Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

a refusé ma rupture conventionnelle car trop coûteuse


Reglisso

Messages recommandés

Bonsoir,

 

Je suis actuellement en CDI et souhaite quitter de mon entreprise. J'ai fait part de ma volonté de partir à mon employeur qui m'a lui même proposé la rupture conventionnelle.

 

Aujourd'hui, la somme des indemnités est tombée (5000 euros). A peine a-t-il vu la somme qu'il m'a coincée dans son bureau pour me dire que c'était hors de question, sans même prendre la peine d'y réfléchir. "Trop cher". Je précise que je suis dans une PME de 10 salariés.

 

J'aimerais savoir si :

 

1) Les indemnités de ruptures conventionnelles sont uniquement à charge de l'employeur. J'ai vaguement entendu parlé qu'il y avait d'autres payeurs.

Je n'arrive pas à croire que la situation se résume à soit tu démissionnes avec pinuts, soit tu pars avec la cagnotte pillé dans les propres poches de ton employeur. Quelque chose m'échappe...

 

2) Si nous, méchants salariés pilleurs de pauvres employeurs, voulont partir en éviter la démission, dans ce cas, les employeurs n'ont AUCUN intérêt à procéder à la rupture conventionnelle ? Alors pourquoi le font-ils ?

 

3) Quelles sont mes alternatives pour convaincre mon employeur ? Que puis-je lui avancer comme argument ? 5000 euros, ça ne me paraît pas énorme pour 8 ans de bons et loyaux services. J'aimerais me lancer à mon compte et j'ai besoin de cette sécurité financière.

 

Merci d'avoir pris le temps de me lire et pour vos réponses...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 44
  • Création
  • Dernière réponse
Bonsoir,

 

Je suis actuellement en CDI et souhaite quitter de mon entreprise. J'ai fait part de ma volonté de partir à mon employeur qui m'a lui même proposé la rupture conventionnelle.

 

Aujourd'hui, la somme des indemnités est tombée (5000 euros). A peine a-t-il vu la somme qu'il m'a coincée dans son bureau pour me dire que c'était hors de question, sans même prendre la peine d'y réfléchir. "Trop cher". Je précise que je suis dans une PME de 10 salariés.

 

C'est son droit, vous ne pouvez l'obliger à accepter, de la même façon un employeur ne peut obliger un salarié à accepter.

 

J'aimerais savoir si :

 

1) Les indemnités de ruptures conventionnelles sont uniquement à charge de l'employeur. J'ai vaguement entendu parlé qu'il y avait d'autres payeurs.

Je n'arrive pas à croire que la situation se résume à soit tu démissionnes avec pinuts, soit tu pars avec la cagnotte pillé dans les propres poches de ton employeur. Quelque chose m'échappe...

 

Les indemnités sont payées par l'employeur et uniquement lui, heureusement, sinon le nombre de chômeurs explose dans les prochains jours. Ne prenez pas pour argent comptant tout ce que vous pouvez lire sur le net, notamment dans des forums style café du commerce.

 

 

 

2) Si nous, méchants salariés pilleurs de pauvres employeurs, voulont partir en éviter la démission, dans ce cas, les employeurs n'ont AUCUN intérêt à procéder à la rupture conventionnelle ? Alors pourquoi le font-ils ?

 

Parce que c'est plus simple et moins risqué qu'un licenciement, mais ça leur coûte aussi cher dans le cas d'un licenciement bien fondé.

 

3) Quelles sont mes alternatives pour convaincre mon employeur ? Que puis-je lui avancer comme argument ? 5000 euros, ça ne me paraît pas énorme pour 8 ans de bons et loyaux services. J'aimerais me lancer à mon compte et j'ai besoin de cette sécurité financière.

 

Pas d'alternative juridique pour décider votre employeur, 5000€ c'est pareil que l'indemnité de licenciement, sauf que pour un licenciement on ne le souhaite pas toujours à l'inverse de la rupture conventionnelle.

