Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

faire venir ma fille au lycée chez moi


Repè

Messages recommandés

La mère de mes enfants est décédée en janvier dernier, nous étions séparés depuis 10 ans. Nous avons eu 3 enfants : fille 26 ans, garçon 20 ans, fille 15 ans.

Ma fille de 15 ans ne veut pas venir chez moi, je ne connais pas la vraie raison, j'ai toujours eu de bons rapports avec elle. Elle veut rester avec sa soeur, dans la maison que leur a laissée leur mère, sa soeur la surprotège, elle me fait un procès qui mettra bien longtemps avant d'aboutir.

Ma cadette est inscrite dans un lycée dans ma ville, et n'est plus inscrite nulle part ailleurs.

Aucun de mes trois enfants ne veut communiquer avec moi, sauf un peu mon fils.

Bien entendu, le droit indique clairement que je suis tuteur légal et seul détenteur de l'autorité parentale.

Ma fille aînée a un contentieux avec moi qu'elle veut régler par sa soeur. Elle avait 13 ans et je m'opposais à ce qu'elle aille en boîte de nuit contre l'avis de sa mère qui l'y conduisait et allait la chercher à 6 heures du matin et ce jusqu'à 3 fois par semaine.

Certes mon aînée n'est pas une délinquante, mais je souhaite élever moi-même ma cadette que j'aime énormément.

Les juges sont intouchables, la gendarmerie refuse d'intervenir, le proviseur du lycée, ne voyant pas ma fille en classe s'impatiente et va donner sa place à quelqu'un d'autre.

Que faire pour faire venir ma fille, qui à l'entendre me prend pour Ténardier, alors que la vie qui lui est offerte est pleine d'équilibre, et que la fille de ma compagne a son âge et est sa meilleure amie ?

Comment faire pour faire tout simplement appliquer les codes de la République, civil notamment ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 4
  • Création
  • Dernière réponse

Pour l'instant, l'urgence majeure est sa scolarisation.

Laquelle ne peut passer que par vous.

 

Compte tenu du contexte, je vous dirais cédez. Inscrivez là au plus vite dans un lycée de son domicile actuel.

Et puis, laissez faire le temps, il travaille pour vous.

 

Il se peut qu'ils souhaitent ne pas être séparés si tôt après avoir perdu leur mère. C'est un évènement qu'ils ont vécu ensemble.

 

Si votre fille ainée rend l'atmosphère trop lourde avec le conflit qu'elle entretien avec vous, les autres s'en lasseront vite et, vous aurez fait preuve auprès de la plus jeune que vous n'êtes pas le monstre que prétend l'ainée.

 

L'amitié qu'elle entretient avec la fille de votre compagne vous sera d'un précieux secours. Ne la questionnez pas mais soyez attentif, vous saurez si elle est heureuse, si tout va bien pour elle.

Aimer, avec ses enfants, c'est souvent savoir s'effacer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour l'instant, l'urgence majeure est sa scolarisation.

Laquelle ne peut passer que par vous.

 

Compte tenu du contexte, je vous dirais cédez. Inscrivez là au plus vite dans un lycée de son domicile actuel.

Et puis, laissez faire le temps, il travaille pour vous.

 

Il se peut qu'ils souhaitent ne pas être séparés si tôt après avoir perdu leur mère. C'est un évènement qu'ils ont vécu ensemble.

 

Si votre fille ainée rend l'atmosphère trop lourde avec le conflit qu'elle entretien avec vous, les autres s'en lasseront vite et, vous aurez fait preuve auprès de la plus jeune que vous n'êtes pas le monstre que prétend l'ainée.

 

L'amitié qu'elle entretient avec la fille de votre compagne vous sera d'un précieux secours. Ne la questionnez pas mais soyez attentif, vous saurez si elle est heureuse, si tout va bien pour elle.

Aimer, avec ses enfants, c'est souvent savoir s'effacer.

 

oui sauf que juridiquement c'est le père qui a l'autorité parentale .

la soeur n'a le droit de signer aucun document pour la scolarité ou autre

a 15 ans c'est pas evident, il y aura toujours un moment ou la petite dira a la grande, je fais ce que je veux tu n'es pas ma mère

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité Yaka-de-retour

Comme le dit Psau il n'y a pas eu de délégation de l'autorité parentale. Donc Repé conserve cette autorité sur sa fille mineure et reste pénalement responsable de ses actes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

D'un autre coté, il risque la déscolarisation et s'il la reprend de force, ce sera tête de bois au mieux et fugues à répétition au pire.

 

Je reprendrais l'autre, dont j'oublie le nom: "ces évènements nous dépassent. feignons d'en être l'organisateur."

 

Et effectivement, cette autorité parentale lui permet de garder la main, en douceur.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...