Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

poussée à la démission


Suri

Messages recommandés

Bonjour à toutes et à tous,

 

J'ai parcouru le forum à la recherche d'information et de réponses concernant mon cas précis mais j'ai rien trouvé.

C'est pour cette raison que je me permets de vous expliquer ma situation.

 

J'ai commencé à travailler dans un restaurant de type "restauration rapide" (mieux ne pas citer le nom pour pas faire de "pub" ) en septembre dernier.

 

J'ai signé un contrat de 25 heures/semaine. J'ai 4 enfants et je suis également prof dans un lycée mais tout petit contrat de 6 heures/semaine (ceci explique donc le cumul d'emploi).

 

Les débuts ont été très difficiles car j'avais décidé d'interrompre mon congé parental pour retravailler. J'ai néanmoins réussi à réorganiser mon temps pour pouvoir gérer au mieux mes deux emplois, ma vie de famille et un concours à passer pour la mi-mars.

 

Mon travail au sein de X se déroulait normalement même si à la fin de la journée j'étais "lessivée" physiquement.

 

Sur mon contrat de travail il était spécifié qu'il s'agissait d'un contrat à temps partiel (25h/semaine) ainsi que mes plages horaires de disponibilité. Pour me donner plus de chances d'obtenir ce poste, j'avais noté que j'étais disponible tous les jours de la semaine jusqu'à 1 heure du matin.

 

Le manager m'explique que je ferais 2-3 fermetures par semaine maximum, pas plus car nous étions plusieurs équipiers à être planifiés le soir et donc on alternerait. Il me rassure, il me dit qu'ils "n'abuseront" pas de ma disponibilité, que de toutes façons il y a des lois à respecter, repos obligatoire hebdomadaire, etc...

 

Début décembre la situation commence à changer. La société de nettoyage qui travaille la nuit et qui nettoie tout le restaurant est licenciée. On nous prévient "officieusement" que à partir de janvier c'est nous qui aurons à charge le nettoyage du restaurant, du sol au plafond. On nous explique que nous sommes des "employés polyvalents" et qu'à ce titre, nous devons être capables de tout faire, y compris le nettoyage des grills et toute tâche en rapport avec le restaurant.

 

Je commence à m'inquiéter car certains appareils sont dangereux et aucune formation nous est dispensée (ni en matière de nettoyage, ni concernant la sécurité dans le travail). Une collègue se brûle la main lors de la vidange d'une friteuse: AT de 10 jours!

 

Courant décembre une manager nous convoque un par un pour nous faire signer un avenant suite à la modification de notre contrat de travail.

Mes co-équipiers signent mais pas moi car on me propose une réduction du temps de travail (passer de 25 h à 20 h/semaine) ainsi que l'imposition de jours de repos fixes (dans mon cas précis, toujours lundi et mardi). De plus, on m'impose les horaires suivants:

 

Lundi et mardi repos. Mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 19 h jusqu'à 00h30.

 

Je devais donc devoir travailler jusqu'à très tard 5 jours dans la semaine, tout en sachant qu'on finissait jamais à l'heure prévue (on fait beaucoup d'heures sup car tant que le travail n'a pas été fait on peut pas partir).

 

J'ai refusé de signer cet avenant et j'ai essayé d'expliquer à la manager que j'avais 4 enfants et que pour moi ce n'était pas possible de me coucher à 1h30 du matin pour me lever à 6H30 (avec mon grand au collège impossible de me lever plus tard).

J'avais donné des plages horaires de "jour" pour précisément ne pas devoir finir trop tard le soir. Elle me répond: toi tu seras toujours du "soir", c'est comme ça. Tu ne travailleras jamais le jour, même en weekend.

Elle m'a fait comprendre que ce n'était pas de leur faute si j'avais 4 enfants et que je n'avais pas le choix, soit je travaillais les horaires du soir-nuit, soit rien du tout. Elle n'avait pas de plage de jour à me proposer. Elle me dit texto: tes weekends?? tu peux t'assoir dessus!!

 

En 6 mois de travail, je n'ai jamais eu un weekend :( Je me demande si c'est bien légal tout ça? elle a bon m'expliquer que dans la restauration rapide c'est comme ça mais j'ai mes doutes.

 

J'ai tenu tout le mois de janvier. J'ai "fermé" le restaurant 5 jours "non-stop" chaque semaine. La fatigue cumulée, mon cerveau a commencé à me jouer des mauvais tours et j'ai commencé à avoir des trous de mémoire au point d'oublier un départ en avion pour rendre visite à ma famille en Barcelone! :eek:

 

Je n'ai jamais signé d'avenant et pourtant ils l'ont appliqué m'imposant des horaires incompatibles avec ma vie de famille.

