Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

expulsion enfant majeure handicapée


Nanabelle

Messages recommandés

Bonjour,

 

J'écris pour la première fois sur ce forum pour avoir une piste ou des informations pour avoir quoi faire dans ma situation.

Lorsque j'ai eu 14 ans je suis tombée malade suite au vaccin contre l'hepatite B, mais on en parlait pas, le docteur m'a dit que j'étais folle puisqu'à chaque injection j'ai été extremement fatiguée, avec des douleurs partout, et une diminution des facultés intellectuelles.

 

Mes parents ne m'ont jamais cru, et j'avais ordre de me taire pour ne pas ennuyer le docteur, de toute manière il avait dit que j'étais folle donc j'étais folle. Après la cinquième injection je suis tombée paralysée, incapable de poursuivre mes études à la fac.

 

Obligée d'arrêter j'ai dû revenir chez mes parents à 19 ans, et demander le RMI à 25 ans. J'en ai aujourd'hui 28. J'ai essayé des traitements à l'étranger, très longs, très difficiles, très chers, c'est là que passe mon RMI.

 

Mes parents sont très humiliants et autoritaire avec moi, chaque jour de ma vie, je suis traitée comme de la M sous prétexte que je ne fais rien, mais dans ma situation, aucun malade n'arrive à faire quoi que ce soit, je préfère ne pas penser à l'avenir. Je réponds désormais aux insultes de mes parents, qui ont plus d'une fois par le passé, encouragé le docteur de faille, puis un professeur qui me sousnotait, puis l'assistante sociale à lfaire de même. Mes parents ne supportant pas que je puisse contester leur autoritarisme sur moi, car ce sont des gens d e l'ancienne génération qui pensent que Mai 68 n'aurait jamais dû exister, j'aimerais savoir s'ils ont tous les droits de m'expulser comme ils le veulent puisque c'est ce qu'ils me disent, soit disant ils auraient consulté une juge qui aurait dit: vous la mettez à la porte.

 

Je suis étonnée qu'étant handicappée suite à l'acharnement de mes parents avec ce vaccin, l'ayant prouvé, n'ayant déjà aucune reconnaissance, aucun traitement officiel, je sois obligée en plus de n'avoir aucun droit vis à vis de mes parents, uqi ont déjà refusé que je reprenne un petit studio, car mon père ne veut pas signer le papier de location, ils refusent de verser un euro pour moi.

 

J'aimerais savoir s'ils ont tous les droits sur moi alors que je suis handicappée à vie, je suis étonnée car pour d'autres handicaps ça ne se passe pas du tout comme ça, mes parents disposent de ma vie comme ils le veulent, je dois toujours leur rendre service en tout, et la réciproque est impossible, c'est reproche sur reproche.

 

Je précise que jusqu'à l'arrêt de mes études j'ai toujours été première partout, malgré la sous notation du professeur que mes parents ont encouragé, je n'ai jamais pris ni drogue, ni causé de tord à mes parents, je me suis d'ailleurs tellement écrasée dans la vie, qu'ils ne semblent pas supporter que je refuse leur excès d'autorité maintenant.

 

Merci pour votre aide.

 

PS: j'aimerais ne pas me faire insulter sur ce forum s'il vous plaît, je demande votre aide, je n'ai pas besoin de prendre des coups en plus, merci.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 21
  • Création
  • Dernière réponse

Bonsoir,

 

ayant mon carnet de vaccination:

 

a l' époque (jusque en 2007 (abolition du BCG et fin des rappels tous les 5ans pour l'hépatite B).

mon rappel "était prévu" pour 2008 , il n' as donc jamais eu lieu.

 

Et c' est toujours 3 injections. (pour ceux avant 2007,premier rappel compris)

et 2 pour les autres (aprés2007).

 

cordialement charmeail ;)

 

ps : je postule pour ma formation dans un CHU , donc je suis en "plein dans les vaccins".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Je suis étonnée qu'étant handicappée suite à l'acharnement de mes parents avec ce vaccin, l'ayant prouvé,

 

Pourquoi dites-vous cela : avez-vous fait un procès au laboratoire ?

 

Ne touchez-vous pas l'allocation AAH ? êtes-vous obligée de rester chez vos parents ? une autre solution n'est-elle pas envisageable ?

 

Vous êtes-vous rapprochée d'une association d'aide aux handicapés, notament ceux suite à ce fameux vaccin ? Il faudrait déjà commencer par là.

 

:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

ayant mon carnet de vaccination:

 

a l' époque (jusque en 2007 (abolition du BCG et fin des rappels tous les 5ans pour l'hépatite B).

mon rappel "était prévu" pour 2008 , il n' as donc jamais eu lieu.

 

Et c' est toujours 3 injections. (pour ceux avant 2007,premier rappel compris)

et 2 pour les autres (aprés2007).

 

cordialement charmeail ;)

 

ps : je postule pour ma formation dans un CHU , donc je suis en "plein dans les vaccins".

 

 

Je regrette mais c'est bien indiqué sur mon carnet de santé, marqué par le médecin lui même, et j'ai été vacciné à partir de 1994, les infirmières passaient dans les écoles, elles sont passées 4 fois dans l'école privée où j'étais.

 

---------- Message ajouté à 08h27 ---------- Précédent message à 08h19 ----------

 

Bonsoir,

 

 

 

Pourquoi dites-vous cela : avez-vous fait un procès au laboratoire ?

 

Ne touchez-vous pas l'allocation AAH ? êtes-vous obligée de rester chez vos parents ? une autre solution n'est-elle pas envisageable ?

 

Vous êtes-vous rapprochée d'une association d'aide aux handicapés, notament ceux suite à ce fameux vaccin ? Il faudrait déjà commencer par là.

