Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

contester une sanction au collège pour mon fils


Bab2005

Messages recommandés

Bonsoir à tous

j'aimerai savoir comment contester un rapport au collège pour mon fils de 14 ans.

 

Voila je raconte l'histoire, mon fils c'est fait insulter toute une journée pendant les cours par un élève de sa classe. Mon fils lui a dit d'arrêter a plusieurs reprises, puis au bout d'un moment il a dit a la sortie t'es mort.

Il y a eu une bousculade dans le dernier cours pas plus, la prof au courant qu'ils risquaient de ce battre, car une autre élève l'avait prévenu, n'a pas bouger les a faits sortir. Puis a l'extérieur du collège il y a eu bagarre l'autre a continué a l'insulter mon fils la pousser l'autre a giflé mon fils et mon fils a tapé, logique tout ça a l'extérieur du collège devant. puis mon fils a voulu rentrer chez moi pour lui c'était fini l'autre élève la suivit jusqu'a chez moi en le frappent mon fils lui rendant les coups de temps en temps

moi j'étais au travail mes voisins ont appeler la police et il y a eu le collège qui avait appelé les médiateurs de la commune qui ont suivi le groupe il y avait tout le collège qui a suivi et qui ont filmé la bagarre avec leurs portables

la CPE du collège ma contacter a plusieurs reprise et je l'ai rencontré aujourd'hui résultat le collège veut sanctionner mon fils surement un rapport ou autre qui va le suivre pendant un an

hors je ne lui est rien demander a par pour les vidéos qui ont été faites et pour moi ça ne relève pas du collège, car c'était a l'extérieur je ne vois pas que vient faire le rapport ici lors que c'était après les cours et a l'extérieur

que me conseillez-vous pour contester le rapport ou autres, que faire pour les autres élèves qui ont filmé a qui m'adresser

 

merci d'avance pour votre aide et vos réponses

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 34
  • Création
  • Dernière réponse

Il y a quand même menace de mort à l'intérieur du collège....suivie de voie de faits à l'extérieur.

C'est une dispute, j'espère qu'il seront sanctionnés à deux.

Ce n'est pas grave en soi.

 

Je me permets un petit conseil, purement gratuit: ne surprotégez pas votre fils sans savoir exactement ce qu'il en est, puisque vous n'étiez pas là.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me permets un petit conseil, purement gratuit: ne surprotégez pas votre fils sans savoir exactement ce qu'il en est, puisque vous n'étiez pas là.

 

je n'étais pas la mais je sais exactement ce qu'il c'est passé et mes voisins aussi je ne le surprotège pas mon fils

j'aimerai simplement savoir de quelle manière contester la sanction qu'il pourrait avoir et je rappelle que cela c'est passer l'extérieur et cela concerne plus les forces de police que le collège

merci de vos reponses

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

merci de vos réponses

la je ne suis pas d'accord c'est après lecture du règlement du collège et autres articles je college n'est plus responsable après la fin des cours (en dehors du planning et en bas de chez moi encore moins, car tout est en train de lui retomber dessus, certes la bagarre a commencer devant le collège, c'est l'autre gamin qui est venu ce bagarrer en bas de chez moi je trouve un peu même beaucoup litigieux qu'ils puissent lui mettre une sanction

 

pour le rapport ça le suit un an, mais pour son entrer au lycée je ne sais vraiment pas si ça peu lui porter préjudice pour le choix du lycée

merci encore pour vos reponses

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, il faut être bien conscient que le principal du collège est dans son rôle en cherchant à faire la lumière sur cette altercation.

Les élèves sont sous sa responsabilité pendant leurs heures de cours et les faits ont débuté pendant les cours dans le collège.

Je ne pense pas que votre fils soit le seul visé par ce soucis de déterminer les responsabilités de l'un et de l'autre.

L'autre garçon va devoir s'expliquer également.

Quand des évènements violents se produisent dans un établissement scolaire, la vie scolaire et la direction doivent faire un rapport d'incident scolaire qui expose les faits et leur déroulement.

