Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

Code clé CB


Fabiodilavega

Messages recommandés

Bonsoir tout le monde.

Voila j'ai un petit soucie.

Lors d'une location de camion dans une grande enseigne.

il m'ont demander ma cb pour une pré autorisation.

l a personne tape sur son terminal de paiement mes n° de carte et de code clé ( a l'arrière de ma carte) .

 

La pré autorisation dite est en fait une caution de 800 Euro dans le cas ou j'abimerai le camion.

 

Ce qui me chagrine , c'est que j'ai surpris la personne noté discretement le code clé dans un dossier.

 

J'aimerai savoir si l'entreprise est en droit de garder nos coordonéé bancaires de la sorte. ( surtout la clé).

 

La pre autorisation sert de caution, elle n ont plus besoin de la cle pour l'encaisser?

 

Avec ce code clé , elle peuvent faire ce quelle veullent avec mon Compte ?!

 

Quel les risque pour cette entreprise d'user de la sorte.

 

En fait pourquoi m'entir, il s'agit de ma femme, employer dans une grande enseigne, elle s'occupe parfois de la location d'utilitaire , Sa responsable directe qui la former sur la location de camion, lui a demander de copier discretement ce code cle!

 

J'ai un peu peur! car il me semblent que cela est interdit et lourdement sanctionable.

(Que dit la loi)

 

Merci a tous , j'attend avec impatience vos commentaires et aides

 

Cordialement Fabiodilavega

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 40
  • Création
  • Dernière réponse

bonjour,

 

il s'agit du cryptogramme visuel - code à trois chiffres - imprimé au verso de la cb..

 

ce code est une sécurité pour les transactions à distance..

 

ainsi tout détenteur des références de la carte , soit numéro à 16 chiffres + identité+ cryptogramme, pourra effectuer tous paiements sur le net par exemple, ou par voie téléphonée...

 

Cryptogramme visuel de la carte

 

çà me semble louche...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je les intégrais dans les dé-fi...

 

c'est en tous cas dans la lignée de ce que nous évoquions, traçabilité, identification des participants, des victimes, chiffrage.. de quoi s'occuper pour l'été :rolleyes:

 

dans un premier temps peut-être madame Fabiodilavega pourrait-elle faire une mention sur M.C., histoire de se 'couvrir' ... cela aurait également pour effet d'informer la police..

à réfléchir, car risque d'effet boomerang de la part de son employeur...

mais ne rien faire la met également en situation délicate..

 

quoiqu'il en soit elle ne devrait pas en parler sur son lieu de travail, où elle ignore qui sont les amis, et les 'non-amis'...

 

quant à vous nous pouvons en déduire que vous ne faites pas d'achats en ligne avec votre cb, et que vous ne l'utilisez pas pour régler vos factures par téléphone :rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La main courante pour se "couvrir" pourrait être assimilée à une "dénonciation" et devenir saisine pour l'ouverture d'une enquête préliminaire.

Est ce que Fabiodilavega connait l'utilisation, autre que légitime,

que fait cette société de ce code clef ?

C'est effectivement louche et l'on discerne l'emploi de manoeuvres

frauduleuses, mais dans quel but?

Hypothèse: la société se sert de ce code clef et obtient la remise volontaire des fonds par la banque puis la banque rembourse ces fonds au client après justification qu'il (le client) n'est pas à l'origine de la transaction:

N 'est ce pas la banque qui est victime d'escroquerie et le client de vol

tout simplement:confused:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

N 'est ce pas la banque qui est victime d'escroquerie et le client de vol

 

Conflit de qualification... :p

 

Le vol des données est un des éléments constitutif de l'escroquerie. Un même élément matériel ne peut être repris que s'il y a violation d'intérêt distinct. Hors, le client remboursé par sa banque, ne supporte plus de préjudice.

 

Seule la qualification d'escroquerie reste;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En effet il sagit du criptogramme visuel a l'arriere de la carte.

Le magasin en question a 'til le droit 'darchiver ce code dans leur dossier ?

 

 

ils ont peut-être le droit d'archiver ce code, le problème n'est pas là;

 

mais le magasin n'a pas besoin de ce code qui est prévu pour rendre plus sûrs des achats sur internet ou par téléphone;

 

le problème c'est qu'avec ce code et les autres références de la carte, n'importe qui peut faire des achats "à distance";

votre femme par exemple peut très bien faire des achats sur internet avec les références d'une carte appartenant à un client du magasin.. ce serait très risqué pour elle mais c'est possible à faire..

 

et en cas d'utilisations frauduleuses, si votre femme continue de noter 'discrètement' ces numéros, elle risque des ennuis ( audition au Commissariat )

 

en effet, si des escroqueries sont commises les policiers devront vérifier si votre femme est impliquée ou non;

 

elle devrait aller faire une main courante à la police en racontant ce qui se passe, et en précisant qu'elle fait cette démarche pour "se couvrir", pour ne pas être soupçonnée en cas d'escroqueries avec ces cartes bancaires.

 

attendons peut-être les avis des Anciens..