 

:)

 

Les associations font des procès au laboratoire, mais mes parents n'ont jamais voulu engager la somme de départ pour les honoraires pour cela, donc nous n'avons jamais rien dit.

 

Je l'ai prouvé en montrant l'inflammation du système nerveux musculaire avec les adjuvants restés dans mon corps: mercure et aluminium en grande quantité.

Puis j'ai fait d'autres analyses du système immunitaires qui prouvent que je ne peux qu'être fatiguée et diminuée intellectuellement, avec des douleurs partout, je suis allergique à absolument tout ce que je mange sauf le riz, même en supprimant tout lors d'un régime de 6 mois, le seul résultat que j'ai eu avec toutes ces privations: moins de douleurs, c'est tout.

Ensuite j'ai également prouvée que je ne possédais pas de cellules de méthylation propre à l'élimination des adjuvants, pourquoi je ne sais pas.

Puis j'ai également prouvé que mes neurotransmetteurs serotonine et dopamine étaient tellement élevés qu'il était impossible que mon sommeil soit réparateur, et c'est bien là le mode d'action d'une intoxication au métaux.

 

Je n'ai pas l'aah, car la myofasciite ne fait pas partie des maladies reconnues. De toute manière, même si'l n'existe pas de traitement, l'aah n'est donnée que pour 2 ans, après on l'enlèverait, car on ne la donne pas à vie.

 

 

Je n'ai absolument nulle part où aller, c'est un conflit de générations, même le bruit de mes pas dérangent mes parents, le fait que j'occupe ma chambre, que mes livres sont dans la bibliothèque est une modification de la décoration intérieure de leur maison, c'est un pb territorial. Mes parents sont des gens très durs, j'ai toujours rapporté de bons résustats scolaires, quand j'ai arrêté la fac, que je ne pouvais plus continuer ni physiquement ni intellectuellement, ils ont immédiatement voulu se débarasser de moi en me faisant interner, résultat: 4 ans sous antidépresseurs et anxiolytiques qui ne m'ont jamais aidé évidemment....

 

Et les associations n'acceptent que les personnes avec biopsie positive, ce qui à l'heure actuelle ne prouve plus rien, car les personnes non malades ont aussi la biopsie positive, et qu'on ne sait pas où on m'a piqué.

 

L'assistante sociale ne m'a été d'aucun recours, et mes parents n'ont aucun devoir de m'héberger ou de me porter assistance.

 

Merci pour votre aide, c'est gentil de ne pas m'insulter.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personne ne va vous insulter sur ce forum, rassurez-vous !

 

Essayez de vous rapprocher d'une personne amie, soit dans votre famille (cousin ? oncle ou tante ?) , soit dans vos anciennes relations afin de ne pas rester seule et de vous accompagner si vous devez vous déplacer. Je pense par exemple à la consultation d'un avocat à titre gratuit comme cela est possible dans la plupart des communes.

 

Vous avez accès à internet donc vous pouvez faire des recherches et accéder à de nombreuses informations.

 

Quelle est exactement votre situation ? Vous dites que vous êtes handicapée mais que ce n'est pas reconnu, ce qui veut dire que pour l'administration vous n'êtes tout simplement pas handicapée.

D'où tirez-vous les informations que vous dites avoir "prouvées" concernant votre état de santé ? Vous avez fait faire des analyses ?

 

Êtes-vous sous tutelle de vos parents ? Quelles sont vos ressources ?

 

Toute forme d'activité vous est-elle vraiment impossible ? Par exemple sous forme de télétravail ? Ce serait une piste pour obtenir votre indépendance.

 

Bon courage, des personnes très compétentes fréquentent ce forum et pourront vous donner d'autres pistes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

ayant mon carnet de vaccination:

 

a l' époque (jusque en 2007 (abolition du BCG et fin des rappels tous les 5ans pour l'hépatite B).

 

 

oui mais pourquoi 5 dont 4 au collège soit en 4 ans voir 5 avec redoublement et sachant qu'au collège cela ne se faisait pas en septembre.

meme si il y a eu 3 injections en 6 mois ( soit pendant l'année de 6 eme) la 4 eme aurait due etre faite au minimum dans la 5eme année suivante soit en seconde en redoublant et encore

mais la 5eme?

 

 

les vaccinations dans les ecoles n'avaient absolument pas un caractère obligatoire et en plus dans les ecoles privées cela fonctionne encore différemment!!

de plus compte tenu de l'était de santé decrit on ne parle pas de medecin qui continue de vacciner dans cet état mais de.........

 

cette histoire me parait tres surprenante

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personne ne va vous insulter sur ce forum, rassurez-vous !

 

Essayez de vous rapprocher d'une personne amie, soit dans votre famille (cousin ? oncle ou tante ?) , soit dans vos anciennes relations afin de ne pas rester seule et de vous accompagner si vous devez vous déplacer. Je pense par exemple à la consultation d'un avocat à titre gratuit comme cela est possible dans la plupart des communes.

 

Vous avez accès à internet donc vous pouvez faire des recherches et accéder à de nombreuses informations.

 

Quelle est exactement votre situation ? Vous dites que vous êtes handicapée mais que ce n'est pas reconnu, ce qui veut dire que pour l'administration vous n'êtes tout simplement pas handicapée.

D'où tirez-vous les informations que vous dites avoir "prouvées" concernant votre état de santé ? Vous avez fait faire des analyses ?

 

Êtes-vous sous tutelle de vos parents ? Quelles sont vos ressources ?

 

Toute forme d'activité vous est-elle vraiment impossible ? Par exemple sous forme de télétravail ? Ce serait une piste pour obtenir votre indépendance.

 

Bon courage, des personnes très compétentes fréquentent ce forum et pourront vous donner d'autres pistes.

