Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Un adulte frappe violemment un mineur


Djo14740

Messages recommandés

Bonjour à tous.

 

Ayant été témoin d'un accident regrettable je vous écrit pour vous demander conseil. J'habite un petit village dans lequel j'ai deux amis (deux frères ) que je connais depuis l'enfance. Toutefois il y a quelque tensions entre nous et un groupe de jeunes du foyer. ( je place le contexte pour faciliter la compréhension )

 

Je passais donc une soirée tranquille avec mes deux amis, seulement pas loin de la où nous étions installés, les jeunes précités fétaient l'anniversaire de quelqu'un de leur groupe avec leurs amis et la famille. Un de mes amis a voulu aller souhaiter son anniversaire au jeune homme qui se trouvait devant la salle. Je ne vais pas mentir, je pense qu'il y avait une part de provocation et je ne le cautionne pas. Cela a donc tourné en dispute puis en bagarre. C'était une bagarre plutot banale entre deux jeunes d'environ 18 ans et ce n'est pas pour ca que je vous écrit.

 

En effet la où pour moi il y a un problème, c'est que lorsque ca a dégeneré et que le petit frère de 15 ans du garcon qui se battait a voulu aller récuperer son frère et calmer le jeu en disant qu'ils partaient, un adulte d'environ 45 ans est sorti de nul part a empoigné le petit frère qui ne demandait qu'a calmer les choses et lui a envoyé deux coups de poing extremement violent dans le nez. Mon jeune ami qui de plus et d'un tout petit gabaris saignait abondamment et était completement traumatisé. Je l'ai emmené chez moi, j'ai pris des photos, et l'ai raccompagné chez lui. De plus l'homme qui est conseiller municipal a décidé tout bonnement d'exclure mon ami et toute sa famille des activités communales.

 

Cette pression qu'il exerce sur la famille leur fait penser qu'il ne gagneront rien a porter plainte. C'est la que j'ai besoin de vous, peut il porter plainte? Mon témoignage, les photos, et l'examen du médecin sont ils suffisant pour que cela soit utile? Un adulte a t'il le droit d'éclater (excusez moi du mot, c'est pour exprimer la violence du geste) le nez d'un enfant de 15 ans ne dépassant pas les 1m60 et ce, sans aucune sommation ni explication?

 

Veuillez m'éxcuser si mon explication est quelque peu décousue mais je ne suis pas doué pour raconter les histoires.

 

Je vous remercie d'avance,

[********]

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 20
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour

Justement il faut dépasser la peur et porter plainte.

Votre ami peut porter plainte contre ce conseiller municipal qui fait pression car il sait qu'il risque des ennuis car exercer des violences sur un mineur de 15 ans est une circonstance aggravante.

De toutes les façons il y a l'examen du médecin,les photos et votre témoignage.

Au fait comme votre ami est mineur,il faudrait que ses parents portent plainte.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous.

 

Ayant été témoin d'un accident regrettable je vous écrit pour vous demander conseil. J'habite un petit village dans lequel j'ai deux amis (deux frères ) que je connais depuis l'enfance. Toutefois il y a quelque tensions entre nous et un groupe de jeunes du foyer. ( je place le contexte pour faciliter la compréhension )

 

Je passais donc une soirée tranquille avec mes deux amis, seulement pas loin de la où nous étions installés, les jeunes précités fétaient l'anniversaire de quelqu'un de leur groupe avec leurs amis et la famille. Un de mes amis a voulu aller souhaiter son anniversaire au jeune homme qui se trouvait devant la salle. Je ne vais pas mentir, je pense qu'il y avait une part de provocation et je ne le cautionne pas. Cela a donc tourné en dispute puis en bagarre. C'était une bagarre plutot banale entre deux jeunes d'environ 18 ans et ce n'est pas pour ca que je vous écrit.

