Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Garde alternée et pension ?


Taurus

Messages recommandés

Bonjour,

 

Ma femme et moi allons entamer une procédure de divorce. Nous avons 2 enfants et envisageons une garde alternée 1 sem / 1 sem.

Je souhaiterai un divorce à l'amiable, mais voilà, ma femme souhaite réclamer une pension alimentaire sous le motif que mes revenus sont supérieurs aux siens. Elle souhaite donc que je participe au dépenses au prorata de nos salaires, ce que pour le moment j'estime injustifié.

Bien qu'en intérim depuis 1 an, il se trouve pourtant que ses revenus lui permettent largement d'assumer la moitié des dépenses liées à l'éducation & l'entretien de nos 2 enfants.

Pour ma part j'estime qu'une pension ne serait justifiée que dans le cas ou cette disparité de salaire nuirait à la qualité de vie des enfants, ce qui, vu ses revenus n'est pas le cas.

Mais ce qui importe finalement sera la vision du juge, et c'est là ma question : le juge peut il accéder à sa demande, indépendamment de ses revenus (suffisants ou pas), sous le seul motif que mon salaire est supérieur au sien ?

D'avance merci pour vos réponses.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 24
  • Création
  • Dernière réponse

Merci pour votre réponse.

L'écart de nos salaires est un peu plus significatif. Madame : 1800€. Moi : 3300€.

Quoiqu'il en soit madame à les moyens d'assumer une garde alternée, elle et les enfants n'ont pas besoin de cette pension qu'elle demande. Elle a tout simplement appris qu'une pension était possible dans certains cas lors d'une garde alternée et elle saisi cette occasion. De ce fait, le divorce que je souhaitait à l'amiable avec avocat commun se transforme en conflit, qui va durer, avec chacun son avocat et les coûts qui vont avec bien entendu.

Ce que je voulais savoir c'est : que prend en compte le JAF pour décider. L'intérêt des enfants non ? Ou simplement le fait qu'il y ait un écart de salaire ?

 

J'avais également une autre question :

Il y'a plus d'un an nous avons déjà entamé une procédure de divorce que nous avons fini par annuler au dernier moment. Toutefois nous nous sommes séparés il y'a un an, et avons déjà fait la répartition des biens (y compris prestation compensatoire pour madame). Ceci avait fait l'objet d'une convention auprès d'un avocat commun. Compte tenu qu'à l'époque elle n'avait pas d'emploi, j'avais accepté qu'elle conserve la garde de nos 2 enfants, ceci afin de lui verser une pension et qu'elle puisse tout simplement... vivre. La pension que j'avais alors décidé était très très large (1000€). 4 mois après notre séparation elle a trouvé un emploi. Etant alors capable de s'assumer financièrement il aurait été honnête qu'elle me rendre le trop versé mais n'en a rien fait. Aujourd'hui je souhaite récupérer cet argent qu'elle n'a pas utilisé, et a soigneusement placé. Pb : elle refuse de me le rendre. Ai-je un recours ? Je précise que la convention n'est jamais passée devant le juge. Nous avions repoussé l'audience 1 fois, puis fini par annuler le divorce.

 

Merci pour vos réponses.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A mon avis, si vous avez annulé la première procédure de divorce, c'est le contrat de mariage qui s'applique.

 

Si vous êtes mariés sans contrat, cet argent est aussi bien le vôtre que le sien.

 

Quant à la PA lors de RA, sachez que des études ont été faites et que, quand il y a RA, la PA payée par le père est souvent très proche de celle qu'il aurait payée sans RA.

 

Vu l'écart de vos salaires, il n'est pas impossible qu'elle obtienne une PA en effet.

Les JAF sont généralement plus pro rata que fifty fifty.

 

Proposez donc de payer directement certains frais pour les enfants si c'est la perspective de verser une PA à votre ex qui vous gêne : cantine, activité extra scolaire...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku
Merci pour votre réponse.

L'écart de nos salaires est un peu plus significatif. Madame : 1800€. Moi : 3300€.

Quoiqu'il en soit madame à les moyens d'assumer une garde alternée, elle et les enfants n'ont pas besoin de cette pension qu'elle demande. Elle a tout simplement appris qu'une pension était possible dans certains cas lors d'une garde alternée et elle saisi cette occasion. De ce fait, le divorce que je souhaitait à l'amiable avec avocat commun se transforme en conflit, qui va durer, avec chacun son avocat et les coûts qui vont avec bien entendu.

