Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

licenciement ou démission?


Sab7985

Messages recommandés

bonjour,

 

je vais essayer de faire court et concis!

séparée du papa de mes enfants depuis le 1er juillet, j'ai déménagé pour retourner vivre auprès de ma famille (à 150kms) mon congé parental ayant pris fin le 15 octobre, j'ai anticipé les choses auprès de mon employeur en convenant d'un entretien afin de négocier une rupture conventionnelle de contrat (impossible pour moi, comme pour lui de reprendre dans ces conditions d'éloignement) mais j'ai essuyé un refus catégorique. il m'a "proposé" un licenciement pour cause réélle et sérieuse à savoir: abandon de poste; et m'a "expliqué" les grandes lignes du fonctionnement : je ne reprends pas, s'ensuit une 1eré lettre d'avertissement, je ne réponds pas, la 2ème lettre arrive, tjrs pas de réponse de ma part, et l'entretien préalable au licenciement suit...

je n'etais vraiment pas "emballée" par cette procédure (douteuse à mon sens alors que la rupture conventionnele etait tellement plus appropriée...) ...bref, à ce jour , la 2ème lettre d'avertissement est là, et l'inquiètude aussi : dois je répondre à ce courrier?, ce licenciement ne va-il pas d'office ce requalifier en démission?

je panique! assédics? pas assédics? en attendant, je ne touche rien de mon employeur (chose plus qu'évidente, bien sùr! :je ne vais pas travailler...) et plus rien non plus de la caf (congé parental terminé)

merci de m'éclairer de vos conseils et avis

sab

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 19
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

 

Le soucis pour moi n'est pas vos droits assedic, que vous toucherez quel que soit le motif du licenciement, dès lors que vous avez des droits ouverts ; non, le soucis est que RIEN n'oblige l'employeur à vous licencier en cas d'abandon de poste. La situation peut perdurer éternellement avec des bulletins de salaire à zéro. J'espère que votre employeur est une personne de parole...

 

Cordialement

 

Anissa

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

merci Anissa pour votre réponse rapide!

j'ai en effet des doutes concernant la parole de mon employeur... je trouve rééllement la méthode douteuse et ne voit pas bien le pourquoi d'une telle procédure... j'en reviens au fait qu'un licenciement par rupture conventionnelle me semble définitivement plus justifié...

dois-je repondre à ce 2ème courrier? pensez vous que si je continue à faire la "morte" je m'expose à d'eventuels problèmes?

encore merci

cordialement

sab

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, mais répondre quoi à ce courrier ? Que vous vous êtes mis d'accord pour un abandon de poste et un licenciement pour faute, évitant à votre employeur de mettre la main au portefeuille ?

 

Malheureusement, je ne vois pas....C'est toute la difficulté qu'il y a à rattrapper les situations lorsque le salarié a accepté une situation bâtarde, au lieu d'une simple application de la loi. En plus, vous n'êtes pas en position de force dans cette affaire.

 

Tentez d'appeler au téléphone (!) votre employeur et de lui faire part de votre grande inquiétude, faite appel à son sens de la parole donnée, rappelez lui que vous êtes maintenant seule avec vos enfants....Enfin, faites jouer la corde sensible...Et pas d'écrit qui pourrait vous faire perdre le bénéfice des assedic.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je ne vois pas bien le propos "simple application de la loi"? qu'elle autre solution était envisageable dans une telle situation?

de plus, qu'entendez vous par "évitant à votre employeur de mettre la main à la poche"? s'agit-il des indemnités de licenciement? ne sont elles pas de toutes façons dues?

 

une nouvelle fois merci!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je ne vois pas bien le propos "simple application de la loi"? qu'elle autre solution était envisageable dans une telle situation?

de plus, qu'entendez vous par "évitant à votre employeur de mettre la main à la poche"? s'agit-il des indemnités de licenciement? ne sont elles pas de toutes façons dues?

 

une nouvelle fois merci!

 

Bonjour

 

Dans le cas présent, un licenciement pour abandon de poste est un licenciement pour faute donc non, aucune indemnité à verser autres que vos éventuels congés payés.

