Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Notaire & Huissier en prévision d’une vente ?


Captcha

Messages recommandés

Bonjour,

 

 

Ma mère, mon frère et moi souhaitons vendre notre fond de commerce familial.

Pour ma part, suite à une décision de justice, je rembourse une somme mensuelle, à vie, à un huissier. (perte d’un procès contre une banque…engagement fait devant un juge, je rembourse 250 Euros/mois à vie, j’ai 62 ans et même si je deviens centenaire, je ne liquiderai pas ma dette)

Ma part de la vente du fond de commerce est d’environ 50 000 Euros.

 

- Comment le Notaire procède t-il ?

- Ai-je le droit de refuser ma part de cette vente, plutôt que de la perdre ?

- Ai-je le droit de donner ma part à mes enfants, plutôt que de la perdre ?

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 31
  • Création
  • Dernière réponse

Le mieux est d'être débarrassé de sa dette, donc tout ce qui peut concourrir à l'éponger est mieux.

Le concept de refus de part n'existe pas en la circonstance, puisqu'on ne peut ni accepter ni refuser de recevoir quelque chose qu'on possède déjà.

Cette part, qui est simplement transformée en argent suite à la vente, est déjà dans votre patrimoine.

Le créancier, s'il est au courant de cette transaction, devrait donc pouvoir demander en justice de s'en saisir.

Je crains que la donation à vos enfants puisse être attaquée comme faite en fraude des droits du créancier (action paulienne).

 

PS. Pourquoi avez-vous été condamné à rembourser une personne exerçant le métier d'huisser alors que vous avez perdu un procès contre une banque ? Normalement vous auriez dû être condamné à rembourser une banque, la partie adverse ? Dans ce cas, même si ça passe par un huissier, c'est bien la banque que vous remboursez mensuellement.

je rembourse une somme mensuelle, à vie, à un huissier (perte d’un procès contre une banque)
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le mieux est d'être débarrassé de sa dette, donc tout ce qui peut concourrir à l'éponger est mieux.

Le concept de refus de part n'existe pas en la circonstance, puisqu'on ne peut ni accepter ni refuser de recevoir quelque chose qu'on possède déjà.

Cette part, qui est simplement transformée en argent suite à la vente, est déjà dans votre patrimoine.

Le créancier, s'il est au courant de cette transaction, devrait donc pouvoir demander en justice de s'en saisir.

Je crains que la donation à vos enfants puisse être attaquée comme faite en fraude des droits du créancier (action paulienne).

 

PS. Pourquoi avez-vous été condamné à rembourser une personne exerçant le métier d'huisser alors que vous avez perdu un procès contre une banque ? Normalement vous auriez dû être condamné à rembourser une banque, la partie adverse ? Dans ce cas, même si ça passe par un huissier, c'est bien la banque que vous remboursez mensuellement.

 

Bien sûr…je confirme que l’Huissier de Justice est l’intermédiaire entre la banque et moi…Et en effet, je rembourse la banque (même si mon prélèvement mensuel et au nom de l’Huissier)

Lors de ma condamnation, l’Huissier étant chargé de recouvrir pour la banque cette dette, nous avons lui et moi convenu d’un remboursement mensuel de 250 Euros par mois (protocole signé par devant un juge) ce remboursement mensuel est à vie, car j’ai 62 ans et que ma dette est d’environ 200000 Euros.

Donc que le fruit de la vente parte à cette banque ne me permettra pas d’éponger cette dernière…

Je précise aussi, que ma condamnation à rembourser cette somme à la banque et suite à un gros problème d’actions en bourse en 2001 (j’ai une part de faute, mais la banque elle aussi…et le tribunal à fait un choix)

Vous évoquez, dans une de vos phrases « Le créancier, s'il est au courant de cette transaction, devrait donc pouvoir demander en justice de s'en saisir. »

Par quel moyen ?