 

Merci d'avoir pris le temps de me lire et pour vos réponses...

 

Si vous voulez quitter l'entreprise c'est soit la démission, soit la rupture conventionnelle si les deux parties sont d'accord.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Je suis actuellement en CDI et souhaite quitter de mon entreprise. J'ai fait part de ma volonté de partir à mon employeur ...

 

...

 

3) Quelles sont mes alternatives pour convaincre mon employeur ? Que puis-je lui avancer comme argument ? 5000 euros, ça ne me paraît pas énorme pour 8 ans de bons et loyaux services. J'aimerais me lancer à mon compte et j'ai besoin de cette sécurité financière.

 

Merci d'avoir pris le temps de me lire et pour vos réponses...

 

 

 

Bonjour,

Votre post est mal placé, sans doute la modération pourra la déplacer, je pense que vous devriez allez sur le salon Entreprise.

A mon avis, si vous souhaitez par exemple créer une SARL, il vous faudra commencer par intégrer votre financeur sous forme de parts de société…

Cordialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

 

Oui Anissa, j'y ai bien pensé en deuxième recours, mais le soucis, c'est qu'il faut obligatoirement que j'assure mes arrières financièrement parlant... Je n'ai rien de côté et je ne peux pas prendre ce risque...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

2) Si nous, méchants salariés pilleurs de pauvres employeurs, voulont partir en éviter la démission, dans ce cas, les employeurs n'ont AUCUN intérêt à procéder à la rupture conventionnelle ? Alors pourquoi le font-ils ?

La rupture conventionnelle suppose la volonté conjointe du salarié et de l'employeur de se séparer. Voilà pourquoi les employeurs l'acceptent dans certains cas, quand ils sont bien contents de voir partir le salarié et qu'ils sont prêts à faire un effort financier pour en être débarrassé. Dans le cas où seul le salarié veut partir alors que l'employeur préfèrerait le voir rester, il est certain qu'il ne va pas en plus payer pour que le salarié parte...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La rupture conventionnelle suppose la volonté conjointe du salarié et de l'employeur de se séparer. Voilà pourquoi les employeurs l'acceptent dans certains cas, quand ils sont bien contents de voir partir le salarié et qu'ils sont prêts à faire un effort financier pour en être débarrassé. Dans le cas où seul le salarié veut partir alors que l'employeur préfèrerait le voir rester, il est certain qu'il ne va pas en plus payer pour que le salarié parte...

 

 

Ta citation colle parfaitement à ma situation... Hélas, tout ce que tu dis est vrai, je l'ai appris à mes dépends aujourd'hui. La rupture conventionnelle est juste la solution simplifiée d'un licenciement voulu qui évite toute la paperasserie. Et ne marche pas pour les démissions. Je pensais que c'était justement créé pour ça au départ. Merci Sarko. Encore un point pour les patrons sous couvert d'une modernisation du monde du travail...

 

C'est d'autant plus rageant que mon employeur était ok pour que je parte avec le "maximum" m'a t'il dit. Mais il ne pensait pas à cette somme-là. Je pense qu'il est temps de sortir le plan B.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Excusez mon intrusions, je ne vais pas apporter quelque chose à votre probleme, mais juste une opinion.:p

 

Mais je pense aussi qu'il faut regarder tous les cotés!

 

Je pense sincérement que les ASSEDIC ne sont pas là pour payer les gens qui ont volontairement quitté leur emploie, mais pour ceux qui malheuresement n'on pas eu beaucoup le choix..:cool:

 

 

Si un employé veux quitter l'entreprise, qu'il démissione de son plein grés.;)

 

Si un employé démissione c'est (le plus souvent) parcequ'il à autre chose dérrière (un autre emploi ou création d'entreprise)

(Mis à part les déppression, etc.. ou là effectivement poussé à bout certain démissione)

 

Les Francais qui travailent et cautisent aux assedic, cautisent pour se couvrir de ce risque de perte subite de leur emploie, pas pour offiri un matela ou parachutte aux volontaires et courageuse personnes désirant créer leur entreprise.. :rolleyes:

