Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

agent immobilier


Marine2009

Messages recommandés

Bonjour,

 

Nous avons du quitter notre région, et avons confié la mise en vente de notre appartement à un agent immobilier (mandat simple de vente "sans exclusivité"), nous laissant ainsi la faculté de notre coté, de mettre une annonce [..support de vente ...], pour trouver également acquéreur.

 

L'agent immobilier n'a toujours pas vendu, et après plusieurs relances sur ce qu'il en était, nous a simplement indiqué qu'il avait effectué une vingtaine de visites.

 

Son manque de réactivité nous a conduit, entre-temps, à mettre une annonce personnelle dans [...], ce qui nous a permis d'avoir des contacts personnels, de différentes personnes de la région, potentiellement intéressées par l'appartement.

 

Suite à cela, par souci de transparence et nos obligations vis-à-vis de cet Agent, nous lui avons demandé l'identité des personnes auxquelles il a fait faire la visite car nous ne souhaiterions pas nous trouver dans l'embarras avec des personnes qui auraient d'abord visité l'appartement via cette agence, et qu'ensuite ces mêmes personnes nous contactent afin de s'épargner la commission d'Agence.

 

Car dans ce cas, nous devons être prudents pour ne pas nous trouver confrontés à cela, et serions tenus, ce qui est normal, de devoir payer la commission à l'agence si elle a fait visiter l'appartement.

 

Nous l'avons expliqué à l'Agence. Mais à notre grande surprise, l'agence nous a fait sa réponse par email, qu'elle refuse de nous donner l'identité des personnes auxquelles elle a fait visiter, prétextant qu'il s'agit des clients de son agence, et que ce fichier est privé.

 

Nous sommes ennuyés : comment faire pour ne pas nous trouver dans une position délicate, avec des visiteurs qui ne se vanteraient pas d'avoir déjà visité via l'agence, et confronté aux problèmes qui en découleraient, alors que l'agent immobilier lui-même refuse de nous indiquer le nom des personnes ayant déjà visité, ce qui nous permettrait de ne pas donner suite si elles ont visité par l'agence.

 

Il est évident que nous ne nous servirions pas de sa liste, ce qui ne serait que générateur de problème !

 

Ma question :

 

- l'agent immobilier, s'il a réellement fait visiter l'appartement, doit-il ou non rendre compte au vendeur qui l'a mandaté, de l'identité des visiteurs ?

 

car si l'agence a fait visiter, et que nous trouvons normal qu'elle ait sa commission, mais que d'un coté, elle refuse de nous indiquer "à qui", et que de l'autre coté, nous soyons contacté par un potentiel acquéreur qui aurait visité via l'agence, et ensuite contournerait l'agence (à cause des frais), ce qui nous mettrait en porte à faux et que nous refusons, bref : que faire ?

 

Est-ce que de refus de la part de l'agence de nous communiquer l'identité des visiteurs nous dédouane de toute obligation envers elle ?

 

est-ce qu'à chaque contact, nous sommes, nous, vendeurs, tenus d'informer et rendre compte à l'agence de nos contacts personnels, alors qu'elle se refuse de nous communiquer les siens ?

 

Nous avons un peu l'impression d'être pris en otage par cette agence qui n'a aucune exclusivité, et craignons de nous engager avec un potentiel acheteur, reniflant qu'il peut y avoir une situation délicate à la clef.....

 

merci de vos conseils.

 

Nous tenons à préciser que nous souhaitons oeuvrer dans la transparence et l'équité, sans se faire manipuler cependant par cette agence qui fait de la rétention d'information, ou un acquéreur qui nous dissimule avoir visité avec l'agence, et que ce soit au final, nous qui soyons dans de gros soucis...

 

merci

 

marine

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 3
  • Création
  • Dernière réponse
Bonjour,

 

Nous avons du quitter notre région, et avons confié la mise en vente de notre appartement à un agent immobilier (mandat simple de vente "sans exclusivité"), nous laissant ainsi la faculté de notre coté, de mettre une annonce de [...], pour trouver également acquéreur.

 

L'agent immobilier n'a toujours pas vendu, et après plusieurs relances sur ce qu'il en était, nous a simplement indiqué qu'il avait effectué une vingtaine de visites.