 

 

Le fait de ne pas me faire insulter ne me parait pas évident, puisque ça a été le cas sur un autre forum, et comme je suis dans la peine, c'est suffisamment difficile avec mes parents sans en prendre en plus dans les dents.

 

Toutes les informations sur internet disent que mes parents peuvent me mettre dehors autant qu'ils veulent, la seule chose que je peux faire c'est demander une pension, devant un tribunal, ce qui me semble horrible d'assigner mes parents en justice, malgré nos différents, qui est un conflit de génération, en attendant je serais à la rue, incapable de pouvoir poursuivre mon traitement.

 

Je suis au RSA, reconnu à 50% en attente de la nouvelle décision, les docteurs disent qu'il m'est impossible de faire du travail intellectuel ou physique, et la mdph dit le contraire, avant j'étais reconnue à 80 % puis plus du tout, puis re 50. C'est assez incompréhensible.

 

Oui grace à des chercheurs j'ai eu accès à des laboratoires qui ont fait des analyses, de sang, d'urines, polysomnographie, etc...

 

Mon unique ressoure est le RSA. J'ai déjà postulé pour plusieurs postes de télétravail, notamment sur Meetic, où téléphone rose, mais jamais je n'ai eu de réponse, j'ai essayé de donner des cours bien que je n'ai fais qu'un an de fac avant de tomber malade totalement, mais ça me fatigue trop.

 

Merci pour votre aide

 

---------- Message ajouté à 11h47 ---------- Précédent message à 11h44 ----------

 

oui mais pourquoi 5 dont 4 au collège soit en 4 ans voir 5 avec redoublement et sachant qu'au collège cela ne se faisait pas en septembre.

meme si il y a eu 3 injections en 6 mois ( soit pendant l'année de 6 eme) la 4 eme aurait due etre faite au minimum dans la 5eme année suivante soit en seconde en redoublant et encore

mais la 5eme?

 

 

les vaccinations dans les ecoles n'avaient absolument pas un caractère obligatoire et en plus dans les ecoles privées cela fonctionne encore différemment!!

de plus compte tenu de l'était de santé decrit on ne parle pas de medecin qui continue de vacciner dans cet état mais de.........

 

cette histoire me parait tres surprenante

 

J'ai fait la première en fin de cinquième, ensuite une autre début de quatrième, une autre en troisième, puis en seconde, et une en première, je devais en faire d'autres, sur les conseils du docteur de famille, et si je n'avais pas été vaccinée avec les rappels, l'école privée voulait me renvoyer pour ce motif. Avec la publicité mes parents ont cru que la vaccination était obligatoire, nous n'avons jamais eu l'idée ni eux ni moi, que cela était un choix, car avec l'infirmière nous étions tous obligés d'y passer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Je regrette mais c'est bien indiqué sur mon carnet de santé, marqué par le médecin lui même, et j'ai été vacciné à partir de 1994, les infirmières passaient dans les écoles, elles sont passées 4 fois dans l'école privée où j'étais.
.

 

je vous crois, je ne doute pas de vous.;)

 

Je regrette mais c'est bien indiqué sur mon carnet de santé, marqué par le médecin lui même, et j'ai été vacciné à partir de 1994, les infirmières passaient dans les écoles, elles sont passées 4 fois dans l'école privée où j'étais.

 

Le problème(maladie) ne serait-il pas du , a cette vaccination tous les ans?

 

Je regrette mais c'est bien indiqué sur mon carnet de santé, marqué par le médecin lui même, et j'ai été vacciné à partir de 1994, les infirmières passaient dans les écoles, elles sont passées 4 fois dans l'école privée où j'étais.

 

les infirmières , vous ont vacciné et on lu votre carnet , et elles n' ont pas réagi ? ni le médecin ????

 

cordialement charmeail ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je crois que l'important pour vous est de trouver qq'un de CONFIANCE qui vous aiderait :

 

1) à constituer un dossier solide pour faire reconnaitre vos soucis consécutifs à ces vaccinations

 

2) à vous aider à communiquer avec vos parents

 

3) vous aiderait à trouver des traitements, des médecins, des recherches pour vous soigner ou vous soulager

 

Quand on est seul et handicapé, ce n'est pas facile...avec qq'un cela vous faciliterait la vie

 

:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous soulevez de nombreuses questions dont certaines n'ont pas forcément une solution juridique.

 

Vos parents ont bien une obligation à votre égard. Vous dites avec raison qu'il est horrible d'assigner en justice ses parents, mais vous n'en êtes pas encore là.

S'il c'est la cohabitation avec vos parents qui pose un problème de "territoire " et de générations, il est peut-être possible de réaménager l'appartement pour vous accorder plus d'autonomie, par exemple une chambre plus grande pour regrouper toutes vos affaires, un cabinet de toilette qui vous soit réservé, ... ce qui permettrait de mieux séparer les territoires de chacun.

 

Votre maladie vous permet-elle de vivre seule ? D'être entièrement autonome ? Désolée de ces questions indiscrètes mais les choix à envisager ne seront pas les mêmes suivant les cas.

 

Concernant votre santé, êtes-vous régulièrement suivie par un médecin ? Choisi par vous ? Avec un bilan régulier ?

 

Le télétravail recouvre aujourd'hui de nombreuses activités : secrétariat, tutorat et enseignement à distance, rédaction technique, traduction, .... Voyez avec votre conseiller/référent de Pôle emploi pour un complément de formation.

De nombreuses ressources d'information existent, par exemple télétravail ou encore l'association

 

Ne restez pas seule, je suis sûre que vous pouvez trouver une écoute dans une association de soutien - il n'est pas question ici de se lancer dans des procédures ou des demandes d'indemnisation mais avant tout de vous aider à y voir plus clair sur votre situation.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

.Le problème(maladie) ne serait-il pas du , a cette vaccination tous les ans?