Existe-t-il un fichier ou autres ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bien sûr…je confirme que l’Huissier de Justice est l’intermédiaire entre la banque et moi…Et en effet, je rembourse la banque (même si mon prélèvement mensuel et au nom de l’Huissier)

 

Lors de ma condamnation, l’Huissier étant chargé de recouvrir pour la banque cette dette, nous avons lui et moi convenu d’un remboursement mensuel de 250 Euros par mois (protocole signé par devant un juge) ce remboursement mensuel est à vie, car j’ai 62 ans et que ma dette est d’environ 200000 Euros.

 

Donc que le fruit de la vente parte à cette banque ne me permettra pas d’éponger cette dernière…

 

Je précise aussi, que ma condamnation à rembourser cette somme à la banque et suite à un gros problème d’actions en bourse en 2001 (j’ai une part de faute, mais la banque elle aussi…et le tribunal à fait un choix)

 

Vous évoquez, dans une de vos phrases « Le créancier, s'il est au courant de cette transaction, devrait donc pouvoir demander en justice de s'en saisir. »

 

Par quel moyen ?

Existe-t-il un fichier ou autres ?

 

 

 

L'argent ira dans votre compte bancaire ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'argent ira dans votre compte bancaire ?

 

Dans l’hypothèse ou le Notaire me fait un chèque nominatif je ne vois pas d’autres moyen !

Vous si ?

 

---------- Message ajouté à 14h12 ---------- Précédent message à 13h58 ----------

 

L'argent ira dans votre compte bancaire ?

 

Dans l’hypothèse ou le Notaire me fait un chèque nominatif je ne vois pas d’autres moyen !

Vous si ?

 

NB. Je ne suis plus à la même banque depuis longtemps ( celle de ma condamnation )

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dans l’hypothèse ou le Notaire me fait un chèque nominatif je ne vois pas d’autres moyen !

Vous si ?

 

---------- Message ajouté à 14h12 ---------- Précédent message à 13h58 ----------

 

 

 

Dans l’hypothèse ou le Notaire me fait un chèque nominatif je ne vois pas d’autres moyen !

Vous si ?

 

NB. Je ne suis plus à la même banque depuis longtemps ( celle de ma condamnation )

 

C'est ce que je demandais en fait.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comment voyez-vous la suite de cette transaction ?

 

Vous vendez, vous percevez un chèque, que vous déposez dans une autre banque. Sauf erreur de ma part, vous n'avez aucune obligation à vous précipiter pour dire à la banque dont vous êtes débiteur "coucou, j'ai des sous, vous les voulez ?"

 

En effet, dans la mesure où le tribunal vous a condamné à payer mensuellement, et où vous vous acquittez, vous respectez vos obligations.

 

Lors de votre succession cependant, vos héritiers auront à choisir entre votre actif et votre passif...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous vendez, vous percevez un chèque, que vous déposez dans une autre banque. Sauf erreur de ma part, vous n'avez aucune obligation à vous précipiter pour dire à la banque dont vous êtes débiteur "coucou, j'ai des sous, vous les voulez ?"

 

En effet, dans la mesure où le tribunal vous a condamné à payer mensuellement, et où vous vous acquittez, vous respectez vos obligations.

 

Lors de votre succession cependant, vos héritiers auront à choisir entre votre actif et votre passif...

 

Concernant ma succession, j’en ai discuté avec mes fils, dans la mesure ou je n’ai à ce jour aucun bien à mon nom…

Je pensais qu’il existait un fichier central ou Notaire et Huissier puisent ce genre d’informations avant de finaliser la vente…

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Concernant ma succession, j’en ai discuté avec mes fils, dans la mesure ou je n’ai à ce jour aucun bien à mon nom…

 

Je pensais qu’il existait un fichier central ou Notaire et Huissier puisent ce genre d’informations avant de finaliser la vente…

 

Je n'en sais fichetrement rien. Mais c'est le fisc peut-être qui va vous attendre au tournant.

 

Vous allez déclarer cette entrée !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je n'en sais fichetrement rien. Mais c'est le fisc peut-être qui va vous attendre au tournant.

 

Vous allez déclarer cette entrée !

 

Vous me donnez de fausses joies !!! Vous n’êtes pas sûr ?