Les règles de vie en société s'appliquent au collège, vous avez signé le règlement intérieur en début d'année avec votre fils et accepté en cela les règles de vie comme les éventuelles sanctions en cas de non respect de ces règles.

Votre fils a été agressé, insulté et il s'est défendu.

Il a tout de même proféré des menaces de mort et ce n'est pas rien même si cela peut se comprendre.

Il est important pour lui de s'expliquer sur ce qui est arrivé et de comprendre qu'on ne peut pas répondre par la violence à la violence.

Cela fait partie de l'éducation...

Le plus souvent on demande un travail de reflexion sur ce qui est arrivé, sur ce qu'il aurait pu faire pour éviter l'escalade, sur les personnes intra établissement auxquelles il aurait pu faire appel ( CPE, Assistant d'éducation, le professeur qui les a séparés etc.)Idem pour l'autre garçon.

Il serait surprenant qu'un conseil de discipline soit demandé, ce sera plus vraisemblablement au plus une commission disciplinaire.

A moins que ce ne soit pas le premier incident impliquant votre fils.

Le but de tout cela est d'éviter que cela se reproduise ou fasse "tache d'huile".

Il y a devoir d'exemple vis à vis des autres élèves tout comme vis à vis de votre fils, de l'autre garçon impliqué.

Pour ce qui est arrivé en dehors du collège et devant chez vous, la police est , semble-t-il, intervenue : y a-t-il eu dépôt de plainte suite à l'agression?

Avez-vous signalé que certains élèves avaient filmé avec leurs portables ce qui est arrivé?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, il faut être bien conscient que le principal du collège est dans son rôle en cherchant à faire la lumière sur cette altercation.

Les élèves sont sous sa responsabilité pendant leurs heures de cours et les faits ont débuté pendant les cours dans le collège.

Je ne pense pas que votre fils soit le seul visé par ce soucis de déterminer les responsabilités de l'un et de l'autre.

L'autre garçon va devoir s'expliquer également.

Quand des évènements violents se produisent dans un établissement scolaire, la vie scolaire et la direction doivent faire un rapport d'incident scolaire qui expose les faits et leur déroulement.

Les règles de vie en société s'appliquent au collège, vous avez signé le règlement intérieur en début d'année avec votre fils et accepté en cela les règles de vie comme les éventuelles sanctions en cas de non respect de ces règles.

Votre fils a été agressé, insulté et il s'est défendu.

Il a tout de même proféré des menaces de mort et ce n'est pas rien même si cela peut se comprendre.

Il est important pour lui de s'expliquer sur ce qui est arrivé et de comprendre qu'on ne peut pas répondre par la violence à la violence.

Cela fait partie de l'éducation...

Le plus souvent on demande un travail de reflexion sur ce qui est arrivé, sur ce qu'il aurait pu faire pour éviter l'escalade, sur les personnes intra établissement auxquelles il aurait pu faire appel ( CPE, Assistant d'éducation, le professeur qui les a séparés etc.)Idem pour l'autre garçon.

Il serait surprenant qu'un conseil de discipline soit demandé, ce sera plus vraisemblablement au plus une commission disciplinaire.

A moins que ce ne soit pas le premier incident impliquant votre fils.

Le but de tout cela est d'éviter que cela se reproduise ou fasse "tache d'huile".

Il y a devoir d'exemple vis à vis des autres élèves tout comme vis à vis de votre fils, de l'autre garçon impliqué.

Pour ce qui est arrivé en dehors du collège et devant chez vous, la police est , semble-t-il, intervenue : y a-t-il eu dépôt de plainte suite à l'agression?

Avez-vous signalé que certains élèves avaient filmé avec leurs portables ce qui est arrivé?

 

Merci, je comprends que le collège se sente concerner.

 

toute la journée mon fils c'est fait insulter en cours, mais aucuns professeurs n'a bougé, ni quand il y a eu bousculade dans le dernier cour le professeur a fait sortir toute la classe, n'écoutant même pas la camarade de mon fils qui lui disait que mon fils et l'autre gamin allaient ce battre a l'extérieur, il n'a pas bougé un doigt s'il l'avait bouger la bagarre n'aurait pas eu lieu. Il n'y a eu aucune bagarre dans le collège.

