Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Licenciement et recherche d'emploi


Mimo37

Messages recommandés

Bonjour à toutes et tous,

Je fais appel à vos connaissances dans le domaine car je suis un peu inquiét:

Je vais avoir 57 ans dans 15 jours et il ne me reste plus que 2 années pour avoir mes 41 années de cotisation.

Je pense que je vais faire partie du plan social en préparation dans mon entreprise et qui devrait intervenir dans les 2 mois.

Ma question est la suivante: serais je dispensé de rechercher un emploi sachant que mon préavis sera de 6 mois?

Merci par avance pour vos réponses !

Mimo

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 11
  • Création
  • Dernière réponse

A 57 ans, vous n'avez pratiquement aucune chance de retrouver du travail.

 

vous êtes rassurant Gudule :confused: n'est ce pas un petit peu exagéré? :confused:

 

je travail dans le consulting en insertion professionnel et je peux vous certifier que chaque semaine, j'accompagne des seniors dans leur recherche d'emploi et ils trouvent du travail.

 

ne soyez pas si définitif, c'est ce genre de remarque qui plombe le moral de nos senior.

 

cordialement

Nasique34

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Malgré tout il y a la réalité des statistiques qui vont dans le sens de Gudule, la politique d'emploi dans nos entreprises est encore loin d'intégrer les nouvelles notions, sauf à utiliser des seniors bradés et sponsorisés, c'est à dire ceux qui rapportent de l'argent à l'entreprise simplement en signant le contrat de travail (précaire souvent d'ailleurs).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Aujourd'hui un employeur intelligent (certes ils ne le sont pas tous) sait réfléchir non pas en terme de salaire a proprement parlé mais en terme de rentabilité et de productivité.

 

des lors que l'on est capable de mettre en œuvre une communication opposant à l'age ces questions de rentabilité et de productivité, beaucoup d'employeurs se laisse convaincre. (certes ce n'est pas facile et par expériences, nos seniors ont plus souvent un problème de communication face à leur image qu'un problème de compétences.)

 

il faut également garder a l'esprit qu'aujourd'hui une personne de 50 ans assure au minimum à son futur recruteur une présence de 10 années dans l'entreprise (il s'accroche a leur poste bien évidement). peut on en espérer autant d'un "non senior"? a priori non lorsque l'on sait que l'on change aujourd'hui de travail en moyenne tous les 7 ans. et le but d'un entrepreneur sérieux reste tout de même de s'assurer une présence compétente sur du long terme et non sur une période incertaine.

 

de plus jean loup, la réalité des statistique est beaucoup plus inquietante aujourd'hui chez les jeune de moins de 26 ans peu ou pas qualifié que chez les senior. il faut arreter de prendre pour argent comptant le rabattage médiatique autour de l'emploi des senior. les reportages (trop nombreux) que l'on peu voir sur nos chaine francaise (privée ou public), meme si elle montre des exemples de difficultés réel, ne sont pas représentative de la réalité. arretons de faire de quelques exception une généralité, c'est ainsi que l'on créé des psychose stérile (il suffit de voir l'ampleur médiatique de la grippe A oposé a son réel impact sanitaire)

 

Voila l'état de mes reflexions sur ce sujet que je cottoie au jour le jour

 

Cordialement

Nasique

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Aujourd'hui un employeur intelligent (certes ils ne le sont pas tous) sait réfléchir non pas en terme de salaire a proprement parlé mais en terme de rentabilité et de productivité.

 

des lors que l'on est capable de mettre en œuvre une communication opposant à l'age ces questions de rentabilité et de productivité, beaucoup d'employeurs se laisse convaincre. (certes ce n'est pas facile et par expériences, nos seniors ont plus souvent un problème de communication face à leur image qu'un problème de compétences.)

 

il faut également garder a l'esprit qu'aujourd'hui une personne de 50 ans assure au minimum à son futur recruteur une présence de 10 années dans l'entreprise (il s'accroche a leur poste bien évidement). peut on en espérer autant d'un "non senior"? a priori non lorsque l'on sait que l'on change aujourd'hui de travail en moyenne tous les 7 ans. et le but d'un entrepreneur sérieux reste tout de même de s'assurer une présence compétente sur du long terme et non sur une période incertaine.

 

de plus jean loup, la réalité des statistique est beaucoup plus inquietante aujourd'hui chez les jeune de moins de 26 ans peu ou pas qualifié que chez les senior. il faut arreter de prendre pour argent comptant le rabattage médiatique autour de l'emploi des senior. les reportages (trop nombreux) que l'on peu voir sur nos chaine francaise (privée ou public), meme si elle montre des exemples de difficultés réel, ne sont pas représentative de la réalité. arretons de faire de quelques exception une généralité, c'est ainsi que l'on créé des psychose stérile (il suffit de voir l'ampleur médiatique de la grippe A oposé a son réel impact sanitaire)

 

Voila l'état de mes reflexions sur ce sujet que je cottoie au jour le jour

 

Cordialement

Nasique

 

 

Beau plaidoyer auquel je voudrais bien souscrire.

