée si le partant y met de la bonne volonté, coté tenue de l'appart' et facilité pour les visites.

Ce sont des scénarii qui se jouent en tandem, aussi. Je réagis en miroir, en quelque sorte.

Pour une sortie d'école envisagée comme mutation, on pourrait vous objecter que le jour d'entrée à l'école vous connnaissez déjà le jour de sortie. Pas d'effet de surprise. Donc rien qui justifie vraiment ce préavis raccourci en quelque sorte. Sauf parfois l'incertitude géographique sur le poste qui vous sera attribué.

 

Bonne chance en tous cas. C'est un peu minant, ces attentes!:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

SARDINEB, j'insiste, il faut vous coucher plus tôt !:p

Quand on écrit

Lorsqu'il quittera cette école pour prendre son premier poste, il ne pourra par contre pas prétendre à un préavis de 3 mois.
c'est pareil que si on écrivait il devra prétendre à un préavis de 1 mois....

Donc quand on expose le cas de fifille pour illustrer

Ecole en province au 1er semestre. Etudiante. Concours réussi et départ à l'autre bout de la France comme fonctionnaire stagiaire et salariée, en école.

Préavis de un mois.

Dix huit mois plus tard, sortie d'école, premier poste à Paris:

Préavis de trois mois.

on témoigne quon voulit écrire

il ne pourra par contre pas prétendre à un préavis de 1 mois

 

Et je continue à exposer que je ne partage pas cette analyse car :

Ecole en province au 1er semestre. Etudiante. Concours réussi et départ à l'autre bout de la France comme fonctionnaire stagiaire et salariée, en école.

Préavis de un mois. ==> 100% d'accord, mais

Dix huit mois plus tard, sortie d'école, premier poste à Paris ==> peu importe où était l'école, on est déjà, dans ce cas, salarié de l'employeur (de l'administration ou du privé car des entreprises privées peuvent avoir également des systèmes de formation interne de jeunes recrues), on termine le cycle de formation salarié, on est nommé dans une autre ville ou un autre quartier. C'est l'employeur qui décide du lieu où il va affecter. Même si on sait la date depuis le début, on découvre généralement le lieu au dernier moment. J'ai beau chercher je ne vois pas comment on peut appeler cela autrement que mutation donc préavis de 1 mois possible.

 

Donc, Marijo29 doit surtout ne pas se tromper dans l'indication de son motif et bien déterminer si son cas est réellement "premier emploi" ou "mutation" et faire valoir le droit au préavis de 1 mois.

 

Là où l'étudiant est la vache à lait, là où la loi n'a pas prévu de le protéger alors que l'étudiant n'a aucunement la main, c'est quand il est locataire ordinaire, et en CPCE (classes préparatoires aux grandes écoles). Il passe plein de concours en juin/juillet. Il obtient les résultats définitifs vers le 20 août ! rentrée des classes en septembre ! là ou ailleurs ! Alors comme l'étudiant n'a pas de boule de cristal, et qu'il n'est pas Crésus, il n'a qu'un moyen de ne pas se ruiner en "double loyer" : il pose son préavis (surtout s'il est dans du locatif vide/loi 1989) pour le jour de la fin des cours CPCE. Il assure latente des résultats de concours chez papa/maman ou tel ou tel pote. Il reprend le cas échéant un nouveau logement dans la ville où il était précédemment logé s'il décroche une école dans la même ville que là où il a fait CPCE. Parce qu'entre CPCE et grande école, il reste étudiant même sil n'a aucun moyen de bien prévoir son avenir immédiat ! Y'a pas de premier emploi ni de mutation ! Là, avec les tendances à faire bouger les étudiants, c'est bon pour les propriétaires ! Nombreux sont ceux qui perçoivent du préavis de locaux déjà vides. Et même sil est interdit de percevoir 2 fois du loyer sur 1 seul logement, je suppose que certains ne s'en privent pas.