 

AVEC qui votre femme a-t-elle parlé de çà au super-bip où elle travaille ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir T100_se,

Il est évident que les risques encourus par l'épouse de fabiodilavega sont liés à l'utilisation de ces fameux codes

Une main courante permettrait de "dédouaner" celle ci,

si d'aventure ces codes étaient utilisés à des fins d'escroquerie

;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

... M'ouais... Je suis assez d'accord...

 

Quoique par principe juridique, je suis contre les mains courantes, car une information portant sur l'existence potentielle d'une infraction devrait aller au procureur.

 

Bon... d'accord... se ne sont que des considérations pures de droit....

 

Donc, si ce n'est sur la forme, je suis d'accord sur le fond! :p

 

---------- Message ajouté à 01h17 ---------- Message précédent posté à 01h15 ----------

 

d'ailleurs pas facile à remonter tout ça si le chantier est bien organisé..:confused: )

 

Ouuuh, çà c'est moins sûr...;)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour Paul Bes

 

c'est facile si le chantier s'organise sur place, avec les mêmes ouvriers, et dans un temps proche ;

 

Non c'est facile par l'étude de l'utilisation du code, en épluchant les comptes des victimes avérées ou potentielles

 

Je pense que l'utilisation flagrante (gros virement, gros achats) aurait déjà

déclenché les poursuites, j'opterai pour une utilisation plus cachée faite

de petits prélèvements ou petit achat n'attirant pas l'attention du titulaire du compte, la réitération de ce genre d'utilisation garantissant un gain substentiel.

 

Facile et fastidieux étant deux adjectifs distincts:cool:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La qualification de l'infraction pouvant évoluer au court de l'enquête

on pourrait partir sur une enquête préliminaire initiale pour vol (de données

informatiques et/ou bancaires) ensuite:

1-Audition de l'un des responsables avec fourniture du fichier client

ou

2- audition puis perquisition (sous couvert du 76 C.P.P) et saisi du dit fichier.

3-Réquisition FICOBA (fichier compte bancaire) pour avoir connaissance

des divers comptes détenus par la société, son ou ses responsables

puis

4-travail fastidieux d'épluchage de comptes, de contact avec les clients

et si une malversation venait à apparaitre:

requalification Escroquerie et recueil des diverses plaintes des clients

:)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le criptogramme visuel au verso d'une CB sert à authentifier de façon formelle le "bon titulaire" de ladite carte.

En disposant du numéro complet de la CB (au recto) et du criptogramme visuel (au verso), toute personne mal intentionnée peut désormais effectuer des achats à distance.

Attention ! La banque n'acceptera aucune opposition de votre part, aucune contestation éventuelle dans la mesure où un tiers en a eu connaissance. Elle pourra considérer -à juste titre malheureusement- que l'acheteur a agi avec la complicité du titulaire.

Il s'agit d'un renseignement confidentiel, à conserver sous votre responsabilité, à ne jamais communiquer.

Pour pouvoir dormir tranquille, j'utiliserais les grands moyens : restituer cette carte à la banque, faire opposition, motiver, et vous en faire délivrer une autre. Mieux vaut perdre quelques dizaines d'euros que des milliers !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Claire 13

citation de votre part:

 

"Attention ! La banque n'acceptera aucune opposition de votre part, aucune contestation éventuelle dans la mesure où un tiers en a eu connaissance. Elle pourra considérer -à juste titre malheureusement- que l'acheteur a agi avec la complicité du titulaire."

 

Votre réponse sur ce sujet apporte un éclairage judiciaire non négligeable

(en plus de ma propre gouverne) car si je vous lis bien, la banque ne remboursera pas les éventuels débits (ou achats) qui pourraient s'opérer par le biais des données frauduleusement acquises par la société en question.

J'en déduis que si utilisation frauduleuse des dites données il y a, la victime de l'escroquerie ainsi constituée ne peut être que le titulaire du compte (et plus la banque si elle a remboursé):confused:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

on pourrait partir sur une enquête préliminaire initiale pour vol (de données

informatiques et/ou bancaires) ensuite:

1-Audition de l'un des responsables avec fourniture du fichier client

ou

2- audition puis perquisition (sous couvert du 76 C.P.P) et saisi du dit fichier.

 

Bonjour Rv69,

bonjour à Claire qui a rejoint le post et lui apporte un nouvel éclairage;

 

vous donnez là l'unique moyen ( sauf à imaginer que la police puisse être renseignée par un informateur se trouvant dans la place..) pour obtenir les identités des victimes ( potentielles ou réelles )..

 

mais si vous auditionnez, perquisitionnez et saisissez dans la société, ne craignez-vous pas que vos opérations soient très rapidement portées à la connaissance des employés indélicats ?

 

est-ce qu'en faisant cela on ne scie pas la branche sur laquelle on envisageait de s'asseoir ?

 

cordialement, T100

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour T100,

Je suis effectivement allé un peu trop vite en besogne (virtuellement de surcroît, c'est encore plus facile pour aller vite).