Concernant le fisc… Ben… ce n’est qu’une vente de petit fond de commerce, et si ma part monte à 50 000 Euros ce qui représente la moitié de la part que me laisse mon papa à son décès (cela fait 10 ans)

Je ne pense même pas à la plus-value, car cette petite affaire a été acheté par mes parents cela fait 65 ans ! Alors la plus-value…

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo

si personne ne prévient le creancier je doute qu'il ait un moyen de connaitre cette entrée d'argent

 

combien avez vous d'enfants?

 

un ami a été dans cette situation et il a resolu facilement son problème

 

votre mère, votre frère, vos enfants votre entourage? personne ne vous a preté de l'argent que vous ne leur avez pas rendu?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

si personne ne prévient le creancier je doute qu'il ait un moyen de connaitre cette entrée d'argent

 

combien avez vous d'enfants?

 

un ami a été dans cette situation et il a resolu facilement son problème

 

J'ai 2 enfants et....... 5 petits enfants...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous évoquez, dans une de vos phrases « Le créancier, s'il est au courant de cette transaction, devrait donc pouvoir demander en justice de s'en saisir. »

 

Par quel moyen ?

Existe-t-il un fichier ou autres ?

Oui, il s'agit du BODACC. A noter que, de toute façons, vos enfants devront renoncer à votre héritage ou rembourser cette dette.
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, il s'agit du BODACC. A noter que, de toute façons, vos enfants devront renoncer à votre héritage ou rembourser cette dette.

 

Ma situation actuelle vis-à-vis de cette vente est :

Mes parents ont acheté ce fond de commerce il y à 65 ans

Au décès de notre père en 1991, un établissement de dévolution a été fait par devant Notaire

Mes parents étant mariés en seule noce sans contrat

La dévolution successorale

a) moi

b) mon frère

Nous n’avons rien fait d’autre…je pense donc que notre mère à environ 50 %, mon frère 25 % moi-même 25 % de ce fond de commerce si nous le vendons aujourd’hui.

Mon affaire de procès avec une banque remonte à 2001

Vous me confirmez donc, que je ne percevrai rien de cette vente… Et qu’il n’existe aucun autre moyen pour limiter ma casse…

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personne n'a dit que vous ne recevrez pas la valeur de vos droits dans cette vente. Vous allez toucher cette somme.

 

Après tout dépend de la formulation exacte du jugement.

On pourrait imaginer que le jugement autorise un versement mensuel parce qu'il n'y a pas d'autre solution, mais que ceci puisse être soumis à révision en cas de modification substancielle de votre situation.

Dans un tel cas, le créancier pourrait avoir intérêt à s'enquérir régulièrement de votre situation financière.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personne n'a dit que vous ne recevrez pas la valeur de vos droits dans cette vente. Vous allez toucher cette somme.

 

Après tout dépend de la formulation exacte du jugement.

On pourrait imaginer que le jugement autorise un versement mensuel parce qu'il n'y a pas d'autre solution, mais que ceci puisse être soumis à révision en cas de modification substancielle de votre situation.

Dans un tel cas, le créancier pourrait avoir intérêt à s'enquérir régulièrement de votre situation financière.

 

Et que pensez de la réponse de Maria-C (voir plus haut) : Il exsiste bien un fichier le BOCCAD ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En cas de cession d'un fonds de commerce, les créanciers du commerçant peuvent présenter leur créances à la cession et demander à être payés sur la somme consignée.

Par contre, rien ne dit que la banque est créancière du commerce. Je dis seulement qu'elle sera au courant de la vente et pourra donc demander saisie des sommes, entre les mains du notaire qui détiendra les fonds ou entre les mains de Captcha, suivant le cas.

 

Le BODACC se consulte sur le site www.bodacc.fr mais en général, un professionnel comme une banque est abonné à ses productions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En cas de cession d'un fonds de commerce, les créanciers du commerçant peuvent présenter leur créances à la cession et demander à être payés sur la somme consignée.

