Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Impots, Donation déguisée


Jpmddn

Messages recommandés

Bonjour,

 

le cadre : succession de mon père (directeur d'usine). Il a financé l'achat de sa résidence principale mais, par le biais de transferts de compte avérés, la maison a été mise au seul nom de sa seconde épouse (institutrice en arrêt maladie). La succession est donc vide et les héritiers réservataires du premier lit n'ont rien.

 

Question :

 

 

Les intérêts du FISC et des HERITIERS RESERVATAIRES SPOLIES étant souvent liés dans le cas d'un détournement de succession par donation déguisée :

  • est-il possible, (souhaitable?) de solliciliter un contrôle fiscal successoral auprès des impôts (BRIGADE DE CONTROLE ET DE RECHERCHE du Département)

merci de vos avis

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 12
  • Création
  • Dernière réponse
Invité Yaka-de-retour
Bonjour,

 

le cadre : succession de mon père (directeur d'usine). Il a financé l'achat de sa résidence principale mais, par le biais de transferts de compte avérés, la maison a été mise au seul nom de sa seconde épouse (institutrice en arrêt maladie). La succession est donc vide et les héritiers réservataires du premier lit n'ont rien.

 

Question :

 

 

 

Les intérêts du FISC et des HERITIERS RESERVATAIRES SPOLIES étant souvent liés dans le cas d'un détournement de succession par donation déguisée :

  • est-il possible, (souhaitable?) de solliciliter un contrôle fiscal successoral auprès des impôts (BRIGADE DE CONTROLE ET DE RECHERCHE du Département)

merci de vos avis

 

 

Mais vous n'avez droit à héritage que s'il y a héritage. Du temps de son vivant votre père était tt à fait libre de disposer de ses bien mobiliers et immobiliers de la manière qui lui plaisait. Il a manifestement fait des dons à sa seconde épouse (dons qui ont dû être déclarés..) et vous n'avez rien à y redire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais vous n'avez droit à héritage que s'il y a héritage. Du temps de son vivant votre père était tt à fait libre de disposer de ses bien mobiliers et immobiliers de la manière qui lui plaisait. Il a manifestement fait des dons à sa seconde épouse (dons qui ont dû être déclarés..) et vous n'avez rien à y redire.

 

Euh, de son vivant, il n'y a rien à redire. Au décès, la donation (ostensible ou indirecte) est par contre soumise à réduction éventuelle pour atteinte à la réserve. Et si tout le patrimoine a été donné ainsi, il y a forcément réduction au proft des réservataires. :p

 

Bonjour,

Les intérêts du FISC et des HERITIERS RESERVATAIRES SPOLIES étant souvent liés dans le cas d'un détournement de succession par donation déguisée :

 

Mettre le fisc sur l'affaire n'a pas grand intérêt à mon avis (sauf hypothèse de délation fiscale rémunérée). Même si le fisc faisait un redressement à la donataire - et j'en doute - ça ne donne pas un radis de plus aux héritiers. Pour que les héritiers récupèrent un truc, il faut agir en réduction des libéralités, au civil. Et, le plus vraisemblable, c'est que le fisc attendra le résultat des courses pour savoir comment il taxe.

 

P. S. : je suppose que votre père et la marâtre étaient en séparation de biens. Sinon, l'immeuble relève forcément de la succession, au moins en partie.

 

P. P. S. : votre cas n'est pas une donation déguisée, mais une donation indirecte. Y a une nuance. Et les conséquences juridiques sont différentes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Effectivement, Contrat de mariage avec séparation de biens - le crime était presque parfait.

Leur union ayant durait presque 20 ans, les manipulations de comptes qui ont permit à la marâtre de s'acheter la résidence principale remontent à plus de 10 ans.

 

Par contre, sur la base des relevés du compte personnel de mon père, je peux démontrer qu'il y avait de manière systèmatique des virements au profit du compte personnel de la marâtre étalés sur 10 ans (pour près de 300 000 €, soit environ 2500 € par mois).

 

Comment établir la donation indirecte d'il y a 20 ans?

 

Les revenus faibles de la marâtre , les revenus élévés de mon père (plus son apport personne de l'héritage de ma mère décédée : 100 000 €), les transferts réguliers jusqu'à la mort de mon père et le fait que des héritiers réservataires soient complétement déséhérités peuvent-ils constituer des éléments d'appréciation auprès du juge?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Yaka-de-retour
Effectivement, Contrat de mariage avec séparation de biens - le crime était presque parfait.