 

Perso je me contente d'une semaine de préavis parce que je sais retrouver un locataire dans la journée si le partant y met de la bonne volonté, coté tenue de l'appart' et facilité pour les visites.
Là, c'est jouer c le feu si on n'y met pas les précautions d'usage : le locataire indique sa demande de "super réduction de préavis dans sa lettre de congé". Le propriétaire répond par écrit et plus volontiers LRAR qu'il accepte. S'il n'y a pas la demande du locataire, s'il est tordu, s'il a un revers et souhaite rester dans le logement, le propriétaire n'aura plus que les em***ds pour lui s'il a déjà signé le bail d'un successeur ! Ce sera trop facile pour le locataire sortant non sorti de démontrer que le propriétaire le poussait un peu trop dehors.
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

SARDINEB, j'insiste, il faut vous coucher plus tôt !:p

 

Là, c'est jouer c le feu si on n'y met pas les précautions d'usage : le locataire indique sa demande de "super réduction de préavis dans sa lettre de congé". Le propriétaire répond par écrit et plus volontiers LRAR qu'il accepte. S'il n'y a pas la demande du locataire, s'il est tordu, s'il a un revers et souhaite rester dans le logement, le propriétaire n'aura plus que les em***ds pour lui s'il a déjà signé le bail d'un successeur ! Ce sera trop facile pour le locataire sortant non sorti de démontrer que le propriétaire le poussait un peu trop dehors.

 

J'ai du mieux dormir, j'ai compris ce que vous vouliez dire !;)

Mea culpa :o

 

Pour le reste, je ne fonctionne pas comme ça: le locataire me donne son préavis, je l'enregistre et je lui mets le marché en main oralement.

S'il joue le jeu, tant mieux pour lui. Sinon c'est son problème.

Comme je loue essentiellement des meublés, le différentiel n'est pas gigantesque mais peut tout de même aller jusqu'à deux ou trois semaines.

Pour les vides, le bénéfice peut être énorme pour eux.

C'est l'un des rares avantages d'habiter Paris. Un logement en bon état part en quelques heures.

 

Et il est vrai que les locataires ne maitrisent pas toujours leurs déplacements et ne roulent pas sur l'or.

Ce pourquoi je mets tout en oeuvre pour leur faciliter la vie sans y laisser mon plumage.

Et c'est très faisable.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après l'école, ils font du speed dating avec les universités et trouvent leur poste par cooptation. Et ils gagnent plus de sous...il doit y avoir du barême sous cette poignée d'€.

Ce serait donc une mutation?

Alors non c'est une mutation si tu participes à un mouvement au barème et qu'ensuite tu te retrouves dans n'importe quelle ville en fonction de ton barème pas quand tu cherches ton affectation comme tu dis

C'est bizarre d'ailleurs qu'il n'y ait pas un barème et une liste d'après le rang au concours pour avoir les postes plus ou moins côtés par ordre :eek:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est bizarre d'ailleurs qu'il n'y ait pas un barème et une liste d'après le rang au concours pour avoir les postes plus ou moins côtés par ordre :eek:

 

Non, ils fonctionnent par cooptation. Liste des postes, listes des élèves.

C'est d'autant mieux qu'il y a des postes et des profils d'élèves extrêmement variés. On les laisse se reconnaitre entre eux, selon affinités.

En même temps il doit en sortir 60 au plus, les bonnes années et concours ts les deux ans.

 

Mais entre un qui fait ds le manuscrit médiéval et un qui s'occupe de la construction d'une nvelle BU, il y a un monde. Les juger sur notation de sortie serait un non sens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non, ils fonctionnent par cooptation. Liste des postes, listes des élèves.

C'est d'autant mieux qu'il y a des postes et des profils d'élèves extrêmement variés. On les laisse se reconnaitre entre eux, selon affinités.

En même temps il doit en sortir 60 au plus, les bonnes années et concours ts les deux ans.

 

Mais entre un qui fait ds le manuscrit médiéval et un qui s'occupe de la construction d'une nvelle BU, il y a un monde. Les juger sur notation de sortie serait un non sens.

Ok donc postes au profil oui c'est logique dans ce cas

Donc pas sur que ce soit une mutation pour eux car pas "d'obligation d'aller où l'administration les envoie "

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ok donc postes au profil oui c'est logique dans ce cas

Donc pas sur que ce soit une mutation pour eux car pas "d'obligation d'aller où l'administration les envoie "

 

Non. Ils vont là où ils veulent, ds une certaine mesure. Bon, c'est Paris et RP qui bouffe un max de postes, là où il y a le plus de mvent. Mais de toutes façon, ils arrivent de Lyon.

En gros, savent à quelle date ils vont en partir. Donc le préavis de 3 mois n'est pas si cruel. Sauf que bien sur ils pensent tous à autre chose...

