Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Licenciement et arrêt de maladie longue durée


Willoche

Messages recommandés

Recruté via une annonce de l'APEC en 2005, je rencontre depuis le début de ma prise de fonction de nombreux problèmes/libertés que mon employeur prend vis-à-vis de la loi. Au début, nous étions 6 personnes (dont une en arrêt longue durée pour dépression et qui a fait une tentative de suicide, non pas sur le lieu du travail, mais en se jetant dans la cage de l'escalier des locaux). Moi-même je suis en arrêt pour dépression depuis mi-décembre suite au surmenage engendré par le surcroît de travail, car nous ne sommes plus que deux personnes et c'est moi qui a absorbé la quasi-totalité du travail. Voici l'historique :

Recruté sur le site de de l'APEC, on me refuse le statut de cadre. A l'époque mon poste n'était pas clairement mentionné dans la grille de classification et comme j'avais besoin de travailler j'ai donc accepté.

Au bout de 2 ans j'ai demandé un entretien d'évaluation (chose qui ne se fait pas dans cette société). J'ai eu une excellente évaluation. J'ai souligné que dans la nouvelle grille de classification mon poste figurait clairement dans les cadres. On devait étudier le problème.... Je surprends par hasard au courrier de l'avocat de la société qui explique que j'avais raison, mais qu'il faudra me changer d'intitulé de poste d'assistante de direction en secrétaire trilingue.

J'ai relancé mon supérieur hiérarchique (Secrétaire Général), toujours sans réponse. Je me suis donc adressé au supérieur hiérarchique (Trésorier) de mon supérieur qui me dit clairement en réponse à mon e-mail : "J'ai des choses autrement plus importantes à m'occuper".

L'été dernier mon supérieur hiérarchique est viré, le nouveau n'a plus les mêmes fonctions, j'absorbe donc encore une fois du travail supplémentaire. Mon nouveau supérieur est basé aux USA, il ne m'a quasiment jamais appelé et ne correspond que par e-mail. En plus il ne répondait qu'après plusieurs relances à mes mails. Il n'est venu qu'une fois en France. J'ai eu un long entretien avec lui pour lui expliquer mon travail et mon problème de classification. Il devait m'en parler lors de son prochain passage en France, or il n'est jamais revenu au bureau.

Début décembre j'ai écris au Trésorier pour lui demander de bien vouloir me dire qui était finalement mon supérieur et pour lui faire part que je ne pouvais pas seul faire face à tout le travail, que j'étais au bord de la dépression. Réponse : "Nous avons en ce moment tous beaucoup de berceau à surveiller"

 

Anomalies relevées :

  • Recruté sur le site de [xxxx] mais refus de me classer cadre
     
    Deux fois par an dans le cadre de congrès, dépassement des horaires hebdomadaire/quotidien de travail (des semaines de 60 heures voire plus, des journées dépassant allègrement les 12 heures) et ce sans déclaration à l'inspection du travail
     
    Non-respect de la convention collective en ce qui concerne l'ordre de départ en vacances et la date limite pour la fixation des périodes de congés payés.
     
    Je ne prends jamais plus de 3 semaines dans la période "été" mais aucun fractionnement de congés n'est pratiqué
     
    Les déplacement à l'étranger (Thailand, USA, Espagne, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Belgique) n'étaient pas déclarés à la CPAM. Il fallait que j'attire leur attention sur ce fait et maintenant ils remplissent la fiche de mauvaise grace. On me demande d'utiliser ma carte de Sécu européenne personnelle. Je ne figurait même pas sur la liste des personnes bénéficiant de l'assurance "rapatriement - assistance à l'étranger"
     
    Mauvais calcul des jours de récupération en cas d'heures supplémentaires. Quand je relance au bout de 3 mois on dit "Madame est bien pressée, ne perdons pas notre temps en futilité"
     
    Interdiction de correspondre en direct avec un certain nombre des membres de l'association qui étaient en plus mes amis, car ils montaient soi-disant un complot contre la Présidente.