J'ai tenu tant bien que mal car on peut pas faire autrement quand on a besoin d'argent.

 

J'ai eu plusieurs discussions avec les managers et aussi avec mes co-équipiers. Tout le monde était au courant de ma fatigue et du fait que j'avais de plus en plus de mal à faire face à mes obligations familiales (certains matins je n'arrivais pas à me réveiller pour conduire les enfants à l'école).

 

J'ai même dit ouvertement à ma manager qu'elle était en train de me "pousser à faire un choix": ma famille ou le travail chez eux. Elle me répond: libre à toi de faire comme tu le sens...

 

Je tiens à préciser que j'aime beaucoup mon travail, certes fatiguant mais l'ambiance est cordiale et j'apprécie toute l'équipe. J'habite tout juste à coté, des économies donc de temps de déplacement et aussi de carburant (c'est pas négligeable).

 

Finalement j'ai décidé de donner ma démission, poussée par la fatigue et par l'impuissance de voir que le restaurant ne souhaite pas faire un petit effort pour réaménager mes horaires. Ils soutiennent qu'ils n'ont pas des plages de jour à m'accorder et pourtant ils n'arrêtent pas d'embaucher! je croyais que les employés étaient prioritaires face aux nouvelles embauches?

 

J'ai donné ma lettre de démission le mercredi 20 janvier, en main propre (j'ai reçu une copie signée de la directrice adjointe). Maintenant, après lecture des différents sites je me rends compte que j'ai probablement fait une "bêtise", que je n'aurais pas dû démissionner...

Mais je n'avais pas le temps d'aller me renseigner aux syndicats ou l'inspection du travail.

Ce matin j'appelle le restaurant pour avoir des nouvelles, pour savoir s'ils ont traité mon courrier.

La DRH me dit que sa réponse sera affichée sur le panneau et que je pourrais la lire ce soir, lors du pointage :confused:

 

Je précise que ma lettre avec pour objet: nouvelles disponibilités et démission.

Je leur donnais mes nouvelles disponibilités (pas si différentes de celles données en début du contrat). Je demandais à pouvoir partir à 22 heures au lieu de 1H du matin.

A défaut de pas pouvoir m'accorder des horaires compatibles, je démissionnais.

 

Quand j'ai donné ma lettre à la directrice adjointe je lui ai bien expliqué que je restais disponible s'ils avaient besoin de moi pour ces plages horaires mais qu'actuellement je n'arrivais plus à concilier vie de famille et travail et que j'étais désolée de devoir quitter mon emploi, que je me plaisais car l'ambiance était cordiale, etc...

 

Je gardais l'espoir, je pensais qu'ils feraient un effort, surtout que d'autres collègues ont demandé à avoir leurs weekends et la demande a été acceptée sans problème!!

Moi je demande à partir quelques heures plus tôt et on me le refuse?

 

Serait-il possible de requalifier la démission en licenciement car j'ai été poussée à démissionner. J'ai "craqué" après des semaines de fatigue, jamais de weekend et le manque de reconnaissance de mes supérieurs (le 25 décembre j'étais en repos, ils m'ont appelé pour travailler et je suis venue!).

Mon souhait n'était pas de quitter l'entreprise mais de faire comprendre à mon employeur que la situation était difficile pour moi, maman de 4 enfants.

 

La convention collective...je crois qu'ils n'ont absolument rien à faire. Conciliation vie de famille et boulot? c'est pas à l'ordre du jour, j'ai bien peur :confused:

 

Le repos compensateur pour travail de nuit c'est pareil...j'ai jamais vu quoi que ce soit sur ma fiche de paye...et pourtant je croyais y avoir le droit car j'ai travaillé dans la plage horaire de nuit (21h-6h)

 

Merci de votre aide et excusez le gros pavé mais ça fait du bien de vider son sac :rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 24
  • Création
  • Dernière réponse
Invité Mashinotsu

Synthèse, SVP, Madame la Professeur.

 

J'essaie de résumer : on vous a proposé de façon assez cavalière une modification de votre contrat de travail, qui ne vous convenait pas.

 

Vous avez donc refusé, logique.

 

Par ailleurs, on a refusé de vous accorder une modification de votre contrat de travail qui vous aurait arrangée.