 

En effet la où pour moi il y a un problème, c'est que lorsque ca a dégeneré et que le petit frère de 15 ans du garcon qui se battait a voulu aller récuperer son frère et calmer le jeu en disant qu'ils partaient, un adulte d'environ 45 ans est sorti de nul part a empoigné le petit frère qui ne demandait qu'a calmer les choses et lui a envoyé deux coups de poing extremement violent dans le nez. Mon jeune ami qui de plus et d'un tout petit gabaris saignait abondamment et était completement traumatisé. Je l'ai emmené chez moi, j'ai pris des photos, et l'ai raccompagné chez lui. De plus l'homme qui est conseiller municipal a décidé tout bonnement d'exclure mon ami et toute sa famille des activités communales.

 

Cette pression qu'il exerce sur la famille leur fait penser qu'il ne gagneront rien a porter plainte. C'est la que j'ai besoin de vous, peut il porter plainte? Mon témoignage, les photos, et l'examen du médecin sont ils suffisant pour que cela soit utile? Un adulte a t'il le droit d'éclater (excusez moi du mot, c'est pour exprimer la violence du geste) le nez d'un enfant de 15 ans ne dépassant pas les 1m60 et ce, sans aucune sommation ni explication?

 

Veuillez m'éxcuser si mon explication est quelque peu décousue mais je ne suis pas doué pour raconter les histoires.

 

Je vous remercie d'avance,

[********].

 

Bonjour,

 

Le fait que ce soit un élu qui est l'auteur du délit est à mon sens un facteur aggravant et je ne vois pas en quoi il pourrait être protéger par son statut.

L'infraction commise par ce monsieur est réprimandé par article 222-13 du Code Pénal :

 

 

Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende lorsqu'elles sont commises :

Sur un mineur de quinze ans ;

 

Alors bien entendu, il faut déposer une plainte et ne pas se laisser impressionner par les mesures prise, l'enquête fera ressortir les responsabilités de chacun et les conditions dans lesquelle ce sont passée les actes !

De quand date ces faits ?

Y a t'il eu une ITT ?

Les parents n'ont pas réagit ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos réponses :)

 

Alors les faits se sont produits Samedi dernier.

 

ITT= incapacité de travail? Si c'est ca, non, la seule véritable séquelle étant psychologique (hormis les traces sur le visage qui devraient disparaitre d'ici deux ou trois semaines)

 

Les parents ont réagis en contactant le maire mais ca n'a rien donné. J'ai appris de leur part aujourd'hui que l'homme en question est policier (ce qui pour moi constitue encore un facteur aggravant). Son double statut de conseiller municipal/policier font pour eux quelqu'un d'intouchable, ce qui explique leur "non-reaction".

 

Je pense tout de même que votre réponse les aidera à passer le cap et à aller porter plainte. Merci encore :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Alors oui ITT= incapacité de travail temporaire.

De toute manière ca n'a pas d"incidence sur la répression pénale puisqu'il encours tout de même jusqu'à 3 ans de prison et 45 000 € d'amende => ce ne sont qu'une peine maximum.

En revanche pour le volet civil ca peut jouer.

De plus si c'est un policier c'est encore pire, ne me dites pas qu'il l'a frappé pendant qu'il était de service ?

Vous pouvez contacter le cnds qui une autorité indépendante, si ce dernier été en service au moment des faits.

 

Ensuite ne pas hésitez à écrire au maire en recommandée en relatant les faits et en indiquant les exclusions que ce monsieur à faites !

Sans oublier d'indiquer que vous déposerez une plainte à l'encontre de ce monsieur, et vous verrez les choses risquent de bouger.

Le double statut ne le protége en rien, les lois s'appliquent à tous - sauf si ce dernier bénéficie d'une imminuté diplomatique :D - il ne faut en aucun cas croire qu'il sera protégé.

De plus la plainte vous la déposez ou au commissariat de police ou à la gendarmerie.

 

Tenez nous au courant si vous le pouvez.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

non il n'était pas en service, il était la en tant qu'invité de la soirée.

 

Je viens d'avoir les parents de mon ami au télephone il porteront plainte dans les deux prochains jours.

 

Je tacherais de vous tenir au courant :)

 

Merci encore pour vos réponses

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir

Si l'agresseur est un flic portez plainte dans une brigade de gendarmerie.

Ou alors vous pouvez adresser votre plainte directement au procureur de la république. Il faut adresser une lettre sur papier libre au tribunal de grande instance du lieu de l'infraction ou du domicile de l'auteur de l'infraction.

