Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Le canapé


Sardineb

Messages recommandés

Le canapé est cassé et le locataire est bien triste.

 

Il aura eu une existence bien brève, ce canapé: livré le 19 mai 2008.

( Je conserve les factures)

 

J'explique à locataire que je pousserai la bienveillance de prendre à ma charge 1/3 de son remplaçant, de même qualité et au même prix, selon le pricipe de l'amortissement du mobilier en 6ans.

 

Locataire n'est pas trop content. Il propose de financer un canapé qu'il emportera.

Je lui réponds: "je veux bien mais tu me devras toujours 2/3 de canapé si tu pars bientôt..."

 

Il n'est pas content. Je n'ai pas envie de lui faire de peine mais il y a déjà entre nous une vieille histoire de prise de courant qui a sauté toute seule hors du mur et s'est cassée...je ne peux pas tout lui passer non plus.

Qu'en pensez vous?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 27
  • Création
  • Dernière réponse

Je ne connais pas les temps d'amortissement des canapés, mais si vous dites que c'est 6 ans, je veux bien le croire. Donc payer 1/3 pour vous, 2/3 pour le locataire après 2 ans me parait tout à fait logique.

Le problème si le locataire s'achète son propre canapé et qu'il ne part que dans 2 ans par exemple, vous ne pourrez qu'à ce moment là, racheter un canapé en vous payant sur son dépot de garantie (après EDL de sortie). Or, le canapé cassé aura alors 2 ans de plus, suivant votre règle d'amortissement, vous aurez plus à payer de votre poche (et s'il part dans 4 ans, vous paierez la totalité du canapé). Ca me semble pas correct tout ça...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En l'occurence, il devrait partir dans quelques mois.

 

mais s'il partait dans 4 ans, je trouverais normal de changer le canapé à mes frais.

Cela s'use vite quand on y dort tous les soirs.

 

L'amortissement sur 6 ans, je me suis un peu calquée sur ces histoires de taux de vétusté dont on parle pour les peintures.

 

Cela correspond à peu près à la durée de vie du mobilier suédois de base quand.il est livré en pâture à des locataires.

Là, c'est l'expérience qui parle.

 

mais je me demande ce qu'on peut y objecter, en fait.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cela correspond à peu près à la durée de vie du mobilier suédois de base quand.il est livré en pâture à des locataires.

Et bin, sont violents vos locataires ! A titre personnel, j'ai des meubles qui viennent de ce constructeur et qui ont largement passé leurs 20 ans, et ils sont comme neufs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo

il n'est pas assuré votre locataire car ce bien ne lui appartenant pas, il peut faire une declaration a son assurance ( tout comme pour un bien en location saisonnière) non?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Resterait l'officialisation de la casse de ce canapé par le locataire avec sa reconnaissance(LRAR par ex. ) de façon à déduire à la fin du bail les 2/3 du prix actuel...

Maintenant est-ce valable ???

 

Aucune idée, justement.

D'où mon appel au secours.

J'ai consulté les sites fiscaux qui envisagent un amortissement sur 5 à 10 ans, et en moyenne 7ans.

il me semble que sur le plan financier on peut s'en inspirer, sachant qu'un canapé-lit résiste moins qu'une table ou une armoire.

 

Officialisation de la casse par RAR...ce serait rêver que penser à un locataire vous envoyant un courrier pour reconnaitre une dette.:p

Par contre, restent les factures d'achat, mentionnant la date et l'adresse de livraison.

la valeur juridique? Ça doit dépendre de l'humeur du juge.

 

Le problème actuel a trouvé sa solution par un don de canapé. ouf!

Mais finalement, le sujet n'est pas si futile car on s'y confronte régulièrement.

 

En général, je me laisse faire...après 3 ou 4 ans. Là, c'était un peu court. Je n'avais pas envie.

 

LagO n'oublie qu'un détail, dans son étonnement: le bien d'autrui n'a pas la même valeur, ne réclame pas les mêmes soins que le sien propre.

On coupe le papier au cutter sur le bureau du meublé, pas sur le sien.

On grimpe à deux pieds sur les lattes du canapé du studio, on bouscule les portes coulissantes de la penderie.

On ne l'a pas payé et donc ça ne coute rien.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

LagO n'oublie qu'un détail, dans son étonnement: le bien d'autrui n'a pas la même valeur, ne réclame pas les mêmes soins que le sien propre.

On coupe le papier au cutter sur le bureau du meublé, pas sur le sien.

On grimpe à deux pieds sur les lattes du canapé du studio, on bouscule les portes coulissantes de la penderie.

On ne l'a pas payé et donc ça ne coute rien.

