Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Agenda social et réformes en cours


Messages recommandés

  • Moderateurs

Alors que la Veille Juridique par Net-iris vous présente les étapes prévues pour l'agenda social de 2010, le débat mérite d'être ouvert sur la question de savoir quelles sont les perspectives à attendre et ce qu'il vous semblerait juridiquement pertinent de mettre en oeuvre.

 

Cette discussion est donc ouverte pour cela, de préférence en évitant les provocations et autres polémiques. :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 2
  • Création
  • Dernière réponse

J’aimerai simplement faire un constat

Et pour l’étayer, me servir d’un exemple concret, le mien

A presque 57 ans, j’ai cotisé 146 trimestres

Je me retrouve sans emploi, pour cause de crise, et l on me demande aujourd’hui de cotiser 4 trimestres supplémentaires, en plus des 160 de base.

Je tiens volontiers compte de la solidarité, mais, cependant rebondir à 57 ans devient à ce jour un exploit.

Certes, nos politiques, souhaitent que l’emploi des « séniors » devienne, sinon une priorité, du moins, un argument de transmission du savoir pour nos jeunes, pour leur faire bénéficier de nos expériences.

Je constate qu’à ce jour il me sera très difficile de retrouver un emploi de salarié, et ce n’est pas faute de rechercher, mais il me faudra non pas « cotiser » 4 trimestres de plus, mais bien patienter 4 trimestres avec des « minimas sociaux », comme si, l’on souhaitait « reculer » mon accession a la retraite, dans le seul but d’économiser des retraites.

Et que dire de nos jeunes, auxquels l on reproche le manque d’expérience après des bac + 5 voir 6, et qui ne trouvent que salaires « minimas » mais avec des responsabilités de cadres.

Deviendrait-on opérationnel seulement entre 30 et 50 ans ???

Ne vaut il pas mieux se former sur des métiers plus « basiques » et au combien autant valorisant ??

Pourtant nous avons besoin de tous ces corps de métiers !!!!

Le principe de la retraite par répartition, est un principe de notre constitution et il est sage de le conserver.

Peut être serait il sage, d’informer les jeunes sur leur devenir, et d’instaurer, a l’exemple de l’ARCO, et des caisses de cadres, des cotisations « volontaires-obligatoires » systématiques et fonction des revenus de chacun, et de ne pas oublier un savant calcul de pénibilité en fonction des taches de chacun, de la longueur des études etc..

Nous pourrions mieux apprécier nos choix de vie, de profession, et peut être cela refléterai t il mieux nos choix, nos orientations professionnelles au lieu de les subir.

Je pense donc a une réflexion de fond, englobant, pénibilité des métiers, longueur des études, revenus, et une cotisation (indépendamment de la retraite de base) justifiant un plus qui tiendra compte de tout cela, et qui limitera de fait, trop d’écarts sociaux.

Avec tout de même, une limite d’âge d’accession à la retraite de l’ordre que celui que nous avons aujourd’hui et libre à chacun de vouloir, s’il le peut de continuer

j avais envie d'écrire cela et comme dit SardineB ne tirez pas sur le pianiste;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il me semble que votre constat relève d'une forme de bon sens. Comment peut-on imaginer démanteler un peu plus un système auquel tous les salariés actuels ont cotisé sans prendre en compte une des difficultés les plus importantes que rencontre ce système...?

 

On parle d'un déséquilibre entre les cotisants et les bénéficiaires. On parle également d'une durée de vie qui augmente. Mais on parle moins (ça commence seulement) des pertes en cotisations du fait du chômage des plus de 50 ans et des moins de 25 ans. Dans les deux cas, la France détient quasiment le record de la plus mauvaise performance en Europe. Si ces personnes cotisaient (c'est à dire si elles avaient un emploi), une partie de la problématique serait résolue. De la même manière, si les salaires étaient à des niveaux plus réalistes au regard de ce qui est souvent attendu des salariés (toutes catégories confondues jusqu'aux cadres moyens au moins...), je pense que l'assiette des cotisations serait déjà pas mal élargie.

 

Bref, il y a, à ce que je pense, des solutions autres que les sempiternelles hausses de cotisations et report de l'âge de départ en retraite... Mais ça, l'Etat ne peut pas forcément faire grand chose...

 

J'entendais tout à l'heure des économistes et des chefs d'entreprises constater également que le climat social dans les entreprises (généralité, donc pas vrai partout, ok) est tel que la plupart des salariés ne pensent qu'à partir en retraite quand ils s'en approchent. De la même manière (toujours dans la bouche des mêmes personnes), le jour où la 1e question face à des difficultés dans une entreprise ne sera plus "combien de plus de 50 ou 55 ans on a", un pas important aura été fait...

 

De la coupe aux lèvres, comme on dit...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...