Par contre, rien ne dit que la banque est créancière du commerce. Je dis seulement qu'elle sera au courant de la vente et pourra donc demander saisie des sommes, entre les mains du notaire qui détiendra les fonds ou entre les mains de Captcha, suivant le cas.

 

Le BODACC se consulte sur le site www.bodacc.fr mais en général, un professionnel comme une banque est abonné à ses productions.

 

J’ai consulté bodacc.fr et ne trouve aucunes informations à mon nom ! Et je ne sais plus comment faire pour m’en assurer, si vous pouviez me dire ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous n'avez pas encore vendu. Vous (votre notaire) devra en informer le bodacc uniquement après la vente.

 

Si je comprends bien, ce n’est qu’après la vente, mais avant que je perçoive le chèque, que le boccad sera informé et que l’huissier à qui je verse (pour le compte de la banque) chaque mois, sur décision d’un Juge, par la signature d’un protocole d’accord, une somme fixe de 250 € à vie, s’interposera et réclamera le montant de cette vente ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cessez de mentionner l'huissier comme si c'était un décideur prenant des décisions spontanément.

Aucun huissier, apprenant que vous avez touché une somme, se dira, "tiens, je vais lui saisir la somme, afin de la remettre au créancier".

 

Oui M'sieur ! Donc je reformule ma phrase...

 

Si je comprends bien, ce n’est qu’après la vente, mais avant que je perçoive le chèque, que le boccad sera informé et que la banque à qui je verse chaque mois, sur décision d’un Juge, par la signature d’un protocole d’accord, une somme fixe de 250 € à vie, s’interposera peut-être et réclamera le montant de cette vente ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La banque pourrait, mais cela dépend aussi de la formulation exacte du protocole d'accord et du jugement. Il se peut que le protocole ou le jugement rend la chose définitive et non révisable en fonction de l'évolution de votre situation financière. Il se peut que le protocole ou le jugement laisse des portes ouvertes si votre situation financière change.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La banque pourrait, mais cela dépend aussi de la formulation exacte du protocole d'accord et du jugement. Il se peut que le protocole ou le jugement rend la chose définitive et non révisable en fonction de l'évolution de votre situation financière. Il se peut que le protocole ou le jugement laisse des portes ouvertes si votre situation financière change.
C'est exact, il faut impérativement relire l'engament pris devant le juge pour ovir s'il parle de retour de fortune.
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par alt
      Bonjour,
      le notaire d'où je sors pour une succession vient clairement de me dire "écoutez, c'est trop compliqué... j'ai pas envie de m'occuper du dossier, ça fait déjà 2 ans que je l'ai, j'ai que 25€ à y gagner (mais bien sur ^^) .... je pars à la retraite dans un mois."
       
      Je vous passe les détails les détails du genre
      "mais vous avez ce document [...]?
      Oui monsieur là dans ma pochette...
      ah oui mais non et celui ci, et celui là ... blablabla" J'ai tout il ne regarde rien !!!!
       
      Que faire à part lui demander le nom de la personne qui reprendra le dossier ?
    • Par Vesso
      Bonjour,
      Un éclaircissement  svp !
      Une donation  de  la nue propriété d'un bien immobilier avec réserve d'usufruit pour le donateur,  un don d'usufruit temporaire de10 ans d'un bien immobilier,  période aujourd'hui terminée,  une donation-partage de biens immobiliers sont bien rapportables  pour calculer l'actif successoral  ?
    • Par jac1980
      Bonjour
      le notaire chez qui ma mère avait deposé ses testaments m' a transmis par courrier leur contenu alors que je n' ai aucun bien légué : tout revient à mes 3 demi frères et soeur en l' occurrence des meubles et du linge .
      Avait il le droit de me transmettre ces documents puisque je ne suis pas concernée?et un testament ne doit il pas être ouvert en présence d' un des héritiers ou d' un des enfants et pas fait dans l intimité du cabinet notarial ?
      Merci de me répondre
      cordialement
      ****
    • Par dom-ctc
      Bonjour,
       