 

Donc la rupture conventionnel Ok, si les deux partie sont d'accord, mais ce n'est pas un du (des deux cotés) chacun est libre de refuser, à l'autre d'être convinquant (en restant dans la légalité biensur)

 

Je comprend votre employeur qui lui n'a rien demandé, qui va devoir recruter une autre personne, la former afin d'être operationel, cela va lui couter du temps et de l'argent. Alors si en plus il doit verser des indemnités à celui qui veut partir de son propre chef...j'ai du mal à comprendre pourquoi l'employeur le ferai:confused: ou alors il est suicidaire.

 

Maintenant vous avez tout a fait raison d'essayer, 5000€ d'indemnité ce n'est pas rien, mais n'oubliez pas le terme "indemnité" c'est pour "indemniser" en quelque sorte un préjudice. En considérant le probleme dans l'autre sens, pourquoi lorsque c'est l'employer qui demande une rupture conventionel, ce n'ast pas à lui de payer une indemnité au patron??

 

Rassurez vous, je suis employé et eu une patrone plus que "C**" mais faut savoir jouer le jeux et être réglo dans les deux sens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Excusez mon intrusions, je ne vais pas apporter quelque chose à votre probleme, mais juste une opinion.:p

 

Mais je pense aussi qu'il faut regarder tous les cotés!

 

Je pense sincérement que les ASSEDIC ne sont pas là pour payer les gens qui ont volontairement quitté leur emploie, mais pour ceux qui malheuresement n'on pas eu beaucoup le choix..:cool:

 

 

Si un employé veux quitter l'entreprise, qu'il démissione de son plein grés.;)

 

Si un employé démissione c'est (le plus souvent) parcequ'il à autre chose dérrière (un autre emploi ou création d'entreprise)

(Mis à part les déppression, etc.. ou là effectivement poussé à bout certain démissione)

 

Les Francais qui travailent et cautisent aux assedic, cautisent pour se couvrir de ce risque de perte subite de leur emploie, pas pour offiri un matela ou parachutte aux volontaires et courageuse personnes désirant créer leur entreprise.. :rolleyes:

 

Donc la rupture conventionnel Ok, si les deux partie sont d'accord, mais ce n'est pas un du (des deux cotés) chacun est libre de refuser, à l'autre d'être convinquant (en restant dans la légalité biensur)

 

Je comprend votre employeur qui lui n'a rien demandé, qui va devoir recruter une autre personne, la former afin d'être operationel, cela va lui couter du temps et de l'argent. Alors si en plus il doit verser des indemnités à celui qui veut partir de son propre chef...j'ai du mal à comprendre pourquoi l'employeur le ferai:confused: ou alors il est suicidaire.

 

Maintenant vous avez tout a fait raison d'essayer, 5000€ d'indemnité ce n'est pas rien, mais n'oubliez pas le terme "indemnité" c'est pour "indemniser" en quelque sorte un préjudice. En considérant le probleme dans l'autre sens, pourquoi lorsque c'est l'employer qui demande une rupture conventionel, ce n'ast pas à lui de payer une indemnité au patron??

 

Rassurez vous, je suis employé et eu une patrone plus que "C**" mais faut savoir jouer le jeux et être réglo dans les deux sens.

 

 

Bonsoir Palmier !

 

Merci sur vos impressions. Je suis en partie d'accord avec vous et je ne trouve pas ça normal que des gens profitent du système impunément alors que d'autres se crève au travail pour leur payer leur retraite anticipée.

 

Maintenant, quand vous dites "que ceux qui veulent quitter l'entreprise démissionnent", c'est là où je tique. Je n'ai pas dit que je le faisais pour créer ma propre entreprise (ceci dit, mon patron le croit), et quand bien même, quel mal y a t'il à demander une petite sécurité financière le temps de démarrer son activité sans risque pour après rouler en solitaire. Je n'appelle pas ça du profit, mais un coup de pouce, bien sûr, qui doit être consenti. Hélas, ma décision est motivée par d'autres raisons bien plus sombres, à savoir une ambiance de travail devenue insupportable, au point de mettre en péril ma santé mentale et physique, influant sur ma vie personnelle.