Leur union ayant durait presque 20 ans, les manipulations de comptes qui ont permit à la marâtre de s'acheter la résidence principale remontent à plus de 10 ans.

 

Par contre, sur la base des relevés du compte personnel de mon père, je peux démontrer qu'il y avait de manière systèmatique des virements au profit du compte personnel de la marâtre étalés sur 10 ans (pour près de 300 000 €, soit environ 2500 € par mois).

 

Comment établir la donation indirecte d'il y a 20 ans?

 

Les revenus faibles de la marâtre , les revenus élévés de mon père (plus son apport personne de l'héritage de ma mère décédée : 100 000 €), les transferts réguliers jusqu'à la mort de mon père et le fait que des héritiers réservataires soient complétement déséhérités peuvent-ils constituer des éléments d'appréciation auprès du juge?

 

Un versement de 2500 euros par mois pour participation aux frais d'entretien (même s'il y a séparation de biens) du ménage, eu égard aux revenus certainement très importants du mari, apparaîtrait t-il aux yeux d'un juge comme une donation indirecte ? Je ne peux imaginer que ce monsieur n'ait pris soin de se faire aider d'un conseiller fiscal pour éviter votre démarche actuelle.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les 2500 € ne sont pas les frais du ménage. Ceux-ci étaient principalement portés par le compte de mon père (mon père avait plus de 5000 € de retraite mensuelle). Donc, je pense que cet argent a alimenté l'assurance vie.

Qu'il se soit fait assister par un conseiller fiscal, c'est possible mais j'ai confiance dans la justice de mon pays...

Je ne pense donc pas qu'il ait fait une donation de la maison. Si c'était le cas, où pourrais-je trouver trace de cet acte ?

Le montage a plutot consisté à permettre des transferts de son compte vers celui de sa femme et ensuite, elle fait le chèque...(une sorte de blanchiment).

Je serait très surpris que ce cas n'ait pas été traité par le législateur ?

cdlt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis tout à fait d'accord avec Yaka-de-retour. 2.500 € qui disparaissent chaque mois des comptes de votre père, ça sera normalement considéré comme une contribution aux charges du ménage. S'il gagne plus, normal qu'il contribue plus.

Pour avoir une chance de prouver la donation indirecte, il faudra en sus prouver que cet argent a été économisé par la seconde épouse de votre père (c'est plus long à écrire, mais c'est quand même moins moche que marâtre, et moins ambigü que belle-mère), ou qu'il a servi à payer le crédit de son immeuble.

 

---------- Message ajouté à 15h07 ---------- Message précédent posté à 15h04 ----------

 

Je serait très surpris que ce cas n'ait pas été traité par le législateur ?

cdlt

 

Quelques bribes du Code civil sur les donations indirectes, et un du Code des assurances sur les primes d'assurance exagérées. Rien de plus. Le législateur est parfois prolixe sur des détails et laconique sur des choses importantes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

 

 

je suis tout a fait d'accord

votre pere a contribue au charge du menage

n'est il pas normal qu'il souhaite proteger sa femme aussi

 

votre pere avait tout a fait le droit de disposer de son argent comme il le souhaite.

 

quel etait vos rapport avec pere?

 

dite vous une chose l'argent ne fait pas le bonheur

 

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme j'ai examiné dans le détail les 10 ans de relevés de comptes de mon père, je peux affirmer et prouver que les postes normaux d'un ménage étaient supportés par son compte. Les 2500 € ont donc servi aux extras et à l'épargne de la marâtre.

Puis-je escompter avoir accès à ce compte (ou un expert désigné) par assignation en justice ?

 

cdlt

 

ps : Marâtre lui va si bien : Du vieux français marastre (belle-mère) issu du bas latin matrastra (seconde femme du père). Les belles-mères n’étant pas toujours tendres envers les enfants d’un premier mariage comme en témoigne le vers français médiéval : De mauvaise marastre est l'amour moult petite, on comprend aisément que le terme marâtre soit devenu synonyme de mauvaise belle-mère - cqfd

 

---------- Message ajouté à 15h40 ---------- Message précédent posté à 15h30 ----------

 

Bons rapports avec mon père, notamment après le décès de ma mère.

