Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Elhana

Messages recommandés

Bonjour,

 

j'avais déjà posté ici deux ou trois questions à propos d'une affaire dans laquelle je suis impliquée plus ou moins "malgré moi". En voulant aider un ami qui s'était mis dans un beau pétrin judiciaire, j'ai été embarquée au fil du temps dans une affaire qui prend une ampleur infernale et aujourd'hui, me voilà soumise à un dilemme.

 

Je sais que cette personne que j'ai tenté d'aider est dangereuse. Dangereuse parce qu'elle ne réalise ni la gravité de ses actes, ni vraiment qu'il ne faut pas recommencer si elle tombait sur d'autres "*******s" comme elle les définit. Je suis destinataire de confidences écrites et parlées terribles de la part de cet homme, je l'ai aussi vu en crise de colère et le moins que je puisse dire est que j'ai peur désormais. Seulement, je ne sais plus exactement comment agir.

 

J'ai en ma possession une sorte de journal intime dans lequel il tient des propos concernant une affaire en cours d'enquête actuellement. J'ignore ce qu'il peut advenir de ce document si je le donne aux autorités, ou même si c'est pertinent de le donner, sachant qu'il y est moins question des faits eux-mêmes que du ressenti inquietant de l'auteur, et d'une certaine préméditation dont il n'était pas question au départ. Ce texte se poursuit et montre que tout peut recommencer d'un moment à l'autre mais est-ce réellement à la police de connaître tout cela ? Y a-t-il un autre interlocuteur possible dans l'histoire ?

 

Je ne veux pas simplement enfoncer cet homme, quoi qu'il ait fait, mais je ne peux pas jouer avec le feu, savoir des choses et me taire...

 

Ce post est légèrement confus, je suis désolée, mais si vous avez des pistes...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 32
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

 

Il serait utile de savoir de quel type d'affaire il s'agit.

Dans tous les cas, vous devez permettre à la police et aux autorités judiciaires de faire leur travail en leur communiquant toute pièce susceptible de manifester la vérité, quelque soit le lien qui vous unit à l'auteur.

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Il serait utile de savoir de quel type d'affaire il s'agit.

Dans tous les cas, vous devez permettre à la police et aux autorités judiciaires de faire leur travail en leur communiquant toute pièce susceptible de manifester la vérité, quelque soit le lien qui vous unit à l'auteur.

 

Cordialement

 

En réalité plusieurs affaires sont traitées parallèlement :

 

- exhibitions par webcam devant mineures (et tenue d'un carnet avec détails à caractère sexuels sur lesdites mineures et d'autres personnes)

 

- Coups et blessures et menaces de mort contre son ancien employeur et sa compagne, ainsi que la secrétaire...

 

Violences volontaires sur son ex copagne (déjà jugé)...

 

15 plaintes au total, si mes comptes sont bons...

 

Merci de votre prompte réponse... et si vous poursuivez sur votre lancée, je vous offre une médaille... en chocolat !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les pros de la procédure pénale que sont Habéas et Paul Bes (petit coucou au passage) vous en diront plus sur la démarche que vous devez suivre mais il va de soi que vous devez impérativement remettre ce journal aux autorités (PJ, procureur de la République ou juge d'instruction si une information a été ouverte).

 

Très cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les pros de la procédure pénale que sont Habéas et Paul Bes (petit coucou au passage) vous en diront plus sur la démarche que vous devez suivre mais il va de soi que vous devez impérativement remettre ce journal aux autorités (PJ, procureur de la République ou juge d'instruction si une information a été ouverte).

 

Très cordialement

 

Ah mais je serais ravie d'avoir l'avis d'expert de Paul Bes, qui m'aida déjà en son temps avec ses conseils lupins...

 

Remettre ce journal, qui m'arrive par morceaux, n'est pas aisé... Surtout que plusieurs commisqsariats traitent ces dossiers et que je ne sais pas vers lequel aller.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Remettre ce journal, qui m'arrive par morceaux, n'est pas aisé... Surtout que plusieurs commisqsariats traitent ces dossiers et que je ne sais pas vers lequel aller.

 

C'est pour ça qu'il peut être utile de remettre le journal au Parquet. Vous ne savez pas si il y a eu ouverture d'une instruction? Est-ce que votre ami a été mis en examen? (si il y a mise en examen, il y a instruction)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Solal, quel plaisir de vous retrouver. :)

 

Vous devez désormais disposer d'un peu plus de temps...:rolleyes:

 

Il est toujours difficile de jauger des écrits à distance, même si on vous les dépeint.

 

Dans cette histoire, ce qui me dérange le plus se sont les exhibitions, doublées d'actes violents. En criminologie, chacun sait qu'un comportement sexuel déviant est susceptible à terme de passer à une étape supérieure s'il n'est pas résolu.