 

Son manque de réactivité nous a conduit, entre-temps, à mettre une annonce personnelle de [.....], ce qui nous a permis d'avoir des contacts personnels, de différentes personnes de la région, potentiellement intéressées par l'appartement.

 

Suite à cela, par souci de transparence et nos obligations vis-à-vis de cet Agent, nous lui avons demandé l'identité des personnes auxquelles il a fait faire la visite car nous ne souhaiterions pas nous trouver dans l'embarras avec des personnes qui auraient d'abord visité l'appartement via cette agence, et qu'ensuite ces mêmes personnes nous contactent afin de s'épargner la commission d'Agence.

 

Car dans ce cas, nous devons être prudents pour ne pas nous trouver confrontés à cela, et serions tenus, ce qui est normal, de devoir payer la commission à l'agence si elle a fait visiter l'appartement.

 

Nous l'avons expliqué à l'Agence. Mais à notre grande surprise, l'agence nous a fait sa réponse par email, qu'elle refuse de nous donner l'identité des personnes auxquelles elle a fait visiter, prétextant qu'il s'agit des clients de son agence, et que ce fichier est privé.

 

Nous sommes ennuyés : comment faire pour ne pas nous trouver dans une position délicate, avec des visiteurs qui ne se vanteraient pas d'avoir déjà visité via l'agence, et confronté aux problèmes qui en découleraient, alors que l'agent immobilier lui-même refuse de nous indiquer le nom des personnes ayant déjà visité, ce qui nous permettrait de ne pas donner suite si elles ont visité par l'agence.

 

Il est évident que nous ne nous servirions pas de sa liste, ce qui ne serait que générateur de problème !

 

Ma question :

 

- l'agent immobilier, s'il a réellement fait visiter l'appartement, doit-il ou non rendre compte au vendeur qui l'a mandaté, de l'identité des visiteurs ?

 

car si l'agence a fait visiter, et que nous trouvons normal qu'elle ait sa commission, mais que d'un coté, elle refuse de nous indiquer "à qui", et que de l'autre coté, nous soyons contacté par un potentiel acquéreur qui aurait visité via l'agence, et ensuite contournerait l'agence (à cause des frais), ce qui nous mettrait en porte à faux et que nous refusons, bref : que faire ?

 

Est-ce que de refus de la part de l'agence de nous communiquer l'identité des visiteurs nous dédouane de toute obligation envers elle ?

 

est-ce qu'à chaque contact, nous sommes, nous, vendeurs, tenus d'informer et rendre compte à l'agence de nos contacts personnels, alors qu'elle se refuse de nous communiquer les siens ?

 

Nous avons un peu l'impression d'être pris en otage par cette agence qui n'a aucune exclusivité, et craignons de nous engager avec un potentiel acheteur, reniflant qu'il peut y avoir une situation délicate à la clef.....

 

merci de vos conseils.

 

Nous tenons à préciser que nous souhaitons oeuvrer dans la transparence et l'équité, sans se faire manipuler cependant par cette agence qui fait de la rétention d'information, ou un acquéreur qui nous dissimule avoir visité avec l'agence, et que ce soit au final, nous qui soyons dans de gros soucis...

 

merci

 

marine

Bonjour, L'agence tient et fait signé un registre ou bon de visite à ses clients qui visite votre bien (preuve de visite). Si la personne vient après chez vous pour acheter votre bien pour éviter les frais d'agence se n'est pas vous la responsable L'agence se retournera contre les acheteurs. (vous devez fournir à L'Agence en cas de promesse de vente le Nom de l'acheteur) Par contre je comprends pas pourquoi l'agence ne veut pas vous donnez un exemplaire des visites de toute maniere il est couvert par le bon de visite du client?? peut-être que l'agence n'a effectué aucune visite sur votre bien et trouve une raison bidon pour ne pas vous donnez une copie des bons de visite.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une bonne agence fait spontanément un rapport sur les visites effectuées,fait remonter l'information quant aux remarques des visiteurs, afin que vous puissiez juger de l'impact de celui-ci et de ce qui pourrait bloquer les acheteurs. Si d'une manière récurrente il est dit qu'il manque un coup de peinture quelque part ou que le prix demandé est considéré comme trop haut, c'est le minimum que de vous prévenir. Elle devrait aussi vous informer des moyens mis en œuvre pour réaliser la vente, nombre d'annonces, dans quelles parutions etc..