 

Vous avea donc démissionné en rappelant par écrit :

- que vous refusiez désormais les horaires prévus au contrat

- qu'en conséquence vous démissionniez

 

Si vous aviez seulement démissionné du fait de la modification imposée par l'employeur, on aurait pu discuter le bout de gras en disant que la proposition ne vous ayant pas été faite dans les formes, vous avez commis une erreur mais que c'est de la faute du patron.

 

Mais là, ça me paraît plus délicat. Surtout au bout d'une semaine.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci de vos réponses :)

 

La synthèse n'a jamais été mon fort :rolleyes: (je vous rassure, je suis prof de langues étrangères, pas de français :D ).

 

Si je reviens sur ma démission...est-ce que mon employeur est obligé de l'accepter? je suis toujours en préavis (jusqu'au 30 janvier).

 

J'aimerais pouvoir réintégrer l'entreprise pour essayer de dialoguer avec la direction et trouver un terrain d'entente. L'avenant qu'ils m'avaient proposé et que j'avais pas signé (mais qu'ils ont appliqué quand même)...avaient-ils le droit d'agir de la sorte?

 

Si à la vue de la situation vous pensez que c'est peine perdue...autant laisser tomber et passer à une autre chose.

 

Merci encore de votre aide et merci pour tout le travail que vous faites :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mashinotsu
Merci de vos réponses :)

 

Si je reviens sur ma démission...est-ce que mon employeur est obligé de l'accepter? je suis toujours en préavis (jusqu'au 30 janvier).

 

J'aimerais pouvoir réintégrer l'entreprise pour essayer de dialoguer avec la direction et trouver un terrain d'entente. L'avenant qu'ils m'avaient proposé et que j'avais pas signé (mais qu'ils ont appliqué quand même)...avaient-ils le droit d'agir de la sorte?

 

Si à la vue de la situation vous pensez que c'est peine perdue...autant laisser tomber et passer à une autre chose.

 

:)

 

Peine perdue, je ne sais pas, mais ça me semble mal barré.

Non, votre employeur n'est évidemment pas tenu de revenir en arrière.

Inutile de réintégrer l'entreprise pour discuter.

Si votre direction voulait trouver un terrain d'entente, elle vous laurait dit.

 

Excusez-moi de vous dire que vous n'êtes pas crédible : vous vous faites embaucher et ensuite vous venez dire qu'avec 4 enfants vous ne pouvez respecter les termes du contrat.

Les 4 enfants ne sont pas nés de la dernière pluie, on peut supposer !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Faire qualifier votre démission en licenciement, non, je n'y crois pas, car vous n'avez pas d'éléments suffisants à faire valoir en ce sens.

Tout d'abord, qu'avez vous écrit dans votre démission ? Avez vous indiqué les raisons de votre départ ?

Les horaires que l'on vous a attribués ne vous convenaient plus, mais s'ils étaient en conformité avec votre contrat de travail, l'employeur n'a commis aucune faute (ce qu'il vous avez promis verbalement ne compte pas). D'ailleurs, je pense également que, même si vos horaires n'étaient pas conformes à votre contrat de travail, le motif reste léger pour une requalification, surtout si vous ne vous en êtes pas plainte par écrit préalablement.

 

Par contre, il est encore temps de revenir sur votre démission. Par exemple, le juges ont considérés que l'état psychologique du salarié au moment de la démission entre en jeu (démission donnée sous la colère...). Ici, votre volonté de démissionner, qui doit être claire et non équivoque était altérée.

 

Je vous conseillle d'envoyer un courrier à votre employeur en ce sens.

 

S'il refuse de vous réintégrer, vous pourrez saisir le CPH, mais, c'est sans garantie aucune, à mon sens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mashinotsu

Huit jours après, en ayant pris la peine de faire signer pour ar ?

 

Je suis dubitative mais dans ce cas il faudra reprendre les horaires du contrat.

La requalification en liceniement, me paraît absolument exclue.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Requalifier la démission en licenciement me paraît à moi aussi impossible. Honnêtement, je ne pense pas avoir le temps ni l'énergie pour une si longue demarche qui n'a en plus aucune garantie d'aboutir positivement.

 

Gudule: pourquoi je ne serais pas crédible? je n'ai jamais cachée l'existence de mes enfants, tout le contraire. On m'a embauché car j'étais "mère de famille", la "tête sur les épaules", capable de "materner l'équipe". On m'a fait miroiter un poste de "manager" qui n'est jamais arrivé. Avec le recul je me dis que c'est mieux comme ça car un manager a beaucoup de responsabilités et doit s'investir encore plus qu'un simple équipier.