 

Je sais que cette personne que j'ai tenté d'aider est dangereuse. Dangereuse parce qu'elle ne réalise ni la gravité de ses actes, ni vraiment qu'il ne faut pas recommencer si elle tombait sur d'autres "*******s" comme elle les définit. Je suis destinataire de confidences écrites et parlées terribles de la part de cet homme, je l'ai aussi vu en crise de colère et le moins que je puisse dire est que j'ai peur désormais

 

En outre, ce passage me laisse penser que l'agent est susceptible d'être sujet au raptus (sentiment, parfois de colère, incontrôlé entrainant la perte de la maitrîse de soi et pouvant aller, tellement il est puissant, jusqu'à l'autolyse).

 

Le mélange des deux peut effectivement faire craindre le pire. Mais dans l'humain rien n'est acquis d'avance (prédéterminisme)

 

Sachez que si votre ami est poursuivi pour exhibition sexuelle devant mineur(e) il y a de fortes chances pour que celui-ci soit soumis à une expertise psychiatrique.

 

Néanmoins, ses écrits pourront être une aide précieuse, tant pour la justice, que le cas échéant, pour la médecine (soins).

 

D'un point de vue procédural, tant que ces écrits ne résultent pas d'un moyen déloyal (vol, confiés à titre pro...) je ne vois pas d'obstacle de procédure à ce qu'ils soient communiqués à la justice.

 

Reste à savoir ou en est la procédure pour trouver le meilleur interlocuteur.

 

Si vous le savez, indiquez le nous. Nous vous aiguillerons;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Solal, quel plaisir de vous retrouver. :)

 

Vous devez désormais disposer d'un peu plus de temps...:rolleyes:

 

Il est toujours difficile de jauger des écrits à distance, même si on vous les dépeint.

 

Dans cette histoire, ce qui me dérange le plus se sont les exhibitions, doublées d'actes violents. En criminologie, chacun sait qu'un comportement sexuel déviant est susceptible à terme de passer à une étape supérieure s'il n'est pas résolu.

 

 

 

En outre, ce passage me laisse penser que l'agent est susceptible d'être sujet au raptus (sentiment, parfois de colère, incontrôlé entrainant la perte de la maitrîse de soi et pouvant aller, tellement il est puissant, jusqu'à l'autolyse).

 

Le mélange des deux peut effectivement faire craindre le pire. Mais dans l'humain rien n'est acquis d'avance (prédéterminisme)

 

Sachez que si votre ami est poursuivi pour exhibition sexuelle devant mineur(e) il y a de fortes chances pour que celui-ci soit soumis à une expertise psychiatrique.

 

Néanmoins, ses écrits pourront être une aide précieuse, tant pour la justice, que le cas échéant, pour la médecine (soins).

 

D'un point de vue procédural, tant que ces écrits ne résultent pas d'un moyen déloyal (vol, confiés à titre pro...) je ne vois pas d'obstacle de procédure à ce qu'ils soient communiqués à la justice.

 

Reste à savoir ou en est la procédure pour trouver le meilleur interlocuteur.

 

Si vous le savez, indiquez le nous. Nous vous aiguillerons;)

 

Si j'ai tout bien suivi, il n'y a pas encore de mise en examen, juste des enquêtes préliminaires... excepté pour les violences déjà jugées. L'homme a récolté 3 mois avec SME et obligation de soins.

 

En réalité, ce qui m'effraie vraiment, c'est que pour l'heure et malgré la pression de cette condamnation (dont les modalités ne sont pas encore mises en place, puisque le jugement date du 25 mai), notre ami continue à dérailler et je me retrouve de plus en plus sur "son passage". Je sens qu'il approche d'un point de rupture.

 

Or pour être franche, je détesterais être une fois de plus en danger parce que la police ou le parquet réagit à mon action avec la célérité d'un escargot asthmatique. J'ai déjà subi une "crise" de cet homme (qui s'est mal terminée pour moi) quand il a estimé que je l'avais trahi et il a beau s'accrocher à moi comme un enfant à sa mère, je ne donne plus cher de ma peau s'il est avisé que j'ai transmis à ses "ennemis" de quoi le charger un peu.

 

En fait, en lisant ses écrits, je réalise que je suis passée en quelques jours de la posture "il est vraiment fragile psychologiquement, il faut l'aider" à "j'ai peur parce que c'est également un manipulateur qui estime n'avoir plus rien à perdre"

 

Bref, désolée de vous enrober ma réponse avec plein de bla-bla mais... j'avoue qu'il n'est pas aisé de rester concise et efficace...

 

Sinon, Paul, gare, je vous avais déjà menacé de vous épouser :p

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

D'un point de vue juridique, je rejoins les avis selon lesquels toutes pièces en votre possession permettant de faire avancer les autorités d'une part, et aider les professionnels de santé éventuels à rétablir un équilibre psychologique d'autre part, doivent être transmises.