C'est vrai, et je ne suis pas bailleur en meublé, mais en vide. Au moins les locataires ne niquent pas les meubles, seulement les murs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est vrai, et je ne suis pas bailleur en meublé, mais en vide. Au moins les locataires ne niquent pas les meubles, seulement les murs...

 

 

Le temps qu'ils niquent les meubles, ils fichent la paix aux murs...

 

C'est vrai que les nouvelles générations me dépriment un peu.

Zont tellement bien intégré que le proprio a toujours tort...me font penser à ces idiots qui traversent le boulevard Raspail en biais, sans regarder: le piéton a toujours raison. Même mort.

 

Mais je ne crois pas que l'assurance puisse marcher.

Son assurance vol si on le lui avait cambriolé(:confused::D)

 

Moi, je ne suis pas assurée tous risques meubles...je ne sais même pas si ça existe.

puis je ne suis pas une fana des assurances.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cette histoire d'assurance m'intéresse. Parce que si un locataire peut faire marcher sa RC pour racheter un canapé qu'il a niqué au bailleur, cela voudrait dire que n'importe quel locataire pourrait utiliser sa RC pour les diverses réparations effectuées en fin de location (habituellement imputées sur son DG) :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui mais je ne crois pas que ce serait le contrat lamda à 60€ annuels qu'ils ont l'habitude de souscrire.

Je pourrais demander voir à mon assureur préféré.

mais nous n'avons pas la main mise sur le type de contrat que souscrivent les loc'.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cette histoire d'assurance m'intéresse. Parce que si un locataire peut faire marcher sa RC pour racheter un canapé qu'il a niqué au bailleur, cela voudrait dire que n'importe quel locataire pourrait utiliser sa RC pour les diverses réparations effectuées en fin de location (habituellement imputées sur son DG) :D

 

Sauf que sont exclus des contrats de responsabilité civile les dommages causés à des biens dont on est propriétaire, locataire ou gardien.

Donc si le locataire casse le canapé, c'est comme s'il cassait son propre canapé donc pour sa pomme.

 

Effectivement, si la RC fonctionnait, on simplifierait les etats des lieux de sortie... La facture de remise en état à l'assureur et l'affaire est réglée.

 

L'autre option, c'est de mettre le feu au canapé, dans ce cas c'est la garantie incendie qui fonctionne:D ou faire appel à un ami voleur pour faire jouer la garantie vol.

 

Y a plein de solutions...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo

cela depend des RC!

je suis garantie pour ce qui ne m'appartient pas

par exemple j'ai pu "faire marcher la garantie" pour une tondeuse a gazon pretée

 

il y a certes une différence entre tondeuse et canapé mais le principe est le meme , l'objet m'est confié

mais il est vrai aussi que je ne paye pas 60 € par an

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sauf que sont exclus des contrats de responsabilité civile les dommages causés à des biens dont on est propriétaire, locataire ou gardien.

Tout à fait, et ma remarque était humoristique. En effet, si les dégradations des locataires pouvaient passer dans leur RC, ça fait longtemps que ça se saurait...;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo
Tout à fait, et ma remarque était humoristique. En effet, si les dégradations des locataires pouvaient passer dans leur RC, ça fait longtemps que ça se saurait...;)

 

tout depend donc du contrat souscrit!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Limiter la durée potentielle de vie à 6 ans est déjà plutôt avantageux pour le locataire. Se référer aux services fiscaux est une idée. Moi, je me réfèrerais plus volontiers aux assureurs (et je crois qu'ils comptent 8 à 10 ans sauf pour les antiquités qui bénéficient d'une côte car la vieillesse augmente leur valeur). Car quand un bien n'a plus de valeur nette comptable, il peut avoir encore de la valeur d'usage.

Comment le locataire s'y est-il pris pour annoncer sa demande de remplacer le canapé ? Sardineb a la facture du canapé mais que dit l'état des lieux d'entrée sur le canapé, son âge est-il cité ? L'inventaire indique-t-il bien le niveau de qualité du canapé (sa marque, son modèle...) ? Seul l'état des lieux d'entrée est un repère.

 

S'il y a réelle casse indiscutablement non liée à la vétusté naturelle ni à l'usage normal, il y a responsabilité du locataire qui doit s'en dépatouiller tout seul sans troubler tranquillité du propriétaire. Le propriétaire n'est pas le larbin du locataire, ni son tuteur... S'il veut tout de suite un canapé parfait, il s'y prend comme il veut. S'il peut vivre avec un canapé cassé, il en répondra le jour de son état des lieux de sortie. Il na pas à demander maintenant au propriétaire d'accepter maintenant son idée de se payer un nouveau canapé, de l'emporter lors de son départ de de rendre un logement sans canapé. Il assume sa décision. Le propriétaire n'a pas à s'interroger maintenant. Les comptes seront à faire le jour de l'état des lieux de sortie. Et là, si j'étais Sardineb, je chercherai de quoi justifier que la durée de vie potentielle du canapé est de plus de 6 ans !