Ce que je voulais savoir c'est : que prend en compte le JAF pour décider. L'intérêt des enfants non ? Ou simplement le fait qu'il y ait un écart de salaire ?

 

J'avais également une autre question :

Il y'a plus d'un an nous avons déjà entamé une procédure de divorce que nous avons fini par annuler au dernier moment. Toutefois nous nous sommes séparés il y'a un an, et avons déjà fait la répartition des biens (y compris prestation compensatoire pour madame). Ceci avait fait l'objet d'une convention auprès d'un avocat commun. Compte tenu qu'à l'époque elle n'avait pas d'emploi, j'avais accepté qu'elle conserve la garde de nos 2 enfants, ceci afin de lui verser une pension et qu'elle puisse tout simplement... vivre. La pension que j'avais alors décidé était très très large (1000€). 4 mois après notre séparation elle a trouvé un emploi. Etant alors capable de s'assumer financièrement il aurait été honnête qu'elle me rendre le trop versé mais n'en a rien fait. Aujourd'hui je souhaite récupérer cet argent qu'elle n'a pas utilisé, et a soigneusement placé. Pb : elle refuse de me le rendre. Ai-je un recours ? Je précise que la convention n'est jamais passée devant le juge. Nous avions repoussé l'audience 1 fois, puis fini par annuler le divorce.

 

Merci pour vos réponses.

 

Aïe aïe aïe !!!!!!!!!!! Vous avez versé spontanément 1000 euros par mois en plus de la PC ???? C'était noté dans la convention ? Un JAf peut tout à fait estimer que si vous aviez les moyens de verser 1000 euros de PA, vous les avez toujours .................

Si la somme a été versée suite à une convention, je ne vois pas comment vous pourriez récupérer quoique ce soit

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Aïe aïe aïe !!!!!!!!!!! Vous avez versé spontanément 1000 euros par mois en plus de la PC ???? C'était noté dans la convention ? Un JAf peut tout à fait estimer que si vous aviez les moyens de verser 1000 euros de PA, vous les avez toujours .................

Si la somme a été versée suite à une convention, je ne vois pas comment vous pourriez récupérer quoique ce soit

 

J'avai prévu ce montant car à l'époque elle n'avait pas d'emploi. Cette somme allait bien au delà des dépenses liées à nos 2 enfants et étaient censés couvrir aussi ses charges (loyer, factures...).

Ce montant était dans la convention, mais cette convention n'a jamais été entérinée par un juge puisque nous avons annulé la procédure. Donc qu'est ce que ça vaut ?

L'honnetteté voudrai qu'elle me rende la somme dont elle n'as pas eu à se servir car elle a finalement retrouvé un emploi. Elle même reconnait pourtant que je lui ai effectivement trop versé et qu'elle n'a pas tout utilisé. Et pour cause, en cumulant allocations + APL + pension + son salaire madame gagnait au final plus que moi... sachant par ailleurs que je lui ai cédé une voiture, la mienne étant encore sous crédit...

 

S'agissant de la pension, s'agit il vraiment de savoir si j'en ai les moyens ? Ou plutôt de savoir si madame a besoin d'une pension dans le cadre de la garde alternée que nous souhaitons ? Je n'arrive toujours pas à comprendre selon quelle logique un JAF condamnerai un époux à version une pension dont l'autre époux et surtout dont nos enfants n'ont pas besoin, puisqu'elle gagne maintenant sa vie... ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku
S'agissant de la pension, s'agit il vraiment de savoir si j'en ai les moyens ? Ou plutôt de savoir si madame a besoin d'une pension dans le cadre de la garde alternée que nous souhaitons ? Je n'arrive toujours pas à comprendre selon quelle logique un JAF condamnerai un époux à version une pension dont l'autre époux et surtout dont nos enfants n'ont pas besoin, puisqu'elle gagne maintenant sa vie... ?

 

Alors là, je suis bien d'accord avec vous, mais comment expliquer que les PA varie de 80 euros mensuel à 800 euros pour un enfant. On vous répondra que si vous étiez rester ensemble vos enfants auraient eu un certain train de vie, qu'il est important qu'ils l'aient.......Si vous saviez................

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo
On vous répondra que si vous étiez rester ensemble vos enfants auraient eu un certain train de vie, qu'il est important qu'ils l'aient.......Si vous saviez................

 

pourquoi cela semble donc etre si choquant!!

