Aller au contenu
Forum juridique de Net-iris

auto entrepreneur ?


Ledums

Messages recommandés

Bonjour a tous;

petite reflexion sur l' AE!

je suis donc AE (supposition)dans le montage de produit bois, terrasse, abris de jardin, cuisine etc...;

je travaille exclusiment pour des clients qui achetent eux meme le materiel, donc je ne fournis que de la main d'oeuvre.

je rentre donc dans le cradre des 32000€ de ca par an non assujeti a la tva, je regle mes charges et impots de environ 21%,ce qui en ressort un salaire mensuel de un peu plus de 2000€ sur les quels je deduis mes frais de fonctionnement( petite voiture perso donc rien ,essence 150€,et mon telephone perso 30€ d'abonement) donc je m'en sort pas trop mal car je suis surbouqué,bien sur pas de comptable et de taxe pro;

pas de local pro je bosse depuis mon domicile;

mon voisin lui est artisan dans la meme profession et pour le meme bénéfice,lui va payer plus de 50% de charge sociale sur 2600€ ,voyez ce qui lui reste

où est le probleme:y a t'il une surprise la deuxieme année? qui va m' assassiner?l' urssaf les mtns ou autre organisme; serais je bien couvert?et la retraite deja que c'est pas lourd pour les artisans vue ce qu'ils cotisent alors moi comme AE? donc voila bonne réflexion, due moins moi je reflechis car si pas de piège ca vaut le cout l'AE

sur ce, bonne journée a tous

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 6
  • Création
  • Dernière réponse

je suis entierement d'accord,aucune deduction de frais de fonctionnement,mais cela ne change rien sur la question de fond:la différence de charge entre AE et classique, y a t'il un piege au final pour les AE, sinon ca va etre la guerre ouverte entre AE et artisan ou commercant;et allons plus loin,si les artisans qui ont du mal a s'en sotir venaient a arreter leur activité pour remonter en AE ca serait le debut de la fin, il serait peut etre bon que les differents gouvernements revisent leur facon de voir les choses, et qu'ils arrettent de prendre les gens qui bossent pour des vaches a lait, ou alors peut etre faudrait il que nos chers ministres et autres personalitées soient taxés au meme niveau!!!

pour augmenter le pouvoir d' achat il faudrait peut etre baisser les charges ,que ce soit salariale comme patronale, enfin ceci n' est que mon humble avis de pauvre francais qui essaye de sans sortir tant bien que mal,et surtout c'est peut etre une autre question bien épineuse

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Le problème est dans une erreur de raisonnement : vous ne déduisez aucun frais de fonctionnement en tant qu'auto entrepreneur.

Je crois que tout est dit... ;)

 

Les différences entre l’entrepreneur et l’auto-entrepreneur sont les suivantes :

L’entrepreneur paie des charges sociales et un IRPP sur un bénéfice net (CA – toutes ses charges) ; l’AE paie des charges sociales et un IRPP sur son CA.

 

 

 

 

Pour définir son bénéfice net, l’entrepreneur déduit de son CA tous les frais professionnels relatifs à son activité, savoir :

  • Les charges sociales
  • Les kilomètres professionnels
  • Les frais de téléphone et d’internet
  • Ses primes d’assurance responsabilité professionnelle
  • Le coût des petits matériels (coût inférieur à 500 euros)
  • Les dotations aux amortissements de ses immobilisations
  • Une partie des frais relatifs à la partie professionnelle de son domicile (si il n’a pas de local professionnel dédié) : électricité, gaz, assurance multirisque, part de loyer,…
  • Les frais de prospection commerciale, publicité, déjeuners et autres petits cadeaux offerts à la clientèle
  • La taxe professionnelle
  • Les frais d’affranchissement postal
  • Les frais bancaires de son compte professionnel

L’entrepreneur (non AE) peut reporter d’un exercice sur l’autre un déficit (charges > CA).

 

L’AE ne fait jamais de déficit ; quand il ne fait pas de CA, il ne paie pas de charges et pas d’IRPP.

 

Il est judicieux de faire un calcul avec un tableur pour évaluer les différences.

C’est ce que je fais systématiquement avec toutes les personnes qui viennent me soumettre leur projet. Ensuite, à elles de choisir !...

 

 

 

 

Points communs entre l’entrepreneur et l’AE :

  • Ils ne perçoivent pas de salaire (puisqu’ils sont leur propre patron)
  • Ils n’ont pas d’indemnisation en cas de chômage (puisque pas de cotisation obligatoire)
  • Ils n’ont pas (ou peu) d’indemnité en cas de maladie (selon les régimes)

Il n’y a pas de mystère :

 

L’AE, c’est la facilité (pas de comptabilité, pas de déclarations de TVA,…)… mais ça coûte plus cher que l’entreprise classique.

C’est un choix ; on a rarement le beurre, l’argent du beurre… et le vélo de la crémière.;)

 

A la lecture des textes en vigueur, il n’y a pas de piège la deuxième année… mais toute législation peut évoluer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A la lecture des textes en vigueur, il n’y a pas de piège la deuxième année… mais toute législation peut évoluer.

 

Tout au plus une surprise la quatrième année pour les AE qui auront oublié que l'exonération de taxe professionnelle n'est que temporaire.

Mais combien arriveront jusque là ? Du moins sous ce régime.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les différences entre l’entrepreneur et l’auto-entrepreneur sont les suivantes :

L’entrepreneur paie des charges sociales et un IRPP sur un bénéfice net (CA – toutes ses charges) ; l’AE paie des charges sociales et un IRPP sur son CA.

