Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

probleme juridique de la coinjointe et endettement


Ibeo

Messages recommandés

Bonjour.

 

J'espère avoir choisi le bon forum pour exposer mon problème, qui revêt divers aspects :

Tout d'abord, il faut savoir que je suis marié et que nous avons deux enfants.

 

- Ma femme a détourné d'énormes sommes d'argent dans 2 entreprises où elle était employée. Sommes impossibles à rembourser.

 

- Ces sommes ont servi a résoudre des problèmes financiers familiaux, ponctuels au début, mais ont aussi servi a des achats totalement superflus.

 

- Je sais que cela peut sembler improbable, mais je n'étais pas du tout au courant de ces détournements. Lors de dépenses conjointes, j'apportais ma "part", et elle la sienne, et elle avait toujours une explication valable, basée sur un fond de vérité, (comme par exemple retirer de l'argent sur un ancien compte qu'elle possédait effectivement, mais qui était vide... or je ne pouvais et n'avais aucune raison de vérifier ses dires ou ses comptes).

Elle a également utiliser mon chéquier (que je n'avais aucune raison de lui cacher) et imité ma signature, sans pour autant me générer des dettes.

 

- L'affaire a bien-sûr été découverte. Il semblerait, après deux gardes a vue, que je ne sois pas mis en cause. Le procès a lieu en septembre, elle a reçu sa convocation, et moi rien a ce jour (1 juillet).

 

- Ma femme a repris un travail en intérim, mais n'a pas eu de paie en mai car évidemment plus de travail.

 

Mon problème est le suivant : je me retrouve a devoir assumer le prêt de notre maison (qui est sous le coup d'une hypothèque judiciaire, nous n'en tirerons rein, je le sais) car ma femme ne possède tout simplement pas les fonds pour assumer sa part, et c'est sur mon compte qu'est prélevé l'argent. je paye donc 900 € seul avec un salaire de 1150... Si ma femme pouvait me verser les 450€ lui incombant (mais pas d'accord écrits) ma situation serait a peu près gérable.

Je précise que nous fonctionnions auparavant avec un compte joint ou nous versions chacun la somme tous les mois, mais que s'il venait a manque un versement, la banque se servait deja sur mon compte. Nous avons depuis clot ce compte.

Nous avons décider de divorcer, à l'amiable, pour que je sois le moins possible impliqué dans les ennuis qu'elle a généré, mais mon avocat m'a dit que nous ne pouvions le faire avant que la maison ne soit vendue...

 

Question : ai-je une quelconque solution, document écrits par ma femme ou autre, pour que ne pas avoir à assumer l'intégralité du prêt en attendant la vente ? Puis-je, en raison de sa situation juridique, me séparer d'elle pour ne plus avoir a assumer son manque d'argent ?

J'aimerai que tout se déroule le plus sereinement du monde, mais si il faut passer par la justice pour cela, je me verrai contraint de le faire, pour pouvoir assurer le bien-être de nos enfants.

 

Si aucune solution juridique n'est envisageable, j'imagine qu'il faut se tourner vers une assistance sociale ? Qu'existe-t-il d'autre comme structure pouvant me venir en aide ? Je suis dans une impasse, je ne vais par exemple plus pouvoir assumer la crèche, et je ne peux pas me permettre d'en perdre le bénéfice, n'ayant pas de famille proche. Ce serait une catastrophe... Le planning familial peut-il m'aider dans ce cas précis ?

 

Merci de vos conseils et réponses, j'ai bien-sur un avocat, mais ne pouvant assumer les frais, c'est mon père qui le paye. Voila pourquoi j'aimerai glaner un maximum de renseignements "gratuits".

 

J'ai toujours eu l'habitude de résoudre mes problèmes moi-même, mais là, j'appelle à l'aide.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 2
  • Création
  • Dernière réponse

Bonjour,

Sous quel régime êtes vous mariés ? Si c'est sous la communauté, il n'y a pas "votre part" et "sa part". L'ensemble des revenus appartient à la communauté et toutes les dépenses sont faites par la communauté.

Vous dites que vous n'avez rien vu mais pourtant au départ votre épouse a détourné de l'argent pour "résoudre des problèmes financiers familiaux" ; vous n'avez jamais cherché à savoir d'où provenaient ces "énormes" sommes ? c'est vrai que c'est dur à croire ; votre épouse a dû se sentir bien seule devant les difficultés financières pour en arriver là...

 

La vente de votre bien immobilier permettra-t-elle de rembourser l'intégralité des sommes détournées par votre épouse ? Vous auriez peut-être intérêt à rechercher dès à présent un acheteur au prix du marché, sans attendre la vente sur saisie à un prix bien inférieur.