 

Anissa a raison, vous n'avez plus qu'à compter sur la parole de votre employeur car s'il le souhaite, il vous bloque dans cette situation pour plusieurs mois.

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et bien voilà! : je viens de recevoir une "mise en demeure" à savoir, je dois reprendre le travail lundi prochain, faute de quoi je me mets en position de faute, et donc, de licenciement... je continue à laisser courir? de toutes façons, je ne peux pas reprendre (distance, garde des enfants, conflits latents avec mon employeur...)

merci de nouveau de vos conseils...

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et bien voilà! : je viens de recevoir une "mise en demeure" à savoir, je dois reprendre le travail lundi prochain, faute de quoi je me mets en position de faute, et donc, de licenciement... je continue à laisser courir? de toutes façons, je ne peux pas reprendre (distance, garde des enfants, conflits latents avec mon employeur...)

merci de nouveau de vos conseils...

cordialement

 

Bonjour, c'est dans la logique de ce que nous vous disions...

 

L'étape suivante est la convocaiton à entretien préalable (que vous y alliez ou non ne change rien)... puis, le recommandé d'après sera la notification de licenciement.

 

C'est là que vous devrez contester par LRAR, puis vous négocierez le montant de votre indemnité dite "transactionnelle" si toutefois c'est justifié...

 

Pour rappel : vous aurez droit aux assedics mais pas à une indemnité de licenciement.

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je crois que vous n'avez pas pris conscience de tout

 

1- vous souhaitez quitter votre poste mais bénéficier des assedics .

vous ne vouelz pas démissionner, donc vous proposez une rupture conventionnelle

 

2- votre employeur refuse (et c'est son droit) et propose abandon de poste : ce qui équivaut à une faute grave, donc pas d'indemnité de licenciement seulement les indemnité CP que vous ne devriez pas non plus percevoir étant en congé parental, votre compteur doit être à 0

 

Vosu avez accepté la magouille, et là, votre employeur semble respecter "sa parole" il suit les différentes étapes avant licenciement

Vous voudriez quoi, maintenant ???? il fait ce qu'il a dit

 

 

et aprés, je ne vois pas ce que vous pourriez contester ?

la non reprise de poste = elle est réelle

je ne vois pas sur quoi vous appuyer pour obtenir une transaction

 

désolée, vous vouliez une rupture conventionnelle, il avait le droit de refuser. il vous restait alors la possibilité de reprendre votre emploi ou de démissionnez .

 

Il vous a fait une fleur (bah oui, il aurait pu dire rien, point) là vous aurez le droit aux assedic

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour,

tout d'abord, merci pour vos réponses... cependant, "thefflo", je vous trouve un tantinet "aggressif! je voulais juste me rassurer sur ces démarches (et je me répète, je n'adhère pas à ce système), je ne veux rien de plus qu'un revenu assuré (en l'occurence, assedics)

il aurait peut etre fallut que je précise mes rapports "conflictuels" avec mon employeur (mise au placard suite à la naissance de mon 1er enfant, stress permanent et brimades suite à l'annonce du 2ème... bref, ma seule exigence est d'en finir)

je suis pour cela tout à fait prette a faire une croix sur des indemnites de licenciement que de toutes façons je ne réclamais pas

je vous souhaite bonne continuation...

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour,

tout d'abord, merci pour vos réponses... cependant, "thefflo", je vous trouve un tantinet "aggressif! je voulais juste me rassurer sur ces démarches (et je me répète, je n'adhère pas à ce système), je ne veux rien de plus qu'un revenu assuré (en l'occurence, assedics)

il aurait peut etre fallut que je précise mes rapports "conflictuels" avec mon employeur (mise au placard suite à la naissance de mon 1er enfant, stress permanent et brimades suite à l'annonce du 2ème... bref, ma seule exigence est d'en finir)

je suis pour cela tout à fait prette a faire une croix sur des indemnites de licenciement que de toutes façons je ne réclamais pas

je vous souhaite bonne continuation...

cordialement

Si vous avez encore d'autres questionnements, je suis toute prête à vous renseigner dans la mesure de mes connaissances.:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

..... :d .....