Je pense que je vais être licencié pour absence longue durée. Pensez vous que je puisse négocier ma prime de départ? Si oui, avez-vous une indication sur le montant?

Merci pour toutes vos réponses.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 7
  • Création
  • Dernière réponse

désolé je viens a peine de lire votre "post"

pourriez vs écrire ici votre contrat de travail ds ces grandes lignes sans les noms bien sur ??

de quelle convention collective dépendez vous ??

et qu est ce qui vs laise penser que vs serez licenciée sous peu ??

 

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Conseil 13,

 

Bonjour,

Tout d'abord merci de tenter d'apporter une réponse à mon cas.

Voici les grande lignes de mon contrat :

Compte tenu des directives données par .........., la fonction d'assistant de direction trilingue. Rattaché au.....:

- Gestion administrative des délégations internationales

- Relations avec les dirigeants de l'association

- Suivi des obligations en tant qu'ONG auprès de l'ONU

- Traductions doc dans les 3 langues

- Responsable de l'édition de l'annuaire de l'assoc : recueil des listes d'adhérents, vente publicités, relations avec l'imprimeur, relecture des épreuves

- Préparation des déplacement en France et à l'international

- Préparation et exécution des réunions des commissions, du Conseil et de l'AG (dans le cadrer du congrès annuel et du séminaire annuel) : feuille de présence, ordres du jour, etc..(Note : ces réunions se tiennent dans le monde entier, j'ai participé à Bangkok, Palm Beach, Barcelone, Genève, Amsterdam, Bruxelles, Vienne....)

- Coordination des éléctions des dirigeants (note : en moyenne 40 postes à pourvoir 1 fois par an)

- Gestion des traducteurs externes

 

 

En plus de ces tâches, et non mentionnées :

- Mise à jour base de données

- Assistance aux membres pour l'utilisation de la base de données, résolution bugs, problèmes

- Mise à jour site internet en 4 langues

- Requête base de données

- Organisation de notre participation dans 3 salons par an (1 à Munich, 1 en Asie, 1 en France)

 

 

Convention collective : Administrateurs de Biens

 

Je tiens à souligner que j'étais recruté par une annonce de l'Association de l'Emploi des Cadres.

 

Ce qui me fait penser à un licenciement prochain, c'est que dans la CC il est marqué que je bénéficie de 90 jours d'arrêt de maladie avec maintient de salaire et qu'ensuite je suis placé en congés sans solde pour 2 mois et qu'après je suis licenciable.

Merci pour votre aide.

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

j ai un doute sur votre convention collective svp

avez vous un n° de cc ??

 

---------- Message ajouté à 10h41 ---------- Précédent message à 10h37 ----------

 

Ce qui me fait penser à un licenciement prochain, c'est que dans la CC il est marqué que je bénéficie de 90 jours d'arrêt de maladie avec maintient de salaire et qu'ensuite je suis placé en congés sans solde pour 2 mois et qu'après je suis licenciable.

 

il doivent certainement penser a ca

 

Licenciement pour maladie - Service-public.fr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le n° IDCC : 1527, l'autre n° 3090.

 

Cordialement,

exact

l'absence pour maladie pourra constituer, au terme de la garantie conventionnelle d'emploi prévue à l'article 24.3 ci-dessus, une cause de licenciement, notamment lorsqu'elle perturbe la bonne marche de l'entreprise et impose un remplacement définitif.

 