Une fois votre maison vendue, s'il reste des dettes, vous pourrez tenter de déposer un dossier de surendettement (qui peut très bien être refusé si les dettes sont constituées de condamnations pénales).

 

Lorsque vous parlez de divorce, doit-on comprendre que vous avez réellement l'intention de vous séparer ou est-ce juste une procédure pour vous désolidariser des dettes faites par votre épouse ?

Si c'est le cas, demandez conseil à votre avocat mais je ne crois pas que ce soit le bon calcul. Déjà, vous êtes solidaire des dépenses réalisées par la communauté pendant la durée du mariage. Si vous divorcez et que votre épouse conserve la garde des enfants, en plus frais de procédure, vous allez devoir payer une pension alimentaire pour les enfants + éventuellement une prestation compensatoire pour votre épouse si elle n'a plus de revenus.

 

Cordialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour, et merci de l'intérêt que vous portez a mon cas.

Nous sommes mariés sous le régime de la séparation de biens. Le fait est que ma femme, si elle devait "justifier" une grosse dépense, avait toujours, comme je l'ai dit, une raison valable, et surtout toujours sur un fond de vérité (ex : son père, qui vit aux US, lui envoie de temps a autre de l'argent, mais je sais maintenant que certains prétendus versements n'étaient qu'invention ; autre ex : elle possédait,avant qu'on se rencontre, un compte avec un peu d'argent de coté dessus. Ca, c'est la vérité, elle reçoit bien du courrier de cette banque, mais elle pouvait me dire qu'elle avait de l'argent dessus, je ne vérifiais pas dans son dos... or ce compte a été rapidement vide). Apprenez ensuite que certaine fois ce sont tout simplement des courses qui ont été faite avec des chèques de société...Pour découvrir ce qu'elle faisait, il aurait fallu que je me méfie d'elle. Dans un mariage, la confiance va de soi, elle me dit qu'elle n'osait pas m'en parler, ou qu'elle ne voulait pas m'embêter avec ca... Pourtant, je ne suis pas fermé, encore moins violent ou autre, le probleme vient clairement d'elle, elle a même décidé, une fois l'affaire révélée, d'aller voir un psy, car elle s'en est rendu compte que son comportement était allé à a l'encontre de se que tout le monde connaissait d'elle, qu'elle avait fait n'importe quoi.

J'ajouterai que de l'avis de toutes les personnes concernées de près ou de loin, nous n'avons pas PU dépenser tout cet argent. Moi, la gendarmerie, mon avocat, nos proches, pour tout le monde, une partie des détournements reste inexpliquée (pour précision, le montant est de + de 170 000 €). Notre train de vie ne justifiait absolument pas une telle somme.

Je n'ai pas eu de réponse de la part de ma femme, qui a de toutes façons su me mentir avec une sincérité déroutante.

Pour finir, il faut savoir que les déclarations de ma femme concordent tout a fait avec mes propos : elle reconnait qu'elle a tout fait pour me cacher ces détournements.

 

Voila de fait la raison de notre divorce ; je ne peux plus avoir confiance en elle. Même si elle semble se ressaisir, je sais qu'elle est capable de très bien mentir, sans que l'on s'en rende compte. Je ne me vois pas vivre avec elle en me méfiant de chaque dépense. Mais comme on dit "Le cœur a ses raisons que la raison ignore" et les sentiments sont encore là, ca peu sembler curieux, mais c'est comme ca. Donc nous sommes toujours en "bons termes", et nous avons d'ors et déja choisi de vivre séparément (pour ne pas etre lié a elle financièrement, dans l'avenir. Elle l'a compris et accepté) mais néanmoins aussi proche que possible, pour les enfants. Pour eux nous avons choisi la garde partagée, aucun de nous ne voulant les priver d'un parent.

 

Pour notre bien immobilier (estimé à 120 000), la vente ne couvre pas les sommes détournées. De plus, il y a une hypothèque judiciaire placée dessus. Je ne me suis pas encore beaucoup penché sur cet aspect, quelques précisions sur ce type d'hypothèque me seraient utiles, si possible...

 

La date du procès est fixé fin septembre, ma femme a reçu une convocation. J'imagine que si j'avais du en recevoir une (il était possible que je sois appelé a témoigner contre elle, m'avait-on dit), je l'aurai deja reçu ? Il doit y a voir un délai, j'impagine pour prévenir...

 

Voila, merci encore de l'attention que vous portez a cette affaire, et

je comprends vos doutes, les gendarmes ont eu les mêmes. J'ai été placé deux fois en garde-à-vue, notre domicile a été perquisitionné... Croyez le, je subis cette affaire. En essayant d'y faire face le mieux possible, certes, mais je la subis.

 

Cordialement

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...