Dois-je préciser que mon père été battu par ma belle-mère, avec intervention de la police...

 

---------- Message ajouté à 15h42 ---------- Message précédent posté à 15h40 ----------

 

Bons rapports avec mon père, notamment après le décès de ma mère.

Dois-je préciser que mon père été battu par ma belle-mère, avec intervention de la police...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

 

je ne croit pas que l'on vous donne l'autorisation de verifier les comptes de votre belle mere vous meme.

la justice oui

 

ils etaient mariees sous le regime de la separation de bien?

 

Le conjoint qui achète un bien mobilier ou immobilier à son nom est donc supposé propriétaire de ce bien , quel que soit le mode de financement et même si l'autre conjoint apporte sa contribution financière.

Toutefois, le conjoint qui participe financièrement à l'acquisition d'un bien propre à l'autre conjoint peut exiger une compensation lors de la liquidation du régime. Mais la propriété du bien lui-même ne sera pas remise en cause.

 

si votre pere etait battu par votre belle mere comment se fait il qu'il soit rester marie avec elle.

 

votre pere a donner une procuration sur ces comptes?

 

il y a peu etre abus de faiblesse.

 

je vous dit cela car moi je suis dans la situation inverse

mon beau fils ne parle plus a son pere pour des histoires d'argents

et il ne veut meme pas connaitre ses demi freres.

et je ne serrais pas d'accord que ce dernier me demande mes releves de comptes.

 

mais votre situation n'est pas la meme

 

bon courage

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ils étaient mariés sous le regime de la separation de bien.

Nous avons appris qu'il était battu 5 mois avant son décès. Il avait déjà parlé de divorce mais nous pensons qu'il la craignait pour des raisons inconnues de nous (outre la violence).

Je comprends qu'une belle-mère n'apprécie par que son compte soit ausculté mais , à l'inverse, des enfants qui voit leur père martyrisé et un héritage volé par sa seconde femme, ont le droit de mener les investigations nécessaires - par juge interposé évidemment.

 

---------- Message ajouté à 16h10 ---------- Message précédent posté à 16h09 ----------

 

précision : il avait un peu plus de 80 ans

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bjr

 

vous avez raison

comme je vous ait dit votre situation n'est pas la meme

 

je n'apprecierais pas du tout pour le compte bancaire.

mais je comprend votre situation.

 

moi j'ai tout fait pour m'entendre avec mon beau fils

et il ne veut meme pas connaitre ses demi freres

car il ne veut pas partager l'heritage.

l heritage de mon mari ne se constitu qu'un d'une maison.

 

bon courage pour la suite

 

un conseil

renseignez vous a plusieurs avocats pour la suite a donner a votre affaire.

 

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par alt
      Bonjour,
      le notaire d'où je sors pour une succession vient clairement de me dire "écoutez, c'est trop compliqué... j'ai pas envie de m'occuper du dossier, ça fait déjà 2 ans que je l'ai, j'ai que 25€ à y gagner (mais bien sur ^^) .... je pars à la retraite dans un mois."
       
      Je vous passe les détails les détails du genre
      "mais vous avez ce document [...]?
      Oui monsieur là dans ma pochette...
      ah oui mais non et celui ci, et celui là ... blablabla" J'ai tout il ne regarde rien !!!!
       
      Que faire à part lui demander le nom de la personne qui reprendra le dossier ?
    • Par Vesso
      Bonjour,
      Un éclaircissement  svp !
      Une donation  de  la nue propriété d'un bien immobilier avec réserve d'usufruit pour le donateur,  un don d'usufruit temporaire de10 ans d'un bien immobilier,  période aujourd'hui terminée,  une donation-partage de biens immobiliers sont bien rapportables  pour calculer l'actif successoral  ?
    • Par jac1980
      Bonjour
      le notaire chez qui ma mère avait deposé ses testaments m' a transmis par courrier leur contenu alors que je n' ai aucun bien légué : tout revient à mes 3 demi frères et soeur en l' occurrence des meubles et du linge .
      Avait il le droit de me transmettre ces documents puisque je ne suis pas concernée?et un testament ne doit il pas être ouvert en présence d' un des héritiers ou d' un des enfants et pas fait dans l intimité du cabinet notarial ?
      Merci de me répondre
      cordialement
      ****
    • Par dom-ctc
      Bonjour,
       
