Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

création d'un site web commercial


Vikd

Messages recommandés

Bonjour, récemment chômeur, je me lance dans la conception de site internet à titre individuel. J'ai ainsi démarché quelques entreprises, et suis en voie de signer un contrat avec l'une d'elle. Cependant, je me questionne sur l'offre que l'on me fait :

En gros, c'est une centrale d'achat qui me demande de réaliser une vitrine en ligne de leur produit; et ils proposent de me rémunérer aux résultats ( en fonction de la quantité de client qu'apporterai ce site ).

Je me demande donc, si je dois adopter un statut particulier pour réaliser ce projet? J'avais dans l'idée de me declarer comme auto-entrepreneur, mais je ne sais pas si c'est adapté, voire nécessaire, à la situation.

 

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 13
  • Création
  • Dernière réponse

SI vous envisagez une activité rémunérée vous devez adopter un statut juridique- auto-entrepreneur peut être une bonne solution au moins pour commencer.

 

Par contre le projet tel que vous le décrivez me laisse perplexe.

D'une part parce que réaliser un site de boutique en ligne performant c'est assez complexe alors qu'il existe de nombreuses sociétés qui proposent de service - de plus il faut penser à l'évolution, à la maintenance.

 

D'autre part une rémunération uniquement au % de CA est risquée. Je ferai par exemple la comparaison avec les écrivains, pour simplifier ils sont payés au moyen d'une somme fixe qui représente le temps d 'écriture du roman plus un pourcentage sur les ventes au-delà d'un certain tirage. Si le livre ne se vend pas du tout l'écrivain a quand même été payé de son travail initial.

 

Il faut définir précisément votre rôle et votre activité. Pourquoi votre rémunération devrait-elle dépendre du nombre de clients ou du montant de leurs achats (car je suppose que c'est le CA qui sera retenu) alors que vous n'êtes pas maître de la promotion commerciale de cette central d'achat ?

 

Le projet que vous décrivez est-il vraiment de "la conception de site internet" ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En plus, si vous devez faire le site sur un cahier des charges particulier à repsetcer à la lettre et que vous êtes payé au pourcentage, ça pourrait ausi donner des idées de salariat, malgré une éventuelle forme de travail indépendant. Et si vous ne faites que réaliser le site (et pas le référencement avec veille sur le sujet par exemple), vous faire payer au pourcentage est effectivement très risqué... Si le site est mal référencé vous ne toucherez probablement pas grand chose... Si on ajoute la question de la maintenance et/ou de l'évolution déjà soulignée par Nedelka, ça pourrait confiner au bénévolat... Enfin, ce pourcentage, il s'applique pendant combien de temps ??? Parce que la première année, ça va probablement pas faire lourd...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos remarques.

 

Cependant, il ne s'agit pas d'une boutique en ligne, mais d'une simple vitrine ( aucune possibilité d'acheter directement via le site ), ce qui limite déjà les taches de maintenance.

En ce qui concerne la conception du site, je n'aurais pas de contraintes particulières, j'aurais en charge l'integralité du projet, etant donné qu'ils m'ont bien fait comprendre ne pas vouloir prendre part à la réalisation de ce site.

Je vois donc en ce projet quelques avantages pour une première :

-Pas de contraintes de temps pour la livraison du site.

-Aucun comptes à rendre.

-Une liberté totale de création.

En ce qui concerne la rémuneration, il est vrai qu'elle présente des "risques", mais mon but est avant tout de me prouver à moi-même que je suis capable de réaliser un tel projet et surtout de bien entamer ma reconversion professionnelle.

Pour l'heure, rien n'est encore signé, la question de la remuneration reste negociable, mais je suis prés à prendre le risque de ne pas toucher grand chose, sachant qu'il s'agirait principalement d'un investissement de temps et que du temps, etant au chomage depuis peu, j'en ai. Ainsi je ne pourrais en vouloir qu'à moi-même en cas d'echec et un tel contrat ne peut me pousser qu'à donner le maximum pour bien faire.

 

Le statut d'auto-entrepreneur vous semble adéquat à la situation? Savez-vous ce qu'il adviendra de mes allocations, si j'adopte ce statut? Mon conseiller ANPE n'a pas été en mesure de me renseigner à ce sujet et les informations trouvées sur le web ne me sont pas claires.

 

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un client qui n'a pas de contrainte de temps et qui vous laisse carte blanche pour tout et ne demande pas de comptes, c'est un client en or... :eek: Je n'en ai encore jamais vu...

 

Si vous êtes rémunéré par un pourcentage des ventes réalisées grace au site et qu'il n'est pas marchand, comment vous saurez ce qui vous est dû ? Ca me semble compliqué cette histoire...

 

Quant au fait de ne pas avoir de comptes à rendre, ça me seble à double tranchant et ça pourrait se retourner contre vous si on venait vous dire que vous avez eu tout le tmeps nécessaire et que vous n'avez rien fait (ou en tout cas que le site n'est pas en ligne...).

