Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

accident en vacances, rapatriement et dédommagement


Duduvcp

Messages recommandés

Bonjour,

 

Et merci pour toutes les infos précieuses des forums.

 

Je vous explique mon cas :

J’ai réservé en agence de voyage il y a 6 mois un voyage de 7 jours au maghreb pour mon amie et moi fin août (tour opérator reconnu, assurances et assistance incluses)

Nous partons comme convenu le Jour J sans problème et, à J+3, dans une excursion à scooter, nous faisons une chute occasionnant pour Mme brûlures et écorchures et pour moi entorses cheville / genou et double fracture tibia péroné.

J’ai glissé et suis tombé seul donc je ne rejette la faute sur personne.

 

Immédiatement, nous avons contacté le représentant du Tour Opérator qui nous avait accueilli et les catastrophes ont commencé : aucune démarche effectuée, j’attends 1H30 au milieu de la chaussée que quelqu’un me charge pour m’amener dans un dispensaire ??? ou on ne me donne aucun médicament ou antidouleur (la famille doit aller les acheter en pharmacie et je n’ai personne…) , je passe une nuit sans eau, lavage ni antidouleur dans une pièce sale et surchauffée et téléphonant à l’assurance, au tour opérator et à l’agence de voyages, j’arrive, 16H00 après l’accident à me faire transférer vers une clinique (je n’ai toujours pas eu de médicaments), je paie entre temps de ma poche ambulance et dispensaire de la veille…

Examen et atèle posée à la clinique, j’exige qu’on me ramène en France pour être opéré : le tour opérator me renvoie vers l’assurance qui refuse de me rapatrier, on me dit que je pourrais attendre 3 jours pour prendre le vol initialement prévu…Retransfert à l’hôtel à mes frais en ambulance et je peux m’arrêter pour me payer enfin des antalgiques….

Des dizaines de coups de fils entre l’agence de voyage, le tour opérator et la compagnie d’assurance mais rien n’y fait : on ne veut pas me ramener !

Mon père décide alors de se déplacer au siège du tour opérator en France et après discussion, on accepte de me mettre dans un vol en partance pour la France la nuit même.(Nous sommes à J+5 depuis l ‘arrivée)

Je passe les détails, représentant local en charge de prévoir mes places dans l’avion quasi injoignable (je suis immobilisé de la cuisse au pied…) rien n’a été fait à l’aéroport, la clinique en France n’était pas prévenue de mon arrivée, etc, etc, etc…)

 

Je ne peux pas détailler tout mes appels ou mes problèmes dans un soucis de longueur mais je vous garants que la prise en charge était en dessous de tout.

 

Niveau assurances, non sans mal et après plusieurs courriers et « renvois de balle » entre la compagnie d’assurance et le tour opérator, on m’a remboursé mes frais (j’ai eu un virement sans détail qui correspond à peu près ce que j’ai dépensé là bas…)

 

J’ai écrit à l’agence de voyages pour leur demander si cela leur semblait normal et si je pouvais espérer être dédommagé compte tenu des soucis rencontrés sur place et des vacances écourtées.

Le courrier circule entre agence de voyage, tour opérator, et assurances et l’agence de voyage me répond aujourd’hui qu’elle est désolée de mes désagréments et me joins une lettre du tour opérator qui explique qu’il n’est pas responsable au vu des conditions générales mais que tout à fait exceptionnellement, il me donne droit à deux allers simples en Europe gratuits.

J’appelle l’agence de voyage pour savoir si c’était là la réponse à mes courriers et on m’explique que oui, l’agence de voyage n’est qu’un revendeur et les fameuses conditions générales (que je n’ai jamais vu) du tour opérator s’appliquent… (pour info, j’ai signé un contrat avec des conditions générales de vente à l’agence de voyage MAIS celles-ci ne s’appliquent pas parce que l’agence de voyage est un simple revendeur et c’est donc celles du tour opérator qui prennent le dessus…. Vous suivez ????, moi NON)

 

J’ai donc retourné le courrier reçu expliquant que je n’ai pas l’utilité de deux allers simples en Europe…

 

Qu’en pensez-vous ? J’ai l’impression qu’on me prend pour un âne et aimerais être pris un peu plus au sérieux.

Y a t’il des organismes qui pourraient m’appuyer ?

Pensez-vous qu’une action contre mon agence de voyage serait fructueuse ?

 

D’avance merci et surtout pensez à regarder vos assurances avant de partir en vacances !!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 8
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

 

tour opérator reconnu, assurances et assistance incluses

 

Il vous faut prendre connaissance des conditions générales de l'assurance que vous avez souscrite et relever point par point si oui ou non les engagements ont été respectés ou non.

 

j’attends 1H30 au milieu de la chaussée que quelqu’un me charge pour m’amener dans un dispensaire ??? ou on ne me donne aucun médicament ou antidouleur (la famille doit aller les acheter en pharmacie et je n’ai personne…)

 

Cela n'enlèvera rien à votre douleur passée mais il est certain que le Maghreb n'est pas forcément comparable à une grande métropole occidentale en terme d'infrastructure pour les urgences médicales, d'où l'utilité de sites tel que celui ci, à consulter avant un voyage: [France-Diplomatie] Conseils aux Voyageurs pour conserver avec soi en permanence les numéros d'urgence "utiles"

 

Maintenant vous auriez très bien pu attendre les secours pendant 90mn, voir davantage, en ayant le même accident en France en pleine nature.

 

Salutations,

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Vu ce qui s'est passé pour l'auteur du fil, une question me vient en tete.

 

Que dois-je faire si, en voyage et pour une raison indépendante de ma volonté, je me retrouve en rupture de traitement ? Faut-il contacter le consulat, l'ambassade.... ?