      - Suite à une enième réunion chez le notaire, les heritiers restent en désaccord sur le partage, qui devra donc se faire judicairement avec les délais que l'on connait actuellement.
      - Un bien (maison) est en indivision et un membre de la famille occupe cette maison.
      - Je demande la mise en place d'un "loyer" ou "indemnité d'occupation" et tout le monde est d'accord.
      - Je demande à mon avocat d'ecrire une LRAR à l'occupant afin de lui réclamer les loyers .
      - Mon avocat me demande (alors qu'on s'est vu plusieurs fois !!) à ce moment sur quel compte d'indivision le loyer doit être payé !
      - je contacte le notaire, on me répond "Ouvrez un compte en banque au nom de l'indivision" . Quand je mentionne que je n'ai aucun contact direct avec les autres indivisaires, on me dit "c 'est pas grave, ouvrez le compte" (Rien d'evoqué non plus par le notaire au moment de la réunion, ca aurait été trop simple !!!)
      - En attendant d'avoir un interlocuteur (plus ou moins) spécialiste de ces questions à la banque, je google un coup et je vois : "ce compte doit être ouvert par tous les indivisaires, chaque opération de rentrée ou sortie doit être validée par tous les indivisaires " (ce qui semble logique)
       
      Questions :
      - comment faire pour ouvrir ce compte si les autres indivisaires refusent , peut-on les contraindre ? comment ?
      - y-a-t-il une autre voie pour faire payer ce loyer ?
       
      merci et bonne année
    • Par Anadorirai
      Bonjour,
       
      Je vous expose un peu la situation, J'ai 2 [enfants] [je suis seul]
       
       
      J'ai acheté, [seul], [un bien immobilier il y a quelques années], c'est une résidence secondaire ,à l'aide d'un prêt sur [moins de 20 ans]
      J'ai un logement de fonction [...]) avec mon travail faisant donc office de résidence principale .
       
      [j'ai rencontré quelqu'un presque en même temps que l'achat immobilier]
      [nous avons eu un enfant 3 ans plus tard et nous sommes mariés,] sans contrat de mariage.
      [mon partenaire a un enfant adulte et tout se passe bien depuis le mariage]
       
      Mes interrogations sont donc:
       
      [mon bien] , [acheté et remboursé seul] , je souhaite que seuls mes 3 enfants en héritent, en bénéficient , Comment procéder ?
      J'ai fait un testament, dans lequel je lègue le droit d'habitation à mon époux mais je l'exherède de tout autre droit , il ne peut ni vendre, ni hériter du 1/4 en PP, car au final cela reviendrait à léguer indirectement une part à [son enfant], le jour où lui partira [son enfant] héritera donc forcément de sa part à lui (de ce bien], part divisée par 2 bien sûr avec notre [enfant]
      Je ne peux imaginer que [son enfant] récupère une part de ce que j'aurais payé moi toute ma vie et ainsi priver mes 3 enfants de ce qu'il leur revient légitimement.
       
      Malheureusement, Lors de la rédaction de mon testament, le notaire m'a signifié que sans contrat de mariage, [son enfant] pourra tout de même réclamer une part de[mon bien], en arguant que le prêt qui a remboursé pendant [toutes ces années] suivant la date de notre mariage aurait été payé par moitié par [mon patenaire] (la communauté),  alors qu'il n'en n'est rien du tout , je suis[seul] à payer [ce bien] et les charges , sur mon compte personnel avec mon salaire. Je devrai donc lui rembourser à elle la moitié des mensualités que j'ai pourtant payé [seul] ??
       
      Quels sont mes recours ,
       
      De plus nous n'avons aucun compte en commun, si demain mon[partenaire]venait à décéder comment se passe la succession sur ses comptes pour notre [enfant], et moi, étant donné que nous n'avons rien à nos deux noms, il a des comptes épargne, son père décédé depuis peu, va recevoir une certaine somme d'argent .....
       
      Je vais me retrouver à devoir de l'argent à [son enfant]sur un bien que j'ai payé [seul]et me retrouver moi sans rien de la succession ? j'ai beaucoup de mal là ....
       
      Bien cordialement,
       
      [...]
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...