 

Je ne peux pas imaginer une entreprise sérieuse qui envisage une stratégie internet sans qu'elle n'ait un minimum envisagé la question de ce qu'elle en attend concrètement et donc sans se poser la question de savoir comment atteindre les objectifs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne connais pas votre expérience en matière de projet de création de site web, mais franchement travailler pour un client " etant donné qu'ils m'ont bien fait comprendre ne pas vouloir prendre part à la réalisation de ce site" c'est aller à la catastrophe à coup sûr :o

 

Soit ce site vitrine représente quelque chose d'important pour cette entreprise, et ils voudront s'impliquer - pas dans la partie technique bien sûr - donneront leur avis sur l'allure général et l'image de leur entreprise qui passe par le site

Soit ce commerçant "se moque" d'avoir un site web parce qu'il vend très bien via d'autres canaux ... et alors n'espérez pas gagner un centime !

 

D'ailleurs, quelle sera la règle pour calculer votre rémunération ? Et qui va contrôler les chiffres ?

 

Avant de penser à vote statut juridique il faut clarifier votre projet.

 

---------- Message ajouté à 16h20 ---------- Message précédent posté à 16h19 ----------

 

Marsu nos réponses se sont croisées ... mais je vois qu'on est d'accord pour ne pas croire aux miracles ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La question de la traçabilité des clients et en effet la plus complexe qui se presente ici, et je travaille dure pour y repondre: pour le moment je suis sur un systeme basé sur la comparaison du chiffre d'affaire moyen de l'entreprise avant la mise en ligne du site et après, avec un pourcentage evolutif en fonction de la difference.

 

Je ne peux pas imaginer une entreprise sérieuse qui envisage une stratégie internet sans qu'elle n'ait un minimum envisagé la question de ce qu'elle en attend concrètement et donc sans se poser la question de savoir comment atteindre les objectifs...

 

Il faut se dire que dans l'histoire, l'entreprise ne peut qu'y gagner ( ou n'obtenir aucun changement ) etant donné qu'il n'y aurait aucun investissement de depart. C'est pourquoi ils me laissent carte blanche, leur objectif étant de se faire connaitre auprès des particuliers de la region.

 

Avez vous une idée à propos de ma précédente question sur le chomage et le statut d'auto-entrepreneur?

 

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Aucun investissement peut être, mais si ce n'est uq'une vitrine, comment elle v ay gagner ? qui va s'occuper du référencement si elle ne fait aucun investissement ? Si vous connaissez le secteur de l'ecommerce, vous devez savoir, au moins aussi bien que moi que soit vous avez un nom déjà très connu (et encore...), soit vous devez être très bien référencé pour faire vraiment de l'argent avec le site que vous avez...

 

Sur la question chômage - auto-entreprise, avez vous regardé sur le site officiel de l'auto entreprise ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quand je parle de carte blanche, c'est d'un point de vue technique, je n'aurais aucune consignes particulières comme point de depart; etant donné que je dois concevoir l'integralité du projet, l'avis du client aura un grosse influence sur le final. Avant tout, comme vous me le rappelez dans votre remarque, je dois finir d'elaborer un projet clair et obtenir le feu vert de l'entreprise. On m'a donné un objectif "se faire connaitre auprès des particuliers de la region", à moi de trouver la manière.

 

---------- Message ajouté à 16h21 ---------- Message précédent posté à 15h54 ----------

 

Je ne suis pas très au faits des règles de l'ecommerce, mes compétences sont technique ( programmation/design ), c'est pourquoi je me suis entouré de deux amis, qualifiés en la matière. Aussi je n'ai pas encore abordé la question du référencement, et ne me rend pas bien compte de l'investissement que celà represente pour un tel site.

Il ne faut pas oublier que rien n'a été signé et qu'evidemment tout est encore negociable. Merci pour vos critiques, qui m'aident à mieux visualiser la situation.

 

ps: oui j'ai jeté un coup d'oeil au site de l'auto-entreprise mais n'ai pas trouvé d'informations claires. Si vous n'avez pas d'idée en tête, ne vous embettez pas, je me renseignerais davantage.

 

merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Se faire connaître auprès des particuliers de la région, ce n'est pas vraiment par Internet que ça se fait le mieux, il me semble... Mais pour se faire connaître sur internet, il faut engager des frais en référencement... Il faut en être conscient. De la même manière que c'est un vrai travail avec toute la complexité que cela implique...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sur la question chômage/autoentrepreneur - effectivement ce n'est pas trsè clair.

 

Classiquement (avant l'AE) un chômeur qui crée une entreprise, micro-entreprise ou pas d'ailleurs, peut au choix :

- demander à l'ASSEDIC de lui verser la moitié des allocations qui lui restent (en 2 fois : 1/2 à la création et 1/2 au bout de 6 mois) puis être radié définitivement des listes de demandeurs d'emploi.

- continuer à toucher ses allocations mensuelles, après déduction par l'ASSEDIC d'une somme forfaitaire de revenus (fictifs) qui est de 500 euros par mois environ la première année - cette somme correspond au forfait utilisé par l'URSSAF/le RSI pour le calcul des cotisations sociales la première année. Au moment de sa déclaration d'impôts le créateur communique à l'URSSAF son revenu réel et un ajustement est fait - s'il a très bien gagné sa vie l'URSSAF peut d'ailleurs lui réclamer de rembourser.

voir sur le site de pole-emploi

 

Or l'intérêt de l'AE c'est de ne pas payer de cotisations sociales sur un forfait mais sur son revenu réel encaissé, toutefois il semble que l'ASSEDIC n'appliquerait pas le même principe et continuerait à utiliser le forfait.