 

Je me refuse à juger les nouvelles générations ou les locataires avec ces lieux communs qui disent qu'ils dégradent parce que ce n'est pas à eux (même si je me réserve le droit d'en penser pas moins) ! Nous ne sommes pas là pour juger. Nous ne sommes là, propriétaires ou locataires, jeunes ou vieux, soigneux ou brises fer que pour estimer le plus impartialement possible comment et pour combien réparer des préjudices !

 

Donc, si j'étais Sardineb, je ferais un courrier (simple même pas besoin RAR) rappelant de quelle façon j'ai été saisi du problème de canapé et indiquant de la façon la plus indifférente possible :

- que le niveau de qualité du canapé correspond à une durée de vie potentielle de tant d'année (citer le nombre d'année sans préciser comment on fait le calcul)

- que la vétusté naturelle ou l'usage normal ne peuvent pas être reconnus comme cause de la casse du canapé car il n'a que 2 ans.

- que je respecterai scrupuleusement la loi lors du départ du locataire.

 

Nul besoin que maintenant le locataire reconnaisse maintenant et par courrier être responsable de la casse du canapé.

 

Et le locataire, il fera comme il veut... tant pis pour lui s'il choisi de se séparer du canapé cassé, de s'offrir un nouveau canapé et de l'emporter le jour où il quittera le logement ! S'il fait disparaître le canapé cassé, il se prive de tout moyen de faire reconnaître que la casse ne lui est pas forcément imputable... S'il rend un logement sans canapé il aura droit à sa retenue sur son DG.

 

Et pendant ce temps, Sardineb profitera de ses loisirs au lieu de battre la campagne pour trouver un nouveau canapé, le faire livrer, le payer... se prendre le chou.

 

Le problème actuel a trouvé sa solution par un don de canapé. ouf!
De quelle façon, ce prêt ?...Sardineb, j'espère que ça ne grille pas vos cartouches !
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

tout depend donc du contrat souscrit!

Non, cela ne dépend pas, car lorsqu'on est locataire, on est le gardien des lieux, c'est comme si on était propriétaire. Or, une RC ne s'applique qu'au dégâts causés aux tiers, et vous n'êtes pas un tier pour vous-même.

(je parle bien d'assurance RC, après, on peut toujours s'assurer pour tout et n'importe quoi, suffit d'en payer la prime)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo

(je parle bien d'assurance RC, après, on peut toujours s'assurer pour tout et n'importe quoi, suffit d'en payer la prime)

 

c'est exactement le cas!!

c'est ce que je disais!! je ne paye pas 60 € par an

 

j'ai choisi cette option mais aussi bagages en tout lieu et rachat de franchise

 

en fait lorsque j'ai évoqué la possibilité de l'assurance, je n'ai pas parlé de RC mais bien d'assurance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo
Y en a bien qui assurent leurs fesses pour 5 millions de dollars...

 

oui et cela leur coute 5 millions de dollars!!!!

la il s'agit d'une assurance maison classique avec quelques options pour une somme de 300 e par an donc rien de bien catastrophique pour un bien de 100 m²

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout à fait, et ma remarque était humoristique. En effet, si les dégradations des locataires pouvaient passer dans leur RC, ça fait longtemps que ça se saurait...;)

 

 

Je n'ose même pas imaginer le tarif des primes...:D:D

 

Mais, comme disent les 2 autres, avec la M****, tout est possible, tout est réalisable... si tu y mets le prix

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comment le locataire s'y est-il pris pour annoncer sa demande de remplacer le canapé ? Sardineb a la facture du canapé mais que dit l'état des lieux d'entrée sur le canapé, son âge est-il cité ? L'inventaire indique-t-il bien le niveau de qualité du canapé (sa marque, son modèle...) ? Seul l'état des lieux d'entrée est un repère.

 

S'il y a réelle casse indiscutablement non liée à la vétusté naturelle ni à l'usage normal, il y a responsabilité du locataire qui doit s'en dépatouiller tout seul sans troubler tranquillité du propriétaire. Le propriétaire n'est pas le larbin du locataire, ni son tuteur... S'il veut tout de suite un canapé parfait, il s'y prend comme il veut. S'il peut vivre avec un canapé cassé, il en répondra le jour de son état des lieux de sortie. Il na pas à demander maintenant au propriétaire d'accepter maintenant son idée de se payer un nouveau canapé, de l'emporter lors de son départ de de rendre un logement sans canapé. Il assume sa décision. Le propriétaire n'a pas à s'interroger maintenant. Les comptes seront à faire le jour de l'état des lieux de sortie. Et là, si j'étais Sardineb, je chercherai de quoi justifier que la durée de vie potentielle du canapé est de plus de 6 ans !

