Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Déscolarisation


Bloopsy

Messages recommandés

Bonjour !

Je suis nouvelle sur ce forum, donc excusez mes maladresses éventuelles.

 

Mon sujet concerne la déscolarisation. En effet, je trouve très peu de documents sur le net quant aux démarches à suivre.

Dans mon cas, j'ai une maladie grave et de longue date qui est auto-immune (Maladie de Berger, depuis 2003), et qui, d'ici qques semaines ou mois va probablement aboutir à la dialyse avant la fin de cette année scolaire selon les médecins.

 

C'est un traitement très lourd qui est physiquement et moralement très éprouvant. Il nécessite des absences répétés et ce en moyenne 3 demi-journées par semaines, un jour sur deux. Sans compter les hospitalisations, les rendez-vous, la fatigue très présente, un régime extrêmement strict, boisson limitée et j'en passe. Comprenez donc alors mon désir d'arrêter les cours pendant cette passe qui sera difficile...

 

Je suis aujourd'hui élève de terminale ES, donc année de BAC.

Mais j'y ai mûrement réfléchi et si la dialyse devait arriver avant le passage de mon BAC, j'arrêterais les cours pour les raisons cités plus haut. Je compte les reprendre dès que possible (donc sûrement suite à une greffe).

Ce que je voudrais savoir se résume à cela :

- Quelles démarches faut-il adopter pour entamer un processus de déscolarisation ? Combien de temps cela dure -t-il et où faut-il s'adresser, à qui ?

- Faut-il un accord parental (je serais majeur en mars 2010) ?

- Pourrais-je repasser le BAC en refaisant une terminale en 2010 ou en 2011 par exemple ?

- Et si jamais je décide de ne plus repasser le BAC, pourrais-je avoir droit à des cours grâce au CNED par exemple ?

 

Merci de vos réponses, à bientôt : )

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 18
  • Création
  • Dernière réponse

La scolarité n'est obligatoire, si ma mémoire est bonne, que jusqu'à 16 ans. Au delà, un élève qui veut quitter son établissement a simplement à faire une lettre de démission, mais effectivement, si il est mineur, il faut l'accord des parents.

Et quelque soit la démarche, le suivi des cours par le CNED est toujours possible.

Repasser le bac est toujours possible, à n'importe quel âge, il suffit de s'y inscrire dans les délais. Par contre, pour la préparation, cela ne pourra peut être plus se faire dans un établissement si il y a manque de place.

 

Avez vous pensé à négocier avec votre établissement pour aménager vos conditions de scolarité ?

Pour les élèves ayant des problèmes de santé, et un suivi de soins contraignant, il est possible de mettre en place un PAI (projet d'accueil individualisé) qui permet de maintenir le lien scolaire, même de façon nettement distendue (j'ai eu un élève qui ne venait que 6H par semaine au début). Et évidemment, la durée des études est adaptée.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La lettre de démission est à donner au chef d'établissement.

 

Mais le plus intelligent et le plus cohérent serait d'en parler avec le professeur principal, l'infirmière et l'ass sociale pour savoir tout ce qui peut être fait pour vous aider à garder le lien scolaire.

 

La démission est vraiment un cas extrème. Je vous le répète, j'ai déjà eu des élèves très handicapées par des problèmes de santé (dont une maladie neurodégénérative), et avec un PAI et une aide adaptée, la scolarité a quand même pu se poursuivre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis consciente qu'il existe des aides pour garder le lien scolaire, mais l'une de mes motivations est également une peur de se sentir différente et exclue. Personne n'est au courant de ma maladie. Il n'y a absolument aucun signe extérieur qui pourrait suggérer une quelconque maladie ainsi que ses prochaines suites...

En me dé-scolarisant, j'espère ainsi travailler à la maison de moi-même si possible.

 

Et j'aurais encore une question concernant le BAC :

- Est ce qu'une déscolarisation entraine une désinscription automatique ou BAC ? Sinon, qu'en est -il ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On peut s'incrire au BAC sans être scolarisé (candidat libre). Ce sont deux faits différents.

Attention, en travaillant chez vous, vous ne pourrez plus bénéficier du soutien ou des compléments d'explication que fournissent les enseignants si vous buttez sur un cours.

 

Si vous vous sentez exclue, se sera la preuve de la bêtise des autres. Et je ne l'ai encore jamais vu. Pourtant, je bosse dans des établissements type ZEP.