 

on n'a pas la meme vie si l'on nait dans la zup de vaulx en velin avec des parents au chomage que si l'on nait enfants de PDG d'une grosse multinationale et que l'on vit a neuilly

 

ça ne me parait donc pas illogique qu'un enfant né dans un milieu aisé ne soit pas penalisé par le divorce de ses parents

si par exemple il y a 2 enfants et que l'un reste avec celui qui a le plus d'argent, trouveriez vous normal qu'entre les frères et soeurs il y ait une disparité du train de vie?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku

Merci Patoupaco de venir corroborer mes dires. Je répondais à Taurus concernant cette phrase :

 

"S'agissant de la pension, s'agit il vraiment de savoir si j'en ai les moyens ? Ou plutôt de savoir si madame a besoin d'une pension dans le cadre de la garde alternée que nous souhaitons ? Je n'arrive toujours pas à comprendre selon quelle logique un JAF condamnerai un époux à version une pension dont l'autre époux et surtout dont nos enfants n'ont pas besoin, puisqu'elle gagne maintenant sa vie... ? "

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo
Merci Patoupaco de venir corroborer mes dires. Je répondais à Taurus concernant cette phrase :

 

"S'agissant de la pension, s'agit il vraiment de savoir si j'en ai les moyens "

 

;) pourtant je sentais comme de l'ironie dans le " si vous saviez...";)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...

J'ai finalement proposé à Mme de prendre en charge les frais scolaires, la cantine, et de lui laisser la moitié des allocations auxquelles j'ai droit. Tout ceci cumulé (~ 120€) correspond à la contribution aux charges suivant le principe de prorata qu'elle défendait et que je rejoins.

Mais voilà, maintenant elle demande plus... : 300€ + la totalité des allocations. Ce qui revient à dire que j'assumerai la totalité des charges et elle aucune. Elle est toutefois d'accord pour prendre un avocat commun. Ou plutôt était... puisque je refuse sa nouvelle demande, et veut donc finalement prendre son avocat.

Selon vous un juge peut-il accéder à une telle demande ?

Enfin, s'agissant de l'argent que je lui ai versé ces derniers mois, et dont elle n'a pas eu besoin finalement puisqu'elle à trouvé un travail, après avoir dit qu'elle me le rendrait, elle refuse maintenant de me le rendre. Otez moi d'un doute : cet argent est aussi bien le sien que le mien ? La convention n'ayant pas passé devant le juge, as t'elle le droit de le conserver ?

Je crois que je vais aller voir un avocat... Je souhaitai que ceci se passe à l'amiable, mais je désespère qu'elle devienne raisonnable...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Votre femme considère que la somme que vous lui avez donnée mensuellement est votre participation aux charges du ménage, que vous devez, quel que soit votre régime, tant que vous êtes mariés et que vous ne vous présentez pas devant un juge pour une ONC.

La situation financière est à considérer maintenant et dans l'avenir,proche ou lointain, et non comment elle se présentait il y a un an...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Votre femme considère que la somme que vous lui avez donnée mensuellement est votre participation aux charges du ménage, que vous devez, quel que soit votre régime, tant que vous êtes mariés et que vous ne vous présentez pas devant un juge pour une ONC.

La situation financière est à considérer maintenant et dans l'avenir,proche ou lointain, et non comment elle se présentait il y a un an...

 

Mes devoirs de participation aux charges du ménage, merci, je les connais, puisque c'est moi qui ai payé toutes les charges ces dernières années. Par contre quand Mme a repris le travail il y'a 2 ans, elle a bien veillé a verser son salaire sur son compte personnel et à en placer sur son assurance vie...

Vous parlez au nom de ma femme sans la connaître ni connaître les détails de notre situation... Non, elle ne considère pas que ce que je lui ai donné est la participation aux charges du ménage. Elle reconnaît que la somme allait bien au delà. Je fais mes comptes, merci, je sais quelles sont les charges du ménage. Elle aussi. La somme que je lui ai versé a excédé, et de loin, ce qu'il était nécessaire. Il n'y a pas débat sur ce point. Le pire est qu'elle reconnait que je lui ai versé beaucoup trop et qu'elle n'a pas eu à utiliser cet argent puisqu'elle a trouvé un emploi.

Tout simplement elle est aujourd'hui dans un état d'esprit de partir avec le maximum d'argent... c'est aussi simple que cela.