 

Pour définir son bénéfice net, l’entrepreneur déduit de son CA tous les frais professionnels relatifs à son activité, savoir :

  • Les charges sociales
  • Les kilomètres professionnels
  • Les frais de téléphone et d’internet
  • Ses primes d’assurance responsabilité professionnelle
  • Le coût des petits matériels (coût inférieur à 500 euros)
  • Les dotations aux amortissements de ses immobilisations
  • Une partie des frais relatifs à la partie professionnelle de son domicile (si il n’a pas de local professionnel dédié) : électricité, gaz, assurance multirisque, part de loyer,…
  • Les frais de prospection commerciale, publicité, déjeuners et autres petits cadeaux offerts à la clientèle
  • La taxe professionnelle
  • Les frais d’affranchissement postal
  • Les frais bancaires de son compte professionnel

L’entrepreneur (non AE) peut reporter d’un exercice sur l’autre un déficit (charges > CA).

 

L’AE ne fait jamais de déficit ; quand il ne fait pas de CA, il ne paie pas de charges et pas d’IRPP.

 

Il est judicieux de faire un calcul avec un tableur pour évaluer les différences.

Points communs entre l’entrepreneur et l’AE :

  • Ils ne perçoivent pas de salaire (puisqu’ils sont leur propre patron)
  • Ils n’ont pas d’indemnisation en cas de chômage (puisque pas de cotisation obligatoire)
  • Ils n’ont pas (ou peu) d’indemnité en cas de maladie (selon les régimes)

Il n’y a pas de mystère :

 

L’AE, c’est la facilité (pas de comptabilité, pas de déclarations de TVA,…)… mais ça coûte plus cher que l’entreprise classique.

C’est un choix ; on a rarement le beurre, l’argent du beurre… et le vélo de la crémière.;)

 

A la lecture des textes en vigueur, il n’y a pas de piège la deuxième année… mais toute législation peut évoluer.

 

Merci beaucoup de cet exposé clair et complet. Je me permets de le réutiliser auprès de mes confrères traducteurs qui discutent beaucoup sur le sujet. :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par Bebnet
      Bonjour,
       
      Je suis actuellement en phase de création d'entreprise. Mon employeur actuel est OK pour m'accorder un congé création à compter de septembre.
       
      La question est la suivante : Puis-je immatriculer (donc créer) ma société avant cette date (juin), sachant que pendant ces 3 mois (de juin à septembre), je reste salarié auprès de mon employeur ?
      Si la société est créée en juin, elle n'aura de toutes façon pas d'activité avant Septembre, hormis des actions de prospection et de communication.
      Votre avis ?
      En vous remerciant par avance,
    • Par daolo
      Bonjour à tous,
       
      Je souhaite me lancer dans une activité de trading boursier.
      L'activité principale de la société est d'investir sur les marchés financiers américains.
       
      J'ai fais beaucoup de recherche sur internet mais en vain, pas trop d'information à ce sujet.
       
      Existe t-il une forme sociale de société qui permette ce type d'activité en france?
       
      Avez vous déja eu connaissance de personne ayant le meme projet?
       
      Merci de m'éclairer sur ce sujet..
       
      Je suis ouvert à toute autres propositions/informations sur ce sujet.
       
      Cordialement
    • Par verlaine06400
      Bonjour
       
      A-t-on le droit d'avoir une activité salariée quand on vient de créer une micro-entreprise (BNC) et qu'on a bénéficié de l'ACCRE (versement du capital et non pas revenu minimum).
      Cela pour aider à vivre en attendant de dégager des bénéfices.
       
      Si oui, peut on se réinscrire au chômage sans cesser l'entreprise (auto-entrepreneur) si au bout de quelques années, on ne dégage pas de bénéfice suffisant pour en vivre ?
       
      merci
    • Par franck lusala
      bonjour,
      je désir savoir si on devient "prête-nom" ,une lettre d avocat ou de la personne a qui on rend service ,disant qu on est que prête-nom peut nous couvrir en cas de problème ,car d'autre part,je suis actuellement auto entrepreneur et espere avant fin année être en EURL ,donc savoir si tout cela reste compatible
      cordialement Franck Lusala
    • Par Yoli
      Bonsoir à tous,
       
      Je souhaiterai savoir si l'acte de vente en sous seing privé du fonds artisanal de mon ami doit faire l'objet d'une publication légale aux petites affiches pour les oppositions dès lors que le vendeur du fonds (mon ami, inscrit au registre des métiers) et l'acquéreur l'EURL de mon ami qui est aussi locataire-gérant de son fonds) sont la même personne et que le fonds n'a aucune dette ni fiscale ni sociale ni bancaire ni autre ?
       
      Par la même, le sequestre (l'acquereur) étant la même personne que le vendeur : doit-il conserver les sommes de la vente, obtenues par prêt bancaire au profit de l'EURL, directement sur le compte professionnel de cette dernière ou sur un compte à part au nom du gérant, donc lui même, que le temps de la solidarité fiscale (imposition sur la plus-value à 27% environ). La vente se fait sans séquestre notarial.
       
      L'acte de vente doit-il obligatoirement comporter les mêmes clauses que celle d'une vente d'un fonds de commerce sous peine de nullité ?
      Il n'existe aucun exemple de ce type pour faire un sous-seing correct sauf à prendre exemple sur celui du fonds de commerce et ce malgré toutes mes recherches. Doit-il obligatoirement passer par un notaire pour l'acte et le séquestre ? Le banquier nous dit que non....mais je préfère avoir d'autres avis.
       
      Si vous pouviez m'éclairer un peu je vous en serais fortement reconnaissante.
© 2000-2021 NET-IRIS, une marque de JuriTravail, société du Groupe MyBestPro. Tous droits réservés.
×
×
  • Créer...