 

Si bien sûr, c'est bien ce que j'ai prouvé avec mes analyses, mais elles ne seront jamais reconnues de la MDPH, et cela fait 10 maintenant que je réclame une AAH qui m'a été accordée une fois, puis plus du tout, alors que personne n'a jamais guéri d'une myofasciite à macrophages.

 

les infirmières , vous ont vacciné et on lu votre carnet , et elles n' ont pas réagi ? ni le médecin ????

 

Non, le médecin à chaque fois que je me suis plainte de fatigue, et de douleurs, d'essouflement, de mémoire qui défaille et de pbs de concentration, de baisse intellectuelle (ce sont les symptômes), m'a ri au nez et m'a fait envoyé chez le psy avec les encouragements de mes parents qui ne m'ont pas cru et ne peuvent pas supporter que je termine handicappée alors que j'avais vraiment de bonnes notes dans mes études.

 

---------- Message ajouté à 18h45 ---------- Précédent message à 18h38 ----------

 

je crois que l'important pour vous est de trouver qq'un de CONFIANCE qui vous aiderait :

 

1) à constituer un dossier solide pour faire reconnaitre vos soucis consécutifs à ces vaccinations

 

2) à vous aider à communiquer avec vos parents

 

3) vous aiderait à trouver des traitements, des médecins, des recherches pour vous soigner ou vous soulager

 

Quand on est seul et handicapé, ce n'est pas facile...avec qq'un cela vous faciliterait la vie

 

:)

 

1/ Le dossier est fait, mais il est très difficile de prouver, pourtant j'y ai réussi, ça m'a couté beaucoup de RMI économisés pour payer mes analyses de ma poche, mais j'ai fini par y arriver avec le temps.

 

2/ Mes parents sont chez eux, ils ont toujours raison, c'est l'ancienne époque, ils peuvent me traiter de tous les noms, quand je réplique sur le même ton, c'est moi qui ait tord, ils ont le droit de me mettre à la porte, et comme je ne suis pas en recherche d'emploi je n'ai droit à aucune pension, que de toute manière j'aurais honte de réclamer.

Ce ne sont pas de mauvais parents, c'est juste qu'avec leur seul enfant, ils sont très très sévères, aigris, et du coup incompréhensibles, ils transforment beaucoup ce qu'ils me disent aussi, ainsi ma mère réagit de manière très gracieuse avec tout le monde, alors qu'elle est sans arrêt aggressive et piquante avec moi. Et je n'ai pas le droit de répondre aux piques bien sûr.

 

3/ J'ai pris contacts avec de nombreuses associations, mais aucune ne cherche un traitement, seulement une reconnaissance, j'ai fini par trouver un traitement, mais fort cher, qui dure 5 ans, et sans obligation de résultat, j'ai eu au bout d'un an de prise, des brûlures sur tout le visage et les mains, mais au point que les commissures de ma bouche s'ouvrent, très douloureux, nous n'avons aucun médicament pour pallier à cet effet secondaire, et le médecin qui me suit, ne sait plus quoi faire: peu de gens en France connaissent cette méthode. En plus c'est loin d'être gratuit, le fait d'être chez mes parents me permet aussi d'économiser pour me payer ces traitements.

 

Dans l'hypothèse où je reprendrais un petit studio mes parents refusent de m'aider avec la cuisine, les courses, le ménage, et la lessive, les choses pratiquent qu'il m'est impossible de faire seule à présent dans mon état. Je n'ai aucune endurance, et le moindre effort physique, comme taper à la machine, je le paye et je suis toujours sous anti douleurs, avec pour conséquence: diminution de mon immunité, et donc rhumes non stop.

 

Merci de votre gentillesse en tout cas, j'avais vraiment peur en venant ici.

 

---------- Message ajouté à 18h58 ---------- Précédent message à 18h45 ----------

 

Vous soulevez de nombreuses questions dont certaines n'ont pas forcément une solution juridique.

 

Eh oui je suis bien d'accord, mais mes parents ne sont pas des gens tendres où qui veulent discuter, ils imposent leurs avis et crient sur moi, je n'ai aucun droit même de parler à des voisins et d'expliquer qu'on ne s'entend pas, ils me disent que je les insulte lorsque je parle de la situation, et que c'est passible de l'expulsion de chez eux, sans pension, et je crois que c'est vrai.

 

Vos parents ont bien une obligation à votre égard. Vous dites avec raison qu'il est horrible d'assigner en justice ses parents, mais vous n'en êtes pas encore là.

 

Malheureusement mes parents veulent que nous en arrivions là pour me prouver qu'ils ne me donneront rien.

 

S'il c'est la cohabitation avec vos parents qui pose un problème de "territoire " et de générations, il est peut-être possible de réaménager l'appartement pour vous accorder plus d'autonomie, par exemple une chambre plus grande pour regrouper toutes vos affaires, un cabinet de toilette qui vous soit réservé, ... ce qui permettrait de mieux séparer les territoires de chacun.

 

Mes parents vivent dans une grande villa, où j'occupe une chambre, ils ne veulent rien aménager du tout, je ne suis pas chez moi et ils sont chez eux, la moindre présence de mes affaires qui leur rappelle moi les exaspère, par exemple un truc tout bête: je n'ai pas le droit de faire du bruit en marchant, à cet effet ma mère m'a donc acheté des chaussons de feutres pour que je sois totalement silencieuse, car ils veulent leur tranquillité en tout point, comme je n'ai pas le droit de parler de ma maladie, par contre ils ont des chaussures spéciales massages très lourdes qui font un bruit incroyable, mais ils ont le droit car chez eux.