 

Pour mon fils il sait les limites qu'il ne doit pas atteindre je ne suis pas inquiète a ce sujet. Ce n'est pas lui qui a frapper le premier il s'est défendu, puis il a voulu rentrer chez nous, mais l'autre lui voulait encore ce battre et est venu jusqu'a chez moi.

 

Oui la police est venue suite a l'appel téléphonique de ma voisine qui a vu mon fils en difficulté, moi je n'étais pas présente je travaille. Le collège avait appelé les médiateurs de la commune qui on suivi du collège a chez moi (ils ne sont pas intervenus tout de suite ont laissé faire) les médiateurs d'après ma voisine on parler a la police, ont pris le nom de mon fils et de l'autre gamin et sont parti un des médiateur et venu voir mon fils qui était deja rentrer chez moi et l'autre a raccompagner l'autre gamin chez lui.

Il y avait tout le collège en bas de chez moi en train de filmer la bagarre (a l'extérieur du collège jusqu'a chez moi) pour les videos qui ont été faites j'en est parler au collège (ont dit qu'ils allaient faire un cours que s'était illégale de filmer) mais j'aimerai savoir si la police peu intervenir pour ses vidéos ?

Je n'ai pas porté plainte contre l'autre gamin et je ne sais pas si les parents le l'autre gamin ont porté plainte.

merci pour votre reponse

 

---------- Message ajouté à 21h53 ---------- Précédent message à 21h45 ----------

 

j'avais oublié il n'a jamais eu d'autre problème au collège, mon fils et calme et asser timide

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est important que votre fils puisse exposer au principal comment se sont passées les choses et le fait qu'à son avis aucun adulte n'ait été à son écoute..

Grandir c'est savoir trouver de l'aide quand on en a besoin.

Vous avez la possibilité d'en parler aussi avec l'équipe du collège ( vie scolaire, principal ou principal adjoint, prof principal) surtout que votre fils n'a jamais été un "élément perturbateur"ou agressif jusque là.

Pensez également à l'infirmier (ère) qui peut relayer la parole de votre fils.

C'est dans l'intérêt de tous au collège de tirer les leçons de ce qui est arrivé.

 

Vous avez été entendus à propos des films pris avec les téléphones portables puisque des interventions vont être programmées pour rappel de la loi.

Donc la communication existe..

 

Il y aussi comme vous le conseillait une autre intervenante, les associations de parents d'élèves ( vous appartenez peut être à l'une d'elles?)

Contactez le parent réferent de la classe pour avoir son sentiment sur l'ambiance de la classe.

 

Si les vidéo circulent, cela devient une infraction punie par la loi ("happy slapping") Porter plainte contre X ?? Qu'en pensent les autres intervenants?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Isolde, votre intervention est pleine de bon sens.

 

L'enfant de Babou aura, si j'ai bien compris , un rapport, c'est à dire que l'affaire sera notée sur une feuille volante qui sera glissée dans le dossier suspendu de votre fils, c'est à dire archivé pendant un an.

Puis mis à la poubelle.

Et alors????

Ce n'est pas une sanction......

Et il n'y aura pas de suite, n'étant pas récidiviste.

 

Le collège agit bien: il a ici un moyen de faire un peu peur aux collègiens qui croient en une mise sous surveillance, à un sursis......

Tant mieux si ça peut calmer certains, mais on ne peut faire deux poids deux mesures....

 

N'ayez crainte, et calmez vous.

 

Vous vous sentez agressée en qualité de parent parce qu'on touche à votre fils, mais lui comment le vit-il?

 

 

Autre chose: moi je prendrais contact avec les parents adverses 'pas adversaires) pour "faire la paix".

Et ensuite une rencontre entre les enfants sans réactions d'adultes.

 

Cordialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'arrive un peu tard, mais bon...

 

Déjà, ce n'est pas parce qu'un élève à l'impression que les adultes ne font rien que c'est bien le cas : un rapport peut avoir été fait par mes collègues.