La lettre doit préciser :

l'état civil complet du plaignant,

le récit détaillé des faits, la date et le lieu de l'infraction,

le nom de l'auteur présumé s'il est connu du plaignant. A défaut, il convient de déposer plainte contre X.

les noms et adresses des éventuels témoins de cette infraction,

la description et l'estimation provisoire ou définitive du préjudice,

les documents de preuve à disposition : certificats médicaux constatant les blessures, arrêts de travail, factures diverses, constats en cas de dégâts matériels.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir

Si l'agresseur est un flic portez plainte dans une brigade de gendarmerie.

Ou alors vous pouvez adresser votre plainte directement au procureur de la république. Il faut adresser une lettre sur papier libre au tribunal de grande instance du lieu de l'infraction ou du domicile de l'auteur de l'infraction.

La lettre doit préciser :

l'état civil complet du plaignant,

le récit détaillé des faits, la date et le lieu de l'infraction,

le nom de l'auteur présumé s'il est connu du plaignant. A défaut, il convient de déposer plainte contre X.

les noms et adresses des éventuels témoins de cette infraction,

la description et l'estimation provisoire ou définitive du préjudice,

les documents de preuve à disposition : certificats médicaux constatant les blessures, arrêts de travail, factures diverses, constats en cas de dégâts matériels.

 

Bonsoir,

 

C'est un policier appartenant à la police municipale et de plus il n'était pas en exercice, rien ne s'oppose donc à ce que cette plainte soit déposé au commissariat de police.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Christ06

C'est un policier appartenant à la police municipale et de plus il n'était pas en exercice, rien ne s'oppose donc à ce que cette plainte soit déposé au commissariat de police.

Effectivement, juridiquement parlant, il semble que rien ne s'y oppose (et je suis loin d'etre une cador de la procédure pénale ;)).

Cependant, je pense que dans un cas comme celui-ci, il y a un risque que la police refuse la plainte, sachant qu'ils refusent de prendre des plaintes pour bien moins que ça (et c'est un problème courant, notamment, mais sans limitations, dans les cas de violences conjugales qui sont aussi voire plus graves puisque 6 femmes par jour décèdent des coups et blessures infligés par le mari ou concubin violent). Sachant tout de meme que la personne mise en cause travaille dans le commissariat en question, je crains (ce qui ne veut pas dire que j'exprime une certitude) l'effet de corporatisme autour de ce policier du fait de sa fonction (je suis en train de me dépétrer du meme genre de problème avec le corps médical dans l'état actuel des choses).

 

A mon humble avis, il me semblerait beaucoup plus prudent de porter plainte à une gendarmerie, ou, encore mieux, auprès du procureur de la république du lieu où a été commis l'infraction.

 

 

 

 

Regards

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Christ06

 

Effectivement, juridiquement parlant, il semble que rien ne s'y oppose (et je suis loin d'etre une cador de la procédure pénale ;)).

Cependant, je pense que dans un cas comme celui-ci, il y a un risque que la police refuse la plainte, sachant qu'ils refusent de prendre des plaintes pour bien moins que ça (et c'est un problème courant, notamment, mais sans limitations, dans les cas de violences conjugales qui sont aussi voire plus graves puisque 6 femmes par jour décèdent des coups et blessures infligés par le mari ou concubin violent). Sachant tout de meme que la personne mise en cause travaille dans le commissariat en question, je crains (ce qui ne veut pas dire que j'exprime une certitude) l'effet de corporatisme autour de ce policier du fait de sa fonction (je suis en train de me dépétrer du meme genre de problème avec le corps médical dans l'état actuel des choses).

 

A mon humble avis, il me semblerait beaucoup plus prudent de porter plainte à une gendarmerie, ou, encore mieux, auprès du procureur de la république du lieu où a été commis l'infraction.

 

Regards

 

Bonjour Giulia,

 

En réalité la police municipale et la police nationale ne dépende pas de la même autorité qui n'ont pas les mêmes pouvoirs, et n'officie pas dans le même endroit.

Comme vous le dites la police nationale travaille dans un commissariat ce qui n'est pas la cas de la police municipale.