Non, ils le disent: c'est à moi de partir, en fait ils me disent aussi: "le chat", un siamois griffeur et mordeur, c'est la race qui veut ça, "le chat est chez lui, mais toi tu n'es pas chez toi, et tu stresses le chat, et on veut que le chat soit bien, il est chez lui, et on fait ce qu'on veut".

Mes parents veulent brûler toutes mes affaires de cours que j'avais avant d'arrêter mes études, ils ne veulent plus les voir, je dois disparaître, ma mère souhaite faire une procédure pour couper les ponts totalement, et ne veut plus me mener chez le médecin, hors ils n'ont pas voulu que je passe le permis quand je le pouvais, je ne peux donc même pas conduire pour y aller. Maintenant je ne peux plus apprendre le permis, c'est ça qui est terrible, le piège s'est refermé sur moi.

Ils me disent que je m'impose et que j'impose mes lois car j'ai demandé à ce qu'on change les ampoules à mercure et qu'on évite la javel, pour éviter l'augmentation de mes symptomes, car en changeant une ampoule que j'ai brisé, j'ai senti les mêmes malaises très forts une fois de plus.

 

 

Votre maladie vous permet-elle de vivre seule ? D'être entièrement autonome ? Désolée de ces questions indiscrètes mais les choix à envisager ne seront pas les mêmes suivant les cas.

 

Malheureusement, objectivement la vie seule me serait vraiment vraiment très difficile, je ne suis pas autonome du tout, ce n'est pas indiscret c'est la triste vérité, c'est pourquoi mes parents souhaitent se débarasser de moi en asile psychiatrique en demandant une expertise psychiatrique qui ne me donnera jamais raison, les psychiatres étant l'ennemi des malades du vaccin. J'ai bien essayé d'en voir, mais ils me culpabilisaient tellement, m'accusant de telles pathologies, que ce n'était même plus crédible...

 

Concernant votre santé, êtes-vous régulièrement suivie par un médecin ? Choisi par vous ? Avec un bilan régulier ?

 

J'ai un médecin généraliste qui rempli mes papiers MDPH mais qui ne peut rie pour moi, et je suis suivie par un médecin non conventionné que j'ai trouvé, maintenant il ne sait plus comment avancer, j'ai donc rejoins une association et bénéficiée de leur expérience, et je vais le mois prochain si ma mère veut bien me conduire voir un médecin pas très loin qui a l'air plus compétent, on verra s'il accepte de me suivre où s'il ne sait quoi faire après cette réaction allergique au médicament.

 

Le télétravail recouvre aujourd'hui de nombreuses activités : secrétariat, tutorat et enseignement à distance, rédaction technique, traduction, .... Voyez avec votre conseiller/référent de Pôle emploi pour un complément de formation.

De nombreuses ressources d'information existent, par exemple télétravail ou encore l'association

 

J'ai déjà postulé pour cela, malheureusement je ne peux guère travaillé plus d'une heure par jour et ce ne serait pas efficace, j'ai bien perdu mon niveau, à cause de la fatigue, je vis avec très peu de facultés intellectuelles, ce qui ne se voit pas quand je parle évidemment, mais je perds toutes mes affaires sans arrêt, c'est une vie affreuse où j'enchaine problèmes sur problèmes...

 

Ne restez pas seule, je suis sûre que vous pouvez trouver une écoute dans une association de soutien - il n'est pas question ici de se lancer dans des procédures ou des demandes d'indemnisation mais avant tout de vous aider à y voir plus clair sur votre situation.

 

Merci pour votre compréhension, mais les assistantes sociales, encouragées par mes parents se sont mises à m'insulter et j'ai été obligée de prendre un avocat pour les tenir en respect, depuis évidemment plus aucune ne souhaite m'aider, mais elles ne faisaient déjà rien avant et m'avaient interdit de relancer la procédure MDPH....Alors ça ou rien....Je n'ai trouvé aucune autre aide, je suis obligée d'aller voir un avocat pour cela, car mes parents m'ont dit qu'ils allaient consulté un juge et commencer une procédure contre moi, mais je ne sais pas de quoi il s'agit, ils disent qu'ils vont au palais de justice, ça fait la deuxième fois, et la première fois, cette juge leur avait dit de me "foutre à la porte, de changer les serrures, et qu'ils ne me devaient rien niveau pension", et devant la loi c'est vrai, puisque je ne peux travailler, et que mes parents disent que je ne fais rien en travaux ménagers à la maison, je suis une "faignasse, profiteuse de ses parents qui ont travaillé toute leur vie".

 

Donc vue comme ça, c'est mal parti et même un avocat, je ne vois pas comment il pourrait me défendre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voilà, d'après ce que me disent mes parents, ils vont demander une expertise psychologique auprès du juge des affaires familiales qu'ils vont saisir au tribunal de grande instance, ce que je ne comprends pas, c'est que jamais je n'ai pu avoir de renseignements au sujet de ce juge pour aller le voir moi même et savoir ce qu'il en était de ma situation, c'est cette juge très sévère dont me parlaient mes parents qui leur a bien dit que je n'avais aucun droit, donc si c'est elle qui s'occupe de mon dossier, effectivement, il ne me reste aucune chance, et ma mère m'a dit que je devrais me loger dans des foyers, je n'en connais même pas. En tout cas elle ne me veut plus chez elle, elle dit que je lui fais vivre un véritable calvaire.