 

J'adore mon travail, je n'ai pas de soucis avec mon boss avec qui je m'entends bien, mais sans rentrer dans les détails, l'ambiance s'est dégradée de façon notoire avec mes collègues. Je ne demande qu'à faire mon travail mais aujourd'hui, je ne peux plus le faire correctement, au détriment de ma santé. Je n'ai rien demandé. Alors le "c'est les plus gênés qui s'en vont", c'est un peu trop léger. Je suis au pied du mur, je vis seule et je ne veux pas me retrouver sans ressources à cause de c** qui m'ont pourrit la vie et à cause de qui je pars d'un travail que j'aime.

 

Le but étant de partir avec un minimum de pécule, juste le temps de se retourner en pouvant toujours payer son loyer en attendant de retrouver un autre emploi ou peut être, se mettre à son compte. Je ne vois pas le mal. J'ai donné 8 ans de travail soigné à cette entreprise. J'estime que 5000 euros pour le préjudice que je subis depuis maintenant deux années, ce n'est pas si cher payer et que je ne profite de rien. Je tente juste d'assurer mes arrières pour une vie meilleure.

 

Tout n'est pas noir ou blanc. Plein de gens sont dans la même situation que moi et heureusement qu'il existe d'autres solutions que la démission pour rompre un contrat...

 

Bonne soirée :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas tout à fait du même avis que vous et rejoins plutot Palmier. Dans un cas comme le votre, trouvez d'abord un autre job et démissionnez ensuite. C'est un peu facile de dire que vous voulez toucher un pécule pour pouvoir ensuite prendre le temps de chercher un autre job...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A l'heure où des salariés se suicident sur leur lieu de travail, la question des conditions de travail est plus que jamais d'actualité. Si Reglisso en est à penser qu'elle pourrait y laisser sa santé physique et mentale, sans que l'employeur veille aux bonnes conditions de travail de ses collaborateurs, alors je pense qu'il mérite bien de mettre la main au porte monnaies. Je pense aussi que la majorité se lève le matin pour travailler et obtenir un salaire à la fin du mois...pas pour autre chose.

 

Sans vouloir lancer une quelconque polémique...:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Perso, je me méfie un peu de ces situations de travail "à y laisser sa santé". Perso, j'ai déjà connu de nombreuses situation conflictuelles et je n'y ai jamais laissé la santé, au contraire même, cela met du piment, mais bon c'est du à mon caractère combatif aussi (on ne milite pas depuis 25 ans dans le milieu syndical par hasard j'imagine...).

C'est pourquoi je prends toujours un ton au dessous ce genre d'affirmation, car ce qui parait parfois insupportable à quelqu'un n'est peut-être qu'une petite crise pour celui qui a envie de l'affronter...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas tout à fait du même avis que vous et rejoins plutot Palmier. Dans un cas comme le votre, trouvez d'abord un autre job et démissionnez ensuite. C'est un peu facile de dire que vous voulez toucher un pécule pour pouvoir ensuite prendre le temps de chercher un autre job...

 

Mon cas, vous êtes loin de le connaître pour vous permettre de me dire ce qui est mieux pour moi. Des personnes voulant faire évoluer le droit du travail ont voté des lois pour justement ne plus avoir ces deux choix mortifaires et sans appel : licenciement/démission.

 

Comme je le disais, quand on est au pied du mur, on a pas vraiment le choix, surtout avec la crise actuelle. Mon job, j'aurais aimé le garder. Hélas, des personnes malveillantes m'ont poussées à bout, à tel point que chaque jour de plus passé au travail devient un enfer. Je ne vous le souhaite pas, mais si un jour vous êtes harcelé dans votre travail, que vous sombrez dans une dépression et que votre santé est mise en jeu, je doute que vous appréciez un "trouve d'abord un job au lieu de vouloir profiter du système". Car ce n'est pas profiter du système, c'est un droit.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne vous en faites pas pour moi, avant qu'un souci de travail me fasse déprimer, il y a encore loin...