Le fait de déposer une plainte auprés du procureur de la république n'aura pour effet que de prolonger d'autant le traitement de celle - ci, de plus pour des faits aussi grave, mettant en cause une personne - combien même celle ci soit policier municipale - n'agissant pas en qualité d'une autorité de sécurité, il n'y a aucune raison valable que l'officier de police judiciaire ne prenne pas en compte la plainte sous peine de se voir lui même mis en cause.

Je vous garantie - il est de notoriété publique - que les rapports police nationale et police municipale ne sont pas...... au point d'escamoter une plainte pour coup et blessure sur mineur de 15 ans.

J'ai pas bien saisie votre raisonnement concernant la violence exercée sur les femmes désolé ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Et merci de faire en sorte que je dorme moins bete ce soir ;)

 

Par contre, à ma connaissance, il faut que la plainte soit déposée à la police ou gendarmerie du domicile du plaignant, ce qui rend impossible l'enregistrement de la plainte ailleurs.

Donc, et malgré le fait que l'instruction de la plainte mette plus de temps, il est, selon moi, préférable dans ce cas de déposer plainte auprès du procureur.

Car non seulement il est impossible qu'un policier refuse de prendre la plainte, mais en plus, le procureur est obligé de l'instruire et de rendre un avis au plaignant, ce qui n'est pas le cas pour une plainte déposée auprès des forces de l'ordre.

 

Mon raisonnement concernant les femmes battues concerne le fait qu'un grand nombre de commissariats ou gendarmeries refusent de prendre les plaintes des femmes qui subissent des violences conjugales, alors que les statistiques officielles disent que chaque jour, 6 femmes décèdent suite à la maltraitance d'un conjoint ou concubin violent.

Donc, sachant que dans la très grande majorité des cas, il ne s'agit pas d'un policier qui commet les violences, mais que la plainte est refusée dans la très grande majorité des cas (une amie à ma mère qui s'était faite violer s'est meme faite traiter d'affabulatrice par les policiers parce qu'elle ne parle pas bien le français).

C'est pour ça que, à mon humble avis, quand les faits sont graves (et les violences sur mineurs, c'est grave !), il vaut mieux ne pas porter plainte auprès des forces de l'ordre, mais directement auprès du procureur de la république, meme si le délai d'instruction de la plainte sera plus long.

 

 

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous,

 

Par contre, à ma connaissance, il faut que la plainte soit déposée à la police ou gendarmerie du domicile du plaignant, ce qui rend impossible l'enregistrement de la plainte ailleurs.

 

Se trouve compétent le commissariat ou la Gendarmerie du lieu de commission.L'instauration du guichet unique permet un dépôt de plainte n'importe où, la procédure étant ensuite transmise pour traitement au Ciat ou à la Gie du lieu des faits.

 

Mon raisonnement concernant les femmes battues concerne le fait qu'un grand nombre de commissariats ou gendarmeries refusent de prendre les plaintes des femmes qui subissent des violences conjugales,

 

Je suis le premier à dénoncer ce que j'ai moi même appelé "les shoots" (comprendre refus de plainte injustifié face à une infraction pénale caractérisée) dans les commissariats.

 

Je reste cependant très sceptique sur le refus de prendre une plainte en matière de violences conjugales.(violences aggravées je le rappelle)

 

Vous imaginez une femme éconduite du Commissariat qui succomberait sous les coups de son conjoint violent peu de temps après voir même le soir même.:mad:

L'aurait bonne mine l'O.P.J qui n'a pas voulu prendre la plainte.:rolleyes:

 

Les plaintes de violences conjugales ne peuvent pas être négligées, elles

se traitent même le plus rapidement possible pour:

 

1-profiter des prérogatives du flagrant délit.

2-éviter ce que j'évoquais plus haut

 

;) cordialement

 

---------- Message ajouté à 18h24 ---------- Message précédent posté à 18h20 ----------

 

il vaut mieux ne pas porter plainte auprès des forces de l'ordre, mais directement auprès du procureur de la république, meme si le délai d'instruction de la plainte sera plus long.