 

A l'époque je leur avais expliqué que je ne pourrais pas faire face à des horaires très tardifs toute la semaine, chose qu'ils ont respecté au début.

Malheureusement les équipiers partent, c'est rare ceux qui restent plus de quelques semaines. Et quand on est en sous effectifs, ce sont les "autres" qui sont obligés d'assumer les absences et les départs en attendant les nouveaux arrivés.

 

Réintégrer l'entreprise c'est avant tout retrouver son emploi et avoir la garantie d'un salaire à la fin du mois. Si en plus je peux dialoguer avec mon directeur (que je ne vois que très rarement), c'est déjà un point positif.

 

Dans ma lettre de démission je précisais mes nouvelles disponibilités (sans plus) et à défaut d'un accord, ma démission. Je suis consciente que mon employeur a pu percevoir ce courrier comme un "ultimatum"...

 

Merci encore de votre aide précieuse ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je ne vous repondrai pas directement mais ma remarque n'est pas pour denigrer ce genre de travail, mais si vous etes prof, vous n'avez pas pu trouver mieux que ce genre de job?

 

postuler pour les cours particuliers( dans des etablissements bien connus) vous serez au pire payé au meme salaire, de plus suivant la matière que vous enseignez vous pouvez bien trouver quelques heures par ci par là dans le privé pour " manger"

 

pouvez vous expliquer un peu mieux ce que vous entendez par " je suis prof"

 

prof EN ou pas ? dans un etablissement sous contrat ou pas ou public? avec 6 heures vous n'avez pas de contrat c'est certain.

 

vous pouvez aussi pour le meme salaire postuler pour etre pion en attendant de completer, postuler aussi pour des remplacements ( inscrivez vous vacataire à l'académie si ce n'est pas deja fait)

 

vous avez certes du courage mais je trouve votre choix un peu particulier

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai un peu de mal à comprendre. Vous avez démissionné parce que vous ne pouvez pas concilier vos horaires et votre vie privée. Maintenant, vous voudriez être reprise. Mais il n'y a aucun doute que si vous êtes reprise, vous aurez à nouveau les mêmes horaires. Horaires que vous ne pouvez pas assumer. Donc où pensez-vous aller comme ça ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je ne vous repondrai pas directement mais ma remarque n'est pas pour denigrer ce genre de travail, mais si vous etes prof, vous n'avez pas pu trouver mieux que ce genre de job?

 

postuler pour les cours particuliers( dans des etablissements bien connus) vous serez au pire payé au meme salaire, de plus suivant la matière que vous enseignez vous pouvez bien trouver quelques heures par ci par là dans le privé pour " manger"

 

pouvez vous expliquer un peu mieux ce que vous entendez par " je suis prof"

 

prof EN ou pas ? dans un etablissement sous contrat ou pas ou public? avec 6 heures vous n'avez pas de contrat c'est certain.

 

vous pouvez aussi pour le meme salaire postuler pour etre pion en attendant de completer, postuler aussi pour des remplacements ( inscrivez vous vacataire à l'académie si ce n'est pas deja fait)

 

vous avez certes du courage mais je trouve votre choix un peu particulier

 

Permettez moi de vous dire que vous ne connaissez pas le "système" à la perfection car oui, j'ai bien un contrat de 6h30 par semaine en "contractuel régional" dans une matière de LV2 (option 2 en langues vivantes). Oui, ça existe et NON ce n'est pas dans l'éducation nationale mais dans un lycée technique. Si vous souhaitez plus de précisions, en message privé. Je n'aimerais pas en dire plus publiquement svp ;)

 

Vous ne souhaitez pas dénigrer mon travail au sein de ce restaurant mais vous le faites et c'est ce "regard" que je subis quotidiennement. Effectivement, peu de personnes comprennent mon choix mais c'est le mien et je considère que je n'ai pas d'explications à donner.

 

Pour ce qui est des sociétés de cours à domicile, tout n'est pas rose, bien au contraire. J'ai déjà fait le tour et obtenu des fiches de paie pour des montants bien supérieurs à ma paye réelle (des impôts à payer sur un argent que je n'ai jamais reçu) et surtout quand on a la chance d'être payée!

De plus, ce n'est pas un travail régulier, on a pas des cours fixes toutes les semaines et le salaire est très variable. Impossible de budgéter et avoir un minimum de maîtrise quand on sait pas ce qu'on va gagner à la fin du mois.

 

Patoupaco, je reste à votre disposition en privé si vous souhaitez plus de précisions.

 

Bonne journée à toutes et à tous :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et pourtant si suri, je connais parfaitement ce domaine puisque je suis prof depuis 27 ans!!