 

Ensuite, il serait peut être judicieux de prendre contact avec le chef d'établissement, pour discuter CALMEMENT avec lui de ce qui s'est passé, des témoignages que vous avez eu, de ce dont vous êtes sûre (les vidéos qui circulent, etc), et du ressenti de votre enfant.

Le Principal est peut être en train de faire une enquête pour savoir ce qui s'est passé précisément.

 

Enfin, un rapport est avant tout un papier disant qu'il y a eu un soucis avec tel ou tel élève. Il peut très bien en mentionner plusieurs, entre les agresseurs et les victimes. Et ce n'est qu'un papier. Même si c'est votre enfant qui est mis en cause, le rapport est isolé, son importance pour l'orientation aura... le poids d'une feuille de papier !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ensuite, il serait peut être judicieux de prendre contact avec le chef d'établissement, pour discuter CALMEMENT avec lui de ce qui s'est passé, des témoignages que vous avez eu, de ce dont vous êtes sûre (les vidéos qui circulent, etc), et du ressenti de votre enfant.

 

Enfin, un rapport est avant tout un papier disant qu'il y a eu un soucis avec tel ou tel élève. Il peut très bien en mentionner plusieurs, entre les agresseurs et les victimes. Et ce n'est qu'un papier. Même si c'est votre enfant qui est mis en cause, le rapport est isolé, son importance pour l'orientation aura... le poids d'une feuille de papier !

 

Tout à fait.

Donc pas d'affolement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Comme nous sommes sur un forum juridique, je voudrais juste préciser que les sanctions sont encadrées par le Règlement Intérieur de l’Etablissement, ce Règlement étant lui-même encadré par la loi.

 

Ces sanctions doivent être prises dans le respect des principes généraux du droit :

 

-Légalité

-Respect du contradictoire

-Proportionnalité

 

J’ai le sentiment que ces règles ne sont pas toujours respectées au sein des Ets scolaires, pour avoir vu notamment des avertissements ou des blâmes qui sont des sanctions disciplinaires, infligés par le Conseil de classe qui n’a aucune qualité pour en décider, ces mesures relevant de la procédure disciplinaire prévue par les textes, et comme telles soit elles relèvent de la compétence du Chef d’Etablissement, soit elles relèvent du Conseil de Discipline.

 

Lorsque la sanction est prise (en toute illégalité et sans le respect du contradictoire) par le conseil de classe, celle-ci demeure à vie sur le bulletin scolaire délivré à l’élève.

 

Lorsqu’elle est prise dans le respect de la procédure, elle est inscrite au dossier de l’élève et effacée au bout d’un an (pas sûre du délai, je n’ai pas pris le temps de vérifier le texte).

 

Quoiqu’on en pense, s’il y a un lieu où le droit n’est pas toujours respecté, c’est bien l’Ecole, par méconnaissance des textes, par une confusion entre éducation et sanction. Il y a la violence à l’école mais il y a aussi la violence de l’école (La violence de l’école : il y a quelques ouvrages sur le sujet et notamment celui de Bernard Defrance, professeur de philosophie).

La France a signé la Convention Internationale des Droits de l’Enfant pourtant ses propres textes en la matière scolaire ne sont pas ou mal appliqués.

 

Pour nous les adultes, on clame « respect du contradictoire » et ce simple principe tout le monde a l’air de trouver normal qu’il ne soit pas appliqué à nos enfants.

 

Que dirions-nous si en plus, des sanctions nous étaient appliquées à nous adultes, sans le respect d’un texte de loi ?

 

Pour ceux qui veulent aller plus loin, un lien qui vous donnera les références des textes applicables en matière de Droit Scolaire :

http://cpe.paris.iufm.fr/spip.php?article58

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mon fils a été agressé dans son internat il y a trois semaines, plainte, constatations médicales au CMJ avec deux jours d'ITT !!!!

 

Vous me croirez si vous voulez, mais après dix jours d'absences, l'agresseur est revenu à l'internat avant hier, et mon fils se retrouve isolé seul dans sa chambre de deux, et se fait traiter de "balance". L'agresseur n'a eu aucune sanction !