 

Je rappelle également que le Procureur de la République n'instruit rien du tout, il prend en compte (ou pas d'ailleurs, ça arrive) et transmet au service compétent en fonction du critère énoncé au début de mon post.:)

 

bien à vous

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous,

 

Je suis le premier à dénoncer ce que j'ai moi même appelé "les shoots" (comprendre refus de plainte injustifié face à une infraction pénale caractérisée) dans les commissariats.

 

Je reste cependant très sceptique sur le refus de prendre une plainte en matière de violences conjugales.(violences aggravées je le rappelle)

 

Vous imaginez une femme éconduite du Commissariat qui succomberait sous les coups de son conjoint violent peu de temps après voir même le soir même.:mad:

L'aurait bonne mine l'O.P.J qui n'a pas voulu prendre la plainte.:rolleyes:

 

Les plaintes de violences conjugales ne peuvent pas être négligées, elles

se traitent même le plus rapidement possible pour:

 

1-profiter des prérogatives du flagrant délit.

2-éviter ce que j'évoquais plus haut

 

Parfaitement d'accord, les violences conjugales sont prises de plus en plus avec sérieux et efficacité depuis quelques années s'il est vrai qu'il y a des années en arrières les policiers étaient réticent face au plaintes des plaignantes c'était peut être dû aux faits que ces dernières bien souvent retiraient leurs plaintes par peur des représailles.

Mais le systèmes pénale à bien changé depuis quelques années et il tant à changer encore pour mieux prendre en compte les victimes et surtout - c'est ce qui manquait aussi - la formation des agents qui reçoivent les plaignantes, d'ailleurs en générale ce sont des femmes ce qui permet une meilleurs pédagogie ;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Il y a certes du progrès, mais encore beaucoup de chemin à faire.

 

Toutes les associations qui traitent de violences conjugales disent qu'il y a encore beaucoup, si ce n'est pas la majorité des commissariats, qui refusent de prendre les plaintes de femmes victimes de violences conjugales, certains agents faisant meme en sorte de faire passer les victimes pour des coupables (ce genre de comportement m'est arrivé de la part d'un agent, pour une toute autre histoire que de violences aggravées. Il a utilisé le handicap dont je souffrais pour dire qu'il est normal qu'un employeur demande un certificat mentionnant un diagnostic médical qui se balade dans toute l'entreprise, alors que ce type de certificat est tout ce qu'il y a de plus illégal s'il n'est pas remis sous enveloppe fermée marquée "confidentiel" à l'attention d'un médecin) (meme si, je tiens à le souligner, il ne faut pas mettre tous les agents dans le meme sac, mais il ne faut pas non plus hésiter à dénoncer les brebis galeuses).

 

 

 

Bien à vous

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je souhaiterai également revenir sur les aggravations des violences soulevées par les divers intervenants.

 

Les violences sont délictuelles si l'ITT est supérieure à 8 jours (or Djo nous écrit qu'il n'ya pas d'ITT) :confused:

 

Elles sont éventuellement aggravées lorsque commises sur un mineur de 15 ans ce qui s'entend en langage courant de moins de 15 ans(or Djo nous précise que son ami a 15 ans révolus semble-t-il) :confused:

 

Possibilité d'être aggravées par la qualité de l'auteur en l'espèce un policier municipal mais la loi stipule:

Par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission (or djo nous dit qu'il était simple invité) :confused:

 

Je condamne avec force insistance le geste et l'acte, indignes d'un adulte et de surcroît policier municipal mais je crains que l'on se dirige vers du contraventionnel 4ème classe (violences sans ITT sans circonstances aggravantes) :(

 

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Il y a certes du progrès, mais encore beaucoup de chemin à faire.

 

Toutes les associations qui traitent de violences conjugales disent qu'il y a encore beaucoup, si ce n'est pas la majorité des commissariats, qui refusent de prendre les plaintes de femmes victimes de violences conjugales, certains agents faisant meme en sorte de faire passer les victimes pour des coupables (ce genre de comportement m'est arrivé de la part d'un agent, pour une toute autre histoire que de violences aggravées. Il a utilisé le handicap dont je souffrais pour dire qu'il est normal qu'un employeur demande un certificat mentionnant un diagnostic médical qui se balade dans toute l'entreprise, alors que ce type de certificat est tout ce qu'il y a de plus illégal s'il n'est pas remis sous enveloppe fermée marquée "confidentiel" à l'attention d'un médecin) (meme si, je tiens à le souligner, il ne faut pas mettre tous les agents dans le meme sac, mais il ne faut pas non plus hésiter à dénoncer les brebis galeuses).