 

Par contre, je ne comprends pas votre volonté de continuer à aider cet "ami"... En effet, au vu de vos antécédents, vous êtes vous-même dans état de relative faiblesse psychologique (j'espère d'ailleurs que votre affaire précédente et celle-ci ne sont pas liées... :confused:).

 

Vous dites vous-même avoir affaire à un manipulateur, violent, incontrôlable, qui vous a déjà fait du mal... ainsi qu'à d'autres.

Il est temps de vous protéger vous, sans parler du fait de protéger dans le même temps les futures éventuelles victimes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

D'un point de vue juridique, je rejoins les avis selon lesquels toutes pièces en votre possession permettant de faire avancer les autorités d'une part, et aider les professionnels de santé éventuels à rétablir un équilibre psychologique d'autre part, doivent être transmises.

 

Par contre, je ne comprends pas votre volonté de continuer à aider cet "ami"... En effet, au vu de vos antécédents, vous êtes vous-même dans état de relative faiblesse psychologique (j'espère d'ailleurs que votre affaire précédente et celle-ci ne sont pas liées... :confused:).

 

Vous dites vous-même avoir affaire à un manipulateur, violent, incontrôlable, qui vous a déjà fait du mal... ainsi qu'à d'autres.

Il est temps de vous protéger vous, sans parler du fait de protéger dans le même temps les futures éventuelles victimes.

 

Pour pârler clairement, je suis en effet moi-même extrêmement fragile au niveau psychologique. Je fais partie de celles que l'on appelait avant les hystériques, entre autres. C'est sans doute pour cela que même en ayant été victime de cette personne, je fais preuve d'une trop grande empathie envers lui.

 

Cependant, me protéger, ou protéger d'autres personnes de lui n'est pas chose logique et évidente non plus puisqu'il m'est quasiment impossible de rompre le contact avec lui (il me retrouve jusqu'au fond d'une clinique en y mettant un peu de bonne volonté, fiit toujours par avoir mon adresse, sait où j'étudie...) et que la seule fois où, après avoir pâti violemment de ses déraillages, j'ai décidé de porter plainte, ça s'est assez mal terminé. La police fait ce qu'elle peut, j'imagine, mais je suis un peu en première ligne à tous les niveaux.

 

Franchement, si vous vous retrouviez coincée entre un homme qui de toutes façons finit toujours par vous remettre la main dessus et des autorités et sa famille qui vous avouent leur impuissance à vous aider ?

 

Je suis un peu obligée d'improviser, dans cette histoire... A moins que vous ne sachiez comment réagir quand un homme en proie à un moment d'égarement atterrit sur votre pallier et qu'il n'y a personne autour pour vous dire "ok, je le prends en charge" ? Si c'est le cas, je vous assure que je serai une élève attentive.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne veux pas simplement enfoncer cet homme, quoi qu'il ait fait, mais je ne peux pas jouer avec le feu, savoir des choses et me taire

 

Votre question première dans ce post était de savoir si vous deviez transmettre cette correspondance ou non, et vous vous posiez la question parce que vous ne vouliez pas l'enfoncer davantage.

 

Si votre dilemme se situe plus au niveau de votre propre sécurité, les réponses seront différentes. :o

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Votre question première dans ce post était de savoir si vous deviez transmettre cette correspondance ou non, et vous vous posiez la question parce que vous ne vouliez pas l'enfoncer davantage.

 

Si votre dilemme se situe plus au niveau de votre propre sécurité, les réponses seront différentes. :o

 

Les deux jouent, mon général !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Désolée pour le ton un peu sec (c'est naturel chez moi, pas intentionnel ;)).

 

Pour le premier point, je réitère mon avis ci-dessus : détachez-vous de votre agresseur, concentrez vous sur votre sécurité.

 

En avez-vous parlé aux autorités en charge du dossier ? Ont-ils des solutions, temporaires, à vous proposer ?

De ce que j'ai pu glaner comme informations, il y aurait la possibilité d'une mise en détention provisoire de l'agresseur, par mesure de protection des témoins. A confirmer. :confused:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Désolée pour le ton un peu sec (c'est naturel chez moi, pas intentionnel ;)).

 

Pour le premier point, je réitère mon avis ci-dessus : détachez-vous de votre agresseur, concentrez vous sur votre sécurité.

 

En avez-vous parlé aux autorités en charge du dossier ? Ont-ils des solutions, temporaires, à vous proposer ?

De ce que j'ai pu glaner comme informations, il y aurait la possibilité d'une mise en détention provisoire de l'agresseur, par mesure de protection des témoins. A confirmer. :confused:

 

Solution proposée par les autorités : rester en contact avec cet homme pour continuer à recevoir ses confidences. En dehors de ça, non, pas d'idées de génie...