 

Une réponse aussi vague sur votre question, légitime, quant au nombre de visites n'est pas bon signe. Il n'est peut-être pas obligé de vous dire le nom mais il doit vous rendre compte sur ces acheteurs potentiels, leur situation de famille et matérielle, autant d'éléments qui vous permettent de juger que les visites sont correctement ciblées et que votre maison n'est pas utilisée comme faire-valoir pour un autre bien, en bref qu'il remplit bien sa mission.

 

Le plus simple si vous doutez, dénoncez ce mandat selon modalité du contrat, tentez votre démarche personnelle. Il sera toujours temps de remettre en vente dans une agence choisie pour son ancienneté, sa compétence et son sérieux, si vous n'avez pas trouvé en direct.

 

La moitié des transactions se font de particulier à particulier, cela laisse quand même de bonnes chances, surtout si le rapport qualité/ prix est bien dans le prix du marché.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Steph et Gennaker

 

Merci pour vos réponses.

 

Dans le mandat simple de vente, nous avons voulu faire préciser :

 

- prix net vendeur (avec un prix plancher),

- sur lequel est calculé la commission de l'agence (qu'elle a établie), à l'entière charge de l'acquéreur.

 

L'agence ne semblait pas ravie de ce mode de calcul, car elle avait insisté pour que l'on mette un global, sur lequel elle calculait son % (donc, frais charge vendeur).

 

Nous avions refusé, car cela faisait "grossir" les frais pour l'acquéreur, et qu'il aurait payé les frais d'enregistrement, y compris sur les frais de l'agence. Donc c'était pour favoriser l'acquéreur, et par ce fait, faciliter la vente aussi.

 

L'agence met le bien sur son site internet à un prix supérieur à celui du Net vendeur défini + commission agence charge acquéreur.

 

Nous ne somme pas satisfaits de cela, car le prix "public" sur Internet nous semble élevé, et pensons que cela réduit les possibilités de vendre le plus rapidement possible. D'autre part, maintenant, cet agent immobilier nous a fait seulement 2 propositions, mais bien de dessous du prix net vendeur plancher initialement convenu, arguant multiples critiques sur le bien qu'il a pourtant visité et lui-même estimé. Justifiant que son estimation faite il y a six mois, n'est plus d'actualité. Le prix plancher net vendeur se situe pourtant bien en dessous de son estimation.

 

Nous sommes très conrariés. N'étant plus sur la région, la distance géographique nous pose problème de devoir prendre contact ailleurs et changer d'agence, de devoir en contacter d'autres que nous ne connaissons pas...

 

Nous ne sommes pas du tout satisfaits des services de cette agence. Rien n'est limpide.

 

Y a-t-il un moyen pour la contraindre de nous rendre compte des visites effectuées, ne serait-ce que pour voir si elle fait réellement visiter ? car nous avons la curieuse impression qu'elle met "cher" sur Internet, mais par contre, qu'elle tente de faire une affaire sur notre dos en disant aujourd'hui que le produit à tous les défauts de la terre.... alors que c'est un appartement sans être chauvins, qui est correct en parfait état, et situé dans un quartier agréable. La preuve, nous l'avons habité durant de nombreuses années, et nous en étions satisfaits.

 

Nous voulons vendre. A un prix raisonnable.

L'agent ne semble pas faire son travail dans le sens de nos intérêts, en ne faisant que critiquer le bien maintenant, et avons le doute que ce soit pour en faire profiter un proche, ami ou lui-même en faisant baisser (mais pas sur Internet....) et faire une bonne petite affaire.

 

Nous lui avons indiqué que nous souhaitions baisser notre prix net vendeur plancher, en lui indiquant le montant. Rien sur son site n'a été modifié. A ce prix, il est évident que les acquéreurs qui ont un budget serré, ne s'intéresseront pas au bien.