Sinon, il me semble bien que vous aviez pris conscience des limites de la rupture conventionnelle. Vous étiez d'accord avec ce que j'en disais et vous revenez maintenant dessus. La rupture conventionnelle n'est pas un droit qui vous ai donné à vous seul, salarié. C'est une possibilité offerte au couple employeur/salarié dans le cas où les 2 sont d'accord pour se séparer. Si l'employeur n'est pas d'accord, vous n'avez aucune possibilité pour le forcer à accepter, de même que l'inverse est vrai.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne vous en faites pas pour moi, avant qu'un souci de travail me fasse déprimer, il y a encore loin...

Sinon, il me semble bien que vous aviez pris conscience des limites de la rupture conventionnelle. Vous étiez d'accord avec ce que j'en disais et vous revenez maintenant dessus. La rupture conventionnelle n'est pas un droit qui vous ai donné à vous seul, salarié. C'est une possibilité offerte au couple employeur/salarié dans le cas où les 2 sont d'accord pour se séparer. Si l'employeur n'est pas d'accord, vous n'avez aucune possibilité pour le forcer à accepter, de même que l'inverse est vrai.

 

 

Tant mieux si tout se passe bien pour vous, ce n'est pas la panacée de tout le monde, et rien n'est immuable. Deux ans auparavant, tout se passait bien pour moi aussi. Et sinon, je suis toujours d'accord avec ce que vous avancez quant à la rupture conventionnelle. C'est un arrangement à l'amiable, consenti par les deux parties. Et je sais depuis le début que je ne peux "forcer" mon employeur à aller dans mon sens.

 

J'aurais souhaité une réaction de votre part plutôt sur ma dernière intervention que sur celle déjà passée, que je ne remets nullement en cause...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tant mieux si tout se passe bien pour vous, ce n'est pas la panacée de tout le monde, et rien n'est immuable.

 

Vous avez raté un de mes messages, je ne dis pas que tout va bien pour moi, mais que je suis loin de déprimer...

Ca fait 25 ans que je suis élu représentant du personnel, membre CE (actuel secrétaire) et que je suis militant syndical, alors des conflits, j'en ai vécu quelques uns, j'en vis encore et j'en vivrai d'autres. Je trouve plutot cela intéressant et stimulant...

Mais je suis conscient que tout le monde n'apprécie pas les conflits et que certains préfèrent vivre calmement...;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On a vu le cas de la rupture conventionnelle, mais ça ne fonctionne pas.

 

Plein de gens sont dans la même situation que moi et heureusement qu'il existe d'autres solutions que la démission pour rompre un contrat...

 

Bonne soirée :)

 

Une autre solution celui du harcèlement....qui est votre nouvelle demande.

 

Mon cas, vous êtes loin de le connaître pour vous permettre de me dire ce qui est mieux pour moi. Des personnes voulant faire évoluer le droit du travail ont voté des lois pour justement ne plus avoir ces deux choix mortifaires et sans appel : licenciement/démission.

 

Comme je le disais, quand on est au pied du mur, on a pas vraiment le choix, surtout avec la crise actuelle. Mon job, j'aurais aimé le garder. Hélas, des personnes malveillantes m'ont poussées à bout, à tel point que chaque jour de plus passé au travail devient un enfer. Je ne vous le souhaite pas, mais si un jour vous êtes harcelé dans votre travail, que vous sombrez dans une dépression et que votre santé est mise en jeu, je doute que vous appréciez un "trouve d'abord un job au lieu de vouloir profiter du système". Car ce n'est pas profiter du système, c'est un droit.