 

Et pour une détention provisoire, cela me semble hasardeux à ce stade, puisqu'on est loin d'une instruction encore... non ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et pour une détention provisoire, cela me semble hasardeux à ce stade, puisqu'on est loin d'une instruction encore... non ?

 

Ce n'est pas juste hasardeux... C'est carrement impossible procéduralement!

 

Dites, cet homme ce n'est pas le même que celui évoqué dans d'autres sujets? :rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas juste hasardeux... C'est carrement impossible procéduralement!

 

Dites, cet homme ce n'est pas le même que celui évoqué dans d'autres sujets? :rolleyes:

 

 

Je l'ai déjà évoqué, si, ne serait-ce qu'en avril dernier... En fait, sur Net-Iris j'ai déjà éoqué deux agresseurs. L'un a été jugé et condamn pour ce qu'il m'a fait, et j'ai enfin réussi à tourner la page. Le second, c'est cet "ami".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et bien, à relire le sujet, j'aurais le même avis que Barbiej: Eloignez vous de "cet ami"! :cool:

 

A vous relire (question de truffe sans doute), j'ai l'impression que votre relation avec cet homme a ce "je ne sais quoi" de pathologique et qu'il risque de vous entraîner tôt ou tard avec lui dans ses dérives. De vous tirer avec lui vers le fond, en quelques sortes.

 

Cessez de jouer les infirmières, on soigne les autres lorsqu'on est soi même en bonne santé, pas lorsqu'on est en convalescence;)

 

Vous d'abord. Le manifeste et ses confidences, on verra plus tard...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et bien, à relire le sujet, j'aurais le même avis que Barbiej: Eloignez vous de "cet ami"! :cool:

 

A vous relire (question de truffe sans doute), j'ai l'impression que votre relation avec cet homme a ce "je ne sais quoi" de pathologique et qu'il risque de vous entraîner tôt ou tard avec lui dans ses dérives. De vous tirer avec lui vers le fond, en quelques sortes.

 

Cessez de jouer les infirmières, on soigne les autres lorsqu'on est soi même en bonne santé, pas lorsqu'on est en convalescence;)

 

Vous d'abord. Le manifeste et ses confidences, on verra plus tard...

 

Question à mille euros : quelle attitude adopter quand "par hasard" je le retrouve sur le pas de ma porte ? Comme ce soir, en fait, où j'ai dû lui dire de rentrer chez son père... manque de chance pour moi, il était bien "parti". Et essayez de vous défendre quand vous n'avez qu'un bras et une jambe valides... Porter plainte ?

 

L'éloignement physique et moral, durant quelques mois, n'a en rien empêché qu'il me retrouve au final, ni que les autorités m'impliquent pleinement dans l'affaire... malgré mon désir réitéré d'être tenue à l'écart.

 

Je connais cet homme depuis plus d'un an. Après avoir subi l'une de ses "crises", j'ai abandonné le dossier et tenté d'envoyer balader la police et autres quand on me reconvoquait tous les quatre matins pour raconter pour la centième fois la même histoire. J'ai craqué, je me suis fait hospitaliser un certain temps entre autres pour justement avoir une chance de m'occuper de moi... et de ne plus croiser cet homme ni les m'sieurs dames en uniforme.

 

Résultat ? l'homme a su où je me réfugiais et la police me joignait régulièrement pour me tenir au courant de ses faits et gestes et m'inquiéter.

Et à ma sortie... il m'attendait, en plein délire devant chez moi. Il travaille à deux pas et je viens d'apprendre aujourd'hui qu'il fait tout pour que son obligation de soin soit mise en place... dans ma rue.

 

A part ça, sa famille, la police, considèrent touhjours que je suis une interlocutrice de choix... et je le croise toutes les semaines au minimum.

 

Moi je veux bien m'éloigner et cesser de jouer les infirmières mais si je ne le fais pas, non seulement on me le reproche mais en plus, cette personne perd le peu de maîtrise qu'il garde en général face à moi et c'est moi qui en pâtis.

 

A l'heure actuelle, ma priorité est d'empêcher qu'il soit laissé en roue libre. Pour ma sécurité comme pour lui. Et la réponse des autorités est "on ne peut rien pour vous, coopérez à l'enquête et tenez le coup"

 

Désolée pour le coup d'amertume mais je sors d'une dure soirée...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, ou plutôt, bonjour vu l'heure!

 

votre histoire est désolante. Mais c'est à vous qu'il faut penser en premier lieu et en premier. Comme l'a dit Paul Bes, faut être en état pour s'occuper des autres. Et, par expérience, je peux vous dire: "il faut pas nourrir les chiens errants, ils finissent toujours par vous mordre".

 

Il existe l'hospitalisation d'office, qui s'exécute à la demande des autorités, si je ne me trompe pas et "qui s'applique aux personnes qui compromettent l'ordre public ou la sûreté des personnes. Et l'hospitalisation à la demande d'un tiers (famille ou entourage).