 

Je ne décolère pas, et je ne sais pas comment le protéger ! J'en suis malade ! :mad::mad::mad:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suppose que vous avez porté plainte contre l'agresseur. Il me semble dans ce cas que la marge de manoeuvre de l'établissement est restreinte quant à une sanction, jusqu'à décision de la juridiction (il y a quelque chose là-dessus dans les textes mais ils sont tellement nombreux...).

 

En tout état de cause, le chef d'établissement doit veiller à la sécurité de votre fils.

 

Il faut absolument que vous le rencontriez, votre fils ne peut pas rester comme ça, à vivre et étudier dans ce climat. C'est inadmissible.

 

3.2 Articulation entre procédures disciplinaires et poursuites pénales :

 

Ces procédures sont indépendantes et une sanction disciplinaire peut être infligée à un élève sans attendre l’issue des poursuites pénales, dès lors que les faits ainsi que leur imputabilité à l’élève en cause sont établis. L’article 9 du décret du 18 décembre 1985 a été modifié pour ne plus rendre automatique la suspension de la procédure disciplinaire en cas de contestation sur la matérialité des faits reprochés ou sur leur imputation. Ce n’est qu’en cas de contestation sérieuse sur ces points que le chef d’établissement peut reporter la procédure disciplinaire à l’échéance des poursuites pénales. Il peut donc, le cas échéant, estimer que la contestation notamment de l’élève ou de ses représentants légaux n’est pas fondée et, sans attendre l’issue des poursuites pénales, engager des poursuites disciplinaires.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, ce qui a été écrit par les 2 derniers intervenants prouve bien combien il est important pour babou de s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le collège.

Le rôle du principal est de tirer les choses au clair, d'écouter et d'entendre ce que chaque élève et sa famille a à dire par rapport aux faits, à leur déroulement et au ressenti des 2 jeunes concernés.

Pour le moment, si j'ai bien compris il apparaît que le fils de Babou s'est battu à l'extérieur de l'établissement après avoir proféré des menaces de "mort" vis à vis de l'autre élève.

Aucun fait violent ne s'est déroulé entre les murs du collège : ils y ont été initiés et cela change la donne et les conséquences éventuelles.

Reste que ce climat de haine doit être traité le plus vite et le mieux possible pour ne pas pourrir le reste de l'année scolaire.

Ce jeune doit retourner en cours jusqu'en juin 2010...

Les adultes doivent faire leur "travail" d'adultes référents et responsables en aidant ces 2 jeunes à s'expliquer pour éviter que la situation de conflit ne s'installe dans la durée et ne s'aggrave.

 

Babou explique aussi que les adultes présents n'ont semble-t-il pas réagi quand les 2 jeunes se sont agressés pendant ou à la fin du cours.

Dans l'intérêt de son fils, il est indispensable que sa version soit entendue et qu'il puisse dire qu'il a le sentiment d'avoir été laissé seul face à cette situation, de n'avoir pas trouvé les appuis ou la médiation qu'il est en droit d'attendre des adultes de l'établissement qui sont responsables, entre autre, de la discipline pendant le temps scolaire.

Le principal doit entendre les 2 jeunes et leurs parents, il doit justifier les éventuelles mesures qu'il entend prendre à la suite de cet incident.

Et les personnes mises en cause doivent pouvoir argumenter.

Nous n'en sommes pas à l'étape de la sanction, de la commission disciplinaire ou pire du conseil de discipline.

Mais sans volonté de dialogue dans le calme et le respect des droits et devoirs de chacun, cela risque de ne pas servir à grand chose.

Il existe malheureusement partout des exemples de dysfonctionnement à l'Ecole comme dans le reste de la société civile.

Ce n'est pas une raison pour ne pas demander à ce que le problème soit réglé dans le respect des droits et des personnes.

 

---------- Message ajouté à 18h31 ---------- Précédent message à 18h26 ----------

 

Pendant que j'écrivais mon post, un autre message a été envoyé.