 

Je me refuse à juger les nouvelles générations ou les locataires avec ces lieux communs qui disent qu'ils dégradent parce que ce n'est pas à eux (même si je me réserve le droit d'en penser pas moins) ! Nous ne sommes pas là pour juger. Nous ne sommes là, propriétaires ou locataires, jeunes ou vieux, soigneux ou brises fer que pour estimer le plus impartialement possible comment et pour combien réparer des préjudices !

 

Donc, si j'étais Sardineb, je ferais un courrier (simple même pas besoin RAR) rappelant de quelle façon j'ai été saisi du problème de canapé et indiquant de la façon la plus indifférente possible :

- que le niveau de qualité du canapé correspond à une durée de vie potentielle de tant d'année (citer le nombre d'année sans préciser comment on fait le calcul)

- que la vétusté naturelle ou l'usage normal ne peuvent pas être reconnus comme cause de la casse du canapé car il n'a que 2 ans.

- que je respecterai scrupuleusement la loi lors du départ du locataire.

 

Nul besoin que maintenant le locataire reconnaisse maintenant et par courrier être responsable de la casse du canapé.

 

 

Et pendant ce temps, Sardineb profitera de ses loisirs au lieu de battre la campagne pour trouver un nouveau canapé, le faire livrer, le payer... se prendre le chou.

 

De quelle façon, ce prêt ?...Sardineb, j'espère que ça ne grille pas vos cartouches !

 

 

Chouchou voulait un nouveau canapé pour honorer sa maman qui vient le visiter.:rolleyes:

La version originelle était qu'on ne pouvait plus le replier...la réalité serait qu'il est un peu cheap pour moman.

 

 

Chouchou a appelé son père (notaire marocain) pour avoir son conseil et avec ma plus vive approbation.

 

Papa a du lui conseiller vivement de se débrouiller s'il avait fait une ânerie. (un bon père).

Chouchou est allé attendrir ma copine AI qui lui avait trouvé le logement.

Comme elle a un carnet d'adresse équivalent à un bon bottin, elle a trouvé un don de canapé qu'il doit aller chercher en louant une voiture assez grande. :p:p;)

 

En fait, tout est dans la spiquologie, même si ça ne devrait pas.

Il faut perpétuellement déminer les conflits sans pour autant se faire tondre la laine sur le dos.

Sans avoir à venir trop souvent gémir ici même.

Sans prendre ses congés entre le poste (RAR) et le tribunal avec passage chez avocat-chéri.

 

Il faut maintenant garder la preuve du moindre achat. (tu n'as pas cassé un lavabo: tu en as cassé pour 574.83€ pose comprise, TVA à 5,5, le 3 juin 2007, amortissement sur dix ans, donc tu me dois...)

 

Faut il indiquer tout ça sur l'EDL d'entrée...je m'interroge.

 

En fait, les impots comptent un amortissement sur 5 à 10 ans avec une moyenne à 7.

 

Ils se montent beaucoup la tête entre eux. Chacun semble se vanter d'être mieux logé, pour moins cher avec un proprio plus sympa...

 

Ça me rappelle assez l'école primaire de mes enfants: "Les parents de Gaétan, y veulent bien, eux!"

A mes enfants je répondais invariablement: " Très interessant, demande à Gaétan si leurs parents souhaitent t'adopter. "

 

A mes enfants gatés de loc', je donne les meilleures adresses pour trouver un nouveau logis, l'autorisation de communiquer mon n° de tel pour recommandation et l'autorisation de partir en une semaine sans pénalité.

 

La même recette!

Mes enfants n'ont pas changé de mère et certains loc' rappellent après leur départ, dès fois que j'aurais un petit quelque chose de libre.:D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Formidable, j'étais en train de lire cette faramineuse histoire quand NI m'a affiché en bandeau un beau canapé à 699 euros.

 

Pratique ce site, il suffit d'écrire son problème pour qu'un logiciel automatique s'en mêle :p:p

 

Et maintenant des canapés-lit à 199 euro, en plus le logiciel réfléchit.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Formidable, j'étais en train de lire cette faramineuse histoire quand NI m'a affiché en bandeau un beau canapé à 699 euros.

 

Pratique ce site, il suffit d'écrire son problème pour qu'un logiciel automatique s'en mêle :p:p

 

Et maintenant des canapés-lit à 199 euro, en plus le logiciel réfléchit.

 

Je me faisais la même reflexion, et je pourrais même changer le buffet, le tapis et exposer le sublime portrait d'une mirifique orchidée, d'un seul clic de ma CB.

 

Bon, mais 199€ pour un clic-clac, là pour le coup c'est du cheap de chez cheap...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...