 

 

La définition du HM

 

Défini par le Code du travail, le harcèlement moral se manifeste par des agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits de la personne du salarié au travail et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. Son auteur : un employeur, un cadre, un agent de maîtrise, un collègue de la victime…
Pour monter votre dossier il vous faut des preuves des agissements et qu'ils soient répétés.

 

Preuves en main, dossier solide, il vous faut démontrer qu'ils ont causé une dégradation de vos conditions de travail susceptible de porter atteinte à vos droits et à votre dignité, d’altérer votre santé physique ou mentale ou de compromettre votre avenir professionnel.

 

Les chances de succès, même pour des véritables harcelés sont extrêmement faibles si on suit les statistiques dans ce domaine.

 

Prenez un bon avocat.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A l'heure où des salariés se suicident sur leur lieu de travail, la question des conditions de travail est plus que jamais d'actualité. Si Reglisso en est à penser qu'elle pourrait y laisser sa santé physique et mentale, sans que l'employeur veille aux bonnes conditions de travail de ses collaborateurs, alors je pense qu'il mérite bien de mettre la main au porte monnaies. Je pense aussi que la majorité se lève le matin pour travailler et obtenir un salaire à la fin du mois...pas pour autre chose.

 

Sans vouloir lancer une quelconque polémique...:)

 

 

Merci Anissa, d'avoir fait avancer le débat. Je n'en suis pas au point de penser à une solution irrémédiable, heureusement pour moi, mais c'est vrai que le suicide sur le lieu de travail est plus que jamais d'actualité... Quand on a une famille à nourrir, qu'on se lève tous les matins pour trimer, qu'on subit un harcèlement moral au quotidien, que c'est la crise et qu'il n'y a pas de boulot, si on n'est pas bien, on a plus qu'à démissionner ou à s'ôter la vie ? Comme je le disais, heureusement que des solutions plus souples existent.

 

D'ailleurs, j'ai déjà fait part de mon mes soucis à mon patron, par deux fois, mais rien n'a changé. Pas forcément de sa faute, puisqu'il n'est pas souvent au bureau et que forcément, quand le chat n'est pas là...

 

---------- Message ajouté à 23h01 ---------- Message précédent posté à 22h56 ----------

 

On a vu le cas de la rupture conventionnelle, mais ça ne fonctionne pas.

 

 

 

Une autre solution celui du harcèlement....qui est votre nouvelle demande.

 

 

 

 

La définition du HM

 

Pour monter votre dossier il vous faut des preuves des agissements et qu'ils soient répétés.

 

Preuves en main, dossier solide, il vous faut démontrer qu'ils ont causé une dégradation de vos conditions de travail susceptible de porter atteinte à vos droits et à votre dignité, d’altérer votre santé physique ou mentale ou de compromettre votre avenir professionnel.

 

Les chances de succès, même pour des véritables harcelés sont extrêmement faibles si on suit les statistiques dans ce domaine.

 

Prenez un bon avocat.

 

 

Merci pour les infos, mais je ne souhaite pas m'engager sur cette voie. Comme vous le dites, c'est perdu d'avance car difficilement prouvable. Je pourrais le prouver avec un enregistrement, mais c'est juridiquement irrecevable (me semble t'il). Et je n'ai pas d'argent pour prendre un avocat.

 

Je veux juste avoir la paix, refaire ma vie avec un minimum de sécurité financière pour ce faire. Je vais retenter une négociation, au pire je demande une licenciement sans indemnités.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Perso, je me méfie un peu de ces situations de travail "à y laisser sa santé". Perso, j'ai déjà connu de nombreuses situation conflictuelles et je n'y ai jamais laissé la santé, au contraire même, cela met du piment, mais bon c'est du à mon caractère combatif aussi (on ne milite pas depuis 25 ans dans le milieu syndical par hasard j'imagine...).

C'est pourquoi je prends toujours un ton au dessous ce genre d'affirmation, car ce qui parait parfois insupportable à quelqu'un n'est peut-être qu'une petite crise pour celui qui a envie de l'affronter...