Mon post vaut donc pour les 3 derniers intervenants désormais!;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Comme nous sommes sur un forum juridique, je voudrais juste préciser que les sanctions sont encadrées par le Règlement Intérieur de l’Etablissement, ce Règlement étant lui-même encadré par la loi.

 

Ces sanctions doivent être prises dans le respect des principes généraux du droit :

 

-Légalité

-Respect du contradictoire

-Proportionnalité

 

J’ai le sentiment que ces règles ne sont pas toujours respectées au sein des Ets scolaires, pour avoir vu notamment des avertissements ou des blâmes qui sont des sanctions disciplinaires, infligés par le Conseil de classe qui n’a aucune qualité pour en décider, ces mesures relevant de la procédure disciplinaire prévue par les textes, et comme telles soit elles relèvent de la compétence du Chef d’Etablissement, soit elles relèvent du Conseil de Discipline.

 

Lorsque la sanction est prise (en toute illégalité et sans le respect du contradictoire) par le conseil de classe, celle-ci demeure à vie sur le bulletin scolaire délivré à l’élève.

 

Lorsqu’elle est prise dans le respect de la procédure, elle est inscrite au dossier de l’élève et effacée au bout d’un an (pas sûre du délai, je n’ai pas pris le temps de vérifier le texte).

 

Quoiqu’on en pense, s’il y a un lieu où le droit n’est pas toujours respecté, c’est bien l’Ecole, par méconnaissance des textes, par une confusion entre éducation et sanction. Il y a la violence à l’école mais il y a aussi la violence de l’école (La violence de l’école : il y a quelques ouvrages sur le sujet et notamment celui de Bernard Defrance, professeur de philosophie).

La France a signé la Convention Internationale des Droits de l’Enfant pourtant ses propres textes en la matière scolaire ne sont pas ou mal appliqués.

 

Pour nous les adultes, on clame « respect du contradictoire » et ce simple principe tout le monde a l’air de trouver normal qu’il ne soit pas appliqué à nos enfants.

 

Que dirions-nous si en plus, des sanctions nous étaient appliquées à nous adultes, sans le respect d’un texte de loi ?

 

Pour ceux qui veulent aller plus loin, un lien qui vous donnera les références des textes applicables en matière de Droit Scolaire :

http://cpe.paris.iufm.fr/spip.php?article58

 

 

merci Karamelle pour ton lien il m'est bien utile car j'ai trouver ca en fouillant un peu

La conduite à tenir en cas d’incident aux entrées et aux sorties

Bien que la protection des abords de l’établissement relève de la responsabilité des services de police et

du maire de la commune, le chef d’établissement peut être amené à intervenir, en cas d’incident grave

devant l’établissement. Aussi le règlement intérieur peut-il prévoir des modalités particulières concernant

les entrées et les sorties de l’établissement

et il n'y a rien dans le reglement du college qu'il sont responsable des abords du college

merci encore

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout en gardant à l'esprit les conseils donnés par Isolde pour parvenir à une solution garantissant les intérêts de tous dans un climat d'apaisement, si par impossible une sanction était prise, il faudrait alors que le chef d'établissement justifie que celle-ci s'inscrit dans les règles édictées par le règlement intérieur.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, ce qui a été écrit par les 2 derniers intervenants prouve bien combien il est important pour babou de s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le collège.

Le rôle du principal est de tirer les choses au clair, d'écouter et d'entendre ce que chaque élève et sa famille a à dire par rapport aux faits, à leur déroulement et au ressenti des 2 jeunes concernés.

Pour le moment, si j'ai bien compris il apparaît que le fils de Babou s'est battu à l'extérieur de l'établissement après avoir proféré des menaces de "mort" vis à vis de l'autre élève.

Aucun fait violent ne s'est déroulé entre les murs du collège : ils y ont été initiés et cela change la donne et les conséquences éventuelles.

Reste que ce climat de haine doit être traité le plus vite et le mieux possible pour ne pas pourrir le reste de l'année scolaire.

Ce jeune doit retourner en cours jusqu'en juin 2010...