Vous voilà informée de la personnalité de Mme. Si vous avez des réponses aux questions que j'ai évoqué je suis preneur, car finalement c'est ce qui m'intéresse maintenant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Ce que vous avez donné prouve que vous aviez les moyens de donner tant! malheureusement pour vous. Malheureusement pour vous également le fait que madame ait pris soin de garder et placer ses propres revenus. D'une triste banalité!

 

Méfiance à retrouver dans le jugement : monsieur a les moyens de donner tant, et pour madame, ses placements ne regardent qu'elle! eh oui!

 

Trop bon hélàs! et voulant sans doute éviter le conflit!

 

Bien cordialement,

 

Just.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Votre question initiale était: le juge peut il suivre ma femme dans son raisonnement? C'est ça ou je me trompe?

Il me semblait que oui, le juge, qui est souverain, peut estimer que, en sus de votre part de la garde et de l'hébergement des enfants, vous pouvez participez financièrement puisque vos revenus sont supérieurs à ceux de madame.

Je ne crois pas qu'il y ait un texte ou un article qui définisse ce que doit être la juste participation à l'entretien et l'éducation d'un enfant.Ni de barêmes.

Tout réside donc dans le pouvoir de persuasion et de démonstration de chacun....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Ce que vous avez donné prouve que vous aviez les moyens de donner tant! malheureusement pour vous. Malheureusement pour vous également le fait que madame ait pris soin de garder et placer ses propres revenus. D'une triste banalité!

 

Méfiance à retrouver dans le jugement : monsieur a les moyens de donner tant, et pour madame, ses placements ne regardent qu'elle! eh oui!

 

Trop bon hélàs! et voulant sans doute éviter le conflit!

 

Bien cordialement,

 

Just.

 

D'une triste banalité ? Peut-être pour les avocats et les juges... pour ma part c'est mon 1er divorce et je suis loin de trouver la situation banale.

J'ai en effet les moyens de lui verser ce qu'elle demande. Est-ce pour autant qu'il est juste de le faire ? Ne gagne t'elle pas sa vie comme moi ? N'a t'elle pas aussi les moyens d'assumer financièrement nos enfants ? Si ! Je rappelle quand même qu'il s'agit d'une garde alternée.

Oui, trop bon comme vous dites... Quant à placer ses propres revenus, sauf erreur de ma part c'est les revenus de la communauté qu'elle a placé.

 

---------- Message ajouté à 22h47 ---------- Précédent message à 22h44 ----------

 

Votre question initiale était: le juge peut il suivre ma femme dans son raisonnement? C'est ça ou je me trompe?

Il me semblait que oui, le juge, qui est souverain, peut estimer que, en sus de votre part de la garde et de l'hébergement des enfants, vous pouvez participez financièrement puisque vos revenus sont supérieurs à ceux de madame.

Je ne crois pas qu'il y ait un texte ou un article qui définisse ce que doit être la juste participation à l'entretien et l'éducation d'un enfant.Ni de barêmes.

Tout réside donc dans le pouvoir de persuasion et de démonstration de chacun....

 

Je vous rejoins, le juge peut estimer que gagnant d'avantage, je peux participer d'avantage. Et je trouve correct de participer au pro-rata de nos salaires, et c'est ce que je lui ai proposé.

Quant à ce qui est la juste participation, elle devrait à mon sens, s'évaluer en prenant en compte l'intérêt des enfants.

 

---------- Message ajouté à 22h48 ---------- Précédent message à 22h47 ----------

 

Madame demande-t-elle une prestation compensatoire ?

 

Biensûr. Et sur ce point nous nous sommes déjà entendus.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Ayant toujours du mal à y voir clair, je relance le sujet.

RDV est pris avec un avocat fin du mois. En attendant, mieux je serai renseigné, mieux ce sera.

 

Conformément au souhait initial de Mme, j'ai fait une proposition de participation aux charges des enfants au prorata de nos revenus (environ 1/3 pour Mme, 2/3 pour moi). Pour autant Mme refuse la proposition et demande une pension 3 fois plus élevée qui au final revient à dire que j'assumerai la totalité des frais d'éducation et d'entretien de nos enfants. Encore une fois, je rappelle qu'il s'agit d'une garde alternée.

Elle aurait consulté son avocate qui lui aurait signifié, je cite : "que je me moquais d'elle". Malgré mes demandes répétées elle est bien incapable de me trouver une justification logique au montant qu'elle demande, si ce n'est je cite que j'en ai les moyens et qu'elle y aurait le droit. Voulant malgré tout ce qui est juste pour l'un et pour l'autre, je souhaiterai :

- savoir si ma proposition vous semble, ou semblerait déraisonnable aux yeux d'un juge ?