Porquoi cela n'a-t-il pas déjà été mis en place plutôt qu'une prise en charge qui va se faire...dans votre rue.

 

Portez plainte contre lui tous les jours s'il le faut, ces m'sieursdames en uniforme seront bien obligés d'agir au bout d'un certain temps. Sans cela vous pourrez en référer directement au procureur.

 

Et si c'est le seul moyen de vous débarasser de lui...armez-vous d'une bombe lacrymo (légale, bien sûr), puis appelez les FDO en arguant qu'il vous a attaquée. Bonne façon de l'éloigner car vu son dossier, ce devrait être détention provisoire ou HP. Et tant pis si vous êtes poursuivie car "la légitime défense n'est pas appliquable".

Pas un pote ou deux qui pourraient lui démonter la tête en lui expliquant de ne pas approcher?

 

Bien sûr, je ne suis pas juriste, j'établis simplement ce que je ferais.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il existe l'hospitalisation d'office, qui s'exécute à la demande des autorités, si je ne me trompe pas et "qui s'applique aux personnes qui compromettent l'ordre public ou la sûreté des personnes. Et l'hospitalisation à la demande d'un tiers (famille ou entourage).

Porquoi cela n'a-t-il pas déjà été mis en place plutôt qu'une prise en charge qui va se faire...dans votre rue.

 

Portez plainte contre lui tous les jours s'il le faut, ces m'sieursdames en uniforme seront bien obligés d'agir au bout d'un certain temps. Sans cela vous pourrez en référer directement au procureur.

 

Ca, oui.

 

C'est un internement d'ordre administratif. L'hospitalisation est régie par les articles L.3213-1 et suivants du code de la santé publique. La pièce essentielle est l'arrêté préfectoral. Cet arrêté préfectoral entraîne une "hospitalisation sous contrainte". Il doit être motivé et indiquer les circonstances qui l'ont rendu nécessaire. Cette motivation se fonde sur:

 

une enquête du maire ou des services de police notant les témoignages recueillis et les faits démontrant le trouble mental et le caractère dangereux des actions;

 

un certificat médical constatant l'existence de troubles mentaux et leur dangerosité. Ce certificat médical ne peut émaner d'un psychiatre exerçant dans l'établissement de santé devant accueillir le patient.

 

Cas exceptionnel : dans le cadre d'un danger imminent pour la sûreté des personnes, dûment constaté par un médecin, ou à défaut par la notoriété publique, le maire peut ordonner une mesure provisoire d'hospitalisation à l'égard des personnes dont les troubles mentaux sont manifestes. Le préfet devra ensuite prononcer un arrêté d'hospitalisation d'office dans les 48 heures après l'admission (accès au dossier "HO d'urgence").

Et si c'est le seul moyen de vous débarasser de lui...armez-vous d'une bombe lacrymo (légale, bien sûr), puis appelez les FDO en arguant qu'il vous a attaquée. Bonne façon de l'éloigner car vu son dossier, ce devrait être détention provisoire ou HP. Et tant pis si vous êtes poursuivie car "la légitime défense n'est pas appliquable".

Pas un pote ou deux qui pourraient lui démonter la tête en lui expliquant de ne pas approcher?

Ca, non...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui Monsieur, je reconnais que je suis allé un peu loin. Ceci étant, cette femme est seule face à un dingue et les FDO ne font rien ni pour l'aider ni pour la protéger. Alors on fait quoi? On attend un autre "accident"?

Pour ma part, c'est cela que je ne trouve "pas acceptable"...

Et quand je parle ainsi, c'est que je pense à la sécurité de ma mère, de ma femme, de ma petite soeur et de ma fille demain.

Si nous vivions dans un monde parfait et que l'on puisse compter sur les FDO pour faire leur boulot comme il se devrait (ce qui n'est pas le cas ici, loin s'en faut, ils se servent de cette femme), nous n'aurions pas à penser de cette façon.

Et je dis "nous" car j'ai simplement exprimer tout haut ce que beaucoup gardent pour eux - peut-être que vous également - par peur des réprimandes!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui Monsieur, je reconnais que je suis allé un peu loin. Ceci étant, cette femme est seule face à un dingue et les FDO ne font rien ni pour l'aider ni pour la protéger. Alors on fait quoi? On attend un autre "accident"?

Pour ma part, c'est cela que je ne trouve "pas acceptable"...

Et quand je parle ainsi, c'est que je pense à la sécurité de ma mère, de ma femme, de ma petite soeur et de ma fille demain.

Si nous vivions dans un monde parfait et que l'on puisse compter sur les FDO pour faire leur boulot comme il se devrait (ce qui n'est pas le cas ici, loin s'en faut, ils se servent de cette femme), nous n'aurions pas à penser de cette façon.