Les adultes doivent faire leur "travail" d'adultes référents et responsables en aidant ces 2 jeunes à s'expliquer pour éviter que la situation de conflit ne s'installe dans la durée et ne s'aggrave.

 

Babou explique aussi que les adultes présents n'ont semble-t-il pas réagi quand les 2 jeunes se sont agressés pendant ou à la fin du cours.

Dans l'intérêt de son fils, il est indispensable que sa version soit entendue et qu'il puisse dire qu'il a le sentiment d'avoir été laissé seul face à cette situation, de n'avoir pas trouvé les appuis ou la médiation qu'il est en droit d'attendre des adultes de l'établissement qui sont responsables, entre autre, de la discipline pendant le temps scolaire.

Le principal doit entendre les 2 jeunes et leurs parents, il doit justifier les éventuelles mesures qu'il entend prendre à la suite de cet incident.

Et les personnes mises en cause doivent pouvoir argumenter.

Nous n'en sommes pas à l'étape de la sanction, de la commission disciplinaire ou pire du conseil de discipline.

Mais sans volonté de dialogue dans le calme et le respect des droits et devoirs de chacun, cela risque de ne pas servir à grand chose.

Il existe malheureusement partout des exemples de dysfonctionnement à l'Ecole comme dans le reste de la société civile.

Ce n'est pas une raison pour ne pas demander à ce que le problème soit réglé dans le respect des droits et des personnes.

 

---------- Message ajouté à 18h31 ---------- Précédent message à 18h26 ----------

 

Pendant que j'écrivais mon post, un autre message a été envoyé.

Mon post vaut donc pour les 3 derniers intervenants désormais!;)

 

 

Merci aussi Isolde, car des réponses mon un peu calmer

oui la ou le collège de mon fils aurai du ce mele au conflit c'était a l'intérieur du collège ;

mon fils ma répéter les paroles que le professeur du dernier cours a eu ça ma souffler alors il a dit quand la camarade de classe a dit au professeur qu'ils allaient se battre : de toute façon Kevin (c'est mon fils) va mettre deux steaks a a.... (l'autre garçon) et il va le coucher par terre (tout en riant) ils sont bien les professeurs dans le collège de mon fils

 

la principale du collège voulait me voir demain en rendez-vous, mais je travaille je ne peut m'absenter donc c'est parti remise je vais lui téléphoner la semaine prochaine, mais j'ai bien peur de ne pas pouvoir la rencontrer, car mes horaires de travail sont surchargés

merci encore

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Karamelle, depuis quand n'avez vous plus mis les pieds dans un collège ?

 

Cela fait des années que les avertissements et blâmes pris en Conseil de Classe sont mentionnés SUR UNE FEUILLE A PART et non plus sur le bulletin lui même. Ils disparaissent donc aussi au bout d'un an.

Et le règlement intérieur prévoit bien qu'on peut les mettre. Après tout, si on peut récompenser les bons élèves par une récompense (encouragement ou félicitations) qui eux RESTENT A VIE sur les bulletins, il est normal qu'il y ait en contrepartie la possibilité de sanctionner les élèves qui n'ont pas travaillé ou qui ont perturbé la classe tout au long du trimestre.

 

De plus, les élèves sont défendus par leurs délégués et par les délégués des parents, sans compter l'Assistante Sociale qui peut venir y siéger si elle estime que le dossier le mérite.

 

Pour ce qui est de la réflexion malheureuse de mon collègue, il a peut être voulu dédramatiser la situation en faisant remarquer à l'agresseur que les forces n'étaient pas en sa faveur. Pris en boutade par l'agresseur, cela aurait évité tout ces ennuis.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il faut que vous parveniez à trouver du temps pour rencontrer la principale comme elle vous y invite.

Ce n'est, certes, pas facile quand on a des horaires de travail exigeants mais c'est primordial.

Demandez lui une convocation "officielle" sans précision du motif mais avec papier à en-tête du collège à présenter comme justificatif à votre employeur afin de dégager un créneau horaire compatible avec votre organisation de travail ( en tenant compte du temps de trajet ).