- savoir si la pension alimentaire vise uniquement, comme je le suppose, l'entretien & l'éducation des enfants, et qu'en aucun cas elle n'a pour objectif de maintenir le niveau de vie de Mme, ceci étant l'objectif de la prestation compensatoire (sur laquelle nous sommes déjà tombés d'accord)

- avoir confirmation que l'argent que j'ai versé à Mme entre avril 2009 & ce jour est un bien de la communauté, puisqu'il n'y a pas eu jugement de séparation de bien.

 

Merci pour votre aide.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku

Bonsoir, Personnellement, avec une GA je refuserais de verser une PA. Madame a des revenus correct et les frais seront divisés par deux (nourriture.....)

Ce n'est pas à vous d'entretenir le train de vie de madame. Le principal, ce sont les enfants et vu qu'ils passeront une semaine sur deux chez vous, je suppose que vous leur achèterez des vêtements, des fournitures scolaires, des livres, que vous les emmènerez en vacances, centre de loisirs. Une PA pour quoi faire ?

Et pour ces enfants, qui touchera la CAF ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, et oui, bien venu dans les cas de divorce, maintenant elle sait qu'elle peut vous plumer, on a du lui expliquer que les juges aidaient à le faire et les avocats vont attiser la haine afin de faire faire durer le divorcer car çà leur rapporte. Si votre femme est naïve, elle se fera plumer à son tour par son avocat qui va lui faire miroiter de belles sommes à venir.

Sans compter les amis et la famille... Logiquement, vu que les enfants sont répartis, la pension alimentaire n'a pas lieu d'être, mais pour ce qui est des juges :

j'avais un bon revenu (indépendant), bien que la garde de mes deux filles m'a été accordée, la juge a accordé une pension telle que maintenant, mes filles et moi avons des difficultés à manger en fin de mois. Je vous passe les détails de ma descente aux enfers, mais il me faudra des années pour repartir et l'avenir des enfants est très compromis (choix d'études). Alors dès le départ, si madame ne veut plus d'arrangement amiable, il ne faut pas essayer d'éviter les problèmes mais les affronter de face.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, Personnellement, avec une GA je refuserais de verser une PA. Madame a des revenus correct et les frais seront divisés par deux (nourriture.....)

Ce n'est pas à vous d'entretenir le train de vie de madame. Le principal, ce sont les enfants et vu qu'ils passeront une semaine sur deux chez vous, je suppose que vous leur achèterez des vêtements, des fournitures scolaires, des livres, que vous les emmènerez en vacances, centre de loisirs. Une PA pour quoi faire ?

Et pour ces enfants, qui touchera la CAF ?

 

Je lui ai proposé la pension sous la forme suivante : je paye l'intégralité des frais de cantine et des frais scolaires, et lui laisse l'intégralité des allocations familiales.

Cette proposition me parait juste. Je ne comprends pas la position de son avocate...

 

---------- Message ajouté à 00h27 ---------- Précédent message à 00h25 ----------

 

Bonsoir, et oui, bien venu dans les cas de divorce, maintenant elle sait qu'elle peut vous plumer, on a du lui expliquer que les juges aidaient à le faire et les avocats vont attiser la haine afin de faire faire durer le divorcer car çà leur rapporte. Si votre femme est naïve, elle se fera plumer à son tour par son avocat qui va lui faire miroiter de belles sommes à venir.

Sans compter les amis et la famille... Logiquement, vu que les enfants sont répartis, la pension alimentaire n'a pas lieu d'être, mais pour ce qui est des juges :

j'avais un bon revenu (indépendant), bien que la garde de mes deux filles m'a été accordée, la juge a accordé une pension telle que maintenant, mes filles et moi avons des difficultés à manger en fin de mois. Je vous passe les détails de ma descente aux enfers, mais il me faudra des années pour repartir et l'avenir des enfants est très compromis (choix d'études). Alors dès le départ, si madame ne veut plus d'arrangement amiable, il ne faut pas essayer d'éviter les problèmes mais les affronter de face.

 

je ne comprends pas. Vous versez une pension a votre femme alors que vous avez la garde de vos filles ??