Bien à vous

 

Guilia,

 

La difficulté dans ce genre d'affaire c'est qu'il ne faut pas généraliser, ne pas prendre son cas ou celui d'une personne que l'on connait pour vérité absolue.

D'une manière générale le progrès est visible et il y a une prise de conscience et des moyens mis en place pour faciliter l'aide au victime et la prise de la plainte.

Même s'il reste encore beaucoup a faire car dans ce type d'iinfraction c'est toujours délicat à traiter surtout si l'on est pas formé, la peur, le mélange de la honte et l'isolement favorise également le silence, c'est pourquoi je me permet de mettre ce lien qu'il ne faut pas hésiter à transmettre.

Mais bon là on s'est éloigné du sujet.

 

---------- Message ajouté à 19h09 ---------- Message précédent posté à 19h02 ----------

 

Je souhaiterai également revenir sur les aggravations des violences soulevées par les divers intervenants.

 

Les violences sont délictuelles si l'ITT est supérieure à 8 jours (or Djo nous écrit qu'il n'ya pas d'ITT) :confused:

 

Elles sont éventuellement aggravées lorsque commises sur un mineur de 15 ans ce qui s'entend en langage courant de moins de 15 ans(or Djo nous précise que son ami a 15 ans révolus semble-t-il) :confused:

 

Possibilité d'être aggravées par la qualité de l'auteur en l'espèce un policier municipal mais la loi stipule:

Par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission (or djo nous dit qu'il était simple invité) :confused:

 

Je condamne avec force insistance le geste et l'acte, indignes d'un adulte et de surcroît policier municipal mais je crains que l'on se dirige vers du contraventionnel 4ème classe (violences sans ITT sans circonstances aggravantes) :(

 

cordialement

 

La loi ne stipule pas mais elle dispose ;)

Le texte exact est celui ci

 

Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende lorsqu'elles sont commises :

1° Sur un mineur de quinze ans ;

 

Cependant vous avez parfaitement raison par mineur de 15 ans il faut entendre de moins de 15 ans et vous avez bien fait de relever mon erreur.

Reste à savoir s'il a eu une ITT ou pas et si ce dernier a bien 15 ans révolu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Christ06 et Giulia,

 

La loi ne stipule pas mais elle dispose

 

Vous avez raison Christ06, autant pour moi, c'est l'effet vacances çà, on en perd sa rigueur :cool:.

 

et comme dirait Cleyo (que je salue au passage), on ne se porte pas partie civile on se constitue partie civile ;) (je n'écris pas cela pour vous, mais comme on était dans les fautes communément commises, j'en profite :))

 

Je confirme vos propos à l'intention de Giulia, il est des victimes d'infraction plus délicates à gérer que d'autres et cela ne peut passer que par la formation et bien évidemment la pratique.

 

Hélas toutes les circonscriptions de Police ou de Gendarmerie (manque d'effectifs dans les petits centres) ne peuvent mettre en place ce que l'on trouve dans les grands centres en l'occurence des brigades spécialisées avec du personnel formé et aguerri.

 

Mais on s'éloigne...et il y aurait tant à dire ;)

 

Pour en revenir au problème de l'ami de Djo, je pense qu'il faut plus compter sur la sanction disciplinaire (qui bien évidemment s'appuiera sur le pénal que la réponse soit issue du contraventionnel ou délictuel)

Comme vous le disiez Christ06, il faut mettre le Maire en demeure de prendre les décisions qui s'imposent vis à vis de son employé q'une juridiction aurait reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés.

 

Comment pourrait-il rester indifférent face à un tel comportement?

 

En espérant que Djo14740 nous tiendra au courant.