 

---------- Message ajouté à 21h56 ---------- Précédent message à 21h55 ----------

 

j'ajoute que je suis totalement paniquée car je vais me retrouver à la rue sans rien. Je n'ai aucun recours, et je vois qu'avoir un avocat est inutile, car je n'ai pas mon mot à dire dans cette histoire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui je comprends bien, mais mes parents veulent me faire interner en foyer psychiatrique, c'est ça où la rue, et les foyers n'acceptent pas les gens malades, ce n'est que pour les jeunes travailleurs, je ne peux y rester plus de quelques jours.

Sans compter que je ne pourrais plus me faire emmener chez le seul docteur qui me soigne, et qui est non conventionné, et que je n'aurais plus d'argent pour le payer.

Mes parents me font passer pour un monstre, la dernière fois j'ai entendu ce qu'il disait à cette juge des familles puisque j'entends tout de ma chambre quand ils parlent dans la leur, je n'en revenais pas de l'opinion qu'ils avaient de moi.

En fait ce n'est que cette année que j'ai découvert que mes parents ne me croyaient pas du tout malgré mes analyses. Et je ne pourrais pas me réadapter dans un endroit que je ne connais pas, je suis trop fatiguée maintenant.

Donc évidemment j'ai très peur, je trouve ça incroyable qu'en étant malade mes parents aient le droit de me jeter de chez eux, comme une chose inutile, et que la loi leur donne tous les droits.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

J'ai fait la première en fin de cinquième, ensuite une autre début de quatrième, une autre en troisième, puis en seconde, et une en première, je devais en faire d'autres, sur les conseils du docteur de famille, et si je n'avais pas été vaccinée avec les rappels, l'école privée voulait me renvoyer pour ce motif. Avec la publicité mes parents ont cru que la vaccination était obligatoire, nous n'avons jamais eu l'idée ni eux ni moi, que cela était un choix, car avec l'infirmière nous étions tous obligés d'y passer.

 

la vaccination dans les ecoles a été arretée en 1998! c'est incompréhensible d'avoir eu autant d'injections en milieu scolaire en a peine 4 années

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voilà, d'après ce que me disent mes parents, ils vont demander une expertise psychologique auprès du juge des affaires familiales qu'ils vont saisir au tribunal de grande instance, ce que je ne comprends pas, c'est que jamais je n'ai pu avoir de renseignements au sujet de ce juge pour aller le voir moi même et savoir ce qu'il en était de ma situation, c'est cette juge très sévère dont me parlaient mes parents qui leur a bien dit que je n'avais aucun droit, donc si c'est elle qui s'occupe de mon dossier, effectivement, il ne me reste aucune chance, et ma mère m'a dit que je devrais me loger dans des foyers, je n'en connais même pas. En tout cas elle ne me veut plus chez elle, elle dit que je lui fais vivre un véritable calvaire.

 

.

 

Pour le moment vous n'avez qu'un son de cloche, celui de vos parents. Qui vous dit qu'ils ne déforment pas les propos du juge à leur propre profit (inconsciemment ou non) ?

 

Prenez un avocat (aide juridictionnelle) pour vous assister - au moins vous ne serez pas seule. Pourquoi ne pourriez-vous pas demander un rendez-vous par vous-même ? Vous êtes majeure !

 

Les juges et les psychologues ont l'habitude d'entendre des horreurs et ils sont capables de relativiser.

 

La situation que vous décrivez tend à montrer que vous serez mieux ailleurs que chez vos parents - il est temps de "prendre l'air " et ce sera certainement profitable à tout le monde pour retrouver une certaine sérénité.

Sans nier le moins du monde ce que vous vivez, dites-vous que pour vos parents aussi la situation est difficile, voir son enfant unique malade n'est jamais une situation agréable à vivre... au fond de leur coeur ils se font sans doute des reproches...

 

N'avez-vous aucune amie ? Aucune personne de confiance autour de vous ?

 

Bon courage !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 weeks later...
Pour le moment vous n'avez qu'un son de cloche, celui de vos parents. Qui vous dit qu'ils ne déforment pas les propos du juge à leur propre profit (inconsciemment ou non) ?

 

Mes parents ont repris rendez vous avec le JAF pour le 2 avril, et je suis allée discrètement voir un avocat qui m'a confirmé que je ne pourrai jamais avoir une pension alimentaire puisque je ne travaille pas, ni ne fait d'études, donc étant malade, je n'ai aucun droit face à mes parents.

 

Prenez un avocat (aide juridictionnelle) pour vous assister - au moins vous ne serez pas seule. Pourquoi ne pourriez-vous pas demander un rendez-vous par vous-même ? Vous êtes majeure !

 

C'est ce que j'ai fait, pour apprendre que je n'avais aucun droit finalement, que des devoirs envers mes parents.

 

Les juges et les psychologues ont l'habitude d'entendre des horreurs et ils sont capables de relativiser.

 

La situation que vous décrivez tend à montrer que vous serez mieux ailleurs que chez vos parents - il est temps de "prendre l'air " et ce sera certainement profitable à tout le monde pour retrouver une certaine sérénité.

Sans nier le moins du monde ce que vous vivez, dites-vous que pour vos parents aussi la situation est difficile, voir son enfant unique malade n'est jamais une situation agréable à vivre... au fond de leur coeur ils se font sans doute des reproches...

 

Ca fait longtemps que j'essaye de louer un studio avec les apl, mais mon père refuse de signer la caution, je ne peux donc me loger nulle part, je suis condamnée à rester à la rue.

 

 

N'avez-vous aucune amie ? Aucune personne de confiance autour de vous ?

 

Bon courage !