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Azukiyo

ATTENTION

il faut savoir que si vous proposez par exemple une pension de 100 € le juge decidera au minimum 100 e il ne donnera pas 80

 

alors ne soyez pas trop généreux et laisser faire le juge

 

dans votre cas je ne proposerai pas du tout de pension

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Shintoku
Bonsoir, et oui, bien venu dans les cas de divorce, maintenant elle sait qu'elle peut vous plumer, on a du lui expliquer que les juges aidaient à le faire et les avocats vont attiser la haine afin de faire faire durer le divorcer car çà leur rapporte. Si votre femme est naïve, elle se fera plumer à son tour par son avocat qui va lui faire miroiter de belles sommes à venir.

Sans compter les amis et la famille... Logiquement, vu que les enfants sont répartis, la pension alimentaire n'a pas lieu d'être, mais pour ce qui est des juges :

j'avais un bon revenu (indépendant), bien que la garde de mes deux filles m'a été accordée, la juge a accordé une pension telle que maintenant, mes filles et moi avons des difficultés à manger en fin de mois. Je vous passe les détails de ma descente aux enfers, mais il me faudra des années pour repartir et l'avenir des enfants est très compromis (choix d'études). Alors dès le départ, si madame ne veut plus d'arrangement amiable, il ne faut pas essayer d'éviter les problèmes mais les affronter de face.

 

Bonjour,

Entièrement d'accord avec Stargate. Même si vous n'en avez pas envie, il vaut mieux une bonne guerre que des batailles incessantes qui durent des années et des années (pour nous, plus de 20 ans et ce n'est pas fini !!! !)

Et comme le dit Patoupaco, il vaut mieux proposer 70 euros si vous voulez donner 120 !!!

Bon courage à vous............................

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ATTENTION

il faut savoir que si vous proposez par exemple une pension de 100 € le juge decidera au minimum 100 e il ne donnera pas 80

 

alors ne soyez pas trop généreux et laisser faire le juge

 

dans votre cas je ne proposerai pas du tout de pension

 

J'entends bien. Mais dans l'immédiat, si je ne propose pas de pension, on s'orriente assurément vers un divorce conflictuel. Même si elle comprends ma position et au fond estime que ma proposition est raisonnable, le pb est qu'elle s'est entendu dire par son avocate qu'elle pourrait obtenir plus. Elle s'accroche à cette idée. Si elle pense avoir une chance d'obtenir plus elle la saisira, et tant qu'une tierce personne ne lui aura pas confirmé que ma position est censée, elle ne lâchera pas l'affaire.

Par ailleurs ce que je lui propose ne me met pas dans une situation financière difficile, et profitera sans doute aux enfants. Ce que je ne souhaite pas c'est céder à sa demande qui ne vise qu'à l'entretenir.

Nous avons rediscuté hier et sommes finalement tombé d'accord pour prendre un rdv avec l'avocat commun que nous avions pris l'an dernier lorsque nous avions entamé la procédure à l'amiable que nous avions fini par annuler. Nous verrons bien ce que ça donne...

Quoiqu'il en soit, merci pour votre aide.

 

---------- Message ajouté à 11h53 ---------- Précédent message à 11h49 ----------

 

Bonjour,

Entièrement d'accord avec Stargate. Même si vous n'en avez pas envie, il vaut mieux une bonne guerre que des batailles incessantes qui durent des années et des années (pour nous, plus de 20 ans et ce n'est pas fini !!! !)

Et comme le dit Patoupaco, il vaut mieux proposer 70 euros si vous voulez donner 120 !!!

Bon courage à vous............................

 

Je comprends. Mais tant qu'il y'a une chance que tout ceci se règle à l'amiable, je préfère favoriser cette option.

Ce qui motive Mme dans ces demandes déraisonnables ça n'est finalement que le stress lié à sa situation précaire (intérim), ce que comprend très bien.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me permet de vous mettre en garde, le règlement à l'amiable me parait compromis, maintenant elle veut de l'argent pour l'argent, car après tout, si elle peut percevoir une pension, pourquoi s'en priverait elle ?

Vouloir un règlement à l'amiable, vous conduira probablement aux difficultés, si vous la menacez (juridiquement parlant et que vous refusez tout compromis), il vous sera toujours possible de transiger en bon seigneur, mais si vous cédez, elle saura que vous êtes prêt à lâcher, et si vous acceptez facilement 80 € alors en insistant elle pourra en avoir 100, et plus tard, elle vous en demandera 120, puis ...

Un adage romain dit : si tu veux la paix, prépare la guerre.

N'oubliez pas qu'elle vous a déjà fait faux bon, tant que vous serez faible, vous serez une proie...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...