Il est indéniable que la vérité ne saurait apparaitre avec l'emploi de gros sabots, tambours et trompettes

Mieux vaut la jouer finaud et convoquer le directeur de la société avec son registre sous le bras.

Après exposé des faits et avoir jaugé son éventuelle implication, s'en faire

un allié (c'est son intérêt d'ailleurs s'il n'est pas impliqué).

Une fois cet allié dans la place, vous allez voir que son concours va

boosté l'enquête en cours:D

Je me pose juste la question de savoir si la responsable qui a demandé à Mme fabiodilavega de noter ce criptogramme est la responsable de la société.

Si oui, c'est plus pareil (et on ressort les gros sabots, les tambours et

les trompettes:D)

cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ce dernier procédé augmente les chances de réussite;

 

cependant ce qui me gêne c'est que, s'agissant apparemment d'une grande chaîne de supermarkets, le directeur est tenu d'en référer à son directeur qui sera tenu d'en référer....

 

on court le risque de sabotage pour, tout simplement, éviter le scandale;

très mauvaise pub pour eux.. la presse écrite, les actus régionales...:rolleyes:

 

je persiste, pas facile ce chantier..

 

et je signe, T100 advocatus diaboli :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour Claire 13

citation de votre part:

 

"Attention ! La banque n'acceptera aucune opposition de votre part, aucune contestation éventuelle dans la mesure où un tiers en a eu connaissance. Elle pourra considérer -à juste titre malheureusement- que l'acheteur a agi avec la complicité du titulaire."

la banque ne remboursera pas les éventuels débits (ou achats) qui pourraient s'opérer par le biais des données frauduleusement acquises par la société en question.

J'en déduis que si utilisation frauduleuse des dites données il y a, la victime de l'escroquerie ainsi constituée ne peut être que le titulaire du compte (et plus la banque si elle a remboursé):confused:

 

Sans aucun doute car le titulaire de la CB a commis en l'occurence une imprudence lourde de conséquences.

 

Bonsoir,

Il y a lieu de distinguer trois sortes d'utilisation de la CB pour régler le paiement d'un achat :

1 - Chez un commerçant avec composition de son code secret à quatre chiffres,

2 - Par Internet avec saisie des chiffres de son cryptogramme,

3 - Par Internet sans saisie des chiffres du cryptogramme,

4 - Chez un commerçant sans saisie de son code à quatre chiffres (à l'étranger par exemple, terminal de style "fer à repasser").

En 1- et 2-, le titulaire s'est dûment identifié avec ses codes secrets, confidentiels, qu'il lui est interdit de divulguer sans alors engager sa propre responsabilité. Il ne doit jamais perdre de vue sa CB. C'est pourquoi, au restaurant par exemple, on vient proposer le terminal à table pour la saisie de son code. Le Personnel ne disparaît pas au fond de la salle en emportant la CB.

La banque ne pourra que débiter le compte du titulaire de la CB. Elle ne pourra accepter une opposition au paiement puisque le détenteur de la CB a "signé" son achat.

S'il a communiqué ces renseignements à des tiers, ou en a laissé l'accès, il a commis une imprudence pour laquelle la banque s'empressera de lui laisser les conséquences. Sauf s'il fait immédiatement opposition (cf. in fine).

Il faudrait alors que le titulaire de la carte puisse prouver qu'on lui a subtilisé ces renseignements à son insu. Particulièrement difficile.

Quant à une enquête ultérieure, il y a fort à parier que toute trace de copies de codes de CB auront soigneusement disparu des lieux du "crime".

Les soupçons accableront toujours le titulaire de la CB, imprudent.

En 2-, si le titulaire a dûment fait opposition pour perte ou vol avant la transaction, l'opposition sera enregistrée.

En 3-, sans communication du cryptogramme,

en 4-, sans composition de son code secret à quatre chiffre et sans signature sur le ticket, si le titulaire conteste et fait opposition pour utilisation frauduleuse, la banque rejettera le débit au commerçant qui supportera le mécompte.

Il en va de même pour les chéquiers que l'on ne doit jamais laisser traîner dans un véhicule par exemple. Le titulaire du compte en est responsable et doit faire opposition dès le vol ou la perte, avant présentation d'un chèque.

Chéquier et CB doivent en permanence être détenus par son propriétaire. Ou rangé en un endroit sûr, hors d'atteinte par un tiers.

- - -

En préconisant l'opposition, la restitution de la CB et son remplacement par une nouvelle, il y a lieu bien entendu de communiquer la liste des achats récents et personnels réellement effectués mais non encore enregistrés.

Cela va de soi, mais c'est encore mieux en le disant !

 

---------- Message ajouté à 19h19 ---------- Message précédent posté à 19h03 ----------

 

Lors de la transaction par terminal chez un commerçant, la caissière n'a pas à saisir les informations de la CB. La lecture et l'enregistrement des données, immédiats, n'apparaissent pas sur la bande papier.

Il lui faudrait, à la vue du client présent, noter soigneusement tous les chiffres de la CB au recto ainsi que le crytograme au verso.

Personnellement, je n'ai jamais constaté une telle tentative...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...