Par contre, quand les postes libres paraissent, tout se joue en une ou deux semaines. C'est la course de rdv en rdv, l'autre oeil sur les annonces et bénis le ciel si tu as une famille pour assurer l'intérim.

 

Comme les autres, quoi, mais avec déjà 18mois de salaire derrière eux.

Comme faisait remarquer Fredval, c'est plus confortable.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai eu hier mon admission au concours. Ce matin j'appelle l'agence pour demander quels justificatifs ils demandent...on me répond que je ne peux pas réduire mon préavis à un mois car j'ai déjà travaillé l'été !! Mon premier emploi serait mon premier job d'été !!! est ce possible ??

 

Je ne peux pas payer ces trois mois c'est impossible a l'heure qu'il est, n'y a t'il pas moyen de réduire a un mois ?? je n'ai jamais eu de véritable poste, c'est la première fois que je ne suis plus étudiante ... Qu'en pensez vous ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi avoir dit que vous avez eu des jobs d'été aussi :eek::confused:

C'est vrai que la date d'inscription comme salarié à la SS qui compte pour un premier emploi :(

 

Donc 2 possibilités :

- soit vous tentez le coup quand même :

 

Vous envoyez votre LRAR de préavis réduit pour premier emploi selon l'article 15 de la loi du 6 juillet 1989

Vous leur fournissez une copie de votre carte d'étudiante et de votre affectation de réussite au concours et ils iront contester votre préavis réduit s'ils ont envie ;)

 

Demandez bien RV pour l'Edl de sortie pour cette date dans ce courrier aussi

 

- Soit vous donnez votre préavis de 3 mois vous le libérez au bout d'un mois et si vous êtes dans une zone recherchée par les étudiants normalement ce sera reloué vite vous ne payerez le loyer qu'au prorata de vacance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi avoir dit que vous avez eu des jobs d'été aussi :eek::confused:

 

Parce que sinon, et si en plus les parents ne sont pas milliardaires, ils n'ont pas le logement, tout bêtement.

C'est la double impasse.

 

Moi aussi je prends préférentiellement les étudiants qui me démontrent leur courage...

Sauf que je ne l'utilise pas contre eux à la sortie.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Parce que sinon, et si en plus les parents ne sont pas milliardaires, ils n'ont pas le logement, tout bêtement.

C'est la double impasse.

Non car pour louer à des étudiants les propriétaires /agences demandent toujours les revenus des parents qui doivent régler le loyer et ces derniers doivent être de plus en plus conséquents :( :rolleyes:

On ne demande jamais si l'étudiant a travaillé et gagné des clopinettes pendant les vacances :p

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Albertinho
      Bonjour 
      je paye mon loyer pour un appartement et il est inclus une cave elle devait être libre trois mois après la signature ( le temps de le laisser débarrasser et vider celle-ci)
      donc cela fait 13 loyers payer dont 10 sans avoir pu bénéficier de la cave puis-je les déduire du loyer ? 
    • Par Sev161109
      Bonjour ma mère fait une coloc avec sa sœur qui arrive plus tard que ma mère dans le logement mais elle et violente avec ma mère que peut elle faire
    • Par jac1980
      Bonjour
      Ma mère décédée avait hypothéqué sa maison au profit de mon frère et sa femme continue à payer l hypothèque .
      Comment peut se régler la vente de cette maison en faveur des héritiers et l' hypothèque doit elle continuer à être payée par la personne redevable ?
      L' hypothèque s' éteint elle au décès de celle qui s' est porté é caution avec sa maison ?
      Merci de me répondre
      Cordialement
      ****
    • Par Vinl
      Bonjour,
       
      A la suite d'une situation personnelle compliquée, [...] en centre d'hébergement [...]
       
      Pour me sortir de cette situation, j'ai pu retrouver, de moi-même et par l'intermédiaire d'une agence immobilière, un appartement.
       
      Pour rentrer dans les lieux, payer ma caution et les frais d'agence ainsi que le premier loyer, j'ai dû faire appel au Fonds Solidarité Logement qui m'a accordé un prêt et s'est aussi porté garant (pour ceux qui ne connaissent pas, c'est le principe de cet organisme) [...]
       