 

Ma mère s'est amusé à dire que j'étais un monstre à ma tante, donc il m'est impossible d'avoir son aide, elle me fait une réputation d'enfer à chaque personne que nous connaissons en commun, et si je demande de l'aide à la famille de mon père, ça va faire des histoires de famille, ça fait des années que je ne les ai pas vu, et je ne peux pas leur demander de m'aider, même si mon autre tante me l'a proposé, la seule solution ce sont les foyers, qui ne me gardent qu'une nuit, ou la rue, car mon père ne veut pas débourser un euro pour moi, comme il a dit: je ne te dois rien, c'est la loi, et si tu veux qqc, tu n'as qu'à me faire un procès, et c'est la loi qui décidera si tu as droit à qqc, et donc d'après l'avocat, je n'obtiendrai rien du tout.

 

Merci quand même pour votre aide, enfin je suis étonnée, mes parents me font faire une série de vaccin, je n'ai jamais pu avoir leur autorisation de changer de docteur tellement ils étaient sévères, et là je n'ai même pas droit à quoi que ce soit alors que ça m'a rendu malade, je n'aurais jamais cru que je n'avais aucun droit.

 

Merci quand même pour votre aide.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je comprends que votre situation soit difficile à vivre.

 

Pour vos parents, ce qu'il vous faut comprendre, c'est que, pour eux, admettre que 5 vaccinations, qu'ils auraient du refuser au delà de la troisième, est à l'origine de votre situation actuelle, c'est, pour eux, admettre qu'ils sont de mauvais parents, parce qu'ils ne savaient pas ce qui était mauvais pour leur fille. Car tout, dans ce que vous dites, à commencer par l'école privée, prouve qu'ils faisaient tout pour que vous ayez tout ce qu'il a de mieux, tout ce qui ferait donc que vous seriez une adulte parfaite.

 

Pour faire un parallèle avec la situtation de vos parents, je vais me permettre de décrire une autre cadre, avec des parents de même type, quelques années avant vos injections. C'est leur premier enfant et ils veulent faire tout ce qu'il y a de mieux pour le bébé. Le lit le plus cher dans le magasin de puériculture, avec un sommier souple, bien souple. L'oreiller le plus cher, alvéolé (pour éviter la transpiration etc..) Et au premier rhume, bébé est mort, de la mort subite du nourrisson. Admettre leur responabilité par manque de recherche d'information, cela a été très dur. Mais il leur a fallu cela pour, ensuite, avoir un nouvel enfant.

 

Pour vos parents, vous êtes leur enfant, leur seul enfant. Et vous attaquer, malheureusement, c'est leur défense. Mais c'est intolérable. On commence aujourd'hui a parler de maltraitance intellectuelle, et c'est justement pour des situations comparable à la vôtre.

 

Mais il y a un point que je partage avec la MDPH, vous n'êtes pas handicapé à 80%, vous gardez un peu de mobilité, et votre cerveau petit à petit, élimine ces terribles matériaux. Il vous reste à voir comment aller vers une libération entre vous et vos parents, qui devrait vous permettre à tous de poser vos valises, et, je l'espère, vous reconstruire.

 

Je pense qu'il y a des ESAT adaptés à votre problème et que c'est vers ce genre de structure qu'l vous faut vous orienter dans un premier temps.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mes parents me font passer pour un monstre, la dernière fois j'ai entendu ce qu'il disait à cette juge des familles puisque j'entends tout de ma chambre quand ils parlent dans la leur, je n'en revenais pas de l'opinion qu'ils avaient de moi.

 

Bonsoir,

 

Vos parents parlaient à la JAF de chez eux?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Ycf
      Bonsoir,
      J'ai une attestation à écrire concernant un jugement au JAF
      Malheureusement je me rend compte que l'encart prévu est trop petit. (Cerfa 11527*03)
       
      Puis je prendre une feuille vierge pour compléter ?
       
      Merci de vos réponses bonne soirée
       
    • Par Dadou1405
      Bonsoir je me permets de venir sur le site car je cherche énormément de réponses et je suis littéralement perdu et affecté par la situation.
      En juillet dernier l ex de mon conjoint avec qui il a eu des enfants à fait une dénonciation comme quoi j avais fait des bleues a l'une de ses enfants et que mes deux enfants en bas âges avaient également des bleues.
      Ducou j'ai une assistance sociale et une puéricultrice qui est venu à mon domicile m expliquant qu'il y avait une enquête de 90 jours et ensuite un contrendu. Le premier rdv à mon domicile on m accuse d avoir fait des bleues ignobles sur l ensemble des enfants que je traine l'un de mes enfants etc. La puéricultrice a mis mes enfants nue et a palpé mon bébé de 1 mois jetais littéralement en larme .
      Ses femmes ont constatés qu'il n'y avait aucun bleu ni maltraitance mais au premier rdv mon plus grand fils âgé de deux ans était paniqué,nous l étions tous... Ses femmes sont venu à mon domicile deux fois (juillet et août) en septembre à leur bureau. Le 1 octobre j'ai déménagé de région et une puéricultrice et assistance sociale a repris contact avec moi pour reprendre une enquête de 90 jours car le délai de la précédente était trop court en vue de mon départ. J'ai beau essayer de m explique sachant que j attend le rapport de la première enquête auquel c'est stipule qu'il n'y a pas de bleu ni rien j'ai des attestations de médecin etc mais personne veut m entendre. Mes enfants doivent voir un médecin de pmi imposé par l assistante sociale.je n'en peu plus de toutes ses accusations je suis dans la panique depuis des mois .l ex de mon conjoint fait d'une vengeance personnel et je n'en peu plus.
      La semaine prochaine ses deux femmes viennent à mon domicile alors que j'ai déjà eu tout ça elles mon dit vous avez changer de département on repart à zéro donc les éléments,l enquête depuis juillet n'a abouti à rien alors qu'on m avait sertifie qu'il n'y aurait pas de suite à tout cela.
      S'il vous plaît aider moi je n'en peu plus d être accusé à tort c'est tellement humiliant.
      Merci par avance de vos réponses.
      Cordialement.
    • Par Aurélienauvr38
      Bonjour ou bonsoir, 
      Pour vous expliquer ma situation, je vis chez mon père (nous sommes en France dans une petite ville à côté de Lyon) depuis le divorce de mes parents. Mon père habite avec une femme avec qui il est marié et qui a deux filles. Je suis un étudiant de 22 ans en biologie à Lyon et je viens de sortir il y a quelques mois d'un cancer du système lymphatique impliquant chimiothérapie et radiothérapie, et je suis suivi dans le cadre de ma rémission complète.
      Il y a quelques jours, nous avons eu comme à notre habitude une altercation violente avec mon père. Je reconnais ma part de ma responsabilité et conscientise sa part de responsabilité aussi. A la suite de cette altercation violente (n'ayant impliqué que des paroles) mon père et ma belle-mère ne m'ont infirmé que je ne devais plus revenir à la maison, que je devais vivre chez ma mère à Saint-Etienne, mais qu'ils ne voulaient plus que je mette un pied à la maison. 
      Il faut savoir que ma mère dispose d'un petit appartement social avec une chambre (qui est la sienne) et elle ne peut pas accueillir de personne sous son toit au risque de perdre son appartement et les aides sociales qui lui sont accordées. Je me retrouve donc à la rue, et je ne sais pas quoi faire. 
      Je ne peux pas trouver de travail afin de m'assurer un revenu compte tenu de mon état de santé qui est encore fragile et des études qui sont suffisamment effrénés pour ne pas permettre  de travail à côté. Je n'ai pas de revenu. 
      Si quelqu'un aurait une réponse, car j'aimerais appeler une assistance sociale afin d'expliquer ce qu'il en est de la situation, mais la mise en contact avec une assistance sociale présente un caractère irréversible et je ne veux voudrais pas impacter davantage la situation. 
       