Et je dis "nous" car j'ai simplement exprimer tout haut ce que beaucoup gardent pour eux - peut-être que vous également - par peur des réprimandes!

 

Bof, au-delà de ça, cet homme a déjà subi 2 HO et ca n'a servi à rien... 3 semaines de "soins" l'ont rendu encore plus fauve. Mais j'envisage de déménager loin de l'ile de france, déjà...

 

En revanche, non je n'irai pas lui faire refaire le portrait par mes gentils gardes du corps... ce n'est pas la peine de pousser à l'illégalité des gens que j'apprécie. Au pire, en attendant qu'on s'occupe efficacement de lui, j'évite de sortir seule. Mais avec les partiels qui approchent ca risque d'être drôle.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui Monsieur, je reconnais que je suis allé un peu loin. Ceci étant, cette femme est seule face à un dingue et les FDO ne font rien ni pour l'aider ni pour la protéger. Alors on fait quoi? On attend un autre "accident"?

Pour ma part, c'est cela que je ne trouve "pas acceptable"...

Et quand je parle ainsi, c'est que je pense à la sécurité de ma mère, de ma femme, de ma petite soeur et de ma fille demain.

Si nous vivions dans un monde parfait et que l'on puisse compter sur les FDO pour faire leur boulot comme il se devrait (ce qui n'est pas le cas ici, loin s'en faut, ils se servent de cette femme), nous n'aurions pas à penser de cette façon.

Et je dis "nous" car j'ai simplement exprimer tout haut ce que beaucoup gardent pour eux - peut-être que vous également - par peur des réprimandes!

 

Peur des réprimandes? :D:D:D

 

Non, je dis cela par principe. Ce n'est pas parce que vous vous estimez victime d'une infraction que vous avez le droit à votre tour d'en commettre une autre.

 

Parce que, ce que vous prônez, revient, ni plus ni moins, qu'à un retour de plusieurs siecles en arrière. Celui de la vengeance privée. Oeil pour oeil, dent pour dent... :rolleyes:

 

Ce système a démontré toute son efficacité. Il dressait des clans contre des clans, des villages contre des villages. Et lorsqu'un clan était trop fort, on lui livrait celui qu'il réclamait par peur de la destruction. Belle justice! (et "?") :rolleyes:

 

Ainsi, par extension, la Loi du plus fort pouvait s'imposer. "Juste comme çà" (confidence)... la Loi du plus fort, c'est la Loi de la Jungle!

 

Alors à choisir, je préfère la justice moderne. Certes, avec ses imperfections, dont on peut discuter..., mais qui, comparativement, a dans son modèle une fonction de cohésion sociale.

 

Alors par principe, pour éviter ces dérives, oui, moi je prône le respect de la légalité.

 

S'il n'y a pas de légalité, il n'y a pas d'ordre. Et s'il n'y a pas d'ordre, il n'y a pas de société! :p

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bof, au-delà de ça, cet homme a déjà subi 2 HO et ca n'a servi à rien... 3 semaines de "soins" l'ont rendu encore plus fauve. Mais j'envisage de déménager loin de l'ile de france, déjà...

 

En revanche, non je n'irai pas lui faire refaire le portrait par mes gentils gardes du corps... ce n'est pas la peine de pousser à l'illégalité des gens que j'apprécie. Au pire, en attendant qu'on s'occupe efficacement de lui, j'évite de sortir seule. Mais avec les partiels qui approchent ca risque d'être drôle.

 

Votre "garçon" me fait un peu penser à un profil "victime-bourreau" ou quelque chose dans le style. C'est difficile à définir (et encore plus à distance!:eek:) Ou alors, deux personnes en souffrance qui cherchent à se soigner mutuellement (mais çà semble ne pas être réellement le cas ici). Cependant, çà ne donne pas souvent un bon résultat, surtout sur le long terme.

 

Tel que je le lis, j'ai l'impression ici que le volet pénal n'est que la résultante d'un volet psychologique.

 

En tout cas votre relation (lui et vous) m'apparaît pathologique:o

 

Si vous vous faisiez aider par un pro de "l'écoute"? Peut-être que lui arriverait à vous aider pour casser les schémas qui vous "unissent" à cet homme? (Parce que tout seul, sans connaissances... Pfiouuuu... Y a intérêt à avoir un sacré feelling!:eek: Et même avec, c'est pas évident!)