Apparemment le "prémice" (employeur intelligent) n'existe quasiment pas en France à ce jour.

Les 2/3 des personnes qui font liquider leur retraite sont déjà "inactives" (chômeurs masqués puisque "dispensés" de recherche d'emploi ils ne comptent pas dans les statistiques)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il faut également garder a l'esprit qu'aujourd'hui une personne de 50 ans assure au minimum à son futur recruteur une présence de 10 années dans l'entreprise (il s'accroche a leur poste bien évidement). peut on en espérer autant d'un "non senior"? a priori non

 

Dans le cas présent, on parle d'une personne de 57 ans qui en aura peut-être 58 lorsqu'il aura terminé son préavis. Pas d'une personne de 50 ans avec 10 ans devant lui...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mashinotsu

Pour ma part, j'ai fait le test grandeur nature.

 

Deux CV absolument identiques à un point près : dans le premier, dernier emploi, 7 ans d'expérience au même poste, âge de la candidate 43 ans.

 

Deuxième CV : 14 ans d'expérience à ce même dernier poste. Age de la candidate 50 ans.

 

Pour être précise, les CV ont été exépdiés à sept ans d'écart, puisque c'est bien la même personne.

 

Avec dans les deux cas des lettres manuscrites, lues et relues, assez similaires mais très personnalisées par rapport à l'offre.

 

Résultat : à 43 ans, 5 CV envoyés, 3 convocations, débouchant sur 2 propositions d'emploi.

 

A 50 ans, plus de 60 CV envoyés, pour le même type d'offre, 1 convocation, débouchant sur 1 proposition d'emploi.

 

Certes, on ne cherche qu'un poste à la fois, mais cela me semble parlant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Aujourd'hui un employeur intelligent (certes ils ne le sont pas tous) sait réfléchir non pas en terme de salaire a proprement parlé mais en terme de rentabilité et de productivité.

 

des lors que l'on est capable de mettre en œuvre une communication opposant à l'age ces questions de rentabilité et de productivité, beaucoup d'employeurs se laisse convaincre. (certes ce n'est pas facile et par expériences, nos seniors ont plus souvent un problème de communication face à leur image qu'un problème de compétences.)

 

il faut également garder a l'esprit qu'aujourd'hui une personne de 50 ans assure au minimum à son futur recruteur une présence de 10 années dans l'entreprise (il s'accroche a leur poste bien évidement). peut on en espérer autant d'un "non senior"? a priori non lorsque l'on sait que l'on change aujourd'hui de travail en moyenne tous les 7 ans. et le but d'un entrepreneur sérieux reste tout de même de s'assurer une présence compétente sur du long terme et non sur une période incertaine.

 

de plus jean loup, la réalité des statistique est beaucoup plus inquietante aujourd'hui chez les jeune de moins de 26 ans peu ou pas qualifié que chez les senior. il faut arreter de prendre pour argent comptant le rabattage médiatique autour de l'emploi des senior. les reportages (trop nombreux) que l'on peu voir sur nos chaine francaise (privée ou public), meme si elle montre des exemples de difficultés réel, ne sont pas représentative de la réalité. arretons de faire de quelques exception une généralité, c'est ainsi que l'on créé des psychose stérile (il suffit de voir l'ampleur médiatique de la grippe A oposé a son réel impact sanitaire)

 

Voila l'état de mes reflexions sur ce sujet que je cottoie au jour le jour

 

Cordialement

Nasique

 

Vous partez d'un bon esprit et d'une bonne volonté, je me bats également avec ces arguments pour défendre les seniors de plus de 45 ans (eh oui l'âge des seniors commence tôt) on est loin des seniors de 50 ans que vous évoquez et de notre internaute qui a 57 ans.

 

Je suis d'accord avec vous que les jeunes ont également beaucoup de difficultés d'insertion, avec une dégradation importante actuellement pour les JD depuis la rentrée. Les femmes aussi surtout chez les jeunes et les seniors.

 

Quand à mon avis sur les statistiques, je ne parle pas de celles des médias, mais de celles échangées dans les organismes traitant de l'insertion professionnelle et l'emploi, celles qui s'appuient chaque mois sur des données réelles.

 

En réalité, l'idéal c'est 30/45 ans et être un homme.

