Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

arrêt maladie 8 mois; pas de nouvelle de mon employeur


Montjoie

Messages recommandés

Bonjour à tous,

 

Je suis en dépression depuis 8 mois, je suis cadre et je n'ai de nouvelle de mon employeur sur mon état de santé.

Doivent ils se soucier de mon état de santé ? et dans quelle mesure ?

J'avoue que je suis un peu choqué devant autant de silence.

Merci de vos réponses

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 22
  • Création
  • Dernière réponse

Non l'employeur n'a aucune obligation de prendre de vos nouvelles:D

 

D'ailleurs en cas de dépression c'est surement mieux pour vous d'éviter les contacts avec l'entreprise, inutile de vous faire porter des éventuelles difficultés de l'entreprise.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette réponse même si je comprends celle ci, je ne comprends pas comment une entreprise peut ne pas s'inquiéter de la santé de ses cadres ou employés, ne doit elle pas garantir la santé physique et morale de ses employés ?pas de nouvelle ne rassure pas, on se sent finalement peu considéré, un mot du genre : soignez vous, ne vous inquiétez pas....sans faire d'affectif à outrance.

Une question : existe t-il un texte la dessus ?

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Juridiquement il n'y a rien , même si ça vous choque l'employeur n'a aucune obligation, ce d'autant qu'il n'a pas à se mêler de votre vie privée, à la différence de la santé au travail. Avez-vous appelé votre employeur pour le tenir au courant de votre état de santé?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ils sont informés de ma dépression et que celle ci est liée à mon supérieur hiérarchique, un courrier a été envoyé suite à un entretien que j'ai eu, pour faire état de mes résultats sur 3 mois d'exercice, (il ne sagit pas d'un entretien annuel), lors de cet entretien mon supérieure direct me dit que suite à cela, j'allais recevoir un courrier qui n'a pas valeur juridique pour faire état des résultats,

ma réponse : quel intérêt ? je connais mes chiffres ?

Le ton monte un peu, il se calme et me dit : un conseil, il n'y a plus de hiérarchie entre nous, je serais vous j'irais voire ailleurs.

Bref me dit également que j'avais frisé la correctionnel et que heureusement pour moi que ce mois ci j'étais à +13 % 'autrement dit il avait envisagé un éventuel licenciement).

 

Un mois et demi se passe et je reçois ce fameux courrier en RAR. Ce courrier m'informe des résultats sur 3mois, et que ses résultats son dus à un manque de rigueur, d'investissement personnel, manque de travail.....

Je conteste en disant que mes résultats étaient dus à un manque de fréquentation chronique, que 5 enseignes avait fermé dans ma galerie et je rajoute les propos que ma tenu mon N+1.

La réponse : ils me mettent en garde quant aux propos que je tiendrais envers mon supérieur hiérarchique.

J'ai tenu 6 mois et un matin impossible de prendre la route, tremblements, angoisse, pleurs.

Voilà l'histoire, on me reproche mes résultats, je n'ai pas été remplacé depuis tout ce temps, si vraiment j'étais si incompétent que ça, pourquoi n'ont ils pas mis quelqu'un d'autre rien que pour faire la différence ? avant cette histoire j'ai eu 4 mois avant une très bonne évaluation.

 

Mon avis : ils ont fait une erreur d'implantation, ne veulent pas l'avouer, je prends tout sur le dos et je ne suis pas remplacer. Le magasin perd depuis mon départ en maladie en moyenne - 15 % tous les mois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je demande juste s'il doit en prendre et trouve limite le fait de ne pas s'en inquiéter. Depuis mon courrier de réponse à mes soi disant manquements professionnels, j'ai tenté une discussion avec mon N+1 lors d'une visite, deux jours de visite, il ne m'a pas décroché un mot, j'ai entamé le dialogue en lui disant que les courriers n'arrangeaient pas les choses, il a tourné les talons...

Ce que je cherche : vu la violence des propos qu'il m'a tenu, la dépression que je vis et si il décide de me licencier, ai-je des chances devant les prud'hommes ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mitsuni

MONJOIE ( hélas ca ne semble pas la joie pour toi... vilain jeu de mot .. )

 

NON NON ET NON : l'employeur ne DOIT pas chercher à savoir ce que tu as , à te contacter , etc ... Ca risquerait d'être considéré comme du HARCELEMENT...

 

C'est à toi, et toi seul , si tu as quelques égards pour ta hiérarchie , y compris pour ton N+1 , de les contacter. De mon point de vue, ce serait bigrement courageux mais aussi bigrement intelligent de le faire.

 

Légalement, ton employeur se contente de recevoir tes ARRETS MALADIE, signé de ton toubib , au pire, s'il doute que tu es un tire au flanc, ils envoient un médecin controleur... D'ailleurs, étant depuis 8 mois en arret, la CPAM a certainement du te convoquer au moins une fois pour controle.

 

Et puis, ton absence les arrange peut être fortement : ton cout , c'est 50% en I.J. par la CPAM, le reste par l'assurance prévoyance. Si le travail que tu faisais a fondu comme neige au soleil, ton employeur doit prié chaque matin pour que tu restes malade le plus longtemps possible.

 

Tiens, la facon très hypocrite de savoir le vrai, tu téléphones en disant que tu as l'impression que ca va mieux (mais une "dépression" ca va ca vient) et que tu souhaiterais reprendre activité dans quelques semaines, et tu demandes innocemment à quelles taches on va te réaffecter...