 

Je le répète, à mon expérience, malheureusement, j'ai eu une élève avec une maladie neurodégénérative : graves déformations des membres, obligeant entre autres à mouler les chaussures directement sur elle, tenues adaptées, etc... aucun souci de la part de ses camarades, qui l'ont entourée et soutenue jusqu'au bout (comme me l'avait dit très simplement une de ses voisines : "elle a pas choisi d'avoir des em*****s, on va pas rajouter notre ******** par dessus").

J'ai eu un élève cancéreux, aucun cheveux, sa casquette est très bien passée.

Actuellement, je croise tous les jours une élève sur béquilles, elle est définitivement incapable de marcher, une aide scolaire lui porte ses affaires, elle rigole avec ses camarades, suit aussi bien que les autres, aucun soucis.

 

Ne soyez pas pessimiste, quasiment tous les établissements ont malheureusement l'expérience d'élèves en difficulté. Et ils ont OBLIGATION de tout faire pour aider à maintenir le lien scolaire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je n'ai pas trop à me plaindre à côté d'eux, c'est vrai. Mais je redoute ce jour fatidique et surtout le regard des autres. C'est sûrement la chose qui me fait le plus angoisser. Vous savez, je suis une adolescente en phase de devenir adulte. Le regard des autres et me sentir critiquée et montrée du doigt est de loin ce que je redoute.

Certes, c'est complètement bête et idiot, et j'en suis consciente mais je ne peux pas le nier.

 

En tout cas merci pour toutes ces informations et au plaisir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le plus important pour vous, ce sont les objectifs que vous vous fixez, et les moyens mis en place pour les atteindre, pas le regard des autres.

 

Il y a deux bonnes décennies maintenant, j'ai été contrainte de quitter l'école en seconde. J'ai suivi ma scolarité en première et terminale via le CNED, aidée du proviseur et de certains professeurs ; je travaillais alors 44 heures par semaine dans une usine de chaussettes.

 

Ah, oui, c'est vrai, j'oublie le principal : j'ai eu mon bac dès la première fois avec mention bien...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a une question à laquelle je n'ai pas eue de réponse précise en ce qui concerne le BAC.

En effet, j'y suis déjà inscrite mais dans le cas d'une déscolartisation imminente je ne sais pas comment cela se passe. Est-ce que je dois le passer ? Est-ce que l'inscription est annulée d'office lors de la déscolarisation ? Est-ce qu'il faut démarcher pour se désinscrire ? etc

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous restez inscrite à l'examen, mais vous n'êtes évidemment pas obligée de le passer. Scolarisation et inscription à l'examen sont deux choses différentes.

Quand on s'inscrit à un examen ou un concours sans être scolarisé, on est candidat libre, c'est tout.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Bloopsy,

Je ne souffre pas de votre maladie. Bon, ce que j'ai est bien moins grave, il s'agit d'une surdité unilatérale et d'un TDAH (la même maladie que les enfants hyperactifs).

J'avais une amie que j'ai malheureusement perdue de vue mais qui était atteinte d'un syndrome d'Alport (maladie génétique provoquant l'insuffisance rénale, avec souvent une surdité et parfois des problèmes visuels). Ce n'est pas la néphropathie par IgA (autre nom de la maladie de Berger, et néphropathie vient du grec nefra -> les reins et patheia, pathologia -> pathologie. La néphropathie est un terme générique pour indiquer une maladie des reins. Je signale ça car certains m'avaient dit que j'emploie des termes trop techniques, et c'est vrai que j'ai tendance à en user et abuser ;) ), mais les problèmes liés à la dialyse sont identiques.

Je crois avec conviction, pour vivre le handicap au quotidien, que si vous expliquez votre handicap aux autres élèves, ça passera comme une lettre à la poste. Vraiment. Les moqueries, les réflexions viennent le plus souvent de l'ignorance qui engendre la peur.

 

Je ne sais pas dans quelle filière vous êtes mais vous n'êtes pas obligé de faire quelque chose d'excessivement technique.

Pour expliquer le rôle des reins, vous pouvez dire, par exemple, que c'est comme quand on filtre les nouilles dans une passoire : l'eau passe et les nouilles restent. Quand les reins (donc la passoire) ne filtrent plus (donc que l'eau reste avec les nouilles dans la passoire), il faut recourir à la dialyse afin de retirer les déchets.