 

Je parle au conditionnel car je n'ai pas interrogé par écrit l'ASSEDIC ni le site officiel lautoentrepreneur sur ce sujet. Et les conseillers joints par téléphone donnent des versions contradictoires.

 

Dans tous les cas vous n'avez rien à faire de ce côté tant que votre projet n'est pas abouti.

 

DAns la mesure où vos compétences sont purement techniques, vous avez intérêt à vous rensigner au maximum sur les autres aspects, en particulier commerciaux.

 

Travailler bénévolement pour une ONG ou une association pourquoi pas, mais travailler gratuitement pour un commerçant ... ce n'est pas la même chose.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les écrivains qui perçoivent un fixe avant toute vente sont les écrivains déjà connus. Pour le reste, c'est un faible % et c'est tout.

 

Pour ce projet, votre client ne veut pas prendre de risque. Vous n'avez aucun poids dans la négociation.

 

Il vous faut donc accepter, mais rien ne vous interdit d'être subtil.

 

Réalisez la vitrine à leurs conditions, mais en imaginant des extensions que vous garderez pour vous et que vous proposerez et vendrez le moment venu, si votre premier travail marche...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Bebnet
      Bonjour,
       
      Je suis actuellement en phase de création d'entreprise. Mon employeur actuel est OK pour m'accorder un congé création à compter de septembre.
       
      La question est la suivante : Puis-je immatriculer (donc créer) ma société avant cette date (juin), sachant que pendant ces 3 mois (de juin à septembre), je reste salarié auprès de mon employeur ?
      Si la société est créée en juin, elle n'aura de toutes façon pas d'activité avant Septembre, hormis des actions de prospection et de communication.
      Votre avis ?
      En vous remerciant par avance,
    • Par daolo
      Bonjour à tous,
       
      Je souhaite me lancer dans une activité de trading boursier.
      L'activité principale de la société est d'investir sur les marchés financiers américains.
       
      J'ai fais beaucoup de recherche sur internet mais en vain, pas trop d'information à ce sujet.
       
      Existe t-il une forme sociale de société qui permette ce type d'activité en france?
       
      Avez vous déja eu connaissance de personne ayant le meme projet?
       
      Merci de m'éclairer sur ce sujet..
       
      Je suis ouvert à toute autres propositions/informations sur ce sujet.
       
      Cordialement
    • Par verlaine06400
      Bonjour
       
      A-t-on le droit d'avoir une activité salariée quand on vient de créer une micro-entreprise (BNC) et qu'on a bénéficié de l'ACCRE (versement du capital et non pas revenu minimum).
      Cela pour aider à vivre en attendant de dégager des bénéfices.
       
      Si oui, peut on se réinscrire au chômage sans cesser l'entreprise (auto-entrepreneur) si au bout de quelques années, on ne dégage pas de bénéfice suffisant pour en vivre ?
       
      merci
    • Par franck lusala
      bonjour,
      je désir savoir si on devient "prête-nom" ,une lettre d avocat ou de la personne a qui on rend service ,disant qu on est que prête-nom peut nous couvrir en cas de problème ,car d'autre part,je suis actuellement auto entrepreneur et espere avant fin année être en EURL ,donc savoir si tout cela reste compatible
      cordialement Franck Lusala
    • Par Yoli
      Bonsoir à tous,
       
      Je souhaiterai savoir si l'acte de vente en sous seing privé du fonds artisanal de mon ami doit faire l'objet d'une publication légale aux petites affiches pour les oppositions dès lors que le vendeur du fonds (mon ami, inscrit au registre des métiers) et l'acquéreur l'EURL de mon ami qui est aussi locataire-gérant de son fonds) sont la même personne et que le fonds n'a aucune dette ni fiscale ni sociale ni bancaire ni autre ?
       
      Par la même, le sequestre (l'acquereur) étant la même personne que le vendeur : doit-il conserver les sommes de la vente, obtenues par prêt bancaire au profit de l'EURL, directement sur le compte professionnel de cette dernière ou sur un compte à part au nom du gérant, donc lui même, que le temps de la solidarité fiscale (imposition sur la plus-value à 27% environ). La vente se fait sans séquestre notarial.
       
      L'acte de vente doit-il obligatoirement comporter les mêmes clauses que celle d'une vente d'un fonds de commerce sous peine de nullité ?
      Il n'existe aucun exemple de ce type pour faire un sous-seing correct sauf à prendre exemple sur celui du fonds de commerce et ce malgré toutes mes recherches. Doit-il obligatoirement passer par un notaire pour l'acte et le séquestre ? Le banquier nous dit que non....mais je préfère avoir d'autres avis.
       
      Si vous pouviez m'éclairer un peu je vous en serais fortement reconnaissante.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...