 

donc pour répondre à lag0, un lycée technique est bien un lycée "education nationale" si c'est un lycée public ou bien si il est sous contrat d'association

 

1)pour les lycées non reconnus par l'état, c'est un sujet sur lequel je ne préfère pas débattre

 

2)il reste encore l'enseignement agricole qui lui dépend du ministère de l'agriculture et pas du ministère de l'EN

 

et je terminerai en affirmant que non avec 6h30 par semaine on n'a pas de contrat avec l'état c'est totalement impossible ( dans le cas du 1 bien sure),

 

 

et non je ne denigre pas ce "metier" de la restauration rapide mais je considère que l'on ne peut pas dire d'un coté je suis prof avec les années d'études que cela demande et d'un autre coté, mais je préfère aller faire des hamburgers pour être payé au SMIC avec des heures impossibles ( travailler le soir et les week end avec 4 enfants!!), plutot que faire ce pour quoi j'ai été formé, c'est tout.

 

mais je pense qu'en fait vous effectuez des heures de langue dans un établissement technique, ces heures ne sont pas des heures d'enseignement ( mais de soutien)car si c'était le cas vous seriez payé par la TG et elles ne sont pas prises en compte par l'état et elles sont payées par le conseil général et je comprends donc pourquoi vous ne pouvez pas enseigner plus.

 

chez nous ces heures là ce sont les profs en poste qui les font et si ils ne veulent pas alors effectivement le conseil general recrute

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mashinotsu
et pourtant si suri, je connais parfaitement ce domaine puisque je suis prof depuis 27 ans!!

 

donc pour répondre à lag0, un lycée technique est bien un lycée "education nationale" si c'est un lycée public ou bien si il est sous contrat d'association

 

1)pour les lycées non reconnus par l'état, c'est un sujet sur lequel je ne préfère pas débattre

 

2)il reste encore l'enseignement agricole qui lui dépend du ministère de l'agriculture et pas du ministère de l'EN

 

et je terminerai en affirmant que non avec 6h30 par semaine on n'a pas de contrat avec l'état c'est totalement impossible ( dans le cas du 1 bien sure),

 

 

et non je ne denigre pas ce "metier" de la restauration rapide mais je considère que l'on ne peut pas dire d'un coté je suis prof avec les années d'études que cela demande et d'un autre coté, mais je préfère aller faire des hamburgers pour être payé au SMIC avec des heures impossibles ( travailler le soir et les week end avec 4 enfants!!), plutot que faire ce pour quoi j'ai été formé, c'est tout.

 

mais je pense qu'en fait vous effectuez des heures de langue dans un établissement technique, ces heures ne sont pas des heures d'enseignement ( mais de soutien)car si c'était le cas vous seriez payé par la TG et elles ne sont pas prises en compte par l'état et elles sont payées par le conseil général et je comprends donc pourquoi vous ne pouvez pas enseigner plus.

 

chez nous ces heures là ce sont les profs en poste qui les font et si ils ne veulent pas alors effectivement le conseil general recrute

 

On peut le faire mais sans oublier que 6heures de prof = 18 heures de travail, sauf erreur.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On peut le faire mais sans oublier que 6heures de prof = 18 heures de travail, sauf erreur.

 

 

je ne comprends pas ce que vous voulez dire par là!! on peut faire quoi?

 

et non 6 heures de prof ce n'est pas 18 heures de travail( sinon cela voudrait dire que puisuqe l'horaire d'un prof est de 18 heures par semaine, il travaillerait officieusement 54heures!!!!!!! on se fait deja assez lyncher comme cela, si en plus on prétend travailler plus de 50 heures, il va y avoir des emeutes:p:p:p)

 

de toute manière en matière de contrat avec l'état, il ne peut y avoir contrat que si la quotité hebdomadaire est au minimum de 9 heures, en dessous, le prof soit perd son contrat soit n'est pas titularisé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On peut le faire mais sans oublier que 6heures de prof = 18 heures de travail, sauf erreur.

 

6h de prof c'est 40% d'un temps plein de prof (18H/Semaine). Donc je suis à 40% et ça arrive très souvent pour une LV2 en "option". Et quand on est à 40% on est pas forcement assistante.

J'ai toutes les avantages d'un titulaire sauf la sécurité de l'emploi (en CDD jusqu'à fin mai 2010).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

suri videz votre boite mail car on ne peut pas vous repondre!!:(

 

pour explication, suri depend du ministère de l'agriculture pas de l'EN c'est vrai que c'est différent alors que les elèves obtiennent les mêmes diplomes

 

33% suri pas 40 % lol!!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je rajoute également qu'on peut cumuler des petits contrats dans plusieurs collèges-lycées sans pourtant faire partie de la catégorie "assistant".