Et oui Lag0, une femme seule avec des enfants a peut être besoin d'avoir une visibilité sur cette question. De plus, si elle touche l'ARE, cela signifie qu'elle a cotisé suffisamment longtemps pour avoir des droits ouverts.

 

Pour le reste, nous n'avons pas de jugements, ou supposés tels, à émettre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

De plus, si elle touche l'ARE, cela signifie qu'elle a cotisé suffisamment longtemps pour avoir des droits ouverts.

 

Ah, ça me manquait ça, ça faisait un moment que je n'avais pas entendu "depuis que je cotise au chômage, j'ai bien le droit d'en profiter"...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

désolée du ton employé, mais vous êtes en train de vous plaindre d'un employeur qui pour l'instant fait ce qu'il a dit qu'il ferait.

 

avant d'accepter la magouille, car désolée, cela en est une, car vous aviez la possibilité de démissionner et de chercher un boulot avant la fin de votre congé parental (je ne dis pas que c'est facile ) et surtout vous auriez du vous renseigner, car oui , il peut à un moment ne plus respecter sa parole et continuer à ne pas vous payer.

 

votre seule porte de sortie : faire le mort et attendre votre lettre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ah, ça me manquait ça, ça faisait un moment que je n'avais pas entendu "depuis que je cotise au chômage, j'ai bien le droit d'en profiter"...

 

le terme "profiter" me semble inaproprié, dans ce cas précis.

 

De plus,et il est vrai ce n'est peut-être pas une raison, mais je sûr qu'il y a plus d'employeurs qui profite du systéme ( du fait qu'ils détiennent un certain pouvoir, avec si peu de contrôle ) que de salariés qui abusent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

le terme "profiter" me semble inaproprié, dans ce cas précis.

 

De plus,et il est vrai ce n'est peut-être pas une raison, mais je sûr qu'il y a plus d'employeurs qui profite du systéme ( du fait qu'ils détiennent un certain pouvoir, avec si peu de contrôle ) que de salariés qui abusent.

 

Je ne comprends pas bien comment un employeur pourrait profiter du chomage ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Dans la réalité des faits, vous démissionnez pour convenance personnelle.

 

Vos raisons de démissionner sont légitimes, je ne reviens pas dessus.

 

Vous souhaitez contourner la loi* en transformant votre démission en quelque chose qui vous procure un revenu.

 

Je n'approuve pas votre comportement, mais je n'ai pas à vous condamner, j'expose seulement le fait.

 

Votre ancien employeur accepte d'entrer dans une procédure qui vous donne satisfaction, mais ne souhaite pas, en plus, vous donner aussi de l'argent.

 

Là, vous semblez désapprouver l'attitude de votre employeur. Je vous avoue ma sidération.

 

[......................................]

 

 

*la loi : ensemble de règles qui permettent aux hommes de vivre en société.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Moderateurs

Je remercie les intervenants de ne pas entamer de discussion "dérivée".

 

Le sujet sera tout simplement fermé sans autre forme d'avertissement, si d'autres réponses partent dans une direction inappropriée.

 

Sab7985: Merci de nous dire si vous avez eu réponses à vos questions, auquel cas nous pourrons cloturer ce fil.

 

bon WE a tous.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bien bien... ma situation réamorce de vieilles polémiques... mais là encore, chaque cas relève de la particularité...

j'ai bien sûr envisagé la démission, mais avec la séparation (debut juillet) la recherche de logement (on a vécu quelques temps en mobil home) la rentrée des classes (euh, pardon, je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières...) j'avoue que mes priorités ne se sont pas situées sur ce niveau là... c'est un tort, j'en prends conscience.... mais voilà, c'est un fait, j'ai en effet accepté la "magouille", j'aurais du reprendre aujourd'hui, j'essaie de joindre mon drh par tel... sans succès, affaire à suivre

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...