Sachant tout de même que le traitement que je prends est inscrit sur la liste des stupéfiants (donc règles spécifiques de prescription et délivrance, le tout édicté par le Code de la Santé Publique)....

 

 

J'adorerais revoyager sac au dos à travers la Grèce et l'Italie, et pourquoi pas la zone grecque de Chypre, Malte....

Mais les difficultés à trouver des infos spécifiques à ma pathologie n'est pas là pour me rassurer :(

 

 

 

 

Merci d'avance

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Que dois-je faire si, en voyage et pour une raison indépendante de ma volonté, je me retrouve en rupture de traitement ?

 

Une telle situation est généralement prise en charge au titre des assurances sanitaires & médicales souscrites (y compris celle incluse lors du paiement du voyage par carte bancaire de type "PREM_ _R", "G_LD", PLATIN_ _M etc... ): les médicaments vous sont alors fournis (équivalent local ou sinon envoi depuis la France) sur la base d'une ancienne ordonnance s'il s'agit de stupéfiants mais vous devez les payez.

Nb: Ceci est également valable pour les lunettes de vue (pas les lunettes de soleil ...) et les appareils auditifs.

 

Faut-il contacter le consulat, l'ambassade.... ?

Un médecin local parlant français vous sera indiqué par l'ambassade: consultation et médicaments sont toujours payants, tout au moins l'avance est à débourser.

 

Sachant tout de même que le traitement que je prends est inscrit sur la liste des stupéfiants (donc règles spécifiques de prescription et délivrance, le tout édicté par le Code de la Santé Publique)

Le Code de la Santé Publique n'a aucune valeur en dehors de nos frontières donc conservez toujours avec vous une ancienne prescription médical et demandez dans la mesure du possible à votre médecin français une traduction de son ordonnance en anglais sur papier à entête car il est très peu plausible qu'un médecin local ne vous connaissant pas vous prescrive un stupéfiant...

 

Bon voyage,

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Wicket de vos pistes, même si je me permets de continuer à ergoter sur le sujet ;)

 

En effet, les contrats d'assurances que j'ai pu lire excluent les pathologies psychiatriques et neuropsychiatriques pour l'envoi de médicaments. Comme ça date de 2004 (voyage toute seule, à l'aventure, en Grèce), les choses ont pu changer entre temps.

Seulement, le TDAH est une maladie neuropsychiatrique, du coup, niveau assurances et assistances, je crains le pire....

 

Concernant le médecin qui parle français, c'est une sécurité dans ce type de situation (expliquer des trucs techniques liés à la législation médicale en grec, ce n'est pas une mince affaire pour moi ;)), même si je suis quasiment bilingue en italien et que je parle couramment l'anglais et le grec ;) (et même, en fin de 1ère L, j'ai du me dépatouiller seule en consultation chez une généraliste grecque au fin fond d'une petite ile des Cyclades, cette généraliste ne parlait ni français, ni anglais, j'ai du gérer le tout en grec, alors que j'étais seulement en fin de 2ème année d'apprentissage du grec moderne :) Si ce n'est pas se dépatouiller, je ne sais pas comment ça s'appelle ;))

 

Enfin, le traitement que je prends étant un dérivé d'amphétamines (et les excitants calment paradoxalement les hyperactifs, nom courant du TDAH), il m'étonnerait fort que le traitement en question ne soit pas inscrit sur la liste des stupéfiants au niveau européen, voire international....

La législation grecque étant encore plus stricte que la notre pour les stupéfiants (si la législation française sur les stups est 2ème au hit-parade des législations les plus strictes en Europe, la Grèce truste la 1ère place !), j'aimerais bien ne pas devoir gérer avec des douaniers grecs, qui ne sont ni commodes (du vécu) ni réputés pour être des lumières en médecine et en pharmaco !!!

 

Bonne idée pour la traduction de l'ordonnance en anglais (même si je doute que ma spécialiste soit une lumière en anglais, mébon....), mais ordonnance de l'hôpital + ordonnance du médecin traitant + autorisation de transport des autorités françaises, ça ne parait pas de sérieuses garanties concernant la nécessité et légalité de cette prise ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

mais ordonnance de l'hôpital + ordonnance du médecin traitant + autorisation de transport des autorités françaises, ça ne parait pas de sérieuses garanties concernant la nécessité et légalité de cette prise ?

 

Cela suffit pour justifier le transport de médicaments correspondants aux quantités prescrites par un médecin pour la durée du voyage, y compris pour des pays extrêmement répressifs tels que la Thaïlande ou l'Arabie Saoudite qui appliquent encore aujourd'hui la peine de mort pour les trafiquants, quelle que soit leur nationalité.

 

Pour le renouvellement de l'ordonnance et le rachat de médicaments considérés comme stupéfiants en dehors de nos frontières en cas de perte ou de vol c'est forcément plus sensible et à priori encore plus contrôlé.

 

Donc évitez de perdre ou de vous faire voler vos médicaments et placez les à 2 endroits différents, au cas où. Dans le cas où cela arrive malgré tout le trajet de retour en France depuis la Grèce ou l'Italie par avion est de moins d'une demi-journée ...

 

Cordialement,

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci de votre réponse :)

 

Juste une question (c'est une question idiote, mais peut-etre que ça peut être une piste....) : l'Agence Européenne du Médicament ainsi que l'Organisation Mondiale de la Santé pourraient-elles me fournir ce type d'information ?

(récemment, l'Agence Européenne du Médicament a renforcé certaines recommandations concernant le traitement que j'ai, je me dis que peut-être ça pourrait être une piste pour avoir des infos....)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...