 

Heureusement, des femmes trouvent des emplois, les jeunes et les seniors aussi, mais ils ont des difficultés, l'âge avançant n'arrange rien.

 

Mais il ne faut pas oublier, aussi, que la plupart des seniors ne sont pas mobiles, aspirent à la préretraite qui n'existe plus et ne reviendra plus (ce qu'ils découvrent), résultat d'une politique déplorable, sur l'emploi, des décennies passées.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Mashinotsu

Dans mon métier, de 17 à 59 ans, voilà les âges des personnes que j'ai embauchées (une dizaine) depuis deux ans.

 

Et ça marche.

 

Difficulté d'emploi des jeunes.

Depuis cet été, je fais travailler trois jeunes de 17 et 18 ans.

La première est titulaire de diplômes du niveau CAP +, sait à peu près lire (lentement, mais bon), on fait avec.

 

La seconde, d'orignie étrangère, déchiffrait à peine lorsque je l'ai rencontrée. Je lui ai dit que je ne l'embaucherai que lorsqu'elle saurait lire. Trois semaines après, elle se débrouillait nettement mieux et j'ai pu l'embaucher. Trois mois après, elle a carrément pris goût à la lecture.

 

La troisième, française de souche, titulaire d'un CAP depuis juin 2009, a été diagnostiquée depuis longtemps dyslexique, mais pas suivie. Elle n'arrive pas à lire du tout, ne comprend pas ce qu'elle déchiffre péniblement, le cache à sa fratrie parce qu'elle a honte. Je lui fais faire quelques remplacements mais ne peux l'embaucher, alors que j'ai un poste à pourvoir, car dans certains cas il serait dangereux de la faire travailler.

 

Son enseignante m'a expliqué que la législation n'autorisait plus à refuser un CAP à un jeune qui ne sait pas lire. On ne doit paraît-il valoriser que les points positifs. Intelligente et travailleuse, cette jeune fille a donc son diplôme.

 

Pour ma part, je trouve ça catastrophique pour ces jeunes.

Et j'esssaie de sélectionner au niveau bac pro, au lieu du CAP, désormais.

Quand on aura le bac sans savoir lire (ou quand j'en aurai la certitude, car je crains que ce ne soit déjà le cas), je demanderai un bac + 2 ! Diplôme que possèderont 85% de chacune des futures classes d'âge, probablement !

 

Il serait peut-être temps de voir la réalité en face. Savoir lire, dans certains milieux, est redevenu un luxe.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Amilcard
      Bonjour
      Je souhaiterais avoir vos renseignements concernant la durée maximum des versements Indemnités Journalières dans le cadre d'un Accident de Travail et les conditions Initial et Rechute.
       
      C'est un peu compliqué je vais tenter d'être le plus précis :
      Avril 2006 : Agression physique sur mon lieu de travail reconnaissance de l'AT jusqu en octobre 2006
      Octobre 2006 Changement d'employeur
      Mars 2009 Agression verbales et menaces déclarée en rechute par erreur par mon médecin et validée par médecin conseil CPAM
       
      - Est il possible de reconnaître l'agression de mars 2009 en Accident de Travail Initial en lieu et place d'une rechute (contexte différent, autre employeur etc etc)
      sachant que mon dernier employeur a fermé depuis quelque mois ?
       
      - Compte tenu de prolongation des AT par mon médecin, quelle est la durée maximum de versements des IJ ?
       
      - Au bout d'un certain temps, les IJ sont elles remplacées par un autre type de prise en charge et si oui sous quelles formes?
       
      Merci pour votre aide
    • Par bichus
      Bonjour, voici mon parcours:
      Je travaillai en intérim dans une entreprise pharmaceutique qui des produits des médicaments de tests d'allergie. Mon contrat courait jusqu'au 22 février. En parallèle, j'ai postulé pour un poste de Gardien d'immeuble et j'ai eu plusieurs entretiens. Le 27 décembre, j'ai eu un accident du travail. Je me suis ouvert le doigt avec un flacon non-étiqueté, donc impossible de savoir le contenu. Une heure après, en sortant du travail, je me suis aperçu de plaques d'urticaire sur tout le corps. Je suis allé chez le medecin le lendemain matin et il m'a dit que je faisai une allergie, il m'a donc signifié un accident du travail avec un arrêt jusqu'au 7 janvier.
      Le 4 janvier, j'ai eu la confirmation que l'employeur pour le CDI de gardien que j'allai signer un contrat avec période d'essai de 2 mois. Entre-temps, mon medecin m'a prolongé jusqu'au 15 janvier. Ce jour-là, j'ai appelé mon l'intérim pour leur dire que mon médecin m'avait dit qu'au regard de ma santé, il était dangereux que je reprenne ma mission d'intérim tant que je n'aurai pas effectué de tests et d'analyses afin de savoir à quoi j'étais allergique. Et également, vu que j'allai signer un CDI. L'intérim m'a donc mis en fin de mission. J'ai commencé à travailler comme gardien le 24 janvier. L'employeur a mis fin la période d'essai le 4 mars. J'ai donc pris les devants afin de pouvoir obtenir des allocations chômage. J'ai demandé des attestations assédic à l'intérim et à mon ex-employeur. Il y est écrit sur les deux : Fin de contrat à l'initiative de l'intérimaire, sur l'attestion de l'intérim, et Fin de période d'essai à l'initiative de l'employeur, pour l'autre. Je suis inscrit comme demandeur d'emploi depuis le 25/03/2008 et je n'ai plus de droits depuis le 03/11/2009. Sachant aussi que j'ai effectué diverses missions avec une autre entreprise intérim depuis 2009...
      Mes questions sont les suivantes : 1- Puis-je demander un recalcul de mes droits?
      2- Est-ce que les attestations ne vont pas me porter préjudice?
      3- A quelles aides ou allocations ai-je droit?
       