c est bien le lien que je vs ai envoyé plus haut

a terme il pourront engager cette procédure

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par kang74
      Bonjour
       
      Une personne souffrant d'une ALD est en arrêt depuis Novembre 2019 et mise en invalidité 2 en juillet 2020.
      Pendant son arrêt de travail elle reçoit un complément de salaire de son employeur, qui couvre donc le salaire qu'elle aurait du avoir sur cette période ; après vérification le total IJJS+complément était légèrement supérieur à son salaire habituel mais elle pensait que cela pouvait venir du 13 eme mois (?)
      Aujourd'hui elle reçoit l'information sur sa fiche de paie qu'elle a un indu de complément de salaire de 1600e au motif que l'indemnité journalière qu'ils avaient calculé n’était pas la même que celle versée par la CPAM ( elle avait envoyé le décompte de tout ces arrêts pour le calcul du complément invalidité sur leur demande)
      Aucun décompte n'a été demandé pendant l’arrêt de travail, et elle a eu plusieurs fois les personnes au bout du fil pour le suivi de son dossier prévoyance ( qui n'avance pas parce qu'il y a les congés annuels du courtier) et personne n'a pris soin de l'informer de cette anomalie.
      Elle va recevoir un courrier lui demandant donc ces 1600 e d’indu alors qu'à l'heure actuelle elle a moins de 600e de pension d'invalidité: aura t elle droit à un échéancier vu qu'elle ne recevra plus rien directement de l'entreprise? Je suppose que même si c'est un erreur de l'employeur, la somme est due (?)
      Elle avait aussi droit à la prime d'activité ou elle a donc déclaré des sommes qu'on lui réclame aujourd'hui .
      Elle a fait sa déclaration fiscale sur cette base là aussi.
      Il y a t'il moyen de rectification?
      Merci d'avance .
       
    • Par anthonykevv
      Bonjour, je suis actuellement en première année de BTS commerce International et j'effectue en ce moment même un stage.
      Je fais 40 heures par semaines... cependant, l'entreprise me fait remplir 8 heures par jour des formulaires sur Excel ce qui n'a rien a voir avec la convention ( depuis 9 jours) et aujourd'hui il m'ont carrement mis a la chaine de production pendant 8 heures avec une pause de 10 mn ... que puis-je faire ? et puis -je demander a réduire mes horaires vu mon traitement ?
       
      Je suis normalement censé prospecter de nouveaux clients ( marqué dans la convention)
      et avoir droit à deux heures de pause par jour....
    • Par camelion
      Bonjour
      j'ai déposé ma démission , une semaine après on m a mis a pied à titre conservatoire pour un moi avec suspension de salaire !
      3 semaines après je reçois une lettre disant qu'ils me convoquent et envisagent de mettre à terme pour motif disciplinaire au préavis actuellement en cours suite à ma démission.
      bien sure il me disent que jai le droit d'etre assisté par qq de l'entreprise .
      ma question est ? s'agit il de me licencier pour faute grave lourde sachant que j'ai démissionné avant ?
      ou juste arrêter le préavis unilatéralement ( sachant qu'il me reste encore 1 moi et demi des 3 mois prévue )?
      Merci
    • Par Asteroidblues
      Bonjour à Tous,
       
      Voilà je suis étudiant en école d'ingénieur et je suis actuellement en stage de fin d'études. J'aurais voulu savoir s'il vous plait s'il était possible (article de loi ou quelque chose y faisant référence) de demander en m'appuyant sur un article de décaler dans le temps la signature d'un contrat de travail proposé par une autre entreprise que celle où je fais mon stage.
       
      Est ce qu'en signant un contrat de travail (commençant après mon stage) pendant mon stage je perds mon statut de stagiaire?
       
      En réalité, j'ai envie de gagner un peu de temps pour faire le tour des propositions avant d'en accepter une définitivement et certaines entreprises se montrent pressantes.
       
      Merci d'avance.
    • Par beajer
      Bonjour,
       
      salarié dans une SSII, je suis sur la convention collective Syntec. D'après plusieurs recherches, la loi n'oblige aucun formalisme pour une démission. Mais la convention Syntec exige une lettre recommandée avec AR. Or, je croyais qu'une convention ne pouvait être plus restrictive que la loi ?
       
      J'ai démissionné en envoyant un email suivi d'une lettre de démission pour confirmer cet email (délai entre l'email et la réception de la lettre: 6 jours).
       
      Au cas où je rencontrerais des problèmes avec mon employeur concernant la date de fin de contrat, je voudrais savoir s'il vous semble normal que la convention Syntec exige une lettre AR là où la loi se contente visiblement d'une communication par email/lettre en main propre, voir par voie orale ?
       
      Merci d'avance.
       
      Cordialement.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...