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Guilia,

 

La difficulté dans ce genre d'affaire c'est qu'il ne faut pas généraliser, ne pas prendre son cas ou celui d'une personne que l'on connait pour vérité absolue.

D'une manière générale le progrès est visible et il y a une prise de conscience et des moyens mis en place pour faciliter l'aide au victime et la prise de la plainte.

Même s'il reste encore beaucoup a faire car dans ce type d'iinfraction c'est toujours délicat à traiter surtout si l'on est pas formé, la peur, le mélange de la honte et l'isolement favorise également le silence, c'est pourquoi je me permet de mettre ce lien qu'il ne faut pas hésiter à transmettre.

Mais bon là on s'est éloigné du sujet.

 

Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de progrès, si vous relisez bien ce que j'ai écrit, vous y verrez : "Il y a certes du progrès". Ce qui veut dire que j'ai dit que le progrès est là.

Maintenant, si je dois me justifier sur chaque lettre que j'écris, ma patience risque de très rapidement s'effriter !

Et un lien du gouvernement, c'est bien gentil, mais ça enjolive très souvent la réalité ! (meme si la problématique est différente, pensez au nuage de Tchernobyl, où pendant plusieurs mois, voire années, le gouvernement a caché le passage du nuage sur la France, ainsi que les conséquences réelles de la catastrophe parmi les habitants des zones touchées. Alors moi, les trucs officiels, je n'ai pas toujours confiance à 100%, surtout avec notre président et ses chers bambins !)

 

 

De plus, je n'ai pas pris un témoignage, je n'ai fait que reporter ce que toutes les associations d'aide aux femmes victimes de violences conjugales disent. Il ne s'agit donc pas uniquement d'un constat uniquement personnel, mais bien d'un constat collectif des associations d'aides aux victimes de violences faites aux femmes.

 

Enfin, trouvez-vous normal qu'une amie à ma mère se fasse traiter d'affabulatrice par des forces de l'ordre parce qu'elle parle mal le français, alors qu'elle vient déposer une plainte pour viol, et soit obligée de demander à sa fille (d'à peine 20 ans) d'etre son interprète, alors que ce n'est pas sa profession (elle est en école d'ingénieur, pas en fac de langue ou en école d'interprète ! Il ne faudrait pas mélanger les torchons avec les serviettes !)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Giulia,

 

Je ne pense pas que le but du post de Christ06 (ou du mien d'ailleurs) était de vous forcer à vous justifier.;)

 

Il me semble de surcroit que sur N-I (à l'exception des post purement techniques où l'on se doit d'être pointu et de ne pas dire de bêtises pouvant induire le demandeur en erreur), toutes les opinions et avis sont pris en compte même si parfois ceux ci trouveraient plutôt leur place dans la section débat.

 

Difficile également de lire:

je n'ai fait que reporter ce que toutes les associations d'aide aux femmes victimes de violences conjugales disent.

 

sans tiquer sur l'emploi de "toutes" et vouloir s'assurer de la véracité d'une

telle généralisation.Peut être que l'emploi de "la majorité" évite d'avoir à

se justifier, pardon, à citer ses sources ;)

 

Par contre, vous ne trouverez aucun retour d'info, sur le nombre de femmes qu'il a fallu convaincre, avec force persuasion, de déposer plainte, celles ci étant prêtes à se contenter d'une simple main courante afin d'évacuer et non de régler leurs problèmes...:(

 

Enfin, pour finir:

 

Non, je ne trouve pas normal que votre état de santé soit exposé sur la place publique et ne me prononcerai pas sur ce que vous a rapporté l'amie de votre maman n'ayant aucune garantie sur l'emploi du terme en question.Poser la question à quelqu'un en ces termes :"vous êtes sûre Madame que vous n'en rajoutez pas?" pouvant vous avoir été résumé par:

"vous êtes une affabulatrice Madame!". Cela ne s'entend pas de la même

manière même si cela peut être mal vécu, je vous l'accorde.