 

 

Sûr que personne ne réagit pareil face à une situation donnée. Chaque cas est unique. C'est un fait. Caractère, tempérament, durée dans le temps... Comme le dit Anissa, des personnes se sentent tellement acculées qu'elles finissent par se pendre. A vous entendre, ce ne sont que les faibles qui sont sujets à ces malaises que vous qualifiez de situations conflictuelles. Pour se suicider, je pense qu'il en faut plus, et cela s'appelle le harcèlement.

 

---------- Message ajouté à 23h12 ---------- Message précédent posté à 23h06 ----------

 

Retentez plutôt une négociation, car vous n'avez pas le droit de demander le licenciement, c'est différent de la rupture conventionnelle.

 

Seul l'employeur décide du licenciement quand il a une bonne raison.

 

 

Ce n'est pas pour encore passer pour le vilain canard mais effectivement, demander le licenciement n'est pas légal, par contre, il s'agit d'un arrangement tacite parmi d'autres avec son employeur. Au final, on reste dans la légalité. La fin justifiant les moyens, quand il n'y a plus d'autres solutions.

 

(Soit dit en apparté, si on ne faisait strictement que ce qu'on avait le droit de faire, on ne ferait pas grand chose...)

 

---------- Message ajouté à 23h16 ---------- Message précédent posté à 23h12 ----------

 

Vous avez raté un de mes messages, je ne dis pas que tout va bien pour moi, mais que je suis loin de déprimer...

Ca fait 25 ans que je suis élu représentant du personnel, membre CE (actuel secrétaire) et que je suis militant syndical, alors des conflits, j'en ai vécu quelques uns, j'en vis encore et j'en vivrai d'autres. Je trouve plutot cela intéressant et stimulant...

Mais je suis conscient que tout le monde n'apprécie pas les conflits et que certains préfèrent vivre calmement...;)

 

(Effectivement, j'avais raté un message. Désolée d'insister mais on parle de harcèlement, et non de conflits... et il y a un gouffre ;))

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il s'agit de cas isolés, pour les suicides, inquiétant comme le souligne Anissa, mais il ne s'agit pas de généralités. Mais il y a effectivement des situations très dures.

 

Un mot de travers, une plaisanterie douteuse, une absence de sourire, un collègue imbuvable, un patron qui ne respecte pas le droit du travail, une promotion qui n'arrive pas, un collègue favorisé.......ne suffisent pas à caractériser un HM, souvent les salariés se précipitent sur le HM pour un oui ou un non.

 

Pour ces raisons le HM perd de sa crédibilité auprès des juges, les salariés se font tort eux même et font le jeu des véritables harceleurs. Raison pour laquelle il faut prendre un peu de recul dans ces situations.

 

---------- Message ajouté à 23h26 ---------- Message précédent posté à 23h19 ----------

 

 

 

Ce n'est pas pour encore passer pour le vilain canard mais effectivement, demander le licenciement n'est pas légal, par contre, il s'agit d'un arrangement tacite parmi d'autres avec son employeur. Au final, on reste dans la légalité. La fin justifiant les moyens, quand il n'y a plus d'autres solutions.

 

(Soit dit en apparté, si on ne faisait strictement que ce qu'on avait le droit de faire, on ne ferait pas grand chose...)

 

Malgré tout c'est une magouille inadmissible et inutile depuis la rupture conventionnelle mise en place pour éviter justement les licenciements arrangés.

 

Pour la violation du droit, comme vous le dites, je vous rappelle simplement que nous sommes sur un site juridique, ne l'oubliez pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il s'agit de cas isolés, pour les suicides, inquiétant comme le souligne Anissa, mais il ne s'agit pas de généralités. Mais il y a effectivement des situations très dures.

 

Un mot de travers, une plaisanterie douteuse, une absence de sourire, un collègue imbuvable, un patron qui ne respecte pas le droit du travail, une promotion qui n'arrive pas, un collègue favorisé.......ne suffisent pas à caractériser un HM, souvent les salariés se précipitent sur le HM pour un oui ou un non.