      - Suite à une enième réunion chez le notaire, les heritiers restent en désaccord sur le partage, qui devra donc se faire judicairement avec les délais que l'on connait actuellement.
      - Un bien (maison) est en indivision et un membre de la famille occupe cette maison.
      - Je demande la mise en place d'un "loyer" ou "indemnité d'occupation" et tout le monde est d'accord.
      - Je demande à mon avocat d'ecrire une LRAR à l'occupant afin de lui réclamer les loyers .
      - Mon avocat me demande (alors qu'on s'est vu plusieurs fois !!) à ce moment sur quel compte d'indivision le loyer doit être payé !
      - je contacte le notaire, on me répond "Ouvrez un compte en banque au nom de l'indivision" . Quand je mentionne que je n'ai aucun contact direct avec les autres indivisaires, on me dit "c 'est pas grave, ouvrez le compte" (Rien d'evoqué non plus par le notaire au moment de la réunion, ca aurait été trop simple !!!)
      - En attendant d'avoir un interlocuteur (plus ou moins) spécialiste de ces questions à la banque, je google un coup et je vois : "ce compte doit être ouvert par tous les indivisaires, chaque opération de rentrée ou sortie doit être validée par tous les indivisaires " (ce qui semble logique)
       
      Questions :
      - comment faire pour ouvrir ce compte si les autres indivisaires refusent , peut-on les contraindre ? comment ?
      - y-a-t-il une autre voie pour faire payer ce loyer ?
       
      merci et bonne année
    • Par Anadorirai
      Bonjour,
       
      Je vous expose un peu la situation, J'ai 2 [enfants] [je suis seul]
       
       
      J'ai acheté, [seul], [un bien immobilier il y a quelques années], c'est une résidence secondaire ,à l'aide d'un prêt sur [moins de 20 ans]
      J'ai un logement de fonction [...]) avec mon travail faisant donc office de résidence principale .
       
      [j'ai rencontré quelqu'un presque en même temps que l'achat immobilier]
      [nous avons eu un enfant 3 ans plus tard et nous sommes mariés,] sans contrat de mariage.
      [mon partenaire a un enfant adulte et tout se passe bien depuis le mariage]
       
      Mes interrogations sont donc:
       
      [mon bien] , [acheté et remboursé seul] , je souhaite que seuls mes 3 enfants en héritent, en bénéficient , Comment procéder ?
      J'ai fait un testament, dans lequel je lègue le droit d'habitation à mon époux mais je l'exherède de tout autre droit , il ne peut ni vendre, ni hériter du 1/4 en PP, car au final cela reviendrait à léguer indirectement une part à [son enfant], le jour où lui partira [son enfant] héritera donc forcément de sa part à lui (de ce bien], part divisée par 2 bien sûr avec notre [enfant]
      Je ne peux imaginer que [son enfant] récupère une part de ce que j'aurais payé moi toute ma vie et ainsi priver mes 3 enfants de ce qu'il leur revient légitimement.
       
      Malheureusement, Lors de la rédaction de mon testament, le notaire m'a signifié que sans contrat de mariage, [son enfant] pourra tout de même réclamer une part de[mon bien], en arguant que le prêt qui a remboursé pendant [toutes ces années] suivant la date de notre mariage aurait été payé par moitié par [mon patenaire] (la communauté),  alors qu'il n'en n'est rien du tout , je suis[seul] à payer [ce bien] et les charges , sur mon compte personnel avec mon salaire. Je devrai donc lui rembourser à elle la moitié des mensualités que j'ai pourtant payé [seul] ??
       
      Quels sont mes recours ,
       
      De plus nous n'avons aucun compte en commun, si demain mon[partenaire]venait à décéder comment se passe la succession sur ses comptes pour notre [enfant], et moi, étant donné que nous n'avons rien à nos deux noms, il a des comptes épargne, son père décédé depuis peu, va recevoir une certaine somme d'argent .....
       
      Je vais me retrouver à devoir de l'argent à [son enfant]sur un bien que j'ai payé [seul]et me retrouver moi sans rien de la succession ? j'ai beaucoup de mal là ....
       
      Bien cordialement,
       
      [...]
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...