 

Plus besoin de s'inscrire en tant que vacataire...l'EN passe désormais par Pôle Emploi pour ses recrutements! c'est de cette façon que j'ai trouvé mon poste.

 

Le collège de mon fils me proposait 3 heures de cours par semaine, une heure le lundi, une heure le mercredi matin et une heure le vendredi. A ce jour ils n'ont toujours pas trouvé de professeur qui veuille bien se déplacer pour si peu de temps! J'avais demandé à regrouper les heures sur une matinée ou après-midi pour minimiser les dépenses de déplacement et nounou pour mon dernier mais impossible.

 

Donc quand on est pas prof d'une matière principale, la vie est dure, très dure...Remarque, même en étant prof tout court la vie est de plus en plus difficile aussi. Je me suis rendue compte quand j'ai commencé en septembre dernier.

 

Mais ceci est un autre débat :rolleyes:

 

---------- Message ajouté à 10h19 ---------- Précédent message à 10h17 ----------

 

suri videz votre boite mail car on ne peut pas vous repondre!!:(

 

pour explication, suri depend du ministère de l'agriculture pas de l'EN c'est vrai que c'est différent alors que les elèves obtiennent les mêmes diplomes

 

33% suri pas 40 % lol!!!!

 

 

Grrrrrr:D J'ai 6h30 de cours par semaine, les secondes 2 heures de cours le mardi matin la semaine B et une heure la semaine A.

 

Ma boîte est vide monsieur ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je pense que ça ne va pas être facile pour vous de tout concilier et vous devrez faire des choix et revoir vos exigences

 

car 3 x 1 heure d'enseignement au collège de votre fils qui je suppose est votre collège de secteur équivaudrait très certainement a 6 heures de restauration rapide et en plus si je peux me permettre vous auriez eu un pied dans la maison

etes vous sure que c'est l'EN qui passe par le pole emploi ce n'est pas plutot le conseil général ou l'établissement car ces heures ne sont pas payées par l'état

 

pour faire le point sur tout ça, il ne faut pas que les personnes qui liront ce sujet et qui seront intéressées se mélangent les pédales

 

les profs ne n'importe quelle matière sont recrutés et payés par l'état via la TG, il sont diplomés et ont passés le CAPES ( pour les derniers, les plus anciens ont été titularisés au grès des différents minstres...)pour cela ils ne peuvent etre devant élève que et uniquement que si ils sont affectés par le rectorat via des commissions et il y a une hiérarchie très strcite au niveau nomination, pour cela l'état doit leur trouver un poste de 18 heures.

une fois en poste ce prof restera titulaire et pourra diminuer ses heures mais pas en dessous de 9 sinon il perd son contrat.

 

ensuite il y a les boites privées et là ils font ce qu'ils veulent on ne parle pas de prof

 

il y a le ministère de l'agriculture qui recrute de la meme manière que l'EN puisque les diplomes sont des diplomes d'état et ils ont ou pas un budget propres pour les heures "hors enseignement obligatoire"

 

et enfin il y a le conseil général et/ou les établissements privés sous contrats qui recrutent eux memes mais pas pour des heures d'enseignement propres ( je parle des heures minimum d'enseignement obligatoire)

il peut s'agir des heures de soutien

des heures de langue vivante 2 en 6eme donc non obligatoires, ou optionnelles au bac

des heures de langue en primaires etc..

 

pour cela les profs en poste sont prioritaires mais pas toujours volontaires pour la première raison c'est que ce sont des heures payées a la vacation donc non payées pendant les vacances ( il faut appeler un chat un chat) et dans ce dernier cas le pole emploi est mis a contribution pour le recrutement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pas forcement, voir point 2 de Pacoupaco :rolleyes:

 

Certes, mais vous écrivez :

 

NON ce n'est pas dans l'éducation nationale mais dans un lycée technique.

 

Donc si je comprends encore le français, votre phrase veut bien dire qu'un lycée technique n'est pas l'éducation nationale.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est vrai qu'il a fallu que je fasse de l'ordre dans ma vie professionnelle car je n'arrivais pas à tout concilier.

 

Il faudrait préciser la différence entre "vacataire" et "contractuel". Le vacataire n'est pas payé pendant les vacances scolaires et son contrat sera de maximum 200h de cours à l'année.