      A la visite de l'appartement, j'ai bien vu que c'était un appartement avec des hauteurs de plafond importantes, sans double-vitrage, ni volets mais il y a des choses auxquelles je n'ai pas fait attention [...]compte par la suite, en y vivant :
      - humidité, présence de moisissures dans un coin de l'appartement et infiltrations d'eau au niveau [de la fenêtre de toit]
       
      - mauvaise isolation (appartement situé au-dessus du hall d'entrée de l'immeuble et en dessous des toits) car j'entends tous les bruits avoisinants et extérieurs et j'ai assez froid malgré la présence de chauffages électriques qui ne me semblent pas suffisants en quantité et étant donné la hauteur des plafonds (plus de 3 mètres), les dépenses énergétiques vont être très conséquentes et obligation de mettre un chauffage d'appoint (poêle à pétrole car je n'ai que ça) qui est toxique et produit de l'humidité
       
      - absence de détecteur de fumée et disjoncteur général en dehors du logement dans le hall d'entrée au rez-de-chaussée)
       
      A la signature du bail, le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) ne m'a pas été communiqué mais j'avoue ne pas avoir pensé à le demander non plus.
       
      Quelques temps après, je l'ai réclamé et ai obtenu le DPE du logement voisin (l'adresse n'est pas la même). J'ai alors contacté l'agence immobilière pour lui demander de me fournir le Dossier de Diagnostic Technique (DDT) qui doit comporter le fameux DPE. L'agence immobilière m'a bien envoyé ledit DDT correspondant à mon appartement, excepté que le DPE intégré est à nouveau celui de l'appartement voisin.
       
      Je sais que le DPE n'est, pour l'instant, pas opposable (il le deviendra en janvier 2021) sauf, d'après ce que je comprends, s'il a été volontairement caché : ce qui constitue un DOL. Peut-on considérer que c'est le cas, ici ?
       
      Pour l'état de l'appartement, j'ai effectué un Relevé d'Observation du Logement (RLO) que j'ai transmis au Plan Départemental de Luttre contre l'Habitat Indigne (PDLHI), j'attends la suite.
       
      Je soupçonne mon agence immobilière d'être volontairement malhonnête à plusieurs sujets et je m'en explique :
       
      [;..]J'ai fait l'état des lieux et suis rentrée dans mon appartement le 16 juillet 2018 or je constate, sur l'historique de mon compte locataire, que pour mon loyer du[année date] L'agence a décompté, sur le prêt qui m'était alloué, un prorata de loyer de 17/31 jours.. Or [...] il y a 16 jours [...] et non 17 jours.
      De plus l'état de lieux est édité au[1 jour avant la bonne date]mais je l'ai bel et bien signé [1 jour après](j'ai l'attestation du centre d'hébergement qui atteste les dates de mon hébergement [date]
       
      [...]
       
      Mon agence immobilière était parfaitement informée que j'avais droit à l'aide au logement parce que lors de la constitution de mon dossier à ce sujet, elle a dû remplir une partie et a demandé à ce que l'aide au logement soit versée directement sur son compte bancaire (à partir du moment où j'étais bénéficiaire du FSL, je ne pouvais m'opposer à ce versement direct) et c'est elle-même qui m'a dit que l'aide au logement allait probablement débuter [2 mois plus tard]
       
      [or en 2 mois après], l'agence immobilière a prélevé sur mon compte bancaire [...]ce prélèvement abusif a fini par mettre mon compte bancaire en situation de découvert non-autorisé (en effet, il n'était pas prévu dans mon budget que cette somme soit débitée) ce qui, d'une part, m'a empêché de retirer de l'argent, de payer quoi que ce soit et donc de vivre alors que je sortais à peine d'un centre d'hébergement (et l'agence immobilière le savait !) et, d'autre part, ce prélèvement abusif, mettant mon compte bancaire en situation de découvert non-autorisé, a généré des frais bancaires : rejet de chèques, agios.... Dès que je me suis rendue-compte de cette situation, j'ai contacté l'agence immobilière qui m'a confirmé qu'elle avait effectivement bel et bien perçu mon aide au logement mais qu'elle n'avait pas été informée des dates de prélèvement de la CAF et que les prélèvements automatiques des loyers étaient paramétrés en fin de mois précédent...Or l'agence immobilière savait pertinemment que j'allais probablement percevoir l'aide au logement en Septembre 2018 puisque c'est elle-même qui me l'a dit et pouvait donc paramétrer un prélèvement de 97€ quitte à ce que je régularise ensuite si le versement de l'aide au logement n'avait pas été effectuée !
       