      D'avance merci pour vos réponses...cordialement.
    • Par Sophiline
      Bonjour
       
      Je suis à mon compte (éleveuses de chats) je suis encore à la CPAM jusqu'en 2012 car mes droit au chômage sont épuisés depuis le 5 mars 2011, je suis actuellement en arrêt maladie suite a une intervention chirurgicale, mon docteur m'a donné un arrêt de travail de 3 semaines, aurais je du envoyer cet arrêt de travail à la CPAM ou alors cela ne changera rien car je ne pourrais pas prétendre à quoi que ce soit de la CPAM du faite que je suis à mon compte.
      Merci
    • Par oraclum75
      Bonjour,
       
      affilié au RSI, étant auto entrepreneur, je me suis vu délivrer un commandement d'huissier pour des arriérés de cotisations sociales. Il ne m'a pas été adressé préalablement de courrier de mise en demeure. Je précise que ceci date d' aout 2009
      Y a t' il eu de la part de cet organisme un non respect de la procédure normal ( je crois que c le cas) Ensuite, y a t' il un recours possible ( pour au moins se faire rembourser les frais d'Huissier)
      Merci d'avance pour vos réponses à ce sujet.
    • Par Cyriel
      Bonsoir,
       
      Je vais tâcher d'exposer clairement mon problème. J'ai depuis 6 mois 2 activités salariées déclarées.
       
      La première je l'exerce depuis bientôt deux ans : il s'agit d'un contrat d'avenir (998,20 bruts pour 112,66h de travail mensuel) qui s'arrêtera fin mars 2011. Je ne quitterai donc pas volontairement cet emploi.
      La deuxième activité est un plutôt un job de complément : agent d'accueil en CDI 30h de base mensuel pour 288 euros bruts. J'exerce cette deuxième activité depuis octobre 2010 (depuis bientôt 6 mois). J'ai été amené pour cette deuxième activité à effectuer pendant les fêtes des heures supplémentaires (non obligatoires, mon contrat stipule : "le salarié pourra être amené à effectuer des heures complémentaires dans la limité de 169 h en fonction de la nécessité de l'entreprise").
       
      D'après un dépliant qu'on m'a remis au Pôle Emploi concernant mon cas je peux bénéficier d'une allocation chômage si :
       
      -la ou les activité(s) conservée(s) ne représente(nt) pas plus de 110 heures brutes de travail par mois,
      -la ou les rémunération(s) brute(s) conservée(s) n'excède(nt) pas 70% de la totalité des salaires bruts perçus au titre des emplois que vous occupiez avant d'en perdre un ou plusieurs,
      -vous êtes inscrit comme demandeur d'emploi,
      -vous n'avez pas quitté volontairement votre emploi,
      -vous avez travaillé au minimum durant 4 mois ou 610 heures au cours des 28 derniers mois pour les moins de 50 ans ou au cours des 36 derniers mois pour les 50 ans ou plus.
       
      J'ai souligné la phrase concernant la rémunération brute de ma deuxième activité : en temps normal (30 heures de base mensuelle) elle n'excède pas 28% du salaire de ma première activité (contrat d'avenir) MAIS en décembre 2010, en raisons d'heures supplémentaires, la rémunération brute de ma deuxième activité a atteint 71% du salaire brut de mon premier emploi (pour 74 heures de travail mensuel).
       
      Ma question est : cela va t-il changer quelque chose à mes droits lorsque j'irai m'inscrire comme demandeur d'emploi fin mars 2010 pour ma première activité ?
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...