 

Merci de nous conseiller, sur la marche à suivre pour qu'il remplisse correctement sa mission, quel sont ses droits, et surtout ses obligations, car nous sommes craintifs de nous engager avec une personne qui aurait visité l'appartement par son intermédiaire, qui s'adresse maintenant à nous en direct mais ne nous indique pas qu'elle a visité avant via l'agence, nous, en proposant à un prix inférieur, et que l'agence se targue qu'elle aurait pu vendre à pareilles conditions, donc qu'on la court-circuitée, et réclame une commission /indemnisation.

 

Que faire ? nous nous sentons ligotés, inquiets, et en terrain "miné".

 

Merci de votre aide.

 

Marine

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Mimatile
      Bonjour,
      J'ai acheté [un bien immobilier][il n'y a pas si longtems]. Lors des visites nous avons vu des fissures intérieures et des fissures sur la façade arrières rebouchèes et une fissure horizontale en bas de la maison. Au vu des fissures lagance immobilière à fait venir l APAVE, qui a déclaré que les fissures arrières étaient en lien avec un ancien tassement de terrain mais que les fissures étaient passives étant donné que le ravalement de façade datè d'au moins 15ans et que les fissures intérieurs ne touchaient que le plâtre, en gros la structure de la maison n'était pas touchée. Nous avons donc fait confiance à l APAVE, à l'agence immobilière et au vendeur. Lors de la rénovation nous avons découvert une énorme fissure dans l'angle d'un mur comme si celui ci c'était décroché. Fissure invisible sans enlever le papier peint, le papier peint était ancien. Nous avons vérifier que la fissure n'était pas évolutive et nous l avons réparer avec des agraphes sous le conseil du maçon de l'entreprise de rénovation.
      Voilà nous nous sommes rendus compte que le sol de la maison n'était pas droit mais à ont mis ça sur l'ancien tassement de terrain.
      Seulement voilà, je viens dapprendre que la fameuse fissure horizontale en bas de la maison n'était pas la lorsque l APAVE est passé, cette fissure est arrivée après ! J'ai acheté la maison [il y a qques années], L'APAVE était passé[un an avant],pire en enlevant quelques plantes devant ma façade avant je viens de découvrir une fissure horizontale en bas de la maison très importante...
       
      Je suis désemparée, que puis je faire ?
    • Par enikay
      Bonjour,
       Existe pas d'organisation pour porter garent ?
      merci de  votre éponce d'avance .
    • Par anonyme2
      Mlle C. m’a loué un studio qui s’est révélé insalubre et refuse de me rendre ma caution malgré les deux mois légaux écoulés.
      Ayant obtenu un CDD de 2 mois, le 3 janvier 2011, je devais commencer le 11 janvier 2011 à [ville]. J’ai trouvé la location de Mlle C. sur internet, indiquant que la location pouvait se faire au mois, idéale dans ma situation.
      J’ai donc visité le dit studio le samedi 8 janvier 2011. Il était encore en travaux mais Mlle C. s’est engagée à finir les travaux pour le lundi 10 janvier 2011. J’ai donc consenti à la location le jour même. Or le samedi 8 janvier 2011, Mlle C. a exigé deux chèques de caution, correspondant à deux mois de loyer AVEC les charges, soit deux chèques de 650 euros, ainsi que le loyer pour le mois de janvier, sinon elle ne me louait pas le studio. Du fait de l’urgence de la date de mon début de contrat, je lui ai fourni les trois chèques. Elle m’a aussi fait signer un contrat de location en trois exemplaires mais qu’elle n’a pas signé.
      J’emménage et acquière les clefs le lundi 10 janvier 2011 au soir mais les travaux ne sont pas finis comme promis. Je lui demande de bien vouloir remplir l’état des lieux ainsi que de signer mon contrat de location et ma demande d’APL, mais elle préfère reporter à plus tard.
      Le jeudi 13 janvier 2011, Mlle C. encaisse mon loyer de janvier ainsi qu’un des deux chèques de caution.
       
      Aux fils des jours, je constate l’insalubrité du lieu : les travaux de tapisseries prévus ne sont pas effectués mais remplacés par de la peinture et je dors dans de très fortes odeurs incommodantes qui m’irritent les yeux. Suite à l’utilisation de l’eau, de nauséabondes odeurs d’égouts remontent la nuit dans ma salle de bain. Le chauffage ne fonctionne quasiment pas. Le matelas du clic clac est inconfortable m’empêchant de dormir et il n’y a plus d’eau chaude quand tous les locataires sont présents. La robinetterie est entartrée au maximum, et il y a des insectes morts qui jonchent le sol en permanence.
       