 

Ou alors, il faut fuir avec tout ce que çà comporte, ce qui est dommageable:(:o

 

Alors certes, il y a tout intérêt pour la justice à obtenir vos informations, mais dans un premier temps, je traiterais d'abord l'aspect vie personnelle avant d'aider la justice, ensuite.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Mory
      Bonjour j'ai parlé sur un logiciel de discussion en ligne avec une fille de 15ans pendant 3 semaines,
      Dés le début je lui ai dit que étant majeur de 34ans je ne la rencontrerais pas pour une rencontre coquine mais que je voulais bien faire sa connaissance car j'ai un faible pour les femmes d'origine africaine (j'aimerais mieux en connaitre une), elle cherchait un homme mûr âgé pour en savoir + . Étant quelqu'un de très correct je lui ai dit que je voulais  bien faire connaissance et parler un peu coquin ya une limite légal (sans parler porno biensûr).
      Je lui ai envoyé des photos de moi dénudé un peu tout sauf montrer mon sexe (je pensais que la limite légale était à ce niveau là vis à vis d'une mineure, mais peut être que j'ai un peu dépassé la limite.
      Je ne lui ai pas demandé de photos d'elle dénudées mais elle m'a envoyé une photo en petite culotte et une de ses seins quelle a supprimé 2sec après ( je ne lui ai pas demandé de nudité et encore moins de porno).
      On a parlé de massage mais pas de rapports sexuel (on pas parlé de porno)
      Je voulais la voir en visio pour échange directement mais on a pas réussi à le faire
      Je lui ai proposé une rencontre dans un lieu public pour essayer de lui expliquer clairement mon optique à vis d'elle, et c'est pas interdit de parler avec un mineur 
      Je ne sais pas si j'ai trop dépassé les limites du légal (sans en avoir une connaissance parfaite).
      Son cousin m'a appelé et menacé de porter plainte, j'ai donc tout expliqué dans une main courante à la police le jour même et montrant les images et les messages.
      Les policiers m'ont qui que c'est une arnaque mais j'en suis pas si sûr...
      J'espère ne pas avoir dépassé la limite du légal. 
    • Par Vinl
      Bonjour,
       
      [...)
      [...]
       
      - Travail non déclaré et factures des pièces que j'ai payées établies au nom du garage
      - Utilisation de mon assurance bris de glace pour le paiement de la main d'oeuvre qu'il m'avait promis ne pas me faire payer, et surtout pour mon pare-brise qui a été cassé à cause d'une négligence de sa part (celle de ne pas avoir scellé le capot pour le sécuriser après l'avoir ouvert pour le replier) suite à l'ouverture de mon capot alors que j'étais en train de conduire et qui me privait de visibilité, ce qui aurait pu me "coûter", à moi et/ou quelqu'un d'autre, bien plus cher si j'avais percuté une voiture ou si j'étais sortie de route
      - Changement des deux roues au lieu d'une seule comme je lui avais demandé, qui plus est, des roues qu'il m'avait assuré être identiques alors qu'il n'en est rien puisque mon cache-boulons ne rentre plus à fond dans mes roues, je doute donc fortement qu'elles soient identiques aux miennes, d'autant plus que je constate que celles remplacées sont largement de moins bonne qualité. Lorsque je m'en suis aperçue quelques jours plus tard et lui ai demandé de récupérer mes anciennes roues, il m'a dit qu'elles étaient parties à la casse, or vu le bon état de l'une d'entre elles, je doute également fortement qu'elles aient été parties à la casse.
      - Concernant mon démarreur, j'ai eu des problèmes quelques semaines après son changement (alors que je rappelle qu'à la base il voulait changer mon démarreur parce qu'il peinait, même s'il fonctionnait toujours, et que j'ai dit que je refusais de changer le démarreur tant qu'il ne tombait pas en panne et qu'il est soi-disant tombé en panne quelques jours après que je le lui dise ça). Notamment lorsqu'il faisait chaud, ma voiture ne pouvait plus redémarrer. J'ai dû rester des demi-heures, voire des heures, à attendre le refroidissement (du démarreur ?) pour que ma voiture redémarre. Parallèlement, je l'ai appelé à plusieurs reprises, sans passer le voir car j'avais déménagé entre temps, pour l'informer de la situation mais il ne semblait pas y être réceptif. De ce fait, j'ai, à tort, laissé courir... mais j'en suis arrivée à un stade, plus d'un an après, à avoir des vrais problèmes de démarrage, notamment lorsque celle-ci est "chaude", au point que l'on doive me pousser pour que la voiture redémarre...
       
      Je l'ai récemment rappelé pour qu'il trouve une solution car j'estime que c'est à lui de faire le nécessaire et non à moi d'aller voir un autre garagiste et repayer un autre démarreur (et la main d'oeuvre qui va avec) qui a été changé il y a peu de temps. Il m'a alors avoué qu'il avait mis un démarreur presqu'aussi pourri que le mien... j'ai donc exigé qu'il fasse le nécessaire mais monsieur rechigne, il prétend que je lui mets la pression simplement parce que je lui demande un peu fermement de réparer ses erreurs après plus d'un an et que du coup, il va porter plainte contre moi pour harcèlement...
       
      Je voulais savoir si après plus d'un an, je pouvais avoir un recours face à cette situation et si oui, quelle(s) démarche(s) à accomplir ?
       