 

Pour ces raisons le HM perd de sa crédibilité auprès des juges, les salariés se font tort eux même et font le jeu des véritables harceleurs. Raison pour laquelle il faut prendre un peu de recul dans ces situations.

 

 

Tout à fait d'accord avec vous. Le monde du travail est difficile. Et des situations comme vous le décrivez, je pense que tout le monde se retrouve plus ou moins dedans. Et il ne s'agit nullement de harcèlement moral. Ceci dit, dans mon cas, je ne parle pas d'incompatibilités d'humeurs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il s'agit de cas isolés, pour les suicides, inquiétant comme le souligne Anissa, mais il ne s'agit pas de généralités. Mais il y a effectivement des situations très dures.

 

Un mot de travers, une plaisanterie douteuse, une absence de sourire, un collègue imbuvable, un patron qui ne respecte pas le droit du travail, une promotion qui n'arrive pas, un collègue favorisé.......ne suffisent pas à caractériser un HM, souvent les salariés se précipitent sur le HM pour un oui ou un non.

 

Pour ces raisons le HM perd de sa crédibilité auprès des juges, les salariés se font tort eux même et font le jeu des véritables harceleurs. Raison pour laquelle il faut prendre un peu de recul dans ces situations.

 

---------- Message ajouté à 23h26 ---------- Message précédent posté à 23h19 ----------

 

 

Malgré tout c'est une magouille inadmissible et inutile depuis la rupture conventionnelle mise en place pour éviter justement les licenciements arrangés.

 

Pour la violation du droit, comme vous le dites, je vous rappelle simplement que nous sommes sur un site juridique, ne l'oubliez pas.

 

Vous parlez de magouille inadmissible et inutile. Je parle plutôt d'arrangement tacite et libérateur pour des cas sans autres issues. Je suis consciente d'être sur un site juridique, mais j'ose à penser que j'ai encore le droit d'expression et je ne pense pas faire de prosélytisme. Je dis juste que ces arrangements sont encore courants. Je ne vais pas plus loin.

 

(Encore heureux qu'on ne soit pas sur un forum chrétien, on n'aurait même pas pu évoquer la question du suicide...)

 

---------- Message ajouté à 23h37 ---------- Message précédent posté à 23h35 ----------

 

Justement dans le cas d'un pseudo HM on retrouve souvent l'incompatibilité d'humeur, la jalousie, l'orgueil, le nombrilisme, l'égo.....dans ce cas il faut recommander à ces personnes la consultation auprès d'un victimologue ou d'un souffrologue.

 

 

J'ai bien compris. Sinon, ça s'appelle des psy, et c'est même remboursé par la sécu !

 

(bon... ok, je sors...)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Vous parlez de magouille inadmissible et inutile. Je parle plutôt d'arrangement tacite et libérateur pour des cas sans autres issues. Je suis consciente d'être sur un site juridique, mais j'ose à penser que j'ai encore le droit d'expression et je ne pense pas faire de prosélytisme. Je dis juste que ces arrangements sont encore courants. Je ne vais pas plus loin.

 

(Encore heureux qu'on ne soit pas sur un forum chrétien, on n'aurait même pas pu évoquer la question du suicide...)

 

Mais enfin cette magouille est devenue obsolète, pour un tel licenciement il faut l'accord des deux parties d'accord?

 

Et pour la rupture conventionnelle ne faut-il pas l'accord des deux parties?

 

Bien sur pourquoi faire simple quand......

 

Évidemment il serait plus simple de supprimer la rupture conventionnelle si elle ne sert à rien

---------- Message ajouté à 23h37 ---------- Message précédent posté à 23h35 ----------

 

 

 

J'ai bien compris. Sinon, ça s'appelle des psy, et c'est même remboursé par la sécu !

 

(bon... ok, je sors...)

 

Ce qui est particulièrement utile pour les pseudos harcelés qui peuvent ensuite discerner où ils se situent.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...