Et vous pouvez expliquer en quelques mots et avec des schémas la dialyse, et ainsi, de fil en aiguille, en expliquer les contraintes, la fatigue, les absences etc.... Des trames sont disponibles sur Internet, je ne pense pas pouvoir mettre de lien mais vous pouvez en trouver facilement par moteur de recherche.

Ainsi, les autres, élèves comme professeurs sauront de quoi il en retourne, car rien n'est plus terrible pour un autre élève d'apprendre la raison d'un ami ou même d'un camarade par le biais d'une rumeur. De cette manière, on tue la rumeur dans l'oeuf, et on ne laisse pas la place de la développer, ce qui rend les relations avec tout le monde bien plus saines.

Ma surdité impose certaines contraintes, certes, très minimes par rapport à la dialyse, mais en parler ouvertement permet de désamorcer les situations même les plus explosives, si besoin est avec l'aide d'une association (dans mon cas malheureusement, j'ai du faire sans, mais ça n'a pas empêché de me débrouiller seule, comme une grande). Je crois profondément en les vertus de l'honnêteté et du dialogue, faire en sorte que votre maladie de Berger ne soit pas un tabou parmi vos amis.

En fait, la maladie de Berger est la maladie rénale la plus courante au sein de la population (je n'ai malheureusement pas les chiffres sous la main, mais ça ne devrait pas être trop difficile de les trouver). Votre crainte est naturelle, mais personne ne pourra vous montrer du doigt d'en avoir parlé, bien au contraire, puisque vous éviterez la chape de plomb parmi vos camarades.

S'ils posent des questions, même naïves, alors on peut travailler à petits pas afin de faire avancer les choses.

 

Encore une fois, c'est si vous n'en parlez pas et créez une chape de plomb que vous serez montré du doigt, jamais l'inverse.

Éduquer est un travail de longue haleine, les grecs disent : "η επανάληψη είναι η μητέρα της μαθήσεως", la répétition est mère de l'apprentissage.

En conclusion, briser la glace est indispensable et qui sait, peut-être que ça permettra que d'autres personnes évitent d'en arriver au stade de la dialyse ou retardent au maximum cette échéance parce que bien prises en charge.

Je ne dis pas que c'est votre cas, je n'ai pas votre dossier médical et je ne suis pas médecin, mais les statistiques du réseau épidémiologique pour les maladies rénales ont démontré par le passé que plus de 30% (voire plus, je n'ai plus les chiffres en tête) étaient faites dans l'urgence et sans suivi néphrologique préalable.

 

Je conclus en disant que la peur n'évite pas le danger et que vous serez probablement très surpris de la solidarité de vos camarades.

 

 

 

Avec mes meilleurs voeux et toute ma sympathie dans cette épreuve

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Monsieur le Modérateur,

Je crois que vous avez mal lu, car il ne s'agit pas d'"exposer ma pathologie" (et je vous cite texto), mais simplement de dire que sa crainte d'être montré du doigt n'est pas fondée, et qu'en parler permet de désamorcer la bombe.

Je vous conseille donc vivement de relire ce que j'écris la tête reposée, je mets le compte de votre message sur l'importante fatigue post-fêtes de fin d'année !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Monsieur le Modérateur,

Je crois que vous avez mal lu, car il ne s'agit pas d'"exposer ma pathologie" (et je vous cite texto), mais simplement de dire que sa crainte d'être montré du doigt n'est pas fondée, et qu'en parler permet de désamorcer la bombe.

 

2 lignes pour exposer votre message, alors que le post incriminé fait la moitié de l'écran. Il y avait probablement donc plus que le simple message, par ailleurs extrêmement louable, que vous souhaitiez indiquer.

 

Je vous conseille donc vivement de relire ce que j'écris la tête reposée, je mets le compte de votre message sur l'importante fatigue post-fêtes de fin d'année !

 

:rolleyes: justement, relisez-vous... et ne réagissez pas aussi vivement à un message de la modération aussi soft. On peut tous sur un forum être parfois à côté de la plaque, emporté par l'envie d'aider.

 

Je suis 100% d'accord avec vous sur le fond, maintenant NI tente, dans des posts évoquant des histoires parfois éprouvantes, de garder un cap essentiellement juridique. Les MP sont donc là pour ça.

 

 

Cleyo

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...