      Sachant que j'ai en ma possession :
      - un devis établi par son garage mais qui a été juste fait comme liste de vérification/pointage pour qu'on se souvienne de ce qui a été fait sur la voiture, il ne comporte aucune valeur financière puisqu'il est à 0€ mais sur lequel figurent, outre les pièces de carrosserie, démarreur et pare-brise
      - les factures (dématérialisées puisqu'il a les originaux) des pièces de carrosserie que j'ai payées et les preuves (chèque, carte bancaire) que c'est moi qui les ai payées mais qui sont établies au nom du garage
      - des photos de ma voiture juste après l'accident qui démontre bien que mon capot était plié et bloqué dans ma calandre et mon pare-brise absolument pas cassé
      - des photos de mon ciel de toit avec les points de colle au plafond et les bords découpés et mal remis sous le plastique
      - des photos de mes jantes dont on voit clairement la différence
       
      J'ai oublié de préciser qu'il m'a prêté, en attendant de récupérer la mienne, une voiture qui, à l'époque, était en dépôt-vente et appartenait à un particulier et dont j'ignore si le propriétaire était au courant. Il m'avait alors assuré que oui car je lui avais dit qu'il n'était pas question que je roule avec la voiture d'un particulier sans son accord mais du coup, j'en doute...
       
      Si j'ai des recours possibles, quels sont-ils, que dois-je faire ? Dois-je faire faire une expertise auprès d'un garagiste ? Les frais de cette expertise peuvent-ils être indemnisés par la partie adverse ? Si je peux porter plainte, que puis-je demander en terme de dédommagement ? Dois-je demander un avocat ? Je ne sais absolument pas comment tout ça se passe, c'est la première fois que j'y ai recours.
       
      Merci de vos réponses
    • Par Vinl
      Bonjour, 🙂
       
      J'ignore si je suis dans la bonne section du forum pour exposer mon histoire et les questions qui y sont relatives. Si tel n'est pas le cas, veuillez m'en excuser.
       
      [il y a 4 ans], alors que je circulais en voiture sur l'allée centrale d'un parking, une voiture est arrivée, sur ma droite, par une allée annexe perpendiculairement à la mienne et m'a coupé la route sans même regarder si une voiture arrivait.
       
      Ayant pu occasionner un accident par son imprudence, j'ai klaxonné cette voiture pour le lui faire remarquer. La propriétaire [...] s'est retournée vers moi, agressive, pour me demander quel était le problème.
       
      [...] était dans un état de colère ou vexation démesuré pour un simple coup de klaxon, [puis] m'insulte de " m*rd* " avec un regard [...]
       
      [...]
       
      J'ai perdu patience [...] j'ai donc étranglé la propriétaire [...]
       
      [...]a retourné mon petit doigt et me l'a donc cassé [;..]e diagnostic du doigt cassé est tombé.
       
      [...]
       
      Aujourd'hui, je m'interpelle sur la possibilité de porter plainte, j'ai en ma possession un ITT de 42 jours [...]
       
      Sachant qu'elle avait[...] avec elle qui, forcément, va plaider en sa faveur, elle a également relevé la plaque d'immatriculation d'une voiture témoin qui m'a vue l'étrangler mais qui, évidemment, n'a pas entendu que je m'étais faite insulter et n'a pas non plus assisté à toute la situation précédente.
       
      De mon côté, je n'ai aucun témoin car j'étais [seul]
       
      La propriétaire peut-elle plaider la légitime défense pour justifier l'acte ?
       
      Merci de m'avoir lue et de vos réponses.
    • Par Malbaraise 97410
      Bonjour!
      Je me suis fait agressée dans un bus par une dame avec qui j'avais un conflit de voisinage. Une autre personne qui était dans ce même bus une chauffeur qui n'étais pas en service a repoussé mon agresseur. Jai reçu des coups et 6 jours d'ITT  pour des hématomes avec certificat médical à l'appui et 14 jours d'ITT pour cause psychologique.  J'ai reçu des menaces de mort sur moi et mes enfants. cette dame me suit ainsi que mon fils de 7ans et demi dans la rue. Je le signalait à chaque fois aux chauffeurs de bus. J'ai eu un rappel à la loi et l'autre partie aussi Et cette affaire a été classée sans suite. Malheureusement aucuns témoins n'a voulus  témoigner en ma faveur. Je veux faire appel à mon rappel à la loi car c'est moi la victime. La dame qui m'a agressée a menti sur tout . Elle porter plainte contre moi en disant que je l'harcelait. Je suis sur l'Île de la Réunion et je ne sait pas comment faire appel.
      Aidez moi s'il vous plaît merci?
    • Par bea
      bonjour j ai jeter un verre sur le visage il a eu 4 point de suture a pas porter plainte je ferai la prison ou pas
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...