Et surtout, il faut avoir dans la boite un collègue ami qui fera un peu l'espion pour écouter les réactions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

le

 

Tiens, la facon très hypocrite de savoir le vrai, tu téléphones en disant que tu as l'impression que ca va mieux (mais une "dépression" ca va ca vient) et que tu souhaiterais reprendre activité dans quelques semaines, et tu demandes innocemment à quelles taches on va te réaffecter...

Et surtout, il faut avoir dans la boite un collègue ami qui fera un peu l'espion pour écouter les réactions.

vous etes conseiller prud homal??

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

MONJOIE ( hélas ca ne semble pas la joie pour toi... vilain jeu de mot .. )

 

NON NON ET NON : l'employeur ne DOIT pas chercher à savoir ce que tu as , à te contacter , etc ... Ca risquerait d'être considéré comme du HARCELEMENT...

 

C'est à toi, et toi seul , si tu as quelques égards pour ta hiérarchie , y compris pour ton N+1 , de les contacter. De mon point de vue, ce serait bigrement courageux mais aussi bigrement intelligent de le faire.

 

Légalement, ton employeur se contente de recevoir tes ARRETS MALADIE, signé de ton toubib , au pire, s'il doute que tu es un tire au flanc, ils envoient un médecin controleur... D'ailleurs, étant depuis 8 mois en arret, la CPAM a certainement du te convoquer au moins une fois pour controle.

 

Et puis, ton absence les arrange peut être fortement : ton cout , c'est 50% en I.J. par la CPAM, le reste par l'assurance prévoyance. Si le travail que tu faisais a fondu comme neige au soleil, ton employeur doit prié chaque matin pour que tu restes malade le plus longtemps possible.

 

Tiens, la facon très hypocrite de savoir le vrai, tu téléphones en disant que tu as l'impression que ca va mieux (mais une "dépression" ca va ca vient) et que tu souhaiterais reprendre activité dans quelques semaines, et tu demandes innocemment à quelles taches on va te réaffecter...

Et surtout, il faut avoir dans la boite un collègue ami qui fera un peu l'espion pour écouter les réactions.

Ouah!! Votre analyse m'épate. MONJOIE est selon ses explications en dépression liée à un problème avec son supérieur hierarchique et votre seule réponse c'est qu'il tire au flanc et que ça arrange l'employeur qu'il soit en arrêt puisque le coût de son arrêt est pris en charge 50 % sécu 50 % prévoyance, j'ai relu les posts et je n'ai pas vu de telles dispositions.

 

---------- Message ajouté à 22h18 ---------- Précédent message à 22h15 ----------

 

vous etes conseiller prud homal??

Ah non pas vous Conseil13 nous avons été (et vous êtes certainement encore) Conseiller prud'hommes et jamais pour ma part donné de tels conseils.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis surpris que mon histoire fasse chauffer les esprits, je tiens à préciser que la communication est rompue avec ma hiérarchie, du moins mon N+1, qu'il est hors de question de retourner sur mon lieu de travail, d'ailleurs quand je prends la route, j'ai des tremblements sur le trajet, les propos tenus, même si c'est ma parole contre la sienne m'ont choqué et sont violents, enfin je trouve.

J'ai en effet RDV vendredi prochain avec le médecin conseil, première visite, que peut il apprécier de ma situation de santé sachant qu'il est généraliste alors que mon psychiatre est spécialiste ??

Bref, ai-je des chances aux prud'hommes au cas où ils décident de mettre fin au contrat ?

Si quelqu'un connait les visites avec le médecin conseil, pourquoi ? comment ?

Que peut il faire ?

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis surpris que mon histoire fasse chauffer les esprits, je tiens à préciser que la communication est rompue avec ma hiérarchie, du moins mon N+1, qu'il est hors de question de retourner sur mon lieu de travail, d'ailleurs quand je prends la route, j'ai des tremblements sur le trajet, les propos tenus, même si c'est ma parole contre la sienne m'ont choqué et sont violents, enfin je trouve.

J'ai en effet RDV vendredi prochain avec le médecin conseil, première visite, que peut il apprécier de ma situation de santé sachant qu'il est généraliste alors que mon psychiatre est spécialiste ??

Bref, ai-je des chances aux prud'hommes au cas où ils décident de mettre fin au contrat ?

Si quelqu'un connait les visites avec le médecin conseil, pourquoi ? comment ?

Que peut il faire ?

Merci

Tout d'abord, comme vous l'a précisé Janloup, l'employeur n'a aucune obligation de prendre de vos nouvelles d'autant plus, selon vos précisions, qu'il existe un climat conflictuel et qui motive votre arrêt . Dans un premier temps c'est de connaître l'avis du médecin conseil de votre CPAM dont le rôle est de déterminer si votre état permet une reprise du travail, je suis même surprise qu'au bout de huit mois, ce soit votre 1er contrôle sécu si c'est de cela qu'il s'agit. Sachez toutefois que le médecin conseil qui précise que l'état de santé permet la reprise de son activité professionnelle est prépondérante pour la continuité du versement des IJ

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bref, ai-je des chances aux prud'hommes au cas où ils décident de mettre fin au contrat ?

attendez qu ils fassent qqchose!!

 

fonction des suites on pourrait vs dire ce qu il y a lieu de faire

on ne peut vs ecrire tous les scénarios possibles:cool:, ce n est ni notre role, ni nos idées

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai en effet RDV vendredi prochain avec le médecin conseil, première visite, que peut il apprécier de ma situation de santé sachant qu'il est généraliste alors que mon psychiatre est spécialiste ??

attendez déjà ce rdv

et revenez ns dire ce qu il en est sorti!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...