      Meci à vous de votre compréhension et de votre aide.
    • Par Marie.Alary
      Bonjour, voici mon problème. J'ai la garde de mon fils de 15 ans depuis 5 ans. Le jugement prévoit un droit de visite et d'hébergement pour l'autre parent du vendredi 18h au dimanche 18h. Week-end 1,3 et 5. Pendant les 5 dernières années pas de soucis. Depuis quelques temps, il vient à 15h45, 18h30, 20h30 puis 21h30. Puis m'indique qu'il viendra certainement le samedi.. (le matin? Le midi? L'après-midi ?  Le soir? Je n'ai pas de détails). J'ai donc fais un courrier recommandé en lui rappelant le jugement que c'était le vendredi à 18h au dimanche 18h et que compte tenu de son organisation etc.. (bref être conciliante) je tolerai une marge à 20h le vendredi mais pas au delà. (Risque routier etc.. et surtout de l'organisation de la vie de mon fils etc..). Il m'indique alors venir ce week-end mais je n'ai pas d'information sur l'heure où le jour. . Que je dois être présente à mon domicile et mon fils aussi. Je lui indique qu'on sera présent jusqu'au vendredi 20h. Ensuite on fera ce que bon nous semble du week-end.. etc etc.. menace de dépôt de plainte de non présentation..  je me renseigne auprès du commissariat.. code pénal qui s'applique donc ils prendront la plainte... et ils m'indiquent ne pas être compétant juridiquement, qu'il peut venir quand il veut pendant le week-end.. quid ? ? L'avocate me dit que le droit ce ferme dans l'heure  donc ici normalement 19h et j'ai prolongé à l'amiable à 20h. Donc passé 20h voir 20h01 pas de problème. Merci pour vos réponses..  
    • Par Amandine.rcnt
      Bonjour, 
      Je suis en pleine procédure de divorce, nous sommes passés devant le juge pour la première fois le 17 novembre. Nous avions convenu d'une garde alternée de nos deux enfants (j'en ai deux grands d'une précédente union). Deux jours avant l'audience mon directeur qui m'offre une promotion m'informe que je peux aller vivre où je veux partout en France ayant mon nouveau compagnon à 600kms de chez moi je passe mon temps entre labas et chez moi quand j'ai mes enfants bref... A la suite de cette annonce j'ai contacté mon avocat afin de modifier ma demande et  demander la garde exclusive de mes enfants avec pour le papa un droit de visite et d'hébergement l'intégralité de chaque vacance hors été et noël... Celui-ci n'étant pas d'accord il s'est lancé déjà depuis bien longtemps dans une guerre (moi je n'entre pas la dedans) il m'a mis à dos  ma meilleure amie, ma petite soeur, son conjoint, mon petit frère et a tenté avec d'autres personnes qui avaient plus de caractère et ne se sont pas laissé amadouer par ses paroles monstrueuses envers moi... 
       
      Il va donc tout faire pour obtenir la garde exclusive de nos enfants à savoir, j'ai porté plainte pour violence conjugale et harcélement en juin une main courante en mai il a fait une garde à vu et est passé devant un procureur le 21 octobre dernier.
      Ma question est, d'après vous, a-t-il des chances de gagner malgré tout ce qu'il entreprend pour me nuir? Mon déménagement peut-il être refusé? sachant que c'est pour partir d'ici ou je ne supporte plus l'environnement, de plus nous travaillons au même endroit (puisqu'il ne travaillait pas je l'ai fait entrer dans ma boite ...) 
      C'est moi qui ai toujours ramené l'argent à la maison, j'ai toujours tout fait pour m'en sortir financièrement, il n'a pas travaillé pendant des années et c'est moi qui travaillait même enceinte ! 
      Merci d'avance pour vos réponses je suis angoissée à l'idée qu'après tout ce que j'ai fait pour lui et mes enfants il finisse par gagner.
       
       
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...