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Invité Adoai
      Par Invité Adoai
      Bonjour à tous ,
       
      Je pense que ma question est bête mais bon je le pose quand même au cas où
       
      [Je suis un jeune majeur]et il y a quelques jours avec un ami on est allé sur un site de cam en ligne pour rigoler un peu et quand on a vu un homme on a décidé de se faire passer pour une fille de 17 ans pour voir s il mord à l hameçon (juste pour rigoler) il nous dit qu il a 18 ans
       
      Donc on a une conversation avec lui ou il nous fait jouer à des jeux et ou le gagnant donne un gage en gros on lui fait haha enlève ton tee shirt lui aussi nous dit ça (sachant que forcément on a pas de caméra nous)
       
      A un moment on fait croire qu on doit avoir notre première relation avec notre supposé copain le week end qui arrive et qu on a jamais vu de .... et que ça serait bien que j en vois une avant le jour fatidique, a un moment dans son jeu il fait allusion au fait qu il pourrait montrer la sienne mais évidemment on dit non désolée pas ici (parce qu en vrai on voulait pas voir) et ensuite on parle juste comme ça et il me donne des « conseils » et encore une fois on discute un peu (rien de trash juste des bêtises sur la taille des trucs comme ça)
       
      Et enfin je ne sais plus comment il vient à nous dire qu il avait en fait 17 ans et quasiment 18 ans mais pas vraiment 18 ans (mineur en gros) là on a de suite quitté la conversation
       
       
      Ma question qui est sûrement bête mais je suis très anxieux dans la vie donc j ai besoin de demander et d avoir quelques réponses est : Est ce que vu qu il est mineur et qu on a un peu parlé de sexe peut être répréhensible ? Sachant que je pensais qu il avait 18 ans qu il y a rien eu de trash et qu on a rien vu de plus qu un torse nu, je vis encore chez mes parents et j aimerais éviter des problèmes...
       
      Merci d avance pour vos réponses et désolé pour le message un peu long
       
      Bonne journée
    • Par mediana
      Bonjour 
      J'ai le même soucis nous avons un conciliateur qui ne veut pas donner de constat d'échec .
      La conciliation dure depuis le mois d'octobre  et c'est un échec pour le conciliateur qui n'arrive pas à faire comprendre à l'autre partie et nous en subissons les retombées financières.
      Notre avocat a écrit au conciliateur afin de lui réclamer qu'il acte que la conciliation est infructueuse et nous n'avons pas de retour.
      Que faire nous sommes au bord du désespoir ?
      En vous remerciant pour votre conseil.
      Cordialement
    • Par Ac21
      Bonsoir 
      Je vous écrit car j avais un crédit avec ma banque et on m'as clôturer mon compte et envoyer mon crédit à un huissier qui était de 5000 euros 
      Je paie par mensualité tout les mois depuis 1 ans, 150 euros par mois mais l'huissier charger de mon dossier m'as pris à l'année plus de 2000 euros de pénalité légale , d'échange de crédit et intérêt 
      Résultat je me retrouve avec un montant de 7000 euros à payer après un an a payer tout les mois 
      Je me suis renseigner on me dit que ce n'est pas normale 
      Car je n'arriverais jamais a rembourser la totalité si malgres le fait que je rembourse déjà tout les mois . Mes remboursements ne couvrent même pas les frais 
      Pouvez m'aider s'ilvous plait 
      Merci 
    • Par Airikota
      Salutations, il y avait ce soir une soirée chez un ami. Nous sommes tous des mineurs de 15/16 ans. Deux adolescents de 16 ans ont pris la clé de la voiture (une camionnette) à la mère de mon ami. Ils étaient sous l'effet de l'alcool et avaient du THC dans le sang et n'ont évidemment pas le permis et ne font pas la conduite accompagnée.
      Sachant que c'est leurs premiers délits, qu'encourent ces deux individus si mon ami porte plainte contre eux ?
       
      Quelle démarche devrait faire mon ami, y aura-t-il dédommagement? Et surtout, que risquent-ils VRAIMENT, que va-t-il réellement leur arriver?
       
      Je vous remercie d'avance, bonsoir.
       
       
      [...]
    • Par Emilie69
      Bonjour 
      J ai une question 
      J ai retirer une plainte contre une personne et aujourd'hui je viens de recevoir une convocation est ce que si il aurai des poursuite la personne aurai été convoquer à ma place ? 
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...