 

Le "contractuel" verra son salaire reparti sur la durée de son contrat et aura également le droit au supplément familial. Je ne suis pas certaine que les vacataires puissent avoir ce supplément?

 

On peut parfaitement cumuler les CDD au fil des années sans être titularisé. Le Ministère de l'Agriculture a, en théorie, l'obligation de titulariser au bout de 6 ans mais encore faut-il qu'un poste se libère ce qui n'arrive que très rarement. Et "précision" de la mort qui tue (comme je dis souvent), il faudrait 6 ans "non-stop", c'est à dire pas des CDD de 10 mois. Bref, des contrats ou on est payé même pendant les vacances d'été et comme je suis contractuel "régional", c'est perdu pour moi :(

 

Pour travailler dans l'EN, on peut tout simplement démarcher les établissements scolaires et si notre profil correspond, nous devrons effectivement passer par le rectorat qui validera ou pas notre candidature. Un établissement scolaire peut lancer une offre d'emploi à la recherche d'un enseignant mais ce dernier devra remplir un dossier et le renvoyer au rectorat.

 

---------- Message ajouté à 11h26 ---------- Précédent message à 11h23 ----------

 

Certes, mais vous écrivez :

 

 

 

Donc si je comprends encore le français, votre phrase veut bien dire qu'un lycée technique n'est pas l'éducation nationale.

 

 

Un lycée technique agricole dépend du Ministère de l'Agriculture. Pour les autres lycées techniques, je ne saurais pas dire ;)

Les programmes sont cependant les mêmes qu'à l'EN, parfois un peu plus "souples".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un lycée technique agricole dépend du Ministère de l'Agriculture. Pour les autres lycées techniques, je ne saurais pas dire ;)

Les programmes sont cependant les mêmes qu'à l'EN, parfois un peu plus "souples".

Voilà, il manquait la précision "lycée technique agricole"

Ayant fait une partie de ma scolarité en lycée technique, j'étais fort étonné d'apprendre que ce n'était pas l'éducation nationale, car dans mon cas, ça l'était bien.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

d'ailleurs c'est surprenant et je n'ai jamais compris pourquoi

 

maintenant cela n'a plus les memes noms mais il y a ....... longtemps ... du temps du bac C ou D les bac obtenus en lycée agricole étaient des bac C'; D' c'est à dire exactement les programme de C et D avec en plus toute la formation qui permettaient de faire un BTS lié a l'agriculture

 

actuellement dans le lycée a coté de chez moi la seconde est une seconde générale avec option elevage

 

allez savoir pourquoi les profs ne sont pas les mêmes?????:confused::confused::confused:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par M_elle
      Bonjour :),
       
      Je ne sais pas si je suis dans la bonne section du forum mais je ne vois pas trop où placer cette conversation :
       
      Souhaitant développer davantage des compétences dans le milieu du soin animalier, j'ai trouvé, [date]une formation [en médecine douce] mais je n'y connaissais absolument rien dans ce milieu de médecine douce. La formation me semblait sérieuse "sur le papier" comme on dit. Il a fallu payer des frais de dossier et d'inscription à hauteur [tarif] puis la formation se déroulait en week-end de séminaire payant. Il y avait normalement [plusieurs]week-end séminaires.
       
      Au bout de deux week-end de séminaire, je me suis très vite aperçue de ce que la formation était.... déjà[cette médecine douce ]reconnue par l'Etat mais il existe quand même une Fédération[...]qui réglemente la pratique et les écoles or ce soi-disant centre de formation n'en fait pas partie et la "formatrice" est une ancienne élève d'une de ses écoles qui s'est mise à son compte mais en aucun cas une "formatrice" qui s'avère être un vrai métier : les cours étaient dispensés de façon très aléatoire, rien de construit mais plutôt à l'image d'un puzzle dont la formatrice disait que nous rassemblerions les morceaux à la fin de l'année et que ça n'était qu'au dernier moment que nous comprendrions, la pratique était très approximative et rien de bien concret, les attestations de présence fournies avec un numéro de SIRET sont au nom de son mari -osthéopathe équin- ne correspondent en aucun cas à une école, ni à un centre de formation et n'ont donc aucune valeur.... plein d'autres détails mais je ne suis pas là pour tout exposer (sauf si nécessaire)
       