Bonne fin de journée.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Elfy
      [Bonjour,]
      le long de mon terrain il y a un chemin de Carrère emprunter par le propriétaire du terrain au dessus, la mairie m'a que j'en avez la jouissance, ok cela consiste en quoi la jouissance. Autre chose qui doit entretenir ce chemin de Carrère. De grand arbres qu'il faudrait peut être tailler. Merci de votre éclaircissement 
      [Merci de votre aide]
    • Par Logik
      Bonjour,moi j'ai aussi un phobie sociale qui me tétanise au moment de l'examen et je perd tout mes moyens du coup j'ai passé 8 fois en 20 ans pas moyen de l'avoir et surtout que mes 2 passages ya quelques mois de ça,attention je conduis une voiture sans permis depuis plus de 8 ans et jamais eu d'accident!vous vous imaginez bien que si j'arrive a conduire une voiture sans permis je suis bien capable aussi de conduire une voiture normale?en sachant bien que j'ai fait plus de 500 heures de conduite avec les autos ecole pendant 20ans!nous sommes des friandises pour les autos ecole,ils adorent dépouiller des personnes comme nous!quand je vois des personnes âgées et handicapés conduir j'ai honte de moi! j'estime qu"ont devrait trouver une solution pour les gens qui ont des phobies qui les empêche leurs passage des examens de conduite,il suffit de voir des vidéos sur les phobies sociales pour comprendre!j'ai dépenser quand même plus de dix mille euros,les autos ecole devrait savoir et en parler aux inspecteurs concernant les élèves qui ont des problèmes de phobie,il faut absolument trouver une solution pour les jeunes qui auront les mêmes problèmes dans l'avenir,même dans les écoles college ils devraient s'occuper des jeunes qui ont se problème pour les aider à lutter contre leurs phobies 
    • Par yaan
      Bonjour , 
      Pourriez vous aider   concernant la nationalité .   
       
      j'ai reçu un refu  pour mes parents  qui sont refugié. entré en france à lage de retraite. epuis j'ai fait un recours herarchique  et j'ai reçu une decison de d'ajournement  
      je  suis nationalité française.
      est ce qu'il est mieux de contester cette decison  devant le trinual administratif ou attendre  2 ans .
       
       
       
       
    • Par Plaquette
      Bonjour j ai une question s il vous plait.Mon enfant a assisté a une bagarre entre 2 eleves dans un parc a proximite du college.Il a voulu separer la bagarre quand un des eleves a eu mal et a commencé a crier.L autre eleve a continuer a donner des coups et mon fils a mi une tarte pour le calmer.Consequence mon enfant et l eleve qui a ramasser le plus de coups sont mis en mesure conservatoire jusqu a decision du college et l eleve qui a mi le + de coups n a aucune sanction.Le college a t il le droit de mettre des sanctions pour une bagarre qui s est passé en dehors du college.
    • Par Masiero
      Bonjour
      Le vigile de service d'une ambassade à Paris est-il légitime et fondé à m'interdire, depuis la rue, de photographie le bas relief qui figure sur la façade de l'ambassade, donc à l'extérieur des murs de celle-ci, œuvre qu'on peut même toucher depuis le trottoir ?
      Je soutiens que je suis encore en France dans la rue qui passe devant cette ambassade et que ce bas relief aussi car il n'est pas à l'intérieur de l'ambassade mais à l'extérieur de celle-ci, le mur de ce bâtiment étant limitrophe du trottoir de cette rue, le vigil m'ayant soutenu pour sa part que le territoire de cette ambassade commence en fait aux barrières de sécurité posées devant la bâtiment, et pas à la porte de celui-ci.
      Je passe les problématiques de droits d'auteurs et autres, sur ce sujet précis. 
      En d'autres termes et pour reformuler :  A/ ce bas-relief est il en France Oui ou Non, au-delà de cela B/ qu'est-ce qui pourrait m'interdire de le photographier depuis la rue, à 5 ou 6 mètres de celui-ci si je garde cette photo privée ?
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...