      Par conséquent, j’ai sollicité un entretien avec Mlle C. afin de remplir les papiers et lui signaler l’insalubrité de mon logement, par mail le 17 janvier 2011 .
      Je rencontre Mlle C. le mercredi 26 janvier 2011 où je lui expose les faits et où je lui explique que je ne peux pas rester dans ce studio pour les raisons citées ci-dessus mais aussi pour des raisons financières. Mlle C. m’explique qu’elle comprend très bien ma situation et accepte de me faire visiter, le lendemain, le studio au dessus qui se libère le samedi 29 janvier 2011. Le lendemain, je constate que Mlle C. s’est introduite chez moi. Je visite le studio mais Mlle C. ne veut pas me le louer car les moisissures présentes dans le studio l’obligent à faire des travaux. Je lui explique que je ne peux rester. Nous décidons d’un commun accord, que je déménage vendredi 28 janvier 2011 et de venir lui rentre les clefs en échange de mes deux chèques de caution.
       
      Je déménage vendredi 28 janvier 2011 comme convenu mais Mlle C. ne se présente pas au rendez vous convenu. Faute de nouvelles de sa part, je lui envoie un recommandé le lundi 31 janvier 2011 exprimant les raisons de mon départ et lui proposant un rendez vous afin de lui rendre les clefs en échange de ma caution.
      Je n’ai, à ce jour, pas de nouvelle de Mlle C., qui a, par contre, encaissé tout mes chèques (le dernier chèque de caution a été encaissé le 1 février 2011), alors que je ne réside plus là bas depuis le vendredi 28 janvier 2011.
       
      Le préjudice financier et moral est certain. L’encaissement des chèques a manqué de me mettre à découvert mais m’a aussi empêchée de prendre un autre logement, m’obligeant à effectuer la route de l'Essonne en Picardie deux fois par jour en voiture. Ces longs trajets m’ont empêchée d’accepter le renouvellement de mon contrat.
       
      J’estime être victime d’une escroquerie. Je n’ai ni mon contrat de location signé par elle ni d’état des lieux d’entrée et de sortie de fait. De plus la loi du 8 février 2008 prévoit que le montant du dépôt de garantie, exigé par le propriétaire, ne peut être supérieur à un mois de loyer SANS les charges.
       
      Le 28 mars 2011, donc deux mois après mon départ, je l’ai recontacté par mail, lui rappelant que les deux mois légaux pour détenir ma caution se sont écoulés et lui demandant de me la restituer, mais ce mail est resté sans réponse.
      Merci pour votre aide.
    • Par Elyze182
      Bonjour,
      Je suis propriétaire d'un local commercial avec un grand parking qui est loué suivant bail de 9 ans à la société X.
      Il y a quelques temps, un publiciataire me propose de poser un panneau sur une partie du parking moyennant un loyer annuel.
      Le locataire en place m'a alors réclamé de lui verser la moitié du loyer perçu, ce que j'ai fait suite à une forte pression de sa part.
      J’apprends aujourd'hui que mon locataire a bénéficié d'un avantage en nature par le publicitaire, mais il me réclame toujours la moitié du loyer.
      Le droit à la jouissance du parking lui ouvre t'il le droit de percevoir la moitié du loyer ? Si non,quels arguments puis-je invoquer afin de ne plus lui verser ce loyer ?
      En vous remerciant pour vos réponses !
    • Par sténie
      bonjour à tous.
      J'ai vu sur le net que l'action pour lésion (règle des 7/12ème du prix de départ) doit:
      être entrepris dans un délai maximun de 2 ans suivant la date du compromis de vente (jurisprudence):
      1) Est-ce exacte ?
      2) Y a t'il des exceptions à cette règle ?
      3) Si dépassé de 1 mois, est-ce trop tard ?
      un grand merci à ce forum et à ceux qui prendrons le temps de me répondre ! :D
       
      ---------- Message ajouté à 14h49 ---------- Précédent message à 14h33 ----------
       
      je préscise que le litige porte sur un terrain à bâtir (dont la zone constructible s'est agrandie ensuite)
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...