      Bref, j'ai décidé de cesser cette formation et comme j'ai appris que [cette médecine douce] en fait, issue de la médecine chinoise car c'était exactement le même principe transposé de l'humain à l'animal, je suis allée voir si l'herbe était plus verte ailleurs : je me suis donc rendue aux portes ouvertes d'une des écoles reconnues [...]qui dispense des cours sur l'humain (finalement, c'est mieux que je commence par moi-même et le mode de fonctionnement chez l'humain avant de vouloir soigner un animal...mais la finalité de mon projet restera l'animal, ça me prendra plus de temps mais ça n'est pas grave), entendre le discours qui s'y tenait et la philosophie qui allait avec et j'ai été conquise car là nous étions dans un discours (oral donc.. et non un "papier") plein de vie, très positif et qui correspondait tout à fait à ce que j'attendais d'une école bien cadrée, bien structurée avec un règlement intérieur....
      De ce fait, je me suis inscrite et j'ai commencé le premier week-end de formation récemment qui n'a strictement RIEN A VOIR avec le premier que j'avais fait dans ma précédente formation.
       
      Bref, pour conclure, je souhaiterais savoir si je peux récupérer une partie [des frais d'inscription] et de dossier que j'ai payés sur la précédente formation étant donné que je ne suis allée qu'à deux séminaires de formation et que j'ai décidé d'abandonner cette formation sur des faits totalement justifiés.
       
      PS : Il faut aussi savoir qu'à un moment, la formatrice a choisi de m'exclure de la formation au motif que je me suis prise des remarques fortement désobligeantes (à chaque week-end de séminaire où j'étais présente) de la part d'un élève [plus âgé]que moi où j'ai demandé à la formatrice d'intervenir car j'estimais que c'était de son ressort, qu'elle a refusé en prétextant que ça n'était pas son rôle donc j'ai dû régler le problème directement avec lui et qu'ensuite il m'a été reprochée de perturber la bonne ambiance du cours et que je n'ai donc plus été admise en cours à la session suivante, de là j'ai protesté en disant que j'allais demandé à ma conseillère d'insertion professionnelle si c'était "normal" et savoir quel recours, je pouvais avoir et à partir de ce moment-là, la formatrice a décidé de me réintégrer..... uniquement après l'accord de l'élève qui initialement m'avait fait des remarques désobligeantes et pour lequel j'avais sollicité l'intervention de la formatrice qui, de ce fait, s'est transformé en victime (je parle toujours de l'élève) parce que la formatrice s'étant dédouanée de son rôle, j'avais dû régler le souci moi-même et ça s''est retourné contre moi.... mais étant donné tout ce contexte général, j'ai donc fini par choisir de partir.
       
      J'espère avoir été claire et compréhensible
       
      Merci de vos réponses.
    • Par Noyeb
      Mesdames, Messieurs,
       
      Ayant plusieurs sons de cloches concernant les temps de trajet, je me tourne vers vous.
       
      J'ai été employé en intérim pour une boîte de Télécom. Mon lieu de travail se situe sur Dijon (21) Et j'habite Sallanches (74). Le boîte me paie mes frais de transport via la SNCF. J'ai en gros le lundi 6h de train pour me rendre de chez moi sur mon lieu de travail et le vendredi 6h de mon travail à mon domicile.
      Est-ce que ce temps passé dans le train est comptabilisé comme temps de travail effectif ou pas? Cela dépend des conventions collectives?
       
      En vous remerciant par avance.
       
      [...]
    • Par Andromaque
      Bonjour,
       
      Et puisqu’il est encore temps, bonnes fêtes de Pâques.
       
      Je suis en appel contre mon ex employeur.
      Concernant mes demandes et suite à mes lectures est il possible de se référer et aux articles 565 et suivants du code de procédure civil? [EDIT de l'équipe de modération lien hors charte]
       
      Merci de votre aide.
    • Par rom_39
      Bonjour à tous,
      Je déterre le sujet, mais étant dans le même cas, j'aimerais savoir si @MRichard a eu une réponse précise de sa DRH ou de la DIRECCTE.
      Bonne journée à tous
       
      EDIT de l'équipe de modération : référence à cette discussion : Convention cadres de la métallurgie : Position et coefficient pour promotion d'un non diplômé - Travail et prestations sociales - Net-iris
    • Par Clarisse M
      Bonjour, ma responsable ma prévenu d'une réunion le mardi 27 avril à 19h30 mais voilà je fini ma journée à 13h30 et j'habite à 1h aller retour de mon lieu de travail de plus à la dernière réunion l'heure resté en plus ne nous à pas été payé se qui sera encore le cas.  La réunion étant à 19h30 il y en a pour au moins 1h se qui me fera rentré chez moi pas avant 21h ont t'ils ĺe droit de m'y obligé. Merci
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...