      D'autre part, lorsque j'ai réclamé à l'agence immobilière le remboursement du trop-perçu, dans un premier temps elle m'a proposé de le conserver au crédit de mon compte locataire pour m'éviter de futurs prélèvements. J'ai refusé et elle m'a donc dit qu'elle me rembourserait par chèque en le postant ce jour ou le lendemain. Or, dans un second temps, l'ai téléphoné à l'agence immobilière deux jours après pour savoir si elle avait bien posté ledit chèque de remboursement, celle-ci m'a rétorqué que non mais qu'elle allait le faire ce jour, je l'ai recontacté deux jours ensuite et le chèque n'était toujours pas posté et elle me promettait, comme au cours des appels précédents, de me le poster le jour-même...
      Comprenant que cette situation allait certainement volontairement perdurer et accentuer mon découvert non-autorisé par des frais engendrés par la situation et étant dans l'impossibilité de retirer le moindre argent depuis plusieurs jours, j'ai envoyé un e-mail à l'agence immobilière exigeant le remboursement immédiat du trop-perçu et par virement en lui rappelant mon contexte de vie à ce moment-là ainsi que les conséquences du prélèvement abusif de loyer, et j'ai également demandé, sur présentation d'un justificatif établi par mon conseiller bancaire, le remboursement des frais bancaires générés par la responsabilité de l'agence immobilière. Celle-ci m'a bien remboursé, par virement, le trop-perçu de loyer mais a toujours refusé de me rembourser les frais bancaires.
       
      Pour finir, j'ai retrouvé un autre appartement beaucoup mieux et moins cher afin de m'aider à remonter la pente dans laquelle je suis tombée, et j'ai donc voulu donner, à l'agence immobilière, mon préavis (un mois en ce qui me concerne en fonction de ma situation actuelle) directement par "lettre remise en main propre contre décharge". J'avais prévu de quitter l'appartement pour le 05 janvier 2018. Je suis passée à l'agence immobilière le 04 et 05 décembre 2018 aux horaires d'ouverture et j'ai été systématiquement, au cours de ces deux jours consécutifs, confrontée à une porte fermée sans aucune information (absence temporaire, vacances d'hiver...???).
      J'ai donc été contrainte, par la force des choses, d'envoyer mon courrier en recommandé avec accusé de réception et ai donc barré sur mon courrier initial "lettre remise en main propre contre décharge" que j'ai remplacé par "courrier envoyé en recommandé avec avis de réception".
       
      Or en retour de mon courrier, l’agence immobilière m’a répondu que, pour mon préavis, seule la date de réception du courrier faisait foi (soit une résiliation de bail au 07 janvier 2019 puisque mon courrier a été reçu au 07 décembre 2018) et non la date d’envoi (le 05 janvier 2019) et refuse donc m’accorder mon préavis initialement prévu au 05 janvier 2019.
       
      J’aurais donc souhaité savoir quels autres recours, hormis ceux que j’ai déjà engagés, je pouvais avoir pour cette situation, et notamment pour récupérer les frais bancaires que l’agence immobilière refuse de me rembourser et pour faire valoir mon préavis au 05 janvier 2019 et non pas au 07 janvier 2019 car j’estime que l’agence immobilière m’a déjà bien assez arnaquée comme ça !
       
      Je vous remercie de vos réponses et vous prie de m’excuser pour la longueur du message en espérant avoir exposé la situation assez clairement.
    • Par Vinl
      Bonjour,
       
      [...]
       
      A mon arrivée, il n'y avait ni eau, ni électricité.
       
      J'ai contacté le fournisseur d'eau et d'électricité pour mettre en service qui ne pouvaient pas venir dans l'immédiat.
      Je suis restée quelques jours sans eau, ni électricité.
      Le technicien de l'électricité m'a dit que normalement, c'était à l'agence immobilière de s'occuper de tout ça avant l'entrée des lieux.
       
      Là, je viens de recevoir ma facture d'ouverture de contrat et elle est plutôt salée pour une première : 118 € qui comprennent l'abonnement + l'ouverture du compteur, sans la consommation d'eau.
       
      J'aurais donc voulu savoir si c'était effectivement dans les obligations de l'agence immobilière d'ouvrir le compteur d'eau et d'électricité. Et si oui, puis-je lui réclamer la somme relative à l'ouverture du compteur d'eau (sans la part d'abonnement, évidemment) ?
       
      Merci d'avance de vos réponses.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...